Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque, Paris, Seuil, 2016, 310 p.

Camille Chamois

Texte intégral

  • 1 Fabiani Jean-Louis, La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour, Paris, Éditions de l’EH (...)
  • 2 On pense par exemple au long article co-écrit avec Jean-Claude Passeron : Bourdieu Pierre et Passer (...)
  • 3 Jean-Louis Fabiani accorde notamment une grande importance à l’ouvrage de Deborah Reed-Danahay : Re (...)
  • 4 Fabiani Jean-Louis, Les philosophes de la République, Paris, Éditions de Minuit, 1988 ; Collins Ran (...)

1La lecture que Jean-Louis Fabiani propose de l’œuvre de Pierre Bourdieu s’inscrit dans une démarche plus générale de promotion du commentaire critique en sociologie, activité qui, selon lui, a été dévalorisée dans la seconde moitié du xxe siècle au profit de l’enquête de terrain. Dans un récent ouvrage recueillant des notes de lecture, l’auteur entend ainsi restituer « la dynamique épistémologique des sciences sociales depuis les années 1970 »1. À cet égard, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque est riche en références, à Bourdieu lui-même – et notamment à certains textes parfois peu connus2 –, à ses interlocuteurs directs ou indirects, ou à la littérature secondaire sur l’œuvre du sociologue, qu’elle soit française ou anglo-saxonne3. La spécificité de l’ouvrage, par rapport aux autres commentaires de l’œuvre de Bourdieu, tient cependant à son statut hybride qui consiste, à la fois, à étudier de façon critique les concepts bourdieusiens dans une optique épistémologique ; à restituer leur origine et le contexte intellectuel dans lequel ils se sont déployés, conformément à la méthode de la « sociologie de la philosophie » développée par Fabiani4 ; mais également à appliquer ces concepts à la biographie de Bourdieu lui-même, dégageant ainsi le champ dans lequel il a opéré, le capital culturel dont il disposait et l’habitus d’intellectuel qu’il avait intériorisé.

2Ces trois concepts – champ, habitus et capital – sont successivement analysés dans la première partie de l’ouvrage. Si Bourdieu a plusieurs fois insisté sur le caractère systémique de sa conceptualité, et notamment de ces trois concepts fondamentaux, Fabiani propose une analyse critique, d’une part, de chacun de ces concepts pris isolément et, d’autre part, des modalités de leur articulation. La deuxième partie de l’ouvrage concerne la méthode mobilisée par Bourdieu, et se centre sur trois objets spécifiques : le rapport de Bourdieu aux méthodes quantitatives ; ses rapports à l’histoire ; et son évolution d’une sociologie objectiviste à une approche plus compréhensive. Enfin, la troisième partie revient plus directement sur la figure de Bourdieu lui-même, à la fois savant et « intellectuel total » intervenant dans le débat médiatique.

Le système théorique bourdieusien : champ, habitus, capital

3La théorie du champ désigne une organisation de l’espace social d’origine structuraliste, où les caractéristiques des individus sont dérivées de leur position dans un espace de relations structurales (jeunes/vieux, dominants/dominés, etc.). Cependant, contrairement au modèle structural standard, ces relations sont conçues par Bourdieu sur le modèle de la compétition ou de la concurrence, qui tient aux enjeux de pouvoir liés aux positions – la position dominante étant également une position légitime, que les entrants orthodoxes vont chercher à incarner et que les entrants hétérodoxes vont chercher à saper dans ses fondements. Fabiani montre dans le premier chapitre que cette théorie n’est pas fondamentale dans les premiers travaux de Bourdieu sur l’Algérie, notamment parce que le modèle d’un espace positionnel aux logiques hétérogènes ne s’applique de façon heuristique que dans les contextes sociaux structurés par une forte division du travail social. Le concept est en réalité construit pour rendre compte de l’autonomisation de l’art dans l’Occident moderne. L’auteur souligne ainsi les difficultés inhérentes au projet bourdieusien, tiraillé entre, d’un côté, une théorie de sociologie générale faisant du champ une forme universelle d’organisation sociale et, d’un autre côté, une théorie historique de la société moderne, définissant celle-ci par l’autonomisation de champs différenciés.

  • 5 Jean-Louis Fabiani s’appuie alors sur l’article de Dennis Wrong : Wrong Dennis, « The Oversocialize (...)
  • 6 De façon générale, Jean-Louis Fabiani multiplie les critiques envers les « disciples » ou les « fan (...)
  • 7 Voir par exemple « L’habitus, comme toutes les théories de la socialisation, reste très largement u (...)

4La notion d’ « habitus » est utilisée par Bourdieu pour rendre compte de l’importance de la socialisation, notamment primaire. La notion ayant été fort souvent expliquée et commentée, Fabiani cherche surtout, dans le second chapitre, à en montrer quatre limites intrinsèques5 : la théorie de l’habitus [1] uniformiserait les techniques de socialisation, pourtant historiquement variées ; [2] postulerait une homogénéité et une transposabilité des schèmes cognitifs qui n’a rien d’évident, surtout lorsqu’on s’intéresse aux « habitus clivés » et à tous les désajustements entre les espérances subjectives et les chances objectives ; [3] minimiserait la part de réflexivité des acteurs sur leurs propres pratiques ; et [4] serait heuristiquement nulle sur le plan cognitif. La plupart de ces critiques sont désormais bien étayées dans le champ des études bourdieusiennes et Fabiani les synthétise plutôt qu’il ne les produit. Dans cette optique, on regrettera toutefois l’absence de discussion approfondie de la « sociologie psychologique » – et, par exemple, du travail de Bernard Lahire, qui n’y est que brièvement évoqué6 : ce dernier propose en effet ce qu’on pourrait nommer une « théorie cognitive de l’habitus » qui cherche à rendre compte des mécanismes d’intériorisation, de transposition de schèmes, etc., de façon plus précise que ne l’a fait Bourdieu. Une telle discussion permettrait peut-être de nuancer certaines remarques concernant le risque que l’introduction des sciences cognitives ferait peser sur la sociologie7.

  • 8 On retrouve ainsi la critique de la prolifération lexicale et de l’incessante « nouveauté épistémiq (...)

5La notion de capital telle que l’utilise Bourdieu désigne l’ensemble des ressources mobilisables par un individu, qu’il s’agisse de son capital économique mais également de son capital social (la capacité à mobiliser un réseau d’amis, de collègues, etc.) ou culturel (les biens matériels, les titres scolaires, etc.). Après avoir présenté de façon très pédagogique l’ensemble de ces notions, Fabiani souligne, dans le troisième chapitre, les difficultés de la typologie de Bourdieu, et notamment les nombreux flottements ou recouvrements conceptuels – le « capital culturel incorporé » recouvrant l’habitus, le « capital symbolique » recouvrant l’ensemble des autres capitaux8, etc. Le chapitre s’avère très utile pour comprendre la théorie bourdieusienne du capital : l’emploi du terme de « capital » conduit en effet souvent à associer la théorie bourdieusienne et la théorie marxiste. Or, la théorie de Bourdieu est essentiellement une théorie de la domination symbolique, et ne concerne pas directement la question économique de l’exploitation et de l’extorsion de plus-value. Comme l’écrit Fabiani, « la stratification des goûts dans la société française n’est jamais traitée comme une conséquence culturelle du capitalisme, mais comme l’effet de la structuration de l’espace social en termes de légitimité. » (p. 120).

  • 9 Gautier Claude, La force du social. Enquête philosophie sur la sociologie des pratiques de Pierre B (...)
  • 10 Karsenti Bruno, D’une philosophie à l’autre. Les sciences sociales et la politique des modernes, Pa (...)

6Cette première partie de l’ouvrage permet à son auteur de prendre en charge la dimension théorique du modèle bourdieusien – à l’image, par exemple, des travaux de Bruno Karsenti9 ou Claude Gautier10 – sans la couper de ses conditions sociales d’émergence qui expliquent en partie sa richesse et ses limites. La deuxième partie étudie les outils « méthodologiques » de Bourdieu, qu’il s’agisse de son rapport aux statistiques, à l’historiographie ou au grand public.

Les méthodes et les outils théoriques de Bourdieu

  • 11 Abbott Andrew, Department and Discipline: Chicago Sociology at One Hundred, Chicago, Chicago Univer (...)

7Les outils méthodologiques mobilisés par Bourdieu sont à la fois l’enquête de terrain (et notamment cette « anthropologie du proche » consacrée à son Béarn natal) et un usage abondant mais critique des statistiques. En effet, si Bourdieu insiste sur l’importance d’historiciser les catégories d’analyse mobilisées dans le travail statistique, il en mobilise massivement les données, notamment grâce aux statisticiens de l’ENSAE. Jusqu’à La Distinction, Bourdieu utilise ainsi essentiellement la nomenclature socioprofessionnelle, et notamment la catégorie socioprofessionnelle du père. À partir des années 1980, Bourdieu intègre ces dimensions au sein de l’analyse géométrique des données, développée par Jean-Paul Benzécri, dans laquelle les données sont présentées sous la forme de nuages de points à partir desquels on construit l’interprétation. Fabiani restitue les débats concernant les techniques de régression en sociologie des variables, les apports de Bourdieu, Alain Darbel et d’autres dans ce domaine, mais également les modèles alternatifs proposés par exemple dans le contexte anglosaxon11. Les pages consacrées à l’analyse critique du rapprochement – souvent opéré par Bourdieu – entre sa théorie des champs et l’analyse géométrique des données permettent de suivre les différentes réarticulations du concept de champ en les analysant cette fois-ci, non plus à partir de leur cohérence théorique (en confrontant les notions de champ et de structure, en soulignant l’importance de l’illusio, etc.), mais à partir des outils méthodologiques qui à la fois illustrent et transforment le concept. Cette prise en charge des conditions méthodologiques de la production (ou de la transformation) conceptuelle est un apport décisif de l’ouvrage par rapport aux analyses exclusivement théoriques du système bourdieusien.

8Le chapitre consacré à l’histoire étudie les difficultés rencontrées par Bourdieu pour proposer une théorie de l’événement ou des transformations sociales : il donne ainsi un bon aperçu des difficultés inhérentes au structuralisme génétique de Bourdieu – structuralisme qui cherche à rendre compte à la fois du fonctionnement et de l’émergence d’une structure sociale. En effet, suivant la critique des Annales concernant la réduction de l’histoire à sa composition événementielle, Bourdieu cherche à montrer qu’un événement comme celui de mai 1968, par exemple, ne se produit que si le système concerné est entré dans un état critique et que les acteurs d’autres champs se trouvent dans des positions homologues qui permettent la rencontre de séries causales au départ hétérogènes. Fabiani s’appuie alors sur les analyses d’Alain Dewerpe pour montrer que, bien que l’histoire soit à première vue omniprésente dans le travail de Bourdieu, celle-ci est généralement mobilisée de manière causale, pour rendre compte d’un état particulier du champ ; mais les possibilités pour le champ de se transformer à nouveau ne font pas l’objet d’une théorie cohérente – les notions d’hystérésis ou d’allodoxia, par exemple, étant à cet égard largement peu développées.

9Enfin, le sixième chapitre insiste sur l’importance progressive qu’a pris le grand public dans l’œuvre de Bourdieu, et souligne notamment les réticences d’une partie du corps sociologique lors de la parution de La Misère du Monde, étant donnée la distance que cette série d’entretiens très affectivement chargés introduisait par rapport à l’épistémologie naturaliste prônée dans Le Métier de sociologue. L’analyse de la transformation des méthodes d’écriture de Bourdieu, cherchant à concilier la rigueur scientifique et l’ouverture au grand public ouvre alors sur une troisième partie consacrée à la figure de Bourdieu comme intellectuel total.

Le portrait de Bourdieu en intellectuel total

  • 12 On rappellera à ce sujet les débats entre Poulantzas et Ralph Miliband (puis Ernesto Laclau) qui po (...)
  • 13 Voir, par exemple : Granjon Fabien, « Bourdieu et le matérialisme marxien », in Granjon Fabien (dir (...)

10Le premier chapitre de cette dernière partie concerne la dimension politique de Bourdieu : Fabiani montre à cet égard toute l’importance que Bourdieu accordait au rôle de l’État. Du point de vue épistémologique, cela l’empêche de reprendre à son compte la critique foucaldienne du « statocentrisme » de la théorie politique, qui préconisait de se détourner d’une analyse politique centrée sur l’État comme lieu exclusif du pouvoir ; du point de vue politique, cela le conduit à une défense du service public contre le « fléau néolibéral ». Contre l’image d’un Bourdieu révolutionnaire, Fabiani souligne alors la différence qui sépare le rôle positif que joue l’État dans la théorie de Bourdieu – l’État étant en partie défini par le service public et la redistribution des richesses – du rôle négatif qu’il joue dans la théorie marxiste – l’État étant alors appréhendé comme le bras armé de la classe dominante. Deux options politiques s’ouvrent alors – la défense du service public et donc de l’État, d’une part ; et la défense des ouvriers contre l’État, d’autre part. Le débat porte en effet sur le rapport établi entre État et classe dominante – un des enjeux des cours sur l’État de Bourdieu étant en effet de combattre l’« ornière Skocpol/Poulantzas » : Bourdieu désigne par là l’alternative théorique qui consiste à penser l’État, soit comme totalement indépendant des intérêts des classes dominantes (ce serait la position néo-wébérienne de Theda Skocpol), soit comme totalement dépendant de ces intérêts (ce serait la position de Nicos Poulantzas et plus largement du marxisme). Reste que cette alternative peut paraître rapide à tout lecteur de Poulantzas : la théorie de l’« autonomie relative » de l’État qu’il développe cherche justement à expliquer pourquoi, dans un régime capitaliste, l’État est à la fois un État de classe et en même temps autonome par rapport aux classes dominantes12. Sur ce point, l’analyse de Fabiani suit en partie les critiques explicites de Bourdieu à l’égard du marxisme en général, et de Louis Althusser en particulier ; or, une analyse précise des rapports de Bourdieu à la tradition marxiste permettrait peut-être de relativiser certaines de ces déclarations13.

  • 14 Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris Éditions de Minuit, 1979, p. 9 (...)
  • 15 On pense, par exemple, au lent développement d’une histoire française des émotions depuis la fin de (...)

11Le chapitre qui suit cherche à retracer le rôle des affects dans la théorie de Bourdieu. Rappelant que ce dernier avait envisagé un travail de thèse consacré à une phénoménologie des émotions, Fabiani montre que, même si ce travail n’a pas abouti et qu’on ne trouve pas chez Bourdieu une théorie générale des émotions, celles-ci sont omniprésentes dans son œuvre. Deux exemples sont analysés en détail. La souffrance, d’abord, à partir notamment de la Misère du monde ; et l’amour, ensuite, notamment dans la Domination masculine. Fabiani montre ainsi que si, à certains égards, Bourdieu a anticipé la « psychologisation de la question sociale » (p. 253, en référence à Christophe Dejours et Marie-France Hirigoyen), il n’a pas produit d’étude décisive sur la question. En témoigne, par exemple, des références historiques peu étayées – essentiellement tirées de la littérature, et non de l’histoire sociale de l’affectivité – ou encore ses assimilations, nombreuses mais vagues, de la sociologie à une « psychanalyse sociale »14. Ces analyses sont tout à fait éclairantes pour comprendre l’insatisfaction de nombreux chercheurs à l’égard du traitement des émotions dans les sciences humaines à la fin du xxe siècle et la nécessité de produire une réelle théorie de la sensibilité15.

12Enfin, le dernier chapitre cherche à substituer à l’image d’un Bourdieu autoproclamé « hérétique consacré » l’image d’un « héros » entendu ici au sens de fondateur d’une tradition théorique. La notion de « héros » qui donne son sous-titre à l’ouvrage est alors explicitée : l’ « héroïsme » désigne le « surgissement d’un individu qui a accumulé un niveau si exceptionnel de ressources que sa position « hérétique » suffit à entraîner un basculement historique. » (p. 178). Suivant la typologie de Randall Collins, on peut alors qualifier d’héroïques « les traditions orientées par des héros [et] centrées autour d’un fondateur qui commande la loyauté des disciples à travers la succession des générations. » (p. 277). Fabiani souligne ainsi l’importance de la référence à l’individu Pierre Bourdieu dans la tradition théorique qu’il a initiée. Le chapitre est alors l’occasion de quelques rappels très éclairants concernant la sociologie des intellectuels de Randall Collins ou encore les différentes théories de la « réflexivité » dans le champ sociologique contemporain (Harold Garfinkel, Alvin Gouldner, Anthony Giddens).

13Cet ouvrage de Jean-Louis Fabiani présente ainsi l’œuvre de Bourdieu tout en explicitant les conditions de son émergence, et en appliquant les concepts mêmes de l’auteur à la vie de l’individu qu’était Pierre Bourdieu. Ce faisant, il est conduit à insister sur la séparation de Bourdieu à l’égard de la tradition marxiste pour le réinscrire plus résolument dans la sociologie néo-wébérienne, tout en évoquant les divers prolongements de son œuvre ainsi que leurs fortunes diverses.

Haut de page

Notes

1 Fabiani Jean-Louis, La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour, Paris, Éditions de l’EHESS, 2015, p. 14 : Voir notamment le prologue, intitulé « Portrait du sociologue en Lector ».

2 On pense par exemple au long article co-écrit avec Jean-Claude Passeron : Bourdieu Pierre et Passeron Jean-Claude, « Sociology and Philosophy in France since 1945: Death and Resurrection of the Philosophy without Subject », Social Research, vol. 34/1, 1967, p. 162-212.

3 Jean-Louis Fabiani accorde notamment une grande importance à l’ouvrage de Deborah Reed-Danahay : Reed-Danahay Deborah, Locating Bourdieu, Bloomington, Indiana University Press, 2004.

4 Fabiani Jean-Louis, Les philosophes de la République, Paris, Éditions de Minuit, 1988 ; Collins Randall C., The Sociology of Philosophies. A Global Theory of Conceptual Change, Cambridge (Mass.), The Belknap Press, 1998.

5 Jean-Louis Fabiani s’appuie alors sur l’article de Dennis Wrong : Wrong Dennis, « The Oversocialized Conception of Man in Modern Sociology », American Sociological Review, vol. 26/2, 1961, p. 183-193. On pourrait également ajouter la critique que Michael Burawoy fait de la notion d’intériorisation, et de ce qu’il nomme l’« homo habitus » bourdieusien, auquel le sociologue américain propose de substituer un « homo ludens » chez qui la structure sociale n’est pas intériorisée et reste externe. Voir par exemple Burawoy Michael, « La domination est-elle si profonde ? Au-delà de Bourdieu et de Gramsci », Actuel Marx, n° 50, 2011/2, p. 166-190.

6 De façon générale, Jean-Louis Fabiani multiplie les critiques envers les « disciples » ou les « fans » (p. 224) de Bourdieu, généralement sans les nommer et, conséquemment, sans les discuter de façon précise – ce qui rend certaines allusions parfois opaques pour le lecteur non familier de ces débats.

7 Voir par exemple « L’habitus, comme toutes les théories de la socialisation, reste très largement une boîte noire. L’ouvrir nécessiterait de passer par d’autres savoirs que la sociologie, comme les sciences cognitives, et reviendrait à mettre en question le territoire même de la discipline. » (p. 83).

8 On retrouve ainsi la critique de la prolifération lexicale et de l’incessante « nouveauté épistémique » que Jean-Louis Fabiani a déjà développée. Voir par exemple : Fabiani Jean-Louis, La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour, Paris, Éditions de l’EHESS, 2015, p. 203.

9 Gautier Claude, La force du social. Enquête philosophie sur la sociologie des pratiques de Pierre Bourdieu, Paris, Éditions du Cerf, 2012.

10 Karsenti Bruno, D’une philosophie à l’autre. Les sciences sociales et la politique des modernes, Paris, Gallimard, 2013.

11 Abbott Andrew, Department and Discipline: Chicago Sociology at One Hundred, Chicago, Chicago University Press, 1999.

12 On rappellera à ce sujet les débats entre Poulantzas et Ralph Miliband (puis Ernesto Laclau) qui portent justement sur cette question. Pour un compte rendu du problème, voir : Nash Elizabeth  et Rich William, « The Specificity of the Political : The Poulantzas-Miliband Debate », Economy and Society, vol. 4/1, 1975, p. 87-110.

13 Voir, par exemple : Granjon Fabien, « Bourdieu et le matérialisme marxien », in Granjon Fabien (dir.), Matérialismes, culture & communication, Tome 1, « Marxismes, Théorie et sociologie critiques », Paris, Presses des Mines, 2016, p. 349-374. 

14 Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris Éditions de Minuit, 1979, p. 9.

15 On pense, par exemple, au lent développement d’une histoire française des émotions depuis la fin des années 1980. Voir, par exemple, l’ouvrage récent : Nagy Piroska et Poquet Damien, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris, Éditions du Seuil, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Chamois, « Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque, Paris, Seuil, 2016, 310 p. », Terrains/Théories [En ligne], 5 | 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://teth.revues.org/815

Haut de page

Auteur

Camille Chamois

Doctorant, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org