Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Razmig Keucheyan, La nature est un champ de bataille, Paris, La Découverte, « Zones », 2014, 176p.

Fabrice Flipo

Texte intégral

1Dans ce livre Razmig Keucheyan entend démontrer que la question de la nature n’est pas exempte de domination et de rapports de force. Cette thèse s’oppose, politiquement, aux diverses déclarations telles que celles de Nicolas Hulot, et, philosophiquement, aux travaux qui tendent à ramener la question de l’environnement à un problème d’éthique. Non, « nous » ne sommes pas dans « le même » bateau, ou le même « vaisseau spatial Terre », selon la formule célèbre de Kenneth Boulding. Les responsabilités ne sont pas les mêmes et des clivages doivent être analysés. L’argument se décline en trois chapitres, consacrés chacun à un enjeu.

2Dans une première partie, l’auteur s’intéresse à la question des inégalités écologiques. Il évoque le mouvement d’opposition au « racisme environnemental » né aux États-Unis dans les années 1950, qui lutte contre la concentration des personnes de couleur dans les zones les moins bien loties sur le plan de la qualité de l’environnement. L’auteur énumère ensuite diverses situations étayant l’idée selon laquelle face à la qualité de l’environnement, nous ne sommes pas tous égaux : maladies telles que le saturnisme, inégalités environnementales en Île-de-France, effets inégalitaires de catastrophes telles que Katrina, écologisme des riches tourné vers la wilderness qui exporte son modèle de la nature vierge dans les pays du Sud etc.

3Dans un second temps, Keucheyan s’intéresse à la financiarisation de la nature, thème qui a fait couler beaucoup d’encre ces dernières années. L’auteur revient sur les « nouveaux risques » dont il montre qu’ils ont la particularité d’être très difficilement calculables, puisque peu probabilisables (p. 95). Il tente ensuite, d’une manière qui ne nous satisfait pas tout à fait, de montrer que le capitalisme, en crise à partir de 2008, se serait massivement tourné vers « la nature » pour rétablir ses taux de profit, à travers les marchés du carbone, de compensation biologique, de l’assurance etc., et au moyen notamment des Partenariats Public-Privé (PPP).

4Dans un troisième temps Keucheyan s’intéresse aux « nouvelles guerres », notamment les guerres « vertes ». On y trouve aussi des éléments relatifs à l’usage de l’environnement dans les conflits armés. Étant donné que les risques environnementaux peuvent être de grande ampleur, il n’est pas étonnant que l’armée s’y intéresse, puisque c’est elle qui est en charge des menaces les plus importantes contre la sécurité. L’auteur propose une énumération de divers rapports entre guerre et environnement, qui n’ont pas toujours beaucoup de rapports entre eux sinon la communauté de thématique : l’usage de la jungle par les Viet-congs, le pétrole au Moyen-Orient, les réfugiés climatiques, les convoitises qui portent sur l’Arctique etc.

  • 1 Keucheyan Razmig, Hémisphère Gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques, Paris, La Dé (...)
  • 2 Voir notamment Poulantzas Nicos, L’État, le pouvoir et le socialisme, Paris, Les Prairies ordinaire (...)

5Keucheyan est l’auteur de plusieurs livres remarqués, dont Hémisphère Gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques1 qui fut parmi les premiers à proposer une tentative de cartographie des pensées critiques, fournissant un moyen utile de se repérer dans un domaine qui fait profusion. Il a contribué à rééditer l’importante œuvre de Nicos Poulantzas2. La question écologique était peu présente – à l’exception d’Elmar Altvater – dans l’ouvrage sur les pensées critiques, l’auteur pointant à juste titre un manque à ce sujet. Il faut donc saluer cette contribution, qui permet de montrer au travers de multiples exemples que l’écologie n’est pas simplement un enjeu de qualité de vie des classes moyennes supérieures, mais un enjeu de premier ordre.

6De notre point de vue, la discussion de l’ouvrage s’avère toutefois un peu difficile, sur le plan conceptuel comme sur le plan empirique. Keucheyan défend des thèses générales sur l’écologie politique en cherchant à saisir ensemble un grand nombre de problématiques qu’il n’est pas si facile de mettre en rapport les unes avec les autres. Une difficulté supplémentaire est que le cadre conceptuel sur lequel l’auteur s’appuie, et qui commande très largement l’interprétation proposée des faits empiriques, n’est pas entièrement explicite. Nous allons tout d’abord tenter de résumer la thèse à très gros traits, en essayant de ne pas trahir l’intention de l’auteur. L’idée en résumé est que la source principale des dégradations écologiques est le capitalisme ; que l’écologie est un sujet trop important pour être laissé aux écologistes, ceux-ci étant soit un peu naïfs soit excessivement insensibles aux inégalités, et se situant donc du côté du pouvoir (blanc, patriarcal, occidental) ; et enfin que le capitalisme n’aurait pas les moyens de surmonter la crise écologique et qu’il ne saurait être question dans ces conditions d’en envisager l’issue sans du même coup poser la question de la sortie du capitalisme. Ces thèses sont assez largement répandues dans la littérature d’ascendance marxiste. Ce livre nous offre donc l’occasion de discuter ces thèses, dans un but qui est toujours le même : contribuer à élucider, collectivement, la situation dans laquelle nous sommes, et identifier les possibles, au regard d’un certain nombre de critères qui recoupent d’assez près ceux de Razmig Keucheyan, relativement à cet horizon d’émancipation.

7Envisageons d’abord un premier problème : dans « l’écologie » et « l’environnement », l’auteur range des rapports à la nature qui sont très différents, des pollutions très locales, que l’on qualifiait autrefois de « nuisances », au changement climatique, en passant par des questions de ressources telles que le pétrole et même des maladies et des risques alimentaires, que l’on ne range pas dans « l’environnement » habituellement. L’ensemble est d’autant plus difficile à suivre qu’aucune théorie de « l’environnement » ou de « la nature » ne vient structurer le tout, ce qui sème un peu la confusion. Du point de vue des enjeux, peut-on si facilement comparer des nuisances très locales et un enjeu aussi massif que l’effondrement de la diversité biologique ? Il y a aussi des arguments fort contestables, comme le fait d’imputer à Dipesh Chakrabarty l’idée d’une écologie naïve, sans rapports de force, ou le fait de ne pas voir que la référence au « wild » (sauvage) renvoie aussi à la dimension romantique des mouvements sociaux, source dans laquelle Marx lui-même a puisé. Dans cet ordre d’idée, ranger le film de Sean Penn, Into the Wild, dans la catégorie des manifestations de « l’éconationalisme » paraît un peu hâtif. Il est très difficile de commenter un tel livre, répétons-le, qui comporte à la fois une thèse forte sur le plan théorique, mais qui dans le même temps reste relativement implicite, donc peu discutable, et des illustrations empiriques dont chacune demanderait à être considérablement développée pour que l’on arrive éventuellement à la conclusion ou aux rapprochements faits par l’auteur.

  • 3 Simonnet Dominique, L’écologisme, Paris, PUF, 1979.

8Le second problème est que l’auteur s’inscrit manifestement dans un rapport critique aux écologistes, sans réellement thématiser ce mouvement social. On ne sait donc pas vraiment à qui s’adressent ces critiques ni si elles sont fondées. Keucheyan semble par exemple identifier « écologisme » et « environnementalisme », alors qu’une définition minimale de l’écologisme tient justement au fait de s’opposer à l’environnementalisme3. L’ouvrage passe ainsi sans cesse et sans transition d’un enjeu à un autre, et implicitement d’un acteur à un autre, ce qui favorise les amalgames et les rapprochements sans fondements réels, par exemple entre mouvements étasuniens et mouvements européens, dont les différences ne sont pas mentionnées. Faute d’entrer dans le détail et la complexité du mouvement écologiste, il devient ainsi facile de le charger de tous les maux… S’en prendre à Latour, sur le plan théorique (p. 43), est d’une part assez facile, car en effet il n’y a guère d’analyse des rapports de force chez cet auteur, mais d’autre part problématique, car les liens avec l’écologisme, du moins au point de vue de la théorie politique, sont assez ténus. De même, le rapprochement, suggéré plus que démontré, entre un mouvement de la « justice environnementale » qui serait « l’écologisme des pauvres », naturellement anticapitaliste en quelque sorte, et l’écologisme blanc de classe moyenne et supérieur qui n’aurait d’yeux que pour la wilderness, ne nous paraît pas tenir au vu de l’histoire du mouvement écologiste ainsi que des principales revendications écologistes, telles que la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la reconquête du « monde vécu » (André Gorz) ou la lutte contre la mégamachine. S’il souligne sans doute un point faible du mouvement, c’est aussi en passant sous silence des points forts dans la lutte contre les inégalités.

9On doit en effet souligner que les mouvements de classe et de race ne se sont engagés que très tardivement dans la question climatique, qui touche pourtant les plus pauvres de la planète. Si l’auteur convient que le mouvement ouvrier est « ambivalent » (p. 67) par rapport à cet enjeu, il développe assez peu cette question, pourtant fondamentale pour le marxisme. Dans la mesure où l’auteur s’intéresse à la question de la stratégie (p. 191), il aurait été plus conséquent, à notre sens, de poser la question des forces vives de l’écologisme contre le changement climatique et pour des modes de vie plus soutenables, ce qui va bien au-delà des questions de nuisances ou de pollutions locales.

10La conclusion pose également un certain nombre de problèmes. Keucheyan explique que l’enjeu principal pour les écologistes est d’empêcher l’État d’œuvrer pour le capitalisme, étant donné que « pour tout mouvement écologiste digne de ce nom la vraie question est celle de l’État » (p. 134). La recommandation n’est pas tout à fait nouvelle, la littérature écologiste étant remplie d’analyses de l’État – Bernard Charbonneau, Jacques Ellul, Ivan Illich, André Gorz, auteurs qui ne sont pas cités par l’auteur. D’autre part, la thèse annoncée d’une écologie qui serait entièrement clivée entre « leur » écologie et « la nôtre » est prise en défaut, notamment quand l’auteur doit bien reconnaître que l’ampleur des catastrophes climatiques fera que nul ne pourra y échapper (p. 95). Le capitalisme ne mourra pas de mort naturelle, et a les moyens de s’adapter : que signifie exactement cette thèse ? Keucheyan semble reprendre l’idée souvent rencontrée du côté de certaines ONG et des analyses marxistes selon laquelle la nature pourrait devenir le lieu d’un investissement permettant la restauration des taux de profit, pour le capitalisme. Affirmer cela, cependant, c’est ne pas voir que les « cat bonds » – la finance carbone – ne sont en aucun cas une manière de reproduire le capital de manière élargie, mais seulement une façon de ne pas trop perdre. La différence est énorme. Marx était pourtant très clair : la source de profits, c’est la machine, l’organisation, les forces productives, et non pas la gestion des catastrophes, qui ne peut être qu’une stratégie de repli. Sans pétrole, sans environnement, comment le capitalisme pourra-t-il survivre ? L’auteur semble prendre au pied de la lettre les déclarations les plus irrationnelles des capitalistes eux-mêmes, qui croient que l’argent peut s’obtenir à partir de l’argent. Une démarche critique ne consiste-t-elle pas au contraire, dans ce cas, à remettre les choses à l’endroit, « sur leurs pieds » ? Dans cette perspective, il nous semble que la décroissance n’est pas un « catastrophisme » inutile, mais une exploration lucide de l’avenir. Là encore il aurait mieux valu s’intéresser de plus près à ce que disent réellement les partisans et les théories de la décroissance.

  • 4 Samuelson Paul et Nordhaus William, Économie, Paris, Economica, 2005.

11Malgré ces critiques et ces limites, cet ouvrage reste intéressant et percutant, pour qui penserait encore que l’écologie politique est une affaire consensuelle, ou qu’elle n’intéresse que les fractions déjà aisées de la population. La planète n’est pas un bien de luxe dont on pourrait se soucier tranquillement une fois qu’un niveau de développement confortable serait atteint, comme le soutient une certaine vulgate que l’on retrouve par exemple sous la forme des courbes environnementales de Kuznets encore mises à l’honneur par exemple dans Économie de Paul Samuelson et William Nordhaus4, un manuel qui fait assez largement autorité à l’échelle mondiale. C’est pourquoi l’articulation entre les différents mouvements sociaux reste en grande partie à penser, malgré les rapprochements auxquels nous avons pu assister ces dernières années.

Haut de page

Notes

1 Keucheyan Razmig, Hémisphère Gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques, Paris, La Découverte, « Zones », 2013.

2 Voir notamment Poulantzas Nicos, L’État, le pouvoir et le socialisme, Paris, Les Prairies ordinaires, 2013, et l’introduction de Razmig Keucheyan, « Lénine, Foucault, Poulantzas ».

3 Simonnet Dominique, L’écologisme, Paris, PUF, 1979.

4 Samuelson Paul et Nordhaus William, Économie, Paris, Economica, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Flipo, « Razmig Keucheyan, La nature est un champ de bataille, Paris, La Découverte, « Zones », 2014, 176p.  », Terrains/Théories [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 16 août 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://teth.revues.org/741

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org