Navigation – Plan du site
Dossier

Où se trouve le global…

Pierre-Laurent Boulanger, Anne-Claire Collier et Stéphane Dufoix

Texte intégral

1Lors de son émergence dans le domaine des sciences sociales au début des années 1990, le concept de globalisation ou de global a fait l’objet d’un engouement important car il semblait correspondre au cours qu’était apparemment en train de prendre le monde, celui d’une unification de plus en plus grande. La fin du monde bipolaire et la promesse d’un « nouvel ordre mondial », la dérégulation économique et financière, la montée en puissance des réseaux de télécommunications, les innovations technologiques dans les domaines de l’informatique et de l’électronique, paraissaient concourir à la fabrique d’un monde de plus en plus homogène, ou tout au moins soumis à des processus de diffusion à l’échelle de la planète de normes, d’images, d’enjeux et de discours uniformisants.

2Face à un phénomène aussi diffus et englobant au point que l’époque entière pouvait être définie comme l’ère de la globalisation (une sorte de globalocène), l’effort des chercheurs en sciences sociales était alors plus attiré vers un haut niveau d’abstraction qui les conduisait à promouvoir des « modèles » et des « théories » plutôt qu’à confronter ces modèles aux formes et aux effets du phénomène en question sur le terrain. Généralement, le global était entendu comme constituant avec le local un jeu à somme nulle : plus le monde était global, moins il était local. Cela semblait vouloir augurer d’une recomposition fondamentale des échelles pertinentes au profit de sciences sociales se concentrant soit avant tout sur le niveau macro soit avant tout sur les flux et les réseaux transnationaux.

  • 1 Voir notamment sur ce point les chapitres inclus dans Caillé Alain et Dufoix Stéphane (dir.), Le to (...)

3Au cours des trente dernières années, les études sur la globalisation se sont bien souvent majoritairement concentrées sur la conceptualisation du « global », sa définition, ses caractéristiques (politiques, économiques, culturelles, sociales, etc.), ainsi que sur les enjeux épistémologiques que posait sa construction comme objet désormais fondamental des sciences sociales. Si la plus grande partie des travaux qui s’y intéressent partagent ce constat désormais banal que l’événement « globalisation » – quel que soit son nom et quelle que soit son ancienneté – ne peut absolument pas laisser intactes les disciplines qui font du social leur objet et oblige, en tant qu’il est un « devenir société du monde » ou un « devenir mondial de la société », à engager une réflexion fondamentale sur leurs buts et leurs méthodes1, ces mêmes études divergent grandement sur la façon dont cette prise en compte doit s’appliquer sur le terrain.

  • 2 Wallerstein Immanuel, Le système du monde du xve siècle à nos jours, vol. 1, Capitalisme et économi (...)
  • 3 Hannerz Ulf, « The World in Creolisation », Africa: Journal of the International African Institute, (...)
  • 4 Pieterse Jan Nederveen, « A Critique of World System Theory », International Sociology, n° 3/3, 198 (...)
  • 5 Giddens Anthony, Les Conséquences de la modernité (1ère édition anglaise 1990), traduction d’Olivie (...)
  • 6 Robertson Roland, Globalization: Social Theory and Global Culture, Londres, Sage, 1992.
  • 7 Voir en particulier Berger Laurent, Les Nouvelles ethnologies. Enjeux et perspectives, Paris, Natha (...)

4Quarante ans après la publication du premier volume du Système-monde moderne d’Immanuel Wallerstein2, trente ans après les articles d’Ulf Hannerz3 et de Jan Nederveen Pieterse4 sur les remises en cause de l’approche anthropologique classique du terrain et sur la critique de l’analyse en termes de système-monde, plus de vingt ans après les ouvrages devenus classiques d’Anthony Giddens5 ou de Roland Robertson6 sur la globalisation, il semblait utile et intéressant de se pencher sur la manière dont la globalisation des concepts pouvait s’articuler, dans la recherche empirique, à la globalisation des objets, des discours et des pratiques. Si l’exercice n’est pas en soi nouveau dans l’espace académique français, comme le montrent certains ouvrages ou articles7, il est encore assez rare.

  • 8 Martin Dominique, Metzger Jean-Luc et Pierre Philippe, Les métamorphoses du monde. Sociologie de la (...)

5Pourtant, la conduite des enquêtes, et ce quelle que soit la discipline, est inséparable de la définition même de l’objet, de ses contours, de ses spatialisations et temporalisations complexes. La plupart des innovations dans la manière de mener des enquêtes correspondent à des perspectives singulières sur la place des individus, des structures, des interactions, du spatial, du temporel, etc. Si le global n’est pas simplement un objet comme les autres, qui pourrait par conséquent être étudié selon les méthodes classiques des sciences sociales – comme semblent par exemple le considérer Martin, Metzger et Pierre8 –, alors l’enquête témoignera d’une conception particulière de ce qu’est le global ou la globalisation, et cette conception en retour informera la mise en place de formes d’enquêtes spécifiques ou adaptées.

  • 9 Rossi Ino (dir.) Frontiers of Globalization Research. Theoretical and Methodological Approaches, Ne (...)
  • 10 Burawoy Michael, « L’étude de cas élargie. Une approche réflexive, historique et comparée de l’enqu (...)
  • 11 Subrahmanyam Sanjay, « Connected Histories: Notes towards a Reconfiguration of Early Modern Eurasia (...)
  • 12 Marcus George, « L’ethnographie du/dans le système-monde. Ethnographie multi-située et processus de (...)
  • 13 Dezalay Yves et Garth Bryant, La Mondialisation des guerres de palais, Paris, Seuil, 2002.
  • 14 Büscher Monika, Urry John et Wichtger Katian (dir.), Mobile Methods, New York, Routledge, 2011.
  • 15 Diminescu Dana (dir.), E-Diasporas Atlas. Exploration and Cartography of Diasporas on Digital Netwo (...)
  • 16 Robertson Roland, « Glocalization: Time-Space and Homogeneity-Heterogeneity », in Featherstone Mike (...)
  • 17 Friedman Jonathan et Ekholm-Friedman Kasja, Historical Transformations: The Anthropology of Global (...)
  • 18 Schuerkens Ulrike, « Social Transformations between Global Forces and Local Life-Worlds: Introducti (...)
  • 19 Saunier Pierre-Yves, Transnational History, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2013.
  • 20 Caselli Marco, Trying to Measure Globalization. Experiences, Critical Issues and Perspectives, New (...)
  • 21 Giraud Olivier, « Les défis de la comparaison à l’âge de la globalisation », Critique international (...)
  • 22 Raab Marcel, et al., « GlobalIndex: A Sociological Approach to Globalization Measurement », Interna (...)

6Ainsi, au cours des deux dernières décennies, des méthodes ont été inventées ou réinventées pour approcher le global9. Certaines mettent l’accent sur le local comme lieu de connexions, à l’image de l’étude de cas élargie popularisée par Michael Burawoy10, ou de l’histoire connectée prônée par Sanjay Subrahmanyam11 ; d’autres sur le « suivi » : ethnographie multi-située ou multisite12, analyse de circulations13, méthodes mobiles14, production de graphes ou de cartes représentant les connexions15; ou encore sur les modalités de la glocalisation16, comme l’anthropologie du système mondial17, l’étude des mondes vécus18 ou l’histoire transnationale19. La plupart sont qualitatives, mais il en existe aussi qui, à partir de données quantitatives, ont tenté de « mesurer » la globalisation20 ou d’évaluer l’avenir de la comparaison dans un cadre globalisé21. De 2002 à 2008, l’équipe allemande du « GlobalIndex » a tenté de produire une mesure quadridimensionnelle de la globalisation selon quatre critères : économique, culturel, politique et technologique22.

7Ce présent numéro de la revue Terrains/Théories a souhaité laisser la possibilité à des chercheurs relevant institutionnellement de différentes disciplines (science politique, sociologie, anthropologie, philosophie). Chacun à sa manière, ils ont relevé le défi de penser – ou de repenser – ce que peut signifier le fait de travailler sur des objets globaux et/ou internationaux à partir d’une ou de plusieurs enquêtes de terrain. Ce défi prend parfois sens dans le fait de refuser l’idée selon laquelle la globalisation de telle ou telle discipline serait une nouveauté. Dans son article épistémologique, Jean Copans argumente en faveur d’une conception de l’anthropologie comme ayant depuis ses origines articulé la prise en compte du local et celle de différents contextes plus ou moins élargis (tribaux, ethniques, nationaux, internationaux) au détriment d’une vision d’une anthropologie globale radicalement nouvelle.

  • 23 Tsing Anna L., « The Global Situation », Cultural Anthropology, n° 15/3, 2000, p. 327-360.

8Dans les autres articles, la prise en compte de terrains à partir desquels il serait envisageable de saisir non pas le global en tant que tel mais une « situation globale » pour reprendre les termes de l’anthropologue Anna Tsing23, à savoir sa fabrique localisée ou bien encore l’appropriation locale d’images, d’objets, de discours ou de politiques dont la logique se présente ou se définit comme globale, met en évidence des sites et des situations très différentes selon les types d’acteurs individuels ou collectifs sur lesquels est mis l’accent.

9Les acteurs de ces situations peuvent être des individus expérimentant la globalité par le bas. À partir d’une enquête comparative sur la recherche de travail par des réfugiés en France et en Bulgarie, Albena Tcholakova étudie la présence ou non de dispositifs d’accompagnement les concernant comme des microstructures de la globalité, c’est-à-dire des formes locales et nationales de normalisation dans un cadre européen en direction de personnes ayant été socialisées dans une société différente. Cette forme de déplacement et d’expérience du monde est très éloignée de celle des amateurs cosmopolites dont traite Vincenzo Cicchelli à partir de travaux secondaires. Il montre à leur sujet la manière dont se déploient les formes complexes de la socialisation cosmopolite, c’est-à-dire d’un cosmopolitisme par le bas, par la consommation, l’émotion, la mobilisation ou le voyage.

10Ces acteurs peuvent aussi être des groupes ou des réseaux dont l’existence ne peut directement ou facilement être reliée à des États ou des institutions. Elise Demeulenaere montre bien à quel point la belle logique de l’enchâssement parfait des échelles (local, national, global) ne résiste pas à la restitution des réseaux d’acteurs – experts nationaux ou élites globalisées – intervenant pour le classement d’un site au patrimoine mondial de l’UNESCO. De son côté, Maxime Boidy déplace la question de l’analyse du militantisme sur le terrain visuel du global. Selon lui, l’iconologie politique du black bloc qu’il étudie relève d’une forme de « glocalisation visuelle » actualisant toujours localement une image véhiculée à l’échelle planétaire comme celle du masque de Guy Fawkes tiré de la bande dessinée puis du film V comme Vendetta.

11Cela ne signifie nullement que les institutions ou les États ne sont pas appréhendables par le prisme d’un terrain rendant possible de saisir leur globalité. Pour Romain Lecler, la mondialisation de l’audiovisuel ne peut être prise en compte sans saisir la manière dont les États s’emparent de la question. Les marchés du film deviennent alors des lieux privilégiés pour étudier le global en train de se réaliser tout à la fois localement, nationalement et transnationalement. De manière similaire, l’étude d’Isabelle Delpla fait du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie un cas particulièrement intéressant pour se départir des approches souvent déterritorialisées ou « globales » des institutions internationales au profit d’un internationalisme méthodologique capable de repérer les échelles – et non les niveaux – où se vit, se pratique et se réalise l’international. Sur un objet proche, celui des organisations internationales en général et de l’ONU en particulier, Lucille Maertens se penche plus précisément sur la question de l’observation participante et sur la façon dont, sans être radicalement modifiée par rapport à la méthode classique, elle permet de pratiquer des montées en perspective susceptibles de dépasser la seule singularité locale à condition de savoir mettre en relations les situations observées au cours desquels interagissent des acteurs situés et la production en aval d’un discours sur un enjeu global.

  • 24 Marcus George et Fischer Michael M. J., Anthropology as Cultural Critique: An Experimental Moment i (...)

12L’entretien mené avec l’anthropologue George Marcus conduit notamment à interroger tout à la fois les modalités de non-réception d’une idée – celle de l’ethnographie multi-située – déjà présente dans l’ouvrage the Anthropologist as Cultural Critique en 198624 mais guère reprise en tant que telle avant la publication de l’article de 1995, mais aussi les formes d’appropriation d’une proposition méthodologique et épistémologique, Marcus estimant que la plupart des études inspirées de sa proposition ou s’inscrivant dans sa logique ne pratiquant pas réellement l’exercice de « suivi » auquel il conviait les anthropologues. George Marcus y présente également la poursuite de ses travaux, en particulier sur la question du travail collaboratif en anthropologie.

13Deux recensions viennent compléter ce dossier conséquent, l’une consacrée à l’important ouvrage dirigé par Johanna Siméant sur l’enquête globale en sciences sociales, la seconde s’intéressant aux résultats de l’étude menée par Loïs Bastide sur les circulations de travailleurs migrants entre l’Indonésie, la Malaisie et Singapour.

14Ce numéro se veut enfin, autant qu’il l’est possible, un appel en acte à la constitution d’une plus grande mise en relation entre les différents chercheurs français en sciences sociales – et ils sont plus nombreux qu’on ne pourrait le penser – qui, au-delà de la forte disciplinarisation qu’impose assez largement l’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche en France, tentent, au sein de leur discipline d’affiliation ou en collaboration avec des chercheurs d’autres disciplines de constituer le global – dans toute sa complexité – comme un objet d’étude légitime.

Haut de page

Bibliographie

Berger Laurent, Les nouvelles ethnologies. Enjeux et perspectives, Paris, Nathan, 2004.

Burawoy Michael, et al. (dir.), Global Ethnography: Forces, Connections, and Imaginations in a Postmodern World, Berkeley, University of California Press, 2000.

Büscher Monika, Urry John et Wichtger Katian (dir.), Mobile Methods, New York, Routledge, 2011.

Caillé Alain et Dufoix Stéphane (dir.), Le tournant global des sciences sociales, Paris, La Découverte, 2013.

Caselli Marco, Trying to Measure Globalization. Experiences, Critical Issues and Perspectives, New York, Springer, 2012.

Dezalay Yves et Garth Bryant, La Mondialisation des guerres de palais, Paris, Seuil, 2002.

Diminescu Dana (dir.), E-Diasporas Atlas. Exploration and Cartography of Diasporas on Digital Networks, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2012.

Friedman Jonathan et Ekholm-Friedman Kasja, Historical Transformations: The Anthropology of Global Systems, Lanham, Altamira Press, 2008.

Friedman Jonathan et Ekholm-Friedman Kasja, Modernities, Class and the Contradictions of Globalization: The Anthropology of Global Systems, Lanham, Altamira Press, 2008.

Giddens Anthony, Les Conséquences de la modernité (1ère édition anglaise 1990), traduction d’Olivier Meyer, Paris, L’Harmattan, 1994

Giraud Olivier, « Les défis de la comparaison à l’âge de la globalisation », Critique internationale, n° 57, 2012, p. 89-110.

Marcus George E., « Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography », Annual Review of Anthropology, n° 24, 1995, p. 95-117.

Marcus George E. et Fischer Michael M. J., Anthropology as Cultural Critique: An Experimental Moment in the Human Sciences, Chicago, The University of Chicago Press, 1986.

Martin Dominique, Metzger Jean-Luc et Pierre Philippe, Les Métamorphoses du monde. Sociologie de la mondialisation, Paris, Seuil, 2003.

Raab Marcel, Ruland Michael, Schönberger Benno, Blossfeld Hans-Peter, Hofäcker Dirk, Buchholz (Sandra) et Schmelzer (Paul), « GlobalIndex: A Sociological Approach to Globalization Measurement », International Sociology, n° 23/4, 2008, p. 596-631.

Robertson Roland, « Glocalization: Time-Space and Homogeneity-Heterogeneity », in Featherstone Mike, Lash Scott et Robertson Roland (dir.), Global Modernities, Londres, Sage, 1995, p. 25-44.

Robertson Roland, Globalization: Social Theory and Global Culture, Londres, Sage, 1992.

Rossi Ino (dir.), Frontiers of Globalization Research. Theoretical and Methodological Approaches, New York, Springer, 2007.

Saunier Pierre-Yves, Transnational History, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2013.

Schuerkens Ulrike, « Social Transformations Between Global Forces and Local Life-Worlds: Introduction », Current Sociology, n° 51/3-4, 2003, p. 195-308.

Siméant Johanna (dir.), L’enquête globale en sciences sociales, Paris, Éditions du CNRS, 2015.

Subrahmanyam (Sanjay), « Connected Histories: Notes towards a Reconfiguration of Early Modern Eurasia », Modern Asian Studies, 31(3), 1997, p. 735-762.

Tsing Anna L., « The Global Situation », Cultural Anthropology, n° 15/3, 2000, p. 327-360.

Wallerstein Immanuel, Le système du monde du xve siècle à nos jours, vol. 1, Capitalisme et économie-monde (1450-1640) (1ère édition en anglais 1974), Paris, Flammarion, 1980.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment sur ce point les chapitres inclus dans Caillé Alain et Dufoix Stéphane (dir.), Le tournant global des sciences sociales, Paris, La Découverte, 2013.

2 Wallerstein Immanuel, Le système du monde du xve siècle à nos jours, vol. 1, Capitalisme et économie-monde (1450-1640) (1ère édition en anglais 1974), Paris, Flammarion, 1980.

3 Hannerz Ulf, « The World in Creolisation », Africa: Journal of the International African Institute, n° 57/4, 1987, p. 546-559.

4 Pieterse Jan Nederveen, « A Critique of World System Theory », International Sociology, n° 3/3, 1988, p. 251-266.

5 Giddens Anthony, Les Conséquences de la modernité (1ère édition anglaise 1990), traduction d’Olivier Meyer, Paris, L’Harmattan, 1994.

6 Robertson Roland, Globalization: Social Theory and Global Culture, Londres, Sage, 1992.

7 Voir en particulier Berger Laurent, Les Nouvelles ethnologies. Enjeux et perspectives, Paris, Nathan, 2004 ; Siméant Johanna, « Localiser le terrain de l’international », Politix, n° 25, 2012, p. 129-147 ; Trémon Anne-Christine, « Que faire du couple local/global ? Pour une anthropologie pleinement processuelle », Social Anthropology/Anthropologie Sociale, n° 20/3, 2012, p. 250-266 ; Siméant Johanna (dir.), L’enquête globale en sciences sociales, Paris, Éditions du CNRS, 2015.

8 Martin Dominique, Metzger Jean-Luc et Pierre Philippe, Les métamorphoses du monde. Sociologie de la mondialisation, Paris, Seuil, 2003.

9 Rossi Ino (dir.) Frontiers of Globalization Research. Theoretical and Methodological Approaches, New York, Springer, 2007.

10 Burawoy Michael, « L’étude de cas élargie. Une approche réflexive, historique et comparée de l’enquête de terrain », in Cefai Daniel (dir.), L’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 2003, p. 425-464  (1ère publication en 1998 dans Sociological Theory, n° 16/1, p. 4-33) ; voir aussi Burawoy Michael, et al. (dir.); Global Ethnography: Forces, Connections, and Imaginations in a Postmodern World, Berkeley, University of California Press, 2000.

11 Subrahmanyam Sanjay, « Connected Histories: Notes towards a Reconfiguration of Early Modern Eurasia », Modern Asian Studies, n° 31/3, 1997, p. 735-762. Voir également, du même auteur, sa leçon inaugurale au Collège de France : Subrahmanyam Sanjay, Aux origines de l’histoire globale, Paris, Fayard, 2014.

12 Marcus George, « L’ethnographie du/dans le système-monde. Ethnographie multi-située et processus de globalisation », in Cefai Daniel (dir.), L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010 (1ère publication dans l’Annual Review of Anthropology, n° 24, 1995, p. 95-117).

13 Dezalay Yves et Garth Bryant, La Mondialisation des guerres de palais, Paris, Seuil, 2002.

14 Büscher Monika, Urry John et Wichtger Katian (dir.), Mobile Methods, New York, Routledge, 2011.

15 Diminescu Dana (dir.), E-Diasporas Atlas. Exploration and Cartography of Diasporas on Digital Networks, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2012.

16 Robertson Roland, « Glocalization: Time-Space and Homogeneity-Heterogeneity », in Featherstone Mike, Lash Scott et Robertson Roland (dir.), Global Modernities, Londres, Sage, 1995, p. 25-44.

17 Friedman Jonathan et Ekholm-Friedman Kasja, Historical Transformations: The Anthropology of Global Systems, Lanham, Altamira Press, 2008 ; Friedman Jonathan et Ekholm-Friedman Kasja, Modernities, Class and the Contradictions of Globalization: The Anthropology of Global Systems, Lanham, Altamira Press, 2008.

18 Schuerkens Ulrike, « Social Transformations between Global Forces and Local Life-Worlds: Introduction », Current Sociology, n° 51/3-4, 2003, p. 195-308.

19 Saunier Pierre-Yves, Transnational History, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2013.

20 Caselli Marco, Trying to Measure Globalization. Experiences, Critical Issues and Perspectives, New York, Springer, 2012.

21 Giraud Olivier, « Les défis de la comparaison à l’âge de la globalisation », Critique internationale, n° 57, 2012, p. 89-110.

22 Raab Marcel, et al., « GlobalIndex: A Sociological Approach to Globalization Measurement », International Sociology, n° 23/4, 2008, p. 596-631.

23 Tsing Anna L., « The Global Situation », Cultural Anthropology, n° 15/3, 2000, p. 327-360.

24 Marcus George et Fischer Michael M. J., Anthropology as Cultural Critique: An Experimental Moment in the Human Sciences, Chicago, The University of Chicago Press, 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Laurent Boulanger, Anne-Claire Collier et Stéphane Dufoix, « Où se trouve le global… », Terrains/Théories [En ligne], 5 | 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://teth.revues.org/848

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org