Navigation – Plan du site
Dossier
Entretien

Autour de Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850) : mécanismes de la célébrité et estime sociale

On Public Figures. The Invention of Celebrity (1750-1850): Mecanisms of Celebrity and Social Esteem
Antoine Lilti

Résumés

Dans cet entretien, accordé en avril 2016 à Alice Le Goff, Antoine Lilti revient sur son travail sur la « culture de la célébrité » et sur sa contribution à une réflexion sur l’estime sociale.

Haut de page

Texte intégral

Présentation

  • 1 Lilti Antoine, Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayar (...)

1De son premier livre, Le monde des salons. Sociabilité et mondanités à Paris au xviiie siècle, à Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850)1, Antoine Lilti a développé une réflexion sur l’histoire sociale et culturelle des Lumières, dans le cadre de laquelle il aborde à nouveaux frais la notion même d’opinion publique et propose ainsi, chemin faisant, des outils permettant d’appréhender les diverses formes de « grandeurs sociales ».

2La première étude s’est attachée à mettre en lumière la spécificité des pratiques de sociabilité qui se déploient dans l’espace des salons du xviiie siècle, en s’appuyant sur des sources diverses (mémoires, correspondances mais aussi archives policières relatives au contrôle des étrangers…). Il s’est agi de contourner les différents écueils qui avaient entravé jusqu’alors un travail d’historiographie systématique sur le sujet : l’écueil de l’idéalisation (les salons comme lieu de diffusion de la philosophie des Lumières ou au contraire comme expression d’une élégance aristocratique disparue, le salon comme lieu de déploiement d’un art de la conversation typiquement français…) et celui de la critique (les salons comme lieu d’expression d’une frivolité et d’une superficialité mondaines typiques des mœurs aristocratiques ou comme lieu d’émergence d’une conception spéculative et littéraire de la politique – suivant que l’on s’inscrive dans une optique révolutionnaire ou conservatrice). De façon connexe, Antoine Lilti a commencé par mettre à distance les principaux paradigmes à l’aune desquels l’histoire universitaire s’était intéressée au salon : celui du salon littéraire (comme lieu de consécration d’une certaine figure de l’homme de lettres), celui de l’espace public (le salon comme lieu de formation d’une opinion publique critique informée par la discussion philosophique) ou encore le salon aristocratique (comme institution gardienne des règles traditionnelles de l’honnêteté et d’une certaine morale de l’honneur). Au lieu de l’étudier à partir de champs historiographiques déjà constitués (histoire littéraire, espace public, histoire de la noblesse), Lilti est dès lors parti de l’idée que le salon constitue une interface entre la cour et la ville, entre expérimentation littéraire et divertissement mondain, entre discussions philosophiques et luttes politiques. La notion de sociabilité a constitué son point de départ car elle permet de cerner les pratiques de convivialité des élites urbaines sans surestimer leur cohérence idéologique. Le but a été en somme de proposer une histoire de la mondanité, c’est-à-dire une étude des mécanismes assurant la distinction sociale et culturelle de groupes restreints.

3Lilti a ainsi entrepris de dégager, par-delà la diversité des pratiques qui s’articulent autour de lui, les traits communs les plus saillants du salon qui se caractérise entre autres par une inscription dans la durée (régularité des réceptions), par une éthique de l’hospitalité, par une mixité systématique (plus que par un véritable gouvernement des femmes) ou encore par l’absence d’objectif explicite autre que la sociabilité elle-même. A été mise en exergue la spécificité du salon par rapport à d’autres lieux de sociabilité (le café, la loge maçonnique, l’Académie…). Le salon a pris des formes diverses, exprimé des sensibilités différentes en termes idéologiques mais dans tous les cas, il a constitué le vecteur de développement d’une « culture de la mondanité » s’exprimant dans des pratiques culturelles (culinaires, artistiques, art de la conversation) ludiques et fortement théâtralisées. Lilti montre qu’à cette « culture de la mondanité » s’articule également une « politique » lorsqu’il analyse le mode d’émergence d’une opinion mondaine et ses effets sur la crise de l’Ancien Régime : le salon est l’un des principaux lieux où peuvent se faire ou se défaire des carrières politiques, où se jouent des tractations diplomatiques. Les salons apparaissent comme un lieu stratégique à plus d’un titre et pour une pluralité d’acteurs : pour les hommes de lettre qui peuvent y trouver la consécration, pour les hommes politiques qui y cherchent un marchepied vers la cour ou encore pour les aristocrates qui y ont renégocié leur domination sociale et culturelle.

4Lilti s’inscrit en effet ici dans la lignée des analyses consacrées par Norbert Elias à la société de cour. Les salons ont correspondu à une décentralisation de la vie mondaine jusque-là concentrée à la cour. S’y est constituée une « bonne société » qui a été une forme particulièrement efficace de perpétuation du prestige aristocratique. S’y renégocient les identités aristocratiques autour des notions d’honneur et de mérite. En la sortant du monde clos des salons littéraires, Lilti montre que la sociabilité mondaine est au cœur des mécanismes sociaux, culturels et politiques du xviiie siècle. Il ouvre par là une multiplicité de questionnements sur les conditions matérielles de la sociabilité, sur les profits retirés par les hommes de lettres de la fréquentation des salons, sur le rôle politique de la mondanité.

5Une réflexion sur les « mécanismes de la réputation » constitue également l’un des fils conducteurs centraux de l’analyse. Ce qui est en jeu à travers la politesse des salons, c’est la cohésion d’une élite fondée sur la circulation de l’honneur. Alors qu’à la Cour, c’était le regard du roi qui était déterminant, dans les salons c’est le regard des autres qui fait circuler la distinction. La sociabilité mondaine combine ouverture et accès réservé (par la cooptation) : elle constitue l’opérateur d’une distribution du prestige en principe ouvert au mérite, en pratique réservé à une élite aux contours étroits. Hospitalité et maîtrise des codes de la bonne société sont des sources puissantes d’estime sociale. Et réciproquement la quête de distinction, indissociable de la hantise du ridicule, a des effets en termes de discipline sociale : la conversation notamment, en tant que pivot de la formation de l’opinion mondaine, se fait le véhicule de « potins » et joue en cela un rôle clé ; comme médium de contrôle social, elle contribue à fixer la place de chacun. En ce sens, les salons n’ont pas constitué un espace social égalitaire et, plus que par la convivialité, ils ont été régis par la civilité et la distinction, avec la cour pour horizon – et ce malgré le développement de formes de réciprocité nouvelles notamment entre maîtres de maison et écrivains (dans la mesure où les hommes de lettres accèdent à la protection en l’échange d’une reconnaissance sociale et culturelle accrue pour les « grands » et les financiers). En ce sens, le langage de la sociabilité qui s’impose alors codifie une lutte pour les classements sociaux. L’élite urbaine se recompose via une alliance entre aristocrates et écrivains autour du modèle de l’homme du monde. À la différence du cérémonial de cour qui rend visible les hiérarchies sociales, la sociabilité mondaine consolide et entretient la domination mais en la couvrant du voile que constitue le discours de l’amitié et de la convivialité.

6Suivant des catégories élaborées par Gabriel Tarde, la sociabilité mondaine est in fine interprétée comme une figure de transition entre l’imitation-coutume et l’imitation-mode. Si l’imitation-coutume s’inscrit dans une dynamique de conservation, la mode articule uniformisation ou conformisme et distinction ou innovation : elle est reliée par Tarde à une dynamique de rationalisation. Or, précisément, si les salons échappent selon Lilti à l’alternative du conservatisme aristocratique et du rationalisme des Lumières, c’est que la sociabilité mondaine correspond à des pratiques fondées sur l’imitation mais s’inscrit dans une logique individualiste sans relever d’une pratique rationnelle de la critique. On n’imite plus des puissances sociales qui commandent l’obéissance comme l’aristocratie ou la cour mais des individualités qui font la mode (gens du monde, hommes de lettre). Néanmoins, la sociabilité mondaine ne rompt pas totalement avec l’imitation-coutume, elle continue à se légitimer par la référence à la tradition et s’avère profondément ambigüe : tout en proclamant son ouverture, elle assure une régulation fondée sur la conversation et la stigmatisation du ridicule dont les ressorts restent encore sous le contrôle de la noblesse.

7Le phénomène de la célébrité, à l’inverse, s’inscrit dans une rupture plus résolue avec l’imitation-coutume. De même, il semble lié en profondeur à un élargissement et à une extension des chaînes d’interdépendance dans lesquelles étaient inscrits les salons. L’un des enjeux de Figures publiques est d’ailleurs précisément de montrer comment la montée en puissance d’un espace public médiatisé est allée de pair avec la consécration d’une nouvelle forme de grandeur sociale. En faisant débuter son enquête historique en 1750, Lilti déjoue les généalogies classiques en montrant que les premières figures de la célébrité ont émergé à l’époque des Lumières. Il s’agit de déconstruire tout un ensemble d’idées reçues : la célébrité n’est pas un phénomène universel que l’on retrouve dans tous les contextes sociaux et historiques ; mais elle n’est pas non plus un phénomène récent lié à la culture de masse, à la société du spectacle et à l’omniprésence des médias audiovisuels. La célébrité est un phénomène propre aux sociétés modernes. Elle est liée à un élargissement extrême des cercles de reconnaissance par les mécanismes de publicité et Lilti a à cœur de la distinguer des autres formes de notoriété que sont la gloire (essentiellement posthume et commémorative, attribuée aux êtres jugés hors du commun en raison d’exploits accomplis) et la réputation (caractéristique de tout un chacun – pour le meilleur ou le pire – et adossée au jugement d’une collectivité sur un individu souvent sur la base de standards fonctionnels : est-il bon père, bon collègue, bon citoyen ?). En grande partie autonome par rapport à la réputation, la célébrité recouvre une curiosité bien spécifique pour la vie privée de certaines personnes.

8Elle est au cœur d’une topique qui se met en place au xviiie siècle et dont l’anatomie fait ressortir un paradoxe majeur : recherchée comme une forme centrale de prestige, la célébrité est d’emblée décriée comme superficielle et éphémère. Son émergence ne témoigne pas d’un déclin de la culture et de la formation d’un public de plus en plus plébiscitaire : elle constitue un trait caractéristique des sociétés modernes et démocratiques. Elle est indissociable du développement de l’opinion publique. L’étude des mécanismes de la célébrité constitue dès lors le fil conducteur d’une nouvelle histoire de la publicité comme pratique ambivalente car constituant tout à la fois une condition de la critique, un instrument du capitalisme et un ressort de la culture de masse : à l’aune de la célébrité, le public est ressaisi comme effet d’imitation collective où les individus s’influencent à distance par la conscience qu’ils ont de s’intéresser aux mêmes choses/personnes au même moment.

9Lilti déconstruit ainsi la fausse nouveauté de certains traits de nos sociétés hypermédiatiques en proposant un parcours centré sur des figures très concrètes : celle de Voltaire ressaisie au moment de son couronnement à la Comédie Française en 1778, celles des premières « stars » que furent certains acteurs de théâtre (Garrick, Talma, Sarah Siddons entre autres) ou chanteurs d’opéra (Farinelli) à une époque où s’esquisse une société du spectacle, mais aussi celle, centrale, de Rousseau à la fois première célébrité européenne et premier à décrire son expérience en termes d’aliénation. Lilti montre qu’une saisie des mécanismes de la célébrité constitue une clé d’intelligibilité de l’œuvre de Rousseau et de certaines de ses contradictions. Il complète ensuite le parcours en revenant sur les effets politiques de la « culture de la célébrité » à travers un cheminement qui de Marie-Antoinette à Napoléon en passant par Washington et Mirabeau, thématise l’importance des impératifs de la popularité dans les sociétés modernes. Le dernier chapitre s’arrête, à travers la figure de Byron notamment, sur le déploiement des mécanismes de la célébrité à l’époque romantique.

10Figures publiques constitue un livre important et riche à bien des égards. Mais c’est surtout sur son apport à une étude des formes de grandeur sociale que ce travail nous intéresse ici. L’entretien qui suit revient sur les différents volets de cette étude afin de montrer en quoi elle nous offre des outils pour analyser les mécanismes de la notoriété. À quelle grandeur sociale spécifique la célébrité correspond-elle ? Dans quelle mesure et jusqu’à quel point les mécanismes de la célébrité mettent-ils en jeu la construction de l’estime sociale ? En quoi la culture de la célébrité est-elle traversée de rapports paradoxaux du point de vue de la reconnaissance ? Telles sont, entre autres, les questions sur lesquelles nous revenons dans cet entretien.

Entretien

Alice Le Goff : Votre livre propose une étude de l’émergence d’une « culture de la célébrité » en Europe et aux États-Unis, avant même le développement de la « culture de masse ». Votre propos vise à mettre en relief la façon dont se sont développés « les mécanismes de la célébrité » aussi bien dans le domaine politique que dans le domaine artistique ou plus largement dans le domaine social entre 1750 et 1850. Pouvez-vous revenir sur le sens que vous accordez à la notion même de « mécanismes » de la célébrité ?

Antoine Lilti : Mon objectif, en évoquant les « mécanismes » de la célébrité, était d’échapper à un type d’approche – déjà abondamment développé – qu’on pourrait qualifier de culturaliste, à une histoire de la célébrité qui soit d’abord, et avant tout, une histoire des représentations ou encore à une approche à dominante sémiotique. Il s’agissait de réinscrire fermement l’histoire de la célébrité dans l’analyse d’un ensemble de dispositifs et de pratiques, à la fois économiques et sociaux, qui rendent possible l’émergence d’une culture de la célébrité. Je pense par exemple à l’émergence des spectacles privés qui produisent des effets de vedettarisation là où on avait auparavant des troupes de comédiens de cour, l’émergence de la presse périodique, des transformations techniques et commerciales liées au statut de l’image dans l’espace public. Si culture il y a, au sens de discours, de lieux communs, ces derniers sont rendus possibles par des transformations auxquelles ils cherchent aussi à donner sens et qui se situent à l’échelle des processus sociaux.

Ce terme de culture de la célébrité, je l’utilise donc avec prudence. Il me sert à tenir ensemble deux choses : une étude des dispositifs et des pratiques produisant certaines formes de notoriété, d’une part, et ce que j’appelle la « topique de la célébrité » d’autre part, c’est-à-dire cet ensemble de discours et de réflexions que ces pratiques ou dispositifs occasionnent et qui cherchent à leur donner un sens. Ce qui m’a paru intéressant en nouant les deux, c’était d’étudier un site de réflexivité : la manière dont des contemporains donnent sens à ces transformations.

Alice Le Goff : Vous écartez d’emblée deux modes d’approche de la célébrité : une approche consistant à en faire une constante de l’histoire humaine et qui a tendance à diluer le phénomène de la célébrité et une approche consistant à ne voir en elle qu’un phénomène récent, lié à la culture de masse, à la société du spectacle et à l’omniprésence des médias audiovisuels. À vos yeux ces deux approches participent d’un discours conservateur consistant à présenter la célébrité comme une « dégénérescence de la gloire ». À rebours d’un tel discours, vous soutenez que la célébrité s’enracine dans des formes de reconnaissance publique qui émergent au siècle des Lumières et sont constitutives de la modernité. Vous vous attachez ainsi à montrer le lien entre émergence de la célébrité et transformations de l’espace public. Pouvez-vous revenir sur la façon dont votre analyse de ces transformations s’appuie sur une lecture critique de la théorie habermassienne de l’espace public ?

Antoine Lilti : La mise à distance de la théorie habermassienne de l’espace public correspond en effet au cadrage le plus explicite du livre. La notion d’espace public a été particulièrement importante chez les historiens du xviiie siècle dans les années 1990-2000. Ce que j’ai, pour ma part, essayé de faire, c’est bien sûr de reconnaitre et d’identifier une transformation majeure liée à l’émergence d’un ou de plusieurs publics mais en interrogeant de façon critique la qualification de l’espace public que beaucoup d’historiens ont tiré d’Habermas : cette dernière me semble trop rationaliste, d’orientation trop normative, trop fondée sur l’idée d’un espace public comme espace de discussion critique et comme lieu d’un échanges d’arguments qui serait marqué par la montée en généralité. Il me semble qu’il faut aussi considérer l’espace public comme un espace de partage d’émotions pouvant passer par la littérature, les arts, mais aussi le spectacle, le divertissement, l’ensemble des flux médiatiques…Cette dimension sensible a été sous-estimée dans le cadre d’une approche normative comme celle d’Habermas qui, sur le plan historique, est structurée par un récit selon lequel l’espace public du xviiie siècle, celui très idéalisé des Lumières, aurait décliné pour laisser la place à un espace plébiscitaire, celui des médias et de la communication de masse. La thèse proprement sociologique que je défends, c’est qu’au fond ces deux espaces, critique et médiatique, sont d’emblée liés et indissociables en tant qu’ils participent, au même titre, du déploiement des mécanismes de publicité. On retrouve, dans les deux cas, les mêmes types de dispositifs et de dispositions des acteurs et groupes sociaux.

Alice Le Goff : La sociologie de Gabriel Tarde constitue une référence importante au sein de votre travail. En quoi et jusqu’à quel point peut-on considérer que votre propre lecture des transformations de l’espace public consiste à faire jouer la sociologie de Tarde contre la théorie habermassienne ? Comment, en tant qu’historien, vous êtes-vous réapproprié les ressources offertes par ce travail sociologique ?

Antoine Lilti : Ce qui m’intéresse chez Gabriel Tarde, c’est son intérêt pour la définition médiatique des publics. Le public ne correspond pas, chez lui, à un certain degré de généralité dans l’échange d’arguments mais à la manière dont les flux d’informations médiatiques contribuent à constituer des collectifs en suscitant des affects communs chez des individus dispersés. Sa théorie des effets de l’imitation à distance permet de comprendre comment se constitue un public, elle met en avant l’importance de la « sensation de l’actualité » dans la constitution de ce dernier. Tarde donne l’exemple des gens qui lisent le même journal au même moment : ce n’est pas uniquement le fait de lire le même journal au même moment qui les constitue en public mais c’est surtout le fait de savoir qu’ils lisent le même journal au même moment. Il s’agit là, à mes yeux, d’une intuition très puissante dès lors qu’il s’agit de penser la production des collectifs à la fois du point de vue des mécanismes (au sens où la presse a une histoire, une matérialité, des conditions sociales d’accès) et sous l’angle de la réflexivité – ce terme renvoyant à un degré de conscience, à la question de la coordination temporelle des publics.

  • 2 Tarde Gabriel, L’opinion et la foule, Paris, F. Alcan, 1901.

Pour un historien, il y a deux façons de lire Tarde. Sur un plan théorique, il offre une prise de choix pour penser la place des médias dans la constitution des publics, ainsi que l’économie de la notoriété. Mais sur le plan historique, on doit rappeler qu’il écrit L’opinion et la foule (1901)2 à un moment de montée en puissance de la presse de masse. En cela, son statut est double : il constitue une référence sociologique importante mais je peux aussi le mettre en série avec des auteurs du xviiie que j’étudie et qui commentent les transformations de la célébrité ou du rôle de la presse, comme Mercier, Voltaire ou Chamfort. On aperçoit ici la continuité entre les sciences sociales et d’autres formes, plus anciennes, de mises en forme réflexive des mutations sociales et culturelles. Il faut donc historiser la théorie.

Alice Le Goff : Votre démarche s’inscrit aussi dans un dialogue avec la sociologie historique de Norbert Elias. Pouvez-vous revenir sur ce point et sur la façon dont vous situez votre propre démarche d’historien au regard de la sociologie éliassienne ?

  • 3 Elias Norbert, La Société de cour (1ère édition allemande 1969), traduction de Pierre Kamnitzer et (...)
  • 4 Elias Norbert, Logiques de l’exclusion. Enquêtes sociologiques au cœur d’une communauté (1ère éditi (...)

Antoine Lilti : Dans Figures publiques, j’utilise Elias pour montrer comment la « culture de la célébrité » participe d’une rupture avec les logiques de l’étiquette telles qu’elles sont analysées dans La société de cour3. Mais Elias était surtout présent dans mon précédent travail sur les salons où je me suis intéressé à des formes de réputation, des modes de construction de l’estime sociale dans des milieux d’interconnaissance. J’avais alors fait jouer Elias contre Habermas en montrant que ces espaces de sociabilité que sont les salons du xviiie siècle contribuaient à produire la « bonne société » et fonctionnaient comme des institutions de contrôle social, de production de hiérarchies dans des espaces d’interconnaissance restreints. Au fond, on pourrait reformuler la question de la célébrité en termes éliassiens, de la façon suivante : que se passe-t-il lorsque les chaines d’interdépendance par lesquelles se construit l’estime sociale s’élargissent bien au-delà des cercles d’interconnaissance ? Ce n’est pas une question qu’Elias se pose car il n’aborde pas explicitement, pas directement la question des médias : il ne la thématise pas comme un enjeu spécifique des sociétés contemporaines alors qu’il problématise la question de la construction de l’estime sociale dans les petits groupes (non seulement dans La Société de Cour, mais aussi dans Logiques de l’exclusion4). L’enjeu a donc été, dans le livre sur la célébrité, de toucher à une sorte de « hors champ » de sociologie d’Elias, d’en élargir la problématique.

  • 5 Elias Norbert, Mozart. Sociologie d’un génie (1ère édition allemande 1991), traduction de Jeanne Et (...)

Alice Le Goff : De façon connexe, vous évoquez la figure de Mozart dans le chapitre 7 du livre. On serait tentés de mettre en dialogue la façon dont vous abordez la figure de Rousseau et le travail consacré par Elias au cas Mozart. En effet, vous montrez comment Rousseau est en quête d’une reconnaissance impossible : il recherche une reconnaissance sociale « traditionnelle » par les élites de son temps mais entend être reconnu comme différent, définir les termes mêmes de cette reconnaissance. On pourrait ici établir un parallèle avec la trajectoire de Mozart telle qu’elle est appréhendée et analysée dans Sociologie d’un génie5.

Antoine Lilti : On peut effectivement relire la figure de Rousseau à travers les outils forgés par Elias dans son étude sur Mozart. Cela permet d’appréhender son rapport à la sociabilité mondaine, son opposition à la politesse des salons, à la « bonne société ». Comme pour Mozart à la cour, il s’agit d’arbitrer entre la liberté créatrice d’un côté et les contraintes d’une société traditionnelle et du mécénat de l’autre. Néanmoins, en ce qui concerne Rousseau, ce n’est pas seulement la question de la liberté créatrice qui est en jeu, c’est aussi, et peut-être surtout, la tension entre reconnaissance sociale et celle d’une authenticité morale. Sur ce point précis, on touche à quelque chose de spécifique chez Rousseau qu’on ne retrouve pas de la même façon, me semble-t-il, dans l’analyse de Mozart par Elias.

  • 6 Carnevali Barbara, Romantisme et reconnaissance. Figures de la conscience chez Rousseau, Genève, Dr (...)

Davantage encore que la reconnaissance sociale – ce qu’on pourrait envisager comme le syndrome classique du « parvenu » – ou la reconnaissance littéraire, Rousseau recherche une reconnaissance affective et morale et cette reconnaissance n’est pas adressée à l’aristocratie ou à la « bonne société » mais au public, à travers un modèle qui est celui de l’immédiateté amoureuse6. En cela, Rousseau est emblématique du type d’effet produit par la célébrité puisque la relation qu’il entretient avec ses lecteurs et ses admirateurs introduit un rapport affectif puissant au cœur de l’espace public.

Quel lien faut-il alors établir entre la promotion par Rousseau de l’idéal d’authenticité et son expérience de la célébrité comme fardeau ? Est-ce parce qu’il a un tel besoin d’une reconnaissance affective et morale, d’une reconnaissance de son authenticité qu’il va vivre si douloureusement la célébrité, par contraste avec Voltaire ou Franklin qui s’en accommodent mieux ? Ou est-ce que l’affirmation de l’importance morale de l’authenticité est une réaction à la multiplication des médiations dans l’espace public, dont l’homme célèbre fait l’expérience ? Cette dernière hypothèse est moins immédiatement intuitive mais correspond à une piste plus intéressante à mes yeux. Rousseau est obligé en permanence de réaffirmer cette authenticité pour échapper au personnage public qu’il est devenu : on le voit bien dans ses derniers textes, il y une radicalisation de l’exigence d’authenticité face à la menace de réification. Au-delà même de Rousseau, le fait d’adopter cette hypothèse a des conséquences plus larges car elle implique qu’on peut voir dans l’idéal du moi romantique une réaction à l’émergence des sociétés médiatiques modernes. Il ne s’agit pas simplement d’une réaction qui advient – comme on l’a le plus souvent dit – par rapport à la modernité économique et politique mais par rapport à la multiplication des médiations.

C’est, entre autres, ce qui motive, dans le livre, la mise à distance d’une lecture de Rousseau en termes de pathologie. Car si on adopte la perspective que je défends, on « dé-singularise » la trajectoire de Rousseau, on la replace dans une dynamique sociale plus large. Avec Rousseau, on a affaire à un tempérament singulier bien sûr, il est inutile de nier cette singularité qui prend parfois une dimension quelque peu « délirante », du moins en apparence. Mais c’est peut-être précisément ce tempérament singulier qui permet à Rousseau d’être sensible à une profonde mutation collective et d’en produire une description vive et frappante, que bien d’autres après lui reprendront.

Alice Le Goff : Un axe structurant de votre travail consiste dans l’établissement d’une typologie distinguant la célébrité d’autres formes de notoriété, comme la gloire et la réputation. Vous récusez notamment l’idée que la célébrité ne serait qu’une étape dans un continuum qui irait de la réputation (forcément locale) à la gloire (universelle). Il s’agit ici de mettre en évidence les limites d’une compréhension de la célébrité comme « réputation étendue », en soulignant les différences de nature entre gloire, réputation et célébrité. Seriez-vous d’accord avec l’idée que ces différences de nature tendent à s’articuler, en partie, autour du fait que l’estime sociale constitue le cœur des mécanismes de la gloire et de la réputation alors que le ressort de la célébrité réside moins fondamentalement dans l’estime que dans la curiosité ?

  • 7 Chamfort Sébastien Roch Nicolas de, Maximes et pensées. Caractères et anecdotes, Paris, Garnier-Fla (...)

Antoine Lilti : Je suis d’accord avec cette formulation. La célébrité ne relève pas fondamentalement de l’estime sociale ; elle peut même entrer en contradiction avec elle. On peut penser ici à Chamfort lorsqu’il affirme, de façon ironique, que la célébrité relève de la diffamation et de l’indignité : « elle n’a pas encore autant de mauvais effets que le carcan, dit-il, mais cela viendra »7. La figure du carcan est intéressante car elle renvoie à l’exposition publique, à la peine infamante dans l’espace public. Ce qui renvoie à l’ambivalence fondamentale du type d’exposition publique qu’implique la célébrité : à la fois un prestige et un risque d’indignité.

Je distingue la célébrité de la gloire qui apparaît comme une forme d’estime stabilisée et implique une distanciation temporelle. La célébrité peut aussi être distinguée de la réputation qui renvoie au jugement d’une collectivité sur un individu et relève en grande partie des mécanismes locaux du jugement social, de la fama et de l’honneur. De ce point de vue, l’opposition entre l’estime comme jugement de qualité au cœur des logiques de la réputation et de la gloire d’un côté et, de l’autre, une logique de la célébrité dont le ressort serait la curiosité me semble pertinente à la condition toutefois de donner à cette dernière toute l’ampleur d’une passion. Il me semble en effet qu’il faut penser ensemble la curiosité dans son sens contemporain le plus plat d’intérêt léger pour quelque chose de distrayant – ce qu’on pourrait désigner comme un mode mineur de la curiosité – et dans un sens plus intense, celui d’un investissement affectif fort. Ce mode d’investissement, je ne le désignerais certes pas par le terme d’empathie (trop connoté moralement à mes yeux) mais il me semble néanmoins relever de l’attachement, du désir d’ « intimité à distance », suivant une expression parfois mobilisée par les psychologues et sociologues des médias (notamment John B. Thompson), d’une forme de participation affective.

L’une des difficultés que l’on rencontre quand on travaille sur la célébrité est liée au fait qu’elle engage une gamme de phénomènes, de réponses de la part du public, qui vont de l’intérêt éphémère ou ironique à l’attachement passionnel, ces différentes facettes étant présente, dès le xviiie siècle, dans le rapport par exemple à une figure comme Rousseau. Un des enjeux du livre consiste à soutenir qu’il s’agit bien d’un même phénomène, produisant des réponses allant de la simple curiosité (pour la vie des célébrités théâtrales ou le dernier scandale mettant en scène Jean-Jacques Rousseau) à la passion (qui pousse certains à considérer ce même Rousseau comme un maître à penser, un modèle moral, à lui écrire des lettres…). Ce qui me pousse à aller dans ce sens, c’est, entre autres, cette expression qu’on retrouve fréquemment dans les sources du xviiie, cette idée d’une « curiosité avide » : la curiosité peut être pensée comme une passion susceptible de degrés d’investissement affectif différents. Mais quel que soit le degré d’intensité, on est toujours à distance de l’estime, qui implique un jugement sur la base de normes morales partagées. Sur un mode mineur, la curiosité pour une célébrité peut être tout à fait compatible avec une forme de ridicule et sur le mode majeur, plus affectif, l’attachement intense peut aller jusqu’à porter sur les défauts, les fragilités des célébrités tout autant que sur leurs qualités.

  • 8 La notion d’économie de l’estime désigne l’idée d’un mécanisme de régulation des comportements par (...)

Alice Le Goff : À travers plusieurs exemples, vous mettez en exergue le lien entre célébrité et scandales. La majeure partie des figures évoquées dans le livre ont vu leur célébrité grandir au fil des scandales émaillant leur parcours. Les scandales sont ainsi présentés comme l’opérateur d’une amplification de la célébrité et vous soulignez la tendance qu’ils ont à se cristalliser autour de la sexualité. Ce rôle du scandale ne renforce-t-il pas l’idée d’une autonomie de la célébrité par rapport à ce qu’on pourrait nommer, en s’inspirant de G. Brennan et P. Pettit, l’économie de l’estime8 ?

Antoine Lilti : Oui tout à fait : j’ai beaucoup travaillé sur les salons, sur la bonne société et dans ce cadre, tout autant que dans les petites communautés locales, le scandale est ce qui détruit les réputations alors qu’à l’inverse, il semble nourrir les célébrités qui apparaissent tout à la fois comme relativement indifférentes à la question de l’évaluation morale et très fortement dépendantes d’un certain degré de bruit public, « l’éclat » comme on disait au xviiie siècle. La plupart des célébrités le savent et sont très conscientes de cette nécessité d’entretenir certains effets de scandale. Dans les carrières culturelles, la question des effets positifs ou négatifs du scandale est difficile à évaluer car le scandale produit de la notoriété au sens de célébrité mais affaiblit, dans le même temps, la réputation – donc l’estime sociale – au sein de groupes de pairs. Même sans envisager des formes d’évaluation morale forte, l’estime ou la reconnaissance dans des espaces ayant une autonomie normative forte – par exemple les espaces scientifiques – est très sensible à la célébrité comme une forme de transgression : c’est une chose bien connue, l’universitaire qui se met à apparaitre dans des émissions télévisées peut voir assez rapidement son crédit entamé auprès de ses pairs.

Alice Le Goff : Vos analyses (notamment sur les diverses figures de criminels célèbres mais pas seulement) semblent également mettre en lumière la façon dont le rapport de la célébrité aux convenances et normes morales, sociales est complexe et ambivalent. En effet, dans la mesure où le rapport à la célébrité articule curiosité et attachement intense, n’implique-t-il pas de chercher à retrouver derrière le personnage « hors norme », une part d’ordinaire et de normalité à laquelle on peut s’identifier ?

Antoine Lilti : Le rapport entre célébrité et normes est difficile à analyser. Si on adopte une perspective presque instrumentale sur la célébrité, on peut alors dire que la transgression des normes, le scandale nourrit la célébrité. Si on adopte une approche plus fonctionnaliste, on est alors amenés à envisager la célébrité comme révélant les normes et valeurs dominantes du public.

Je pense que ces deux perspectives comportent une part de vérité. Les célébrités que j’ai étudiées transgressent un certain nombre de normes mais en adéquation avec des normes nouvelles, en cours d’émergence. Rousseau est un très bon exemple de ce point de vue. Il transgresse complètement les normes de la « bonne société », mais s’il a autant de succès c’est qu’il répond à l’émergence de normes nouvelles – qui sont déjà présentes dans le public et qu’il contribue à faire émerger ou, pour le dire autrement, à rendre plus saillantes, plus visibles, plus acceptables aussi – qui sont celles de l’authenticité, du naturel, de la singularité personnelle contre les convenances.

Des formes trop transgressives risquent toujours de susciter le rejet. Pour qu’il y ait autant de discours, de bruit public autour d’une célébrité, il faut bien qu’elle réponde, sous un certain angle, à une demande, qu’elle lui fasse écho : je ne crois pas du tout sur ce point à la dimension purement construite ou fabriquée, par la sphère médiatique, des publics.

Alice Le Goff : En ce sens, seriez-vous d’accord avec l’idée que l’une des différences entre la gloire et la célébrité ne tiendrait-elle pas au fait que la première fait primer la distance (au sens notamment d’exemplarité admirable) sur toute forme de proximité alors que la célébrité recouvre une articulation étroite et instable entre proximité et distance ?

  • 9 McMahon Darrin, Fureur divine. Une histoire du génie, Paris, Fayard, 2016.

Antoine Lilti : Oui, pour préciser les choses, on peut envisager ici l’exemple des grands écrivains. Au début du livre, j’évoque et je commente un portrait de Voltaire par Jean Huber : ce portrait le représente en train de se lever et s’habiller. Si cette gravure a eu autant de succès c’est qu’elle représente un grand écrivain mais elle met en avant ce qui le ramène à sa condition ordinaire. Au fond, on peut dire que la célébrité travaille à humaniser des grandeurs, à jouer sur la proximité-distance là où la gloire, à l’inverse, accentue la distance. On peut évoquer ici la thématique, nouvelle au xviiisiècle, du culte du génie : cette thématique du génie produit de l’inégalité dans l’égalité alors que, par contraste, la célébrité produit du semblable dans le dissemblable9.

La célébrité met en jeu une proximité double. D’une part tout le monde peut devenir célèbre. D’autre part, la culture de la célébrité repose sur l’idée que la personne célèbre est fondamentalement semblable à nous. D’où l’intérêt que suscite sa vie privée, et plus généralement tout ce qui n’est pas lié à ce qui l’a rendu célèbre à l’origine. Bien sûr, il faut garder en tête ici le fait que la célébrité ne désigne pas une catégorie d’individus mais plutôt un type de relation entre un individu et un public. Un même individu peut être saisi par des publics différents sous le régime de la réputation, sous le régime de la gloire ou celui de la célébrité. Reprenons à nouveau le cas de Rousseau. Celui-ci a une ou plusieurs réputations dans une diversité de milieux (les bourgeois de Genève, les écrivains parisiens) mais il est aussi très vite perçu comme un grand écrivain, un génie, ce qui pousse ses admirateurs à marquer tout ce qui le distingue des autres hommes : cette capacité créatrice que les autres ne possèdent pas. À l’inverse, le voir comme un « homme célèbre », cela revient à insister sur ce qui le rapproche des autres, ce qui le rend exemplaire non pas au sens d’unique mais de semblable aux autres : de sorte qu’on se sent autorisés à lui écrire, voire à lui rendre visite, à l’appeler par son prénom alors qu’on ne l’a jamais rencontré, à entretenir avec lui une fiction d’intimité amicale.

Alice Le Goff : Dès le début du livre, vous insistez sur la façon dont la modernité recouvre un rapport au temps. La temporalité semble cruciale dès lors qu’on essaie de comprendre ce qui distingue la célébrité de la gloire ou de la réputation. En particulier, la question de l’instabilité et de la variabilité revient de façon récurrente au sein de vos analyses. N’est-il pas possible d’envisager la distinction entre célébrité, réputation et gloire comme une différence cette fois-ci non pas de nature mais de degrés de cristallisation ?

Antoine Lilti : Sur ce point, on peut noter une opposition entre réputation et célébrité d’un côté et gloire de l’autre. La gloire, en principe, est stable, elle repose sur l’unanimité ou, à tout le moins sur une quasi-unanimité, elle est généralement posthume et requiert de la distance temporelle. Son ressort est essentiellement commémoratif. Une communauté investit l’un des siens, avec un certain recul temporel, de l’ensemble des valeurs qui la fondent : c’est le modèle du héros, du saint, la figure du grand homme à l’époque moderne. À l’inverse, la réputation et la célébrité semblent à première vue se caractériser par la contemporanéité, l’instabilité, la contradiction, la concurrence des discours. À titre d’exemple, la réputation mondaine se montre particulièrement fragile et volatile : il suffit d’un impair, d’un faux pas ou, à l’inverse, d’un bon mot pour que la réputation se défasse ou se fasse. La question de la temporalité semble mettre ainsi la célébrité du côté de la réputation.

Pour autant, je me méfie du lien systématiquement noué entre célébrité et fugacité. Ce lien va de pair avec la vision sans doute trop caricaturale du fameux « quart d’heure de célébrité ». Dans les cultures médiatiques, il existe aussi un stock ou un corpus relativement délimité de gens célèbres qui peuvent le rester longtemps. D’où cette curiosité qu’on voit parfois se manifester pour les anciennes célébrités, pour ce qu’elles sont devenues. Dans le livre, j’évoque notamment le cas de l’actrice Sarah Siddons et de son retour sur scène qui illustre ce goût, cette curiosité pour les anciennes célébrités. Au fond sa réputation d’actrice a faibli mais elle a gardé son statut de célébrité. Pour beaucoup d’actrices/d’acteurs, on pourrait éventuellement opérer cette distinction en soulignant que leur statut de célébrité peut être à un certain degré plus stable que leur réputation : ils ou elles peuvent enchainer les mauvais films ou à l’inverse en refaire des bons, leur réputation fluctue mais leur statut de célébrité demeure. Il faut donc éviter, à mon sens, de durcir le trait et insister de façon excessive sur le lien célébrité-instabilité : sous un certain angle, la célébrité implique aussi une certaine forme de stabilité car elle joue ce rôle déjà évoqué précédemment de synchronisation des publics.

Alice Le Goff : On l’a compris, le contraste entre mécanismes de la réputation et mécanismes de la célébrité constitue l’un des fils conducteurs de vos analyses. Cela a déjà été évoqué, les mécanismes de la réputation recouvrent le jugement qu’une collectivité porte sur un individu en fonction notamment de la façon dont il accomplit certaines activités, un certain rôle (est-il bon époux, bon citoyen, médecin compétent, bon avocat ?) ou fait preuve de certaines vertus. La réputation relève d’une socialisation des opinions par la conversation. En ce sens, elle semble relever en partie de formes de jugements ordinaires, « profanes » qui peuvent concerner tout le monde même si elle peut aussi obéir à un jeu plus élitiste comme le montre votre travail sur les salons. Dans tous les cas cependant, la réputation semble toujours se définir par rapport à une « communauté de référence », par rapport à l’équivalent d’un groupe de pairs. La célébrité peut-elle a contrario être définie comme ce qui traverse les groupes sociaux voire trouble les frontières entre ces derniers ?

Antoine Lilti : Oui, je défends précisément l’idée que la célébrité implique l’existence d’un public, c’est-à-dire d’un collectif ne correspondant ni au groupe de pairs, ni une « communauté de référence » ou à ce que je nommerais plutôt « communauté d’interconnaissance ». La plupart du temps, même s’il peut bien sûr y avoir des exceptions du fait de l’autonomisation des espaces médiatiques, la notoriété est adossée au départ à une réputation, à un type de compétences. Mais la célébrité advient à partir du moment où la notoriété s’autonomise par rapport aux raisons qui l’ont fondée à l’origine. Un écrivain est célèbre à partir du moment où il est connu de gens qui ne lisent pas ou peu de livres. Si on cherche des exemples résolument contemporains, un footballeur est célèbre dès lors que même des gens qui ne regardent jamais un match connaissent son nom et son visage. La célébrité dépasse donc effectivement les « communautés de référence » dès lors qu’elle existe pour un public. Un bon médecin l’est aux yeux de collègues et de patients, mais pas aux yeux d’un public, au sens d’un ensemble d’individus qui lisent les journaux, regardent la télévision...

Alice Le Goff : On pourrait aussi souligner que la réputation constitue un opérateur de hiérarchisation, qu’elle soit liée à un statut social ou à l’accomplissement d’un rôle (donc également à un principe de performance). Les mécanismes de la réputation semblent liés avec des logiques élitaires alors qu’en revanche vous avez tendance à mettre en relief la façon dont les mécanismes de la célébrité s’affranchissent en partie de ces logiques. Pouvez-vous revenir sur le lien entre célébrité et élite, sur le lien entre célébrité et stratification ? La célébrité est-elle un opérateur de stratification ? Ou apparait-elle prioritairement comme ce qui vient troubler des formes établies de stratification ?

  • 10 Heinich Nathalie, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Gallimar (...)

Antoine Lilti : La célébrité correspond certes à une forme moderne de prestige social et à ce titre, on pourrait y voir le mode de catégorisation d’une certaine forme d’élite. Mais elle contribue aussi à égaliser le statut des personnalités issues de sphères d’activité très différentes. Pour ma part, je n’emploie pas le vocabulaire de la stratification sociale et c’est l’un des points sur lesquels je m’éloigne, par exemple, du travail de Nathalie Heinich10 qui élabore la notion de capital de visibilité et envisage les gens célèbres comme une nouvelle forme d’élite : une telle perspective a bien sûr sa pertinence dans la mesure où la célébrité donne accès à un certain nombre de ressources, de biens matériels et symboliques. Mais il ne faut pas passer à côté de l’ambivalence fondamentale de la célébrité comme bien : elle est à la fois une ressource prestigieuse et une source possible de disqualification sociale. On retrouve ici la dissociation entre célébrité et estime. La célébrité peut, encore une fois, être ironique, moqueuse…Il faut prendre au sérieux le discours des célébrités qui présentent la célébrité comme une condition, comme une expérience fondamentalement difficile : il s’agit d’une expérience du succès certes (ce qui peut en soi induire certaines épreuves) mais surtout d’une expérience de la focalisation, de la concentration des regards publics.

Alice Le Goff : Dans le prolongement de la question précédente, comment envisagez-vous dès lors l’articulation entre célébrité et statut, célébrité et position sociale ?

Antoine Lilti : La raison pour laquelle j’ai essayé d’éviter, autant que possible, de définir la célébrité en termes de statut, est que cette notion me semble renvoyer de façon trop massive à une sociologie de la stratification d’inspiration wébérienne. La notion de condition ou celle de figure me semble, à cet égard et sous certains angles, plus appropriée. L’enjeu pour moi a plutôt été de mettre l’accent sur une relation sociale. Il ne me semble pas du tout évident que la célébrité corresponde à un seul type de position sociale, bien au contraire.

Alice Le Goff : Vos analyses font parfois ressortir le fait que la célébrité traverse les classes sociales, met en jeu les frontières établies entre elles mais reconduit en revanche puissamment les normes de genre.

Antoine Lilti : Les rapports de genre ont partie liée avec la question du partage public-privé. Les contraintes s’exerçant en termes de performance publique sont notoirement plus fortes en ce qui concerne les femmes que les hommes Je serais cependant tenté d’introduire un bémol : en effet, des formes de transgression des codes de genre, limitées et correspondant à des évolutions sociales en cours, me semblent susceptibles d’alimenter la célébrité et sont en retour favorisées par la célébrité. C’est peut-être plus net encore en ce qui concerne les célébrités contemporaines, qui jouent très volontiers sur les normes genrées, entre provocation et anticipation des mutations morales.

Dans le livre, j’ai surtout mis en relief sur les contraintes de genre pesant sur les femmes auteures. Comment peuvent-elles devenir des figures publiques sans transgresser les normes sociales ? Comment articuler accès au statut de figure publique et les valeurs de modestie ou de dévouement domestique ? Si l’homme célèbre (Chateaubriand, Byron) peut entretenir un rapport de séduction avec son public féminin, l’exposition publique fait de la femme célèbre une figure légitime et décriée : le cas de George Sand mentionné dans le livre est à cet égard emblématique. En ce qui concerne les écrivains, les normes dominantes dans l’espace littéraire mettent l’accent sur une certaine modestie, la séparation public-privé. Et l’accès à la célébrité peut avoir des effets en retour sur la réputation auprès des « pairs » écrivains.

Alice Le Goff : L’un des thèmes que l’on retrouve de façon récurrente au sein des théories contemporaines de la reconnaissance recouvre l’insistance sur la nécessité au sein des sociétés contemporaines d’une pluralité des référentiels et formes de reconnaissance. Mais ce pluralisme semble recouvrir, au moins en partie, le maintien de frontières entre sphères d’activité sociale distinctes, la critique de la domination de certaines d’entre elles sur les autres. L’illégitimité de la célébrité comme forme de reconnaissance publique ne tiendrait-elle pas à ce qu’elle repose sur un relatif effacement des frontières pas seulement entre groupes sociaux mais aussi entre sphères sociales ou mondes sociaux ?

Antoine Lilti : Cette critique de la célébrité comme force qui « nivelle », qui efface les distinctions légitimes entre sphères d’activité, n’est pas propre aux théories contemporaines de la reconnaissance. On la trouve déjà au xviiisiècle où elle accompagne l’émergence mécanismes de la célébrité. Ainsi Louis-Sébastien Mercier regrette que Voltaire soit célèbre comme un comédien, mis sur le même plan que Janot, un acteur comique qui avait beaucoup de succès sur les boulevards. La critique est morale : le succès public, au lieu d’être le signe d’une reconnaissance, est le signe d’une mise en équivalence problématique avec un comédien, un brigand…Mais elle est aussi politique : Mercier y voit une forme potentielle de dépolitisation, une façon de désarmer la parole publique de l’écrivain, du philosophe.

Que révèle ce type de discours ? Il me semble qu’il est lié au fait que la sphère médiatique en tant que telle, en tant que sphère d’activité, a été peu théorisée. On évoque souvent ces célébrités qui ne sont connues que pour être célèbres, par contraste avec des célébrités qui « mériteraient » leur célébrité. La formule est frappante mais elle masque le fait qu’il n’est pas si facile d’être célèbre. Beaucoup de gens veulent être célèbres. Or l’attention publique est très limitée. Pour accéder à la célébrité et la conserver, il faut un type de talent dans une forme d’activité spécifique qui consiste à susciter et à entretenir la curiosité du public. Une telle activité est hautement compétitive. La sphère médiatique représente, sous cet angle, une sphère d’activité sociale à part entière avec ses logiques propres.

Alice Le Goff : Lorsque l’on aborde les mécanismes de la réputation, la question du contrôle est récurrente, qu’il s’agisse du thème du contrôle de son image publique ou du thème du contrôle des conduites par le jeu de la fama. Ne pourrait-on là aussi distinguer la célébrité de la réputation en soulignant que la célébrité apparaît comme ce qui déjoue en partie les logiques de contrôle, au double sens où la célébrité entretient un rapport ambigu aux conventions sociales et où elle apparaît encore moins contrôlable que la réputation ?

Antoine Lilti : Si on envisage une sphère médiatique autonomisée, la célébrité implique un certain type de compétence, d’aptitude par exemple à la polémique, à la construction d’une image publique. Au-delà de la période étudiée dans le livre, au xviiie, on voit d’ailleurs apparaître des professionnels de la gestion d’image (les agents ou impresarios par exemple). Mais si on adopte le point de vue des sphères d’activités spécialisées et dotées d’une légitimité « traditionnelle », la célébrité est en revanche associée à un risque permanent de perte de contrôle dans la mesure où elle est ouverte sur un espace de réception plus diffus et donc incontrôlable. On touche alors à la spécificité de la communication médiatique par contraste avec des types de communication plus cadrées et canalisées par des espaces sociaux spécialisés. On peut penser à la querelle entre Hume et Rousseau en 1766. Cette querelle est déclenchée par le fait que, après que Hume ait tenté d’aider Rousseau à trouver un asile en Angleterre, ce dernier se retourne contre son bienfaiteur, refuse la pension royale que Hume lui avait obtenue et lui écrit une lettre de rupture cinglante.

Dans ce cas, on voit très bien comment les amis de Hume dans les salons parisiens pensent d’emblée en termes de réputation. Pour eux, il est impensable de publier une correspondance même si elle est susceptible de donner raison à Hume car on ne peut contrôler la réputation que dans la mesure où on maîtrise la circulation de l’information. À partir du moment où « ça sort dans la presse » dirait-on aujourd’hui, où les journaux en parlent et où les lecteurs se mettent à écrire aux journaux, le type de réponse produite devient proprement incontrôlable. On n’a plus des copies de lettres circulant dans un espace circonscrit mais des textes, des articles, des discours circulant dans un espace indéfini, ouvert à tout venant. En somme, Hume et ses amis français (Holbach, d’Alembert) ont d’abord cru pouvoir faire jouer contre Rousseau le « jeu de la réputation », adossé aux principes de mondanité et de contrôle de la réputation, en tablant sur le jugement des personnes éclairées et cultivées. Mais cette stratégie est mise en échec, dès lors que des extraits de la correspondance circulent et que les journaux se saisissent de la querelle, par la célébrité de Rousseau qui, lui, est soutenu par un large public anonyme.

  • 11 Voir Thompson John Brookshire, The Media and The Modernity, Stanford, Stanford University Press, 19 (...)

La conscience d’une rupture de nature entre la circulation à l’intérieur d’espaces de sociabilité, d’une part, et la publication imprimée, de l’autre, me semble ici très nette déjà bien perçue par les contemporains. Elle correspond à ce que John B. Thompson appelle la communication médiatisée11. Dès lors que le public devient investi d’une légitimité à juger sur le plan culturel ou politique, la tension entre jugement des pairs et jugement des publics, entre réputation et célébrité, va devenir saillant.

Alice Le Goff : Le thème du visage constitue un fil conducteur du livre, depuis le titre lui-même de l’ouvrage aux diverses études proposées. Vous soulignez le lien entre la culture de la célébrité et l’émergence d’une culture visuelle qui se traduit notamment par la multiplication et la diffusion en masse de portraits ne visant plus le stéréotype mais la représentation de l’individu dans sa singularité. Seriez-vous d’accord à cet égard avec l’idée que la culture de la célébrité est marquée par la tension irréductible entre deux processus, un processus de singularisation et un processus de réification ?

Antoine Lilti : La célébrité met, sur ce point, en exergue un paradoxe de la culture de masse : elle participe d’une consommation à grande échelle mais repose sur une singularisation de la relation produite par cette consommation culturelle. L’exemple type, ici, est celui du best-seller. Tout le monde lit la même chose mais chacun est persuadé d’avoir un rapport singulier au produit culturel que tous partagent. Avec les célébrités, on retrouve la même chose. Les fans projettent une singularité forte dans la personne célèbre. Mais du point de vue de la personne célèbre, l’expérience est souvent placée sous le signe de la réification, ou en tous cas décrite sur ce mode. Il me semble qu’on doit se garder d’envisager uniquement la consommation de masse en termes de communication standardisée, de communication à faible intensité esthétique ou affective alors qu’à l’inverse, la consommation à très forte intensité serait nécessairement du côté des productions rares et singulières. En fait les deux peuvent être liées voire même indissociables.

Alice Le Goff : Jusqu’à quel point la culture de la célébrité en rompant avec la quête d’exemplarité qui est au cœur du « culte des héros », déjoue-t-elle le stéréotype ? Vous montrez vous-même qu’elle reconduit de façon récurrente certains schémas qu’il s’agisse des figures d’écrivain, d’artistes, de criminels ou de personnalités politiques évoquées. N’est-elle pas en partie structurée par des « clichés », des formes de typification récurrentes ?

Antoine Lilti : Oui, il y a un répertoire relativement limité de récits, types, de personnages. On touche ici à la notion de répertoire culturel en quelque sorte. Certains types peuvent même être très volontairement réinvestis, rejoués. Je pense notamment aux Mémoires d’Outre-Tombe, où Chateaubriand entretient un dialogue avec les deux figures que sont Rousseau et Byron, avec cette figure de l’écrivain célèbre, comme séducteur malgré lui, qu’il réinvestit. Par la suite, cela a été « fictionnalisé » au point de nourrir tout un imaginaire littéraire. Il existe une mémoire culturelle, à la fois narrative et visuelle, des intermédiaires (des journalistes ou à une époque encore plus contemporaine des attachés de presse) qui réemploient, remobilisent ces répertoires, qui sont eux-mêmes familiers au public.

Alice Le Goff : On est frappés à la lecture du livre par la faible place accordée à la notion de charisme, y compris lorsque vous abordez le rapport entre gloire et célébrité. Pourquoi une si faible place accordée à la notion de charisme ? S’agit-il pour vous d’un concept écran qui fait obstacle à l’analyse aussi bien de la célébrité qu’à celle des autres formes de notoriété ?

Antoine Lilti : Cette mise à distance est volontaire. Le charisme m’est apparu comme un concept écran faisant obstacle à l’analyse aussi bien de la célébrité qu’à celle d’autres formes de notoriété. Le charisme associe de façon indissoluble la question de la notoriété et la capacité à être obéi. Soit on en adopte une conception très ferme, comme forme d’autorité, soit on en a une conception plus souple, comme simple prestige, mais le risque est toujours de surinvestir les phénomènes décrits d’enjeux exogènes. L’enjeu du livre était de montrer que la célébrité peut constituer une catégorie opératoire pour désigner quelque chose de spécifique qu’on connait très bien mais qu’on décrit très mal. D’où le souci d’écarter des catégories déjà trop connotées, trop chargées.

Je n’ai pas cherché à répondre à la question : pourquoi telle personne est célèbre plutôt que telle autre ? D’où la mise à distance aussi bien de l’analyse par le charisme que d’analyses d’ordre plus fonctionnalistes (la célébrité comme reflet de qualités du collectif). Mais ce que j’ai cherché à faire, c’est thématiser la spécificité de l’émergence de formes médiatiques de communication ainsi que la façon dont elle transforme les mécanismes de réputation sociale et pourquoi cela fait de la célébrité une grandeur ambivalente, contestée, même si elle semble spécifiquement moderne.

Alice Le Goff : Le chapitre 6 de votre livre est en grande partie consacré à la notion de popularité. En quoi la notion traduit-elle selon vous l’introduction des mécanismes de la célébrité dans la sphère politique sans pour autant se réduire à la célébrité ?

Antoine Lilti : La popularité recouvre les effets dans la sphère politique de la célébrité et elle se caractérise d’ailleurs par des ambivalences très semblables. Ce qui m’a frappé, c’est que la popularité est une notion très importante depuis la Révolution et qu’elle a pourtant peu fait l’objet de travaux en sociologie politique, au regard par exemple des développements plus massifs consacrés au charisme. La notion de popularité est très complexe car elle met en jeu les ambivalences relatives à la fois au jugement du grand nombre et à l’adhésion à un homme. Pour autant, l’adhésion ne réintroduit pas nécessairement ici un mécanisme d’estime sociale.

La popularité est politique mais ne renvoie pas directement à l’autorité. Elle va aussi au-delà du champ politique, elle est à l’interface du politique et du social : autour de la popularité, il y a l’idée d’une fusion imaginaire entre un public et un individu, non pas sur le mode charismatique de la foule aimantée par quelqu’un qui la fait agir mais sur celui d’un rapport d’attachement personnel, qui est tout prêt à se traduire en termes de délégation politique, sans passer par l’adhésion argumentée à un programme.

Alice Le Goff : Vous consacrez des analyses très riches aux figures de Marie-Antoinette, Washington et Napoléon, autant de figures à partir desquels il est possible d’appréhender l’entrée du politique dans une ère médiatique. Vous soulignez notamment que Washington se situe au croisement d’une culture de la fame, de l’honneur et d’une culture de la célébrité. Mais en quoi la figure de Napoléon articule-elle également les logiques hétérogènes voire contradictoires de la gloire, de l’honneur et de la célébrité ?

Antoine Lilti : Il y a une énorme littérature sur Napoléon et le thème de la gloire. Ce qui m’a intéressé, dans le livre, c’est de montrer que derrière cette idée somme toute classique d’une recréation de la gloire traditionnelle, celle du héros militaire, ce qui fait la modernité de la figure politique de Napoléon c’est de fonctionner aussi sur le modèle de la célébrité, à la fois sur le plan de la pure notoriété, que Bonaparte, avant son arrivée au pouvoir, sait parfaitement entretenir, et sur le plan de l’attachement affectif, que le bonapartisme tardif, saura très bien encourager. Ainsi, le prestige propre de Bonaparte correspond à la combinaison du principe de la gloire, principe de la souveraineté traditionnelle et du principe démocratique de l’attachement du grand nombre à la personne privée singulière. Il ne s’agit pas de faire de Napoléon une simple célébrité mais de montrer en quoi sa figure publique articule plusieurs formes de notoriété – ce qui est le cas de la plupart des dirigeants modernes.

Alice Le Goff : À la lecture de votre livre, on a le sentiment que la « culture de la célébrité » est la caractéristique de sociétés démocratiques ou à tout le moins en voie de démocratisation. Jusqu’à quel point vous reconnaissez-vous dans une telle thèse ?

Antoine Lilti : C’est une des questions au cœur du livre : pourquoi la célébrité n’est-elle pas devenue la valeur par excellence des sociétés démocratiques, pourquoi fait-elle l’objet de tant de critiques ? Elle avait tout pour le devenir, de même que la gloire était la valeur des sociétés aristocratiques. Tout le monde peut devenir célèbre, il n’y a pas de privilège de la naissance, de la richesse, ni même du talent. La célébrité est fondée sur le jugement du plus grand nombre, elle semble correspondre à une valeur centrale des sociétés démocratiques modernes, où le peuple se distingue peu des publics médiatiques. Et pourtant elle reste extrêmement fragile, elle a rarement fait l’objet d’investissement théorique positif. Comment l’expliquer ? On peut y voir un symptôme de la persistance de logiques « aristocratiques » localisées dans toute une série de sphères spécialisées. On peut aussi y voir un trait caractéristique de la modernité : la difficulté à stabiliser des grandeurs sociales légitimes.

Alice Le Goff : Le thème de la propagande est relativement peu évoqué dans le livre et pour cause puisque votre étude s’achève en 1850, à l’orée du développement de la culture de masse. Pourriez-vous néanmoins prolonger votre analyse en indiquant quel regard vous portez sur l’articulation entre propagande et célébrité ?

Antoine Lilti : C’est une remarque qui m’a été faite : la propagande politique, notamment dans les dictatures ou les régimes totalitaires du xxe siècle qui ont mis en place un culte de la personnalité autour du chef, ne modifie-t-elle pas les enjeux de la célébrité ? On sait en effet que les régimes autoritaires n’ont pas hésité à mettre en scène la vie privée des dirigeants au service de leur popularité. De même, si on a une vision très critique, très hégémonique de l’industrie culturelle, on peut voir le marketing comme une forme de propagande commerciale au service de la célébrité des vedettes. Il me semble que cette conception de la propagande implique une vision trop verticale, trop unilatérale de la communication : il s’agit de produire de la croyance, de l’adhésion, des actions (vote, obéissance, consommation) en manipulant les émotions du public. Or, mon travail sur la célébrité oriente plutôt dans une autre direction : celle d’une certaine autonomie des publics et de l’ambivalence que suscitent les personnes célèbres. Par conséquent, qu’il s’agisse du domaine politique ou de la sphère culturelle, il me semble qu’une interrogation sur les dynamiques de la célébrité permet d’échapper à la critique un peu simpliste de la « propagande » qui suppose toujours que le public en est la victime passive.

Alice Le Goff : Quels sont les prolongements que vous entendez donner à cette étude des mécanismes de célébrité ? Quelles sont les pistes de recherche et de réflexion sur lesquelles elle a débouché ?

Antoine Lilti : J’en évoquerais deux. La première porte sur la notion de « curiosité » qui est très présente dans le livre pour désigner le ressort de la célébrité, mais que je n’ai pas suffisamment élaborée. Il y aurait pourtant de quoi faire, tant la curiosité est au cœur des ambivalences morales de la modernité. Elle peut être pensée comme une passion éminemment positive, celle qui oblige à s’ouvrir au monde et aux autres, qui a rendu possible le savoir moderne ; mais elle est souvent vue aussi comme parasitaire, superficielle, voire malsaine. Au croisement d’une histoire intellectuelle des pratiques sociales et des études actuelles sur l’économie de l’attention, il y a là, me semble-t-il, un dossier à rouvrir.

La seconde piste est plus large : ce sont les théories de l’espace public. Ce qui m’apparaît de plus en plus clairement, c’est l’importance des émotions et des partages esthétiques qui organisent l’espace public médiatique. C’est alors d’un espace public sensible qu’il faudrait parler, pour comprendre la façon dont nous sommes constitués comme publics aussi bien par des flux d’information et d’arguments que par des fictions et des spectacles. Il me semble que les travaux sur l’espace public comme lieu de mobilisation politique et ceux sur les publics (de cinéma, de musique, de télévision, de littérature) dialoguent trop peu, les premiers relevant de la science politique, les seconds de la sociologie de la culture. C’est évidemment un domaine considérable, mais que j’aimerais aborder dans une perspective historique, donc localisée, à partir de mes travaux sur le xviiie siècle et la Révolution.

Haut de page

Bibliographie

Brennan Geoffrey et Pettit Philip, The Economy of Esteem. An Essay on Civil and Political Society, Oxford, New York, Oxford University Press, 2004.

Carnevali Barbara, Romantisme et reconnaissance. Figures de la conscience chez Rousseau, Genève, Droz, 2012.

Chamfort Sébastien Roch Nicolas de, Maximes et pensées. Caractères et anecdotes, Paris, Garnier-Flammarion, 1968, p. 121.

Elias Norbert, La Société de cour (1ère édition allemande 1969), traduction de Pierre Kamnitzer et Jeanne Etoré, Paris, Flammarion, 1985.

Elias Norbert, Mozart. Sociologie d’un génie (1ère édition allemande 1991), traduction de Jeanne Etoré et Bernard Lortholary, Paris, Éditions du Seuil, 1991.

Elias Norbert, Logiques de l’exclusion. Enquêtes sociologiques au cœur d’une communauté (1ère édition anglaise 1965), traduction de Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Fayard, 1997.

Heinich Nathalie, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Gallimard, 2012.

Lilti Antoine, Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005.

Lilti Antoine, « De la dispute à l’affaire, la querelle entre David Hume et Jean-Jacques Rousseau (1766) », dans Luc Boltanski et al. (dir), Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Stock, 2007, p. 177-196.

Lilti Antoine, Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850), Paris, Fayard, 2014.

McMahon Darrin, Fureur divine. Une histoire du génie, Paris, Fayard, 2016.

Tarde Gabriel, L’opinion et la foule, Paris, F. Alcan, 1901.

Thompson John Brookshire, The Media and The Modernity, Stanford, Stanford University Press, 1995

Haut de page

Notes

1 Lilti Antoine, Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005 ; Lilti Antoine, Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850), Paris, Fayard, 2014.

2 Tarde Gabriel, L’opinion et la foule, Paris, F. Alcan, 1901.

3 Elias Norbert, La Société de cour (1ère édition allemande 1969), traduction de Pierre Kamnitzer et Jeanne Etoré, Paris, Flammarion, 1985.

4 Elias Norbert, Logiques de l’exclusion. Enquêtes sociologiques au cœur d’une communauté (1ère édition anglaise 1965), traduction de Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Fayard, 1997.

5 Elias Norbert, Mozart. Sociologie d’un génie (1ère édition allemande 1991), traduction de Jeanne Etoré et Bernard Lortholary, Paris, Éditions du Seuil, 1991.

6 Carnevali Barbara, Romantisme et reconnaissance. Figures de la conscience chez Rousseau, Genève, Droz, 2012.

7 Chamfort Sébastien Roch Nicolas de, Maximes et pensées. Caractères et anecdotes, Paris, Garnier-Flammarion, 1968, p. 121.

8 La notion d’économie de l’estime désigne l’idée d’un mécanisme de régulation des comportements par la civilité et l’estime sociale. Brennan et Pettit l’associe à la notion d’une « main intangible » qui constitue une alternative à la « main invisible » du marché et à la « main de fer » de l’État. L’estime sociale est au cœur de mécanismes de régulation et de contrôle du comportement qui font l’économie de la contrainte et sont compatibles, sous cet angle, avec une certaine forme de vertu. Voir Brennan Geoffrey et Pettit Philip, The Economy of Esteem. An Essay on Civil and Political Society, Oxford, New York, Oxford University Press, 2004.

9 McMahon Darrin, Fureur divine. Une histoire du génie, Paris, Fayard, 2016.

10 Heinich Nathalie, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Gallimard, 2012.

11 Voir Thompson John Brookshire, The Media and The Modernity, Stanford, Stanford University Press, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Lilti, « Autour de Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850) : mécanismes de la célébrité et estime sociale », Terrains/Théories [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 16 août 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://teth.revues.org/715 ; DOI : 10.4000/teth.715

Haut de page

Auteur

Antoine Lilti

Antoine Lilti est Directeur d’Études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Il est membre du Groupe d’Études sur les Historiographies Modernes – CRH. Ses travaux portent sur les Lumières et leurs héritages, sur l’histoire sociale et culturelle du xviiie siècle et sur les formes de la réputation et de la célébrité dans les sociétés modernes. Il a notamment publié deux ouvrages : Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle (Paris, Fayard ; 2005, traduction anglaise Oxford University Press, 2014) et Figures publiques : l’Invention de la célébrité (Paris, Fayard, 2014). https://www.ehess.fr/en/personne/antoine-lilti

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org