Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Bernard Lahire, Monde pluriel, penser l’unité des sciences sociales, Paris, Seuil, 2012, 393p.

Gilles Verpraet

Texte intégral

1L’objet de cet ouvrage de Bernard Lahire est de reformuler le diagnostic sur l’unité et la diversité sociologique, sur les modes de correspondance entre les sociologies spécialisées. L’auteur reprend les arguments et la tonalité du désenchantement wébérien, sur la pénétration des valeurs du marché, sur l’ultraspécialisation contemporaine des métiers intellectuels. La thèse classique sur la rationalisation techno-bureaucratique serait contrebalancée par un réenchantement culturel. Le désenchantement politique est interrogé par la question des différentes formes de l’autonomie et sur la différenciation des mondes sociaux. L’ouvrage de Lahire pose un certain nombre de principes analytiques et épistémologiques dans le domaine de la sociologie culturelle, suite à l’héritage de Pierre Bourdieu et suite aux différentes expérimentations ultérieures (Jean-Claude Passeron, Luc Boltanski, Howard Becker).

  • 1 Lahire Bernard, L’homme pluriel, les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.

2Notre lecture se propose d’évaluer la portée critique des thèses et des principes sociologiques avancées par Bernard Lahire, au regard des critiques relatives sur l’héritage bourdieusien, au regard de sa portée dans la sociologie de la connaissance, notamment sur les développements de la sociologie culturelle. L’auteur assume un double point de vue en subsumant les principes analytiques et constructifs de ces travaux depuis 20 ans, notamment les thèses issues de « l’homme pluriel » pour compléter la théorie de l’habitus reproduction, par une théorie de la figuration expressive et mémorielle1. En cela, il tente de faire la part entre ce qu’il doit aux travaux de Pierre Bourdieu et ce qu’il a personnellement initié. Le ton désenchanté se double d’une démarche constructive qu’il convient d’apprécier dans sa portée analytique et heuristique sur les problèmes contemporains des sciences sociales.

L’analyse des dispositions, une formule unificatrice et pédagogique

3La première formule scientifique unificatrice porte sur la combinaison sociologique adéquate entre le dispositionnalisme et le contextualisme dans la suite des travaux de Thomas Luckman et Peter Berger sur l’intériorisation et l’internalisation des mondes sociaux, des travaux de Pierre Bourdieu sur théorie de la pratique (1974) selon la formule clef de la sociologie contemporaine des années 1970/1980 : Dispositions + Contextes = Pratiques. La question centrale est de savoir si la socialisation par le passé incorporé explique différentes pratiques sociales, et différents possibles. La plasticité culturelle de l’individu devrait être associée à une plasticité du social.

  • 2 Lahire Bernard, Dans les plis singuliers du social, Individus, Institutions, Socialisation, Paris, (...)

4Énoncée comme un principe sociologique éprouvé, dans la filiation de Maurice Halbwachs sur la mémoire sociale, l’auteur reprend les résultats acquis de ses analyses précédentes, où la fabrique sociale de l’individu repose sur des cadres, des modalités, du temps et des espaces de socialisation, mais aussi une plasticité culturelle du cerveau2. Il interroge les démarches sociologiques qui ne sacrifient cette formule unificatrice au risque de réduire l’explication sociologique ; la question des acteurs sans passés, l’oubli du contexte : « L’oubli du passé, La formule articulant les passés incorporés et les contextes d’action présents devrait à mes yeux jouer un rôle structurant dans les S.H.S. ».

  • 3 Lahire Bernard, La culture des individus : dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La (...)

5Il se démarque relativement des travaux de Bourdieu en considérant l’habitus et le champ comme cas particulier du possible. Pour l’auteur, le regard sociologique doit prendre en compte la variation des cadrages (dans la suite de Marcel Mauss et Georges Gurvitch, d’Alfred Schutz et Erving Goffman). « Un tel usage devrait conduire, en toute logique, à envisager que chaque individu soit porteur d’une multitude d’habitus, ce qui, une fois encore, éloigne des définitions initiales les plus rigoureuses » (p. 43). Comme l’indiquait La culture des individus : « La démarche dispositionaliste-contextualiste peut insuffler des travaux qui se donnent comme objectif la variation de pratiques, de comportements d’attitudes intersociétés, interépoque »3. Il s’agit de savoir si le schéma dispositionaliste pose la question des conséquences de la pratique. Quel type de performance culturelle s’effectue entre dispositions et contexte ?

Penser la différenciation sociale des activités : mondes sociaux et acteurs pluriels

  • 4 Ibid. ; Lahire Bernard, L’homme pluriel, les ressorts de l’action, op. cit.

6Dans la suite de ces travaux sur les apprentissages sociaux et culturels4, l’auteur insiste sur le rôle des savoirs objectivés dans la différenciation sociale (notamment la spécialisation et la segmentation). La sociologie de la connaissance formulée par Lahire pose la question des mondes sociaux, des institutions, des configurations sociales qui agencent ces savoirs. « C’est dans cette intertextualité spécifique que se fonde l’autonomie d’un champ de savoir ou d’un domaine culturel » (p. 75).

7Cette remarque sur la formalisation et le positionnement des savoirs objectivés amène des questions tranchantes à la sociologie issue du cadre bourdieusien, au sujet de la formulation de la question de l’autonomie. Bernard Lahire distingue « l’autonomie spécificité » (la spécialisation et les conditions de différenciation des champs) et « l’autonomie indépendance » au regard des pouvoirs de domination : « La théorie des champs a donc pour principal inconvénient de confondre deux types très distincts d’autonomie (spécificité/indépendance) et de surestimer le poids du marché dans les processus d’autonomisation » (p. 91). Il évoque les ambiguïtés de Bourdieu en remontant l’histoire de l’autonomie littéraire (Alain Viala) et l’histoire de l’autonomisation de la sphère économique (Karl Polanyi).

  • 5 Strauss Anselm, The Continual Permutation of Actions, Berlin, De Gruyter, 1993.

8Des acteurs pluriels dans une société différenciée : c’est la thèse sociologique principale de l’auteur. Il insiste sur le rôle des contextes d’action pour exprimer la potentialité multiple du sujet : « L’acteur a d’autant plus de chance d’être pluriel d’un point de vue dispositionnel qu’il vit dans une société hautement différenciée et qu’il fréquente plus ou moins précocement une pluralité de contextes socialisateurs hétérogènes ». Anselm Strauss a fait de cette multi-appartenance à des mondes et des sous mondes pas toujours compatibles entre eux et parfois même conflictuels, l’une des conditions fondamentales de la vie sociale contemporaine5. Il convient néanmoins de rappeler les différences des approches de Strauss et Lahire. La première approche des mondes sociaux par Strauss procède des ruptures de la communication dans la différenciation sociale. Les constructions identitaires sont subordonnées au travail d’articulation pour tenir les frontières. Pour Strauss, la notion de monde social se construit dans la recherche la continuité des cadres d’action. Dans l’ouvrage de 1993, l’auteur souligne que la disparition de mondes sociaux est un fait social et symbolique plus important que la dépossession symbolique. La théorie des mondes présente donc une critique de l’approche de Bourdieu. La misère du monde juxtapose fragmentation sociale et dépossession symbolique sur différents études de cas. Mais la théorie de la reproduction sociale explique difficilement la fragmentation des mondes populaires et la disparition d’un monde ouvrier cohérent.

Champ du pouvoir et monde social

9Le développement de la théorie des mondes sociaux centrés autour d’activité spécifique et générale permet de distinguer les limites de la notion de champ centré sur la symbolisation d’une activité spécialisée. Tout contexte pertinent d’action n’est pas un champ : « La théorie des champs n’est pas une théorie générale et universelle, mais une théorie régionale du monde social. Il faudrait toujours s’efforcer de la nommer "théorie des champs du pouvoir" » (p. 170). La démarche d’analyse critique doit être de poursuivre un usage précis des catégories scientifiques : « les bons concepts sociologiques sont ceux qui augmentent l’imagination scientifique et qui obligent du même coup, à des tâches empiriques inédites, des actes de recherche » (p. 149).

  • 6 Becker Howard, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988.

10L’auteur reprend les définitions spécifiques du champ avancées par Bourdieu dans les années 1980 et lui oppose l’enveloppement cognitif et social de sa définition des mondes sociaux. D’abord, un champ est un microcosme dans le macrocosme que constitue l’espace social (c’est la distinction). Ensuite, chaque champ possède des règles du jeu et des enjeux spécifiques, irréductibles aux règles du jeu et enjeux des autres champs (c’est la spécificité du champ). Enfin, un champ est un système ou un espace structuré de positions occupées par les différents agents du champ (question de sociologie, antropologie réflexive). Dans la théorie des mondes sociaux : « c’est l’ensemble des acteurs contribuant à la fabrication matérielle et symbolique des produits ou des œuvres qui est l’objet de l’étude et pas seulement les acteurs centraux en lutte pour le pouvoir ». En reprenant cette définition introduite par Becker dans Les mondes de l’art6, il introduit à l’étude des coopérations et des différenciations entre plusieurs mondes redéfinissant leurs finalités réciproques.

Contextualiser : L’échelle, le niveau, l’objet

11Le positionnement initial de l’auteur sur le rapport entre passé et présent convoque directement la question du contexte dans sa pertinence et dans sa performance, la pertinence du passé dans l’interprétation du contexte, la performance du contexte pour exprimer les attentes, les volontés du passé, les potentialités du passé. L’auteur insiste sur la variation des notions de contexte, sur le processus de contextualisation (comme principe épistémologique) : « Contextualiser consiste donc à tisser des liens entre un élément central (un fait individuel ou collectif) qu’on veut mettre en lumière et une série d’éléments tirés de la réalité qui l’encadre » (p. 229).

12Bernard Lahire examine également les différentes notions de contextes et les différents couplages entre contextes et dispositions dans les interactionnismes contemporains. Son analyse développe plus la contextualisation des énoncés et des pragmatiques du langage que la contextualisation des acteurs sociaux, des pratiques sociales. Mais la notion de niveau sémantique n’est pas explorée comme ajustement et désajustement des cadres.

13L’approche de Goffman a centré l’échelle d’observation sur un ordre des interactions, en écart de l’ordre social: « Contextualiser veut dire tisser des liens entre un élément central en lumière et une série d’éléments structurés de la réalité sociale qu’il encadre ». John Gumperz insiste davantage que Goffman sur les actes de langage et sur des situations clés de la vie des sociétés à l’issue desquelles des décisions importantes peuvent être prises. Ce que font apparaitre les travaux d’Aaron Cicourel, ce sont les savoirs implicites et les expériences partagées sur lesquels les échanges verbaux les plus ordinaires reposent. « Comment le sens de l’interaction échappe aux protagonistes de l’action », tel est le leitmotiv de Pierre Bourdieu quand la logique sociale se distingue de la logique du champ. La variation du sens du contexte rejoint la variété de la conversation sociale et la variation des cadrages. La démultiplication des approches interactionnistes laisse ouverte la question des définitions de la réalité sociale.

Quel est le bon contexte ?

14Les résultats scientifiques ne peuvent se discuter et se contester sans prendre parti dans cette variation des niveaux de réalité sociale, des échelles d’observation et des intérêts de connaissance. « La position que je défends combine nominalisme et réalisme. Elle consiste notamment à soutenir que certains objets seront étudiés de façon plus pertinente à certaines échelles et avec un certain type de contextualisation » (p. 292). Par exemple, les observations sur l’inégalité scolaire se font toujours à partir d’une échelle d’observation donnée. « Le nominalisme » a ainsi la vertu de rappeler que le choix de cadrage est déterminant dans l’explication qu’on donnera de l’élément central contextualisé.

  • 7 Passeron Jean-Claude, Le raisonnement sociologique : l’espace non-poppérien du raisonnement naturel(...)

15L’éclatement analytique se résout dans le crédo de l’auteur et son positionnement initial centré sur l’explication par les dispositions : « La diversité des constructions scientifiques ne débouche pas fatalement sur une parcellarisation du réel, mais devrait au contraire inciter les chercheurs à situer leur apport spécifique par rapport au programme général d’étude des pratiques au croisement des propriétés incorporées des acteurs et des propriétés des contextes » (p. 301). Dans cette formulation, le schéma freudien de la mémoire incorporée l’emporte sur les schémas socio-historiques, où les mémoires se stabilisent selon des régimes socio-historiques de la culture et du raisonnement sociologique.7

  • 8 Dubar Claude, La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Arm (...)

16L’analyse du rapport entre définition du contexte et passé incorporé reste insuffisante. Elle n’envisage pas les entités et les médiations sociales où s’effectuent le rapport entre passé et présent ; c’est-à-dire les acteurs sociaux, les sujets sociaux, les processus historiques. Le passé peut être incorporé par l’individu (selon l’hypothèse psychanalytique). Se pose alors la question des trajectoires sociales, personnelles, culturelles pour rendre compte des processus de socialisation et des types d’incorporation, des mondes d’incorporation8. Le passé est aussi incorporé dans la définition et la qualification de la situation. Se pose alors la question de rendre compte de l’histoire dans la formation et la construction de la situation.

  • 9 Elias Norbert, La société de cour, Paris, Calmann-Lévy, 1974.

17L’incertitude contemporaine des relations sociologiques entre les définition des contextes, des niveaux, des modes d’incorporation rend nécessaire la notion de monde social pour dire les symboles, valeurs et mémoires qui se stabilisent dans un milieu et un contexte spécifique variation des définitions de monde social (Strauss, Tamotsu Shibutani, Lahire). La notion de monde social vise à résoudre la tension heuristique de la sociologie contemporaine entre niveau sociaux, contexte d’action, passé incorporé. Le monde social et sa division se déploie entre dispositions et contexte, mais aussi entre disposition et régimes d’interdépendance.9

Repenser la division du travail scientifique

18Bernard Lahire construit la pluridisciplinarité en termes de nécessité, d’exigence sur l’éthique de la connaissance, mais aussi en termes d’obstacles à franchir (Gaston Bachelard). Sa construction de la pluridisciplinarité viendrait de croisements successifs. La nécessité de la pluridisciplinarité est annoncée clairement « Les chercheurs eux-mêmes finissent par perdre le sens des totalités sociales et des liens d’interdépendance qui existent entre des domaines différents de la pratique et découpent l’acteur individuel en autant d’homines oeconomicus, politicus » (p. 322). Les obstacles sont annoncés clairement, dans l’enfermement disciplinaire, dans la misère de l’hyperspécialisation.

19La référence aux travaux de Norbert Elias constitue un levier d’analyse pour comprendre et dépasser les impasses de l’hyperspécialisation par la compréhension d’un nouveau régime d’interdépendance : « Les structures de l’intériorité humaine et celles de histoire sont des phénomènes complémentaires indissociables qui ne peuvent être étudiés que dans leur interdépendance » (p. 325). Le cadre d’analyse des régimes d’interdépendance situe comment les travaux de Michel Foucault avait permis de penser des dispositifs de pouvoir transversaux par rapport aux découpages institutionnels, tandis que les travaux de Pierre Bourdieu insistent sur le rôle structurant de l’institution scolaire comme formatrice d’habitus.

20Dans son analyse socio-historique, post-bourdieusienne, Lahire situe la forme de la synthèse dans l’analyse des régimes d’interdépendance : « La trop grande division du travail scientifique et l’hyperspécialisation des connaissances qui en découlent peuvent ainsi constituer un obstacle au développement de toute vue d’ensemble sur le monde social, à la compréhension des structures invariantes et à la saisie de principes explicatifs de certains phénomènes ». Cette formule de synthèse lui permet d’analyser les dérives du professionnalisme : « Avec une définition aussi bureaucratique et standardisée de l’évaluation et de la professionnalisation, on peut réussir à produire un grand nombre de chercheurs globalement compétents, mais à faible degré d’inventivité et parvenir à ne plus faire de distinction entre les savants inventifs qui maitrisent les règles du métier, mais font le choix de ne pas soumettre aux diktats des grandes revues ».

21Et l’auteur d’affirmer comment le développement d’une recherche scientifique véritablement créative devra reposer sur une série de dispositifs de résistances collectives : « S’ils veulent s’assurer que les conditions collectives, institutionnelles d’une création scientifique digne de ce nom soient réunies, les savants de toute discipline et de tous les pays devront à l’avenir s’unir et trouver les moyens de lutter efficacement contre toutes les forces externes comme internes au monde scientifique qui contribuent à démobiliser ou à démoraliser ceux qui ont pour seul but la recherche de la vérité et à détruire ce qui fait la spécificité de leur métier » (p. 351).

22Cette formulation synthétique ne précise pas les conditions d’alliance entre intellectuels et les croisements entre connaissances. Les alliances entre intellectuels peuvent se faire sur des enjeux de résistance citoyenne et de résilience anthropologique. Elles peuvent aussi se fixer sur les coalitions de savoirs et de pouvoirs. Ces alliances de différents types doivent aussi préciser les conditions d’agencement entre différents types de connaissance et d’articulation entre pratiques sociales. La sociologie de la connaissance de Lahire invite finalement à reconnaitre différents types de synthèse : la synthèse des connaissances (le savant ou l’expert), la synthèse des jugements (le politique), la synthèse des raisonnements (le philosophe).

Haut de page

Notes

1 Lahire Bernard, L’homme pluriel, les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.

2 Lahire Bernard, Dans les plis singuliers du social, Individus, Institutions, Socialisation, Paris, La Découverte, 2011.

3 Lahire Bernard, La culture des individus : dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte, 2004.

4 Ibid. ; Lahire Bernard, L’homme pluriel, les ressorts de l’action, op. cit.

5 Strauss Anselm, The Continual Permutation of Actions, Berlin, De Gruyter, 1993.

6 Becker Howard, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988.

7 Passeron Jean-Claude, Le raisonnement sociologique : l’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991.

8 Dubar Claude, La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin, 1991 ; Verpraet Gilles, La socialisation urbaine. Transitions sociales et transactions culturelles dans la cité périphérique, Paris, L’Harmattan, 1995.

9 Elias Norbert, La société de cour, Paris, Calmann-Lévy, 1974.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Verpraet, « Bernard Lahire, Monde pluriel, penser l’unité des sciences sociales, Paris, Seuil, 2012, 393p.  », Terrains/Théories [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 16 août 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://teth.revues.org/739

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org