Navigation – Plan du site
Dossier
Lectures

Todeschini Giacomo, Au pays des sans-noms. Gens de mauvaise vie, personnes suspectes ou ordinaires du Moyen Âge à l’époque moderne (1ère édition 2007), Lagrasse, Verdier, traduit de l’italien par Nathalie Gailius, 2015, 400p.

Adèle Momméjà

Texte intégral

1L’ouvrage de l’historien Giacomo Todeschini, paru en Italie en 2007, constitue une contribution importante à l’histoire sociale de l’exclusion. Sa traduction récente offre au lecteur français l’occasion de découvrir l’œuvre d’un historien qui, dans la lignée des travaux de Michel Foucault ou Robert Castel, a décrit les mécanismes de production de la marginalité et leurs métamorphoses au cours de l’histoire. En explorant la fabrique d’un vocabulaire de l’exclusion, dans l’Europe du Moyen Âge tardif jusqu’à l’époque moderne, Todeschini livre un regard nouveau sur l’invention des figures de la marginalité. Ce livre n’est pas une chronique de la vie des exclus au Moyen Âge mais une reconstitution des figures sociales – l’infidèle, le juif, l’usurier, le bourreau, la prostituée – qui ont successivement incarné l’infamie dans les textes juridiques, canoniques et théologiques. Ce concept désigne, dans son acception première, l’impossibilité de témoigner dans un procès en raison de l’opprobre qui pèse sur le témoin et, par extension, sur son témoignage. Parce qu’elles sont esclaves, pauvres, mineurs, infidèles, criminels, ou handicapées, des personnes sont publiquement discréditées et exclues de la communauté des chrétiens. Cette exclusion juridique compromet l’estime sociale de celui qui en est frappé et entraine un soupçon généralisée sur sa personne.

2L’apport majeur du livre réside dans la démonstration que cette indignité n’est pas limitée à une minorité d’exclus qui vivent en marge de la cité mais constitue une menace permanente dont seuls quelques puissants sont protégés. Cette protection est elle-même toujours incertaine et repose sur la possibilité de cumuler réputation, appartenance à un groupe familial solide, foi religieuse, condition juridique, crédibilité économique et civique. Todeschini évoque ainsi le « nombre infime de ceux qui se situaient – peut-être – au-dessus de tout soupçon » (p. 175). Dans ce « peut-être » se loge une des thèses principales de l’ouvrage : les contemporains vivent sous la menace constante de voir leur réputation réduite à néant. La possibilité de se voir publiquement discrédité par la rumeur, même en l’absence de preuves, pèse sur l’immense majorité de la communauté, y compris sur ses membres les plus respectés. Les ecclésiastiques, qui jouissent d’une respectabilité supérieure au sein de la communauté, doivent ainsi veiller à se protéger du scandale que pourrait entraîner la notoriété d’un comportement scandaleux comme, par exemple, la fréquentation d’une concubine.

3C’est par la mise en scène dans les textes de lettrés, d’une figure de l’ennemi dont la caractéristique principale est sa proximité menaçante avec les citoyens ordinaires, que se concrétise la menace d’infamie. La nécessité de nommer et d’identifier cet « ennemi ambigu » qui vit « dans la maison d’â côté » ne s’explique pas seulement par la volonté de l’exclure de la communauté mais aussi par la nécessité de faire voir aux citoyens ordinaires qu’ils peuvent, à tout instant, basculer dans le déshonneur. La labilité de la frontière entre la réputation et l’infamie, le citoyen honnête et l’homme infâme, se manifeste dans la multiplication des figures qui incarnent le discrédit et le déshonneur. L’ouvrage de Todeschini dresse un catalogue presqu’exhaustif de ces figures qui, depuis les pauvres, jusqu’aux concubines, en passant par les handicapés physiques et mentaux, les criminels et les personnes exerçant des métiers indignes, incarnent le déshonneur. Il serait impossible de rendre compte, dans le cadre de cette recension, de l’ensemble des catégories qui désignent successivement la déchéance morale, civile ou religieuse. On se concentrera ici sur trois figures de l’infamie qui cristallisent les discours des lettrés : celle du juif, du bourreau et de l’usurier.

4La figure du juif, coupable d’avarice et de trahison, suscite une importante littérature théologique. Ces textes, qui manifestent l’antisémitisme croissant des élites, sont aussi un moyen de faire voir le « scandale » que représente la proximité menaçante des juifs dans les villes et, parfois, dans l’intimité des foyers. L’apport du travail de Todeschini est d’identifier, en creux de ces discours sur les juifs – déjà largement explorés par les historiens de l’antisémitisme – un jugement sur les chrétiens ordinaires. En raison de la fragilité de leur foi et de leur inculture, ces chrétiens ordinaires sont décrits comme particulièrement vulnérables à la « séduction des juifs » (p. 202). Le port de marques distinctives, imposées aux juifs par les ordonnances de 1215, vise précisément à les identifier pour faire voir aux chrétiens la figure de l’infamie et la menace d’une « contamination » qu’ils courent quotidiennement à les fréquenter de trop près.

5La figure du bourreau témoigne, elle, d’une complexification de la « grammaire des signes de l’appartenance » à la communauté (p. 249). Indispensable au fonctionnement de l’administration civique, le métier de bourreau appartient – tels ceux de prostitués, de chirurgiens, de bouchers – à ces métiers légaux mais déshonorants qui mettent en danger l’identité sociale des personnes qui les pratiquent. Les bourreaux et les tortionnaires occupent néanmoins une place spécifique puisqu’ils sont issus des franges criminelles de la société – souvent anciens proxénètes ou condamnés à mort – qui ne sont graciés que parce qu’ils ont accepté de prendre en charge ces « formes de brutalité commandée ». Ils ont ainsi été partiellement réintégrés à la citoyenneté mais occupent une position de « liminarité civique » puisque cette activité les condamne au déshonneur. L’originalité du travail de Todeschini est de montrer que le châtiment violent atteint autant le corps du supplicié que l’identité des bourreaux qui l’infligent.

6La figure de l’usurier constitue une autre incarnation de l’ennemi menaçant. Cette menace est liée à la place de plus en plus prépondérante du crédit dans une période, le Moyen Âge tardif, où le phénomène de l’endettement se généralise. L’augmentation des transactions financières basées sur le débit-crédit dans les villes et les campagnes françaises et italiennes à partir du xie siècle rend de plus en plus probable la possibilité, y compris pour les puissants, de « sombrer dans la scélératesse usurière » (p. 124). Les relations de proximité que les princes entretiennent avec les usuriers publics représentent une perversion que condamnent les textes canoniques. Une minorité de lettrés, conscients de l’indignité et du déshonneur dont sont entachés les usuriers seraient seuls capables de se tenir à distance de ces professions de l’argent.

7L’ouvrage de Todeschini permet ainsi de repenser l’historiographie classique de la marginalité sociale qui a parfois donné l’image d’une minorité de marginaux survivant à la périphérie des cités médiévales et modernes. Il interroge la dialectique entre la fabrique des figures sociale de l’extranéité et la manière dont leur mise en scène participe à l’extension d’une fragilité identitaire généralisée. Redéfinir les frontières sociales de la marginalité en montrant que la marge n’est pas nécessairement associée à la minorité, est l’ambition de cet ouvrage : « Il faudra en effet renoncer à décrire le malaise de la modernité dans les termes dangereusement pittoresque d’une histoire de l’exclusion et de la marginalité ou dans ceux d’une histoire de la bourgeoisie conçue comme vaste continent majoritaire, intermédiaire tranquille entre un pouvoir à admirer ou à blâmer et une misère existentielle, irrémissible, dangereuse, crainte ou idéalisée » (p. 26).

8L’ouvrage permet également de repenser un Moyen Âge parfois décrit comme un temps où les sociétés étaient clairement hiérarchisées autour d’une organisation sociale corporatiste qui structurait des identités collectives stables. Todeschini décrit au contraire des identités fragiles et la formation d’un « doute de soi » chez les contemporains qui vivent sous la menace constante d’être frappés d’infamie. Au-delà de cette contribution à l’histoire médiévale européenne, ce livre peut aussi – à l’instar de la lecture qu’en propose Patrick Boucheron dans la préface qu’il a rédigé pour cette traduction française – être lu comme un exercice de généalogie des mots qui structurent la vie économique des sociétés contemporaines. Retracer la genèse du vocabulaire de l’exclusion, et des différentes figures sociales qui l’ont incarnée au cours de l’histoire, constitue un puissant outil pour dénaturaliser le débat économique contemporain. Il permet de ne pas prendre comme allant de soi des mots – dette ou crédit par exemple – qui, avant de structurer l’organisation économique, mais aussi morale, du monde actuel, ont permis aux magistrats et aux théologiens du Moyen Âge de délimiter un « centre consacré du monde » et une majorité invisible qui s’en éloigne progressivement.

9La seule frustration du lecteur, en lisant ce passionnant travail d’histoire des représentations de la marginalité, tient à la difficulté à distinguer, au milieu des « univers mentaux » (p. 87) que cartographie l’historien tout au long de l’ouvrage, l’impact que le stigmate d’infamie a sur des trajectoires de vie. En réduisant l’infamie à une menace abstraite qui produit un « doute de soi » et des « identités fragiles », l’auteur ne donne pas à voir ce que cette politique du soupçon produit de concret sur la vie de ceux qui en sont frappés. Ce manque tient sans doute à la nécessité de cantonner des sources, déjà très riches, à des textes de clercs, de magistrats, et de théologiens. La possibilité d’étudier, par exemple, des rapports de police, aurait sans doute permis de mieux comprendre comment ces textes sortent de l’espace abstrait du langage des élites pour s’incarner dans des dispositifs de gouvernement des hommes ordinaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adèle Momméjà, « Todeschini Giacomo, Au pays des sans-noms. Gens de mauvaise vie, personnes suspectes ou ordinaires du Moyen Âge à l’époque moderne (1ère édition 2007), Lagrasse, Verdier, traduit de l’italien par Nathalie Gailius, 2015, 400p.  », Terrains/Théories [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 16 août 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://teth.revues.org/737

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org