Skip to navigation – Site map
Dossier

Comparer les microstructures de la globalisation : l’expérience sociale de réfugié.e.s en France et en Bulgarie

Albena Tcholakova

Abstract

Cet article interroge les façons de prendre en considération l’expérience des microstructures de la globalité dans le cadre d’une comparaison internationale. Cette expérience est appréhendée à partir de la quête de travail de réfugié.e.s dans deux sociétés européennes, la France et la Bulgarie, et la comparaison s’effectue au moyen d’une typologie de carrières professionnelles. Construite à partir de l’expérience des acteurs et articulée aux contextes sociétaux, cette typologie fournit un outil permettant de décrire, comprendre et expliquer l’expérience que les acteurs de la globalisation « par le bas », ici les réfugié.e.s en France et en Bulgarie, peuvent faire de certaines microstructures de la globalisation « par le haut », comme les dispositifs d’accompagnement, marqués par des formes de normalisation transnationale et les dispositifs économiques de plus en plus informalisés, genrés et ethnostratifiés.

Top of page

Full text

  • 1 Plus d’un million personnes ont rejoint les pays européens depuis le début de l’année 2015. Il s’ag (...)

1Les réfugié.e.s comptent parmi les figures les plus emblématiques de la globalisation économique, environnementale et politique. L’actualité dramatique de l’année 20151 fournit un argument supplémentaire à l’appui de cet énoncé, tant le nombre de personnes empruntant les routes de l’exil (notamment fuyant la Syrie) augmente et bouleverse, d’une part, les perceptions politiques et médiatiques, et, d’autre part, les outils d’analyse des chercheur.e.s.

  • 2 Sassen Saskia, La Globalisation. Une sociologie, traduit par Pierre Guglielmina, Paris, Gallimard, (...)
  • 3 Utilisée une seule fois dans son livre de 2009, la notion reste une expression métaphorique qui lui (...)
  • 4 Tcholakova Albena, En quête de travail, enjeux de reconnaissance et remaniement identitaire : appro (...)

2Dans son livre La globalisation. Une sociologie, Saskia Sassen soutient que les migrations sont l’un des processus qui permettent d’observer la mise en place d’une « nouvelle économie politique transnationale (…), à la fois au niveau macroéconomique des marchés du travail globaux et au niveau microéconomique des stratégies transnationales de survie des ménages » 2. L’analyse de la fabrication des migrations internationales, comme produit par la globalisation et comme processus constitutif de cette dernière, permet à Sassen de poser la question de l’interdépendance entre le local et le global. Prendre en considération l’interdépendance des échelles globales et locales des processus transnationaux migratoires et économiques permettrait selon elle « d’approcher les microstructures de la globalité »3. L’auteure ne définit pas cette notion, mais en partant des exemples et des arguments qu’elle donne, on est conduit à la définition suivante : les microstructures de la globalité sont des dispositifs sociaux agissant à l’échelle micro qui sont doublement connectés à des processus globaux, au sens où ils sont produits par eux, et que les individus font l’expérience de la globalisation par leur intermédiaire. Dans ce qui suit, je voudrais développer les suggestions de Sassen à partir d’un terrain de recherche portant sur l’accès au travail des réfugié.e.s dans deux sociétés européennes 4. Il s’agit d’un terrain du global où la manière dont les femmes et hommes réfugiés font l’expérience située de microstructures de la globalité révèle certains aspects de l’interdépendance entre le local et le global.

  • 5 Pour une revue de la littérature, voir par exemple Caillé Alain et Dufoix Stéphane (dir.), Le tourn (...)
  • 6 Marcus George, « Ethnographie du/dans le système-monde. L’émergence d’une ethnographie multisituée  (...)
  • 7 Burawoy Michael, « Revisiter les terrains. Esquisse d’une théorie de l’ethnographie réflexive », in (...)
  • 8 Friedman Jonathan et Ekholm-friedman Kasja, Historical Transformations : The Anthropology of Global (...)

3Les caractéristiques distinctives d’un terrain du global ne sont pas aisément identifiables car les approches du global varient et la littérature est foisonnante5. Parmi les travaux les plus significatifs sur le sujet, on compte « l’ethnographie multisituée » de George Marcus qui a mis l’accent sur le suivi multi-sites du « fil des processus culturels »6, l’étude des cas élargie de Michael Burawoy7, revisitant des terrains anciens dans la perspective d’une ethnographie réflexive globale, ou encore l’approche propre à l’anthropologie des systèmes-mondes de Jonathan Friedman et Kasja Ekholm-Friedman8. Dans toutes ces approches, l’articulation entre le global et le local se présente comme un problème à résoudre.

  • 9 À ce sujet, voir par exemple Ehrenreich Barbara et Hochschild Arlie Russell (dir.), Global Woman: N (...)

4Le terrain des réfugié.e.s illustre de différentes manières ce problème. D’une part, les migrations en général et celles des réfugié.e.s en particulier sont un phénomène global au sens où toutes les parties du monde sont concernées, bien qu’à des degrés différents. D’autre part, les migrations participent de la transformation des marchés du travail et de la division sociale, genrée et ethnique du travail, voire de la mutation des systèmes de genre9, autant de transformations qui ont une dimension transnationale. Mais ces migrations et ces transformations ont également des dimensions locales où se produit au moins une partie de la réalité des transformations globales. Le global et le local s’informent mutuellement.

  • 10 Revel Jacques (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Seuil, 199 (...)

5L’objectif de cet article est d’expliquer comment il est possible de prendre en considération l’expérience sociale des microstructures de la globalité dans le cadre d’une comparaison internationale et pourquoi ce type d’approche comparative peut présenter un intérêt. La démarche que je présenterai consiste à développer une approche multiscalaire (en faisant varier les échelles d’analyse et d’observation10) tout en prenant en compte l’expérience des acteurs et actrices social.e.s. Pour décrire la spécificité de ce type de démarche, je m’appuierai sur une approche comparative des carrières professionnelles des réfugié.e.s. Ces carrières professionnelles seront conçues comme des expériences que des acteurs sociaux analogues, qui sont également des acteurs de la globalisation « par le bas » (des réfugié.e.s en quête de travail), font de dispositifs sociaux analogues (institutions de l’accompagnement, marchés du travail, dispositifs législatifs) portant la trace d’une homogénéisation législative et administrative (préconisée par l’Union européenne) et de la globalisation « par le haut ». Alors que la plupart des recherches comparatives prennent pour point d’entrée le niveau macro des structures, des institutions et des politiques publiques, je chercherai à montrer que l’intégration de la dimension de l’expérience sociale des acteurs dans le cadre d’une comparaison internationale permet d’analyser sous un jour nouveau les différents facteurs qui pèsent sur l’expérience sociale. Partir de l’expérience s’avère être, in fine, une démarche qui outre le fait de produire des effets sur la manière de conduire l’enquête sociologique, en privilégiant le point de vue des acteurs et leur définition de la situation, permet de rester attentifs aux incertitudes épistémologiques. L’accès au travail des réfugié.e.s comme terrain du global est en effet un terrain qui met à l’épreuve des questions d’ordre méthodologique et théorique. Il invite à l’articulation de plusieurs niveaux d’analyse : macro/meso/micro ; global (international)/local (national) ; structures/expériences.

  • 11 Voir Dewey John, Reconstruction en philosophie, traduit par Patrick Di Mascio, Paris, Farrago/Léo S (...)

6Intégrer l’expérience dans une démarche comparative n’est certes pas possible si l’on entend l’expérience au sens d’un vécu singulier, en la détachant des structures objectives de l’expérience et de la manière dont l’expérience de ces structures objectives se transcrit dans l’action sociale. Intégrer l’expérience dans une démarche comparative suppose donc d’adopter une approche particulière. Je parlerai d’expérience au sens de la conception pragmatiste, et plus particulièrement deweyenne, de l’expérience11, entendue comme un réajustement permanent (dans un processus d’interaction) avec l’environnement, dans lequel un acteur est engagé dans une entreprise de résolution des problèmes pratiques qu’il rencontre et est transformé par la nécessité de réajuster son action à des contextes nouveaux. Le concept de carrière, entendu au sens de la Tradition de Chicago qui hérite du concept deweyen d’expérience, me donnera la possibilité d’analyser l’accès au travail des réfugié.e.s en termes d’expérience sous une forme compatible avec une approche comparative. Il définit la perspective selon laquelle une approche comparative de l’expérience située que les réfugié.e.s font des institutions du travail et de l’accompagnement devient possible, institutions qui peuvent ainsi être décrites sous les termes de « microstructures de la globalité ».

7Dans un premier temps, je présenterai le terrain des réfugié.e.s en quête de travail. Dans un deuxième temps, j’exposerai les principales approches de la comparaison internationale pratiquées en sciences sociales, pour faire apparaître par contraste les spécificités d’une forme de comparaison internationale s’appliquant à l’expérience sociale. La dernière partie sera consacrée à la comparaison des carrières professionnelles des réfugié.e.s.

L’accès au travail des réfugié.e.s comme terrain du global

  • 12 Les réfugié.e.s en Bulgarie étaient originaires du Proche et du Moyen Orient (27), d’Afrique Subsah (...)

8Le travail de terrain s’est déroulé entre 2004 et 2009 à Lyon et dans ses communes proches pour le terrain français et à Sofia et dans ses banlieues pour le terrain bulgare. J’y ai rencontré des réfugié.e.s12 et des acteurs socio-économiques qui jouaient un rôle dans l’accès au travail des réfugié.e.s, et plus largement dans leur accompagnement social. En plus des entretiens biographiques auprès des réfugié.e.s (109, dont 56 en France et 53 en Bulgarie) et des entretiens approfondis auprès des acteur.ice.s socio-économiques (34, dont 15 en France et 19 en Bulgarie), des observations in situ ont été réalisées : observations de situations d’interaction entre des réfugié.e.s et des acteurs socio-économiques, observations entre des réfugié.e.s sans la présence d’acteurs socio-économiques et enfin observations d’acteurs socio-économiques sans la présence de réfugié.e.s. La plupart des observations in situ ont été effectuées dans des associations, des organisations non-gouvernementales, des foyers d’hébergement pour réfugiés (pour la France), ou encore dans des structures étatiques (en Bulgarie).

9À cette approche qualitative, complétée par l’utilisation occasionnelle de documents personnels et l’analyse de documents administratifs s’est ajoutée, sur le plan quantitatif, un travail d’analyse de données liées à l’emploi et aux migrations ayant pour objectif de comprendre les contextes structurels des politiques migratoires, des politiques d’asile et d’intégration et des marchés du travail, tout en rendant compte de leurs différentes transformations.

  • 13 Becker Howard S. et Strauss Anselm, « Careers, Personality, and Adult Socialization », American Jou (...)

10Dans cette enquête, la comparaison internationale porte sur la quête de travail des réfugié.e.s. Cette quête de travail est analysée comme une expérience sociale conformément à une conception interactionniste de la carrière qui articule dimension objective et subjective de l’expérience. La dimension objective tient à la succession de statuts et rôles sociaux dans le parcours de vie d’un individu. La dimension subjective englobe la définition par l’individu de ses statuts et rôles, ainsi que les remaniements dans la manière dont il se perçoit et définit sa relation aux autres13. La quête de travail des réfugié.e.s est en fait une expérience sociale aux multiples dimensions, surchargée d’enjeux et de difficultés. Elle constitue un processus marqué d’une part, sur le versant subjectif, par les dynamiques internes d’une carrière professionnelle commencée avant l’exil et par les contraintes du remaniement identitaire, et d’autre part, sur le versant objectif, par la nécessité de s’ajuster au contexte des sociétés d’accueil et par les ressources offertes dans ce nouveau contexte pour résoudre les problèmes rencontrés dans ce processus d’ajustement. La comparaison cherche à décrire les dynamiques qui résultent de l’imbrication de ces deux types de facteurs et elle cherche à expliquer des différences significatives entre les deux contextes sociétaux. Celles-ci ne sont pas seulement expliquées en termes d’effet sociétal, c’est-à-dire en ne prenant en compte que les facteurs objectifs des carrières, mais en s’interrogeant sur la manière dont les dynamiques de carrières propres aux réfugiés en quête de travail définissent des expériences spécifiques de ces facteurs objectifs.

11Cette première différence avec les démarches qui sont le plus souvent mises en œuvre dans les études sociologiques ou politistes relevant de la comparaison internationale, en ce qu’elles se contentent le plus souvent de comparer des institutions ou des contextes, s’accompagne d’une seconde différence. Ces démarches en restent le plus souvent au niveau macro, alors que le domaine de pertinence du concept de carrière relève des approches meso ou micro. Or c’est en descendant à ces niveaux qu’on peut se donner les moyens de rendre compte comparativement des microstructures de la globalité.

Comparaison internationale et typologie de carrières

  • 14 En langue française, voir l’ouvrage dirigé par Michel Lallement et Yan Spurk qui propose un bilan t (...)

12Il existe une grande variété d’approches de la comparaison internationale. Les unes mettent l’accent sur un fort ou faible niveau de comparabilité des terrains, les autres insistent sur la diversité des échelles de comparaisons retenues (État-nation, territoires urbains et métropolitains, multiplication des niveaux : international, national, régional, local). Les méthodes mobilisées comportent elles aussi une grande diversité14. La comparaison internationale reste aujourd’hui un domaine où prédominent les approches macroscopiques et objectivistes s’appuyant sur des dispositifs méthodologiques quantitatifs.

La comparaison internationale : une diversité d’approches

  • 15 Maurice Marc, Sellier François et Silvestre Jean-Jacques, Politique d’éducation et organisation ind (...)
  • 16 Maurice Marc, « Les paradoxes de l’analyse sociétale. Rétrospective et prospective », in Maurice Ma (...)
  • 17 Sur les critiques apportées à la notion de « cohérences sociétales » et plus généralement à l’appro (...)

13On distingue habituellement trois grandes familles : les théories de la contingence universelle (approche fonctionnaliste ou cross-national), les approches culturalistes (cross-cultural) et l’approche sociétale (analyse sociétale)15. L’approche fonctionnaliste insiste sur une forte continuité d’un espace national à l’autre. L’approche culturaliste postule le contraire, en pointant d’une part la discontinuité des phénomènes étudiés d’un espace national à l’autre et, d’autre part, le fait que la compréhension de ces phénomènes est étroitement liée à la culture nationale dans laquelle ils s’inscrivent. Ainsi la forte comparabilité affirmée par l’une s’oppose à la faible comparabilité affirmée par l’autre. La troisième approche, l’approche sociétale16, prend en compte les influences réciproques entre le niveau macro (contexte national ou sociétal) et les niveaux micro et meso (institutions sociales et acteurs), sans oublier l’existence de certaines spécificités nationales. La thèse est qu’une approche appréhendant les « cohérences nationales », les « cohérences sociétales »17 (ou un « modèle », c’est-à-dire un système propre à une société), tout en mettant en correspondance les dimensions microsociales et macrosociales, permet d’expliquer des différences observables.

  • 18 Revel Jacques (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, op. cit. Voir aussi l’analy (...)

14Ma recherche sur l’accès au travail des réfugié.e.s en France et en Bulgarie s’est inspirée du modèle de l’analyse sociétale « revisitée » tout en l’enrichissant du principe de variation des échelles d’observation et d’analyse, c’est-à-dire du « jeu d’échelles », préconisé par Jacques Revel18. Il s’agit de penser ensemble les structures et les relations, les interactions et les acteurs dans une conception « dynamique ».

  • 19 Voir Giraud Olivier, « Les défis de la globalisation : pour une approche centrée sur les cas les pl (...)
  • 20 Demazière Didier, Guimarães Nadia Araujo, Hirata Helena et Sugita Kurumi, Être chômeur à Paris, Sao (...)

15Adopter un tel modèle dans l’étude de l’expérience que font les réfugié.e.s des microstructures de la globalité dans deux contextes sociétaux signifie, premièrement, ne pas comparer des sociétés conçues comme deux entités nationales, mais des processus traversant des sociétés. Cela suppose de donner priorité aux analyses des changements et des transformations (concernant le travail, l’emploi, les migrations, les acteurs des migrations, etc.) induits par la globalisation, et d’éviter de construire des « modèles nationaux » figés. Adopter un tel modèle signifie, deuxièmement, prendre en considération le multi-niveau de l’analyse (aussi bien en ce qui concerne les structures, les politiques et les institutions, que les acteurs individuels et collectifs). Adopter un tel modèle signifie, troisièmement, ne pas occulter les contradictions19 et les paradoxes mais les placer au centre de l’analyse. À ces déplacements, il convient d’en ajouter un quatrième qui reste pour l’heure insuffisamment exploité dans les recherches comparatives internationales : l’introduction de l’expérience20 et non pas seulement les cadres institutionnels de l’expérience.

Comparer des carrières

16Il est possible d’établir un double lien entre comparaison internationale et analyse des carrières professionnelles. D’une part, il est possible de comparer deux sociétés du point de vue des carrières professionnelles qu’elles favorisent. Une typologie des carrières professionnelles permet de déterminer dans quelle mesure telle ou telle carrière est représentée dans telle ou telle société. En d’autres termes, la typologie des carrières permet de comparer des processus à l’œuvre dans les sociétés en identifiant des similitudes et des différences. D’autre part, la comparaison internationale fournit un instrument pour expliquer quels sont les facteurs objectifs qui, dans chaque société, pèsent sur le déroulement des carrières et sur la manière dont les réfugié.e.s font l’expérience de leur nouveau contexte social. Dans cette seconde perspective, il s’agit d’identifier les effets de contextes sociétaux qui influent sur le déroulement des carrières. La comparaison des carrières ne sert plus à comparer des sociétés, mais la comparaison des sociétés sert alors à expliquer les raisons pour lesquelles telle ou telle carrière en vient à prédominer dans telle ou telle société. On voit donc que les deux démarches sont complémentaires.

  • 21 Sur cette question, se référer à Garneau Stéphanie, « Mobilités étudiantes et socialisations profes (...)

17Si la comparaison des carrières doit passer par une typologie, c’est qu’il faut construire des catégories d’analyse et des dénominateurs communs, transcendant les contextes nationaux. La construction d’une typologie de carrières professionnelles constitue un outil d’analyse21 permettant d’analyser les points de rencontre (les continuités) et les impossibilités de rencontre (les discontinuités) entre les contextes sociétaux.

La carrière comme révélateur de l’expérience des microstructures de la globalité

  • 22 Weber Max, Essai sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1965. Sur le rapport entre comparaison (...)

18Lorsqu’elle relève d’une construction idéal-typique au sens de Max Weber22, la typologie est un outil d’analyse suffisamment abstrait pour traduire l’expérience singulière en généralités, proposer des concentrés d’expériences, sans pour autant nier leur complexité. En effet, les idéaux-types n’ont pas pour seule fonction de formaliser des descriptions générales mais aussi de fournir des instruments d’identification des spécificités. Ils fournissent également des outils de compréhension et d’explication, compréhension et explication étant liées. De même que la construction des types se fait par comparaison, le type idéal permet l’explication des différences identifiées dans la comparaison.

  • 23 Je me réfère ici à la conception granovetterienne des liens interpersonnels et plus précisément des (...)

19Dans ce qui suit, je partirai d’une typologie de carrières professionnelles, réalisée à partir d’un matériau qualitatif (entretiens biographiques auprès des réfugié.e.s) et basée sur deux critères : le caractère faiblement ou fortement institutionnalisé des carrières, le rôle des liens forts et des liens faibles dans l’accès au travail23. J’expliquerai ensuite comment elle s’applique aux terrains français et bulgare, et je présenterai pour finir quelques effets paradoxaux.

Typologie de carrières professionnelles des réfugié.e.s en France et en Bulgarie

20La typologie prend en compte deux types de variables, la première concernant l’accès au travail, via les institutions ou non, la seconde concernant le type d’emplois occupés, formel ou informel. Les données quantitatives qui leur sont associées ne rendent pas compte de la complexité des carrières mais donnent des ordres de grandeur quant aux similitudes et aux différences dans les deux pays d’accueil.

21Concernant la première variable, deux types d’accès au travail significatifs ont émergé des entretiens biographiques auprès des réfugié.e.s : le premier s’effectue dans le cadre des dispositifs d’accompagnement, alors que le second fait jouer des liens interpersonnels faiblement institutionnalisés ou non institutionnalisés. Les carrières sont dites fortement ou faiblement institutionnalisées selon qu’elles se déroulent en proximité forte ou faible avec un dispositif d’accompagnement.

22Sur l’ensemble des deux pays d’accueil, 63 réfugié.e.s sur 109 rencontré.e.s développent des carrières faiblement institutionnalisées (soit 57,8 %) et 46 autres développent des carrières professionnelles en mobilisant principalement les ressources des dispositifs d’accompagnement, c’est-à-dire des carrières fortement institutionnalisées (42,2 %). En France, c’est la carrière fortement institutionnalisée qui prévaut : 37 personnes (dont 27 femmes et 10 hommes) sur 56 (soit 66 %) accèdent ou ont accédé à un travail, une formation professionnelle à un moment donné de leur carrière en mobilisant les ressources des dispositifs d’accompagnement. En Bulgarie, au contraire, ce sont les carrières faiblement institutionnalisées qui sont majoritaires : elles concernent 44 réfugiés sur 53 rencontrés, soit 83 % des réfugiés.

  • 24 Sur l’imbrication de l’économie formelle et de l’économie informelle, voir notamment Roulleau-Berge (...)
  • 25 Tarrius Alain, La Mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris, (...)

23Une autre variable significative a émergé des entretiens biographiques : elle concerne la proportion de réfugié.e.s travaillant dans l’économie informelle. Cette seconde variable est indépendante de la première. En effet, il est tout à fait possible que l’accès au travail d’un.e réfugié.e disposant d’un emploi sous contrat ait eu les relations interpersonnelles pour vecteur principal plutôt que des institutions. Par économie informelle ou travail informel, je n’entends pas seulement le travail dans le secteur informel. Le travail sans contrat et plus généralement l’économie informelle se développent aussi bien dans le secteur informel que dans le secteur formel24. Je préfère la notion d’économie informelle à celle d’économie souterraine25, car elle me semble mieux exprimer le fait que les réfugié.e.s ne s’inscrivent pas dans une quelconque économie « criminelle », « illicite », « grise » (des appellations parmi tant d’autres), mais dans certains secteurs au sein des marchés des pays d’accueil qui permettent ou parfois exigent le travail sans contrat.

24Sur l’ensemble des deux pays, 31 parmi les 62 réfugié.e.s se trouvant en situation de travail au moment de l’enquête travaillaient sans contrat. En Bulgarie, près des 70 % de ceux qui travaillaient étaient sans contrat contre 25 % en France.

25En combinant ces deux distinctions, celles des types fortement et faiblement institutionnalisés et celles des types d’accès au travail par l’informel ou non (tableau ci-dessous), l’on aboutit à trois types.

26Typologie des carrières

Carrières fortement institutionnalisées

Carrières faiblement institutionnalisées

Accès au travail par l'informel

Accès au travail par l’intermédiaire de la mobilisation des liens forts ou des liens faibles avec une expérience de l’informel

Accès au travail par les emplois à contrat

Carrières proches des dispositifs d’accompagnements sans expérience de l’informel

Accès au travail par l’intermédiaire de la mobilisation des liens forts ou des liens faibles avec une expérience de l’informel

27Une case reste vide car les carrières fortement institutionnalisées, par définition, ne correspondent pas à des accès au travail par l’informel. Très peu de réfugié.e.s développent des types « purs » de carrières. Le plus souvent, des liens interpersonnels indépendants des dispositifs jouent un rôle dans les carrières fortement institutionnalisées. Ils jouent un rôle sans être déterminants. Inversement, la plupart des réfugié.e.s entrent en rapport, à un moment de leur carrière, avec des dispositifs d’accompagnement, ce qui n’empêche pas que certains peuvent néanmoins accéder au travail par des voies indépendantes du rapport qu’ils ou elles entretiennent avec ces dispositifs. Enfin, rares sont les réfugié.e.s qui n’ont jamais connu aucune expérience de l’informel.

28La typologie qui vient d’être présentée permet d’identifier des spécificités qui doivent être expliquées par l’analyse du contexte sociétal, à savoir par les spécificités des politiques migratoires et d’intégration, les structures du marché du travail (au niveau macro ou structurel), mais aussi par le fonctionnement des dispositifs d’accompagnement des réfugiés (au niveau meso ou situationnel), autant de facteurs qui peuvent s’avérer plus ou moins adaptés aux attentes inscrites dans les carrières des réfugiés. Mais les spécificités doivent également être expliquées par différentes transformations globales produisant des effets sur les institutions, sur les dispositifs et les pratiques d’acteurs. La manière dont les politiques migratoires sont soumises à des exigences d’harmonisation (à l’échelle européenne), tout comme les processus généraux de précarisation et d’informalisation des marchés du travail qui résultent de dynamiques économico-politiques globales, produisent des effets particulièrement évidents sur les carrières professionnelles des réfugié.e.s.

29Il est impossible dans le cadre de cet article de présenter l’ensemble des facteurs structurels et situationnels qui produisent des effets sur le déroulement des carrières professionnelles des réfugiés. Je me contenterai dans ce qui suit de présenter quelques effets sociétaux paradoxaux qui illustrent l’expérience située que peuvent faire les réfugié.e.s des microstructures de la globalité.

Quelques effets sociétaux paradoxaux

  • 26 Pour une analyse de l’européanisation des politiques migratoires, dont la politique d’asile commune (...)
  • 27 Voir Krasteva Anna, « L’immigration en Bulgarie : esprit d’entreprise et questions d’intégration », (...)
  • 28 Le paradoxe est moindre aujourd’hui puisque la Bulgarie ne dispose plus depuis trois ans de program (...)

30Le processus d’européanisation caractérise la construction des politiques migratoires en France et en Bulgarie26. Dans les deux pays, les politiques d’asile s’inscrivent dans les politiques migratoires plus générales. Dans les deux pays, les politiques sont marquées par le contrôle, la sécurité, voire la répression et la « volonté d’intégration » des immigrés bénéficiaires d’un titre de séjour. En Bulgarie, deux programmes pluriannuels, l’un et l’autre arrivés à leur terme, ont constitué la base des politiques d’intégration : un premier dans le domaine de l’intégration des immigrés, financé par le Fonds européen d’intégration 2007-2013, et un deuxième concernant l’intégration des réfugiés en République de Bulgarie 2008-201027. On peut noter un paradoxe frappant : la Bulgarie a développé un programme national spécifique aux réfugié.e.s reconnu.e.s, contrairement à la France, alors qu’il s’agit d’un pays ayant une tradition d’accueil moins longue, la France28 étant le plus ancien pays d’immigration en Europe. On pourrait dire que les réfugiés ont été et restent les grands oubliés des politiques d’intégration en France, alors qu’ils ont été survisibilisés dans les politiques bulgares. Le paradoxe est redoublé du fait qu’en dépit de l’existence d’un programme national d’intégration, mon enquête donne à penser que les réfugié.e.s en Bulgarie avaient plus de chance qu’en France de développer des carrières professionnelles éloignées des dispositifs d’accompagnement.

  • 29 La loi du 24 juillet 2006 relative à l’immigration et l’intégration rend obligatoire la signature d (...)

31Les réfugiés bénéficiaient en Bulgarie d’un programme national d’intégration supervisé par l’Agence nationale pour les réfugiés et son Centre d’intégration, en lien avec d’autres organismes gouvernementaux. Il était appliqué en partenariat avec des organisations non gouvernementales et des associations d’aide aux réfugiés et aux migrants. On aurait pu attendre qu’un programme national et des dispositifs d’accompagnement harmonisés avec les mesures européennes en matière d’intégration des réfugiés oriente les réfugiés vers des carrières professionnelles proches des dispositifs d’accompagnement et ainsi fortement institutionnalisées. En France, l’absence de programme national d’intégration pour les bénéficiaires d’une protection internationale, ainsi que le fait que, plus généralement, les mesures politiques d’intégration dirigeaient les réfugiés vers des dispositifs dits de droit commun29 auraient pu présager que les carrières professionnelles s’y déroulaient à distance des dispositifs, ou qu’elles aient été faiblement institutionnalisées.

32La recherche démontre le contraire et met donc en évidence un paradoxe. Pour l’expliquer, il faut se tourner vers l’analyse des effets que les dispositifs d’accompagnement produisent sur les carrières des réfugié.e.s. Ces dispositifs peuvent être considérés comme des microstructures de la globalité dans la mesure où ils sont des dispositifs locaux, pourvoyeurs de services censés être adaptés à un contexte sociétal particulier, tout en étant, d’une part, soumis à des formes de normalisation transnationales, et d’autre part, dans la mesure où les réfugié.e.s font par leur intermédiaire l’expérience située de la globalisation par le bas, celle de la rencontre d’une carrière commencée ailleurs avec un nouveau contexte sociétal. Je vais chercher à montrer que l’explication du paradoxe ne se trouve pas tant dans les différences de nature des dispositifs d’accompagnement français et bulgares, mais dans l’expérience que les réfugié.e.s font de ces dispositifs.

  • 30 À ce sujet, se reporter à unhcr, Être réfugié. Comment vivent les réfugiés et les demandeurs d’asil (...)

33Bien qu’en Bulgarie un programme national d’intégration des réfugiés ait existé et que le réseau des organisations non gouvernementales ait été et soit resté vivant, qu’on constate en outre une tendance à contractualiser l’intégration (par la signature de contrat d’intégration entre le ou la réfugié.e et l’État) tout comme en France, le système bulgare d’intégration des réfugiés est resté moins fonctionnel, et ce à plusieurs égards30. Les mesures proposées ne permettaient pas l’accès des réfugiés à la protection sociale, au marché du travail, au statut de demandeur d’emploi, etc. Je me contenterai de mentionner quelques exemples de dysfonctionnement en guise d’illustration.

  • 31 Il s’agit des conclusions du rapport du HCR cité plus haut. Cela corrobore le point de vue des réfu (...)

34Un premier exemple concerne l’obligation faite aux réfugié.e.s obtenant le statut de réfugié de suivre des cours de bulgare pour être inscrit.e.s dans le programme d’intégration et bénéficier de quelques aides relatives à l’accès au logement et à la participation au paiement du loyer pendant les six premiers mois. Or, les cours étaient inadaptés d’un double point de vue : en termes de méthode d’apprentissage et en termes de durée31. Les cours étant offerts en journée, il était impossible de les suivre tout en poursuivant une recherche d’emploi ou l’exercice d’un emploi. Or, l’insuffisance des aides allouées aux réfugiés les obligeait à rechercher des sources de revenu complémentaires. On voit avec cet exemple à quel point le programme d’intégration était inadapté et il n’est donc pas étonnant qu’il n’ait pas favorisé des carrières fortement institutionnalisées.

35Un deuxième exemple concerne le fait que les formations professionnelles proposées dans le centre d’intégration étaient très éloignées d’une part des attentes des réfugié.e.s, et d’autre part des besoins du marché du travail. Seuls les cours de conduite, prisés par les hommes et octroyés par des écoles de conduite partenaires du centre d’intégration étaient appréciés par les réfugié.e.s. Des formations proposées en couture, en coiffure ou en cosmétique, notamment aux femmes, étaient source d’amusement, mais aucunement des ressources mobilisables dans l’accès au travail. On voit de nouveau à quel point en Bulgarie les dispositifs d’accompagnement étaient dysfonctionnels, de sorte qu’il n’est en fait pas étonnant que les réfugié.e.s n’aient pas eu tendance à mobiliser la force de liens interpersonnels, même lorsqu’ils se trouvaient au contact des dispositifs d’accompagnement.

36En plus de ces dysfonctionnements institutionnels, la plus grande place du travail informel en Bulgarie s’explique par la conjonction d’une triple série de facteurs : une moindre protection (par les prestations sociales et le travail social) de ceux et celles qui sont privé.e.s de travail, et donc une plus grande contrainte au travail ; une moindre efficacité des institutions et dispositifs de retour à l’emploi ; une plus grande offre de travail informel. Étant davantage poussé.e.s à trouver un emploi et pouvant moins s’appuyer sur des institutions, des dispositifs ou des travailleurs sociaux pour accéder à l’emploi, les réfugié.e.s sont davantage porté.e.s à mobiliser la force des liens forts et faibles qu’en France, alors que l’économie dite informelle confère elle-même un rôle économique et social déterminant aux liens interpersonnels. Ces derniers sont en effet le seul moyen de trouver une place dans l’économie informelle.

  • 32 Sur les concepts de « niches ethnique » et d’« enclave ethnique », voir Portes Alejandro, « La mond (...)

37Pour de très nombreux réfugié.e.s en Bulgarie, aussi bien très que faiblement diplômés, travailler signifie accéder au travail par l’informel et en mobilisant ses amis, celles de ses connaissances qui travaillent dans le domaine du bâtiment et des travaux publics, dans la manutention, dans les usines de désossement de viande et sur le marché de gros Ilientzi de Sofia pour des commerçants chinois et des commerçants originaires du Proche et du Moyen-Orient. Ils y tiennent des stands, vendent et font de la manutention. Le marché de gros Ilientzi est un exemple typique de « niches » ou d’« enclaves » ethniques32, qui elles-mêmes sont un exemple archétypal des microstructures de la globalité, d’une part, au sens où se lit en elles l’inscription située de processus globaux d’ethnicisation du travail et, d’autre part, au sens où les réfugié.e.s font l’expérience de leur condition d’acteurs de la globalisation par le bas par leur intermédiaire. Dans le cas de la Bulgarie, la prévalence des carrières professionnelles faiblement institutionnalisées et marquées par l’informalité permet de mieux comprendre les spécificités de l’expérience d’une « enclave » ou « niche ethnique » comme ce marché de gros. Il se caractérise tout à la fois par la place qu’y joue le travail informel et par le rôle des liens interpersonnels, porte d’accès privilégié à toute « enclave » de ce type. Sur ce marché, des migrants chinois, ainsi que d’autres migrants plus anciennement installés, sont devenus des nouveaux « entrepreneurs ethniques ». Ils emploient des Bulgares ainsi que d’autres migrants, mais recherchent tout particulièrement les réfugiés parce que les contraintes financières qui pèsent sur eux les conduisent à accepter des horaires plus flexibles et des conditions de travail plus difficiles (comme la manutention), tandis que les entrepreneurs ethniques préfèrent leur confier ce « sale boulot » plutôt qu’à leur destinataire « national », les Roms. Sur ce marché, ce sont donc les dynamiques générales de précarisation du travail, de segmentation et d’ethnostratification du marché du travail qui se combinent avec des effets d’ethnicisation locale (Bulgare/Rom), dans le cadre d’interactions sociales entre différentes strates de migrations successives (employeurs venus de Chine ou du Proche et Moyen Orient), réfugiés africains ou afghans (au cours de la période de mon enquête).

38Inversement, dans le contexte français, l’absence d’un programme national d’intégration destiné aux réfugié.e.s rend paradoxale la tendance opposée au cours de la même période. Les réfugié.e.s ayant développé une carrière professionnelle fortement institutionnalisée représentaient 66 % des réfugiés rencontrés en entretien en France. Comment l’expliquer ? Il n’existe certes pas de programme national destiné aux réfugiés reconnus, mais, les différentes critiques émises par les acteurs locaux auxquels l’État a délégué l’accueil des demandeurs d’asile et l’intégration des réfugié.e.s ont eu pour effet la mise en place de nombreux dispositifs locaux et associatifs d’insertion des réfugié.e.s. Ces programmes proposent un accompagnement des réfugié.e.s à un niveau local, en insistant sur la spécificité de leurs besoins. L’accompagnement des réfugié.e.s relève d’initiatives d’acteurs locaux et il s’effectue sous des formes diverses et inégales selon les régions, selon le type de partenariat entre institutions, selon les capacités d’accueil et d’accompagnement (et bien sûr selon les formes d’engagement des acteurs). Ces initiatives produisent manifestement des effets positifs, même si le point de vue parfois négatif que les réfugié.e.s portent sur elles impose un jugement nuancé sur les services proposés, et même si on déplore un déficit endémique, et tragique, en termes de nombre de places d’hébergement. L’absence de dispositif d’accompagnement spécifique à l’échelle nationale est en outre compensée en France par l’octroi d’un ensemble de prestations qui constituent la condition sine qua non d’une carrière fortement institutionnalisée.

39Un autre facteur explicatif du paradoxe tient au fait que la proportion de réfugié.e.s en situation d’inactivité était plus grande en France qu’en Bulgarie, pays où il est plus facile qu’en France de trouver du travail sans contrat. Or, la situation d’inactivité professionnelle contrainte rend d’autant plus nécessaire le passage par une formation linguistique, et elle rend d’autant plus réceptif à la prescription d’une formation professionnelle, et plus généralement à l’idée que la formation est l’une des étapes de la construction d’un « projet professionnel ». Tout cela contribue à ce que les réfugié.e.s en France développent des carrières professionnelles plutôt fortement institutionnalisées.

  • 33 Voir Ehrenreich Barbara et Hochschild Arlie Russell (dir.), Global Woman: Nannies, Maids and Sex Wo (...)
  • 34 Ces femmes constituant selon elle la figure archétypale de la formation de classes de travailleuses (...)
  • 35 Tcholakova Albena, « Ouvrier malgré soi : Réfugié-e-s “reconnus” en France et en Bulgarie (début xx (...)

40Cela n’empêche pas que les carrières des réfugié.e.s recontré.e.s en France pouvaient, tout comme en Bulgarie, être marquées par des formes de division ethnique du travail. Elle relevait principalement des niches ou enclaves ethniques en Bulgarie, et même si des enclaves ethniques existent en France, et si les carrières de certains réfugié.e.s les y conduisent, les carrières fortement institutionnalisées, qui prédominent en France se définissent par d’autres débouchés. Cependant, dans les dispositifs d’accompagnement, les réfugié.e.s se voyaient proposer des formations (notamment des formations Français Langue Étrangère – métier) et des emplois, marqués par des processus globaux de division sociale, genrée et ethnique du travail : aux hommes le travail dans le bâtiment, les travaux publics et les seconds œuvres, aux femmes, le travail dans la restauration (notamment la restauration scolaire), les services aux particuliers ou bien dans le domaine sanitaire et para sanitaire (auxiliaire de vie, auxiliaire en puériculture, aide-soignante, etc.). La division sociale, genrée et ethnique du travail se reconfigure à des échelles locales dans chaque contexte sociétal. Le travail du care33, qui prend des formes différentes selon les contextes sociaux, qui s’inscrit dans des dispositifs locaux (propres ou bien à la division genrée du travail dans la famille, ou bien à la montée des activités de care dans le secteur des services), et par l’intermédiaire desquelles les migrant.e.s font l’expérience de leur condition d’acteurs de la globalisation, s’inscrit donc dans des microstructures de la globalité. Sassen présente d’ailleurs l’étude des places des femmes migrantes dans les économies des villes globales comme moyen de comprendre les microstructures de la globalité34. La délégation des activités de care dans le Nord global aux femmes migrantes, venant du Sud global, qui elles-mêmes peuvent déléguer les activités de care de leur proches à d’autres femmes du Sud global (ou du Nord global), participe de la formation de ce que Arlie Hochschild appelle une « chaîne globale du care », une chaîne enchâssée dans des rapports sociaux de domination de classe, de sexe et d’ethnicité à l’échelle globale et locale. Pour les réfugié.e.s rencontrés, le travail du care était tout à la fois l’expérience des spécificités des nouveaux rapports sociaux et de leur nouvelle position sociale dans le contexte de la société d’accueil, qu’une expérience les reliant à des expériences transnationales passées. Or, l’expérience des microstructures de la globalité où s’inscrivait leur travail prenait des formes différentes selon les contextes sociétaux : plus les difficultés à accéder à un emploi était grande, plus la tendance à investir l’espace domestique sur un mode compensatoire était forte ; plus les marchés du travail étaient incompatibles avec la valorisation des qualifications et des compétences passées, plus les femmes avaient tendance à être assignées au travail du care – il va sans dire que plus ces qualifications et compétences étaient hautement valorisées, plus cette assignation était vécue dans la violence du déclassement35.

41***

42Construite à partir de l’expérience des acteurs et articulée aux contextes sociétaux, la typologie des carrières constitue un outil pour décrire, comprendre et expliquer l’expérience que des acteurs sociaux, en l’occurrence des réfugié.e.s en quête de travail, font de dispositifs sociaux comme les institutions de l’accompagnement ou les marchés du travail, et comment ils subissent les effets de dispositifs législatifs marqués par une homogénéisation préconisée par l’Union européenne et les institutions internationales, dans un contexte surdéterminé par des dynamiques générales de précarisation, d’informalisation, d’ethnostratification et de division genrée du travail. Cette démarche comparative permet de jeter un éclairage sur l’expérience que les réfugié.e.s, acteurs de la globalisation par le bas, font des différentes institutions et processus sociaux qui sont propres à leur société d’accueil, aussi bien que sur leur expérience de certaines microstructures de la globalité, comme les dispositifs d’accompagnement, les « niches ethniques » ou « enclaves ethniques » et le travail global du care, qui connectent le local et le global.

43Les dispositifs d’accompagnement sont doublement marqués par la globalisation : ils sont destinés à des acteurs de la globalisation, et ils sont soumis à des formes de normalisation transnationales. L’intérêt d’une comparaison des carrières professionnelles est notamment de montrer que l’expérience de ces dispositifs peut être des plus différentes selon les contextes sociétaux, et d’expliquer les formes paradoxales que peuvent prendre ces différences. L’intérêt de cette démarche comparative est également d’éclairer certains des processus qui permettent à ce que telle ou telle microstructure de la globalité puisse se développer dans tel ou tel contexte sociétal, comme par exemple dans le cadre du marché de gros de Sofia.

  • 36 Tcholakova Albena, « Le remaniement identitaire entre reconnaissance et maintien de la cohérence bi (...)

44Si l’on voulait aller plus loin dans l’analyse de l’expérience qu’un.e réfugié.e peut faire de l’expérience de ces microstructures de la globalité, il faudrait inscrire cette expérience dans la dynamique d’une carrière professionnelle commencée avant l’exil, et sous-tendue par l’espérance qu’une fois le statut de réfugié obtenu, le travail viendrait soutenir la continuité biographique36.

Top of page

Bibliography

Ambrosini Maurizio, « Travailler dans l’ombre. Les immigrés dans l’économie informelle », Revue européenne des migrations internationales, vol. 15/2, 1999, p. 95-121.

Atlani-duault Laëtitia, Dufoix Stéphane et Wieviorka Michel, « La sociologie et le monde. Entretien avec Immanuel Wallerstein », dossier « Penser global », Socio, n° 1, mars 2013, p. 155-165.

Barbier Jean-Claude et Letablier Marie-Thérèse (dir.), Politiques sociales. Enjeux méthodologiques et épistémologiques des comparaisons internationales, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang, « Travail et Société », 2006.

Becker Howard, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, traduit par Jean-Pierre Briand et Jean-Michel Chapoulie, Paris, Métailié, 1985.

Becker Howard S. et Strauss Anselm, « Careers, Personality, and Adult Socialization », American Journal of Sociology, vol. 62/3, novembre 1956, p. 253-263.

Bonacich Edna, « The Other Side of Ethnic Entrepreneurship: A Dialogue With Waldinger, Aldrich, Ward and Associates », International Migration Review, vol. 3/27, 1993, p. 685-702.

Borgeaud-Garciandía Natacha et Georges Isabel (dir.), « Travail, femmes et migrations dans les Suds », Revue Tiers Monde, n° 2017, janvier-mars 2014, p. 7-24.

Bouteillet-Paquet Daphné, L’Europe et le droit d’asile. La politique d’asile européenne et ses conséquences sur les pays d’Europe Centrale, Paris, L’Harmattan, 2001.

Burawoy Michael, « Revisiter les terrains. Esquisse d’une théorie de l’ethnographie réflexive », in Cefaï Daniel (dir.), L’Engagement ethnographique, Paris, EHESS, « En temps et lieux », 2010, p. 295-351.

Caillé Alain et Dufoix Stéphane (dir.), Le tournant global dans les sciences sociales, Paris, La Découverte, « Bibliothèque du MAUSS », 2013.

Castells Manuel et Portes Alejandro, « World Underneath: The Origins, Dynamics and Effects of the Informal Economy », in Portes Alejandro, Castells Manuel et Benton Lauren A. (dir.) The Informal Economy: Studies in Advanced and Less Developed Countries, Baltimore and London, The Johns Hopkins University Press, 1989, p. 11-37.

Cossée Claire, Miranda Adelina, Ouali Nouria et Séhili Djaouida (dir.), Le genre au cœur des migrations, Paris, Éditions Petra, « IntersectionS », 2012.

Demazère Didier, Guimarães Nadia Araujo, Hirata Helena et Sugita Kurumi, Être chômeur à Paris, Sao Paulo, Tokyo, Paris, Science Po Les Presses, 2013.

Demazère Didier, Giraud Olivier et Lallement Michel, « Introduction. Comparer. Options et inflexions d’une pratique de recherche », Sociologie du travail, n° 55, 2013, p. 136-151.

Dewey John, Reconstruction en philosophie, traduit par Patrick Di Mascio, Paris, Farrago/Léo Scheer, 2003.

Dewey John, Logique. La théorie de l’enquête, traduit par Gérard Deladalle, Paris, PUF, 1967.

Dubar Claude, Gadéa Charles et Rolle Christiane, « Pour une analyse comparée des configurations : réflexions sur le cas de la formation continue », in Lallement Michel et Spurk Yan (dir.), Stratégies de la comparaison internationale, Paris, CNRS Éditions, « Sociologie », 2003. p. 57-69.

Ehrenreich Barbara et Hochschild Arlie Russell (dir.), Global Woman: Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy, New York, A Metropolitan/Owl Books, 2004.

Falquet Jules, Hirata Helena, Kergoat Danièle, Labari Brahim, Le Feuvre Nicky et Sow Fatou (dir.), Le sexe dans la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 2010.

Fontaine Laurence et Weber Florence (dir.), Les Paradoxes de l’économie informelle. À qui profitent les règles ?, Paris, Karthala, 2011.

Friedman Jonathan et Ekholm-Friedman Kasja, Historical Transformations: The Anthropology of Global Systems, Lanham, Altamira Press, 2008.

Garneau Stéphanie, « Les défis de la théorisation ancrée. L’échelle d’observation et échelle de contextualisation dans l’analyse de récits biographiques », Recherches qualitatives, vol. 34/1, 2015, p. 6-28.

Garneau Stéphanie, « Mobilités étudiantes et socialisations professionnelles en France et au Québec. La construction d’une typologie comme outil de comparaison internationale », SociologieS, 2006 [En ligne].

Giraud Olivier, « Les défis de la globalisation : pour une approche centrée sur les cas les plus différents inspirée de Clifford Geertz », Critique internationale, vol. 57/4, 2012, p. 89-110.

Giraud Olivier « L’analyse scalaire des régimes d’action publique en Europe : l’apport méthodologique des comparaisons internationales », Revue internationale de politique comparée, vol. 19/2, 2012, p. 15-36.

Goffman Erving, Asiles. Études sur la construction sociale des malades mentaux et autres reclus, traduit par Liliane et Claude Lainé, Paris, Minuit, « Le sens commun », 1968.

Granovetter Marc, « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, vol. 78/6, 1973, p. 1360-1380.

Hantrais Linda, International Comparitive Research. Theory, Methods and Practice, London, Palgrave Macmillan, 2009.

Hughes Everett C., Le Regard sociologique. Essais choisis, textes rassemblés et présentés par Jean-Michel Chapoulie, Paris, EHESS, 1996.

Krasteva Anna, « L’immigration en Bulgarie : esprit d’entreprise et questions d’intégration », Hommes et Migrations, n° 1275, septembre-octobre 2008, p. 112-126.

Lallement Michel et Spurk Yan (dir.), Stratégies de la comparaison internationale, Paris, CNRS Éditions, « Sociologie », 2003.

Lanciano-Morandat Caroline et Verdier Eric, « Dynamiques des régimes sociétaux d’enseignement supérieur et d’innovation », Revue internationale de politique comparée, vol. 11/3, 2004, p. 369-388.

Lendaro Annalisa, « Revisiter l’analyse sociétale aujourd’hui. Comparer la construction et les usages sociaux des catégories de l’immigration », Terrains & Travaux, vol. 21/1, 2012, p 109-124.

Marcus George, « Ethnographie du/dans le système-monde. L’émergence d’une ethnographie multisituée », in Cefaï Daniel (dir.), L’Engagement ethnographique, Paris, EHESS, 2010, p. 371-395.

Marry Catherine, « Pour le mélange des genres dans les comparaisons internationales », in Lallement Michel et Spurk Yan (dir.), Stratégies de la comparaison internationale, Paris, CNRS Éditions, « Sociologie », 2003, p. 307-316.

Maurice Marc, « Les paradoxes de l’analyse sociétale. Rétrospective et prospective », in Maurice Marc, L’Analyse sociétale revisitée, Document séminaire LEST, n° 8, 1998.

Maurice Marc, « Méthode comparative et analyse sociétale. Les implications théoriques des comparaisons internationales », Sociologie du travail, vol. 21/2, 1989, p. 175-191.

Maurice Marc, Sellier François et Silvestre Jean-Jacques, Politique d’éducation et organisation industrielle en France et en Allemagne, Paris, PUF, 1982.

Øyen Else (dir.), Comparative Methodology. Theory and Practice in International Social Research, London, SAGE Publications, 1990.

Parreñas Rhacel Salazar, Servants of Globalization: Women, Migration and Domestic Work, Palo Alto, Stanford University Press, 2001.

Passeron Jean-Claude, « Introduction. L’espace wébérien du raisonnement comparatif », in Weber Max, Sociologie des religions, textes réunis, traduits et présentés par Jean-Pierre Grossein, Paris, Gallimard, « Tel », 1996, p. 1-49.

Pecoud Antoine, « Réseaux, ethnicité et institutions dans les économies immigrées », Hommes et Migrations, n° 1250, juillet-août 2004, p. 13-23.

Peraldi Michel (dir.), La Fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002.

Peraldi Michel (dir.), Cabas et containers, activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve et Larose, 2001.

Portes Alejandro, « La mondialisation par le bas. L’émergence d’une des communautés transnationales », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 129, 1999, p. 15-25.

Portes Alejandro et Shafer Steven, Revisting the Enclave Hypothesis: Miami Twenty-Five Years Later, CMD Working paper 06-10, The Center for Migration and Development, Working Paper Series, Princeton University, May 2006. [En ligne]. URL : http://cmd.princeton.edu/papers/wp0610.pdf

Rea Andrea, « Les nouvelles figures du travailleur immigré : fragmentation des statuts d’emploi et européanisation des migrations », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 29/2, 2013, p. 15-35.

Revel Jacques (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Seuil, 1996.

Rossi Ino (dir.), Frontiers of Globalization Resarch. Theoritical and Methodological Approaches, New York, Springer, 2007.

Roulleau-Berger Laurence, Migrer au féminin, Paris, PUF, « La Nature humaine », 2010.

Sassen Saskia, La Globalisation. Une sociologie, traduit par Pierre Guglielmina, Paris, Gallimard, 2009.

Sassen Saskia, Expulsions. Brutalité et complexité dans l’économie globale, traduit par Pierre Guglielmina, Paris, Gallimard, 2016.

Schnapper Dominique, La Compréhension sociologique. Démarche de l’analyse typologique, Paris, Quadrige/PUF, 2005.

Siméant Johanna (dir.), Guide de l’enquête globale en sciences sociales, Paris, CNRS Éditions, 2015.

Tarrius Alain, La Mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris, Balland, « Voix et Regards », 2002.

Tarrius Alain et Bernet Olivier, Migrants internationaux et nouveaux réseaux criminels, Paris, Trabucaire, 2010.

Tcholakova Albena, « Le remaniement identitaire entre reconnaissance et maintien de la cohérence biographique. L’exemple des réfugiés en France », Sociologie, vol. 7/1, 2016, p. 59-76.

Tcholakova Albena, « La relation de service comme rapport de reconnaissance : l’exemple de l’accompagnement des réfugiés vers le travail », Travailler, n° 32, 2014, p. 99-129.

Tcholakova Albena, « Ouvrier malgré soi : Réfugié-e-s “reconnus” en France et en Bulgarie (début xxie siècle) », CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 38, 2013, p. 163-179.

Tcholakova Albena, En quête de travail, enjeux de reconnaissance et remaniement identitaire : approche comparée France-Bulgarie de carrières professionnelles de réfugiés, thèse de doctorat en sociologie et en sciences politiques (cotutelle de thèse avec la Nouvelle Université Bulgare), Université Lumière Lyon 2, dirigée par Laurence Roulleau-Berger et Anna Krasteva, 2012.

Trémon Anne-Christine, « Que faire du couple local/global ? Pour une anthropologie pleinement processuelle », Social Anthropology/Anthropologie Sociale, vol. 20/3, 2012, p. 250-266.

UNHCR, Global Trends 2009: Refugees, Asylum-seekers, Returnees, Internally Displaced and Stateless Persons, 2010.

UNHCR, Être réfugié. Comment vivent les réfugiés et les demandeurs d’asile en Europe centrale, 2010.

UNHCR, Mid-Year Trends 2015, décembre 2015.

Van de Velde Cécile, Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF, « Le Lien social », 2008.

Vassy Carine, « Données qualitatives et comparaison internationale : l’exemple d’un travail de terrain dans les hôpitaux européens », in Lallement Michel et Spurk Yan (dir.), Stratégies de la comparaison internationale, Paris, CNRS Éditions, « Sociologie », 2003, p. 213-227.

Waldinger Roger, « Le débat sur l’enclave ethnique : revue critique », Revue européenne des migrations internationales, vol. 9/2, 1993, p. 15-29.

Waldinger Roger « The Making of an Immigrant Niche », International Migration Review, vol. 28/1, 1994, p. 3-30.

Wallerstein Immanuel, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des systèmes-monde, Paris, La Découverte, « Grands repères manuels », 2006.

Weber Max, Essai sur la théorie de la science, texte traduit et introduit par Julien Freund, Paris, Plon, 1965.

Wihtol de Wenden Catherine, La Globalisation humaine, Paris, PUF, 2009.

Top of page

Notes

1 Plus d’un million personnes ont rejoint les pays européens depuis le début de l’année 2015. Il s’agit selon les termes des observateurs de la plus grande « crise migratoire » qu’a connue l’Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Les déplacements forcés dans le monde sont ainsi pris dans une hausse « sans précédent » atteignant aujourd’hui plus de 60 millions de personnes. Voir Unhcr, Mid-Year Trends 2015, décembre 2015.

2 Sassen Saskia, La Globalisation. Une sociologie, traduit par Pierre Guglielmina, Paris, Gallimard, 2009, p. 112. Voir aussi son dernier livre Sassen Saskia, Expulsions. Brutalité et complexité dans l’économie globale, traduit par Pierre Guglielmina, Paris, Gallimard, 2016, notamment chap. 1, p. 78-88, où, à partir de l’étude de cas des personnes déplacées, elle propose une analyse des différentes dynamiques « d’expulsion sociale » à l’œuvre aussi bien dans le Sud global que dans le Nord global.

3 Utilisée une seule fois dans son livre de 2009, la notion reste une expression métaphorique qui lui permet de renforcer l’analyse des différents liens d’interdépendance entre les échelles locales et globales des processus transnationaux, ces derniers produisant des effets sur la formation d’institutions globales, qui à leur tour affectent l’expérience des acteurs sociaux. Sassen Saskia, La Globalisation. Une sociologie, art. cit., p. 138. Voir aussi la section « Les localisations du global » dans le chap. 3, p. 124-129.

4 Tcholakova Albena, En quête de travail, enjeux de reconnaissance et remaniement identitaire : approche comparée France-Bulgarie de carrières professionnelles de réfugiés, thèse de doctorat en sociologie et en sciences politiques (cotutelle de thèse avec la Nouvelle Université Bulgare), Université Lumière Lyon 2, dirigée par Laurence Roulleau-Berger et Anna Krasteva, 2012. La catégorie de réfugié.e.s reconnu.e.s renvoie aux personnes ayant obtenu le statut de réfugié au sens de la Convention de Genève du 28 juillet 1951 ou aux bénéficiaires d’une protection internationale de type « subsidiaire » ou « humanitaire » (ce dernier type de protection internationale concernait uniquement des réfugiés rencontrés sur le terrain bulgare). À la fin 2009, le nombre de réfugiés s’élevait en France à 196 364 et en Bulgarie à 5 393. Unhcr, Global Trends 2009: Refugees, Asylum-seekers, Returnees, Internally Displaced and Stateless Persons, 2010.

5 Pour une revue de la littérature, voir par exemple Caillé Alain et Dufoix Stéphane (dir.), Le tournant global dans les sciences sociales, Paris, La Découverte, « Bibliothèque du MAUSS », 2013 ; le n° 1 de la revue Socio, « Penser global », 2013 ; Rossi Ino (dir.), Frontiers of Globalization Resarch. Theoritical and Methodological Approaches, New York, Springer, 2007 ; Trémon Anne-Christine, « Que faire du couple local/global ? Pour une anthropologie pleinement processuelle », Social Anthropology/Anthropologie Sociale, vol. 20/ 3, 2012, p. 250-266 ; Siméant Johanna (dir.), Guide de l’enquête globale en sciences sociales, Paris, CNRS Éditions, 2015.

6 Marcus George, « Ethnographie du/dans le système-monde. L’émergence d’une ethnographie multisituée », in Cefaï Daniel (dir.), L’engagement ethnographique, Paris, EHESS, « En temps et lieux », 2010, p. 371-395.

7 Burawoy Michael, « Revisiter les terrains. Esquisse d’une théorie de l’ethnographie réflexive », in Cefaï Daniel (dir.), L’engagement ethnographique, op. cit., p. 295-351.

8 Friedman Jonathan et Ekholm-friedman Kasja, Historical Transformations : The Anthropology of Global Systems, Lanham, Altamira Press, 2008. Les auteurs s’inscrivent dans la problématique du « système-monde » à la suite Wallerstein. Wallerstein Immanuel, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des systèmes-monde, Paris, La Découverte, « Grands repères manuels », 2006.

9 À ce sujet, voir par exemple Ehrenreich Barbara et Hochschild Arlie Russell (dir.), Global Woman: Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy, New York, A Metropolitan/Owl Books, 2004 ; Falquet Jules, Hirata Helena, Kergoat Danièle, Labari Brahim, Le Feuvre Nicky et Sow Fatou (dir.), Le sexe dans la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 2010 ; Cossée Claire, Miranda Adelina, Ouali Nouria et Séhili Djaouida (dir.), Le genre au cœur des migrations, Paris, Éditions Petra, « IntersectionS », 2012 ; Tcholakova Albena, « Ouvrier malgré soi : Réfugié-e-s “reconnus” en France et en Bulgarie (début xxie siècle) », CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 38, 2013, p. 163-179.

10 Revel Jacques (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Seuil, 1996. Sur la problématique des échelles, se référer également à Giraud Olivier, « L’analyse scalaire des régimes d’action publique en Europe : l’apport méthodologique des comparaisons internationales », Revue internationale de politique comparée, vol. 19/2, 2012, p. 15-36.

11 Voir Dewey John, Reconstruction en philosophie, traduit par Patrick Di Mascio, Paris, Farrago/Léo Scheer, 2003, et plus précisément le chap. IV, p. 87-102, ainsi que Dewey John, Logique, la théorie de l’enquête, traduit par Gérard Deladalle, Paris, PUF, 1967.

12 Les réfugié.e.s en Bulgarie étaient originaires du Proche et du Moyen Orient (27), d’Afrique Subsaharienne et Australe (23), d’Europe de l’Est (2) et du Maghreb (1). Les réfugiés en France étaient originaires d’Europe de l’Est (43), d’Afrique Subsaharienne (10), du Proche et du Moyen Orient (2) et du Maghreb (1).

13 Becker Howard S. et Strauss Anselm, « Careers, Personality, and Adult Socialization », American Journal of Sociology, vol. 62/3, novembre 1956, p. 253-263 ; Becker Howard, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, traduit par Jean-Pierre Briand et Jean-Michel Chapoulie, Paris, Métailié, 1985 ; Goffman Erving, Asiles. Études sur la construction sociale des malades mentaux et autres reclus, traduit par Liliane et Claude Lainé, Paris, Minuit, « Le sens commun », 1968 ; Hughes Everett C., Le Regard sociologique. Essais choisis, textes rassemblés et présentés par Jean-Michel Chapoulie, Paris, EHESS, 1996.

14 En langue française, voir l’ouvrage dirigé par Michel Lallement et Yan Spurk qui propose un bilan très riche, ainsi que celui dirigé par Jean-Claude Barbier et Marie-Thérèse Letablier : Lallement Michel et Spurk Yan (dir.), Stratégies de la comparaison internationale, Paris, CNRS Éditions, « Sociologie », 2003 ; Barbier Jean-Claude et Letablier Marie-Thérèse (dir.), Politiques sociales. Enjeux méthodologiques et épistémologiques des comparaisons internationales, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang, « Travail et Société », 2006. Voir aussi Vassy Carine, « Données qualitatives et comparaison internationale : l’exemple d’un travail de terrain dans les hôpitaux européens », in Lallement Michel et Spurk Yan (dir.), Stratégies de la comparaison internationale, Paris, op. cit., p. 213-227 ; Van de Velde Cécile, Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF, « Le Lien social », 2008 ; Demazière Didier, Giraud Olivier et Lallement Michel, « Introduction. Comparer. Options et inflexions d’une pratique de recherche », Sociologie du travail, n° 55, 2013, p. 136-151. En langue anglaise, voir les deux ouvrages de synthèse : Øyen Else (dir.), Comparative Methodology. Theory and Practice in International Social Research, London, SAGE Publications, 1990 ; Hantrais Linda, International Comparitive Research. Theory, Methods and Practice, London, Palgrave Macmillan, 2009.

15 Maurice Marc, Sellier François et Silvestre Jean-Jacques, Politique d’éducation et organisation industrielle en France et en Allemagne, Paris, PUF, 1982 ; Maurice Marc, « Méthode comparative et analyse sociétale. Les implications théoriques des comparaisons internationales », Sociologie du travail, vol. 21/2, 1989, p. 175-191.

16 Maurice Marc, « Les paradoxes de l’analyse sociétale. Rétrospective et prospective », in Maurice Marc, L’analyse sociétale revisitée, Document séminaire LEST, n° 8, 1998. Sur le bilan de l’approche sociétale : Lanciano-morandat Caroline et Verdier Eric, « Dynamiques des régimes sociétaux d’enseignement supérieur et d’innovation », Revue internationale de politique comparée, vol. 11/3, 2004, p. 369-388 ; Lendaro Annalisa, « Revisiter l’analyse sociétale aujourd’hui. Comparer la construction et les usages sociaux des catégories de l’immigration », Terrains & Travaux, vol. 21/2, 2012, p. 109-124.

17 Sur les critiques apportées à la notion de « cohérences sociétales » et plus généralement à l’approche sociétale on lira, Marry Catherine, « Pour le mélange des genres dans les comparaisons internationales », in Lallement Michel et Spurk Yan (dir.), Stratégies de la comparaison internationale, op. cit., p. 307-316.

18 Revel Jacques (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, op. cit. Voir aussi l’analyse proposée par Garneau Stéphanie, « Les défis de la théorisation ancrée. L’échelle d’observation et échelle de contextualisation dans l’analyse de récits biographiques », Recherches qualitatives, vol. 34/1, 2015, p. 6-28.

19 Voir Giraud Olivier, « Les défis de la globalisation : pour une approche centrée sur les cas les plus différents inspirée de Clifford Geertz », Critique internationale, vol. 57/ 4, 2012, p. 89-110.

20 Demazière Didier, Guimarães Nadia Araujo, Hirata Helena et Sugita Kurumi, Être chômeur à Paris, Sao Paulo, Tokyo, Paris, Science Po Les Presses, 2013. Voir également Dubar Claude, Gadéa Charles et Rolle Christiane, « Pour une analyse comparée des configurations : réflexions sur le cas de la formation continue », in Lallement Michel et Spurk Yan (dir.), Stratégies de la comparaison internationale, op. cit., p. 57-69.

21 Sur cette question, se référer à Garneau Stéphanie, « Mobilités étudiantes et socialisations professionnelles en France et au Québec. La construction d’une typologie comme outil de comparaison internationale », SociologieS, 2006. Sur l’analyse typologique, voir Schnapper Dominique, La Compréhension sociologique. Démarche de l’analyse typologique, Paris, Quadrige/PUF, 2005.

22 Weber Max, Essai sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1965. Sur le rapport entre comparaison et explication en sciences sociales, voir Passeron Jean-Claude, « Introduction. L’espace wébérien du raisonnement comparatif », in Weber Max, Sociologie des religions, textes réunis, traduits et présentés par Jean-Pierre Grossein, Paris, Gallimard, « Tel », 1996, p. 1-49.

23 Je me réfère ici à la conception granovetterienne des liens interpersonnels et plus précisément des liens forts et des liens faibles : Granovetter Marc, « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, vol. 78/6, 1973, p. 1360-1380.

24 Sur l’imbrication de l’économie formelle et de l’économie informelle, voir notamment Roulleau-Berger Laurence, Migrer au féminin, Paris, PUF, « La Nature humaine », 2010 ; Fontaine Laurence et WEBER Florence (dir.), Les paradoxes de l’économie informelle. À qui profitent les règles ?, Paris, Karthala, 2011 ; Peraldi Michel (dir.), Cabas et containers, activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve et Larose, 2001 ; Peraldi Michel (dir.), La Fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002 ; Castells Manuel et Portes Alejandro, « World Underneath: The Origins, Dynamics and Effects of the Informal Economy », in Portes Alejandro, Castells Manuel et Benton Lauren A. (dir.) The Informal Economy: Studies in Advanced and Less Developed Countries, Baltimore and London, The Johns Hopkins University Press, 1989, p. 11-37.

25 Tarrius Alain, La Mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris, Balland, « Voix et Regards », 2002 ; Tarrius Alain et Bernet Olivier, Migrants internationaux et nouveaux réseaux criminels, Paris, Trabucaire, 2010.

26 Pour une analyse de l’européanisation des politiques migratoires, dont la politique d’asile commune, voir par exemple Bouteillet-Paquet Daphné, L’Europe et le droit d’asile. La politique d’asile européenne et ses conséquences sur les pays d’Europe Centrale, Paris, L’Harmattan, 2001 ; Wihtol de Wenden Catherine, La Globalisation humaine, Paris, PUF, 2009.

27 Voir Krasteva Anna, « L’immigration en Bulgarie : esprit d’entreprise et questions d’intégration », Hommes et Migrations, n°1275, septembre-octobre 2008, p. 112-126.

28 Le paradoxe est moindre aujourd’hui puisque la Bulgarie ne dispose plus depuis trois ans de programme national dit d’intégration des réfugié.e.s, et que la loi relative à la réforme du droit d’asile en France, promulguée le 29 juillet 2015 semble envisager une meilleure prise en considération de la question de l’intégration des réfugié.e.s.

29 La loi du 24 juillet 2006 relative à l’immigration et l’intégration rend obligatoire la signature d’un contrat d’accueil et d’intégration (CAI) pour tout étranger « primo-arrivant » (à quelques exceptions, dont les étudiants) de plus de 16 ans. Les réfugié.e.s font partie des signataires, et accèdent aux mêmes dispositions législatives et aux mêmes mesures contractuelles d’intégration que les autres migrant.e.s. Les réfugiés accèdent en outre sans condition de durée de séjour au dispositif revenu minimum d’insertion (devenu RSA), et à des prestations sociales, selon leur situation familiale.

30 À ce sujet, se reporter à unhcr, Être réfugié. Comment vivent les réfugiés et les demandeurs d’asile en Europe centrale, 2010. Sur le décalage entre « le programme institutionnel » et la réalité vécue par les réfugié.e.s, voir aussi Tcholakova Albena, « La relation de service comme rapport de reconnaissance : l’exemple de l’accompagnement des réfugiés vers le travail », Travailler, n° 32, 2014, p. 99-129.

31 Il s’agit des conclusions du rapport du HCR cité plus haut. Cela corrobore le point de vue des réfugié.e.s que j’ai rencontré.e.s.

32 Sur les concepts de « niches ethnique » et d’« enclave ethnique », voir Portes Alejandro, « La mondialisation par le bas. L’émergence d’une des communautés transnationales », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 129, 1999, p. 15-25 ; Portes Alejandro et Shafer Steven, Revisting the Enclave Hypothesis: Miami Twenty-Five Years Later, CMD Working paper 06-10, The Center for Migration and Development, Working Paper Series, Princeton University, May 2006 ; Waldinger Roger, « Le débat sur l’enclave ethnique : revue critique », Revue européenne des migrations internationales, vol. 9/2, 1993, p. 15-29 ; Waldinger Roger, « The Making of an Immigrant Niche », International Migration Review, vol. 28/ 1, 1994, p. 3-30. Plus globalement, sur la problématique des économies immigrées et du rôle des réseaux ethniques, se référer à : Bonacich Edna, « The Other Side of Ethnic Entrepreneurship: A Dialogue With Waldinger, Aldrich, Ward and Associates », International Migration Review, vol. 3/27, 1993, p. 685-702 ; Ambrosini Maurizio, « Travailler dans l’ombre. Les immigrés dans l’économie informelle », Revue européenne des migrations internationales, vol. 15/2, 1999, p. 95-121 ; Peraldi Michel (dir.), La Fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, op. cit. ; Pecoud Antoine, « Réseaux, ethnicité et institutions dans les économies immigrées », Hommes et Migrations, n° 1250, juillet-août 2004, p. 13-23 ; Rea Andrea, « Les nouvelles figures du travailleur immigré : fragmentation des statuts d’emploi et européanisation des migrations », Revue Européenne des Migrations Internationales, 2013, vol. 29/2, p. 15-35.

33 Voir Ehrenreich Barbara et Hochschild Arlie Russell (dir.), Global Woman: Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy, op. cit. ; Borgeaud-Garciandía Natacha et Georges Isabel (dir.), « Travail, femmes et migrations dans les Suds », Revue Tiers Monde, n° 2017, janvier-mars 2014, p. 7-24.

34 Ces femmes constituant selon elle la figure archétypale de la formation de classes de travailleuses invisibles dans les secteurs des services, et plus particulièrement dans le travail du care. Sassen Saskia, La globalisation. Une sociologie, op. cit., p. 138.

35 Tcholakova Albena, « Ouvrier malgré soi : Réfugié-e-s “reconnus” en France et en Bulgarie (début xxie siècle) », art. cit.

36 Tcholakova Albena, « Le remaniement identitaire entre reconnaissance et maintien de la cohérence biographique. L’exemple des réfugiés en France », Sociologie, vol. 7/1, 2016, p. 59-76.

Top of page

References

Electronic reference

Albena Tcholakova, « Comparer les microstructures de la globalisation : l’expérience sociale de réfugié.e.s en France et en Bulgarie », Terrains/Théories [Online], 5 | 2016, Online since 20 December 2016, connection on 28 April 2017. URL : http://teth.revues.org/769 ; DOI : 10.4000/teth.769

Top of page

About the author

Albena Tcholakova

Cresppa – GTM UMR 7217

EHESP – Département SHS

Albena Tcholakova est post-doctorante en sociologie à l’EHESP – Département SHS. Chercheure au laboratoire CRESPPA, équipe GTM – UMR 7217, elle a consacré sa thèse de doctorat en sociologie à la problématique de la quête de travail de réfugié.e.s en France et en Bulgarie. Ses travaux de recherches portent sur les migrations internationales et le genre, sur le travail et les émotions, sur la santé au travail, sur l’expérience et la souffrance sociale et les comparaisons internationales.

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org