Navigation – Plan du site
Dossier

Le diable est-il dans le local, le global ou le mondial ?

L’anthropologie sociale entre traditions globalisantes et nouveauté mondiale globale
Jean Copans

Résumés

Contrairement à une idée largement reçue, l’ethnologie et l’anthropologie sociale sont, dès leur naissance en tant que disciplines de terrain, il y a un siècle, des sciences sociales et du local et du global. Après avoir passé en revue de manière très schématique les différentes orientations théoriques et méthodologiques qui se sont succédées dans le monde occidental au cours de cette histoire, l’auteur examine de plus près deux questions. La première porte sur l’anthropologie du développement et de l’humanitaire qui en est venue à construire une série d’objets articulés, emboités et hiérarchisés mais aussi complémentaires qui vont du local le plus particulier au global le plus central et plus mondial. La seconde aborde la réalité proprement globale du monde actuel en classant les différentes approches existantes. L’ensemble de ces considérations le conduit à examiner la globalisation de l’anthropologie elle-même, qui serait une anthropologie monde ou sans frontières et à esquisser les voies qui permettraient de remettre concrètement en question l’hégémonie occidentale qui la sous-tend toujours malgré l’apparition de traditions nouvelles notamment dans les aires culturelles du Sud.

Haut de page

Texte intégral

Pendant un temps le global m’échappait. On le retrouvait partout, dans les pratiques et les discours organisationnels mais je n’arrivais pas à le repérer où que ce soit pour l’étudier. Les emails filaient silencieusement au-dessus des frontières, des membres de SOS Corpo s’envolaient pour des conférences internationales, des chercheurs en mission et des militants venaient de l’étranger, le fax n’arrêtait pas de diffuser en ronronnant un flot régulier de correspondance globale...[mais] il n’y avait pas une seule relation sociale, exemplaire, qui incorporât les sens possibles de la globalisation pour le féminisme brésilien.

  • 1 La SOS Corpo est une ONG brésilienne. Voir Thayer Millie « Traveling Feminisms: From Embodied Women (...)

Millie Thayer1

1La nébuleuse sémantique composée des termes de globalisation, global, aire globale, voire de glocal, suscite aujourd’hui, à l’échelle mondiale, un nombre impressionnant de définitions lexicales, théoriques ou pragmatiques tirées de recherches plus ou moins empiriques en quête de concepts « globaux ». L’inconvénient de ce terme est sa polysémie et surtout sa plurifonctionnalité qui lui permet de désigner de fait tous les terrains possibles et, facteur aggravant, de pouvoir être repris par la quasi-totalité des sciences sociales. L’histoire d’abord, la géographie, la sociologie et bien entendu l’anthropologie (y compris l’ethnologie ou l’ethnographie), du moins pour les démarches anglo-saxonnes contemporaines, sans parler évidemment de l’économie et de la science politique, semblent traversées aujourd’hui d’un besoin irrépressible de globaliser.

  • 2 Gille Zsuzsa et Ó Rian Seẚn « Global Ethnography », Annual Review of Sociology, n° 28, 2002, p. 271 (...)
  • 3 Voir Caillé Alain et Dufoix Stéphane, « Introduction. Le moment global des sciences sociales » in C (...)
  • 4 La problématique de la globalisation des points de vue de l’anthropologie, ou de la science sociale (...)

2Les sociologues américains Zsuzsa Gille et Seẚn Ó Rian signalent, dès le début de leur état des lieux de la « Global Ethnography », en se fondant sur les Cambridge Sociological Abstracts, que l’utilisation du terme de globalisation dans la rubrique des mots clés est passé de 29 occurrences pour la période 1985-1990 à 410 en 1995 puis à 985 en 19982. Au début des années 2000 on en était arrivé à un total de 4876 avec plus d’un millier d’occurrences par an ! Le même exercice conduit en langue française serait probablement moins impressionnant et on peut penser que l’anthropologie serait plus concernée que la sociologie. D’autant que la question soulevée est bien plus vaste lorsque les sociologues Alain Caillé et Stéphane Dufoix, évoquant « le tournant » ou « le moment » global des sciences sociales, intègrent à ce même mouvement la problématique de la globalisation des sciences sociales elles-mêmes 3. Pour ce qui nous concerne personnellement, nous ne pouvons que les rejoindre sur ce dernier point, ayant à plusieurs reprises, depuis déjà plus de quinze ans, évoqué la nécessité d’une anthropologie sans frontières sinon d’une anthropologie monde4 !

  • 5 Une Anthropologie globale. Problématiques, méthodes, théories rédigée par Laurent Berger et Anne-Ch (...)
  • 6 Abélès Marc, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, 2008. Cependant l’anthropologue Jean- (...)
  • 7 Lewellen Ted, « Groping Toward Globalization »., op. cit., p 74. C’est également le sens des remarq (...)

3La reconnaissance de la globalisation des sciences sociales est très inégale en France, selon la discipline considérée, l’aire culturelle, régionale ou continentale prise en considération et bien entendu selon le cadre théorique de référence. Il faudrait d’ailleurs reconnaître que la situation est bien plus complexe qu’il n’y parait puisqu’au terme unique de global en langue anglaise, correspond un redoublement lexicologique voire conceptuel en langue française avec les deux termes de global et de mondial. Il parait évident que cette traduction dédoublée du terme anglo-saxon global permet de retomber dans les travers spéculatifs, faussement philosophiques ou sémantiques, encore bien visibles dans certaines de nos traditions intellectuelles. Un panorama très rapide des ouvrages d’introduction ou de synthèse confirmerait en effet que ce sont plutôt la géographie et l’histoire, sans compter l’économie et la science politique, qui ont adhéré avec enthousiasme au message de la globalisation du monde que ce soit sous la forme d’une mondialisation des phénomènes ou d’une globalisation plus abstraite de certains d’entre eux. Les sociologues français, quant à eux, restent le plus souvent cantonnés à l’espace hexagonal bien que la sociologie comparative s’ouvre à l’Europe, notamment en matière d’examen des politiques sociales de l’État-providence. De fait les sociologues français ou francophones préfèrent retenir, semble-t-il, le terme de mondialisation. Paradoxalement il n’existe pas encore de présentation synthétique et didactique d’une anthropologie de la globalisation5, l’ouvrage de Marc Abélès, au titre identique, relevant tout autant de l’essai personnel6. Les références à la globalisation, à l’existence d’une réalité sociale et historique globale, débouchant sur des terrains globaux aux méthodes d’appréhension empirique et conceptuelle spécifiques, « globales », incitent donc à la prudence. Les leçons tirées, du moins dans le domaine français, des engouements et des dogmatismes paradigmatiques, structuralistes, marxistes et postmodernes, voir symbolistes, en anthropologie et en ethnologie au cours des années 1950-1990, me semblent toujours d’actualité. Comme le dit l’anthropologue américain Ted Lewellen, « ‘La Globalisation’ n’est pas un nouveau paradigme, ou du moins ne devrait pas l’être »7.

4Nous allons essayer de répondre à ce constat en combinant l’esquisse de plusieurs démarches distinctes et complémentaires. Un bref rappel disciplinaire devrait nous permettre pour commencer de signaler que l’anthropologie, depuis ses origines au xixe, s’est toujours efforcé de tenir compte de certains types de contextes plus ou moins tribaux, coloniaux, nationaux ou internationaux, en un sens globaux par rapport à l’échelle de l’unité d’observation et d’enquête à l’époque considérée. Le local le plus ethnographique est construit ou pensé au sein de réflexions et de notions abstraites qui comportent des principes d’universalité (confortés par la propension initiale de la discipline à la comparaison) mais aussi de généralité et fondent ainsi un espace socio-politique qu’il est possible de qualifier parfois de global. Dans ce sens le global-mondial actuel ne serait qu’une étape nouvelle, pas forcément encore universelle, d’une évolution contradictoire déjà très ancienne, qui voit le global d’un moment donné se transformer insensiblement, ou au contraire brutalement, en une espèce de local d’un nouveau genre, suscité par l’apparition d’une configuration globale inédite, dont l’envergure est considérée comme plus englobante ou plus déterminante, les configurations de ces dernières vingt années recevant plus fréquemment en langue française la qualification de mondiales. Mais ces évolutions globales ne doivent pas nous faire oublier que le point de départ le plus fréquent des enquêtes de terrain est tout de même un « local » tout à fait localisé, un site pour employer la terminologie postmoderne, qui peut certes se démultiplier de manière multi-située. Cet éclatement, dont il reste à vérifier s’il résulte de la problématique méthodologique et conceptuelle choisie ou tout simplement d’une conséquence socio-anthropologique imposée par la réalité elle-même (le suivi des migrants entre plusieurs mondes par exemple) débouche de toutes les façons sur la prise en considération d’un global d’emblée pluriel, différentiel, en phase avec la diversité évidente des espaces initialement saisis comme « locaux ». Mais même dans ce cas le global ne serait pas forcément et immédiatement un global mondialisé ou mondial. Seul un suivi dans la longue durée, fait de revisites ou de recherches initiées par d’autres chercheurs, peut en décider.

  • 8 Voir Balandier Georges, Sens et puissance. Les dynamiques sociales, Paris, PUF, 1971.

5Une seconde approche consisterait à examiner de plus près un sous-domaine particulier de la discipline comme l’anthropologie du développement. Le passage d’une macro-sociologie, sociétale, du développement8 à une anthropologie sociale, plus localisée, des opérations de développement, initialement des populations bénéficiaires puis de l’ensemble des acteurs du développement réunis au sein de configurations aux collaborations plus ou moins conflictuelles, transforme la perception et l’emprise tant du local que du global. À la suite d’une série d’évolutions progressives, l’analyse de l’organisation du développement finit par prendre le dessus au point que, l’internationalisation de l’identité des intervenants y contribuant, c’est la communauté globale de ces derniers, dans leur déploiement social, organisationnel et hiérarchique d’une part, dans leurs itinéraires de formation et de carrière de l’autre, qui constitue aujourd’hui l’objet de l’enquête, une réalité indissociablement à la fois locale et globale, glocale en un mot, puisque la mondialisation provient à la fois du statut des organismes d’intervention (AFD, BM, DFID, GIZ, USAID) et de la nationalité, ou de l’expérience, des intervenants. Une dernière évolution empirique conduit enfin l’enquête à se concentrer sur les responsables et les acteurs des sommets décisionnels de toutes ces opérations et à transformer les fabricants de ce global développementiste en un espace local d’un nouveau genre, tout à fait particulier, niché au cœur même du global des opérations et des terrains. La qualité des enquêtes en tous ces lieux et la démultiplication des perspectives produisent à l’évidence un nouvel univers global perçu comme tel depuis les marges les plus lointaines des quatre coins du monde.

6La démonstration la plus efficace consisterait finalement en un troisième temps de partir de plusieurs exemples, qui permettraient de préciser la pertinence non seulement de l’emploi d’une approche globale en tant que telle mais surtout de la pertinence du recours à l’expression ou au qualificatif de global comme outil analytique nouveau. Bref pour nous en rapporter à l’image célèbre de Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, les anthropologues d’aujourd’hui élaborent très souvent des perspectives globales, voir même des objets globaux de fait, sans le crier sur les toits. Cette esquive du détour ou du tournant global ne semble infirmer en aucune façon la partie « globale » de leur analyse. Reste à voir si le recours, en dernière instance, à cette référence (qu’elle soit conceptuelle, problématique ou plus simplement empirique) peut apporter un éclairage supplémentaire, au-delà des apports évidents que l’anthropologie a pu déjà tirer de l’histoire globale, de la géohistoire ou de la sociologie historique de la globalisation. Une fois accomplies ces trois évocations, successivement disciplinaire, sous-disciplinaire et thématique, nous examinerons un échantillon de la littérature de l’anthropologie de la globalisation de ces quinze dernières années pour en signaler en regard les hypothèses constructivistes tout comme les impasses éventuelles.

L’universalisme anthropologique face à l’insaisissable particularité de l’évolution humaine

7L’impératif d’un global conceptuel tout autant qu’empirique replonge les anthropologues, curieux et cultivés, dans les passés de la constitution de leur discipline en Occident au milieu du xixe siècle. Cette littérature, hétéroclite, aux sources largement de seconde main, à cheval sur une théologie des origines et une philosophie de l’histoire, fascinée par les premières tentatives de mise en ordre paléontologique, préhistorique et archéologique de l’humanité mais aussi par l’accumulation des récits rapportées des voyages extraordinaires dans tous les coins humains du globe, possède souvent une force de conviction quasi messianique que les anthropologues professionnels du xxe siècle ont eu bien du mal à transgresser au plan empirique. Pourtant c’est au sein de ce genre d’encyclopédisme réflexif, qui trouve ses origines les plus intimes dans les philosophies occidentales des xviie et xviiie siècles, que la systématisation de l’enquête naturaliste conçue comme une science naturelle de toutes les espèces, y compris de l’espèce humaine, puis de son évolution, va trouver les arguments de son passage à l’acte. Même si l’anthropologie n’est véritablement constituée en tant que discipline, selon nous, qu’une fois l’enquête de terrain admise et pleinement intégrée à la démarche même de sa réflexion, c’est-à-dire au tournant du xxe siècle et surtout après la Première Guerre mondiale, elle s’est initialement pensée comme une science de l’universalité même si les procédures nécessaires à tout classement y ont introduit d’emblée des principes d’antériorité, de hiérarchie, de supériorité et de détermination entre les groupes et les cultures rencontrés et répertoriés. Cette caractéristique génétique n’est pas forcément indélébile mais elle a défini pendant longtemps, et même parfois encore aujourd’hui, son ambition dans le concert des sciences de l’Homme. Toutefois ce sont ses efforts incessants et constants, pour définir les meilleurs lieux et points de départ de l’analyse puis la meilleure manière de faire de l’observation empirique des hommes particuliers, qui en constituent la véritable dynamique séculaire fondatrice.

8La superposition d’un projet anthropologique, aux orientations totalisantes, et d’une expérience empirique d’autant plus unique qu’elle est tout à fait personnelle et localisée va susciter une série de décalages et de contradictions qui deviendront au cours du temps autant de sources d’inspiration distinctes. Il n’y a pourtant pas de doute que la phase d’inventaire particulariste, qui s’impose dès les débuts de l’interpellation anthropologique, même si l’enquête empirique est loin d’être encore codifiée et réfléchie, a tendance à se démarquer d’une orientation méta-théorique pour adopter ce qu’on pourrait appeler une position plutôt méso-théorique où les problématiques « globales » s’articulent autour d’exemples et de cas locaux, sélectionnés avant tout pour conforter un ordonnancement analytique et explicatif réaliste. Cette démarche induit ensuite un comparatisme codifié des caractéristiques des populations rencontrées et décrites. Les théories évolutionnistes et diffusionnistes semblent parfois imperméables à toute remise en cause empirique, c’est-à-dire locale. Les progrès analytiques semblent provenir plus fréquemment du raffinement et de la sophistication des classifications et de leurs dérivations que de la multiplication du registre des exemples empiriques. Il faudra donc une véritable contre-réforme, à la fois théorique et empirique, qui renvoie d’abord à la multiplication des enquêtes et des études des populations locales pour que ces dernières soient considérées plutôt comme des totalités intrinsèques et irréductibles à toute autre détermination préalable voire externe d’ordre racial, matériel ou civilisationnel et historique. Il va de soi que ces nouvelles orientations, schématisées par les qualificatifs de culturalistes ou de fonctionnalistes, par ailleurs tout à fait divergentes aux plans conceptuels, sont loin de résumer les manières de construire l’identité ethnologique de l’humanité. Ainsi l’ethnologie française, malgré la puissance des démarches de ses pères fondateurs (voir Émile Durkheim et Marcel Mauss pour ne citer qu’eux), connaîtra des cheminements, aussi bien conceptuels qu’empiriques, assez distincts jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

  • 9 Voir les considérations récentes de Lederman Rena : Lederman Rena, « Anthropological Regionalism », (...)

9À première vue c’est donc le local qui monopolise l’attention au point que les contextes historiques, notamment les effets des interventions d’origine européenne, passent au second plan voire sont complètement occultés. Mais cet apparent rétrécissement de la taille démographique et sociétale de l’objet de la discipline n’en ignore pas pour autant la préoccupation de totalité globale. De civilisationnel le global prend ainsi une taille plus humaine, pourrait-on dire, à la taille de l’espace social que peut parcourir l’anthropologue, qui est devenu le véritable maître du lieu (de l’enquête) et qui, par des opérations intellectuelles adéquates, cherche à établir un nouveau niveau de généralisation voire d’universalisation. En fait cette globalité qui s’installe dans le paysage anthropologique reste toujours très abstraite et induite. L’horizon des cultures et des tribus n’est pas toujours appréhendé avec l’ethnographisme qu’il convient et, la quête du particularisme aidant, la discipline forge de nouvelles frontières descriptives et explicatives entre ces ensembles. Ainsi la preuve empirique semble à nouveau s’hypostasier: le clan x, la tribu y ou encore la culture z deviennent-ils l’incarnation d’un type plus général. Une élaboration encore plus sophistiquée finit par déboucher sur un modèle heuristique et spécifique et, pourquoi pas, sur un type d’agencement social susceptible d’être comparé, à nouveau, à d’autres types très éloignés de l’expérience empirique initiale. La constitution assez précoce des aires culturelles, inspirée par les orientations diffusionnistes, se consolide paradoxalement tout au long du xxe siècle au moyen d’objectifs théoriques et méthodologiques très contradictoires et finit par produire des habitudes réflexives de moins en moins critiques9.

  • 10 Voir nos contributions critiques sur ce point, Copans Jean, « Mode de production, formation sociale (...)
  • 11 Comme les Human Relations Area Files. Ce projet pensé, dès la fin des années 1930 par l’anthropolog (...)
  • 12 Voir par exemple Fried Morton, Evolution of Politcal Society: an Essay in Political Anthropology, N (...)
  • 13 Voir Balandier Georges, « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de (...)
  • 14 Voir par exemple Balandier Georges, Le Grand Système, Paris, Fayard, 2001.

10Ce jeu du local et du comparable généralisé renvoie aussi métaphoriquement à celui d’un global et d’un local. J’en veux pour preuve le conformisme tout à fait « empirique » de l’anthropologie marxiste, notablement française, qui s’était contenté, dans les années 1960-1970, d’ethniciser ses modes de production ou de fonctionnaliser le changement et la transformation sociétale par le biais d’une articulation de ces derniers10. La comparaison organisationnelle ou culturelle conserve donc ce dualisme intrinsèque et finit par déboucher sur des inventaires globaux à caractère encyclopédique11, sur des confrontations plus thématiques (voir les ouvrages collectifs britanniques africanistes des années 1940-1960 consacrés aux systèmes politiques, familiaux ou encore aux cosmogonies), ou au contraire sur des typologies sociétales, qu’elles soient fondées sur des modes de production ou des types d’organisations politico-culturelles de plus en plus complexes comme ceux qu’élabore l’anthropologie culturelle néo-évolutioniste des années 1940-1960, très historicisante12. L’orientation dynamiste, que va élaborer Georges Balandier au cœur des années 1950-1960 dans le champ français, se manifeste de façon parallèle aux autres tendances de cette époque comme le néo-fonctionnalisme, l’analyse structurale ou même les approches marxistes. La globalisation à la fois situationnelle13 et historique, indépendamment des seules mutations imposées de l’extérieur, vont le conduire à proposer une anthropologie politique. Balandier privilégie à l’évidence le global, un global de la transformation permanente, sans trop s’appesantir par contre sur une sociologie différentielle des acteurs14.

  • 15 Voir le cas de l’anthropologue d’origine norvégienne, Frederick Barth, lire : Barth Frederick, « Ov (...)
  • 16 Marcus George et Fischer Michael, Anthropology as Cultural Critique: An Experimental Moment in the (...)

11Une période de mutation problématique décisive s’ouvre dans les années 1980-1990, après la période des paradigmes macro-théoriques. Elle n’est que partiellement reliée à ce qu’on dénommera le post-modernisme car ce dernier ne se s’intéresse guère à la dialectique du local et du global dans le processus de la construction sociale. Cela dit, l’apparition d’un préalable réflexif à toute approche anthropologique est absolument décisif et met en lumière les lieux et les conditions du déroulement des enquêtes, les sources conceptuelles et rhétoriques utilisées voire l’identité professionnelle et nationale (ou de genre) de l’auteur anthropologique. Le dialogisme, le dédoublement des enquêteurs, les uns aux origines locales, les autres aux origines extérieures, nationales, internationales, au statut même global à la suite de la conduite de très nombreux terrains15, sont bien entendu des questions d’ordre méthodologique. La multiplicité des lieux possibles d’observation et d’enquête s’impose alors comme centrale. C’est à ce moment-là que George Marcus généralise la perspective d’une enquête multisituée16. Cette dynamique, confortée par de nombreux travaux historiques d’origine tiers-mondiste, conduira la réflexivité anthropologique jusqu’à faire l’hypothèse d’une reconsidération de l’hégémonie du logos occidental dans la constitution des traditions disciplinaires ou encore d’un décentrement post-colonial de la construction de l’espace-temps de ces dernières.

  • 17 L’anthropologie comme science sociale particulariste des cultures et sociétés « autochtones » ou «  (...)

12L’anthropologie semble rentrer alors dans une nouvelle époque qui relativise les habitus théoriques et méthodologiques concrets de la discipline. Les positions postcoloniales, subalternistes, altermondialistes remettent en cause de la manière la plus polémique le bienfondé d’une discipline qui serait unifiée, unificatrice et homogène. L’éclatement des cadres référentiels courants concerne tous les domaines constitutifs de l’anthropologie, y compris ceux qui sont considérés comme intangibles : le principe originel d’une orientation macro-théorique, l’enquête de terrain de longue durée et d’immersion participative, la défense des frontières disciplinaires au sein même des sciences humaines et sociales17. La remise en cause des équilibres géo-stratégiques de l’anthropologie monde ou hégémonique finit par susciter une espèce d’incertitude quant à l’existence même d’un cadre fondateur commun de l’image disciplinaire de soi ou encore d’un projet pluri-thématique partagé.

L’anthropologie du développement, une anthropologie globale avant la lettre

13Une spécialisation de l’anthropologie semble pourtant remplir un rôle de médiation symbolique, entre l’accumulation presqu’infinie des localités enquêtées et l’insertion de ces entités au sein de regroupements organisationnels mondiaux, à savoir la sous-discipline qu’on appelle anthropologie du développement et de l’humanitaire. La sociologie historique de sa constitution et de sa transformation permet de saisir d’emblée la problématique de la construction d’un terrain composé simultanément d’une série de nouveaux lieux spécifiques résultant d’un processus de globalisation. Inversement l’internationalisation des politiques de développement soulève la question corrélative de l’apparition d’un univers socio-institutionnel, culturel, politique, tout aussi spécifique, qui par l’emprise de ses ingérences et de sa redéfinition des rapports sociaux locaux, nationaux ou mondiaux, au sein desquels il intervient, délimite et élabore un nouveau niveau sociétal global ou du moins qui s’efforce de se présenter et de s’affirmer comme tel, au plan idéologique.

  • 18 Malinowski Bronislaw, « Practical Anthropology », Africa, II/1, 1929, p. 22-38 ; Malinowski Bronisl (...)
  • 19 Voir Balandier Georges, L’anthropologie appliquée aux problèmes des pays sous-développés, 3 fascicu (...)
  • 20 Il convient de rappeler ici l’usage courant de l’expression société globale dans la macro-sociologi (...)

14L’anthropologie du développement provient initialement de l’anthropologie appliquée coloniale et ce dès le début des années 1920 dans la tradition de l’anthropologie sociale britannique. Bronislaw Malinowski, le fondateur auto-proclamé, mais à juste titre, de l’enquête de terrain ethnologique de longue durée et d’observation dite participante, est par ailleurs, dès le courant des années 1920, l’un des promoteurs actifs, tant dans les institutions que dans son enseignement universitaire, de cette branche particulière de la discipline18. L’anthropologie sociale appliquée se penche à la fois sur le changement social qui se produit au sein des populations colonisées et sur la recherche des solutions aux problèmes que celui-ci semble poser aux administrations coloniales. Changement social, changement culturel, acculturation, modernisation sont autant d’expressions appliquées à ce que Balandier qualifiera ultérieurement de situation coloniale, une situation de domination au plan local de chacune des sociétés globales colonisées puis au niveau de la colonie elle-même, qui constitue aussi une société globale en soi mais à un autre niveau. De la notion de situation coloniale Balandier passe très vite à celle de dépendance puis de développement tout en jouant sur l’intitulé de la discipline qui s’y consacre, dénommée tantôt anthropologie, comme pour son cours à la Fondation nationale des sciences politiques au début des années 1950 tantôt sociologie comme dans sa contribution de 1958 sur ce thème au volume 1 du Traité de sociologie dirigé par Georges Gurvitch19. En fait une division problématique et méthodologique du travail s’instaure à ce moment-là : la situation coloniale et de développement, le champ des relations entre sociétés globales relèveraient de la sociologie, alors que l’analyse empirique de leurs effets et du changement social et culturel qui s’en suit dans les sociétés locales relèverait de l’ethnologie ou de l’anthropologie sociale20.

  • 21 Voir les terrains du début des années 1930 de l’anthropologue sud-africaine Monica Hunter, plus tar (...)

15Les années 1950-1970 voient l’étude du changement social prendre progressivement une place de plus en plus reconnue. Certes la perception reste centrée sur le local, le changement ou la modernisation étant abordés comme un complément de l’analyse ethnologique première. Le développement comme ensemble de politiques, d’idéologies, d’institutions et bien entendu d’acteurs, plutôt extérieurs voire étrangers, s’intègre ponctuellement aux monographies sous la forme d’un chapitre supplémentaire, le dernier de l’étude la plupart du temps, qui s’ajoute plus thématiquement que conceptuellement aux descriptions de l’habitat, du système de parenté, de l’organisation sociale ou encore des croyances et des rites. L’ethnologie ou l’anthropologie de ce champ n’est pas tout à fait nouveau, comme on l’a vu plus haut, et l’enquêteur de terrain décrit les faits et les phénomènes d’origine moderne comme faisant partie prenante de la vie locale. Il s’agit aussi bien de l’introduction de la monnaie moderne et coloniale, des changements dans la tenue vestimentaire, de la réception des nouvelles demandes productives (les cultures de rente ou la mobilisation pour le travail minier) ou encore de la présence de nouveaux services sociaux inédits comme l’école ou le dispensaire. Les agglomérations urbaines et industrielles, par les migrations considérables qu’elles provoquent, finissent également par faire partie de ces nouveaux terrains21. Au cours des années 1970-1980 cette approche plus globale (parce qu’englobant des éléments sociétaux non seulement extérieurs mais aussi formellement internationaux) rencontre de plus en plus d’intérêt au point que, la remise en cause épistémologique du procédé monographique, ethnico-centré prenant de l’ampleur par ailleurs, la distinction tradition/modernité n’est plus considérée comme opératoire et rend l’articulation dichotomique entre le local et le global problématique.

  • 22 Voir par exemple Olivier de Sardan Jean-Pierre, Anthropologie et développement. Essai en socio-anth (...)

16Les années 1980 sont en effet celles des ajustements structurels et des crises du développement. L’échec d’un quart de siècle de politiques économiques et techniques internationales est flagrant et la recherche des causes de ce dernier débouche sur la définition de nouvelles manières de conduire les opérations du développement. Le passage vers une dévolution d’un grand nombre de ces taches à des ONG modifie encore plus les formes de la « globalisation » du local car ce dernier est de plus en plus confronté à des influences très variées qui ne sont plus seulement d’origine métropolitaine. Cette situation contribue également à déplacer les frontières sous-disciplinaires puisque le changement social est enfin considéré comme une caractéristique intrinsèque à toute société. Il pénètre les terrains par tous les pores de la société locale et ne peut plus se condenser comme auparavant dans le chapitre ultime des études. Du coup l’anthropologie se met à explorer plus systématiquement ce vaste univers apparemment global, aux portes des localités en développement. L’œuvre de Jean-Pierre Olivier de Sardan est un excellent exemple de la version française et francophone de cette mutation paradigmatique22.

  • 23 Dahou Tarik, Entre parenté et politique. Développement et clientélisme dans le Delta du Sénégal, Pa (...)

17Plusieurs directions s’ouvrent alors selon les préoccupations des anthropologues. C’est tout d’abord l’intimité des terrains locaux qui mobilise les enquêtes afin d’aborder le détail des relations et des conjonctions entre les communautés et les groupes locaux, familiaux et amicaux face aux nouveaux enjeux qu’introduit la mise en place de tel ou tel projet de développement. Ainsi Tarik Dahou nous permet-il de saisir les profondes modifications parentales et villageoises des sociétés du Delta du fleuve Sénégal que ces nouvelles offres et demandes produisent aux marges et en écho des interventions extérieures. Par contre Thomas Berche insiste plutôt sur l’univers social qui se constitue entre tous ces nouveaux acteurs, les représentants des communautés locales d’une part et la communauté disparate et informelle des développeurs de l’autre. Par la suite il apparait qu’une analyse plus fine et plus appuyée de ces intervenants s’impose pour comprendre à la fois la nature de leurs interrelations, de leurs activités, les univers sociaux qui les ont produits antérieurement (formation, carrière et expériences professionnelles) car ce sont finalement ces cultures pratiques qui construisent concrètement le développement « global » au niveau « local »23.

18L’étape suivante consiste à se focaliser exclusivement sur ce nouvel univers puisque c’est lui qui manifeste de la manière de la plus visible et la plus active la réalité des programmes et des institutions du développement global. L’anthropologie du développement quitte alors le terrain local exclusif des bénéficiaires, comme on les dénomme, pour appréhender l’ensemble de cette configuration de nature effectivement globale.

  • 24 Voir Abélès Marc (dir), Des anthropologues à l’OMC. Scènes de la gouvernance mondiale, Paris, CNRS (...)
  • 25 Apthorpe Raymond, « Coda: With Alice in Aidland: A Seriously Satirical Allegory » in Mosse David (d (...)

19Nous rentrons là, l’air de rien, dans un tout autre monde, celui des fonctionnaires et des contractuels internationaux, un monde véritablement inter-national, pluri-culturel en déplacement plus ou moins permanent. Enfin les terrains s’incarnent au sein des sièges de toutes ces organisations qui se concentrent dans un nombre restreint de grandes villes non seulement du nord occidental comme Washington, Genève, New York, Londres, Bruxelles mais aussi du sud comme Addis Abeba, Nairobi, New Delhi ou Brasilla. Nous sommes enfin arrivés au cœur du développement, à des années-lumière anthropologiques de notre point de départ géographique et historique, le terrain local soi-disant perdu dans la brousse ou dans les bidonvilles24. C’est ce que Raymond Apthorpe a qualifié d’Aidland, le pays de l’aide, qui fonctionnerait en vase clos avec ses propres règles sociales et anthropologiques25.

  • 26 Voir Mosse David, Cultivating Development: an Ethnography of Aid Policy and Practice, London, Pluto (...)

20Il n’est certes pas possible de réduire l’ensemble de l’anthropologie mondiale du xxie siècle à ce seul domaine, très inégalement pratiqué et reconnu d’ailleurs selon les pays. Le global du champ du développement n’est plus un champ de déterminations générales abstraites et extérieures qui n’existerait qu’en relation métaphorique avec un champ local, qui serait le seul véritablement empirique et anthropologique. La remontée de la chaine des logiques du développement, et l’exploration systématique de tous les détours qu’elle manifeste, nous a conduit à examiner progressivement toutes ses facettes comme autant de nouveaux terrains empiriques « locaux » parce qu’organisés d’une manière plus ou moins autonome même s’ils présentent l’apparence d’excroissances globales d’une organisation d’origine internationale26.

De local en global, de global en multi-sites locaux, de local en multi-sites globaux : l’embarras du choix ou des figures imposées ?

  • 27 Par exemple les sphères du travail et du hors-travail si l’on veut appréhender la totalité des fact (...)
  • 28 Voir Cabanes Robert, Travail, Famille, Mondialisation. Récits de la vie ouvrière, Sào Paulo, Brésil(...)

21La construction du global, quel qu’il soit, semble toujours passer par la référence à une réalité « locale ». Ce local peut être postulé a priori comme nécessaire car ce serait en fait le seul lieu ou site observable ou saisissable par tout anthropologue enquêteur de terrain qui se respecte. Dans ce cas le global ne serait au mieux que le fruit d’une agrégation d’une multitude de lieux particuliers et idiosyncrasiques qui acquerrait, par sa dimension et sa force centripète, une puissance globale, probablement plus virtuelle toutefois qu’empiriquement concrète. Cependant la version multi-située est certainement la plus courante, qu’elle soit simplement le fait d’une dispersion spatiale ou au contraire d’une reconstruction temporelle à la suite de la réinterprétation d’informations déjà collectées ou au contraire de revisites systématiques. Dans un cas l’examen d’une pluralité de sites s’impose pour construire l’objet27 alors que dans un autre perspective, plus axée sur la compréhension des dynamiques longitudinales, la diversité des occupations permet d’appréhender l’ensemble du champ des possibles offerts à tous les travailleurs qui passent éventuellement par différentes formes de travail, de l’apprentissage aux emplois les plus variés puis au chômage pour s’installer finalement à leur compte comme artisans ou commerçants. La confrontation des diverses perceptions de ce champ global, selon les étapes d’une carrière, du statut familial des travailleurs ou encore des engagements syndicaux permet d’évoquer une globalisation du champ social même si ce dernier ne peut être appréhendé qu’indirectement, en passant d’abord par le suivi d’une série de cheminements individuels, familiaux ou encore entrepreneuriaux28.

  • 29 Atlani-Duault Laetitia, Au bonheur des autres. Anthropologie de l’aide humanitaire Paris, Armand Co (...)

22De son côté Laetitia Atlani-Duault part d’une organisation internationale du développement, basée à New York, qui se lance dans des projets de lutte contre le sida dans les anciennes républiques soviétiques d’Asie Centrale et de Transcaucasie, au milieu des années 199029. Après avoir détaillé le fonctionnement de ce type d’organisation internationale et décrit l’état des lieux sociétal et sanitaire des États de la région elle analyse la stratégie internationale de soutien aux ONG locales qui doivent (re)construire une société civile efficace. Mais pour ce faire il leur faut occuper l’espace institutionnel local, qui bien que très délabré, vit encore formellement au temps des idéologies et des sociabilités soviétiques. La mise en œuvre pratique de ce soutien et de cette aide passe donc par une négociation permanente, complexifiée à son tour par l’origine variée des intervenants étrangers et aussi les illusions et préjugés idéologiques de l’Organisation internationale. Bref, si le terrain de l’anthropologue se déplace géographiquement, institutionnellement et culturellement, il n’en reste pas moins que la construction du milieu anthropologique d’action et de réflexion est d’abord local, l’interprétation des intentions développementistes, étatiques et personnelles (de l’ensemble de la « communauté » opérationnelle) faisant partie de manière intrinsèque et permanente de ce dernier terrain. On peut évidemment imaginer l’existence de plusieurs autres milieux imbriqués partiellement ou tangentiellement dans celui-ci, d’abord celui du siège de l’Organisation internationale à New  York, puis celui des administrations publiques ou privées (ONG locales) des États post-soviétiques et enfin celui des expatriés de toutes ces interventions étrangères, au-delà de celle qui a mobilisé l’anthropologue, ou enfin celui des milieux sociaux des interlocuteurs véritablement locaux de ce type de projet. Bref chacun de ces différents milieux est plus ou moins localisé ou au contraire plus ou moins globalisé, si l’on prend comme perspective la perception de chaque acteur par tous les autres. L’anthropologue ne rend pas directement compte au premier degré de la totalité globale des milieux, des institutions et des acteurs en interaction directe ou indirecte. Mais même si l’initiative extérieure initiale peut être perçue comme naturellement globale (une stratégie internationale de fabrication d’une bonne gouvernance civile, notamment au sein des anciens États soviétiques) ce n’est que par l’analyse de ses effets, et du coup par la mise à jour des logiques locales des milieux rencontrés, qu’elle prend un sens global. Inversement on peut penser que les milieux mobilisés spécifiquement en réponse à cette sollicitation (que ce soient les intervenants étrangers, les interlocuteurs locaux ou encore les responsables locaux et nationaux « autochtones ») ne prennent réellement consistance que dans leur participation à ce phénomène de globalisation. Cette confrontation, instable par définition, induit une globalisation plurielle, inégale, conflictuelle et temporaire qui n’a guère de signification en soi au-delà de la situation qui la voit apparaître. Le projet épistémologique, ou plutôt rhétorique, de caractérisation de cette dernière parait donc incertain et provisoire, surtout si l’on note que ce type de phénomène est tout à fait daté et ne correspond probablement plus aux stratégies internationales actuelles en matière de gouvernance et de société civile « building », notamment dans cette région.

  • 30 Voir Agier Michel, Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris (...)
  • 31 Ibid., p 265, 283 et 295.

23La recherche de Michel Agier, à propos des camps de réfugiés et du gouvernement humanitaire, suit un cheminement différent même si l’objectif final ne semble pas très différent30. L’anthropologue se fonde sur l’examen d’une demi-douzaine de camps de réfugiés dans différentes parties de l’Afrique noire. D’emblée la diversité des cas saute aux yeux même si la condition de réfugié (de guerres civiles pour aller vite) semble parfaitement définie et cadrée par les organisations internationales qui s’en occupent comme le CICR, le HCR, ou encore l’UNICEF. Toutefois au-delà de cette enquête visiblement multi-située, l’anthropologue vise non seulement à construire une catégorie socio-politique de « réfugié » au travers de la notion d’encampement (au moyen d’une anthropologie empirique comparée) mais vise à mettre en lumière la conception globale des différentes politiques institutionnelles et pratiques qui leur sont appliquées. La troisième partie intitulée « Après les camps » est tout à fait explicite dans son balayage d’hypothèses : « Si c’est une ville », « Si c’est un monde », « Si c’est un gouvernement »31. Pour reprendre une catégorisation assez classique on passe ainsi de l’ethnographie à l’ethnologie puis enfin à l’anthropologie. Au sens actuel des termes, seule la dernière dimension est véritablement globale puisqu’elle seule vise à produire un objet qui transcende non seulement la diversité locale des camps, au-delà de leur simple comparaison (comme lieux multi-situés), mais aussi, et surtout, l’ensemble des politiques internationales et idéologiques, soit disant globales, qui leur sont appliquées. Ici encore le global est une entité supplémentaire que certains pourraient qualifier de méta-globale, puisqu’elle subsume à la fois des réalités particulières très spécifiques et des réalités théoriquement semblables, internationales, mondiales et par conséquent probablement globales.

  • 32 Voir Eboko Fred, Repenser l’action publique en Afrique. Du sida à l’analyse de la globalisation des (...)

24L’anthropologue Fred Eboko nous propose de son côté une étude systématique des divers types d’intervenants dans la politique publique du Cameroun en matière de lutte contre le VIH et le sida32. Ainsi chaque acteur, ONG étrangère, internationale ou au contraire nationale, service public national de santé concerné ou au contraire service régional de telle ou telle région du pays peut se comparer aux autres acteurs, dans l’espace national, dans la temporalité et le moment des actions et de leur mise en route. Mais en adoptant un autre point de vue on peut relier chacun de ces acteurs aux divers bailleurs de fonds, organismes internationaux ou au contraire régionaux africains voir nationaux (tout autant dépendants eux-mêmes des interventions extérieures) qui interviennent avec leur propre agenda et se trouvent ainsi en concurrence par acteurs locaux interposés. Cette toile d’araignée à la recomposition permanente, pour des raisons autant administratives, budgétaires que stratégiques ou même purement politiques, constitue par conséquent une véritable réalité institutionnelle globale qui produit sa propre dynamique au niveau des seules préoccupations de santé publique qui sont les siennes bien qu’elle renvoie à une pluralité de déterminations. Seule une série d’enquêtes de longue haleine et presqu’exhaustives, parce que circonscrites à un seul domaine de santé publique, a permis de couvrir ce champ « national » d’autant qu’elles sont le résultat d’une approche pluri-disciplinaire qui marie anthropologie et science politique des politiques publiques. C’est dans ce sens que le sous-titre de la synthèse de ce travail prend tout son sens, « Du sida à l’analyse de la globalisation des politiques publiques ».

  • 33 Dia Hamidou, Trajectoires et pratiques migratoires des Haalpulaaren du Sénégal. Socio-anthropologie (...)
  • 34 Voir notre préface à l’ouvrage d’Hamidou Dia : Copans Jean, « Migrations des populations et mutatio (...)

25Le « village multi-situé » d’Hamidou Dia quant à lui reprend une histoire qui s’étend sur quasiment un demi-siècle et son enquête lui a permis de rencontrer personnellement la plupart des acteurs de cette longue histoire33. L’anthropologue isolé a beau avoir intégré les résultats de recherches préalables ou parallèles, il est le seul comptable de tous ses terrains. A priori les enquêtes d’Hamidou Dia s’insèrent dans la grande vague de travaux sur les migrations transnationales africaines vers l’Europe de ces quinze dernières années. Mais le plus important pour notre panorama des modes d’enquête globalisées provient de la multiplicité des entrées de ce terme. En effet l’objet construit est non seulement multi-situé dans les espaces sénégalais (le fleuve Sénégal et l’agglomération dakaroise) et français (Paris et sa province) mais il l’est également dans la temporalité de plusieurs générations, liées par des rapports asymétriques de parenté. Il semble d’emblée évident que l’objet ainsi construit globalement n’a rien à voir avec une simple enquête multisituée ou au contraire avec une comparaison englobante d’itinéraires migratoires variés et spécifiques34. Après avoir construit les migrations en trois temps (1955-1970 ; 1973-1990 et 1990-2008), l’anthropologue reprend ces configurations selon les inégalités d’accès et les ressources contrôlées d’abord dans les espaces sénégalais puis français. Ces données lui permettent ensuite d’élaborer une sociologie des réussites (les élites) ou au contraire des échecs dus à la nature des relations familiales mais aussi à des hasards des conjonctures. Ces dynamiques d’un premier niveau sont ensuite confrontées aux champs publics et organisationnels de leur déroulement tant au niveau des institutions politiques des villages d’origine que des stratégies de la coopération internationale. Par ailleurs, l’analyse se frotte à plusieurs reprises à l’espace politique national pour s’interroger en conclusion sur la nature du Sénégal « à l’heure du leadership multi-situé ». Ce déroulement qui va d’un local tout à fait précis aux champs nationaux, tant sénégalais que français (le milieu associatif et syndical), qu’internationaux (États-Unis, Grande Bretagne), fait apparaître une espèce de spirale temporelle dont le défilement générationnel scande les tentatives de maîtrise de différents espaces globaux et non plus simplement locaux. Cette situation multi-située fonctionne en fait, selon les stratégies suivies, à plusieurs niveaux qui interagissent différemment selon le moment retenu au sein de la longue durée de l’étude. L’ensemble finit par produire des globalités de genre et d’épaisseur familiale distinctes qui se succèdent et se chevauchent tout à la fois. La seule conclusion indiscutable renvoie à la tragique dégradation environnementale du village initial de départ qui interdit toute tentative de re-modernisation agricole de son terroir. Les retours au point de départ sont certes possibles mais ce sont des retours de fin de vie et non d’acteurs économiques cherchant à transposer localement leurs réussites dues à une globalisation de leurs parcours personnels et familiaux.

L’anthropologie globale ou le consensus impossible

  • 35 Voir Appadurai Arjun, « Global Ethnoscapes: Notes and Queries for a Transnational Anthropology » in (...)
  • 36 Sans préciser plus avant, la mise de côté de toute l’anthropologie actuelle du développement (J.-P  (...)

26L’anecdote est célèbre et elle résume d’une certaine façon les disjonctions fondatrices de la globalisation et de son étude. Lors d’un voyage familial en Inde en janvier 1988, Arjun Appadurai accompagne sa femme au temple de la déesse Meenaksi à Madurai, où cette dernière, historienne américaine, Carol Brekenridge, conduisait sa recherche depuis une vingtaine d’années. Celle-ci s’enquiert du prêtre qui avait été son informateur privilégié et s’entend répondre : « Mais Thangam Bhattar est à Houston ! ». Effectivement il existe une communauté indoue à Houston qui a élevé un temple en l’honneur de la déesse, et qui emploie les services du prêtre35. Aujourd’hui l’étude du global commence néanmoins dans les bibliothèques et sur les sites documentaires d’internet. La prolifération pluridisciplinaire est un trait constitutif de cette préoccupation et pour ce qui est de l’anthropologie en tout cas, la réalité est bien plus complexe et problématique. Un rapide survol de quelques bibliographies d’ouvrages emblématiques ou de « globalistes » convaincus révèle deux phénomènes : la plupart du temps les références non-anthropologiques dépassent en nombre les seules références de l’anthropologie ou leur sont équivalentes mais surtout l’oubli d’auteurs, de même obédience pourrait-on dire, soit par leur problématique globalisante soit par leurs objets, par définition globaux, est intrigante sinon choquante36. Je ne reviens pas sur les lacunes francophones des anthropologues anglophones.

  • 37 Ce texte est traduit en français sous le titre « Ethnographie du/dans le système-monde. L’émergence (...)
  • 38 Voir Eriksen Thomas Hylland Small Places, Large Issues. An Introduction to Social and Cultural Anth (...)

27En 1995, le volume 24 de l’Annual Review of Anthropology formalise une espèce de reconnaissance officielle (américaine ?!) de la précipitation réussie du champ empirique ou théorique de l’anthropologie du global. Malgré un regroupement thématique plus étroit de cinq des six textes sous l’intitulé « Problèmes de frontières », c’est le sixième texte qui donne sens à tout cet ensemble, celui de Marcus, qui conforte l’existence d’une ethnographie multi-située, première étape d’une anthropologie du global. Rappelons qu’Annual Review of Anthropology inclut l’archéologie et la linguistique selon la définition tout à fait globale de l’anthropologie américaine37. Ainsi ce sont près de 1200 références qui sont soumises à notre examen dans ce panorama des fondements de l’approche du global (migrations, frontières, transnationalisme, etc.). Dans la seconde édition de son manuel introductif parue en 2001, au titre bien programmatique « Lieux de petite taille, grandes questions », l’anthropologue norvégien, Thomas Hylland Eriksen, intitule son dernier chapitre, « Le global, le local et le glocal » où il propose une conception dynamique et dialectique d’une nouvelle réalité qu’il préfère qualifier de glocale, ni trop globale ni trop locale38.

  • 39 Voir Berger Laurent, Les nouvelles ethnologies. Enjeux et perspectives, Paris, Armand Colin, 2004, (...)
  • 40 Kilani Mondher, Anthropologie. Du local au global, Paris, Armand Colin, 2009.
  • 41 Ibid., p. 329-340.

28Peu de temps après, dans une synthèse qui se veut plus pédagogique que critique, Laurent Berger, très inspiré par ailleurs par les problématiques de l’histoire globale, suggère de distinguer la macro-anthropologie, « [...] reformulation de la notion de la catégorie de culture à l’échelle de la planète [...] » et l’anthropologie globale « [...] centrée sur le dépassement de la notion de société à l’échelle de l’histoire mondiale »39. Enfin Mondher Kilani intitule la réédition de son ouvrage, Anthropologie. Du local au global, mais il précise dès la première ligne de son avant-propos que c’est le titre qu’il aurait voulu donner, dès 1989, à la première version de son manuel puisque la question se posait déjà, selon lui, à cette époque40. Cependant le lecteur anthropologue peut penser que l’auteur nous complique la question (et surtout la réponse !) en intitulant sa dernière partie « Actualité de l’anthropologie. De l’anthropologie restreinte à l’anthropologie généralisée » ce qui est une manière de reformuler le titre du manuel d’Eriksen. Si le local et le global impliquent une nouvelle articulation du projet anthropologique (chapitre 20) il n’en reste pas moins qu’en toute fin de l’ouvrage (chapitre 28) il s’interroge « Quelle anthropologie pour quelle globalisation ? »41.

  • 42 Voir Warnier Jean-Pierre, La mondialisation de la culture, Paris, La Découverte, 1999. Citations pa (...)
  • 43 Bazin Laurent, Benveniste Anne, Hernandez Valeria et Selim Monique (dir.), « Globalisation. Tome 1. (...)
  • 44 Expression forgée dans Dezalay Yves et Garth Bryant G., Dealing in Virtue, Chicago, Chicago Univers (...)
  • 45 Arjun Appadurai, sans rentrer dans le débat sur la nature de l’altermondialisme, évoque l’existence (...)

29Si l’on élargit notre examen, tout à fait sélectif nous l’admettons, aux travaux de quelques anthropologues français on doit admettre la diversité des réponses apportées à la question de Kilani. Jean-Pierre Warnier adopte une position des plus réservées : les débats sur la mondialisation de la culture débouchent sur des illusions et des prises de position de fait idéologiques. Ignorant paradoxalement les travaux de Marcus, il situe le problème dans notre très grande ignorance de « [...] la multiplicité des situations locales [...] » et pense « [...] qu’il faut articuler deux points de vue alimentés à parts égales par les données empiriques : le local et le global »42. D’une manière assez proche les quatre éditeurs d’une double livraison du Journal des Anthropologues43 proposent de considérer le global non pas comme un objet en soi mais comme un ordre de référence, comme une internationalisation différentielle des normes devenues globales. Mais l’actualité est indiscutablement globale ou en voie de globalisation et l’anthropologie se doit prendre le train en marche au risque de se faire piéger par les fortes demandes d’individualisation et de patrimonialisation des réalités, et par conséquent des objets anthropologiques. Les réalités naturelles travaillées par l’homme sont elles-mêmes en voie de culturalisation ce qui modifie du tout au tout les objectifs de lutte contre la globalisation des environnements. Une part très importante des nouveaux imaginaires globaux et de leurs flux sont enfin de nature religieuse et les éditeurs de ces deux numéros voient la mondialisation de la communication religieuse comme un objectif analytique de première importance. Il est certain enfin que les conflits, la violence d’une part et les mobilisations dites citoyennes, les reconfigurations forcées ou spontanées des sociétés civiles qui transforment les ONG en « multinationales de la vertu civique »44, dominent de plus en plus l’actualité. En fait l’altermondialisation fait partie intégrante de la globalisation : certains la conçoivent comme co-participante de sa construction alors que d’autres y voient au contraire un modèle alternatif, une globalisation démocratique en gestation45.

  • 46 Voir Abélès Marc, Anthropologie de la globalisation, op. cit., p. 8 et 9 ainsi que Tsing Anna Lowen (...)

30La synthèse la plus aboutie en français est certainement l’ouvrage à caractère panoramique de Marc Abélès qui passe en revue la multiplicité des entrées possibles de la globalisation. L’anthropologue préfère utiliser ce terme à celui de mondialisation qui peut s’appliquer également à des phases anciennes de l’histoire, qui s’est mondialisée en permanence alors que selon lui, « L’emploi du concept de global apparaît adéquat pour rendre compte du niveau d’intégration et d’interconnexion qui est désormais atteint [...] ». Ce qui compte « [...) c’est la manière dont chacun se meut en permanence d’un référentiel à l’autre, du local au global. ». L’anthropologie de la globalisation « [...] appréhende de l’intérieur cette dialectique à partir de terrains localisés, où les préoccupations du proche et du quotidien s’articulent avec la perception d’une appartenance planétaire ». Passant en revue les entrées de l’économie, de la culture et des communautés, du politique, de la violence et enfin des migrations et de la société civile, Abélès retient le concept de friction avancée par Anna Lowenhaupt Tsing qui désigne des assemblages locaux, des interactions fines qui déplacent et procèdent à une dis-location, à un examen des irruptions46.

  • 47 Voir Balandier Georges, Le Grand Système, op. cit.
  • 48 Voir Assayag Jackie, La mondialisation vue d'ailleurs. L’Inde désorientée, Paris, Le Seuil, 2005.

31Cette appropriation conceptuelle se veut tout à fait ethnographique, au plus près de la réalité vécue et observée par les anthropologues, mais on peut néanmoins s’interroger si la globalisation ainsi comprise est véritablement inédite, un « nouveau Nouveau Monde » pour reprendre l’expression de Balandier qui désigne de manière symbolique la sur ou hyper-modernité des temps actuels47. De nombreux anthropologues français comme anglo-saxons adoptent cependant une position plus critique. Jackie Assayag renverse les perspectives de la mondialisation en l’envisageant depuis les terrains de ce qu’on appelle très maladroitement le sud, en l’occurrence ici l’Inde. Si les phénomènes observés renvoient dans ce cas à des incorporations de nature similaire à ceux qui seraient construits depuis un regard extérieur, c’est tout simplement parce que les évolutions des changements doivent être considérées en premier, notamment dans le cas de l’Inde que l’on a trop longtemps analysé de manière intemporelle. Bref la nouveauté de la considération n’implique nullement la nouveauté des faits ou plutôt le fait que les phénomènes observés n’auraient pas déjà connu une historicité ancienne, assumée et même valorisée48.

  • 49 Voir le chapitre 1, « La globalisation et l’avenir de la différence culturelle » dans : Amselle Jea (...)
  • 50 Voir Amselle Jean-Loup, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, op. cit., p. 33
  • 51 James Ferguson est l’auteur d’un recueil d’articles très inégal mais au titre tout à fait suggestif (...)
  • 52 Voir Amselle Jean-Loup, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, op. cit, p. 19.

32La critique la plus poussée nous vient de Jean-Loup Amselle qui examine la problématique de la globalisation au travers de sa théorie des branchements et des chaines de sociétés49. Selon lui la globalisation est un principe inhérent à toute organisation sociale et par conséquent il existe même ce qu’il appelle une globalisation pré-coloniale50. Il critique à la fois les hypothèses de James Clifford, d’Ulf Hannerz ou les implications des conceptions littéraires créolisantes d’Édouard Glissant d’une part et les reformulations des manières soi-disant globalisantes de faire du terrain aujourd’hui avancées par exemple par Akhil Gupta et James Ferguson51. Pour ce faire, Amselle revisite un certain nombre de terrains canoniques comme ceux étudiés par Bronislaw Malinowski, Marcel Griaule, Germaine Dieterlen, Maurice Delafosse ou encore Siegfried Nadel ce qui lui permet de mettre en lumière à la fois les impasses et les innovations discrètes de ces travaux. La qualité de ces relectures croisées avec les relectures déjà disponibles pose toutefois problème dans la mesure où Amselle n’affronte pas directement les chantres de l’approche globale comme Burawoy, Marcus ou encore Friedman. Il s’arrête à mi-chemin au sein de la culture postmoderne et postcoloniale qui évacue, comme le dénonce parfaitement, et à juste titre Amselle, « [...] la question sociale, celle de la lutte des classes et la question territoriale [...] »52.

  • 53 Voir Burawoy Michael, « Ethnographic fallacies: Reflections on Labour Studies in the Era of Market (...)
  • 54 Voir Gille Zsuzsa et Ó Rian Seẚn, « Global Ethnography », Annual Review of Sociology, art. cit., p. (...)

33Je m’abstiendrai, faute de place, d’évoquer sérieusement les perspectives et les conclusions des trois auteurs cités ci-dessus. Il est certain que Burawoy fait figure de l’anthropologue global parfait puisqu’il a pratiqué lui-même des recherches dans les trois ou quatre grands genres de société modernes (Zambie, États-Unis, Hongrie et Russie post-soviétique) et que par ailleurs il se pose constamment les questions de l’élaboration théorique d’une part et de la nature de l’enquête ethnographique réflexive dont la revisite fait partie d’autre part53. Sa conception d’une anthropologie globale configurée en trois champs (les forces globales, les connections globales et les imaginaires globaux) semblent convaincre un grand nombre de lecteurs. Ainsi Gille et Ó Rian organisent-ils leur examen de ce domaine selon les trois entrées mises en avant par Burawoy54.

  • 55 Fardon Richard, et al., The Sage Handbook of Social Anthropology, 2 vol., Sage, London, 2012.
  • 56 La problématique du cosmopolitisme fait partie de la question globale puisqu’elle recompose la ques (...)
  • 57 Voir Carrier James G. et Gewertz Deborah B. (dir.), The Handbook of Sociocultural Anthropology, Lon (...)
  • 58 Voir Klein Jacob A., Pottier Johan et West Harry G., « New Directions in the Anthropology of Food » (...)

34Nous terminerons ce panorama ultra-schématique en évoquant le caractère apparemment réservé de la petite centaine d’anthropologues mobilisés par l’Association des Anthropologues sociaux du Royaume-Uni et du Commonwealth sous la direction de Richard Fardon au sein du Sage Handbook of Social Anthropology55 en ce qui concerne l’emploi de la notion de global. Contrairement à son petit frère américain (car deux fois plus petit), cet énorme état des lieux ne comporte aucune entrée dédiée à la globalisation ou à l’anthropologie globale. Certes la seconde section intitulée « Places », est introduit, comme chacune des autres sections, par un court texte de quatre pages intitulé « Lieu, Région, culture, Histoire : des études d’aires régionales à un monde globalisé » rédigé par Mark Nutall, spécialiste du monde arctique. Au-delà des chapitres d’aires géographiques cette section se conclut de manière significative sur trois textes consacrés aux migrations, aux mondes cosmopolites56 et aux mondes indigènes. En fait c’est dans la troisième section, « Methods », qu’on trouve une référence à ce terme avec le chapitre de Joshua Barker, « L’entretien ethnographique à l’ère de la globalisation »57. Malheureusement ce texte est très maladroit et trop égocentré et on ignore toujours après sa lecture où peut bien se trouver la spécificité de l’entretien en situation de terrain globalisé. Plus symbolique encore est l’absence de renvoi, à une exception près, de ce domaine ou de cette perspective dans la quatrième et dernière section « Les futures » dont l’introduction s’intitule pourtant « Les anthropologies à venir » et le chapitre de conclusion « L’anthropologie du nouveau Millénaire ». L’exception mérite d’être soulignée cependant puisqu’il s’agit du chapitre consacré à l’anthropologie de l’alimentation58. Les thèmes de la globalisation de l’économie des matières premières agricoles, de la modernisation intensive de l’agriculture et du rôle des marchés des produits alimentaires, tout comme celui des politiques internationales contre la faim justifient cette prise de position.

  • 59 Le cas français est absolument exemplaire de ce point de vue puisque ce domaine régalien des affair (...)

35En fait ma conclusion constructive je l’ai trouvé dans le texte déjà cité de Bierschenk qui « globalise » en quelque sorte les dynamiques locales, nationales et internationales déjà bien manifestes en ce sens dans le domaine des recherches sur le développement, l’humanitaire et les politiques de reconstruction et de post-catastrophe. Il ne s’agit pas du tout de réduire l’anthropologie, nécessaire et possible, de la globalisation à ce seul domaine. Notre constat va bien plus loin puisqu’il met en lumière une anthropologie toujours enracinée dans les localités mondiales du local, y compris les localités des petites sociétés des experts et décideurs internationaux du développement sous toutes leurs formes. Mais cette pluralité de localités ne peut exister et se reproduire qu’en étant toujours sous la coupe directe ou médiate d’organisations aux finalités et aux modes de fonctionnement par ailleurs de plus en plus transnationales et globales puisque les politiques nationales et étatiques d’aide et d’intervention sont de plus en plus marginalisées ou abandonnées59. La notion d’engineering social global permet non seulement d’actualiser, et même de dépasser, les implications ringardes de la notion de développement, mais aussi de proposer un cadre global qui va bien au-delà du champ habituel du développement. Ce domaine englobe par exemple à la fois les institutions de la francophonie, les politiques de recherche et développement des grandes multinationales du médicament les stratégies parallèles de gestion des paradis fiscaux ou encore les programmes de plus en plus globaux de certains cursus universitaires.

Une seule solution : le détour par une anthropologie de la globalisation de l’anthropologie

36L’examen d’un certain nombre de recherches récentes, éventuellement aux marges de cette dernière spécialisation, nous a ainsi permis de repérer une forme plus méthodologique de construction de l’objet global qui tisse des liens permanents avec toute une série d’objets « locaux » distincts. Deux démarches, déjà bien reconnues, sinon même fondatrices de l’anthropologie, sont ici à l’œuvre mais parfois de façon très sibylline : la comparaison synchronique, grâce une observation multi-située systématique et globale, d’une part et le suivi diachronique, dans le temps de la longue durée d’au moins plusieurs générations d’acteurs, multi-situés ou non, d’autre part.

  • 60 Voir Ribeiro Gustavo Lins et Escobar Arturo (dir.), World Anthropologies. Disciplinary Transformati (...)
  • 61 Anne-Marie Peatrick à la suite d’une remarquable analyse consacrée au devenir de l’étude ethnologiq (...)
  • 62 Nous invitons les anthropologues à prendre connaissance sur ce point du texte de l’économiste Micha (...)
  • 63 La question ne concerne pas seulement le déséquilibre entre les traditions des pays du nord et cell (...)

37Ces derniers constats débouchent tout naturellement sur une réflexion concernant la nature des anthropologies à l’œuvre aujourd’hui à l’échelle internationale, qualifiée de plus en plus de mondiale, où la disjonction des traditions disciplinaires, des aires régionales et culturelles et enfin des inspirations théoriques ou pratiques est telle que les chercheurs en viennent à évoquer l’existence d’une anthropologie monde (world anthropology), en voie de dé-occidentalisation ou encore non-hégémonique, voire d’une autre anthropologie60. Toujours est-il que les expressions de globalisation de l’anthropologie ou d’anthropologie globale s’imposent et ajoutent un niveau supplémentaire à la perspective d’une anthropologie de la globalisation ou du global. L’anthropologie est tout naturellement partie prenante de ce phénomène dont l’étude doit se dérouler du coup sur deux registres simultanés, celui des mutations globales et/ou mondiales des réalités sociales, culturelles, etc., et celui de la configuration des disciplines scientifiques qui cherchent à en rendre compte. On peut même postuler que l’examen de ce second phénomène, au moyen d’une sociologie historique et politique de la connaissance de l’anthropologie61 devrait même par moments prendre la préséance. Essayer de transformer les logiques idéologiques, institutionnelles et évidemment disciplinaires des modes de positionnement et de fonctionnement de l’anthropologie semble à portée humaine, sur plusieurs générations sans aucun doute62, alors que la pacification du bruit et de la fureur mondial en cours est, malheureusement de plus en plus hors de portée de l’humanité globale. La tentative d’imposer une anthropologie sans frontières passe par une meilleure connaissance réciproque des anthropologies locales, nationales ou régionales. Les preuves d’une telle préoccupation sont de plus en plus manifestes dans les bibliographies qu’il nous est donné de lire, de manière encore bien aléatoire et solitaire, ne serait-ce que pour des raisons linguistiques ou du nombre très insuffisant de publications au niveau de la vulgarisation de haut niveau63. Les voies vers une globalisation plus poussée et plus partagée des connaissances anthropologiques sont connues même si elles sont très inégalement pratiquées. Au-delà des aspects financiers et institutionnels d’une telle dynamique il faudrait mettre en place une éthique de la modestie tant de la part des traditions encore hégémoniques, que des ambitions contre-hégémoniques en gestation qui apparaissent de plus en plus de fait comme de simples alternatives...d’une nouvelle hégémonie. C’est pourquoi nous pensons que l’anthropologie actuelle du global semble reproduire, à y regarder de plus près, les réflexes anciens de la genèse des « nationalismes méthodologiques » précédents. Il est peut-être encore temps de se demander si la libération des frontières de l’anthropologie passe par la globalisation de ses objets, et donc implicitement par la globalisation de ses ambitions et de ses programmes ou par les chemins plutôt détournés d’une anthropologie buissonnière, internationaliste à tous les sens ordinaires de ce terme, où les Nords et les Suds viseraient une équité disciplinaire plus marquée, malgré les pièges hégémoniques invisibles induits par une situation globale, toujours et encore, malgré tout occidentalo-centrée.

Haut de page

Bibliographie

Abélès Marc, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, 2008.

Abélès Marc (dir.), Des anthropologues à l’OMC. Scènes de la gouvernance mondiale, Paris, CNRS Éditions, 2011.

Agier Michel, Gérer les indésirables : des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, 2008.

Agier Michel, La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire, Paris, La Découverte, 2013.

Amselle Jean-Loup, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion, 2001.

Appadurai Arjun, « Global Ethnoscapes: Notes and Queries for a Transnational Anthropology », in Fox Richard (dir.), Recapturing Anthropology. Working in the Present, Santa Fe, School of American Research Press, 1991, p. 191-210.

Appadurai Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2001 [1996].

Appadurai Arjun, « Deep Democracy. Urban Governmentality and the Horizon of Politcs », Public Culture,  14/1, 2002, p. 21-47.

Apthorpe Raymond, « Coda: With Alice in Aidland: A Seriously Satirical Allegory », in Mosse David (dir.), Adventures in Aidland. The Anthropology of Professionals in International Development, New York, Berghahn Books, 2011, p. 199-219.

Assayag Jackie, La mondialisation vue d’ailleurs. L’Inde désorientée, Paris, Le Seuil, 2005.

Atlani-Duault Laëtitia, Au bonheur des autres. Anthropologie de l’aide humanitaire, Paris, Armand Colin, 2009.

Balandier Georges, « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologie, n° 11, 1951, p. 44-79.

Balandier Georges, L’anthropologie appliquée aux problèmes des pays sous-développés, 3 fascicules, Paris, Les cours de droit, 1955.

Balandier Georges, « Sociologie des régions sous-développées », in Gurvitch Georges (dir.), Traité de sociologie, tome 1, Paris, PUF/Quadrige, 2007, p. 499-518, [1958].

Balandier Georges, Sens et puissance. Les dynamiques sociales, Paris, PUF, 1971.

Balandier Georges, Le Grand Système, Paris, Fayard, 2001.

Barth Frederick, « Overview: Sixty Years in Anthropology », Annual Review of Anthropology, n° 37, 2008, p. 1-16.

Bazin Laurent, Benveniste Anne, Hernandez Valeria et Selim Monique (dir.), « Globalisation. Tome 1. Effets de marché et de migrations », Journal des anthropologues, n° 96-97, 2004.

Bazin Laurent, Benveniste Anne, Hernandez Valeria et Selim Monique (dir.), « Globalisation. Tome 2. Consommation du religieux », Journal des Anthropologues, n° 98-99, 2004.

Bazin Laurent, Benveniste Anne et Selim Monique, « Immersions ethnologiques dans le monde global », in Bazin Laurent, Benveniste Anne, Hernandez Valeria et Selim Monique (dir.), « Globalisation. Tome 1. Effets de marché et de migrations », Journal des anthropologues, n° 96-97, 2004, p. 11-28.

Berche Thierry, Anthropologie et santé publique en pays dogon, Paris, Karthala, 1998.

Berger Laurent, Les nouvelles ethnologies, Paris, Armand Colin, 2004.

Bierschenk Thomas, « From the Anthropology of Development to the Anthropology of Global Social Engineering », Zeitschrift für Ethnologie, n° 139, 2014, p. 73-98.

Burawoy Michael, et al., Global Ethnography: Forces, Connections and Imaginations in a Postmodern World, Berkeley, University of California Press, 2000.

Burawoy Michael, « Revisiter les terrains. Esquisse d’une théorie de l’ethnographie réflexive », in Cefaï Daniel (dir.), L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010, p. 295-351.

Burawoy Michael, « Ethnographic fallacies: Reflections on Labour Studies in the Era of Market Fundamentalism », Work, Employement and Society, n° 27/3, 2013, p. 526-536.

Cabanes Robert, Travail, Famille, Mondialisation. Récits de la vie ouvrière, Sào Paulo, Brésil, Paris, Karthala, 2003.

Caillé Alain et Dufoix Stéphane, « Introduction. Le moment global des sciences sociales » in Caillé Alain et Dufoix Stéphane (dir.), Le tournant global des sciences sociales, Paris, La Découverte, 2013, p. 5-23.

Caillé Alain et Dufoix Stéphane (dir.), Le tournant global des sciences sociales, Paris, La Découverte, 2013.

Carrier James G. et Gewertz Deborah B. (dir.), The Handbook of Sociocultural Anthropology, London, Bloomsbury, 2013.

Cefaï Daniel, L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010.

Copans Jean, « Mode de production, formation sociale ou ethnie ? Les leçons d’un long silence de l’anthropologie marxiste française », Revue canadienne des études africaines, n° 20/1, 1986, p. 74-90.

Copans Jean, « Les modèles marxistes dans l’anthropologie économique française : prêt-à-porter ou haute couture ? », Cahiers internationaux de sociologie, n° 34, 1988, p. 161-176.

Copans Jean, « Mondialisation des terrains ou internationalisation des traditions disciplinaires ? L’utopie d’une anthropologie sans frontières », Anthropologie et Sociétés, n° 24/1, 2000, p. 21-42.

Copans Jean, L’économie morale des anthropologies-monde du xxie siècle », Social Science Information sur les Sciences Sociales, n° 50/3-4, 2011, p. 472-482.

Copans Jean, « Le développement cela s’étudie d’abord au Nord », Walfadjri (Dakar), 8, 9, 10 et 11 juillet 2013.

Copans Jean, Georges Balandier. Un anthropologue en première ligne, Paris, PUF, 2014.

Copans Jean, « Migrations des populations et mutations des problématiques en sciences sociales : les leçons de la longue durée et de l’intimité villageoise » in Dia Hamidou, Trajectoires et pratiques migratoires des Haalpulaaren du Sénégal. Socio-anthropologie d’un village « multi-situé », Paris, L’Harmattan, 2015, p. 13-27.

Dahou Tarik, Entre parenté et politique. Développement et clientélisme dans le Delta du Sénégal, Paris, Karthala-ENDA, 2004.

Dezalay Yves et Garth Bryant, Dealing in Virtue, Chicago, Chicago University Press, 1996.

Dia Hamidou, Trajectoires et pratiques migratoires des Haalpulaaren du Sénégal. Socio-anthropologie d’un village ‘multi-situé’, Paris, L’Harmattan, 2015.

Eboko Fred, Repenser l’action publique en Afrique. Du sida à l’analyse de la globalisation des politiques publiques, Paris, Karthala, 2015.

Eriksen Thomas Hylland, Places, Large Issues. An Introduction to Social and Cultural Anthropology, London, Pluto Press, 2001.

Escobar Arturo et Boulianne Manon, « Développer autrement, construire un autre monde ou sortir de la modernité ? », Anthropologie et Sociétés, n° 29/3, p. 139-150.

Fardon Richard, et al., The Sage Handbook of Social Anthropology, 2 vol., Sage, London, 2012.

Ferguson James, Global Shadows. Africa in the Neoliberal World Order, Durham, Duke University Press, 2006.

Fried Morton, Evolution of Politcal Society: an Essay in Political Anthropology, New York, Random House, 1967

Gille Zsuzsa et Ó Rian Seàn, « Global Ethnography », Annual Review of Sociology, n° 28, 2002, p. 271-295.

Hunter Monica, Reaction to Conquest: Effects of Contact with Europeans on the Pondo of South Africa, Berlin, LIT (International African Institute), 2009 [1936].

Jourdan Christine et Riley Kathleen C. (dir.), « Glocalisation alimentaire », Anthropologie et Sociétés, n° 37/2, 2013, p. 9-25.

Kearney Mickael, « The Local and the Global: the Anthropology of Globalization and Transnationalism », Annual Review of Anthropology, n° 25, 1995, p. 547-565.

Kilani Mondher, Anthropologie. Du local au global, Paris, Armand Colin, 2009.

Klein Jacob A., Pottier Johan et West Harry G., « New Directions in the Anthropology of Food », in Fardon Richard, et al., The Sage Handbook of Social Anthropology, vol. 2, Sage, London, 2012, p. 299-312.

Kuhn Michael « Face au multiversalisme scientifique » in Caillé Alain et Dufoix Stéphane (dir.), Le tournant global des sciences sociales, Paris, La Découverte, 2013, p. 350-379.

Lederman Rena, « Anthropological regionalism », in Kuklick Henrika (dir.), A New History of Anthropology, Oxford-Malden, Blackwell, 2008, p. 310-325.

Lederman Rena, « Globalization and the Future of Culture Areas: Melanesianist Anthropology in Transition », Annual Review of Anthropology, n° 27, 1998, p. 427-449.

Lewellen Ted, « Groping Toward Globalization: In Search of an Anthropology Without Boundaries », Reviews in Anthropology, n° 31/1, 2002, p. 73-89.

Mair Lucy, Anthropology and Social Change, London, LSE Monographs on Social Anthropology, 38, Athlone Press, 1969.

Malinowski Bronislaw, « Practical Anthropology », Africa, II/1, 1929, p. 22-38.

Malinowski Bronislaw, The Dynamics of Cultural Change. An Inquiry into Race Relations in Africa, New Haven, Yale University Press, 1945.

Marcus George et Fisher Michael, Anthropology as Cultural Critique: An Experimental Moment in the Human Sciences, Chicago, Chicago University Press, 1986.

Marcus George, « Ethnography in/of the World System: Emergence of Multi-Sited Ethnography », Annual Review of Anthropology, n° 24, 1995, p. 95-117.

Mosse David, Cultivating Development: an Ethnography of Aid Policy and Practice, London, Pluto Press, 2005.

Mosse David (dir.), Adventures in Aidland. The Anthropology of Professionals in International Development, New York, Berghahn Books, 2011.

Murdock Georges Peter, et al., Outline of World Cultures, New Haven, HRAF Press, 1987 [1938].

Murdock Georges Peter, « World Ethnographic Atlas », Ethnology, n° 1, 1962, p. 113-134.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social, Paris, Karthala, 1995.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, « Les trois approches en anthropologie du développement », Revue Tiers Monde, n° 168, 2001, p.  725-754.

Peatrick Anne-Marie, « Le singulier destin de Facing Mount Kenya. The Tribal Life of the Gikuyu (1938) de Jomo Kenyatta. Une contribution à l’anthopologie des savoirs », L’Homme, n° 212, 2014, p. 71-108.

Ribeiro Gustavo Lins et Escobar Arturo (dir.), World Anthropologies. Disciplinary Transformations within Systems of Power, Oxford, Berg, 2006.

Saillant Francine, Kilani Mondher et Graezer Bideau Florence (dir.), Manifeste de Lausanne, Pour une anthropologie non hégémonique, Montréal, Liber, 2011.

Thayer Millie, « Traveling feminisms: From Embodied Women to Gendered Citizenship » in Burawoy Michael, et al., Global Ethnography: Forces, Connections and Imaginations in a Postmodern World, Berkeley, University of California Press, 2000, p. 203-233.

Tsing Anna Lowenhaupt, Friction. An Ethnography of Global Connection, Princeton, Princeton University Press, 2005.

Trémon Anne-Christine, « Que faire du couple local/global ? Pour une anthopologie pleinement processuelle », Social Anthropology/Anthropologie Sociale, n° 20/3, 2012, p. 250-266.

Warnier Jean-Pierre, La mondialisation de la culture, Paris, La Découverte, 1999.

Wolf Eric, Europe and the People Without History, Berkeley, California University Press, 1982.

Haut de page

Annexe

Liste des sigles

AFD :Agence Française du Développement

BM :Banque Mondiale

CICR :Comité International de la Croix Rouge

DFID:Department for International Development (agence britannique)

GIZ :Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (agence allemande)

HCR :Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés

ONG :Organaisation Non-Gouvernementale

UNICEF :United Nations International Children’s Emergency Fund

USAID :United States Agency for International Developement

Haut de page

Notes

1 La SOS Corpo est une ONG brésilienne. Voir Thayer Millie « Traveling Feminisms: From Embodied Women to Gendered Citizenship » in Burawoy Michael, et al., Global Ethnography: Forces, Connections and Imaginations in a Postmodern World, Berkeley, University of California Press, 2000, p. 203-204. Cité page 81 par Lewellen Ted, « Groping Toward Globalization: In Search of an Anthropology Without Boundaries », Reviews in Anthropology, n° 31/1, 2002, p. 73-89.

2 Gille Zsuzsa et Ó Rian Seẚn « Global Ethnography », Annual Review of Sociology, n° 28, 2002, p. 271-295.

3 Voir Caillé Alain et Dufoix Stéphane, « Introduction. Le moment global des sciences sociales » in Caillé Alain et Dufoix Stéphane (dir.), Le tournant global des sciences sociales, Paris, La Découverte, 2013, p. 5-23.

4 La problématique de la globalisation des points de vue de l’anthropologie, ou de la science sociale concernée (histoire, géographie, etc), est au cœur de nos réflexions personnelles. La désoccidentalisation de cette discipline ne peut se réduire à une question de paradigme ou d’autocritique (postmoderne, postcoloniale ?) des effets des divers nationalismes méthodologiques des Nords et des Suds. Voir Copans Jean, « Mondialisation des terrains ou internationalisation des traditions disciplinaires ? L’utopie d’une anthropologie sans frontières », Anthropologie et Sociétés, n° 24/1, 2000, p 21-42 et Copans Jean, « L’économie morale des anthropologies-monde du xxie siècle », Social Science Information sur les Sciences Sociales, n° 50/3-4, 2011, p. 472-482.

5 Une Anthropologie globale. Problématiques, méthodes, théories rédigée par Laurent Berger et Anne-Christine Trémon est toutefois annoncée à La Découverte.

6 Abélès Marc, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, 2008. Cependant l’anthropologue Jean-Pierre Warnier, une dizaine d’années auparavant, avait intitulé son ouvrage, Warnier Jean-Pierre, La mondialisation de la culture, Paris, La Découverte, 1999.

7 Lewellen Ted, « Groping Toward Globalization »., op. cit., p 74. C’est également le sens des remarques d’ouverture d’Anne-Christine Trémon dans son article : Trémon Anne-Christine, « Que faire du couple local/global ? Pour une anthropologie pleinement processuelle », Social Anthropology/Anthropologie Sociale, n° 20/3, 2012, p. 250-266 : « ...la globalisation contemporaine a fait resurgir une question soulevée de longue date par les anthropologues... », p. 250.

8 Voir Balandier Georges, Sens et puissance. Les dynamiques sociales, Paris, PUF, 1971.

9 Voir les considérations récentes de Lederman Rena : Lederman Rena, « Anthropological Regionalism », in Kuklick Henrika (dir.), A New History of Anthropology, Oxford-Malden, Blackwell, 2008, p. 310-325 et Lederman Rena, « Globalization and the Future of Culture Areas: Melanesianist Anthropology in Transition », Annual Review of Anthropology, n° 27, 1998, p. 427-449. Il est frappant de constater que dans The Sage Handbook of Social Anthropology en deux volumes, 1184 pages et 76 chapitres, environ un quart des contributions, celles de la seconde partie intitulée Places, porte sur les aires régionales ou même sous-régionales. Voir Fardon Richard, et al., The Sage Handbook of Social Anthropology, 2 vol., Sage, London, 2012.

10 Voir nos contributions critiques sur ce point, Copans Jean, « Mode de production, formation sociale ou ethnie ? Les leçons d’un long silence de l’anthropologie marxiste française », Revue canadienne des études africaines, n° 20/1, 1986, p. 74-90 et Copans Jean, « Les modèles marxistes dans l’anthropologie économique française : prêt-à-porter ou haute couture ? », Cahiers internationaux de sociologie, n° 34, 1988, p. 161-176.

11 Comme les Human Relations Area Files. Ce projet pensé, dès la fin des années 1930 par l’anthropologue américain Georges Peter Murdock, soutenu par le budget de la marine pendant la Seconde Guerre mondiale, devient un large programme universitaire à partir de 1949. Il classe les informations sur plus de 2500 cultures au moyen d’une centaine d’items. Un exemplaire des HRAF se trouve au Laboratoire d’Anthropologie sociale à Paris et occupait un espace physique considérable. Lire Murdock George Peter, et al., Outline of World Cultures, New Haven, HRAF Press, 1987 [1938] et Murdock George Peter, « World Ethnographic Atlas », Ethnology, n° 1, 1962, p. 113-134.

12 Voir par exemple Fried Morton, Evolution of Politcal Society: an Essay in Political Anthropology, New York, Random House, 1967 et Wolf Eric, Europe and the People Without History, Berkeley, California University Press, 1982.

13 Voir Balandier Georges, « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologie, n° 11, 1951, p. 44-79.

14 Voir par exemple Balandier Georges, Le Grand Système, Paris, Fayard, 2001.

15 Voir le cas de l’anthropologue d’origine norvégienne, Frederick Barth, lire : Barth Frederick, « Overview: Sixty Years in Anthropology », Annual Review of Anthropology, n° 37, 2008, p. 1-16.

16 Marcus George et Fischer Michael, Anthropology as Cultural Critique: An Experimental Moment in the Human Sciences, Chicago, Chicago University Press, 1986 et Marcus George, « Ethnography in/of the World System: Emergence of Multi-Sited Ethnography », Annual Review of Anthropology, n° 24, 1995, p. 95-117.

17 L’anthropologie comme science sociale particulariste des cultures et sociétés « autochtones » ou « indigènes » des pays du Sud.

18 Malinowski Bronislaw, « Practical Anthropology », Africa, II/1, 1929, p. 22-38 ; Malinowski Bronislaw, The Dynamics of Cultural Change. An Inquiry into Race Relations in Africa, New Haven, Yale University Press, 1945. Voir les publications de son élève Lucy Mair et notamment son recueil d’articles : Mair Lucy, Anthropology and Social Change, London, Athlone Press, 1969.

19 Voir Balandier Georges, L’anthropologie appliquée aux problèmes des pays sous-développés, 3 fascicules, Paris, Les cours de droit, 1955 et Balandier Georges, « Sociologie des régions sous-développées » in Gurvitch Georges (dir.), Traité de sociologie, tome 1, Paris, PUF, 1958, p. 332-344.

20 Il convient de rappeler ici l’usage courant de l’expression société globale dans la macro-sociologie générale française de l’après Seconde Guerre mondiale : Georges Gurvitch, Georges Balandier font usage de cette notion pour délimiter l’espace où se pensent les catégories sociales, les paliers en profondeur ou encore les rapports entre sociétés différentes. Ce qu’on appellera bien plus tard le nationalisme méthodologique est en train de se constituer et l’État nation est l’arrière fond tout à fait naturel au déploiement non seulement de l’explication théorique mais aussi de la saisie de la réalité sociétale empirique.

21 Voir les terrains du début des années 1930 de l’anthropologue sud-africaine Monica Hunter, plus tard épouse Wilson, qui portent à la fois sur la campagne, les réserves et un quartier africain de East London, décrits dans sa thèse, Wilson Monica, Reaction to Conquest: Effects of Contact with Europeans on the Pondo of South Africa, Berlin, LIT (International African Institute), 2009 [1936].

22 Voir par exemple Olivier de Sardan Jean-Pierre, Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social, Paris, Karthala, 1995 et Olivier de Sardan Jean-Pierre, « Les trois approches en anthropologie du développement », Revue Tiers Monde, n° 168, 2001, p. 725-754.

23 Dahou Tarik, Entre parenté et politique. Développement et clientélisme dans le Delta du Sénégal, Paris, Karthala, 2004 ; Berche Thierry, Anthropologie et santé publique en pays dogon, Paris, Karthala, 1998.

24 Voir Abélès Marc (dir), Des anthropologues à l’OMC. Scènes de la gouvernance mondiale, Paris, CNRS Éditions, 2011.

25 Apthorpe Raymond, « Coda: With Alice in Aidland: A Seriously Satirical Allegory » in Mosse David (dir.), Adventures in Aidland. The Anthropology of Professionals in International Development, New York, Berghahn Books, 2011, p. 199-219.

26 Voir Mosse David, Cultivating Development: an Ethnography of Aid Policy and Practice, London, Pluto Press, 2005 ; Copans Jean, « Le développement cela s’étudie d’abord au Nord », Walfadjri (Dakar), 8, 9, 10 et 11 juillet 2013 ; Bierschenk Thomas, « From the Anthropology of Development to the Anthropology of Global Social Engineering », Zeitschrift für Ethnologie, n° 139, 2014, p. 73-98.

27 Par exemple les sphères du travail et du hors-travail si l’on veut appréhender la totalité des facteurs qui définissent tel ou tel type de travailleur.

28 Voir Cabanes Robert, Travail, Famille, Mondialisation. Récits de la vie ouvrière, Sào Paulo, Brésil, Paris, IRD-Karthala, 2003. Cette recherche est le fruit d’une série de revisites au cours de plusieurs années.

29 Atlani-Duault Laetitia, Au bonheur des autres. Anthropologie de l’aide humanitaire Paris, Armand Colin, 2009.

30 Voir Agier Michel, Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, 2008.

31 Ibid., p 265, 283 et 295.

32 Voir Eboko Fred, Repenser l’action publique en Afrique. Du sida à l’analyse de la globalisation des politiques publiques, Paris, Karthala, 2015.

33 Dia Hamidou, Trajectoires et pratiques migratoires des Haalpulaaren du Sénégal. Socio-anthropologie d’un village « multi-situé », Paris, L’Harmattan, 2015.

34 Voir notre préface à l’ouvrage d’Hamidou Dia : Copans Jean, « Migrations des populations et mutations des problématiques en sciences sociales : les leçons de la longue durée et de l’intimité villageoise » in Dia Hamidou, Trajectoires et pratiques migratoires des Haalpulaaren du Sénégal, op. cit., p. 13-27.

35 Voir Appadurai Arjun, « Global Ethnoscapes: Notes and Queries for a Transnational Anthropology » in Fox Richard (dir.), Recapturing Anthropology. Working in the Present, Santa Fe, School of American Research Press, 1991, p. 200.

36 Sans préciser plus avant, la mise de côté de toute l’anthropologie actuelle du développement (J.-P Olivier de Sardan, L. Atlani-Duault par exemple) par Marc Abélès qui se réclame pourtant d’une perspective plutôt politique de la globalisation est incompréhensible tout comme le fait de ne pas inclure M. Abélès, M. Agier et M. Burawoy, entre autres, dans sa réflexion dévalorise symboliquement la remarquable proposition de Thomas Bierschenk pour une anthropologie d’un objet devenu véritablement global, l’engineering social des modèles voyageurs des projets de développement.

37 Ce texte est traduit en français sous le titre « Ethnographie du/dans le système-monde. L’émergence d’une ethnographie multisituée » dans l’anthologie éditée par Daniel Cefaï : Cefaï Daniel, L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010, p. 371-395. Les cinq chapitres concernés portent sur l’anthropologie de la frontière mexicano-américaine, la perception des frontières et des limites en archéologie, la nature des études des réfugiés et les langues et les frontières. Retenons surtout pour notre propos l’article de Mickael Kearney : Kearney Mickael, « The Local and the Global: the Anthropology of Globalization and Transnationalism », Annual Review of Anthropology, n° 25, 1995, p. 547-565.

38 Voir Eriksen Thomas Hylland Small Places, Large Issues. An Introduction to Social and Cultural Anthropology, London, Pluto Press, 2001, p. 302.

39 Voir Berger Laurent, Les nouvelles ethnologies. Enjeux et perspectives, Paris, Armand Colin, 2004, p. 49-50

40 Kilani Mondher, Anthropologie. Du local au global, Paris, Armand Colin, 2009.

41 Ibid., p. 329-340.

42 Voir Warnier Jean-Pierre, La mondialisation de la culture, Paris, La Découverte, 1999. Citations pages 105 et 97.

43 Bazin Laurent, Benveniste Anne, Hernandez Valeria et Selim Monique (dir.), « Globalisation. Tome 1. Effets de marché et de migrations », Journal des anthropologues, n° 96-97, 2004 ; Bazin Laurent, Benveniste Anne, Hernandez Valeria et Selim Monique (dir.), « Globalisation. Tome 2. Consommation du religieux », Journal des Anthropologues, n° 98-99, 2004. Lire la présentation, Bazin Laurent, Benveniste Anne, et Selim Monique « Immersions ethnologiques dans le monde global » in Bazin Laurent, Benveniste Anne, Hernandez Valeria et Selim Monique (dir.) « Globalisation. Tome 1. Effets de marché et de migrations », p. 11-28.

44 Expression forgée dans Dezalay Yves et Garth Bryant G., Dealing in Virtue, Chicago, Chicago University Press, 1996 et reprise dans Abélès Marc, Anthropologie de la globalisation, op. cit., p. 240.

45 Arjun Appadurai, sans rentrer dans le débat sur la nature de l’altermondialisme, évoque l’existence d’une démocratie profonde qui se forme dans les interstices de la confrontation entre enjeux locaux et enjeux globaux. Voir Appadurai Arjun « Deep Democracy. Urban Governmentality and the Horizon of Politcs », Public Culture, n° 14/1, 2002, p. 21-47. Voir également la manière dont Arturo Escobar fait le point sur ses propres évolutions et sur le rôle actuel de l’anthropologie dans ces mouvements, Escobar Arturo et Boulianne Manon, « Développer autrement, construire un autre monde ou sortir de la modernité ? », Anthropologie et Sociétés, n° 29/3, p. 139-150.

46 Voir Abélès Marc, Anthropologie de la globalisation, op. cit., p. 8 et 9 ainsi que Tsing Anna Lowenhaupt, Friction. An Ethnography of Global Connection, Princeton, Princeton University Press, 2005.

47 Voir Balandier Georges, Le Grand Système, op. cit.

48 Voir Assayag Jackie, La mondialisation vue d'ailleurs. L’Inde désorientée, Paris, Le Seuil, 2005.

49 Voir le chapitre 1, « La globalisation et l’avenir de la différence culturelle » dans : Amselle Jean-Loup, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion, 2001, p. 17-47.

50 Voir Amselle Jean-Loup, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, op. cit., p. 33.

51 James Ferguson est l’auteur d’un recueil d’articles très inégal mais au titre tout à fait suggestif : Ferguson James, Global Shadows. Africa in the Neoliberal World Order, Durham, Duke University Press, 2006. Pour lui si le capital domine le monde, il ne le recouvre pas totalement. En Afrique noire des formes globales d’inclusion coexistent avec des formes globales d’exclusion et ces dernières constituent comme des enclaves car elles ne sont pas mitoyennes. Le continent africain est ainsi constitué de « taches » globales discontinues.

52 Voir Amselle Jean-Loup, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, op. cit, p. 19.

53 Voir Burawoy Michael, « Ethnographic fallacies: Reflections on Labour Studies in the Era of Market Fundamentalism », Work, Employement and Society, n° 27/3, 2013, p. 526-536 et Burawoy Michael, « Revisiter les terrains. esquisse d’une théorie de l’ethnographie réflexive », in Cefaï Daniel (dir.), L’engagement ethnographique, op. cit., p. 295-351. Sur son site, Burawoy.berkeley.edu/, on peut trouver les textes complets de toutes ses publications y compris celles à destination de ses collègues ou du grand public.

54 Voir Gille Zsuzsa et Ó Rian Seẚn, « Global Ethnography », Annual Review of Sociology, art. cit., p. 279-285.

55 Fardon Richard, et al., The Sage Handbook of Social Anthropology, 2 vol., Sage, London, 2012.

56 La problématique du cosmopolitisme fait partie de la question globale puisqu’elle recompose la question des identités et des sujets en situation pour reprendre l’expression de Michel Agier. Nous ne pouvons que renvoyer à la lecture de son ouvrage très stimulant qui invite au décentrement et à une redéfinition des sujets sociaux : Agier Michel, La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire, Paris, La Découverte, 2013.

57 Voir Carrier James G. et Gewertz Deborah B. (dir.), The Handbook of Sociocultural Anthropology, London, Bloomsbury, 2013.

58 Voir Klein Jacob A., Pottier Johan et West Harry G., « New Directions in the Anthropology of Food », in Fardon Richard, et al., The Sage Handbook of Social Anthropology, op. cit., vol. 2, p. 299-312. Dans le numéro de la revue Anthropologie et Sociétés consacrée à ce même thème les éditeurs, Christine Jourdan et Kathleen C. Riley justifient par contre l’emploi du terme de glocalisation. Voir Jourdan Christine et Riley Kathleen C. (dir.), « Glocalisation alimentaire », Anthropologie et Sociétés, n° 37/2, 2013, p. 9-25.

59 Le cas français est absolument exemplaire de ce point de vue puisque ce domaine régalien des affaires étrangères est devenu un simple département d’un champ ministériel qui couvre également aujourd’hui le tourisme ou la promotion internationale de la gastronomie française !

60 Voir Ribeiro Gustavo Lins et Escobar Arturo (dir.), World Anthropologies. Disciplinary Transformations within Systems of Power, Oxford, Berg, 2006 ; Saillant Francine, Kilani Mondher et Graezer Bideau Florence (dir.), Manifeste de Lausanne, Pour une anthropologie non hégémonique, Montréal, Liber, 2011.

61 Anne-Marie Peatrick à la suite d’une remarquable analyse consacrée au devenir de l’étude ethnologique du premier président du Kenya, Jomo Kenyatta, évoque le projet d’une anthropologie des savoirs. Je partage entièrement son point de vue et son analyse mais jusqu’à présent cette expression, synonyme également d’ethno-science s’applique plutôt, selon moi, à l’examen des savoirs des populations étudiées par les anthropologues. C’est pourquoi pour éviter toute ambiguïté, je préfère employer jusqu’à nouvel ordre l’expression consacrée de sociologie de la connaissance. Voir Peatrick Anne-Marie, « Le singulier destin de Facing Mount Kenya. The Tribal Life of the Gikuyu (1938) de Jomo Kenyatta. Une contribution à l’anthropologie des savoirs », L’Homme, n° 212, 2014, p. 71-108.

62 Nous invitons les anthropologues à prendre connaissance sur ce point du texte de l’économiste Michael Kuhn : Kuhn Michael, « Face au multiversalisme scientifique », in Caillé Alain et Dufoix Stéphane (dir.), Le tournant global des sciences sociales, op. cit., p. 350-379.

63 La question ne concerne pas seulement le déséquilibre entre les traditions des pays du nord et celles des pays du sud. C’est tout autant un problème significatif des rapports entre traditions anglo-saxonnes et traditions francophones. Ainsi un pointage très sommaire, tout simplement arithmétique, conduit dans le Sage Handbook of Social Anthropology, déjà mentionné, à partir de l’index des noms cités, nous donne une quarantaine de noms de penseurs français cités sur un total de 2950 noms listés ! Un examen plus attentif nous révèle que la moitié de ces noms concerne en fait des philosophes et des politologues d’une part et que sur l’autre moitié, une fois défalqués ceux des grands ancêtres disciplinaires, il ne reste en fait qu’une dizaine de noms d’anthropologues « contemporains » nés au cours des années 1940, soit 0,5 % du total des noms cités. La conclusion qu’on peut en tirer n’est guère originale et nouvelle mais elle souligne que seuls les très, très grands noms, traduits pour partie déjà en anglais, ont réussi à traverser la Manche ces vingt dernières années !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Copans, « Le diable est-il dans le local, le global ou le mondial ?  », Terrains/Théories [En ligne], 5 | 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://teth.revues.org/819 ; DOI : 10.4000/teth.819

Haut de page

Auteur

Jean Copans

Ancien professeur des universités de sociologie à l’université de Picardie Jules Verne puis à l’université Paris Descartes; auparavant maître de conférences à l’EHESS. Encore affilié au CEPED (Paris Descartes) et à l’IMAF (site EHESS-Raspail). Anthropologue africaniste, ses travaux ont porté sur l’islam sénégalais, les sécheresses du Sahel, les classes ouvrières africaines et des pays sous-développés, la sociologie historique de la connaissance des études africaines, de l’anthropologie et enfin l’anthropologie du développement. A publié une dizaine ouvrages en nom propre et dirigé ou co-dirigé une vingtaine d’ouvrages ou de numéros spéciaux de revues.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org