Navigation – Plan du site
Dossier

Présentation du Dossier

Alice Le Goff et Christian Lazzeri

Texte intégral

1Pour une partie non négligeable de la tradition philosophique, la question de l’estime sociale ne mérite aucun intérêt : sa recherche serait synonyme d’une dépendance de l’individu à l’égard de l’opinion collective et celle-ci constitue un obstacle à la réalisation d’une conduite autonome dont le principe serait fondé sur la seule réflexion individuelle. Il est admis, par les courants philosophiques les plus divers, que l’individu ne peut trouver le principe de la vie bonne, ou plus largement de la vie morale, que dans l’exercice de son autonomie de jugement et dans celui de l’autonomie de sa volonté : s’être formé des convictions morales et des attitudes morales au moyen de tels instruments, c’est donner à ces convictions et attitudes un fondement réfléchi, éprouvé et durable. Cela revient à éviter de confier l’un des aspects les plus importants de sa conduite à l’opinion collective qui varie selon les individus, les périodes et les cultures. Bref, comme le soutiennent la plupart des philosophies morales, l’autonomie est une condition fondamentale de l’authenticité morale.

2Une investigation des motivations et des modes de recherche de l’estime sociale est néanmoins susceptible de s’avérer intéressante. En effet les philosophies morales qui considèrent la dépendance à l’égard de l’opinion collective comme un dommage ne se privent pas elles-mêmes d’envisager la quête d’estime sociale comme un moyen de renforcer l’efficace des principes moraux ou celle du désir d’auto-réalisation éthique, comme cela se vérifie d’Aristote à Descartes et de Spinoza à Hume, Rousseau et Kant. Une sorte de division du travail semble ainsi s’opérer : à la philosophie morale reviendrait la tâche de dégager le fondement des valeurs et des normes alors que le renforcement de la conduite morale reposerait sur la quête d’estime. À moins qu’on ne considère, en faisant un pas supplémentaire, que l’estime ne constitue pas seulement une force d’appoint mais une motivation centrale des conduites morales : ce ne serait pas pour mettre en œuvre des principes moraux que le recours à l’estime sociale s’exercerait, mais les principes eux-mêmes ne seraient individuellement élus qu’en raison de l’estime sociale qui sanctionnerait ce choix.

3Dès lors, si même les philosophes qui font profession de se débarrasser de la recherche de l’estime sociale reconnaissent, sous certains angles, la difficulté à s’en défaire, c’est qu’une telle motivation est particulièrement importante dans la conduite humaine. Comme l’observait Pierre Bourdieu à la fin des Méditations pascaliennes, résumant une longue tradition de philosophie sociale :

  • 1 Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 283.

« à travers les jeux sociaux qu’il propose, le monde social procure plus et autre chose que les enjeux apparents : la chasse, Pascal le rappelle, compte autant, sinon plus, que la prise, il y a un bonheur de l’action qui excède les profits patents, salaires, prix, récompenses, et qui consiste dans le fait de sortir de l’indifférence (ou de la dépression) d’être occupé, projeté vers des fins, et de se sentir doté, objectivement, donc subjectivement, d’une mission sociale. Être attendu, sollicité, accablé d’obligations et d’engagements, ce n’est pas seulement être arraché à la solitude ou à l’insignifiance, c’est éprouver, de la manière la plus continue et la plus concrète, le sentiment de compter pour les autres, d’être important pour eux, donc en soi, et trouver dans cette sorte de plébiscite permanent que sont les témoignages incessants d’intérêt […] une sorte de justification continuée d’exister1. »

4Cette importance de l’estime sociale pour les individus peut être évaluée de multiples manières et des auteurs comme Hegel, Mauss, Bataille, ou Sartre ont tenté de prendre la mesure de ce que les individus sont prêts à sacrifier pour obtenir ce type de reconnaissance.

5Au-delà même des conduites morales, une grande partie des conduites sociales sont gouvernées par la recherche d’estime et quel que soit le champ d’activité considéré on en trouverait peu qui échappent à cette « loi » sociale. Charles E. Cooley, William James, George Herbert Mead et plus tard Erik Erikson ont insisté sur l’importance des attitudes de reconnaissance dans la construction des processus de socialisation tout au long de la vie individuelle. De ce point de vue, l’une des questions centrales réside dans le fait de savoir comment rendre compte de ces multiples rapports « d’offre » et de « demande » d’estime et de leur capacité d’ajustement. Autrement dit, quels sont les cadres théoriques qui permettent d’en expliquer la logique d’ensemble.

6La théorie contemporaine de la reconnaissance accorde certes une place à l’estime sociale. Mais des trois sphères de reconnaissance théorisées par Axel Honneth, la troisième, qui se rapporte à l’estime sociale, est la plus mal définie tant au regard de son contenu qu’au regard de la cohérence des définitions successives qui en ont été proposées. Cette difficulté est d’autant plus dommageable qu’il existe aussi bien en philosophie sociale qu’en sociologie une diversité de tentatives, aussi bien chez les philosophes classiques que chez les théoriciens sociaux contemporains, pour penser la production, la reproduction et la distribution de l’estime sociale (Dignitas, honneur, prestige...) dans divers champs ou dans diverses sphères sociales ou pour interroger le rôle de celle-ci dans l’ensemble des pratiques. On peut notamment distinguer les différents schémas théoriques suivants.

  • 2 Homans George C., Social Behavior. Its Elementary Forms, Harcourt, Brace et World Inc., 1961 ; Bla (...)
  • 3 Parsons Talcott, Éléments pour une sociologie de l’action, Paris, Plon, 1955. Voir aussi Parsons Ta (...)
  • 4 Sur le conflit comme désajustement fonctionnel de l’harmonie des fonctions sociales, voir Radcliff (...)

7L’estime sociale peut, tout d’abord, être pensée à partir d’une théorie de la conscience collective qui insiste sur ses conditions de production et de distribution par l’opinion collective à laquelle est assignée une fonction d’intégration sociale : c’est le cas, en particulier, dans la sociologie de Durkheim. Cette intégration remplit essentiellement une fonction morale et religieuse tout en permettant d’éviter les « pathologies » sociales de l’atomisme. Mais on peut la comprendre aussi à partir d’une théorie de « l’échange social » trouvant sa source dans la psychologie sociale de Mead ou dans les théories interactionnistes développée par George Homans, Peter M. Blau et William J. Goode2 : l’estime sociale est alors envisagée comme faisant l’objet d’un « échange » aussi bien entre les individus qu’entre les groupes, afin de stimuler les performances individuelles : les travaux plus récents de Geoffrey Brennan et Philip Pettit sur l’économie de l’estime prolongent cette idée. Une telle perspective peut s’articuler à une optique fonctionnaliste, qu’il s’agisse de celle de Talcott Parsons, ou de celle de ses disciples, Kinsley Davis et Wilbert E. Moore : dans un cadre fonctionnaliste, la distribution d’estime est conçue comme récompense statutaire adressée à des conduites conformes aux normes sociales garantissant l’intégrité des fonctions sociales dans la coopération entre les groupes3. C’est sous l’angle d’une « rémunération » du travail des agents sociaux en général, et des élites économiques, sociales et politiques en particulier, que la distribution d’estime est appréhendée par le fonctionnalisme (et par une partie de l’anthropologie qui s’en réclame) qui a ainsi repris à nouveaux frais la question de « l’origine des rangs » posée par les Lumières Écossaises : l’estime sociale apparait tout à la fois comme un facteur de production de discipline, d’intégration et de différenciation sociale coopérative. Elle constitue un instrument de gouvernement des conduites dont les institutions n’ont pas le monopole. Les conflits de reconnaissance entre les groupes sociaux s’expliquent alors par un désajustement entre l’offre et la demande d’estime, voué à disparaitre une fois clarifiées les fonctions respectives de chacun et résorbées les conduites déviantes à l’égard des normes fonctionnelles4.

  • 5 Bourdieu Pierre, La Distinction, Paris, Minuit, 1979.
  • 6 Lenski Gehrard, Power and Privilege: A Theory of Social Stratification, New-York, McGraw-Hill, 196 (...)

8À l’inverse, dans une veine théorique proche de la théorie parétienne des élites, l’estime sociale est conçue non pas comme une rémunération des élites mais comme monopolisée par les groupes dominants à travers un processus conflictuel permanent qui traverse les sociétés contemporaines aussi bien que les sociétés d’Ancien Régime. La sociologie de Bourdieu pourrait être invoquée comme illustrant une telle orientation. La concentration de l’estime sociale ne présuppose pas une absence de redistribution, mais celle-ci s’effectue sous la forme d’une relation verticale qui n’est pas sans évoquer l’adage traditionnel, rappelé par Julian Pitt-Rivers, selon lequel « le roi est la fontaine du prestige ». Les groupes sociaux entrent ainsi dans un rapport de concurrence dont l’enjeu est la conquête des positions rares par l’accaparement des conduites et des attributs des groupes dominants5. Dans cette optique, l’estime sociale constitue aussi une forme de gouvernement productrice de discipline sociale. Certaines approches théoriques recouvrent la combinaison des orientations qui viennent d’être mentionnées. C’est, à titre d’exemple, le cas de la théorie statutaire de Gehrard Lenski qui combine une optique fonctionnaliste de rémunération des élites avec une théorie de la domination statutaire6.

  • 7 Honneth Axel, Les pathologies de la liberté. Une réactualisation de la philosophie du droit de Heg (...)
  • 8 Voir Honneth Axel, « Reconnaissance et justice. Esquisse d’une théorie pluraliste de la justice », (...)

9Enfin les rapports d’offre et de demande d’estime peuvent être étudiés dans une perspective interactionniste articulée à une approche morale ou statutaire. Axel Honneth, par exemple, soutient que les attitudes et les actes de reconnaissance relèvent essentiellement de rapports intersubjectifs, dans lesquels les partenaires se confirment « réciproquement et de façon non contrainte dans des aspects déterminés de la personnalité qui dépendent à chaque fois du mode de l’interaction sociale »7. Cette reconnaissance mutuelle est de nature normative : les attitudes de reconnaissance qu’elles actualisent contribuent, à travers l’autoréalisation des individus, à la production d’une vie bonne par l’accès à l’autonomie et créent chez les protagonistes des attentes croisées de reproduction de ces attitudes. Ces attentes partagées contribuent à redéfinir le concept classique de justice dans les trois sphères d’échange de reconnaissance, consistant à rendre à chacun son dû, en exigeant de chaque protagoniste qu’il se conforme à la structure de la relation considérée : ce qui est dû est ce qui est mutuellement et légitimement attendu8.

  • 9 Simmel Georg, Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, 1999 ; Goffman Er (...)
  • 10 Voir par exemple Le Goff Alice, « Identité, reconnaissance et ordre de l’interaction », in Cefai D (...)

10Mais l’orientation interactionniste peut être dissociée d’une telle orientation morale normative. C’est le cas chez Georg Simmel, Erving Goffman et Edward Shils qui étudient, entre autres, les logiques d’auto-présentation, de catégorisation, de distinction dans le cadre des interactions sociales9. Ces interactions peuvent être appréhendées à différents niveaux : économie de l’attention, apparence physique, conformité statutaire, attitudes de réparation des dommages symboliques. Sous cet angle, il s’agit de comprendre la manière dont l’estime sociale est individuellement reçue en prenant en compte le jeu des apparences sociales dans sa dimension microsociologique10.

11Toute approche de l’estime sociale peut dès lors être appréhendée à l’aune d’au moins trois questions : De quel cadre théorique participe-t-elle ? Peut-elle articuler une analyse structurelle avec une analyse précise des rapports interindividuels ? Doit-elle prendre en compte ou éliminer toute référence à la validité normative de la demande et de la distribution de l’estime sociale ? Les différentes contributions de ce numéro de Terrains/Théories abordent ces questions à des degrés et sous des angles divers, depuis des analyses conceptuelles et définitionnelles, jusqu’à l’analyse des stratégies de groupe et des interactions individuelles comprises dans leur dimension esthétique.

12La première contribution au dossier esquisse une analyse conceptuelle des enjeux relatifs à l’estime sociale. L’article de Davide Sparti étudie en effet les rapports entre reconnaissance-respect et reconnaissance-estime en s’interrogeant sur les formes d’ajustement entre l’exigence d’estime et sa distribution au regard du type de normes qui régissent l’évaluation des compétences individuelles et qui doivent être socialement partagées pour rendre les verdicts sociaux opératoires. De fait, les conflits de reconnaissance ne portent pas seulement sur la subsomption ou non de capacités individuelles sous des normes sociales, ils ont aussi pour enjeu l’imposition des normes d’évaluation. Cependant, au-delà d’un possible consensus sur les normes, toute activité « classante » repose sur un processus d’ajustement permanent des performances aux normes, qui permet de rejouer les « épreuves » sociales dans une activité de correction sans fin.

13Les articles de Matteo Santarelli et Christian Lazzeri s’attachent aussi à l’étude des aspects définitionnels de l’estime sociale. Ils ont pour objectif de poser les bases d’une discussion critique de la théorie de la reconnaissance d’Axel Honneth et de sa contribution à une réflexion sur l’estime sociale. Santarelli part ainsi du constat d’une définition insuffisamment précise de l’estime sociale chez Honneth. Il développe une critique de la façon dont ce dernier a envisagé l’articulation entre estime sociale et estime de soi de façon linéaire, en envisageant la seconde comme un cas particulier de la première. Santarelli souligne qu’une telle approche participe d’une conception hypersocialisée de l’estime et dérive d’un dialogue insuffisant de la théorie de la reconnaissance avec la psychologie. S’inspirant des travaux de Morris Rosenberg, Santarelli entreprend de développer une conception plus précise et complexe des rapports entre estime de soi et estime sociale : il explore ainsi l’hypothèse d’une autonomie relative de l’estime de soi par rapport à l’estime sociale et il tente de cerner la façon dont une telle hypothèse reste compatible avec une optique intersubjectiviste.

14Christian Lazzeri s’interroge, lui, sur l’aspect motivationnel de la demande d’estime sociale en montrant de quelle manière l’intérêt psychique qu’elle satisfait se trouve subsumé sous l’identité, mais il cherche surtout à déterminer si l’offre et la demande d’estime peuvent être pensées à partir de la structure normative de la reconnaissance mutuelle comme le soutient Honneth, ou s’il ne faut pas supposer, à l’inverse, que l’estime sociale constitue la condition de possibilité d’une telle interaction. Dans ces conditions, c’est le concept honnethien d’identité normative qu’il faut interroger à nouveaux frais.

15Par-delà la discussion critique de la théorie de la reconnaissance d’Honneth, les articles de Barbara Carnevali et Simon Lahner s’inscrivent, sous des angles divers, dans une perspective interactionniste. Ils contribuent à un questionnement sur la façon dont on peut analyser les logiques de demande et de distribution de l’estime sociale, le premier texte se concentrant sur les interactions entre individus alors que le second envisage plus directement les rapports entre groupes sociaux. Carnevali aborde ainsi la question de l’estime sociale à travers une relecture de la sociologie simmelienne. Elle met en relief l’originalité de la perspective de Simmel dans son étude des interactions sociales à partir de leur dimension esthétique. Celle-ci est inséparable d’une double dimension de l’estime, celle de valeur et d’appréciation positive d’une personne, et celle d’« estimation » ou acte qui détermine la valeur d’une chose et d’une personne. Cette dimension esthétique combine de manière indissoluble évaluation sociale et sensibilité sociale, notamment dans la perception réciproque et l’ensemble des réactions qu’elle comporte (sensations de plaisir ou déplaisir, états émotionnels, sympathies et antipathies). La détermination de la valeur sociale des personnes s’apparente ainsi au phénomène du goût et relève d’une phénoménologie de l’odorat, et de « l’atmosphère ». L’article invite à poursuivre l’analyse des enjeux esthétiques de la reconnaissance à travers un dialogue critique entre Simmel et Bourdieu.

16Le texte de Simon Lanher se concentre lui sur une tradition sociologique, celle de Chicago, dont on sait par ailleurs tout ce qu’elle doit à Simmel. À travers la sociologie d’Everett Cherrington Hughes, Lanher s’intéresse à l’estime sociale que les publics accordent aux « grandes » professions (médecins, avocats, huissiers…). Cette estime doit moins aux caractéristiques intrinsèques de l’activité professionnelle qu’aux efforts individuels et collectifs des praticiens pour produire une image estimable de leurs pratiques. On peut de ce fait interpréter le processus de professionnalisation comme une lutte collective d’un corps de métier pour la reconnaissance, qui s’inscrit dans un réseau complexe de concurrences entre diverses catégories d’acteurs. Lanher souligne la façon dont l’identité des acteurs se trouve construite par le processus de professionnalisation. Mais il montre également que, selon Hughes, toute construction d’un statut professionnel reconnu est tributaire de l’ancrage écologique de l’activité, ce qui confère à son approche une nette orientation naturaliste. La sociologie hughesienne traite en effet du processus de professionnalisation comme s’il s’agissait d’un phénomène naturel, orienté vers un terme prévisible et structuré en phases et cycles qui se retrouvent à peu près à l’identique dans le développement de toute profession.

17La contribution d’Alice Le Goff et l’entretien que cette dernière a réalisé avec l’historien Antoine Lilti viennent clore le parcours thématique proposé dans ce dossier. La prise en compte des apports d’une sociologie historique et processuelle comme celle de Norbert Elias constitue un fil conducteur qui relie la contribution de Le Goff et l’entretien accordé par Antoine Lilti. L’article de Le Goff vise en effet à interroger l’apport de la sociologie d’Elias dès lors qu’il s’agit de penser les rapports entre estime et discipline sociale. Il s’attache tout d’abord à souligner la façon dont Elias s’insère dans un courant d’analyses qui, de Weber à Foucault, se sont penchées sur l’évolution des rapports de pouvoir dans les sociétés modernes et contemporaines, en soulignant le rôle croissant des formes de discipline sociale. Mais Le Goff montre ensuite comment, au regard des démarches de Weber et Foucault, Elias est le seul à s’intéresser à la façon dont l’estime sociale peut jouer le rôle de vecteur de discipline sociale. Afin d’évaluer les forces et faiblesses de l’approche d’Elias, Le Goff explore la piste d’une confrontation entre cette dernière et une orientation plus foucaldienne. Il s’agit de souligner que la démarche éliassienne se caractérise par la mise en relief des mécanismes de l’opinion dès lors qu’il s’agit de comprendre le jeu de l’estime alors qu’une orientation foucaldienne privilégie le rôle des institutions. L’enjeu n’est pas d’opposer ces deux orientations mais plutôt de souligner et d’illustrer la fécondité d’un dialogue entre ces dernières, afin d’ouvrir la piste d’une analyse plus riche des logiques de l’estime sociale.

  • 11 Lilti Antoine, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Faya (...)
  • 12 Lilti Antoine, Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850), Paris, Fayard, « L’épre (...)

18L’entretien accordé par Antoine Lilti permet de revenir sur le parcours d’un historien qui, s’inscrivant explicitement dans le sillage de Norbert Elias, a d’abord consacré ses travaux à la sociabilité mondaine déployée dans le cadre des salons, montrant comment celle-ci était au cœur même des mécanismes sociaux, culturels et politiques du xviiie siècle. Dès Le monde des salons11, Lilti a posé les bases d’une réflexion sur les « mécanismes de la réputation », sur les modes de construction de l’estime sociale dans les milieux d’interconnaissance. Dans ses travaux plus récents, Lilti prolonge le questionnement en s’interrogeant cette fois-ci sur ce qu’il advient lorsque les chaînes d’interdépendance par lesquelles se construit l’estime s’élargissent au-delà des cercles d’interconnaissance, comme c’est le cas dès lors qu’émergent et montent en puissance des espaces publics médiatisés. Il étudie ainsi l’émergence d’une « culture de la célébrité » et explore les divers mécanismes qu’elle recouvre. L’entretien se concentre sur l’apport de Figures publiques à une étude des formes de grandeur sociale12. À quelle grandeur sociale spécifique la célébrité correspond-elle ? Dans quelle mesure les mécanismes de la célébrité mettent-ils en jeu la construction de l’estime sociale ? En quoi la « culture de la célébrité » est-elle traversée de rapports paradoxaux du point de vue de la reconnaissance ? Telles sont les questions sur lesquelles cet entretien propose de revenir.

  • 13 Todeschini Giacomo, Au pays des sans-noms. Gens de mauvaise vie, personnes suspectes ou ordinaires (...)
  • 14 Bourdieu Pierre, Manet, Une Révolution symbolique, Cours au collège de France, 1998-2000, Paris, R (...)

19Enfin, deux recensions « thématiques » complètent le dossier. Adèle Momméja propose une lecture du travail historique de Giacomo Todeschini sur les figures sociales incarnant l’infamie au Moyen-Âge13 tandis que Cécile Lavergne nous offre une lecture du travail que Pierre Bourdieu a consacré à Édouard Manet14 et en fait ressortir l’apport à une meilleure compréhension des logiques de l’estime sociale. Sans prétendre à l’exhaustivité, ce dossier pose ainsi les bases, chemin faisant, d’une réflexion théorique sur l’estime sociale, qui met en dialogue, sous des angles divers, la philosophie avec les sciences humaines et sociales (histoire, psychologie, sociologie).

Haut de page

Notes

1 Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 283.

2 Homans George C., Social Behavior. Its Elementary Forms, Harcourt, Brace et World Inc., 1961 ; Blau Peter M., Exchange and Power in Social Life, New York, John Wiley and Sons, 1964 ; Goode William J., The Celebration of Heroes. Prestige as a Social Control System, Berkeley, Univ. of California Press, 1978 ; Brennan Geoffrey et Pettit Philip, Economy of Esteem. An Essay on Civil and Political Society, Oxford, Oxford University Press, 2004.

3 Parsons Talcott, Éléments pour une sociologie de l’action, Paris, Plon, 1955. Voir aussi Parsons Talcott, The Structure of Social Action, New York, The Free Press, 1949 ; Davis Kingsley et Moore Wilbert E., « Some Principles of Stratification », The American Sociological Review, vol. 10, n° 2, 1945. Voir aussi Hayden Brian, Naissance de l’inégalité. L’invention de la hiérarchie, Paris, CNRS éditions, 2008.

4 Sur le conflit comme désajustement fonctionnel de l’harmonie des fonctions sociales, voir Radcliffe-Brown Alfred R., Structure et fonction dans la société primitive, Paris, Seuil, 1972, p. 265-267 ; Malinowski Bronislaw, « Anthropology », in Encyclopedia Britannica, first suppl. vol., Londres & New-York, 1926, p. 135.

5 Bourdieu Pierre, La Distinction, Paris, Minuit, 1979.

6 Lenski Gehrard, Power and Privilege: A Theory of Social Stratification, New-York, McGraw-Hill, 1961.

7 Honneth Axel, Les pathologies de la liberté. Une réactualisation de la philosophie du droit de Hegel, Paris, La Découverte, 2008, p. 88 et p. 96.

8 Voir Honneth Axel, « Reconnaissance et justice. Esquisse d’une théorie pluraliste de la justice », in Le passant ordinaire, n° 38, 2002.

9 Simmel Georg, Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, 1999 ; Goffman Erving, Les rites d’interaction, Paris, Les éditions de Minuit, 1974 et La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Les éditions de Minuit, 1973, I et II ; Shils Edward, « Deference », in Jackson J. A. (dir.), Social Stratification, Cambridge, Cambridge University Press, 1968, p. 104-140.

10 Voir par exemple Le Goff Alice, « Identité, reconnaissance et ordre de l’interaction », in Cefai Daniel et Perreau Laurent (dir.), Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris, PUF, 2012, p. 369-390.

11 Lilti Antoine, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005.

12 Lilti Antoine, Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850), Paris, Fayard, « L’épreuve de l’histoire », 2014.

13 Todeschini Giacomo, Au pays des sans-noms. Gens de mauvaise vie, personnes suspectes ou ordinaires du Moyen-Âge à l’époque moderne (1ère édition italienne, 2007), traduction de Nathalie Gailius, Paris, Verdier, 2015.

14 Bourdieu Pierre, Manet, Une Révolution symbolique, Cours au collège de France, 1998-2000, Paris, Raisons d’Agir/Seuil, « Cours et Travaux », 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Le Goff et Christian Lazzeri, « Présentation du Dossier », Terrains/Théories [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 25 juillet 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://teth.revues.org/659

Haut de page

Auteurs

Alice Le Goff

Christian Lazzeri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org