Skip to navigation – Site map
Dossier
Lectures

Johanna Simeant (dir.), Guide de l’enquête globale en sciences sociales, CNRS éditions, 2015

Isabelle Delpla

Full text

1Le guide de l’enquête globale en sciences sociales est un ouvrage collectif important et indispensable pour les étudiants, les enseignants et les chercheurs de toutes les disciplines concernées par l’étude de la mondialisation. Et ce, même si son titre est trompeur et le propos de l’ouvrage bien plus restreint que l’ambition affichée : les sciences sociales y sont principalement représentées par la sociologie et certains de ses courants, essentiellement bourdieusien, et les enquêtes largement orientées vers les élites globales et les échelles « supérieures ».

2Cet ouvrage collectif se veut le pendant pour la mondialisation du Guide de l’enquête de terrain de Florence Weber et Stéphane Beaud ou du Métier de sociologue de Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron. Il vise à aider l’enquête dans des contextes internationalisés, rentrant dans le travail des chercheurs en train de se faire, avec leurs difficultés pratiques et leur bricolage, à l’instar des Ficelles du métier d’Howard Becker. Ceux qui pratiquent ce genre de terrain se retrouveront dans les problèmes de cherté des transports, d’éclatement géographique des terrains, de difficulté d’accès aux institutions ou cénacles internationaux. Pour le lecteur externe, cette entrée dans les problèmes pratiques de l’enquête est une superbe leçon d’épistémologie des sciences sociales, croisant constamment construction de l’objet et conditions d’enquête, avec leurs contraintes et leurs limites.

3Ce guide est d’abord un remarquable outil pédagogique par la clarté du propos (notamment des introductions générales ou spécifiques des parties ou sections) et sa structure d’ensemble. Il est divisé en deux parties : la première présente les travaux du Centre européen de sociologie et de science politique de Paris 1 qui a élaboré cet ouvrage (on y reviendra) ; la seconde consiste en textes choisis, précédés d’utiles chapeaux introductifs. Cette seconde partie se divise elle-même en quatre sections : « Théories et constructions d’objet », « Lieux », « Enquêtes, « Pistes ». La première section rappelle l’actualité des classiques de la sociologie comme la division du travail social de Durkheim, donne un aperçu des grandes critiques du concept de mondialisation (Frédéric Cooper) ou de ses modèles (Immanuel Wallerstein), des études sociologiques sur la discipline des Relations internationales, des grands principes d’une sociologie de la traduction et d’étude genrée des migrations, etc. La seconde éclaire la constitution des lieux de l’international, entre formation de sites spécifiques et dislocation des terrains classiques (national ou local) du chercheur. Elle est utilement accompagnée de cartes montrant les trajectoires des chercheurs ou des objets de recherches. La troisième présente une large palette d’enquêtes de terrain sur les circulations d’expertise, la transformation des doctrines militaires, la diffusion des techniques de pacification, l’écriture des rapports de l’OCDE, les élites internationales (diplomates) ou ses bas fonds (prostitution transfrontalière), les importations et exportations culturelles et philosophiques, etc. La quatrième section, « Pistes », est en revanche plus artificielle : elle vise à souligner une salutaire pluralité des approches, mais apparaît redondante avec le reste de l’ouvrage, les textes cités reprenant souvent des pistes déjà évoquées, sans inventivité programmatique particulière. On aurait souhaité un index ou une table des matières détaillée pour faciliter l’usage de ces multiples références.

4Ce guide se distingue également par un équilibre entre convergence théorique et diversité (relative) des approches et des terrains. Les diverses contributions présupposent ou défendent une thèse aussi simple que profonde : il n’y a pas de séparation ontologique de l’international, ni de coupure entre le national et l’international. Corrélativement, il n’y a pas de spécificité méthodologique dans l’étude de l’international, ni de coupure entre les méthodes d’étude du national et de l’international. Il s’agit donc d’analyser des différences de degré et non de nature entre des phénomènes dits nationaux et d’autres dits internationaux. Ces différences de degré peuvent démultiplier les difficultés de terrains (notamment par leur dislocation spatiale) ou complexifier certains phénomènes, notamment la division du travail, le rôle des intermédiaires ou des courtiers. On retrouve des échos des notations si fines de Johanna Siméant sur la division du travail et ses effets moraux dans les ONG humanitaires.

5La transposition des concepts de la sociologie classique (en l’occurrence bourdieusienne) n’est dès lors ni impossible, ni automatique, appelant des reformulations. Le chapitre 2 s’attelle ainsi aux tentatives de définir un capital international et critique justement la tentation de l’essentialiser et de le séparer des capitaux propres à chaque champ (Anne Catherine Wagner avec Bertrand Réau  « Le capital international : un outil d’analyse de la reconfiguration des rapports de domination »). Le chapitre 10 analyse les difficultés de transposition du concept de champ, émanant d’une sociogenèse de l’État, à des « champs » d’experts transnationaux avec des frontières internes et externes très labiles et des enjeux de pouvoirs peu stabilisés (Didier Georgakakis et Antoine Vauchez « Le concept de champ à l’épreuve de l’Europe »).

6Ce refus d’un dualisme ontologique et méthodologique du national et de l’international s’inscrit dans un courant plus large de critique du nationalisme méthodologique en sciences sociales. Il vise également à dépasser la superposition routinière entre une société et un État et l’enfermement implicite des recueils de données et des terrains dans des frontières nationales. La cible principale n’est toutefois pas le nationalisme méthodologique de la sociologie classique, mais les disciplines qui s’arrogent l’étude des phénomènes internationaux comme étant leur propriété exclusive, à l’instar des Relations internationales. Par diverses voies, les contributions du Guide de l’enquête globale s’attaque donc aux présupposés de cette discipline selon lesquels les relations internationales auraient des lieux ou des objets spécifiques, tels que les États. Elles visent à désenclaver et à banaliser l’étude de l’international. Les méthodes d’enquête les plus classiques des sciences sociales (entretiens individuels, analyses des profils de carrières, prosopographie et ethnographie, etc.) permettent ainsi de contrer la réification des collectifs (qu’il s’agisse des États, des organisations internationales ou des ONG) et de montrer que ces derniers ne sont formés que des agents ordinaires des sciences sociales.

7Ce faisant, il ne s’agit pas seulement de critiquer une vision désincarnée des relations internationales en montrant que ses entités supposées sont formées d’êtres sociaux avec leurs parcours professionnels (chapitre 3, Meryll David-Ismayil, Leonora Dugonjic, Romain Lecler « Analyser les politiques de mondialisation »). La thèse globale, plus forte, est celle d’une inséparabilité entre l’international et le national. Concrètement, les parcours sociologiques et les socialisations internationales sont intrinsèquement dépendants des socialisations et parcours nationaux. Il n’y a donc pas de profil de carrières proprement européen ou international, mais une porosité entre national et international. Yves Dezalay parle ainsi d’agents doubles pour qualifier ces passeurs qui mobilisent un capital cosmopolite dans des guerres de palais entre scènes nationales et internationales et jouent de la capacité à circuler entre ces espaces (chapitre 9, Yves Dezalay et Olivier Nay, « Le marché des savoirs de réforme : circulations de l’expertise de gouvernement et reproduction des hiérarchies internationales », p. 175).

8Plusieurs études de cas montrent la pertinence et la fertilité de cette approche. D’une part, la socialisation internationale explique l’influence de certains groupes ou acteurs dans des politiques nationales. Ainsi en est-il des carrières universitaires avec l’usage de la circulation académique internationale comme ressource dans les champs de pouvoirs nationaux (chapitre 7, Boris Attencourt et Afrânio Garcia Jr., « Compétition pour la suprématie culturelle et stratégies internationales des élites intellectuelles »). Il en est de même des officiers héritiers de l’armée d’Afrique, particulièrement formés dans les opérations extérieures, dans l’émergence de la coopération civilo-militaire dans l’armée française (travaux de Grégory Daho cités p. 312).

9D’autre part, et inversement, l’approche prosopographique des élites européennes permet de rompre avec une vision dénationalisée de l’Europe, leurs carrières restant ancrées dans des carrières politico-administratives nationales. Ainsi, la socialisation primaire et professionnelle des juristes européens s’opère presque intégralement dans des espaces nationaux (chapitre 10, Didier Georgakakis et Antoine Vauchez). De même, loin de proposer une analyse internationale indépendante, les rapports de l’OCDE sont élaborés avec les délégations nationales, les agents des différents gouvernements et ensuite promus par eux (travaux de Vincent Gayon cités p. 315). Les experts indépendants auxquels a recouru la Commission européenne pour l’élaboration d’un modèle social européen sont issus de la haute fonction publique française et en particulier du ministère des affaires sociales (travaux de Cécile Robert cités p. 322). L’influence internationale est donc largement l’effet d’un cumul de positions professionnelles ou d’une multi-positionnalité.

10De fait, l’ouvrage accorde plus de place aux études montrant une dépendance d’une influence internationale envers des positions nationales. Même s’il n’en conclut pas à une dépendance ontologique de l’international envers le national, il met souvent en pratique une telle dépendance méthodologique : l’extrapolation des outils de la sociologie classique formés dans un cadre national s’en trouve justifiée d’autant. La thèse forte et novatrice d’une inséparabilité du national et de l’international conduirait, non à dépasser, mais à étendre une forme de nationalisme méthodologique à l’international et à défendre les conquêtes par la sociologie des chasses gardées des Relations internationales dans une rivalité entre disciplines. Pour contrer cette lecture réductrice, l’ouvrage aurait gagné à mieux montrer la fertilité des études de la mondialisation pour des terrains nationaux.

11Pour explorer les lieux de l’international, le guide suit trois pistes divergentes et complémentaires. Il s’agit d’abord d’ouvrir les lieux clos et réservés des organisations internationales, comme le conseil de sécurité de l’ONU (David Ambrosetti). Il s’agit surtout d’analyser les dynamiques des marchés, forums, foires ou expositions internationales comme nœuds de coalescence des acteurs internationaux, l’étude de tels lieux étant prépondérante dans le volume (chapitre 1, Johanna Siméant, Victoria Lickert et Florent Pouponneau, « Échelles, récifs, bureaux – Terrains du politique à l’international » ; chapitre 4, Gisèle Sapiro et Jérôme Pacouret « La circulation des biens cultures : entre marchés, États et champs » ; chapitre 5, Marie-France Garcia-Parpet, Romain Lecler, Gustavo Sorà, « Foires, salons et marchés internationaux. Circulation des biens symboliques et mondialisation des places marchandes »). Inversement, Nehara Feldman et Sébastien Roux critiquent l’idée même de lieux ou d’échelles spécifiques de l’international ou la supériorité d’une échelle sur une autre (chapitre 8, « Des vies actuelles. Expériences contemporaines d’un monde globalisé »). Très justement, ils notent que l’on croit souvent travailler sur l’international en travaillant sur des lieux et des agents définis apriori comme globalisés (diasporas, marchés internationaux, etc.) et en sélectionnant des acteurs supposés représentatifs (acteurs d’OI, d’ONG, touristes). Pourtant, tout lieu et tout objet sont potentiellement globalisés dans une mondialisation du quotidien et des vies actuelles, avec des rapports familiaux éclatés en plusieurs lieux.

12Cette critique est d’ailleurs judicieuse envers cet ouvrage même qui se place pour l’essentiel à une échelle supérieure des cénacles de pouvoir, des élites internationales (politiques, culturelles, économiques), des forums d’apparat, des échanges de biens nobles (biens culturels). On y retrouve les grands objets de la sociologie de Bourdieu, mais globalisés : les héritiers, la noblesse d’État, l’homo academicus, la distinction et le champ littéraire. Cette limitation est dommageable à plusieurs égards. En premier lieu, il est souvent reproché aux ONG de ne représenter qu’une société civile de surface, sans effet profond sur les sociétés où elles interviennent. En quoi cette mondialisation des élites prépondérante dans l’ouvrage n’était-elle pas limitée une certaine échelle et illusoire au-delà ? Certes, l’ouvrage fait quelques rares incursions vers la mondialisation des dominés, mais il n’éclaire guère l’articulation entre ces diverses échelles. À défaut d’un dualisme entre les mobiles et les prisonniers du local dénoncé par Zygmunt Bauman, l’ouvrage ne reproduit-il un nouveau dualisme entre les mondialisations nobles et ignobles (sans abris, prostituées, trafics) ? Celles des OI, des ONG et des vies quotidiennes sont-elles les mêmes ? Plus largement, quid des classes moyennes dans des activités professionnelles ordinaires, à l’instar des PME ou des personnels soignants ?

13En second lieu, cette restriction d’échelle et d’objet évince des phénomènes pourtant massifs pour une enquête globalisée. L’ouvrage n’accorde qu’une place marginale aux études des migrations (hors élite), les recherches d’Abdelmalek Sayad n’étant curieusement pas présentées. Cette limitation thématique en fait ressortir une autre. Ce guide traduit une vision restrictive des sciences sociales, principalement représentées par la sociologie et l’anthropologie. Il ne s’ouvre que timidement à des perspectives historiques et fait l’impasse sur la linguistique, la sociolinguistique, la psychologie sociale, la démographie, etc. L’économie, le droit ou la philosophie ne sont pris que comme objets d’étude sociologique (sociologie des juristes, des économistes, des transferts philosophiques) et non comme des disciplines dignes de contribuer à des enquêtes globales. Certaines lacunes reflètent l’état du champ universitaire français où la collaboration entre droit et sciences sociales et l’investissement des juristes dans des études de terrain est bien plus faible qu’aux États-Unis. D’autres reflètent des choix qui auraient gagné à être explicités.

14Il s’agit moins là de critiques de ce travail si riche, utile et fourmillant d’idées, que d’une invitation à poursuivre ce beau projet.

Top of page

References

Electronic reference

Isabelle Delpla, « Johanna Simeant (dir.), Guide de l’enquête globale en sciences sociales, CNRS éditions, 2015 », Terrains/Théories [Online], 5 | 2016, Online since 20 December 2016, connection on 27 April 2017. URL : http://teth.revues.org/854

Top of page

About the author

Isabelle Delpla

Université Jean Moulin – Lyon 3

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org