Navigation – Plan du site
Dossier

L’estime professionnelle selon E C. Hughes

Éléments pour une relecture honnethienne de la première tradition anthropo-sociologique chicagoane
Professional Esteem in E.C. Hughes’sociology. Towards a Honnethian Reading of the Chicago School of Sociology
Simon Lanher

Résumés

Le présent article opère un retour sur la sociologie hughesienne des professions, où il cherche des éléments utiles à lester empiriquement la théorie honnethienne de la troisième sphère de la reconnaissance. Hughes, qui s’inscrit dans la continuité de la première tradition anthropo-sociologique de Chicago, considère en effet que l’identité et la personnalité de l’acteur se constituent au gré des interactions de ce dernier avec ses milieux sociaux d’inscription. Selon cet auteur, la reconnaissance du statut, de l’activité et de la valeur du travailleur est, dans les sociétés occidentales modernes, un élément clé de ce processus. Il s’agit ici plus particulièrement de revenir sur ce que Hughes, et avec lui la sociologie des professions, qualifient de « processus de professionnalisation » : une profession, c’est-à-dire une activité de service reconnue et prisée au sein d’une société, n’apparaît pas d’un coup, mais est construite collectivement par les acteurs qui l’exercent, qui plus est au gré d’un processus typique dont il est possible de décrire formellement les étapes. Hughes développe en outre la thèse selon laquelle l’estime attachée à une profession doit autant, si ce n’est plus, aux caractéristiques intrinsèques de l’activité, qu’aux efforts déployés collectivement par les acteurs pour un imposer une image favorable auprès du public. La constitution d’une profession présente en d’autres termes, sous certains rapports, les aspects d’une lutte pour la reconnaissance. On verra enfin que Hughes développe un point de vue distancié sur le pouvoir et le prestige des « grandes » professions, qui permet de donner aux acteurs subissant ce pouvoir (notamment aux professionnels et travailleurs subordonnés aux « grandes » professions) quelques outils critiques et quelques pistes pour obtenir la reconnaissance de leur activité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hughes Everett Cherrington, Hughes McGill Helen et Deutscher Irvin, Twenty Thousand Nurses Tell The (...)

Profession is as profession does1.

  • 2 Honneth Axel, La lutte pour la reconnaissance (1ère édition allemande 1992), Paris, Éditions du Cer (...)
  • 3 Ibid., p. 83.
  • 4 Ibid., p. 84.
  • 5 Ibid., p. 85.
  • 6 Mead George Herbert, L’esprit, le soi et la société (1ère édition américaine 1934), Paris, PUF, 200 (...)

1Dans La lutte pour la reconnaissance, Axel Honneth posait les linéaments d’une théorie sociale fondée sur une relecture et une réactualisation du concept hégélien de reconnaissance2. Il diagnostiquait néanmoins une insuffisance de l’approche hégélienne en ce qu’elle « [n’envisageait] pas la relation intersubjective comme un événement empirique survenant à l’intérieur du monde social3 », qu’elle posait les distinctions entre sphères de la reconnaissance sur le mode d’une « transposition de relations purement conceptuelles sur le plan de la réalité empirique4 », et qu’elle « [ancrait] l’expérience de la lutte sociale dans l’horizon spéculatif d’une théorie idéaliste de la raison »5. D’où la tentative de donner un fondement matérialiste à la théorie hégélienne, en ayant recours à la psychologie sociale de George Herbert Mead6, et le recours souhaité à des travaux empiriques permettant de confirmer, d’infirmer ou d’amender ce que Hegel avançait sur le mode seulement spéculatif. Le présent article se propose de contribuer à ce dernier projet en opérant un retour sur la sociologie des professions d’Everett Cherrington Hughes.

2En quoi cette démarche se justifie-t-elle ? Elle se justifie tout d’abord par l’ancrage très empirique des travaux de Hughes. Elle se justifie ensuite en raison de trois séries de proximités conceptuelles qu’il est possible de déceler entre, d’une part, la théorie honnethienne, et, d’autre part, les conceptions de la tradition anthropo-sociologique chicagoane, dont Hughes fut l’un des représentants éminents.

  • 7 Thomas William Isaac, et Znaniecki Florian, The Polish Peasant in Europe and America, Boston, Badge (...)
  • 8 Park Robert Ezra et Burgess Ernest Watson, Introduction to the Science of Sociology (1ère édition a (...)
  • 9 Voir par exemple Anderson Nels, Le Hobo. Sociologie du sans-abri (1ère édition américaine 1923), Pa (...)
  • 10 La diffusion de la philosophie de Mead fut plus tardive que celle de Cooley au sein du département (...)
  • 11 Cooley Charles Horton, Human Nature and the Social Order (1ère édition américaine 1902), New York, (...)
  • 12 Royce Josiah, « Self-Consciousness, Social Consciousness and Nature », Philosophical Review, 4, 189 (...)
  • 13 Par exemple Spencer Herbert, The Principles of Ethics, New York, D. Appleton and Co., 1892.
  • 14 Thorndike Edward Lee, The Original Nature of Man, New York, Columbia University, 1913.
  • 15 Bekhterev Vladimir Mikhaïlovitch, « Die Persönlichkeit und die Bedingungen ihrer Entwicklung und Ge (...)

3En effet, premièrement, Honneth et les premiers sociologues et anthropologues chicagoans partagent une vision très similaire de la constitution des identités individuelles et sociales. Ces derniers ont très tôt tenu pour acquis que l’identité et la personnalité des acteurs se construisaient dans et par les interactions multiples des individus avec leurs milieux de socialisation, et que cette construction était principalement tributaire de la nature et du degré de reconnaissance accordés par ces milieux. William Isaac Thomas et Florian Znaniecki, par exemple, faisaient du désir de reconnaissance l’un des « souhaits » (wishes) fondamentaux de tout être humain, et soulignaient que l’intériorisation plus ou moins consciente des attitudes imposées par les environnements sociaux représentait une forme éminente du contrôle communautaire7. Robert Ezra Park et Ernest Watson Burgess considéraient pour leur part que le « soi social », défini comme somme de rôles normés joués en interaction, était le pôle structurant de la personnalité des individus8. À partir des années 1920, la plupart des thèses de sociologie urbaine rédigées sous la direction de Park et/ou de Burgess développèrent des typologies morales d’acteurs, c’est-à-dire des classifications d’acteurs en idéaux-types de personnalités, en partant du principe que les environnements matériels et sociaux d’inscription jouaient un rôle moteur dans l’émergence de ces types9. On peut voir, dans cette optique qui se situe à l’intersection de la sociologie et de la psychologie sociale américaine naissantes, l’effet notable de multiples réceptions que la tradition chicagoane partage, pour certaines, avec Honneth : celle, bien évidemment (et bien qu’elle fût un peu tardive dans le département de sociologie de Chicago10), de George Herbert Mead ; celle également de Charles Horton Cooley, qui élabora le concept de « looking-glass I »11 et fut un précurseur de la psychologie sociale meadienne ; mais aussi celle de catégories hégéliennes via la lecture de philosophes néo-hégéliens tels que Josiah Royce12. Pour ce qui concerne plus spécifiquement la tradition chicagoane, on peut ajouter la réception du concept smithien de sympathie (quoique à travers le filtre de certaines de ses relectures anglo-saxonnes13), ainsi que d’auteurs proto-béhavioristes tels que Edward Lee Thorndike14 ou Vladimir Mikhaïlovitch Bekhterev15.

  • 16 « Nul homme ne peut ni ne doit être satisfait si on ne lui donne l’opportunité de développer sa per (...)
  • 17 Zorbaugh Harvey Warren, The Gold Coast and the Slum. A Sociological Study of Chicago’s Near North S (...)

4Deuxièmement, s’il ne faisait aucun doute pour les sociologues et anthropologues chicagoans que la constitution sociale de l’identité et de la personnalité des acteurs était soumise à des normes imposées socialement, s’il ne faisait aucun doute que les injonctions des milieux sociaux l’emportaient généralement in fine sur les prétentions des individus à y résister, l’acteur pour autant n’était conçu ni comme purement passif, ni comme purement démuni face aux réquisits de ses milieux sociaux d’inscription. Il disposait souvent d’une marge de manœuvre, si ténue soit-elle, pour se soustraire partiellement aux processus de contrôle, pour y résister localement voire pour les utiliser à son avantage. C’est pourquoi, dans la littérature chicagoane, les processus de constitution du soi étaient parfois ressaisis dans des dynamiques conflictuelles, où il ne serait pas exagéré de déceler des éléments de lutte pour la reconnaissance. C. H. Cooley, par exemple, dans son texte le plus souvent cité par la tradition chicagoane, notait que tout déni de reconnaissance créait souffrances et pathologies chez les acteurs, et pouvait se solder par des luttes et revendications individuelles ou collectives visant à restaurer l’intégrité du soi16. Harvey Warren Zorbaugh, dans un chapitre de The Gold Coast and the Slum qui emprunte beaucoup à la Théorie de la classe de loisir de Thorstein Veblen, s’intéressait avec une certaine ironie aux stratégies d’identification et de distinction de la bonne société de la « Gold Coast », et soulignait les possibilités d’ascension sociale offertes à qui savait jouer le petit jeu de cette bonne société paradoxalement assez consciente d’elle-même17.

  • 18 Thomas William Isaac, The Unadjusted Girl. With Cases and Standpoint for Behavior Analysis, Boston, (...)
  • 19 Honneth Axel, La lutte pour la reconnaissance, op. cit., p. 149 et seq.

5Troisièmement, les premiers sociologues et anthropologues chicagoans pensaient à l’instar de W. I. Thomas que le recul des sociétés traditionnelles rurales et l’émergence de sociétés urbaines modernes avaient redéfini le jeu des définitions identitaires, en forçant les individus à se soustraire aux réseaux d’assignation traditionnels et à entrer dans des structures où l’identification devenait plus flottante et problématique – si bien qu’elle se trouvait de plus en plus tributaire des efforts individuels et collectifs des acteurs pour imposer à leurs publics une définition d’eux-mêmes et de leurs activités18. Ce point n’est pas sans évoquer, dans la Lutte pour la reconnaissance, les développements que consacre Honneth au passage des sociétés traditionnelles imposant un code de l’honneur à leurs membres, aux sociétés comprenant l’estime sociale comme considération ou comme prestige19.

  • 20 Pour une bibliographie exhaustive des textes de Hughes, voir Heath Christian, « Review Essay: Evere (...)
  • 21 Voir le texte tiré de cette thèse : Hughes Everett Cherrington, The Growth of an Institution. The C (...)
  • 22 Chapoulie Jean-Michel, « E. C. Hughes et la tradition de Chicago », in Hughes Everett Cherrington, (...)

6Hughes, pour sa part, s’inscrit pleinement dans la tradition chicagoane20. Formé à Chicago dans les années 1920, il se reconnaît pour mentor R. E. Park (qui dirigea sa thèse de P.h.D21), et suivit l’enseignement, entre autres, de Burgess, Ellsworth Faris, Robert Redfield, Niels Anderson et Ruth Shonle Cavan. Après un passage au Canada, il devint enseignant au sein du département de sociologie en 1938, où il forma de nombreux sociologues dits de la « Deuxième École » (dont Erving Goffman et Howard Becker) à la sociologie du travail et à l’enquête de terrain – à telle enseigne qu’on le considère comme l’un des principaux « passeurs » entre « Première » et « Deuxième Écoles de Chicago »22.

  • 23 « … le métier d’un homme est l’une des composantes les plus importantes de son identité sociale, de (...)

7Pourquoi, à présent, s’intéresser plus particulièrement à la sociologie des professions de Hughes ? On peut mettre en avant plusieurs ensembles de raisons. Tout d’abord, Hughes, qui développa l’un des premiers corpus américains significatifs de sociologie du travail, s’est particulièrement concentré sur les dynamiques de construction identitaire au travail, et plus singulièrement sur les efforts déployés individuellement ou collectivement par les acteurs pour s’assurer la reconnaissance et l’estime de leurs publics – processus dont il faisait l’un des éléments centraux de la définition identitaire des acteurs dans nos sociétés23. Au sein de cette perspective, les professions représentaient un objet d’enquête particulièrement pertinent. Par « profession », en effet, la langue anglaise désigne, avec une connotation méliorative, les métiers les plus nobles et/ou les plus exigeants. Dire d’une activité ou d’une personne qu’elles sont « professional », c’est en effet toujours louer la personne ou son activité pour leur sérieux, leur efficacité, leur utilité voire leur respect de la déontologie. Chez Hughes, le terme désigne plus spécifiquement des corps de métier spécialisés dans des prestations de service, et qui revendiquent avec succès pour leur activité un haut degré de valeur, d’utilité, de technicité et de noblesse. Le corps des médecins, des avocats ou des enseignants du supérieur en représentent à bien des égards des exemples paradigmatiques. Le choix de cet objet n’est évidemment pas anodin : il s’agit au fond pour Hughes d’étudier certaines des formes de construction identitaire les plus typiques et les plus « réussies » de son époque, afin d’en révéler les mécanismes et les dynamiques. Un retour sur la sociologie hughesienne des professions pourrait par conséquent offrir à la théorie honnethienne de la reconnaissance, et plus particulièrement à ce qu’elle qualifie de troisième sphère de reconnaissance, un matériau empirique et conceptuel susceptible de l’enrichir.

  • 24 Voir Parsons Talcott, The Social System, Glencoe, Free Press, 1951, et Merton Robert King, Reader G (...)
  • 25 Voir Becker Howard Saul, « La nature d’une profession », in Le travail sociologique. Méthode et sub (...)

8Mais par ailleurs, la sociologie hughesienne des professions est forte d’un potentiel critique qu’il n’est pas mal venu de rappeler. Hughes considérait en effet que l’estime vouée aux professionnels devait au fond autant, si ce n’est moins, aux caractéristiques intrinsèques de leur activité (technicité réelle, utilité sociale) qu’aux efforts déployés pour présenter au public cette dernière. Cette approche, qui considère avec une certaine distance et un certain scepticisme, d’une part le prestige reconnu des grandes professions, d’autre part le mépris voué aux activités subordonnées, se distingue par sa distanciation des sociologies fonctionnalistes qui lui sont contemporaines24 et prépare le point de vue critique des sociologues dits de la « Deuxième École de Chicago »25.

9On verra enfin que la sociologie hughesienne propose une théorie générale des professions, et plus particulièrement du processus dit de « professionnalisation », qui offre des éléments empiriques et concrets utiles à une théorie philosophique de la reconnaissance. Par « processus de professionnalisation », il faut entendre le processus de transformation d’une activité de service lambda en corps de métier normé, structuré, hiérarchisé et estimé, c’est-à-dire d’un métier quelconque en corps professionnel institué. On portera l’attention sur trois points. Premièrement, le processus de professionnalisation présente selon Hughes des phases et des cycles typiques qu’il est possible de décrire formellement, et qui trouvent leurs causes dans les contraintes spécifiques qui pèsent sur l’activité dite professionnelle. Deuxièmement, ce même processus trouve certains de ses facteurs déterminants dans les contraintes économiques, matérielles et écologiques qui s’imposent à l’activité des agents : il n’est pas le résultat du travail désincarné que des acteurs non-situés et non-déterminés produiraient dans un espace social neutre. Troisièmement, Hughes voit dans les efforts de codification et de présentation des professions des stratégies de protection de l’activité, et par conséquent des outils de lutte sociale, dont il ne serait pas malvenu que les professions dominées se saisissent, et qui révèlent en tous cas la nature souvent conflictuelle de la construction du statut professionnel.

  • 26 Hughes Everett Cherrington, Men and Their Work, Glencoe, Free Press, 1958.
  • 27 Hughes Everett Cherrington et Hughes McGill Helen, Where Peoples Meet. Racial and Ethnic Frontiers (...)
  • 28 Hughes Everett Cherrington, Le regard sociologique, op. cit.
  • 29 Hughes Everett Cherrington, The Growth of an Institution. The Chicago Real Estate Board, op. cit.
  • 30 Hughes Everett Cherrington, Hughes McGill Helen et Deutscher Irvin, Twenty Thousand Nurses Tell The (...)

10On se servira pour ce faire des articles consacrés aux professions réunis dans les recueils Men and their Work26, Where Peoples Meet27 et Le regard sociologique28. Mais on lira également deux monographies : The Growth of an Institution29, publiée en 1931, tirée de la thèse de doctorat de Hughes et consacrée en partie à l’émergence de la profession d’agent immobilier à Chicago ; Twenty Thousand Nurses tell their own Story30, écrite en collaboration avec Hellen McGill Hughes et Irvin Deutscher, qui représente le compte-rendu d’une grande enquête collective portant sur la profession d’infirmière.

Professions et processus de professionnalisation : à la recherche d’un modèle commun

  • 31 Champy Florent, La sociologie des professions, op. cit., p. 48 à 55.

11Selon Florent Champy, Hughes aurait joué un rôle pionnier en sociologie des professions, mais n’aurait produit, contrairement à Talcott Parsons, aucune théorie unifiée des professions. Sa contribution au champ disciplinaire se serait limitée à quelques courts essais, et à l’enseignement qu’il dispensa à de jeunes sociologues chicagoans dans les années 1940 et 1950. Hughes aurait enfin développé une approche essentiellement critique des professions31. Ces jugements, s’ils ne sont pas infondés, appellent quelques nuances. Tout d’abord, Hughes a produit ou participé à la production de deux longs ouvrages consacrés à l’étude de professions déterminées. Ces derniers, s’ils contiennent un riche matériau empirique, développent également des formalisations (dont on trouve du reste des échos dans plusieurs de ses articles), qui posent les bases d’une théorie générale des professions. Hughes, de fait, n’a cessé de travailler à un « modèle général » des professions et du processus de professionnalisation – modèle dont il n’a certes pas donné une version parfaitement stabilisée, mais dont les occurrences, dans des textes s’étalant sur une période de plus de cinquante ans, présentent une relative homogénéité et une indéniable cohérence. L’un des mérites épistémologiques revendiqués de cette élaboration complexe est du reste de permettre une série de comparaisons structurelles, fonctionnelles et génétiques entre corps professionnels qui prima facie n’ont pourtant rien à voir et ce faisant de réduire une diversité phénoménale apparemment incompressible à l’unité d’un idéal-type : pour diverses et variées qu’elles soient, les professions n’en participent pas moins d’un phénomène social unitaire. Son approche, d’autre part, ne se contente pas de critiquer le pouvoir ou l’estime que certains professionnels s’arrogent : elle considère la professionnalisation comme un processus typique des sociétés modernes, qu’il importe avant tout de comprendre et qui n’est pas sans présenter certains avantages bienvenus pour les travailleurs.

12En tant qu’organisations, les professions présentent donc une structure typique qu’on retrouve, à l’état plus ou moins développé, dans toutes les formations qualifiées de « professionnelles », si différentes soient-elles quant aux services qu’elles pourvoient ou aux clientèles auxquelles elles s’adressent. Toute profession, par exemple, fonde sa pratique sur un savoir ésotérique, c’est-à-dire dispensé à l’intérieur de la profession et interdit au profane. Elle fait de la formation de ses praticiens un enjeu majeur ; elle cherche à s’associer à des centres de formation, si possible universitaires, pour dispenser un enseignement codifié. Elle réclame, y compris contre ses propres publics, l’exclusivité du droit de désigner les professionnels agréés, de définir l’objet et les normes de l’activité, de décider des critères d’une prestation réussie, d’estimer la qualité de ses praticiens et de juger des fautes professionnelles commises. Elle fait la chasse aux praticiens non agréés dont le défaut de formation et/ou d’éthique professionnelle sont dits mettre en danger la profession. Elle définit une multiplicité de statuts professionnels qu’elle hiérarchise rigoureusement et dont elle met un point d’honneur à établir les droits, les devoirs et les prérogatives. Elle présente son activité comme une vocation noble et ne conçoit pas de pire péché, pour un professionnel, que de s’en détourner. Elle développe une déontologie contraignante et une solidarité de corps entre praticiens ; ces derniers, sous peine de sanctions formelles ou informelles, se voient enjoints de soutenir leurs collègues intronisés par l’institution face aux acteurs extérieurs, et interdits de dévoiler au profane les secrets du métier. Ils doivent encore faire bloc contre les attaques verbales formulées à l’encontre du corps professionnel, voire relayer un discours officiel et taire les abus qui sont commis en coulisses – les professions, si l’on peut dire, lavent leur linge sale en famille. Une profession, enfin, met en place ses propres organisations de représentation et de défense des professionnels, et organise son propre lobbying auprès des autorités publiques.

  • 32 Hughes Everett Cherrington, « Des erreurs dans le travail », in Le regard sociologique, op. cit., p (...)
  • 33 Voir Hughes Everett Cherrington, « Métiers modestes et professions prétentieuses : l’étude comparat (...)

13C’est là le sens des comparaisons fréquentes, souvent incongrues voire burlesques, que Hughes fait entre corps professionnels que tout semble a priori séparer – entre psychiatres et prostituées par exemple, ou entre médecins et plombiers32. Il s’agit à chaque fois, certes d’être corrosif envers certaines « professions prétentieuses33 », mais aussi et surtout d’établir des analogies structurelles, fonctionnelles et génétiques entre des corps de métier qui, pour différents qu’ils soient, n’en laissent pas moins de présenter une même forme sociale.

  • 34 Hughes Everett Cherrington, « Professions in transition », in Men and Their Work, op. cit., p. 133 (...)

14Le processus de professionnalisation présente également des typicités. Premièrement, il se décompose en phases qu’on retrouve à peu près à l’identique d’une profession à l’autre ; et deuxièmement, il répond à peu près toujours aux mêmes enjeux. Selon « Professions in transition »34 par exemple, une profession est à l’origine une activité de service qui cherche à se lier à une institution de régulation et de représentation (syndicat, structure collégiale de planification, association de lobbying, etc.), et ce afin de défendre les intérêts communs d’acteurs qui pratiquent isolément la même activité. Ce premier mouvement d’institutionnalisation engendre des luttes entre acteurs autour du problème de la définition du statut et des prérogatives de chacun. Puis, l’activité gagnant en visibilité et en reconnaissance, le métier connaît un afflux de travailleurs, généralement peu qualifiés et dont le défaut de formation et/ou de déontologie est dit mettre en danger la profession. C’est pourquoi est alors posée la question de la formation des praticiens – d’abord des praticiens en activité, puis plus tard des aspirants praticiens. Des structures de formation ad hoc apparaissent où l’enseignement est d’abord dispensé par des professeurs plus ou moins amateurs ; puis la profession cherche à créer des partenariats avec des universités existantes et à créer des cursus supérieurs diplômants. Des degrés universitaires apparaissent alors, puis certains praticiens cessent d’exercer le métier pour se consacrer exclusivement à l’enseignement. L’activité est étudiée, théorisée, fait l’objet de recherches dont les résultats seront diffusés dans des revues professionnelles dédiées. À mesure que l’institutionnalisation progresse, l’activité gagne en technicité et sa maîtrise accrue augmente l’estime collective vouée aux praticiens. Ce qui a deux effets. D’une part, les exigences imposées aux praticiens se multiplient, et la profession essaie de recruter de plus en plus jeune. D’autre part, la profession attachant de plus en plus d’importance au degré universitaire de formation de ses membres, elle opère un tri de plus en plus minutieux et discriminant entre praticiens tenus pour hautement professionnalisés, et praticiens dont la moindre compétence supposée justifie de les maintenir à des positions subordonnées.

  • 35 Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses tell their own Story, op. cit., introduct (...)

15En somme, le principe de la démarche hughesienne est le suivant : il s’agit d’abord de construire un idéal-type des professions, compris comme description formelle d’un type organisationnel ; puis de considérer que toute profession, quelle qu’elle soit, tend nécessairement à se conformer à ce type, avec plus ou moins de succès, et ce que les acteurs en aient ou non conscience. En outre, le degré auquel une profession parviendra à se conformer à ce type déterminera son niveau de professionnalisation, et ce faisant le degré d’estime que lui accordera son public. Il y a, en d’autres termes, de « grandes » et de « petites » professions. Les premières (avocat, médecin, huissier, etc.) sont les plus avancées dans le processus de professionnalisation ; tandis que les secondes (plombier, concierge, musicien de jazz, etc.) ont été bloquées, pour une raison ou une autre, dans leur développement35. Cela étant établi, il faudra enquêter sur les phases typiques du processus.

  • 36 Thrasher Frederic Milton, The Gang, op. cit., p. 4.
  • 37 « Dans ces quelques pages, nous n’observons pas les os d’un dinosaure dont nous devrions imaginer l (...)
  • 38 Voir par exemple Spencer Herbert, The Principles of Sociology, New York, D. Appleton and Co., 1879, (...)

16Est-ce à dire que Hughes, à la façon de Thrasher36, postule l’existence d’une entéléchie du processus de construction du groupe ? Pense-t-il que les professions se développent à la façon des organismes, c’est-à-dire en suivant un programme défini dès les premiers moments de leur développement ? Pas tout à fait. Hughes, comme nombre de ses collègues et mentors chicagoans, produit bien dans certains de ses textes une analogie entre développement des institutions et croissance organique ; il prétend bel et bien que la description du développement d’institutions d’un type déterminé nous permet de connaître la façon dont les institutions du même type, dans un passé même lointain, se sont développées37. Mais il admet également, comme il était alors d’usage, que l’analogie faite entre organismes et structures sociales n’établit pas une identité terme à terme des ensembles comparés, qu’elle constitue avant tout un outil exploratoire des phénomènes sociaux et qu’il convient de l’abandonner dès son office rempli38. Hughes, ainsi, ne postule pas l’existence d’une cause finale générale orientant dès l’origine l’intégralité du processus de professionnalisation.

  • 39 « … les problèmes fondamentaux que les hommes rencontrent dans leur travail sont les mêmes, qu’ils (...)

17Toujours est-il que Hughes semble considérer à la fois qu’une profession est une fabrication collective, mais que toute profession s’organise peu ou prou selon le même schéma et en passant par les même phases, comme s’il s’agissait d’organismes répondant à une même pré-programmation génétique. Comment, dès lors, expliquer ce paradoxe apparent ? La réponse à cette question est le suivante : les acteurs participant à la professionnalisation sont mus par des motifs qui sont à peu près toujours les mêmes, et se trouvent confrontés à des contraintes et problèmes objectifs qui varient fort peu ; c’est pourquoi ils se trouvent contraints de déployer à peu près toujours les mêmes stratégies et, par conséquent, produisent à peu près toujours le même schéma organisationnel39. L’explication du processus doit donc être recherchée dans le jeu des aspirations subjectives et des contraintes objectives qui animent tout processus de professionnalisation.

La construction interactionnelle du statut professionnel

  • 40 On peut voir là une proximité forte entre Hughes d’une part, et l’approche pragmatiste de William J (...)
  • 41 Hughes Everett Cherrington, « Psychology: Science and/or Profession », in Men and Their Work, op. c (...)

18Pour comprendre la façon dont s’oriente et s’élabore la professionnalisation, c’est de l’activité du professionnel même qu’il faut repartir, et plus particulièrement de la relation de travail fondamentale en quoi consiste l’activité professionnelle40. Un professionnel, en effet, « [gagne] sa vie en pourvoyant un service ésotérique » à un client qui « vient [le] voir parce qu’il a rencontré un problème qu’il ne peut résoudre par lui-même »41. Le caractère ésotérique du savoir détenu confère au professionnel une position d’autorité dans la relation de travail et suscite l’estime du client – on respecte et on admire le médecin parce qu’il est réputé posséder, et posséder seul, les arcanes de la guérison. En effet :

  • 42 Hughes Everett Cherrington, « Les professions établies », in Le regard sociologique, op. cit., p. 1 (...)

« Les professionnels professent. Ils professent qu’ils connaissent mieux que les autres la nature de certaines questions, et qu’ils savent mieux que leurs clients ce qui ne va pas chez eux ou dans leurs affaires. C’est là l’essence de l’idée de profession et des prétentions qu’elle implique42. »

  • 43 Hughes Everett Cherrington, « Psychology: Science and/or Profession », op. cit., p. 140-141.

19L’hermétisme revendiqué du savoir met en outre le professionnel à l’abri des intrusions du client dans son travail, et le protège d’éventuelles ignorances, incompétences ou erreurs qu’il lui serait coûteux d’avouer. Cependant, le praticien n’est pas tout-puissant dans la relation qui le rapporte à sa clientèle : cette dernière, pour supposée ignorante qu’elle soit, peut toujours douter de la compétence du spécialiste, déserter son cabinet et se tourner vers la concurrence intra- ou extraprofessionnelle. C’est là que se situe tout le paradoxe de la relation professionnelle : elle consiste en une relation commerciale où il est exclu que le principe caveat emptor prévale43. Le client ne peut ni ne doit contrôler la qualité de la marchandise ou discuter des détails du service rendu. Le professionnel se voit donc contraint – position pour le moins inconfortable – de susciter la confiance, le respect et l’admiration du client, tout en lui refusant tout droit de regard sur ce qui fait l’essentiel du service, à savoir la compétence du praticien. C’est pourquoi ce dernier devra produire une représentation de son activité à usage du profane, c’est-à-dire encore une mise en scène.

  • 44 « Dans l’enseignement, où les fins – et par voie de conséquence, les erreurs – sont très mal défini (...)
  • 45 Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses tell their own Story, op. cit., p. 3.
  • 46 « …Il faut se rappeler qu’un métier n’est pas seulement un faisceau de tâches, mais aussi un rôle s (...)
  • 47 Face aux demandes insistantes des patients ou à leurs tentatives pour dévier le dispositif relation (...)

20Cette mise en scène passera par l’émission de signes caractérisant le professionnel comme spécialiste de son domaine. Celui-ci utilisera le langage technique et hermétique de la profession, portera des insignes immédiatement identifiants (costume, marques distinctives, etc.), accomplira soigneusement les actions rituelles de la prestation44 – l’enjeu étant de présenter au client des symboles statutaires immédiatement identifiables et censés provoquer le respect, l’estime et la déférence45. Le professionnel campera un personnage social46, déploiera des stratégies discursives et comportementales visant à définir la relation et le statut des interactants ; il verrouillera consciencieusement toute possibilité de déviation vis-à-vis du schéma attendu de la relation professionnelle47.

  • 48 En projetant une image construite de leur activité, les praticiens essaient en vérité « de modifier (...)
  • 49 Pour une illustration plus tardive de cette position, mais qui prend ses sources dans la même tradi (...)

21Cette performance, néanmoins, est ambiguë : elle vise certes à contrôler l’image que le profane se fait du professionnel, mais encore à persuader le professionnel lui-même qu’il est digne du statut revendiqué48. Et le professionnel, s’il est reconnu comme tel par ses publics, se persuadera si bien qu’il finira par s’identifier plus ou moins consciemment à sa propre projection. Chez Hughes comme chez Cooley, Park ou Burgess, l’image de soi projetée et ratifiée par les milieux de socialisation finit toujours par définir intimement l’identité de l’acteur – le fait étant que toute forme d’identité est ainsi construite, et qu’il n’y a, sous les strates multiples de la construction identitaire, aucune identité « première » ou « plus réelle » que les construits sociaux49.

22Ce sont les raisons pour lesquelles la construction professionnelle est chose difficile à étudier : elle est faite de stratégies subtiles et parfois peu lisibles, déployées par des acteurs non seulement habiles, mais en outre pas toujours conscients de leurs propres stratagèmes. Ainsi :

  • 50 Ibid., p. 76. Nous soulignons.

« Une partie des problèmes de méthode que rencontre l’étude des comportements au travail réside dans le fait que ce sont ceux qui exercent un métier qui le connaissent le mieux et qui fournissent les données de l’analyse. Ils risquent de joindre une connaissance très sophistiquée et tactique des relations sociales appropriées à une très forte volonté de refouler et de dénier la réalité profonde de ces relations, auxquelles s’ajoutent, chez les professions de statut élevé, une grande habileté verbale pour interdire aux autres de penser et de discuter ces relations50. »

23Tout l’enjeu pour le professionnel est en somme de construire une relation asymétrique au client, puis de dissimuler la construction, y compris à ses propres yeux. Il a intérêt à oublier et à faire oublier qu’une part importante de l’estime qu’on lui doit tient au fond à une représentation largement fantasmatique de sa compétence.

  • 51 Voir Thomas William Isaac, « Définir la situation », in Grafmeyer Yves et Joseph Isaac, L’école de (...)

24Cependant, pour habiles que soient les professionnels, il n’en demeure pas moins que toute mise en scène est vulnérable, ne serait-ce qu’aux erreurs que le professionnel peut commettre dans sa mise en scène, ou aux indiscrétions d’autres praticiens. Seul, il n’aurait pas la capacité de maintenir ce que Thomas qualifiait de « définition de la situation »51. C’est pourquoi toute profession a un intérêt objectif à organiser la coopération de tous ses membres en vue de maintenir l’image projetée, qui ce faisant gagnera en crédibilité et en robustesse. Il faut donc, pour analyser l’élaboration du statut professionnel, quitter l’échelle de sa seule fabrication interactionnelle pour en venir à celle de son édification collective.

La professionnalisation comme élaboration collective

25Pour comprendre les stratégies développées collectivement par les acteurs, il faut faire le détail des enjeux du processus de professionnalisation.

  • 52 Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses Tell Their Story, op. cit., ch. 9.

26Le premier de ces enjeux, bien évidemment, est de reconnaissance. Il y a là un enjeu dont la prégnance sur les acteurs ne saurait selon Hughes être surestimée : la plupart des sujets de mécontentement des infirmières interviewées dans Twenty Thousand Nurses se laissent en somme ramener, selon Hughes et ses collaborateurs, à des frustrations occasionnées par un déni de reconnaissance52.

  • 53 Hughes Everett Cherrington, « Le travail et le soi », in Le regard sociologique, op. cit., p. 76.
  • 54 « Le processus de conversion d’un art ou d’un métier en une profession établie comporte souvent une (...)

27Le but des professionnels est donc de projeter une image flatteuse de leur activité et de leur personne : selon Hughes, « l’une des choses les plus importantes pour un homme est son public, ou le choix qu’il peut faire entre divers publics auxquels il peut prétendre, et par lesquels il cherchera à être reconnu »53. Il faudra par conséquent masquer au public les tâches salissantes, immorales ou peu reluisantes, le « sale boulot » (dirty work) que toute profession se voit contrainte d’accomplir, soit en les effectuant hors la relation au public, soit en les externalisant, soit encore en les confiant à des catégories de travailleurs subordonnés54. Un premier enjeu de présentation de l’activité commande donc toute une division du travail, variable selon les époques et les rapports de force entre les corps de métier – et du succès de ce procédé de maquillage dépend souvent l’estime que le public accorde au professionnel. Ainsi :

  • 55 Hughes Everett Cherrington, « Division du travail et rôle social », in Le regard sociologique, op.  (...)

« [Les professions de médecin et d’avocat] ont toujours (…) nécessité une sorte d’alliance, ou du moins de relation, avec les métiers les plus bas et les plus méprisés. (…) Tout comme l’activité de l’avocat appartient à un système qui plonge jusqu’aux enfers du moins respectable et s’étend jusqu’aux limbes de la fourberie et de la violence – ce que l’on peut juger nécessaire sans pour autant l’admirer –, celle du médecin est aussi en contact avec l’univers de l’impur, au sens moral et rituel, mais surtout avec la saleté physique. Là où s’achève son travail commence celui de l’entrepreneur de pompes funèbres (…). Si le médecin jouit d’un grand prestige (…), ce n’est pas tant sui generis qu’en vertu de sa place dans la structure spécifique de la division du travail médical de la période55. »

28L’établissement de formations universitaires diplômantes, d’autre part, a pour fonction de sanctionner socialement les prétentions des praticiens et de leur donner un poids considérable : les institutions, a fortiori si elles sont prestigieuses, ont toujours plus de force que les individus pour maintenir une définition de la réalité. Peu importe, du reste, que la formation soit utile dans ses moindres aspects au travail du professionnel : l’allongement tendanciel de la durée des cursus a pour utilité notable de renforcer la croyance publique dans le haut degré de technicité de l’activité. Quant à la fondation de revues de recherche spécialisées, elle contribue à imposer l’image d’une haute technicité de l’activité, et par conséquent de son inaccessibilité au profane.

  • 56 Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses Tell Their Story, op. cit., p. 246 à 248.

29Si bien que le niveau de professionnalisation d’une activité se jauge en partie au degré de reconnaissance que les professionnels ont su conquérir ; on peut le mesurer objectivement ce niveau, selon Hughes et ses collaborateurs, en évaluant par questionnaires extensifs le jugement que le public porte sur la profession, la façon dont les professionnels se situent socialement ou évaluent ce que les autres catégories socio-professionnelles pensent d’eux56.

  • 57 Ibid., p. 174.

30Mais les enjeux, d’autre part, sont économiques : il s’agit non seulement d’assurer la pérennité d’une activité (en persuadant le public que les professionnels détiennent seuls la clé de leurs problèmes), mais en outre de gagner la marque le plus tangible de reconnaissance – c’est-à-dire une rétribution financière intéressante. Certaines des infirmières diplômées interviewées dans Twenty Thousand Nurses, par exemple, voient d’un mauvais œil les infirmières non diplômées qui, en milieu hospitalier, cherchent à s’accaparer des tâches qui leur sont en principe réservées : elles y voient d’une part la menace d’une dévalorisation de la profession, mais d’autre part le risque que leurs salaires soient alignés sur ceux de leurs subordonnées57.

  • 58 Hughes Everett Cherrington, The Growth of an Institution, op. cit., p. 18.

31Ces enjeux de reconnaissance économique et sociale expliquent bien évidemment les discours de justification collective que produit toute profession, et qui s’arrangent parfois assez libéralement avec les faits. Les agents du Chicago Real Estate Board se sont par exemple très tôt présentés comme de bons chiens de berger protégeant leurs clients vulnérables contre les loups dévoreurs de taxes58.

32Les enjeux, enfin, sont de protection de l’activité – et on va voir à ce titre que Hughes tenait compte, dans la façon dont les dispositifs professionnels s’agencent, de la dimension prudentielle de l’activité des praticiens.

  • 59 Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses Tell Their Story, op. cit., p. 154-155.

33Il s’agit, plus précisément, de protéger l’activité contre diverses sources de danger. Contre le client tout d’abord, et plus généralement contre le public, dont l’intervention pourrait nuire au bon déroulé de l’activité. Les clients pourraient par exemple, dans ce qui s’apparente à un rapport de force avec les praticiens, être tentés de redéfinir à leur avantage le statut professionnel de ces derniers et les objectifs de la prestation. Les infirmières en milieu hospitalier s’agacent fréquemment de ce que les patients tiennent pour dues toutes sortes d’attentions et de soins personnels : ils prennent l’infirmière pour un garde-malade et une source de réconfort, là où cette dernière voit l’essentiel de sa tâche dans la réalisation d’opérations techniques utiles au travail du médecin (prendre la tension, doser les médicaments, mettre en place les outillages médicaux complexes, etc.59). C’est là l’une des fonctions de la solidarité déontologique : si nul professionnel ne doit critiquer publiquement un confrère, voire qui pis est donner raison à un client contre un confrère, c’est afin de ne pas favoriser les tentatives d’ingérence malvenues qui menacent sans cesse la profession.

  • 60 Ibid., p. 67 et seq. Cette organisation informelle, qui existe selon Hughes dans à peu près toutes (...)
  • 61 Ibid., p. 73.

34Mais il s’agit plus largement de se protéger contre toute intervention extérieure à la profession : les infirmières diplômées font souvent bloc, au nom de la connaissance qu’elles ont de leur métier, contre l’administration hospitalière qui cherche à décider de la répartition des personnels dans les différents services ou à décider des protocoles thérapeutiques. Leur résistance passe par exemple par la mise en place d’une structure informelle de professionnelles bien implantées dans l’institution (structure que Hughes qualifie de home-guard60), qui refusent sans le dire d’appliquer les directives de l’administration et punissent à leur manière les collègues qui se désolidarisent. Remarquons que de telles tentatives d’ingérence peuvent également venir de corps de métier internes à la profession : les infirmières du service de soins aux enfants prématurés du Charity Hospital de Louisiane ont dû résister frontalement aux requêtes des médecins qui voulaient, pour des raisons médicales discutables, qu’elles couchassent les nourrissons sur le ventre61.

  • 62 Voir Hughes Everett Cherrington, The Growth of an Institution, op. cit., p. 23-24, sur le problème (...)
  • 63 Voir Hughes Everett Cherrington, « Licence et mandat », in Le regard sociologique, op. cit., p. 99 (...)

35La professionnalisation, d’autre part, vise à protéger les praticiens contre la concurrence déloyale d’autres corps de métier. Le Chicago Real Estate Board, par exemple, consacra ses premiers efforts à la codification juridique des transactions immobilières, afin d’empêcher les pratiques jugées déloyales et peu scrupuleuses d’autres pourvoyeurs de services62. C’est là également la fonction du droit exclusif que s’arroge la profession de désigner les praticiens agréés et de décider des protocoles de service63.

36Mais enfin, la professionnalisation vise à protéger la profession contre les professionnels eux-mêmes. Il faut par exemple se prémunir contre les erreurs que le praticien pourrait commettre et dont la multiplication risquerait de le discréditer, voire de discréditer la profession tout entière. D’où la nécessité de veiller à la formation du travailleur, mais aussi de définir collectivement des stratégies de maquillage des erreurs ou des incompétences du professionnel :

  • 64 Hughes Everett Cherrington, « Des erreurs au travail », in Le regard sociologique, op. cit., p. 88- (...)

« Dans les métiers où les erreurs sont lourdes de conséquences et où la répétition sur un matériel vivant ou de grande valeur est nécessaire pour acquérir les savoir-faire, il existe évidemment un ensemble spécifique de problèmes d’apprentissage (…). On doit s’attendre également à ce que ceux qui sont soumis aux mêmes risques de travail se forgent un système commun de justifications qu’ils se répètent les uns aux autres pour garder courage, et à ce qu’ils constituent des défenses communes vis-à-vis du monde profane64. »

  • 65 Hughes Everett Cherrington, The Growth of an Institution, op. cit., p. 22.

37La profession, d’autre part, est menacée par les stratégies individualistes des praticiens, qui risquent de jouer contre l’intérêt collectif de la profession. La fondation du Chicago Real Estate Board s’est par exemple faite sur fond d’activité hautement concurrentielle (boum immobilier chicagoan consécutif à l’émigration de populations noires américaines), et procédait de la volonté de plusieurs agents chicagoans de montrer à leurs confrères qu’ils avaient des intérêts communs, et partant qu’ils devaient s’unir, au prix de quelques sacrifices, pour faire pression sur les autorités publiques65. Le corps de métier, enfin, doit se protéger contre ceux de ses membres qui seraient tentés de quitter subrepticement la profession : ceux-ci laisseraient à penser, par leur défection, que la profession n’est qu’un travail comme un autre, voire – ce qui serait plus grave – pourraient dévoiler publiquement les coulisses de la profession. Ainsi :

  • 66 Hughes Everett Cherrington, « Les professions établies », in Le regard sociologique, op. cit., p. 1 (...)

« Celui qui abandonne [la profession] après avoir reçu une formation complète, obtenu le droit d’exercer et subi une initiation, devient une sorte de renégat aux yeux de ses pairs (…). Il faut un rite de passage pour entrer dans la profession, et un autre pour s’en échapper. Celui qui file à l’anglaise semble porter préjudice à la profession et à ses anciens collègues66. »

  • 67 Voir Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses Tell Their Story, op. cit., p. 94 et (...)
  • 68 Hughes Everett Cherrington, « Les professions établies », in Le regard sociologique, op. cit., p. 1 (...)
  • 69 « The Making of a Physician », par exemple, souligne dans une veine meadienne l’importance de la so (...)

38Toute profession connaît ses francs-tireurs, ses mercenaires, ses électrons libres, qui n’apportent qu’un crédit limité au prestige de l’activité et représentent vis-à-vis de cette dernière une menace67. C’est pourquoi les institutions professionnelles déploient autant d’efforts, non pas seulement à former, mais bel et bien à convertir leurs étudiants à ce qu’on pourrait qualifier métaphoriquement de « religion séculaire ». Les grandes professions produisent certes des discours de légitimation ; mais elles produisent également une philosophie de vie et soumettent leurs membres à des rites initiatiques censés les muer magiquement en membres du cercle élu. Elles ne se contentent pas de se présenter comme associations d’intérêt public, mais s’érigent en outre en spécialistes uniques et incontestables d’un domaine essentiel de l’existence humaine68. La longueur du cursus diplômant a cette fonction d’imprégner les étudiants de l’éthique et de la philosophie de la profession en les soumettant à une socialisation prolongée avec le milieu69.

39La restitution de ces enjeux et des stratégies collectives des professionnels visant à y répondre ne suffit cependant pas, à elle seule, à expliquer la façon typique dont les professions s’organisent, et la façon quasi nécessaire dont se suivent et s’articulent les phases du processus de professionnalisation. Plusieurs ensembles de contraintes objectives, économiques et sociales, s’imposent en effet à la construction professionnelle.

Les professions et leur contexte écologique d’exercice

40On a tenté de rappeler à grands traits les mécaniques typiques d’élaboration des statuts professionnels tels que Hughes les présente, en repartant des contraintes inhérentes à l’activité des professionnels. Cette démarche, cependant, ne suffit pas à rendre compte de la morphologie des professions étudiées par Hughes. Nulle activité, comme on l’a rappelé, ne se déroule dans un espace socio-économique neutre : les environnements et écosystèmes humains où s’inscrit l’activité font peser sur cette dernière des contraintes objectives qui contribuent à la détermination des cours d’action. Il faut en d’autres termes s’intéresser à l’ancrage écologique des activités pour en comprendre le déroulé.

  • 70 Voir notamment Park Robert Ezra et Burgess Ernest Watson, Introduction to the Science of Sociology, (...)

41Quelques précisions terminologiques s’imposent. La sociologie hughesienne est l’héritière de l’écologie humaine telle que l’ont définie, principalement dans les années 1920, Park, Burgess et Roderick Duncan McKenzie70. Le propre de cette approche est de considérer que le comportement humain ne saurait se comprendre sans l’introduction d’au moins deux séries de facteurs écologiques déterminants, qui ne sont pas toujours clairement distingués dans les textes mais qu’il est possible de conceptualiser comme suit : les facteurs qui relèvent de l’environnement social et matériel d’inscription des individus, et ceux qui relèvent des écosystèmes humains où ces derniers s’insèrent. Il faut préciser que les environnements et les écosystèmes humains sont doués de caractéristiques propres, et répondent à des logiques propres, qui les font différer en nature de leurs équivalents animaux : la sociologie chicagoane n’est ni une socio-biologie, ni une approche darwiniste-sociale.

  • 71 Grafmeyer Yves et Joseph Isaac, L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, op. cit., p. 8 (...)
  • 72 Voir par exemple Park Robert Ezra et Burgess Ernest Watson, Introduction to the Science of Sociolog (...)

42Par environnements, on entend principalement les milieux sociaux (familles, milieux professionnels, communautés, clubs, assemblées, etc.) avec lesquels l’acteur entre en interaction directe. Ces milieux connaissent leurs propres normes, leurs propres valeurs, leurs propres perspectives, etc., qu’ils imposent en général de façon assez unilatérale aux acteurs. Les environnements humains impliquent toujours un ancrage spatial, technique et matériel : ils existent sur des territoires et dans des cadres matériels qu’ils organisent et qui conditionnent partiellement les interactions humaines71. Les rapports entre individus changent ainsi de nature selon qu’ils se produisent dans des zones résidentielles individualisées, collectives, dans des espaces rendus publics, etc. Par écosystème en revanche, on entend toujours un système, non pas d’acteurs individuels, mais de groupes sociaux liés par des relations de dépendance, de complémentarité ou de rivalité, principalement économiques. L’écosystème d’un travailleur se compose par exemple de groupes socio-professionnels, de groupes ethniques concurrents sur le marché du travail, de groupes de consommateurs des produits du travail, de groupes de gestionnaires politiques, etc., qui ont une influence directe ou indirecte sur son activité. Chaque groupe se définit par des intérêts objectifs et une place au sein d’un système plus ou moins stable et tendanciellement compétitif de répartition des tâches, des ressources et des prébendes, et qui fait peser sur les groupes et les individus des pressions à l’ajustement. Le lien social qui se crée par la communication entre acteurs a du reste pour finalité première d’aménager, de pacifier voire de réformer ces relations concurrentielles qui en elles-mêmes sont généralement vectrices de violence72. La distinction qu’opèrent implicitement les textes théoriques des années 1920 entre environnement et écosystème autorisent une approche sociologique multi-scalaire : si l’observation des interactions de l’individu avec ses environnements d’inscription se fait principalement à une échelle micro-sociale, l’observation des écosystèmes humains, pour sa part, implique un angle d’enquête davantage macroscopique.

  • 73 French Canada in Transition, par exemple, s’intéresse aux effets de l’industrialisation rapide du Q (...)

43Si la prégnance des cadres conceptuels de l’écologie humaine se fait davantage sentir dans les textes de jeunesse de Hughes, et plus particulièrement dans sa thèse de P.h.D, on peut néanmoins remarquer que tout le corpus hughesien prête une attention particulièrement soutenue aux effets structurants des milieux d’interaction sur la conduite et le vécu des acteurs, et sur les effets des relations de concurrence entre groupes d’acteurs sur les interactions entre individus73.

  • 74 Hughes Everett Cherrington, The Growth of an Institution, op. cit., p. 46-47.

44Or, il serait illusoire de voir les professions comme des environnements humains parfaitement solidaires, présentant un front uni aux contraintes objectives que font peser sur elles leurs écosystèmes d’appartenance : elles sont travaillées par des luttes entre individus, organisations et/ou sous-catégories professionnelles mis en concurrence, que les praticiens essaient de dissimuler consciencieusement, mais qui n’en manquent pas moins d’influer sur leurs stratégies de présentation. Le Chicago Real Estate Board, par exemple, qui s’est imposé comme organisme de défense des agents immobiliers de la zone centrale de Chicago, s’est vu concurrencer par le Cook County Real Estate Board, mieux implanté dans les zones périphériques et défendant les intérêts d’agents immobiliers moins riches. Les deux associations, qui se sont accusées réciproquement de défendre des intérêts particuliers, se sont présentées, l’une comme unique protectrice historique du public, l’autre comme représentante des petits face aux requins du business74. Toute organisation professionnelle se voit ainsi exposée à la menace de voir émerger une structure concurrente qui lui dispute ses prérogatives et ses prébendes.

  • 75 Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses Tell Their Story, op. cit., p. 172 et seq

45Les sous-catégories professionnelles développent en outre souvent des stratégies d’ascension sociale qui les mettent en concurrence les unes avec les autres. Les médecins, par exemple, ont tendance à se défausser sur les infirmières diplômées des tâches ingrates du métier, pour ne se réserver que les activités les plus prestigieuses et les plus à même de forcer l’estime du public. Les infirmières diplômées en font autant avec les aides-soignantes et infirmières auxiliaires, dont elles essaient de surcroît de gêner toute progression professionnelle perçue comme dangereuse. Elles essaient de persuader le public, et de se persuader elles-mêmes, qu’elles sont les seules infirmières dignes de ce nom, c’est-à-dire les seules praticiennes réellement formées, réellement fiables et réellement dévouées à la tâche75. Elles tentent enfin de renforcer leur position en s’attribuant exclusivement les tâches médicales annexes délaissées par les médecins.

  • 76 Hughes Everett Cherrington, « Pour étudier le travail d’infirmière », in Le regard sociologique, op (...)
  • 77 Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses Tell Their Story, op. cit., p. 175.

46Les professions, d’autre part, sont tributaires dans leur travail d’auto-définition de facteurs économiques et sociaux qu’elles subissent. Les rapports sociaux de domination et de subordination se reproduisent par exemple au sein des professions : l’un des obstacles majeurs à la professionnalisation du métier d’infirmière tient à ce que l’activité est très majoritairement féminine, c’est-à-dire exercée par des individus qui, selon la société américaine, n’ont pas vocation à faire de brillantes carrières76. Il n’est pas non plus innocent que les seuls travailleurs noirs dans le centre des prématurés de la Nouvelle-Orléans soient cantonnés au statut de surveillants77. Par ailleurs, les professionnels sont contraints, pour définir leurs stratégies, de composer avec les réquisits d’une société qui accorde une valeur accrue aux savoirs techniques spécialisés, auxquels elle suspend prioritairement les rémunérations. Le technicisme, l’estime accordée aux experts dans une société en voie d’urbanisation et une économie en voie de tertiarisation, contribuent à expliquer la multiplication des structures professionnelles.

47On peut ajouter que nulle profession ne peut se constituer si elle n’occupe un segment déterminé sur le marché, c’est-à-dire si elle ne parvient à s’insérer dans un écosystème économique. Il n’y a selon Hughes aucun hasard à ce que les professions les plus prestigieuses exercent les mêmes activités d’une société à l’autre : médecins, juristes, enseignants du supérieur parviennent notamment à faire valoir leurs revendications parce qu’ils rendent efficacement des services à haute utilité sociale. Toute profession se voit confrontée, sous peine d’être éliminée, à la nécessité de s’insérer dans un écosystème déterminé, qui a ses spécificités régionales mais présente, d’une société moderne à l’autre, certaines propriétés de structure relativement identiques.

  • 78 Ibid., p. 75.

48Le travail d’une profession, et partant ses stratégies de présentation, peuvent de surcroît être bouleversées par un changement dans la nature ou le comportement des publics : la fréquentation de plus en plus soutenue des hôpitaux est responsable de l’émergence de structures hospitalières de grande taille, où les rapports sociaux de travail n’ont plus rien à voir avec ceux qui prévalent dans les petits hôpitaux de campagne. Un sentiment d’appartenance (« ’’we’’ feeling ») s’y développe plus difficilement entre infirmières, et par conséquent les solidarités de corps se constituent entre groupes plus restreints78.

  • 79 Ibid., p. 135 et seq.

49La division du travail au sein des professions est pour sa part tributaire des innovations techniques et technologiques produites par le corps social : la division de la médecine en spécialités, l’apparition de dispositifs de soins nouveaux dont se saisissent de nouvelles catégories d’infirmières, en sont des exemples79.

  • 80 Hughes Everett Cherrington, The Growth of an Institution, op. cit., p. 104-106.

50Une profession, enfin, est confrontée aux difficultés que lui pose son propre développement économique. Comme on a vu, l’un des moments charnières dans l’édification des professions consiste dans le premier afflux massif de travailleurs qui, attirés par la renommée croissante de l’activité nouvelle, entendent s’y consacrer. C’est cet afflux qui confronte les corps professionnels à la nécessité de former leurs praticiens, pour éviter les contrefaçons mais aussi pour s’assurer un monopole confortable dans une situation hautement concurrentielle. La solidarité corporatiste entre agents immobiliers, de même, ne tient que pour autant que les acteurs ont un intérêt personnel à être solidaires avec leurs collègues ; si le commerce des transactions immobilières venait à perdre en rentabilité, les agents se tourneraient vraisemblablement vers d’autres activités économiques, et le Chicago Real Estate Board, avec tous ses discours et toutes ses prétentions à servir le public, disparaîtrait bientôt80.

51En d’autres termes, une profession n’est pas seulement, et n’est peut-être pas prioritairement, une construction fantasmatique arbitrairement produite par d’habiles metteurs en scène : elle est d’abord et avant tout une activité économique soumise à des logiques commerciales, et une organisation de lutte visant à l’adaptation de l’activité à un contexte. C’est du reste le jeu de contraintes objectives qui, combinées aux fins que les acteurs ne peuvent pas ne pas poursuivre, explique la façon typique dont toute profession, quelle qu’elle soit, s’organise tendanciellement. Isoler la représentation de l’activité de son contexte matériel de formation, a fortiori pour la comprendre comme ruse visant à prendre un pouvoir arbitraire dans le champ social, participerait d’une illusion spiritualiste et reviendrait à mécomprendre profondément la nature même des professions.

Conclusion : quelques éléments sur les mécanismes sociaux de construction de l’estime

52On a vu que l’estime portée aux professionnels, et plus particulièrement aux représentants des « grandes » professions, devait au fond moins à la supposée excellence intrinsèque de leurs services, qu’aux efforts collectifs consentis par leurs praticiens pour imposer aux publics une certaine image de leur activité. Afin de maintenir un rapport asymétrique à leurs clientèles, d’asseoir leur autorité dans leur champ d’exercice, de s’assurer la pérennité et la rentabilité économique de leurs prestations et de défendre leur métier contre toute intervention extérieure, ils déploient des stratégies de présentation qui sont à peu près toujours les mêmes : revendiquer une haute technicité de l’activité, créer des cursus diplômants, conserver au savoir professionnel son aspect ésotérique, développer des institutions de recherche fondamentale et appliquée, maintenir le secret sur certains aspects de la pratique, imposer un monopole dans la désignation et la formation des praticiens agréés, développer une déontologie interne contraignante, renforcer les solidarités entre praticiens, définir une philosophie générale de l’activité, écarter la concurrence, déléguer les tâches peu reluisantes à des corporations de métier dominées, élaborer des organismes de régulation, de représentation et de défense de l’activité, etc. L’estime, le respect, la déférence que les profanes accordent au professionnel, loin de se constituer dans la seule relation du client à son pourvoyeur de services, sont donc en vérité produits et entretenus par des agencements sociaux complexes, qu’il faut rendre apparents pour comprendre le processus d’émergence des professions.

53Mais le succès d’une profession à s’imposer comme corps de métier prestigieux ne dépend pas exclusivement des efforts consentis par les praticiens : il est également tributaire de l’insertion des corps professionnels dans des environnements et des écosystèmes qui s’imposent à eux et contribuent à déterminer l’ordre et la nature des phases du processus de professionnalisation. Une « grande » profession est au fond un corps de métier qui a su s’adapter à un ordre écologique donné, tandis qu’une « petite » profession est une activité de service qui n’a pas su surmonter toutes ces contraintes pour pousser jusqu’à son terme le processus de professionnalisation.

54À présent, que peut-on retenir, dans une perspective honnethienne, de la sociologie hughesienne des professions ? Cette sociologie a d’abord l’avantage de mettre au jour certaines des dynamiques typiques, dans nos sociétés, de construction du prestige professionnel : outre qu’elle donne corps à certaines hypothèses théoriques de la Lutte pour la reconnaissance (effets structurants sur l’identité et la personnalité de la reconnaissance au travail, dimension souvent conflictuelle de la construction du statut professionnel, etc.), elle permet de relativiser la valeur que les « grandes » professions s’arrogent souvent au détriment de travailleurs subordonnés, et révèle à ces derniers le caractère partiellement arbitraire de la relégation qu’ils subissent. Elle peut à ce titre permettre aux travailleurs dominés de prendre conscience des procédés qui les maintiennent dans leur position, et de comprendre les stratégies utiles à la défense de leur statut et de leur activité, face notamment au public ou aux administrations qui leur imposent des réformes déstructurantes. Hughes ne s’y est pas trompé, qui entendait avec Twenty Thousand Nurses aider les infirmières à transformer leur activité semi-professionnelle en profession reconnue : il eût été bienvenu, à tirer les conclusions qui s’imposent de cette étude, que les infirmières s’entendissent à imposer collectivement l’idée d’une technicité de leur métier, à valoriser les activités de la recherche professionnelle, à développer leur solidarité de corps et à revendiquer le droit des femmes à faire carrière.

55Une série de questions reste naturellement ouverte au terme de cet exposé : la valorisation d’une activité professionnelle peut-elle ne s’effectuer au détriment d’aucun acteur ? Une profession peut-elle imposer une image favorable de son activité au public sans déléguer le « sale boulot » à des corps de métier subordonnés ? L’utilisation délibérée des procédés de valorisation de l’activité mis en évidence par Hughes ne risque-t-elle pas de recréer ou de renforcer le pouvoir des professionnels tel que Goffman, par exemple, l’a dénoncé dans Asiles ? L’appel au développement d’une solidarité infaillible au sein des corps professionnels n’est-il pas voué, dans le présent contexte d’individualisation accrue des carrières, à ne demeurer qu’un vœu pieux ? Ces questions ne sauraient bien évidemment être tranchées ici, et peut-être ne peut-on les résoudre théoriquement. Si les développements hughesiens pouvaient apporter quoi que ce soit aux travailleurs concernés, ce ne serait vraisemblablement que dans des contextes locaux et en tant qu’ils contribueraient, par certains de leurs aspects, à nourrir des réflexions situées. Nous avons néanmoins l’espoir, sans doute naïf, que la mise au jour de procédés de domination et la révélation de stratégies efficaces de protection de l’activité puissent s’avérer utiles aux travailleurs relégués, et seconder ces derniers dans les efforts quotidiens qu’ils déploient pour obtenir la reconnaissance de leur activité.

Haut de page

Bibliographie

Anderson Nels, Le Hobo. Sociologie du sans-abri (1ère édition américaine 1923), Paris, Nathan, 1993.

Becker Howard Saul, Outsiders. Études de sociologie de la déviance (1ère édition américaine 1963), Paris, A. M. Métailié, 1985.

Becker Howard Saul, « La nature d’une profession », in Le travail sociologique. Méthode et substance, Fribourg, Academic Press Fribourg, 2006.

Becker Howard Saul, Geer Blanche et Hughes Everett Cherrington, Boys in White. Student Culture in Medical School, New Brunswick (NJ), Londres, Transaction Books, 1961.

Becker Howard Saul, Geer Blanche, et Hughes Everett Cherington, Making the Grade. The Academic Side of College Life. New York, Londres, J. Wiley, 1968.

Bekhterev Vladimir Mikhaïlovitch, « Die Persönlichkeit und die Bedingungen ihrer Entwicklung und Gesundheit », Grenzfragen des Nerven- une Seelenlebens, 45, Wiesbaden, 1906.

Cefaï Daniel, « Faire du terrain à Chicago dans les années cinquante. L’expérience du Field Training Project », Genèses, 46, 2002 , p. 122-137.

Champy Florent, La sociologie des professions, Paris, PUF, 2009.

Cooley Charles Horton, Human Nature and the Social Order (1ère édition américaine 1902), New York, Charles Scribner’s Sons, 1922.

Faris Ellsworth, « The Nature of Human Nature », in Publications of the American Sociological Society, 20, 1925, p. 15-29.

Freidson Eliot. La Profession médicale (1ère édition américaine 1970), Paris, Payot, 1984.

Goffman Erving, La mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi (1ère édition américaine 1956), Paris, Éditions de Minuit, 1973.

Goffman Erving, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus (1ère édition américaine 1961), Paris, Éditions de Minuit, 1968.

Goffman Erving, Les cadres de l’expérience (1ère édition américaine 1974), Paris, Les Éditions de Minuit, 1974.

Grafmeyer Yves et Joseph Isaac, L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine (1ère édition française 1979), Paris, Aubier, 1990.

Heath Christian, « Review Essay: Everett Cherrington Hughes (1897–1983): A Note on His Approach and influence », Sociology of Health and Illness, 6/2, 1er juillet 1984, p. 218-237.

Honneth Axel, La lutte pour la reconnaissance (1ère édition allemande 1992), Paris, Éditions du Cerf, 2000.

Hughes Everett Cherrington, The Growth of an Institution. The Chicago Real Estate Board (1ère édition américaine 1931), New York, Arno press, 1979.

Hughes Everett Cherrigton, French Canada in Transition (1ère édition américaine 1943), Oxford, Oxford University Press, 2009.

Hughes Everett Cherrington, Men and Their Work, Glencoe, Free Press, 1958.

Hughes Everett Cherrington, Le regard sociologique. Essais choisis (1ère édition américaine 1971), Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1996.

Hughes Everett Cherrington et Hughes McGill Helen, Where Peoples Meet. Racial and Ethnic Frontiers (1ère édition américaine 1952), Westport, Greenood press, 1981.

Hughes Everett Cherrington, Hughes McGill Helen et Deutscher Irvin, Twenty Thousand Nurses Tell Their Story. A Report on Studies of Nursing Functions, Philadelphia, Lippincott, 1958.

Junker Buford Helmholz, Field Work. An Introduction to the Social Sciences, Chicago, University of Chicago Press, 1960.

Mead George Herbert, L’esprit, le soi et la société (1ère édition américaine 1934), Paris, PUF, 2006.

Merton Robert King, Reader George et Kendall Patricia (dir.), The Student-Physician. Introductory Studies in the Sociology of Medical Education, Cambridge, Harvard University Press, 1957.

Park Robert Ezra et Burgess Ernest Watson, Introduction to the Science of Sociology (1ère édition américaine 1921), Chicago, University of Chicago Press, 1969.

Park Robert Ezra, Burgess Ernest Watson et McKenzie Roderick Duncan, The City. Suggestions for Investigation of Human Behavior in the Urban Environment, Chicago, University of Chicago Press, 1925.

Parsons Talcott, The Social System, Glencoe, Free Press, 1951.

Royce Josiah, « Self-Consciousness, Social Consciousness and Nature », Philosophical Review, 4, 1895, p. 465-485.

Spencer Herbert, The Principles of Sociology, New York, D. Appleton and Co., 1879.

Spencer Herbert, The Principles of Ethics, New York, D. Appleton and Co., 1892.

Strauss Anselm, « Structure and Ideology of the Nursing Profession », in Davis Fred, The Nursing Profession. Five Sociological Essays, New York, Wiley, 1966.

Thomas William Isaac, The Unadjusted Girl. With Cases and Standpoint for Behavior Analysis, Boston, Little Brown and Company, 1923.

Thomas William Isaac et Znaniecki Florian, The Polish Peasant in Europe and America, Boston, Badger, 1918.

Thorndike Edward Lee, The Original Nature of Man, New York, Columbia University, 1913.

Thrasher Frederic Milton, The Gang. A Study of l.313 Gangs in Chicago (1ère édition américaine 1927), Chicago, 1967.

Veblen Thorstein, Théorie de la classe de loisirs (1ère édition américaine 1899), Gallimard, Paris, 1970.

Wirth Louis, Le Ghetto (1ère édition américaine 1928), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1980.

Zorbaugh Harvey Warren, The Gold Coast and the Slum. A Sociological Study of Chicago’s Near North Side (1ère édition américaine 1929), Chicago, Londres, The Chicago University Press, 1983.

Haut de page

Notes

1 Hughes Everett Cherrington, Hughes McGill Helen et Deutscher Irvin, Twenty Thousand Nurses Tell Their Story. A Report on Studies of Nursing Functions, Philadelphia, Lippincott, 1958, p. 232.

2 Honneth Axel, La lutte pour la reconnaissance (1ère édition allemande 1992), Paris, Éditions du Cerf, 2000.

3 Ibid., p. 83.

4 Ibid., p. 84.

5 Ibid., p. 85.

6 Mead George Herbert, L’esprit, le soi et la société (1ère édition américaine 1934), Paris, PUF, 2006 ; Honneth Axel, La lutte pour la reconnaissance, op. cit., p. 87-111.

7 Thomas William Isaac, et Znaniecki Florian, The Polish Peasant in Europe and America, Boston, Badger, 1918, Methodological note.

8 Park Robert Ezra et Burgess Ernest Watson, Introduction to the Science of Sociology (1ère édition américaine 1921), Chicago, University of Chicago Press, 1969, ch. 2, II-C, p. 111-126.

9 Voir par exemple Anderson Nels, Le Hobo. Sociologie du sans-abri (1ère édition américaine 1923), Paris, Nathan, 1993, ch. 6 et 7, p. 111 à 127 ; Wirth Louis, Le Ghetto (1ère édition américaine 1928), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1980, p. 220 ; Thrasher Frederic Milton, The Gang. A Study of l.313 Gangs in Chicago (1ère édition américaine 1927), Chicago, 1967, ch. 17, p. 328 à 343.

10 La diffusion de la philosophie de Mead fut plus tardive que celle de Cooley au sein du département de sociologie de Chicago. Ces deux auteurs étaient néanmoins enseignés par Faris. Voir par exemple Faris Ellsworth, « The Nature of Human Nature », Publications of the American Sociological Society, 20, 1925, p. 16.

11 Cooley Charles Horton, Human Nature and the Social Order (1ère édition américaine 1902), New York, Charles Scribner’s Sons, 1922, ch. 5 et 6.

12 Royce Josiah, « Self-Consciousness, Social Consciousness and Nature », Philosophical Review, 4, 1895, p. 465-485.

13 Par exemple Spencer Herbert, The Principles of Ethics, New York, D. Appleton and Co., 1892.

14 Thorndike Edward Lee, The Original Nature of Man, New York, Columbia University, 1913.

15 Bekhterev Vladimir Mikhaïlovitch, « Die Persönlichkeit und die Bedingungen ihrer Entwicklung und Gesundheit », Grenzfragen des Nerven- une Seelenlebens, 45, Wiesbaden, 1906.

16 « Nul homme ne peut ni ne doit être satisfait si on ne lui donne l’opportunité de développer sa personnalité, de concevoir des ambitions raisonnables qu’il s’efforcera d’atteindre. Dans cette optique, et comme partie intégrante de ce processus, l’homme a besoin de camaraderie et d’une reconnaissance (appreciation) des autres qui offre à son soi social confirmation et soutien. (…) On trouve par exemple des ouvriers qui ne connaissent aucune sécurité dans leur travail, qui sont embauchés et licenciés arbitrairement, ou qui peut-être perdent leur travail pour des raisons qui n’ont aucun rapport apparent avec leur mérite. Très souvent, leur travail en lui-même est incompatible avec ces sollicitations de la volonté et ces perfectionnements des compétences et des capacités qui maintiennent le sentiment de soi (self-feeling) vivant et éveillé. Et s’il n’y a rien dans le travail en lui-même, ou dans sa reconnaissance par l’employeur, pour gratifier le sentiment de soi du travailleur, il se peut que le ressentiment et la rébellion occasionnelle soient les seuls moyens de préserver le respect de soi-même. » Cooley Charles Horton, Human Nature and the Social Order, op. cit., p. 261.

17 Zorbaugh Harvey Warren, The Gold Coast and the Slum. A Sociological Study of Chicago’s Near North Side (1ère édition américaine 1929), Chicago, Londres, The Chicago University Press, 1983, ch. 3, p. 46-68; Veblen Thorstein, Théorie de la classe de loisirs (1ère édition américaine 1899), Paris, Gallimard, 1970.

18 Thomas William Isaac, The Unadjusted Girl. With Cases and Standpoint for Behavior Analysis, Boston, Little Brown and Company, 1923, ch. 3, p. 70 et seq.

19 Honneth Axel, La lutte pour la reconnaissance, op. cit., p. 149 et seq.

20 Pour une bibliographie exhaustive des textes de Hughes, voir Heath Christian, « Review Essay: Everett Cherrington Hughes (1897-1983): A Note on His Approach and influence », Sociology of Health and Illness, 6/2, 1er juillet 1984, p. 218- 237.

21 Voir le texte tiré de cette thèse : Hughes Everett Cherrington, The Growth of an Institution. The Chicago Real Estate Board (1ère édition américaine 1931), New York, Arno press, 1979.

22 Chapoulie Jean-Michel, « E. C. Hughes et la tradition de Chicago », in Hughes Everett Cherrington, Le regard sociologique. Essais choisis (1ère édition américaine 1971), Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1996, p. 13-14. Sur le séminaire de formation au travail de terrain animé par Hughes, voir Cefaï Daniel, « Faire du terrain à Chicago dans les années cinquante. L’expérience du Field Training Project », Genèses, 46, 2002, p. 122-137. Voir également Junker Buford Helmholz, Field Work. An Introduction to the Social Sciences, Chicago, University of Chicago Press, 1960, qui synthétise les recherches menées lors de ce séminaire.

23 « … le métier d’un homme est l’une des composantes les plus importantes de son identité sociale, de son moi, et même de son destin dans son unique existence. » Hughes Everett Cherrington, « Le travail et le soi », in Le regard sociologique, op. cit., p. 76.

24 Voir Parsons Talcott, The Social System, Glencoe, Free Press, 1951, et Merton Robert King, Reader George et Kendall Patricia (dir.), The Student-Physician. Introductory Studies in the Sociology of Medical Education, Cambridge, Harvard University Press, 1957. Selon F. Champy, les caractéristiques générales d’une approche fonctionnaliste des professions sont les suivantes. Premièrement, elle fait un usage restreint du terme « profession », en ne retenant que les activités de service à très haut degré de prestige et impliquant l’acquisition et la mise en application d’un savoir très technique. Deuxièmement, elle insiste sur l’unité des professions et des pratiques de leurs membres. Troisièmement, elles expliquent par des nécessités techniques et fonctionnelles la délimitation des domaines d’intervention des professions et les statuts qui les protègent de la concurrence interprofessionnelle. Voir Champy Florent, La sociologie des professions, Paris, PUF, 2009, p. 19-20.

25 Voir Becker Howard Saul, « La nature d’une profession », in Le travail sociologique. Méthode et substance, Fribourg, Academic Press Fribourg, 2006 ; Freidson Eliot. La Profession médicale (1ère édition américaine en 1970), Paris, Payot, 1984 ; Goffman Erving, La mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi (1ère édition américaine en 1956), Paris, Ed. de Minuit, 1973 ; Goffman Erving, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus (1ère édition américaine en 1961), Paris, Éditions de Minuit, 1968 ; Strauss Anselm, « Structure and Ideology of the Nursing Profession », in Davis Fred, The Nursing Profession. Five Sociological Essays, New York, Wiley, 1966.

26 Hughes Everett Cherrington, Men and Their Work, Glencoe, Free Press, 1958.

27 Hughes Everett Cherrington et Hughes McGill Helen, Where Peoples Meet. Racial and Ethnic Frontiers (1ère édition américaine en 1952), Westport, Greenood press, 1981.

28 Hughes Everett Cherrington, Le regard sociologique, op. cit.

29 Hughes Everett Cherrington, The Growth of an Institution. The Chicago Real Estate Board, op. cit.

30 Hughes Everett Cherrington, Hughes McGill Helen et Deutscher Irvin, Twenty Thousand Nurses Tell Their Story, op. cit.

31 Champy Florent, La sociologie des professions, op. cit., p. 48 à 55.

32 Hughes Everett Cherrington, « Des erreurs dans le travail », in Le regard sociologique, op. cit., p. 87.

33 Voir Hughes Everett Cherrington, « Métiers modestes et professions prétentieuses : l’étude comparative des métiers », in Le regard sociologique, op. cit., p. 123 à 135.

34 Hughes Everett Cherrington, « Professions in transition », in Men and Their Work, op. cit., p. 133 et seq.

35 Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses tell their own Story, op. cit., introduction, p. 2 et 3; mais aussi p. 249, où la profession d’infirmière est qualifiée de « semi-profession ».

36 Thrasher Frederic Milton, The Gang, op. cit., p. 4.

37 « Dans ces quelques pages, nous n’observons pas les os d’un dinosaure dont nous devrions imaginer la chair, mais la chair luttante (struggling) d’une institution vivante et néanmoins jeune dans la ville de Chicago. Notre thèse est que les procédés du passé peuvent être éclairés par ceux du présent, et inversement. » Hughes Everett Cherrington, The Growth of an Institution, op. cit., p. 1.

38 Voir par exemple Spencer Herbert, The Principles of Sociology, New York, D. Appleton and Co., 1879, p. 592.

39 « … les problèmes fondamentaux que les hommes rencontrent dans leur travail sont les mêmes, qu’ils travaillent dans un laboratoire illustre ou dans les cuves malpropres d’une conserverie. » Hughes Everett Cherrington, « Le travail et le soi », in Le regard sociologique, op. cit., p. 80.

40 On peut voir là une proximité forte entre Hughes d’une part, et l’approche pragmatiste de William James, John Dewey ou George Herbert Mead d’autre part qui, s’ils ne furent pas des références centrales pour Park, Burgess, Thomas et leurs élèves dans les années 1920, n’étaient néanmoins pas inconnus à Chicago – ne serait-ce que parce que Dewey ou Mead ont enseigné à l’Université de Chicago. Hughes place du reste en exergue de The Growth of an Institution une citation de Dewey, et conçoit les institutions comme des tentatives collectives des hommes pour résoudre, avec un succès toujours relatif et précaire, des problèmes pratiques. Il faut néanmoins remarquer que, dans ce même texte, ni Mead ni James ne sont cités, et que les rapports entre publics et problèmes publics sont pensés à la façon, non pas de Dewey, mais de Walter Lippman, qui est cité et salué explicitement.

41 Hughes Everett Cherrington, « Psychology: Science and/or Profession », in Men and Their Work, op. cit., p. 141-142.

42 Hughes Everett Cherrington, « Les professions établies », in Le regard sociologique, op. cit., p. 108.

43 Hughes Everett Cherrington, « Psychology: Science and/or Profession », op. cit., p. 140-141.

44 « Dans l’enseignement, où les fins – et par voie de conséquence, les erreurs – sont très mal définies et où les profanes ont la critique et le blâme faciles, le traitement correct devient un rituel autant et plus encore qu’un art. Si un enseignant peut démontrer qu’il a suivi le rituel, le blâme ne se porte pas sur lui mais sur le malheureux écolier ou étudiant. L’échec peut être, et est effectivement, imputé à lui. » Hughes Everett Cherrington, « Des erreurs dans le travail », op. cit., p. 93-94.

45 Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses tell their own Story, op. cit., p. 3.

46 « …Il faut se rappeler qu’un métier n’est pas seulement un faisceau de tâches, mais aussi un rôle social, le personnage que l’on joue dans une pièce. » Hughes Everett Cherrington, « Pour étudier le travail d’infirmière », in Le regard sociologique, op. cit., p. 72.

47 Face aux demandes insistantes des patients ou à leurs tentatives pour dévier le dispositif relationnel, les infirmières disposent par exemple d’une stratégie efficace : elles peuvent se donner l’air d’être extrêmement occupées et de ne pas avoir le temps de répondre aux demandes. Leur ôter ce subterfuge revient souvent à les laisser à la merci du patient, comme peuvent l’expérimenter les infirmières libérales pratiquant au domicile des malades. Voir Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses Tell Their Story, op. cit., p. 154.

48 En projetant une image construite de leur activité, les praticiens essaient en vérité « de modifier leur propre conception d’eux-mêmes et de leur travail ». Hughes Everett Cherrington, « Le travail et le soi », in Le regard sociologique, op. cit., p. 77.

49 Pour une illustration plus tardive de cette position, mais qui prend ses sources dans la même tradition, voir Goffman Erving, Les cadres de l’expérience (1ère édition américaine 1974), Paris, Les Éditions de Minuit, 1974, p. 567-568.

50 Ibid., p. 76. Nous soulignons.

51 Voir Thomas William Isaac, « Définir la situation », in Grafmeyer Yves et Joseph Isaac, L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine (1ère édition française 1979), Paris, Aubier, 1990, p. 79-82.

52 Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses Tell Their Story, op. cit., ch. 9.

53 Hughes Everett Cherrington, « Le travail et le soi », in Le regard sociologique, op. cit., p. 76.

54 « Le processus de conversion d’un art ou d’un métier en une profession établie comporte souvent une tentative pour abandonner certaines tâches à une autre catégorie de travailleurs. » Hughes Everett Cherrington, « Pour étudier le travail d’infirmière », in Le regard sociologique, op. cit., p. 72.

55 Hughes Everett Cherrington, « Division du travail et rôle social », in Le regard sociologique, op. cit., p. 63-64.

56 Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses Tell Their Story, op. cit., p. 246 à 248.

57 Ibid., p. 174.

58 Hughes Everett Cherrington, The Growth of an Institution, op. cit., p. 18.

59 Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses Tell Their Story, op. cit., p. 154-155.

60 Ibid., p. 67 et seq. Cette organisation informelle, qui existe selon Hughes dans à peu près toutes les institutions, consiste en un ensemble de travailleurs qui décident de travailler dans la même institution toute leur carrière durant (quitte à laisser passer des occasions de promotion), et prennent ainsi au sein de l’organisation un pouvoir de contrôle qui, pour informel qu’il soit, n’en laisse pas moins d’être réel.

61 Ibid., p. 73.

62 Voir Hughes Everett Cherrington, The Growth of an Institution, op. cit., p. 23-24, sur le problème de la codification juridique des pratiques liées aux arrhes et aux séquestres, et p. 25-26, sur l’interdiction sanctionnée juridiquement qui a été faite aux courtiers de prendre les clients d’autres courtiers.

63 Voir Hughes Everett Cherrington, « Licence et mandat », in Le regard sociologique, op. cit., p. 99 à 106.

64 Hughes Everett Cherrington, « Des erreurs au travail », in Le regard sociologique, op. cit., p. 88-89.

65 Hughes Everett Cherrington, The Growth of an Institution, op. cit., p. 22.

66 Hughes Everett Cherrington, « Les professions établies », in Le regard sociologique, op. cit., p. 110.

67 Voir Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses Tell Their Story, op. cit., p. 94 et seq.

68 Hughes Everett Cherrington, « Les professions établies », in Le regard sociologique, op. cit., p. 109-110.

69 « The Making of a Physician », par exemple, souligne dans une veine meadienne l’importance de la socialisation de l’aspirant médecin dans la construction de ses rôles interactionnels. Hughes Everett Cherrington, « The Making of a Physician », in Men and their Work, op. cit., p. 116 à 130.

70 Voir notamment Park Robert Ezra et Burgess Ernest Watson, Introduction to the Science of Sociology, op. cit.; mais surtout Park Robert Ezra, Burgess Ernest Watson et McKenzie Roderick Duncan, The City. Suggestions for Investigation of Human Behavior in the Urban Environment, Chicago, University of Chicago Press, 1925.

71 Grafmeyer Yves et Joseph Isaac, L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, op. cit., p. 88.

72 Voir par exemple Park Robert Ezra et Burgess Ernest Watson, Introduction to the Science of Sociology, op. cit., p. 507-511.

73 French Canada in Transition, par exemple, s’intéresse aux effets de l’industrialisation rapide du Québec sur la culture, les modes de vie et la perception de soi des populations natives. Hughes part de ce constat que l’industrialisation québécoise est essentiellement portée par des populations étrangères (anglo-saxons protestants), qui investissent dans l’industrie, occupent les postes à responsabilité et importent un mode de production, des coutumes et des valeurs qui ne sont pas ceux des populations natives (la société québécoise étant encore à cette époque très rurale et catholique). Si bien que les Canadiens francophones, relégués aux postes subalternes et subissant des processus dont ils ne sont pas maîtres, traversent une crise d’adaptation, ne se reconnaissent plus dans le projet de vie, les normes et les valeurs qu’on leur impose – d’où des réactions d’hostilité à ce qui est vécu comme une invasion voire une colonisation anglophone, et l’affirmation d’une identité communautaire forte. Hughes Everett Cherrington, French Canada in Transition (1ère édition américaine 1943), Oxford, Oxford University Press, 2009.

74 Hughes Everett Cherrington, The Growth of an Institution, op. cit., p. 46-47.

75 Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses Tell Their Story, op. cit., p. 172 et seq.

76 Hughes Everett Cherrington, « Pour étudier le travail d’infirmière », in Le regard sociologique, op. cit., p. 70-71.

77 Hughes Everett Cherrington et al., Twenty Thousand Nurses Tell Their Story, op. cit., p. 175.

78 Ibid., p. 75.

79 Ibid., p. 135 et seq.

80 Hughes Everett Cherrington, The Growth of an Institution, op. cit., p. 104-106.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Lanher, « L’estime professionnelle selon E C. Hughes », Terrains/Théories [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 19 août 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://teth.revues.org/694 ; DOI : 10.4000/teth.694

Haut de page

Auteur

Simon Lanher

Triangle – UMR 5206, ENS de Lyon

Ancien élève de l'ENS de Lyon, agrégé de philosophie, titulaire d'un master en histoire de la philosophie et d'un master en recherches sociologiques, Simon Lanher prépare sous la direction de M. Claude Gautier une thèse en philosophie des sciences sociales sur les approches naturalistes dans la première tradition anthropo-sociologique de Chicago. Ses recherches portent sur les réceptions du pragmatisme en sociologie, la naissance de l'interactionnisme américain et l'articulation entre points de vue naturalistes et constructivistes dans la première tradition chicagoane.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org