Navigation – Plan du site

Entrepreneur de soi ou travailleur aliéné ?

Penser l’organisation néomanagériale du travail avec et au-delà de Foucault
Alexis Cukier

Résumés

Cet article interroge les ressources de l’analytique foucaldienne du pouvoir pour penser l’organisation managériale du travail dans le néolibéralisme. Sur la base d’une lecture de Naissance de la biopolitique, et d’une confrontation avec des recherches empiriques dans les domaines de la sociologie et de la psychologie du travail ainsi que de la théorie économique de l’entreprise, il conteste la thèse selon laquelle le travailleur serait effectivement devenu un « entrepreneur de soi » dans l’entreprise. Pour décrire et critiquer la « discipline entrepreneuriale » dans le néomanagement et les dispositifs typiques (évaluation individualisée, normes de qualité totale, benchmarking, formation en développement personnel, etc.) qui l’organisent aujourd’hui, il propose finalement un autre usage de Foucault, à partir de son analyse des stratégies, des disciplines et des blocs de pouvoir dans « Le sujet et le pouvoir ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique. Cours au collège de France (1978-1979), Paris, Galli (...)
  • 2 Voir notamment ibid., p. 232.
  • 3 C’est, par exemple, le titre du treizième chapitre de Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle (...)
  • 4 Foucault Michel, « Le sujet et le pouvoir », in Foucault Michel, Dits et écrits, tome II, Paris, Ga (...)

1Ce texte examine les ressources de l’analytique du pouvoir de Michel Foucault pour rendre compte des effets psycho-sociaux de l’organisation néomanagériale du travail. Par ce terme, on entendra ici un ensemble de techniques contemporaines de direction et de contrôle des processus de travail dans l’entreprise, fondé sur une nouvelle organisation globale – qu’on peut qualifier de néo-tayloriste ou post-fordiste – de la production (gestion en « flux tendu », total productive maintenance, lean manufacturing, kaizen, etc.), et sur des dispositifs de coordination locale de la coopération (pilotage par projet et par logiciel, normes de qualité totale, évaluation individualisée, développement personnel, benchmarking, etc). Quelles formes de subjectivité – de rapport à soi inscrit dans le contexte du rapport aux autres individus et aux artefacts du monde du travail – les dispositifs spécifiques de l’entreprise contemporaine induisent-ils ? On défendra ici une thèse paradoxale : plutôt que les analyses de la gouvernementalité néolibérale de Naissance de la biopolitique1 – et plus particulièrement la métaphore du travailleur comme « entrepreneur de lui-même2 », qui a pu devenir le motif structurant des analyses post-foucaldiennes de « la fabrique du sujet néolibéral3 » –, c’est l’approche stratégique des dispositifs et des disciplines dans « Le sujet et le pouvoir4 » qui permet de penser le plus adéquatement les incidences psycho-sociales de l’organisation néomanagériale du travail.

  • 5 Ce texte reprend certains arguments de Cukier Alexis, « Pouvoir et empathie. Philosophie sociale, p (...)
  • 6 Voir à ce sujet notamment Actuel Marx, n° 39 : Nouvelles aliénations, mai 2006.
  • 7 Voir à ce sujet notamment Fischbach Franck, Sans objet. Capitalisme, subjectivité, aliénation, Pari (...)
  • 8 Deetz Stanley, Democracy in an Age of Corporate Colonization, Albany, Suny Press, 1992, p. XI (trad (...)
  • 9 Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op (...)

2Cette discussion critique des apports et des limites de Foucault pour penser le rapport entre néolibéralisme et subjectivité dans l’entreprise néolibérale est ici inscrite dans un contexte théorique plus large5. Il s’agit de réactualiser la critique de l’aliénation du travail6, au sens non pas d’un devenir-chose des travailleurs ou d’un devenir-sujet des artefacts techniques mais d’un processus d’impossibilisation du contrôle par les travailleurs de leur activité. Une telle critique de l’aliénation est compatible avec les analyses foucaldiennes des disciplines et des dispositifs7, et permet d’éclairer le « caractère anti-démocratique du contrôle entrepreneurial », pour reprendre les termes de Stanley A. Deetz, qui voyait dans la forme néolibérale émergente de l’entreprise « une structure disciplinaire, ancrée dans les routines et les technologies, qui paraît renforcer le pouvoir des individus mais les rend en réalité apolitiques8 ». En effet, comme l’ont soutenu Pierre Dardot et Christian Laval dans La nouvelle raison du monde, à partir notamment de Foucault, « il apparaît alors que le néolibéralisme est, en tant que doctrine, non pas accidentellement mais bien essentiellement un antidémocratisme9 ». Mais les analyses de Naissance de la biopolitique sont-elles également pertinentes pour analyser non pas les discours de l’ordolibéralisme et du néolibéralisme mais les pratiques néomanagériales contemporaines et leurs implications subjectives ?

  • 10 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 232.
  • 11 Voir par exemple McKinlay Alan et Starkey Ken (dir.), Foucault, Management and Organization Theory. (...)
  • 12 Au sujet de la question des affects et du pouvoir dans l’entreprise contemporaine, voir Cukier Alex (...)
  • 13 Au sujet des théories du capital humain, voir Paltrinieri Luca, « Quantifier la qualité. Le "capita (...)
  • 14 Voir Brown Wendy, Undoing the Demos: Neoliberalism’s Stealth Revolution, New York, Zone Books, 2015 (...)

3À ce sujet, on propose donc de remettre en question la pertinence de l’analyse foucaldienne de « l’homo œconomicus entrepreneur de lui-même, étant à lui-même son propre capital, étant pour lui-même son propre producteur, étant pour lui-même la source de ses revenus10 », et plus largement du motif de l’adoption par les travailleurs, du fait de l’apparition dans l’entreprise de nouvelles « technologies du soi11 », d’attitudes instrumentales à l’égard de leurs affects, capacités et actions12. Alors que les motifs empiriques de l’auto-entrepreneuriat, du développement personnel ou du travail en ligne sur les plateformes numériques semblent en première approche rendre évidente l’idée selon laquelle le « sujet néolibéral » se définirait par le projet de tirer profit de son « capital humain13 », on montrera ici que les analyses des dispositifs spécifiques de l’organisation néomanagériale du travail et leurs effets subjectifs de « dé-démocratisation14 » impliquent une conception différente de l’aliénation. Sur la base d’études sociologiques, psychologiques et économiques des transformations récentes de l’entreprise, on défendra que ce sont les analyses foucaldiennes des stratégies de pouvoir et des dispositifs plutôt que celles de la gouvernementalité néolibérale et du capital humain qui permettent de les éclairer.

  • 15 Pour la distinction entre aliénation subjective et aliénation objective, voir Haber Stéphane, L’Ali (...)

4On commencera par rappeler les principaux arguments puis mettre en lumière les lacunes sociologiques et économiques des analyses de Naissance de la biopolitique, en montrant dans quelle mesure elles ne permettent pas de penser la spécificité des formes d’aliénation objective et subjective15 au travail. Ensuite, on opposera à la lecture du néolibéralisme en termes de gouvernementalité, d’une part, et à la thématique plus générale d’un « fabrication d’un sujet néolibéral », d’autre part, un autre usage de Foucault pour penser les dispositifs néomanagériaux et leurs incidences sociales et subjectives.

Gouvernementalité néolibérale et discipline, une lecture critique de Naissance de la biopolitique

  • 16 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 137.
  • 17 Ibid., p. 265.
  • 18 Haber Stéphane, « Du néolibéralisme au néocapitalisme ? Sur quelques pistes foucaldiennes », in Hab (...)

5Dans Naissance de la biopolitique, Foucault analyse les transformations de « la raison gouvernementale » à l’œuvre dans le néolibéralisme : « le problème du néolibéralisme, c’est, au contraire [du libéralisme du xviiisiècle], de savoir comment on peut régler l’exercice global du pouvoir politique sur les principes d’une économie de marché16. » Pour reconstruire ce problème, Foucault analyse le corpus ordolibéral allemand (qui insiste sur l’entreprise plutôt que sur le marché) mais insiste finalement sur le néolibéralisme américain, qu’il analyse comme une « technologie environnementale » : ainsi, « à l’horizon d’une analyse comme celle-là, ce qui apparaît, ce n’est pas du tout l’idéal ou le projet d’une société exhaustivement disciplinaire » mais, au contraire, d’une société « dans laquelle il y aurait une action non pas sur les joueurs du jeu, mais sur les règles de jeu, et enfin dans laquelle il y aurait une intervention qui ne serait pas du type de l’assujettissement interne des individus, mais une intervention de type environnemental17 ». L’affaire de l’explication du néolibéralisme paraît ainsi réglée : il s’agirait d’une substitution de la centralité des institutions du marché à celle des institutions disciplinaires, et du passage corrélatif d’un contrôle social externalisé à un contrôle social par l’assujettissement. Comme le résume Stéphane Haber – pour critiquer, à juste titre, l’argumentation générale de Naissance de la biopolitique –, ces analyses « finissent par faire de l’avènement d’une politique d’État, et finalement de la production de néosubjectivités marchandes qui en occupe le centre, la clé des évolutions historiques récentes18 ». Ne doit-on pas conclure que les analyses de Naissance de la biopolitique anticipent génialement l’analyse des dispositifs de pouvoir contemporain, dans lesquels il ne s’agirait plus de discipliner les corps et de quadriller les comportements des travailleurs (la prison et le fordisme) mais de les assujettir par la transformation de leur environnement social et économique (l’État et le marché financier) ?

De la forme « entreprise » des rapports sociaux

  • 19 Ibid., p. 155.
  • 20 Voir, par exemple, Dardot Pierre et Laval Christian, Ce cauchemar qui n’en finit pas. Comment le né (...)
  • 21 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 154.
  • 22 Voir à ce sujet Cukier Alexis, « Le néolibéralisme contre le travail démocratique », Contretemps, n (...)
  • 23 Rappelons que Foucault définissait l’économie politique comme une « sorte de réflexion générale sur (...)

6Un premier élément de relativisation d’une telle lecture dominante s’appuie sur ce constat : c’est la Gesellschaftspolitik ordolibérale, le projet d’une « société indexée non pas sur la marchandise et sur l’uniformité de la marchandise, mais sur la multiplicité et la différenciation des entreprises19 », qui est en train de gagner la partie en Europe20. Il s’agit aujourd’hui effectivement « de constituer une trame sociale dans laquelle les unités de base auraient précisément la forme de l’entreprise21 », et de considérer l’ensemble des relations sociales (par exemple l’éducation ou la politique22) selon le point de vue d’une économie politique23 de l’entreprise.

  • 24 Ibid., p. 248. 
  • 25 Ibid.

7C’est pourquoi on peut considérer que l’opération la plus précieuse de Naissance de la biopolitique pour penser le néolibéralisme contemporain se trouve dans les passages qui développent, à partir de l’analyse de la Gesellschaftspolitik de Wilhelm Röpke et de la Vitalpolitik d’Alexander Rüstow, une interprétation d’ensemble de la « rationalité gouvernementale » du capitalisme contemporain, néolibéralisme américain compris, à partir d’une analyse de l’entreprise néolibérale. C’est en effet à partir de ce projet moral et de cette « ambiguïté, si vous voulez, de l’ordolibéralisme allemand24 » – pour lequel il ne s’agit donc pas seulement d’imposer une grille de lecture économique au comportement des acteurs sociaux, mais aussi de « compenser ce qu’il y a de froid, d’impassible, de calculateur, de rationnel, de mécanique dans le jeu de la concurrence proprement économique25 » – que Foucault interprète alors le néolibéralisme américain, qui n’est pas centré, lui, sur l’entreprise comme institution, mais sur le marché comme principe de l’intelligibilité des stratégies des individus.

  • 26 Ibid., p. 253.

8À cet égard, certes, Foucault rappelle les deux aspects principaux de la promotion néolibérale des transactions économiques comme modèle des relations sociales et de l’État : « analyse des comportements non économiques à travers une grille d’intelligibilité économiste, critique et estimation de l’action de la puissance publique en termes de marché26. » Son analyse bien connue de la théorie du capital humain de Gary Becker souligne évidemment aussi cette imposition du modèle de la transaction capitaliste au rapport à soi du travailleur. Mais c’est bien l’analyse de l’entreprise qui permet d’articuler la Gesellschaftspolitik et la théorie de l’homo œconomicus :

  • 27 Ibid., p. 247-248.

« Or cette généralisation de la forme ‘entreprise’, quelle fonction a-t-elle ? D’un côté, bien sûr, il s’agit de démultiplier le modèle économique, le modèle offre et demande, le modèle investissement-coût-profit, pour en faire un modèle des rapports sociaux, un modèle de l’existence même, une forme de rapport de l’individu à lui-même, au temps, à son entourage, à l’avenir, au groupe, à la famille. […] Et d’un autre côté, cette idée des ordolibéraux de faire de l’entreprise, ainsi, le modèle social universellement généralisé sert de support, dans leur analyse ou dans leur programmation, à ce qui est désigné par eux comme la reconstitution de toute une série de valeurs morales et culturelles qu’on pourrait dire des valeurs ‘chaudes’ et qui se présentent justement comme antithétiques du mécanisme ‘froid’ de la concurrence. Car, avec ce schéma de l’entreprise, ce qu’il s‘agit de faire c’est que l’individu, pour employer le vocabulaire qui était classique et à la mode à l’époque des ordolibéraux, ne soit plus aliéné par rapport à son milieu de travail, et au temps de sa vie, et à son ménage, et à sa famille, et à son milieu naturel27. »

9Autrement dit, ce qui permet de programmer l’activité stratégique des individus, c’est précisément d’abord et avant tout la multiplication de la « forme ‘entreprise’«  dans l’ensemble des rapports sociaux. Cette intuition consiste l’acquis le plus précieux des analyses de Naissance de la biopolitique pour penser le néolibéralisme aujourd’hui.

  • 28 Ibid., p. 154.
  • 29 Ibid., p. 266.
  • 30 Corsi Patrick et Neau Erwann, Les dynamiques de l’innovation. Modèles, méthodes et outils, Paris, H (...)

10Cependant, si Foucault ouvre ici la voie d’une approche de ce qu’on peut appeler « la discipline entrepreneuriale », la sous-détermination de son concept d’entreprise ne lui permet pas de mettre en regard des discours néolibéraux sur l’autonomie entrepreneuriale et leur valorisation du jeu et de la compétition quelque réalité sociologique et économique concrète. C’est pourquoi cette mise en relief de l’entreprise comme forme d’organisation sociale généralisée est aussitôt rabattue sur la question de la concurrence économique : « C’est cette démultiplication de la forme-entreprise qui constitue, je crois, l’enjeu de la politique néolibérale. Il s’agit de faire du marché, de la concurrence, et par conséquent de l’entreprise, ce qu’on pourrait appeler la puissance informante de l’État28. » Et c’est aussi pourquoi cette forme sociale de l’entreprise finit par s’identifier à cette « technologie environnementale [qui] a pour aspects principaux : la définition autour de l’individu d’un cadre assez lâche pour qu’il puisse jouer ; la possibilité, pour l’individu de la régulation des effets se définir [sic] son propre cadre ; la régulation des effets environnementaux ; le non dommage ; la non absorption ; l’autonomie de ces espaces environnementaux29 ». Or si cette description fait bien écho à l’esprit de certains textes du néolibéralisme américain, elle est fort loin de permettre d’analyser les dispositifs néomanagériaux dans l’entreprise : évaluation individualisée, gouvernement en flux tendu, pilotage par projet, benchmarking, normes de qualité totale, etc. Si on peut en trouver un écho aujourd’hui, c’est du côté, là encore, non pas des pratiques, mais des discours du management sur lui-même, comme dans tel manuel contemporain de management vantant les bienfaits de la « discipline entrepreneuriale » : « C’est une discipline managériale stratégique qui fait éclore les innovations juste-à-temps, lorsque le marché est prêt (« répondant ») pour les produits qu’il nécessite, désire ou préfère. Et une écologie durable des forces et des faiblesses de l’organisation, des opportunités et des menaces du contexte prévalant à l’organisation. Au fond, c’est une discipline entrepreneuriale30. » Or ce discours « corporate », présente, pour reprendre l’image de Marx, une conscience inversée du monde de l’entreprise, précisément dans la mesure où celui-ci constitue un monde à l’envers. Comme on va le montrer, ces processus d’« innovation », d’« autonomisation » et de « développement stratégique » renvoient en réalité à un nouvel ensemble de contraintes techniques, pratiques et hiérarchiques qui ont pour particularité non pas d’inciter à l’adoption d’attitudes entrepreneuriales à l’égard de soi-même mais d’empêcher le contrôle que les travailleurs pourraient avoir sur leur activité.

Dispositifs néomanagériaux, discipline entrepreneuriale et aliénation

  • 31 Linhart Danièle, La modernisation des entreprises, Paris, La Découverte, 2010, p. 51.
  • 32 Durand Jean-Pierre, La chaîne invisible. Travailler aujourd’hui, flux tendu et servitude volontaire(...)
  • 33 Craipeau Sylvie, L’entreprise commutante. Travailler ensemble séparément, Paris, Hermes Science Pub (...)
  • 34 Durand Jean-Paul et Hatzfeld Nicolas, La chaîne et le réseau. Peugeot-Sochaux, ambiances d’intérieu (...)
  • 35 Durand Jean-Paul, « Les outils contemporains de l’aliénation du travail », Actuel Marx, n° 36, 2009 (...)

11Que signifient en effet, d’un point de vue sociologique, ces « innovations managériales » liées au passage du fordisme au post-fordisme ? Notons tout d’abord, avec Danièle Linhart, qu’elles correspondent à la généralisation de « la pratique qui consiste à adjoindre aux opérateurs en fabrication des opérations appelées premier niveau de maintenance, d’entretien, de contrôle qualité et de suivi de production31 ». Ainsi, dans l’organisation de la production industrielle, le pilotage par projet ne peut-il être compris en dehors du cadre de l’automatisation généralisée des processus de production. Comme le montre par exemple Jean-Pierre Durand, dans La chaîne invisible : travailler aujourd’hui, flux tendu et servitude volontaire32, ce qu’on qualifie habituellement de post-fordisme a paradoxalement signifié, pour les travailleurs, l’intensification – par des formes d’organisation spécifiques (le management par projet, le groupware, le workflow engine, fondés sur le contrôle et la coordination par des logiciels informatiques de l’activité de groupes de salariés sans communication directe) – de la contrainte à suivre les rythmes de la circulation des informations et des marchandises, pour ne « pas rompre le flux » entre segment amont et segment aval. L’organisation en flux tendu renforce ainsi l’effet des contraintes hiérarchiques et de coordination ainsi que de la désorganisation de la coopération horizontale réelle liées à l’utilisation intensive des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans les entreprises, qui conduisent les salariés, selon les termes de Sylvie Craipeau, à « travailler ensemble séparément33 ». Dans « Les outils contemporains de l’aliénation au travail », Durand montre que ces transformations concernent plus spécifiquement la transformation de l’organisation hiérarchique et des modes de coordination des collectifs de travail. En s’appuyant alors sur ses enquêtes dans La chaîne et le réseau, Peugeot-Sochaux, ambiances intérieures (avec Nicolas Hatzfeld34), il montre que les outils de gestion de la qualité, d’amélioration continue (kaizen) et de maintenance préventive (total productive maintenance) correspondent à un « entretien calculé du stress pour faire vivre le groupe au coût le plus bas », et « enserrent les salariés dans un espace créatif à l’amplitude toujours plus étroite, limitant considérablement leur autonomie réelle35 ». L’évaluation individuelle au cours de la carrière complète cette nouvelle discipline productive : il s’agit de s’assurer de la loyauté des travailleurs vis-à-vis du principe du flux tendu autour duquel s’organise la production. Ces deux facteurs, conjugués au contexte général de la menace de la perte d’emploi et de la compétition interne généralisée dans l’entreprise, articulent ainsi le contrôle social des activités et des motivations des travailleurs par l’organisation managériale du travail.

  • 36 Voir à ce sujet Durand Jean-Paul, La chaîne invisible, op. cit., p. 20.
  • 37 Durand Jean-Paul, « Les outils contemporains de l’aliénation », art. cit., p. 118.
  • 38 Coutrot Thomas, L’entreprise néo-libérale, nouvelle utopie capitaliste ?, Paris, La Découverte, 199 (...)
  • 39 Courpasson David, L’action contrainte : organisations libérales et domination, Paris, Presses Unive (...)
  • 40 Durand Jean-Paul, « Les nouveaux outils de l’aliénation du travail », op. cit., p. 122.

12L’auteur propose d’expliquer cette modalité de mobilisation de la subjectivité des salariés au moyen du terme d’« implication contrainte36 », qui constitue selon lui « la principale manifestation des formes actuelles de l’aliénation du travail dans le capitalisme contemporain37 ». Cette implication articule en effet des formes de contrainte techniques-systémiques : il devient impossible de participer à la production sans suivre à la lettre le fonctionnement managérial ; et psycho-sociales : il devient impossible de participer à la production sans disposer des compétences, motivations et dispositions requises par l’entreprise. Elle ne correspond pas seulement dès lors, à une forme de domination – comme c’est le cas par exemple de la « coopération forcée38 » ou de « l’action contrainte39 » – mais bien à une forme d’aliénation, c’est-à-dire d’impossibilité subjective et objective de transformer les rapports sociaux, en l’occurrence au travail. « L’aliénation apparaît ainsi comme la cristallisation dans l’individu d’un cadre d’action collective, ou de pratiques sociales si l’on préfère, auquel il ne peut guère échapper : cette nécessité de s’y plier et plus encore celle de nier ce cadre appartiennent au processus de l’aliénation40. »Autrement dit, le régime post-fordiste de la production implique certes de nouvelles formes de production du consentement, mais celles-ci sont toujours inscrites dans un encadrement disciplinaire de la production, lié notamment aux dispositifs informatiques d’organisation de l’activité.

  • 41 Linhart Danièle, Travailler sans les autres, Paris, Seuil, 2009, p. 55.
  • 42 Ibid.
  • 43 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 232.

13Mais les transformations de l’organisation du travail ne se réduisent pas, bien entendu, à la mise en place d’un « taylorisme assisté par ordinateur ». Comme le résume Danièle Linhart, l’organisation néomanagériale du travail peut être caractérisée d’une manière générale comme un « modèle hybride où se mêlent logiques tayloriennes et implication des salariés41 », si bien que « le travail moderne est celui où les salariés se mobilisent eux-mêmes de la façon la plus rentable dans un univers organisationnel normé par les principes tayloriens42 ». C’est pourquoi, si, comme le résume Foucault, « l’homo œconomicus, c’est un entrepreneur et un entrepreneur de lui-même43 », ce n’est pas en vertu de quelque nouveau Zeitgeist du néolibéralisme ou de quelque nouvelle disposition subjective du sujet néolibéral, mais du fait d’une discipline entrepreneuriale dont il faut commencer par décrire le fonctionnement et les effets psycho-sociaux avec des outils conceptuels spécifiques que Naissance de la biopolitique ne fournit pas.

  • 44 Voir notamment Dejours Christophe, L’évaluation du travail à l’épreuve du réel. Critique des fondem (...)
  • 45 Voir également Dejours Christophe, Le choix. Souffrir au travail n’est pas une fatalité, Paris, Bay (...)
  • 46 Dejours Christophe, Travail vivant 2 : Travail et émancipation, Paris, Payot, 2009, p. 84.
  • 47 Voir notamment, à ce sujet, Rolo Duarte, Mentir au travail, Paris, Presses Universitaires de France (...)
  • 48 Dejours Christophe, « Aliénation et clinique du travail », Actuel Marx, n° 36, 2009, p. 141.

14Pour ce faire, on peut s’appuyer par exemple sur les analyses de la psychodynamique du travail, en ce qui concerne notamment deux des dispositifs typiques de l’organisation néomanagériale du travail : l’évaluation individualisée et les normes de qualité totale. L’évaluation individualisée des performances44 engage à traduire et à enregistrer systématiquement les actes de travail sous forme de données informatiques en vue d’une estimation par la hiérarchie. La psychodynamique du travail a établi que sa généralisation empêche la délibération collective dans l’entreprise et constitue un facteur puissant d’organisation de la concurrence entre les travailleurs45. Ainsi, comme le montre Christophe Dejours, du fait de « l’introduction systématique des méthodes d’évaluation individualisée », l’entreprise contemporaine « écrase inexorablement les espaces de délibération collective, au fur et à mesure que chacun apprend à se taire et à se méfier des autres à cause des effets désastreux de la concurrence généralisée qui va communément jusqu’à la concurrence déloyale entre collègues46 ». Autrement dit, l’évaluation individualisée provoque une forme d’aliénation de l’activité, au sens d’une neutralisation des solidarités et des relations sociales de coopération dans l’entreprise. Les normes de qualité totale, quant à elles, règlent les processus de travail au moyen de normes, de codes, de statistiques et de procédures comptables imposées par le top management. Elles conduisent les travailleurs subalternes à cacher l’activité réelle et ses éventuels dysfonctionnements et les managers à falsifier les chiffres ou à mettre en œuvre des outils de propagande en interne pour occulter la réalité du travail47. Il s’agit ainsi de neutraliser « toute velléité d’auto-organisation qui entrerait en concurrence avec l’organisation du travail prescrite48 », en rendant impossibles la délibération, la décision et l’action collectives.

  • 49 Bruno Isabelle et Didier Emmanuel, Benchmarking. L'État sous pression statistique, Paris, La Découv (...)
  • 50 Brunel Valérie, Les managers de l’âme. Le développement personnel en entreprise, nouvelle pratique (...)
  • 51 Voir à ce sujet également les analyses de la clinique de l’activité, par exemple dans Clot Yves, Le (...)
  • 52 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 232.

15De même, c’est en terme d’aliénation objective et non de rapport entrepreneurial à soi-même qu’on peut critiquer, par exemple, les effets psycho-sociaux du benchmarking, dont la fonction est de « désamorcer toute velléité de contestation en administrant la preuve qu’on peut mieux faire49 », ou du développement personnel, des jeux managériaux et des pratiques dominantes de coaching et de consulting, qui détournent les aspirations démocratiques des salariés en les contraignant à accepter des procédures, décisions et formes d’organisation qu’ils désapprouvent et à l’élaboration desquelles ils ne peuvent pas participer50. Et comme on l’a vu, le gouvernement par les flux, caractérisé par une hyper-segmentation et un pilotage des processus de travail par les flux d’informations, de stocks, de marchandises, en circulation permanente et au rythme accéléré desquels la production s’organise, implique une aliénation objective, au sens spécifique d’une difficulté à trouver des espaces et temps de délibération sur la qualité du travail et à maîtriser collectivement l’activité51. Ces effets psycho-sociaux ne font pas du travailleur un « entrepreneur de lui-même », devenu « à lui-même son propre capital, étant pour lui-même son propre producteur, étant pour lui-même la source de ses revenus52 », mais bien un travailleur aliéné, dépossédé de l’organisation de son activité.

Financiarisation, management et « corporate governance »

  • 53 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 172.

16Mais c’est aussi du point de vue des théories économiques contemporaines de l’entreprise que ces analyses foucaldiennes doivent être corrigées. On a rappelé que, pour Naissance de la biopolitique, le problème de l’économie politique du néolibéralisme serait que « les institutions soient telles que ce soit bien ces lois de marché, et elles seules, qui soient le principe de la régulation économique générale53 ». Cependant, contrairement à ce que soutient une certaine doxa critique, les évolutions récentes de « l’entreprise financiarisée » ne confirment pas cette analyse. On insistera ici sur trois raisons, d’ordre empirique et critique.

  • 54 Voir Pineault Eric, « Quand la finance réinvente l’aliénation et la réification », Terrains/Théorie (...)
  • 55 Le « Leverage Buy Out (LBO) » est un type de montage juridico-financier de rachat d’entreprise par (...)
  • 56 Baudry Bernard et Chassagnon Virgile, Les théories économiques de l’entreprise, Paris, La Découvert (...)

17D’abord, il convient de rappeler que « la finance » est toujours principalement ancrée dans l’institution de l’entreprise : ce sont des entreprises spécifiques – par exemple les « agences de notation » – qui fabriquent les produits financiers et les évaluent54. De même, ce sont bien les entreprises qui, au moyen notamment du mécanisme du « leverage buy out55 », font tourner les marchés financiers. Si désormais « l’essence de la firme est de n’être qu’un ensemble de revendications financières, et rien d’autre56 », ce n’est pas que « la finance » (cet acteur obscur remplaçant dans les imaginaires la « main invisible » du marché) ait pris le contrôle de « l’entreprise », mais qu’un ensemble de nouveaux instruments financiers sont désormais systématiquement employés par « la main visible » de la direction des grandes entreprises et par d’autres entreprises spécialisées dans l’évaluation, la production et la mise en œuvre des instruments de gestion financière.

  • 57 Weinstein Olivier, Pouvoir, finance et connaissance, op. cit., p. 126.
  • 58 Ibid., p. 88.
  • 59 Moore Marc T. et Rebérioux Antoine, « The Corporate Governance of the Firm as an Entity : Old issue (...)

18Ensuite, il serait erroné d’opposer, au sein du néolibéralisme, le pouvoir des managers à celui des financiers. Si on a bien assisté à une forme d’« externalisation » du pouvoir dans l’entreprise, au sens où à « un pouvoir managérial d’insiders s’est substitué une nouvelle configuration de pouvoir d’outsiders, reposant sur un nouveau type de dirigeants d’entreprise et sur les gestionnaires des fonds d’investissement57 », ce processus ne correspond pas à une pure et simple contrainte du pouvoir financier sur le pouvoir managérial, mais plutôt à une reconfiguration conjointe de l’organisation du travail dans les entreprises de production des secteurs industriels, serviciels et financiers. La « financiarisation de l’entreprise » se manifeste en effet aussi bien par « la montée du pouvoir de nouveaux acteurs financiers, extérieurs à l’entreprise » que « par la prédominance croissante des critères financiers dans la gestion de l’entreprise58 ». Dans l’entreprise, la « corporate governance » – liée notamment à la multiplication de centres de profit autonomes (les « strategic business units » regroupés le plus souvent autour d’un senior manager) et aux diverses formes de pilotage de l’activité par les indicateurs financiers – ne fait donc pas reculer le pouvoir managérial, mais en transforme la structure et les fonctions. Le travail du top management, en charge de la « stratégie », est organisé par les critères de rentabilité et dans les plus grandes entreprises se concentre sur les opérations d’acquisitions et de cessions ; tandis que le travail du management intermédiaire, en charge de « l’organisation », a pour fonction de piloter les activités en fonction des objectifs concurrentiels. Si l’on peut donc affirmer que « le pouvoir managérial est moins responsable » à l’égard de l’entreprise – ce dont témoignent le fait que les « irrégularités financières se multiplient et que les rémunérations des executives explosent » –, paradoxalement la « primauté des shareholders » a en réalité « renforcé le pouvoir discrétionnaire des managers plutôt qu’elle ne l’a limité59 ». C’est pourquoi l’hégémonie de la valeur actionnariale doit être comprise non comme une substitution du pouvoir financier au pouvoir managérial mais comme la constitution d’un bloc de pouvoir des actionnaires et des managers contre le pouvoir de décision des travailleurs dans l’entreprise.

  • 60 Voir Jensen Michael et Merckling William, « Corporate Governance and ‘Economic Democracy’ : an Atta (...)
  • 61 « La théorie de l’agence doit être considérée pour ce qu’elle est : un coup de force théorique et i (...)
  • 62 Ibid., p. 101.
  • 63 Voir à ce sujet ibid., p. 79.
  • 64 Ibid.

19Enfin, d’un point de vue théorique, on peut considérer que la « théorie de l’agence » (qui oppose les intérêts du « principal » – l’actionnaire comme détenteur des moyens de production – et de « l’agent » : l’entreprise qui exploite ces moyens de production à la demande de l’actionnaire60), sur laquelle s’appuie le diagnostic d’une instrumentalisation de l’entreprise par la finance, exprime une idéologie des dirigeants d’entreprise plutôt qu’une réalité économique61. En réalité, comme le note Olivier Weinstein, « la valeur actionnariale trouve son efficacité dans un ensemble de règles, formelles et informelles, qui orientent les conceptions et actions des différents membres de l’entreprise, en tout premier lieu des managers, et dans les dispositifs visant à assurer le respect de ces règles62 ». De ce point de vue, la distinction entre néolibéralisme américain et ordolibéralisme allemand, dans Naissance de la biopolitique, correspond assez bien à celle qui oppose un modèle économique « outsider-oriented » et « insider-oriented63 », le premier se caractérisant plutôt par une forme d’autonomie relative, mais politiquement coordonnée, des acteurs financiers d’une part et des acteurs managériaux d’autre part, et le second par des modalités financières de contrôle de la gestion interne à l’entreprise (jusque dans les mécanismes faisant des salariés des actionnaires de l’entreprise). Cependant, dans les deux cas, les objectifs et mécanismes financiers ne sont mis en œuvre qu’au moyen d’une organisation spécifique des entreprises financières, servicielles ou industrielles : par exemple, le « retour sur investissement » – employé comme une mesure de performance des salariés et un instrument de planification de la production – et plus généralement tous les outils du « value-based management » (gestion fondée sur la valeur) qui, comme le note Olivier Weinstein, « permettent d’imposer la contrainte de rentabilité financière au cœur même de la gestion de l’entreprise64 ». L’ensemble de ces arguments économiques permet de contester le diagnostic d’une ancillarisation de l’entreprise par les marchés.

20L’analyse concrète de dispositifs néomanagériaux comme l’examen des transformations récentes de l’entreprise permettent donc de contester ces deux arguments de Naissances de la biopolitique qui constituent la clé de voûte de ses réactualisations pour critiquer le néomanagement : le devenir « entrepreneur de soi-même » des travailleurs et la réduction de l’organisation néolibérale du travail à des relations de concurrence sur un marché. On propose à présent de mettre en relief les limites et contradictions de ce type de réactualisation des intuitions de Naissance de la biopolitique, puis de montrer que c’est l’analyse foucaldienne des disciplines et des stratégies de pouvoir qui permet le mieux d’approcher une telle théorie critique, économiquement et sociologiquement fondée, de l’organisation managériale du travail dans le néolibéralisme.

Derrière la « fabrication des sujets », la discipline entrepreneuriale

  • 65 Voir Le Texier Thibaud, « Foucault, le pouvoir et l’entreprise : pour une théorie de la gouvernemen (...)
  • 66 Voir notamment Brunel Valérie, Les managers de l’âme, Le développement personnel en entreprise, nou (...)
  • 67 Voir notamment Townley Barbara, « Foucault, Power/Knowledge and its Relevance for Human Resource Ma (...)
  • 68 Voir notamment Grey Christopher, « Career as a Project of the Self and Labour Process Discipline », (...)
  • 69 Lapayre Nathalie, « La dialectique autonomie/contrôle dans le management par projet », Intervention (...)
  • 70 Findlay Patricia et Newton Tim, « Re-Framing Foucault : the Case of Performance Appraisal », McKinl (...)
  • 71 « Contrôle de soi et des autres, participation, adhésion, consentement : à partir des années 1920, (...)
  • 72 Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, op. cit., p. 300.

21Les analyses post-foucaldiennes du management ont essentiellement concentré leur attention sur les « technologies du soi » qui seraient mises en place par la « gouvernementalité néomanagériale65 ». Et quand elles ont proposé des analyses de dispositifs spécifiques (par exemple la formation continue par le développement personnel66, l’évaluation individualisée des tâches67 et des carrières68 ou le management par projet69), elles ont généralement considéré que les nouvelles formes de contrôle mutuel « horizontaux » entre salariés et l’euphémisation des formes de contrôle « verticaux » entre salariés d’exécution et salariés d’encadrement70 pouvaient se ramener au schéma d’un « art de la motivation, de l’encouragement, de la séduction, de l’incitation et de l’inspiration71 ». Ce faisant, outre que ces réactualisations reconduisent les impasses théoriques précédemment examinées, elles n’ont pas été attentives à l’originalité principale de l’approche stratégique du pouvoir de Foucault, qui permettent d’analyser les « disciplines néolibérales72 » comme des processus non pas de fabrication de la subjectivité mais d’instrumentalisation de la coopération.

« La nouvelle raison du monde » : néo-sujet et nouveaux dispositifs de pouvoir

  • 73 Ibid.
  • 74 Ibid., p. 301.
  • 75 Ibid., p. 307.
  • 76 Ibid., p. 311.
  • 77 « Cet autogouvernement de soi n’est pas spontanément obtenu par simple effet d’un discours managéri (...)
  • 78 Voir ibid., p. 353 sq.
  • 79 Voir ibid., p. 382 sq.
  • 80 Voir ibid., p. 351.

22Dans La nouvelle raison du monde, Pierre  Dardot et Christian Laval ouvrent la voie d’une telle réactualisation en notant très justement qu’on ne saurait « opposer ‘la discipline’, la ‘normalisation’ et le ‘contrôle’«  dans la mesure où la discipline, dans « Le sujet et le pouvoir », a été « redéfinie, de façon plus large, comme un ensemble de techniques de structuration du champ d’action, différentes selon la situation dans laquelle se trouve l’individu73 ». Les auteurs distinguent dans cette perspective trois aspects de ces disciplines néolibérales : 1. « l’expansion de la technologie évaluative comme mode disciplinaire74 », qui a pour fonction d’organiser les stratégies des individus ; 2. les « nouvelles contraintes qui placent les individus dans des situations où ils sont obligés de choisir entre des offres alternatives et sont incités à maximiser leurs intérêts75 », qui ont pour fonction d’organiser leurs intérêts ; et enfin 3. ces « nouvelles formes de discipline de l’entreprise » dans lesquelles « le contrôle opère par enregistrement des résultats, par traçabilité des différents moments de la production, par une surveillance plus diffuse des comportements, des manières d’être, des modes de relation avec les autres76 », qui ont pour fonction d’organiser leur coopération. Contre les interprétations du néolibéralisme comme un « nouvel esprit du capitalisme77 », ces analyses permettent notamment d’éclairer de manière convaincante la manière dont le « gouvernement entrepreneurial » s’est transformé en « gouvernance d’État78 », au moyen notamment du New Public Management79, et plus précisément de mouvements d’institutionnalisation et de désinstitutionnalisation de techniques spécifiques de pouvoir (par exemple le benchmarking80) depuis l’entreprise privée vers le secteur public. Ce faisant, ils contribuent de manière décisive à une réactualisation de ce qui, chez Foucault, permet d’éclairer l’organisation néomanagériale du pouvoir : sa théorie des disciplines et des stratégies.

  • 81 Ibid., p. 409.
  • 82 Ibid., p. 454.
  • 83 Ibid., p. 402 sq.

23Cependant, une fidélité moins convaincante à l’égard des analyses de Naissance de la biopolitique conduit les auteurs à interpréter de manière littérale les indications foucaldiennes concernant la figure de « l’entrepreneur de soi » incité à valoriser son « capital humain », et à considérer « l’entreprise » non pas comme une forme de rapport social ou même un « environnement » spécifique mais comme un type de rapport à soi-même : « ‘Entreprise’ est ainsi le nom que l’on doit donner au gouvernement de soi à l’âge néolibéral81. » Aussi les auteurs développent-ils l’analyse d’un « sujet néolibéral82 » et intègrent dans la dernière partie de l’ouvrage leurs critiques des dispositifs entrepreneuriaux sous la rubrique d’une analyse de « la fabrique du sujet néolibéral83 ».

  • 84 Ibid., p. 5.
  • 85 Ibid, p. 402.
  • 86 Foucault Michel, « Le sujet et le pouvoir », art. cit., p. 1052 sq.

24Dans la dernière partie de La nouvelle raison du monde, les auteurs reprennent le leitmotiv amorcé dans leur introduction selon lequel, si le néolibéralisme ne constitue ni une « idéologie passagère » ni « une politique économique conjoncturelle », en réalité il « s’agit de bien plus : de la manière dont nous vivons, dont nous sentons, dont nous pensons » ; dans cette perspective, « ce qui est en jeu n’est ni plus ni moins que la forme de notre existence, c’est-à-dire la façon dont nous sommes pressés de nous comporter, de nous rapporter aux autres et à nous autres84 ». Les auteurs décrivent ainsi des sujets « incertains », « flexibles », « précaires », et interprètent « la figure de l’homme-entreprise », du « sujet entrepreneurial » ou de « l’homme compétitif » comme le signe « d’une condition nouvelle de l’homme qui affecterait selon certains jusqu’à l’économie psychique elle-même85 ». À notre sens, cette interprétation est incompatible non seulement avec l’approche stratégique du pouvoir de Foucault mais aussi avec l’argumentation générale de Naissance de la biopolitique, qui conteste explicitement que le fonctionnement du pouvoir consisterait à façonner des subjectivités. Comme on l’a rappelé, il s’agit désormais selon Foucault, de jouer sur « les règles du jeu » plutôt que « sur les joueurs eux-mêmes » ; autrement dit, dans les termes de « Le sujet et le pouvoir86 », il est question dans le néolibéralisme d’une structuration, d’une redirection et d’une neutralisation de stratégies individuelles et collectives qui ne sont pas elles-mêmes alignées sur les objectifs de la concurrence généralisée.

  • 87 Ibid., p. 409.
  • 88 Lordon Frédéric, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2010.
  • 89 Honneth Axel, La réification. Petit traité de théorie critique, Paris, Gallimard, 2006.
  • 90 Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, op. cit., p. 413.
  • 91 Illouz Eva, Les sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006.
  • 92 Dejours Christophe, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Seuil, 199 (...)

25Cette distinction ne renvoie pas à une simple accentuation du caractère objectif de ces dispositifs, ou d’une décision ontologico-critique concernant la secondarité du « sujet » sur les interactions dans lesquelles il est engagé ; mais à un diagnostic différent concernant l’implication ou la participation du sujet aux processus de réification et aux effets d’aliénation dans lesquels il se trouve pris. Pour Pierre Dardot et Christian Laval, en effet, le « néo-sujet » participerait à son aliénation dans la mesure où toute trace d’extériorité entre son désir et le pouvoir qui l’a façonné tendrait chez lui à disparaître. Comme ils l’affirment en faisant alors usage de Lacan : « les nouvelles techniques de ‘l’entreprise de soi’ parviennent sans doute au comble de l’aliénation en prétendant supprimer tout sentiment d’aliénation : obéir à son désir et à l’Autre qui parle à voix basse en dedans de soi, c’est tout un87. » Or dans notre perspective, il y a là une erreur de diagnostic psychologique, sociologique et critique. L’aliénation dans l’organisation néomanagériale du pouvoir ne correspond en effet ni à une « colinéarisation des désirs », comme l’exprime Frédéric Lordon88, ni à une « auto-réification », comme l’exprime Axel Honneth89, ni à la propagation d’une « nouvelle éthique, c’est-à-dire une certaine disposition intérieure, un certain ethos, qu’il faut incarner par un travail de surveillance que l’on exerce sur soi et que les procédures d’évaluation sont chargées de renforcer et de vérifier90 », comme l’expriment Pierre Dardot et Christian Laval. Cette aliénation s’appuie plutôt sur les dynamiques affectives et interactionnelles des individus, qui sont prises au piège de leur valorisation capitaliste, comme le suggère Eva Illouz dans Les sentiments du capitalisme91, et plus précisément, comme le montre par exemple Christophe Dejours dans Souffrance en France92, sur l’instrumentalisation des dynamiques intrapsychiques de défense contre la souffrance au travail. Pour reprendre les termes de Foucault, il s’agit de dispositifs de pouvoir qui structurent les stratégies des individus de telles manières qu’elles participent à leur propre domination.

  • 93 Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, op. cit., p. 419. Les auteurs renvoi (...)
  • 94 C’est l’un des résultats de l’enquête théorique de Stéphane Haber sur les usages critiques de la de (...)
  • 95 Voir notamment Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, op. cit., p. 435 et p (...)
  • 96 Voir notamment Palmade Jacqueline et Dorval Réjean, « Évolution du rapport au travail en 20 ans », (...)
  • 97 Foucault Michel, « Le sujet et le pouvoir », art. cit., p. 1057. 

26Si donc « enrôlement de la subjectivité » il y a, ce n’est pas d’abord au moyen de la formation d’habitus et moins encore d’une « fabrique » de l’inconscient, comme le suggèrent Pierre Dardot et Christian Laval, en affirmant par exemple que « le management moderne cherche à ‘enrôler les subjectivités’ à l’aide de contrôles et d’évaluations de la personnalité, des dispositions du caractère, des façons d’être, de se parler, de se mouvoir, quand ce ne sont pas les motivations inconscientes93 ». Il nous semble que l’ampleur des phénomènes de souffrance au travail suffit à fonder l’idée d’un maintien d’une contradiction entre l’individuel et le social dans l’expérience du travailleur de l’entreprise néomanagériale94, et à disqualifier l’idée d’un « néo-sujet » ayant effectivement intériorisé « le dispositif performance/jouissance95 ». Plus généralement, les enquêtes psycho-sociologiques montrent qu’une part croissante des travailleurs ne sont « pas d’accord » avec l’organisation contemporaine du travail et éprouvent un conflit entre les actes qu’il leur faut effectuer dans le cadre de leur travail et les valeurs et désirs qui sont les leurs par ailleurs (« dans la sphère privée96 »). Pour reprendre les termes de Foucault dans « Le sujet et le pouvoir », « l’agonisme » entre « stratégies de pouvoir » et « insoumission des libertés97 » demeure, et c’est cet agonisme qui est instrumentalisé par les dispositifs néomanagériaux.

« Le sujet et le pouvoir », pour une autre lecture foucaldienne du management néolibéral

  • 98 Ibid., p. 1052.
  • 99 Ibid., p. 1053.
  • 100 Ibid., p. 1052
  • 101 Il s’agit pour Foucault du « pouvoir des lois, des institutions ou des idéologies, si on parle de s (...)
  • 102 Ibid., p. 1053.
  • 103 Ibid.
  • 104 Ibid., p. 1054.

27On propose donc, pour finir, d’esquisser une autre lecture foucaldienne des dispositifs néomanagériaux. Il s’agit de proposer une typologie de ces dispositifs selon qu’ils privilégient la dimension objective, communicationnelle ou hiérarchique des « blocs de pouvoir » décrits par Foucault dans « Le sujet et le pouvoir ». Rappelons l’idée principale : dans les dernières pages de ce texte, Foucault clarifie les relations entre stratégie et discipline, en cherchant à articuler les différents sens des termes de « pouvoir » et de « stratégie », qui désignaient jusqu’ici tantôt le fonctionnement des dispositifs, tantôt l’utilisation, la manœuvre et la redirection des tactiques interactionnelles locales, tantôt ces tactiques de résistance elles-mêmes. Foucault commence par distinguer entre 1. les « capacités objectives », qui renvoient à une activité instrumentale : il s’agit du pouvoir qu’on exerce sur les choses « et qui donne la capacité de les modifier, de les utiliser, de les consommer et de les détruire – un pouvoir qui renvoie à des aptitudes directement inscrites dans le corps ou médiatisées par des relais instrumentaux98 » ; 2. les « rapports de communication », qui renvoient à une activité symbolique : il s’agit du pouvoir de « la fabrication du sens » qui « modifie le champ informatif des partenaires99 » ; et 3. les « relations de pouvoir », qui mettent en jeu des « relations entre individus (ou entre groupes)100 » : il s’agit du pouvoir comme action sur les actions des autres individus101. Les disciplines constituent précisément des « ‘blocs’ de capacité-communication-pouvoir102 » dans lesquels « l’ajustement des capacités, les réseaux de communication et les relations de pouvoir constituent des systèmes réglés et concertés103 ». Dans le prolongement de cette analyse, Foucault ajoute qu’il faut distinguer, au sujet de ces blocs disciplinaires, « différents modèles d’articulation (tantôt avec prééminence des rapports de pouvoir et d’obéissance, comme dans les disciplines de type monastique ou de type pénitentiaire, tantôt avec prééminence des activités finalisées comme dans les disciplines d’ateliers ou d’hôpitaux, tantôt avec prééminence des rapports de communication dans les disciplines d’apprentissage ; tantôt aussi avec une saturation des trois types de relations comme peut-être dans la discipline militaire, où une pléthore de signes marque jusqu’à la redondance des relations de pouvoir serrées et soigneusement calculées pour procurer un certain nombre d’effets techniques).104 »

28Cette « définition élargie » des disciplines, appuyée sur la distinction entre des dispositifs qui privilégient le contrôle des capacités, de la communication ou de la hiérarchie, permet d’esquisser une typologie éclairante des analyses de l’organisation néomanagériale du travail.

  • 105 Hibou Béatrice, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La Découverte, 2012.

29D’une part, il existe des dispositifs qui privilégient le contrôle des rapports objectifs, c’est-à-dire des gestes de métier des individus, au moyen par exemple du gouvernement en flux tendu ou des normes de qualité totale. Au-delà des analyses déjà mentionnées dans cet article, on peut résumer les choses ainsi, en suivant l’analyse de Béatrice Hibou dans La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale : « dictature de l’informatique qui refuse toute approximation (et toute appréciation) dans les réponses sur les protocoles, oblige à documenter certaines rubriques et dépersonnalise les relations ; processus de certification et de normalisation de la qualité des produits, des modes de gestion et de production ; établissement de normes et de spécifications toujours plus précises ; définition d’objectifs à atteindre et d’indicateurs pour pouvoir les évaluer ; développement de l’audit ; définition de contrats (de sous-traitance, d’alliance, de partenariat…) qui stipulent de façon extrêmement détaillées la répartition des tâches, des responsabilités, des rémunérations ; développement des dispositifs de coordination entre entités autonomes, entre métiers, entre compétences, entre planifications décentralisées des profits et des prévisions de capital […]105. » Cette organisation de l’hyper-administration du travail implique un processus d’aliénation, au sens spécifique de l’abstraction des tâches de travail en actes standardisés et déliés de leur finalité pratique.

  • 106 Définie comme « mise en œuvre d'un système de production et de contrôle des pratiques discursives r (...)
  • 107 Voir notamment ibid., et Dejours Christophe, « Aliénation et clinique du travail », art. cit.
  • 108 Dejours Christophe, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, op. cit., notamme (...)

30D’autre part, on peut analyser les dispositifs qui privilégient les rapports communicationnels, comme le fait la psychodynamique du travail de Christophe Dejours, qui montre par exemple que les dispositifs d’évaluation individualisée constituent des « stratégies de distorsion communicationnelle106 » conduisant à des formes d’aliénation sociale, de déni généralisé à l’égard de la souffrance et de la réalité du travail107. Plus précisément, dans Souffrance en France, l’auteur montre que ces formes de dispositifs enrôlent la « participation pathique » des individus, les mettant dans des situations de conflit entre « rationalité pathique » (qui a trait à l’expérience subjective du travail et de la souffrance au travail) et rationalité « morale-pratique » (qui a trait à la coopération et à la coordination), et conduisant à des formes de « restriction de la conscience intersubjective108 » et finalement à l’apathie morale. Les réactions aux actions d’autrui sont alors standardisées et stéréotypées en fonction des seules normes subjectivement et objectivement disponibles : celles de la compétition économique. Cette organisation de l’hyper-évaluation et de l’hyper-concurrence implique un processus d’aliénation, au sens spécifique de la neutralisation des relations sociales de coopération.

  • 109 Brunel Valérie, Les managers de l’âme. Le développement personnel en entreprise, nouvelle pratique (...)
  • 110 Ibid., p. 160.
  • 111 Ibid., p. 161.
  • 112 Ibid., p. 156.
  • 113 Ibid., p. 173.

31Enfin, on peut considérer des dispositifs qui privilégient la hiérarchie et l’auto-contrôle, par exemple le développement personnel, sur lesquels on insistera ici d’autant plus qu’ils semblent à première vue plaider plutôt pour une approche en terme de « fabrication d’un sujet néolibéral ». Envisageons l’analyse du développement personnel développée par Valérie Brunel dans Les managers de l’âme. Le développement personnel en entreprise, nouvelle pratique de pouvoir ?. En s’appuyant essentiellement sur l’observation et l’analyse de techniques de développement personnel (notamment les pratiques de coaching, de feedback, de MBTI) dans l’entreprise « Fair », et en faisant référence explicitement à Foucault, l’auteure y examine « le rôle que jouent les pratiques réflexives dans la transformation du pouvoir managérial109 ». Cependant, l’analyse détaillée de ces dispositifs montre, d’une part, que ce « sont les interactions que le courant du développement de soi dans l’organisation vient modifier110 ». D’autre part, il ne s’agit pas d’abord de former les salariés aux formes d’attitudes instrumentales-stratégiques qui seraient requises par leur métier, mais plutôt de réorganiser le travail et d’occulter les rapports de pouvoir qui s’y jouent : « l’usage des pratiques de soi correspond à des dispositifs de régulation renouvelés, euphémisant l’exercice du pouvoir organisationnel, dans ses buts comme dans ses moyens111 » et ceci « dans le cadre d’un rapport hiérarchique de pouvoir dénié ou masqué par la référence au développement personnel et au coaching112 ». Si « travail sur soi » il y a, celui-ci est donc le résultat, et non la cause, d’un processus d’aliénation qui consiste dans l’occultation de l’organisation du pouvoir et l’impossibilisation de son exercice par les salariés. Et si on peut parler ici d’« auto-contrôle », celui-ci relève de « stratégies collectives de défense » qui doivent précisément permettre de ne pas « subir de plein fouet la disjonction entre sens pour eux et sens du ‘système’113 ». À cet égard, il importe de remarquer à nouveau que cet auto-contrôle ne prend son sens que la mesure où les désirs des individus et les objectifs des organisations ne sont pas les mêmes.

  • 114 Ibid.
  • 115 Stevens Hélène, « Management par le développement personnel et injonction à l’autonomie », in Bodin (...)
  • 116 Ibid.
  • 117 Ibid., p. 158.

32Dans cette perspective, la stratégie du développement personnel ne consiste pas dans l’alignement effectif des motivations individuelles sur les formes d’organisation du pouvoir de l’entreprise (comme le suggère parfois encore l’auteure, qui privilégie souvent dans ses passages plus théoriques sur Foucault la thèse du « dressage » au détriment de celle de l’instrumentalisation des stratégies de défense), mais plutôt à « dénier les éléments qui pourraient la remettre en cause114 ». Plus généralement, comme l’a montré notamment Hélène Stevens dans « Management par le développement personnel et injonction à l’autonomie », si les dispositifs de développement personnel « nécessitent une certaine adhésion et la participation active des salariés » et, dans le registre du discours, « en appellent à l’autocontrainte, à l’autoévaluation et à l’autocontrôle des salariés115 », leur fonction comme leur efficacité relative dépendent en réalité d’une dépossession préalable de la possibilité pour les travailleurs d’exercer un pouvoir de transformation sur l’organisation du travail. Ainsi, les incidences psycho-sociales relevant de « situations de blocage ou de déclassement professionnel, de surmenage, de harcèlement, de pressions diverses, de sentiments de déqualification, d’incertitudes diverses116 » doivent souvent être comprises comme des moyens en vue d’une fin spécifique : désorganiser la « résistance au changement ». Il s’agit d’un processus d’aliénation, dont on peut analyser les dimensions subjective – les travailleurs se trouvent « dépossédés des supports structurels, organisationnels et professionnels de leur pouvoir et de leur autonomie117 » – et objective : ces dispositifs légitiment et imposent de nouvelles formes d’organisation du travail non élaborées collectivement et que les travailleurs désapprouvent.

  • 118 Voir aussi à ce sujet Lemoine Simon, Le sujet dans les dispositifs de pouvoir, Rennes, Presses Univ (...)
  • 119 Voir à ce sujet, Cukier Alexis, « La réification du pouvoir à l’heure du néomanagement et de la fin (...)

33On voit que les seuls schèmes de l’intériorisation et de l’auto-contrôle, associés au leitmotiv de la fabrication des sujets, ne paraissent pas ici valables118. Ce que produit la « discipline managériale » – qu’il est donc possible de penser avec et à partir de la théorie des dispositifs de Foucault –, ce sont des effets d’aliénation, au sens de l’instrumentalisation de la coopération, qui sont causés par des processus de réification, au sens de l’impossibilisation de l’exercice démocratique du pouvoir dans l’entreprise119.

Conclusion

  • 120 Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, op. cit., p. 411.
  • 121 Ibid.

34À cet égard, on peut donc retourner contre les usages de Naissance de la biopolitique en termes de généralisation des « technologies du soi » dans l’organisation néomanagériale du travail la même critique que celle que Pierre Dardot et Christian Laval adressent aux analyses du Nouvel esprit du capitalisme de Luc Boltanski et Eve Chiapello : « prendre pour argent comptant ce que le nouveau capitalisme a bien voulu dire de lui-même dans la littérature managériale des années 1990 », et finalement privilégier la « seule face séductrice et strictement rhétorique des nouveaux modes de pouvoir120 » ; c’est-à-dire croire au discours managérial sinon d’une réalisation du moins d’une fabrication des désirs de l’individu. Dans La nouvelle raison du monde, d’autres arguments issus de Foucault insistent au contraire, et à juste titre, sur « l’aspect proprement disciplinaire du discours managérial » et sur le fait que « nous ne sommes pas sortis de la ‘cage d’acier’ de l’économie capitaliste dont parlait Weber ». Et même si l’on précise alors « qu’à certains égards, il faudrait plutôt dire que chacun est enjoint de construire, pour son propre compte, sa petite ‘cage d’acier’ individuelle121 », on a cherché à montrer que cette participation du travailleur à son aliénation dans l’organisation néomanagériale du travail ne doit pas être interprétée en termes de fabrication d’un sujet néolibéral mais d’instrumentalisation de la coopération et d’impuissance à transformer les dispositifs dont elle dépend.

  • 122 Lemoine Simon, Le sujet des dispositifs de pouvoir, op. cit., p. 124.
  • 123 Voir Agamben Giorgio, Profanation, Paris, Éditions du Rivage, 2006.
  • 124 Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, op. cit., p. 480. C’est ce que les a (...)

35Quelles sont, au final, les conséquences critiques d’une telle lecture alternative ? On s’en tiendra à commenter, pour finir, une formule paradoxale de Simon Lemoine dans Le sujet des dispositifs de pouvoir : « L’homme est assujettissant : il construit des dispositifs pour se contrôler122 ». La question n’est plus alors celle d’un refus du gouvernement, d’une profanation des dispositifs comme le formulerait Giorgio Agamben123, ou encore d’un grand refus du travail comme l’a développé toute une tradition critique depuis les années 1960. Au contraire, il revient justement à Pierre Dardot et Christian Laval d’avoir montré que, même si l’on acceptait le cadre général de Naissance de la biopolitique, il ne serait pas souhaitable de suivre Foucault jusque-là : « Car, s’il est vrai que le rapport à soi de l’entreprise de soi détermine immédiatement et directement un certain type de rapport aux autres, celui de la concurrence généralisée, inversement le refus de fonctionner comme entreprise de soi, qui est distance à soi et refus de l’auto-enrôlement total dans la course à la performance, ne peut valoir pratiquement qu’à la condition d’établir à l’égard des autres des rapports de coopération, de partage et de mise en commun124. » À quoi il convient d’ajouter, en sortant alors de ce que Foucault permet de penser, qu’un tel dépassement de la « rationalité néolibérale » ne pourrait avoir lieu qu’à condition de remplacer les dispositifs néolibéraux par des dispositifs radicalement alternatifs dans l’entreprise, capables de soutenir une organisation démocratique du travail.

Haut de page

Bibliographie

Aballéa François et Demailly Lise, « Les nouveaux régimes de mobilisation des salariés », in Durand Jean-Paul et Linhart Danièle, Les ressorts de la mobilisation du travail, Paris, Erès, 2005.

Actuel Marx, Nouvelles aliénations, n° 39, mai 2006.

Agamben Giorgio, Profanation, Paris, Éditions du Rivage, 2006.

Baudry Bernard et Chassagnon Virgile, Les théories économiques de l’entreprise, Paris, La Découverte, 2014.

Brunel Valérie, Les managers de l’âme. Le développement personnel en entreprise, nouvelle pratique de pouvoir ?, Paris, La Découverte, 2004.

Bruno Isabelle et Didier Emmanuel, Benchmarking. L’État sous pression statistique, Paris, La Découverte, 2013, p. 195.

Brown Wendy, Undoing the Demos: Neoliberalism’s Stealth Revolution, New York, Zone Books, 2015.

Clot Yves, Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psycho-sociaux, Paris, La Découverte, 2010.

Corsi Patrick et Neau Erwann, Les dynamiques de l’innovation. Modèles, méthodes et outils, Paris, Hermes Science Publications, 2011.

Courpasson David, L’action contrainte : organisations libérales et domination, Paris, Presses Universitaires de France, 2000.

Courpasson David, « Régulation et gouvernement des organisations. Pour une sociologie de l’action managériale », Sociologie du travail, n° 1, 1997.

Coutrot Thomas, L’entreprise néo-libérale, nouvelle utopie capitaliste ?, Paris, La Découverte, 1998.

Craipeau Sylvie, L’entreprise commutante. Travailler ensemble séparément, Paris, Hermes Science Publications, 2001.

Cukier Alexis (dir.), Travail vivant et théorie critique. Affects, pouvoir et critique du travail, Paris, Presses Universitaires de France, 2017.

Cukier Alexis, « Le néolibéralisme contre le travail démocratique », Contretemps, n° 36, 2016.

Cukier Alexis, « La réification du pouvoir à l’heure du néomanagement et de la finance », in Chanson Vincent, Cukier Alexis, Monferrand Frédéric (dir.), La réification. Histoire et actualité d’un concept critique, Paris, La Dispute, 2015.

Cukier Alexis, « Pouvoir et empathie. Philosophie sociale, psychologie et théorie politique », thèse de doctorat, Université Paris Nanterre, 2014.

Dardot Pierre et Laval Christian, Ce cauchemar qui n’en finit pas. Comment le néolibéralisme défait la démocratie, Paris, La Découverte, 2016.

Dardot Pierre et Laval Christian, Commun. Essai sur la révolution au xxe siècle, Paris, La Découverte, 2014.

Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009.

Dejours Christophe, Le choix. Souffrir au travail n’est pas une fatalité, Paris, Bayard, 2015.

Dejours Christophe, Travail vivant 2 : Travail et émancipation, Paris, Payot, 2009.

Dejours Christophe, « Aliénation et clinique du travail », Actuel Marx, n° 36, 2009.

Dejours Christophe, L’évaluation du travail à l’épreuve du réel. Critique des fondements de l’évaluation, Paris, Éditions Quae, 2003.

Dejours Christophe, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Seuil, 1999.

Deetz Stanley, Democracy in an Age of Corporate Colonization, Albany, Suny Press, 1992.

Durand Jean-Paul, « Les outils contemporaines de l’aliénation du travail », Actuel Marx, n° 36, 2009.

Durand Jean-Pierre, La chaîne invisible. Travailler aujourd’hui, flux tendu et servitude volontaire, Paris, Seuil, 2004.

Durand Jean-Paul et Hatzfeld Nicolas, La chaîne et le réseau. Peugeot-Sochaux, ambiances d’intérieur, Lausanne, Page Deux, 2002.

Durand Jean-Paul et Linhart Danièle, Les ressorts de la mobilisation du travail, Paris, Erès, 2005.

Findlay Patricia et Newton Tim, « Re-Framing Foucault: the Case of Performance Appraisal », in McKinlay Alan et Starkey Ken (dir.), Foucault, Management and Organization Theory. From Panopticon to Technologies of Self, Londres, Sage Publications Ltd, 1998.

Fischbach Franck, « Aliénation et réification à l’âge du travail immatériel », in Chanson Vincent, Cukier Alexis et Monferrand Frédéric (dir.), La réification. Histoire et actualité d’un concept critique, Paris, La Dispute, 2014.

Fischbach Franck, Sans objet. Capitalisme, subjectivité, aliénation, Paris, Vrin, 2009.

Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, Cours au collège de France (1978-1979), Paris, Gallimard-Seuil, 2004.

Foucault Michel, « Le sujet et le pouvoir », in Foucault Michel, Dits et écrits, tome II, Paris, Gallimard, 1994.

Grey Christopher, « Career as a Project of the Self and Labour Process Discipline », Sociology, vol. 28, n° 2, 1994.

Haber Stéphane, « Du néolibéralisme au néocapitalisme ? Sur quelques pistes foucaldiennes », in Haber Stéphane, Penser le néocapitalisme. Vie, capital et aliénation, Paris, Les prairies ordinaires, 2013.

Haber Stéphane, Freud et la théorie sociale, Paris, La Dispute, 2012.

Haber Stéphane, L’Aliénation. Vie sociale et expérience de la dépossession, Paris, Presses Universitaires de France, 2007.

Hibou Béatrice, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La Découverte, 2012.

Honneth Axel, La réification. Petit traité de théorie critique, Paris, Gallimard, 2006.

Illouz Eva, Les sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006.

Jensen Michael et Merckling William, « Corporate Governance and ‘Economic Democracy’: an Attack on Freedom », in Huinzenga C. J. (dir.) Proceedings of Corporate Governance. A Definitive Exploration of the Issues, Los Angeles, UCLA Extension, 1983.

Lapayre Nathalie, « La dialectique autonomie/contrôle dans le management par projet », Interventions Economiques, n° 40, 2009.

Lemoine Simon, Le sujet dans les dispositifs de pouvoir, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013.

Le Texier Thibaud, « Foucault, le pouvoir et l’entreprise : pour une théorie de la gouvernementalité managériale », Revue de philosophie économique, vol. 12, n˚ 2, 2011, p. 53-85.

Le Texier Thibaud, Le maniement des hommes. Essai sur la rationalité managériale, Paris, La Découverte, 2016.

Linhart Danièle, La modernisation des entreprises, Paris, La Découverte, 2010.

Linhart Danièle, Travailler sans les autres, Paris, Seuil, 2009

Lordon Frédéric, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2010.

McKinlay Alan et Starkey Ken (dir.), Foucault, Management and Organization Theory. From Panopticon to Technologies of Self, Londres, SAGE Publications Ltd, 1998.

Moore Marc T. et Rebérioux Antoine, « The Corporate Governance of the Firm as an Entity: Old Issues for a New Debate », in Biondi Yuri, Canziani Arnaldo, Kirat Thierry (dir.), The Firm as an Entity. Implications for Economics, Accounting and the Law, Londres et New York, Routledge, 2007.

Palmade Jacqueline et Dorval Réjean, « Évolution du rapport au travail en 20 ans », Travail et emploi, n° 80, 1999.

Paltrinieri Luca, « Quantifier la qualité. Le ‘capital humain’ entre économie, démographie et éducation », Raisons politiques, n° 52, 2013.

Pineault Eric, « Quand la finance réinvente l’aliénation et la réification », Terrains/Théories, n° 1, 2015.

Rolo Duarte, Mentir au travail, Paris, Presses Universitaires de France, 2015.

Salamon Kurt, « Le management par la transformation personnelle », in Hatchuel Armand, Pezet Eric et Starkey Ken (dir.), Gouvernement, organisation et gestion : l’héritage de Michel Foucault, Québec, Presses de l’Université Laval, 2006.

Stevens Hélène, « Management par le développement personnel et injonction à l’autonomie », in Bodin Romuald (dir.), Les métamorphoses du contrôle social, Paris, La Dispute, 2012.

Townley Barbara, « Foucault, Power/Knowledge and its Relevance for Human Resource Management », in McKinlay Alan et Starkey Ken (dir.), Foucault, Management and Organization Theory. From Panopticon to Technologies of Self, Londres, SagePublications Ltd, 1998.

Weinstein Olivier, Pouvoir, finance et connaissance. Les transformations de l’entreprise capitaliste aux xxe et xxie siècles, Paris, La Découverte, 2010.

Zarifian Philippe, Le travail et la compétence : entre puissance et contrôle, Paris, Presses Universitaires de France, 2009.

Haut de page

Notes

1 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique. Cours au collège de France (1978-1979), Paris, Gallimard-Seuil, 2004.

2 Voir notamment ibid., p. 232.

3 C’est, par exemple, le titre du treizième chapitre de Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009.

4 Foucault Michel, « Le sujet et le pouvoir », in Foucault Michel, Dits et écrits, tome II, Paris, Gallimard, 1994.

5 Ce texte reprend certains arguments de Cukier Alexis, « Pouvoir et empathie. Philosophie sociale, psychologie et théorie politique », thèse de doctorat, Université Paris Nanterre, 2014.

6 Voir à ce sujet notamment Actuel Marx, n° 39 : Nouvelles aliénations, mai 2006.

7 Voir à ce sujet notamment Fischbach Franck, Sans objet. Capitalisme, subjectivité, aliénation, Paris, Vrin, 2009, ainsi que Fischbach Franck, « Aliénation et réification à l’âge du travail immatériel », in Chanson Vincent, Cukier Alexis et Monferrand Frédéric (dir.), La réification. Histoire et actualité d’un concept critique, Paris, La Dispute, 2014.

8 Deetz Stanley, Democracy in an Age of Corporate Colonization, Albany, Suny Press, 1992, p. XI (traduction de l’auteur).

9 Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op. cit.

10 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 232.

11 Voir par exemple McKinlay Alan et Starkey Ken (dir.), Foucault, Management and Organization Theory. From Panopticon to Technologies of Self, Londres, Sage Publications Ltd, 1998.

12 Au sujet de la question des affects et du pouvoir dans l’entreprise contemporaine, voir Cukier Alexis (dir.), Travail vivant et théorie critique. Affects, pouvoir et critique du travail, Paris, Presses Universitaires de France, 2017.

13 Au sujet des théories du capital humain, voir Paltrinieri Luca, « Quantifier la qualité. Le "capital humain" entre économie, démographie et éducation », Raisons politiques, n° 52, 2013, p. 89-107.

14 Voir Brown Wendy, Undoing the Demos: Neoliberalism’s Stealth Revolution, New York, Zone Books, 2015. L’auteure, qui s’appuie sur les analyses de Naissance de la biopolitique, remarque cependant le manque d’intérêt de Foucault pour l’analyse du capitalisme comme forme spécifique de domination d’une part, et pour les rapports entre néolibéralisme et démocratie d’autre part (voir ibid., p. 27).

15 Pour la distinction entre aliénation subjective et aliénation objective, voir Haber Stéphane, L’Aliénation. Vie sociale et expérience de la dépossession, Paris, Presses Universitaires de France, 2007.

16 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 137.

17 Ibid., p. 265.

18 Haber Stéphane, « Du néolibéralisme au néocapitalisme ? Sur quelques pistes foucaldiennes », in Haber Stéphane, Penser le néocapitalisme. Vie, capital et aliénation, Paris, Les prairies ordinaires, 2013, p. 224.

19 Ibid., p. 155.

20 Voir, par exemple, Dardot Pierre et Laval Christian, Ce cauchemar qui n’en finit pas. Comment le néolibéralisme défait la démocratie, Paris, La Découverte, 2016.

21 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 154.

22 Voir à ce sujet Cukier Alexis, « Le néolibéralisme contre le travail démocratique », Contretemps, n° 36, 2016.

23 Rappelons que Foucault définissait l’économie politique comme une « sorte de réflexion générale sur l’organisation, la distribution et la limitation des pouvoirs dans une société » (Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 15).

24 Ibid., p. 248. 

25 Ibid.

26 Ibid., p. 253.

27 Ibid., p. 247-248.

28 Ibid., p. 154.

29 Ibid., p. 266.

30 Corsi Patrick et Neau Erwann, Les dynamiques de l’innovation. Modèles, méthodes et outils, Paris, Hermes Science Publications, 2011, p. 37.

31 Linhart Danièle, La modernisation des entreprises, Paris, La Découverte, 2010, p. 51.

32 Durand Jean-Pierre, La chaîne invisible. Travailler aujourd’hui, flux tendu et servitude volontaire, Paris, Le Seuil, 2004.

33 Craipeau Sylvie, L’entreprise commutante. Travailler ensemble séparément, Paris, Hermes Science Publications, 2001.

34 Durand Jean-Paul et Hatzfeld Nicolas, La chaîne et le réseau. Peugeot-Sochaux, ambiances d’intérieur, Lausanne, Page Deux, 2002.

35 Durand Jean-Paul, « Les outils contemporains de l’aliénation du travail », Actuel Marx, n° 36, 2009, p. 115.

36 Voir à ce sujet Durand Jean-Paul, La chaîne invisible, op. cit., p. 20.

37 Durand Jean-Paul, « Les outils contemporains de l’aliénation », art. cit., p. 118.

38 Coutrot Thomas, L’entreprise néo-libérale, nouvelle utopie capitaliste ?, Paris, La Découverte, 1998.

39 Courpasson David, L’action contrainte : organisations libérales et domination, Paris, Presses Universitaires de France, 2000. Du même auteur, voir également, plus spécifiquement au sujet du management : Courpasson David, « Régulation et gouvernement des organisations. Pour une sociologie de l’action managériale », Sociologie du travail, n° 1, 1997.

40 Durand Jean-Paul, « Les nouveaux outils de l’aliénation du travail », op. cit., p. 122.

41 Linhart Danièle, Travailler sans les autres, Paris, Seuil, 2009, p. 55.

42 Ibid.

43 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 232.

44 Voir notamment Dejours Christophe, L’évaluation du travail à l’épreuve du réel. Critique des fondements de l’évaluation, Paris, Éditions Quae, 2003.

45 Voir également Dejours Christophe, Le choix. Souffrir au travail n’est pas une fatalité, Paris, Bayard, 2015.

46 Dejours Christophe, Travail vivant 2 : Travail et émancipation, Paris, Payot, 2009, p. 84.

47 Voir notamment, à ce sujet, Rolo Duarte, Mentir au travail, Paris, Presses Universitaires de France, 2015.

48 Dejours Christophe, « Aliénation et clinique du travail », Actuel Marx, n° 36, 2009, p. 141.

49 Bruno Isabelle et Didier Emmanuel, Benchmarking. L'État sous pression statistique, Paris, La Découverte, 2013, p. 195.

50 Brunel Valérie, Les managers de l’âme. Le développement personnel en entreprise, nouvelle pratique de pouvoir ?, Paris, La Découverte, 2004.

51 Voir à ce sujet également les analyses de la clinique de l’activité, par exemple dans Clot Yves, Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psycho-sociaux, Paris, La Découverte, 2010.

52 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 232.

53 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique, op. cit., p. 172.

54 Voir Pineault Eric, « Quand la finance réinvente l’aliénation et la réification », Terrains/Théories, n° 1, 2015.

55 Le « Leverage Buy Out (LBO) » est un type de montage juridico-financier de rachat d’entreprise par un « effet de levier », c’est-à-dire d’endettement. Voir à ce sujet, par exemple, Weinstein Olivier, Pouvoir, finance et connaissance. Les transformations de l’entreprise capitaliste aux xxe et xxie siècles, Paris, La Découverte, 2010, p. 88 sq.

56 Baudry Bernard et Chassagnon Virgile, Les théories économiques de l’entreprise, Paris, La Découverte, 2014, p. 98-99.

57 Weinstein Olivier, Pouvoir, finance et connaissance, op. cit., p. 126.

58 Ibid., p. 88.

59 Moore Marc T. et Rebérioux Antoine, « The Corporate Governance of the Firm as an Entity : Old issues for a New Debate », in Biondi Yuri, Canziani Arnaldo, Kirat Thierry (dir.), The Firm as an Entity. Implications for Economics, Accounting and the Law, Londres et New York, Routledge, 2007, p. 357.

60 Voir Jensen Michael et Merckling William, « Corporate Governance and ‘Economic Democracy’ : an Attack on Freedom », in Huinzenga C. J. (dir.) Proceedings of Corporate Governance. A Definitive Exploration of the Issues, Los Angeles, UCLA Extension, 1983.

61 « La théorie de l’agence doit être considérée pour ce qu’elle est : un coup de force théorique et idéologique qui participe d’un mouvement visant à imposer une nouvelle conception de l’entreprise et à justifier des changements majeurs dans la manière de concevoir ses fonctions et sa gestion. » (Weinstein Olivier, Pouvoir, finance et connaissance, op. cit., p. 99).

62 Ibid., p. 101.

63 Voir à ce sujet ibid., p. 79.

64 Ibid.

65 Voir Le Texier Thibaud, « Foucault, le pouvoir et l’entreprise : pour une théorie de la gouvernementalité managériale », Revue de philosophie économique, vol. 12, n˚ 2, 2011, p. 53-85, ainsi que Le Texier Thibaud, Le maniement des hommes. Essai sur la rationalité managériale, Paris, La Découverte, 2016.

66 Voir notamment Brunel Valérie, Les managers de l’âme, Le développement personnel en entreprise, nouvelle pratique de pouvoir ?, op. cit., et Salamon Kurt, « Le management par la transformation personnelle », in Hatchuel Armand, Pezet Eric et Starkey Ken (dir.), Gouvernement, organisation et gestion : l’héritage de Michel Foucault, Québec, Presses de l’Université Laval, 2006.

67 Voir notamment Townley Barbara, « Foucault, Power/Knowledge and its Relevance for Human Resource Management », in McKinlay Alan et Starkey Ken (dir.), Foucault, Management and Organization Theory. From Panopticon to Technologies of Self, op. cit.

68 Voir notamment Grey Christopher, « Career as a Project of the Self and Labour Process Discipline », Sociology, vol. 28, n° 2, 1994.

69 Lapayre Nathalie, « La dialectique autonomie/contrôle dans le management par projet », Interventions Economiques, n° 40, 2009.

70 Findlay Patricia et Newton Tim, « Re-Framing Foucault : the Case of Performance Appraisal », McKinlay Alan et Starkey Ken (dir.), Foucault, Management and Organization Theory. From Panopticon to Technologies of Self, op. cit.

71 « Contrôle de soi et des autres, participation, adhésion, consentement : à partir des années 1920, le principe de leardership subsume ce faisceau de concepts dessinant un art de la motivation, de l’encouragement, de la séduction, de l’incitation et de l’inspiration » (Le Texier Thibaud, « Foucault, le pouvoir et l’entreprise : pour une théorie de la gouvernementalité managériale », art. cit., p. 2).

72 Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, op. cit., p. 300.

73 Ibid.

74 Ibid., p. 301.

75 Ibid., p. 307.

76 Ibid., p. 311.

77 « Cet autogouvernement de soi n’est pas spontanément obtenu par simple effet d’un discours managérial séducteur manipulant l’aspiration de chacun à l’autonomie » (ibid., p. 313).

78 Voir ibid., p. 353 sq.

79 Voir ibid., p. 382 sq.

80 Voir ibid., p. 351.

81 Ibid., p. 409.

82 Ibid., p. 454.

83 Ibid., p. 402 sq.

84 Ibid., p. 5.

85 Ibid, p. 402.

86 Foucault Michel, « Le sujet et le pouvoir », art. cit., p. 1052 sq.

87 Ibid., p. 409.

88 Lordon Frédéric, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2010.

89 Honneth Axel, La réification. Petit traité de théorie critique, Paris, Gallimard, 2006.

90 Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, op. cit., p. 413.

91 Illouz Eva, Les sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006.

92 Dejours Christophe, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Seuil, 1999.

93 Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, op. cit., p. 419. Les auteurs renvoient à Aballéa François et Demailly Lise, « Les nouveaux régimes de mobilisation des salariés », in Durand Jean-Paul et Linhart Danièle, Les ressorts de la mobilisation du travail, Paris, Erès, 2005.

94 C’est l’un des résultats de l’enquête théorique de Stéphane Haber sur les usages critiques de la deuxième topique dans Freud et la théorie sociale : « Les transformations discursives et pratiques qui ont accompagné le passage du Welfare State ou Workfare font donc partie de ces éléments historiques qui redonnent une certaine actualité à la conception freudienne du surmoi » (Haber Stéphane, Freud et la théorie sociale, Paris, La Dispute, 2012, p. 216).

95 Voir notamment Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, op. cit., p. 435 et p. 455.

96 Voir notamment Palmade Jacqueline et Dorval Réjean, « Évolution du rapport au travail en 20 ans », Travail et emploi, n° 80, 1999. Voir également Zarifian Philippe, Le travail et la compétence : entre puissance et contrôle, Paris, Presses Universitaires de France, 2009, et au sujet de la « souffrance éthique », Rolo Duarte, Mentir au travail, op. cit.

97 Foucault Michel, « Le sujet et le pouvoir », art. cit., p. 1057. 

98 Ibid., p. 1052.

99 Ibid., p. 1053.

100 Ibid., p. 1052

101 Il s’agit pour Foucault du « pouvoir des lois, des institutions ou des idéologies, si on parle de structures ou de mécanismes de pouvoir, c'est dans la mesure seulement où on suppose que ‘certains’ exercent un pouvoir sur d'autres. » (Ibid).

102 Ibid., p. 1053.

103 Ibid.

104 Ibid., p. 1054.

105 Hibou Béatrice, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La Découverte, 2012.

106 Définie comme « mise en œuvre d'un système de production et de contrôle des pratiques discursives relatives au travail, à la gestion et au fonctionnement de l'organisation » (Dejours Christophe, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, op. cit., p. 79).

107 Voir notamment ibid., et Dejours Christophe, « Aliénation et clinique du travail », art. cit.

108 Dejours Christophe, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, op. cit., notamment p. 162 sq.

109 Brunel Valérie, Les managers de l’âme. Le développement personnel en entreprise, nouvelle pratique de pouvoir ?, op. cit., p. 143.

110 Ibid., p. 160.

111 Ibid., p. 161.

112 Ibid., p. 156.

113 Ibid., p. 173.

114 Ibid.

115 Stevens Hélène, « Management par le développement personnel et injonction à l’autonomie », in Bodin Romuald (dir.), Les métamorphoses du contrôle social, Paris, La Dispute, 2012, p. 156.

116 Ibid.

117 Ibid., p. 158.

118 Voir aussi à ce sujet Lemoine Simon, Le sujet dans les dispositifs de pouvoir, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, notamment p. 274.

119 Voir à ce sujet, Cukier Alexis, « La réification du pouvoir à l’heure du néomanagement et de la finance », in Chanson Vincent, Cukier Alexis, Monferrand Frédéric (dir.), La réification. Histoire et actualité d’un concept critique, Paris, La Dispute, 2015.

120 Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, op. cit., p. 411.

121 Ibid.

122 Lemoine Simon, Le sujet des dispositifs de pouvoir, op. cit., p. 124.

123 Voir Agamben Giorgio, Profanation, Paris, Éditions du Rivage, 2006.

124 Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, op. cit., p. 480. C’est ce que les auteurs désignent dans cet ouvrage comme des « pratiques de ‘communisation’ du savoir, d’assistance mutuelle, de travail coopératif » dont ils estiment qu’ils « peuvent dessiner les traits d’une autre raison du monde » (ibid). Voir à ce sujet également Dardot Pierre et Laval Christian, Commun. Essai sur la révolution au xxe siècle, Paris, La Découverte, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Cukier, « Entrepreneur de soi ou travailleur aliéné ?  », Terrains/Théories [En ligne], 6 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://teth.revues.org/918 ; DOI : 10.4000/teth.918

Haut de page

Auteur

Alexis Cukier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org