Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Federico Chicchi, Emanuele Leonardi et Stefano Lucarelli, Logiche dello sfruttamento. Oltre la dissoluzione del rapporto salariale, Verona, Ombre Corte, 2016, 126 p.

Simona de Simoni et Davide Gallo Lassere

Texte intégral

1L’intention de ce bref mais précieux ouvrage est de restituer une centralité analytique et politique aux relations d’exploitation dans la théorisation du capitalisme contemporain. L’attention consacrée à la multiplicité des formes d’exploitation et à l’articulation à travers laquelle elles se manifestent dans les rapports sociaux et dans les formes de subjectivité s’organise autour de trois lignes d’analyse : la discussion de la catégorie marxienne de « subsomption », examinée à la lumière des transformations actuelles des processus d’accumulation ; la réélaboration d’une phénoménologie du travail dans le contexte du capitalisme avancé, à même de représenter la prolifération des expériences d’assujettissement ; la confrontation avec le débat théorique développé au sein du néo-opéraïsme à partir d’une heureuse intuition déjà formulée pendant les années 1970, selon laquelle le passage au post-fordisme implique une mutation qualitative de la composition de classe.

2En affrontant ce spectre de thématiques, les auteurs élaborent une théorie sensible aux singularités historiques et aux spécificités sociogéographiques des capitalismes réellement existants. Dans le cadre d’une telle approche, Chicchi, Leonardi et Lucarelli mettent en lumière la plasticité, le renouvellement constant et les capacités d’assimilation des instances sociales caractéristiques des sociétés capitalistes, en montrant à la fois ce que les réunit et ce que les différencie les unes des autres : d’un côté, l’inertie de la reproduction systémique qui opère à niveau global, faite de logiques concurrentielles, pressions de marché, injonctions au profit et nécessités de valorisation ; de l’autre, les particularités contextuelles dans lesquelles ces invariantes s’incarnent au fur et à mesure à hauteur des évolutions des espace-temps du capitalisme. Si les catégories d’inspiration deleuzienne permettent de mettre au clair la variété des processus capitalistes (« axiomatique de la transformation », « (ré)territorialisation/déterritorialisation », (ré)codification/décodification »), le concept marxien d’exploitation est ce qui permet de penser l’unité de cette pluralité. D’où l’importance théorique et politique de l’ouvrage, qui tente d’élaborer des outils efficaces pour penser et agir dans la contingence, sans omettre le cadre structurel au sein duquel ces divers processus historiques se déploient.

  • 1 Chicchi Federico, Leonardi Emanuele et Lucarelli Stefano, Logiche dello sfruttamento, Verone, Ombre (...)
  • 2 Mezzadra Sandro, « L’homme de la frontière », Vacarme, 69, 2014. URL : http://www.vacarme.org/artic (...)
  • 3 Fumagalli Andrea, La vie mise au travail, Paris, Eterotopia France, 2015.

3À cet égard, au lieu de céder à une « linéarité historiciste », d’après laquelle à la « subsumption formelle » (qui correspond à une époque, celle de la manufacture, où les processus productifs étaient inclus ex post dans la valorisation capitaliste) aurait succédé la « subsumption réelle » (renvoyant, elle, à l’époque de la grande industrie, où la nécessité de valoriser le capital informait a priori les processus productifs), les auteurs développent une approche à même de restituer la coprésence des logiques de l’exploitation dans leur matérialité et leur intégration réciproque, tant à l’échelle régionale qu’à l’échelle globale. C’est pour rendre compte de cette vaste « zone grise » qui a émergé à partir des années 1980 et dans laquelle le rapport d’exploitation se configure comme hétérogène par rapport à la médiation salariale entre capital et travail que l’ouvrage introduit la catégorie de « imprinting ». Celle-ci sert à rendre compte de « l’inclusion différentielle » basée sur le paradoxe apparent d’un « contrôle social qui s’exprime à travers la production de liberté » ; elle sert à critiquer ce « dispositif de gouvernement qui organise la production sociale en promouvant l’autonomie subjective »1. Les luttes ouvrières et les mouvements sociaux des années 1960 et 1970 ont en effet contraint le développement capitaliste à répondre sur le plan de l’innovation technologique et organisationnelle, en englobant la sphère de la reproduction dans la soi-disant usine sociale jusqu’à dissoudre des pans entiers du rapport salarial. Si les concepts néo-opéraïstes d’« extractivisme »2 et de « subsomption vitale »3 aident à expliquer 1) l’extériorité du commandement financier par rapport à la concrétude des processus productifs et 2) la compénétration profonde entre les temps, lieux et activités de travail et les temps, lieux et activités de vie, ni l’un ni l’autre ne permettent d’élucider en profondeur l’implication active et l’investissement personnel des sujets dans les nouvelles pratiques d’exploitation.

4La réflexion des auteurs se focalise ainsi sur les lieux et sur les formes du travail gratuit, sous-payé ou payé avec des temporalités hyper-dilatées qui se démultiplient depuis des années dans le cadre d’une précarité croissante et structurelle – les typologies du travail juridiquement encadrées par le long cycle de « contre-réformes » qui caractérise la destruction néolibérale du salariat. Les auteurs rendent donc compte de transformations systémiques, face auxquelles le facteur subjectif représente le volet le plus problématique. Comment décrypter les différentes formes d’adhésion motivée aux modalités de sa propre exploitation ? Où chercher les raisons des infinies modulations émotionnelles et subjectives qui génèrent des formes plus ou moins authentiques d’enthousiasme et de participation aux processus de mise en valeur en termes capitalistes des vies et des expériences ? Pour répondre à ces questions – que la sociologie néo-wébérienne et la philosophie morale se sont depuis longtemps donné pour tâche de traiter et qui alimentent les débats sur le « nouvel esprit du capitalisme » ou sur la « servitude volontaire » – les auteurs élaborent donc la catégorie analytique d’imprinting. Présentée en tension critique avec la notion de subsumption marxienne, elle permet de focaliser l’attention sur certaines caractéristiques spécifiques des dynamiques actuelles d’exploitation : de la progressive financiarisation de l’économie capitaliste, à la centralité de la sphère de la reproduction sociale, en passant par la différentiation potentiellement infinie (dans la mesure où elle est fondée sur des processus d’individualisation) des déclinaisons du rapport capital-travail. La mise en lumière de la logique de l’imprinting « formel » et « réel » aide à comprendre et à critiquer les comportements d’engluement des subjectivités dans les effets de richesse crées par les marchés financiers (actionnarisation de tranches du salaire, investissement dans les fonds pension, stipulation d’assurances, etc.) ou dans des formes succédanées et compensatoires de rémunération non-monétaire (reconnaissance symbolique, gratification personnelle, insertion sociale, promesses futures, etc.).

5Le geste théorique auquel procèdent les auteurs de l’ouvrage a sans doute le grande mérite de se confronter à une réalité sociale et politique marquante – celle de la participation volontaire à sa propre exploitation – sans prendre des raccourcis. La phénoménologie présentée est convaincante, notamment lorsqu’elle rend compte de certaines formes d’auto-exploitation. Toutefois, le modèle proposé peut parfois apparaître excessivement simplifié. Nous nous limiterons par conséquence à mettre rapidement en relief certains éléments problématiques afin de prolonger le débat suscité par la parution de l’ouvrage dans le blog Effimera et dans le journal Il Manifesto4.

6Certains passages du livre donnent l’impression que le rapport capital-travail est assumé de manière horizontale, et produisent l’illusion d’un continuum social où les processus d’exploitation seraient modulés via une contractualisation linéaire. Dans ce panorama, les dynamiques systémiques jouent certes leur rôle, mais, malgré tout, les pratiques individuelles (et individualisées) semblent prévaloir sur les réalités sociales plus amples et stratifiées. La catégorie d’imprinting devrait donc être mise à l’épreuve de descriptions plus complexes, en remettant sur le devant de la scène des problématiques « macro » de théorie politique. Quel rôle attribuer, par exemple, aux entités traditionnelles – en premier lieu l’État – dans l’inflexion que prend l’exploitation contemporaine ? En Italie, nous n’avons pas assisté à l’avènement d’une "génération de l’imprinting", dans la mesure où ont fait barrage les mobilisations étudiantes de 2008 et 2010. Quelle est, par ailleurs, sa portée à l’époque du JobsAct, après le mandat de Monti et le durcissement ultérieur de la crise ? Que dire, ensuite, des jeunes générations grecques et espagnoles, turques, nord-africaines ou brésiliennes ? Et au vu du mouvement social en cours en France ? Face à ces dynamiques sociales d’affrontements, dans lesquelles le visage dur de l’assujettissement et de la violence extra-économique se montre dans sa concrétude, c’est-à-dire, dans des processus de ré-fonctionnalisation répressive des institutions traditionnelles, la catégorie d’imprinting risque de devenir moins opérationnelle. Si on considère le caractère pluridimensionnel de la crise et la variabilité historique et géographique de ses trajectoires qui mêle et articule de façon incessante tendances et contre-tendances, il serait enfin intéressant d’enquêter plus précisément sur les processus de subjectivation individuelle à l’œuvre dans les logiques d’exploitation (c’est sans doute la suggestion la plus intéressante du texte), et plus spécifiquement sur les dispositifs de « synchronisation » de la multiplicité des moments et des logiques d’exploitation. Chaque rapport singulier d’exploitation, en effet, n’importe pas en soi, mais seulement à l’intérieur du processus d’ensemble des inter-relations avec les autres rapports d’exploitation dans leurs singularités propres – qui certes peuvent présenter des affinités du point de vue de la dynamique capitaliste à laquelle ils participent.

Haut de page

Notes

1 Chicchi Federico, Leonardi Emanuele et Lucarelli Stefano, Logiche dello sfruttamento, Verone, Ombre corte, 2016, p. 32.

2 Mezzadra Sandro, « L’homme de la frontière », Vacarme, 69, 2014. URL : http://www.vacarme.org/article2682.html.

3 Fumagalli Andrea, La vie mise au travail, Paris, Eterotopia France, 2015.

4 Voir : http://effimera.org/le-pillole-azzurre-del-capitale-cristina-morini/ et http://ilmanifesto.info/alla-ricerca-di-riconversioni-soggettive/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simona de Simoni et Davide Gallo Lassere, « Federico Chicchi, Emanuele Leonardi et Stefano Lucarelli, Logiche dello sfruttamento. Oltre la dissoluzione del rapporto salariale, Verona, Ombre Corte, 2016, 126 p. », Terrains/Théories [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 16 août 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://teth.revues.org/734

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org