Navigation – Plan du site

Appel à contribution, numéro 5 : « Théories de l’estime sociale. Une confrontation de modèles »

Date limite de remise des résumés : 8 novembre 2015

La revue Terrain/Théories lance un appel à contributions pour un numéro consacré aux théories de l’estime sociale. Il s’agit de regrouper des contributions relevant de différents domaines des sciences humaines et sociales afin d’interroger les logiques de l’estime sociale.

Des trois sphères de reconnaissance théorisées par Axel Honneth, la troisième qui se rapporte à l'estime sociale est la plus mal définie tant au regard de son contenu qu'au regard de la cohérence des définitions successives qui en ont été fournies par Honneth. Cette difficulté est d'autant plus dommageable qu'il existe aussi bien en philosophie sociale qu'en sciences sociales une multitude de tentatives, aussi bien chez les philosophes classiques que chez les théoriciens sociaux contemporains, pour penser la production, la reproduction et la distribution de l'estime sociale dans divers champs ou dans diverses sphères sociales. Plus encore, ces multiples tentatives ne cessent d'interroger le rôle de celle-ci dans l'ensemble des pratiques sociales. De ce point de vue, on peut mettre à jour un certain nombre de modèles qui prennent en charge l'ensemble de ces questions.

L'estime sociale peut être pensée, en effet, à partir d'une théorie de la conscience collective qui insiste sur ses conditions de production et de distribution par l'opinion collective à laquelle est assignée une fonction d'intégration sociale, comme c'est le cas, en particulier, dans la sociologie durkheimienne. Cette intégration remplit une fonction morale et religieuse tout en permettant d'éviter les pathologies sociales de l'atomisme. Mais on peut aussi la comprendre à partir d'une théorie de «l'échange social» qui trouve aussi bien sa source dans la psychologie sociale de Mead que dans les théories interactionnistes développée, entre autres, par G. Homans et P. Blau, lorsqu’ils ces derniers soutiennent que l'estime sociale fait l'objet d'un échange entre individus et groupes, ainsi qu’entre les groupes eux-mêmes dans une optique de contrôle social et de stimulation des performances individuelles. Une telle perspective peut être intégrée dans le cadre théorique du fonctionnalisme qui, de Parsons à Warner, définit la distribution d'estime comme la récompense statutaire adressée à des conduites conformes aux normes collectives garantissant l'intégrité des fonctions sociales. C'est principalement sous l'angle d'une «rémunération» du travail des élites économiques, sociales et politiques que cette distribution d'estime est conçue par le fonctionnalisme et par une partie de l'anthropologie qui s’en réclame et qui a repris à nouveaux frais la question classique de «l'origine des rangs» posée, au XVIIIème, par les Lumières Ecossaises.

À l'inverse, dans une veine théorique qui trouve sa source dans la théorie parétienne des élites, on peut soutenir que l'estime sociale est moins distribuée par le consentement collectif comme une rémunération des élites qu'elle n'est en réalité accaparée et monopolisée par les classes dirigeantes à travers un processus conflictuel permanent. Les sociologies de T. Veblen et de P. Bourdieu pourraient être invoquées à titre d'illustration de ce type de modèle.

Certains modèles théoriques présentent les caractéristiques d’une synthèse entre deux ou plusieurs modèles. C’est le cas des approches institutionnalistes de l’estime ou d’une théorie statutaire comme celle de G. Lenski qui tente de combiner une optique fonctionnaliste de rémunération des élites avec une théorie de la domination statutaire. L’objectif du dossier est précisément de revisiter et de comparer ces différentes modélisations de l’estime sociale, de sa production et de sa distribution, dans une optique pluridisciplinaire. A ce titre, les contributions pourront relever des disciplines suivantes : philosophie, sociologie, anthropologie, science politique, psychologie sociale, économie.

Les propositions peuvent prendre différentes formes. Le présent appel à contribution vise prioritairement des propositions inscrites dans les axes suivants :

- Etude d’un courant théorique (en philosophie ou en sciences sociales) ou du travail d’un auteur spécifique pour en extraire l’apport dès lors qu’il s’agit de problématiser les logiques de l’estime sociale ; cet appel à contribution vise prioritairement des propositions de contribution 1) sur l’apport de la sociologie d’inspiration durkheimienne, 2) sur l’apport de la sociologie fonctionnaliste ou encore 3) sur l’apport d’approches relevant de l’interactionnisme à la réflexion sur l’estime sociale ainsi que 3) des contributions portant sur des corpus philosophiques classiques (par exemple sur les moralistes du XVIIème, les Lumières Ecossaises et leur traitement de la question de « l’origine des rangs », la philosophie française des Lumières, les utilitarismes français et anglais … ) ou contemporains (par ex. l’économie de l’estime de G. Brennan et P. Pettit).

- Etude d’un objet empirique pour en dégager les bases d’une réflexion théorique sur l’estime sociale. Des propositions inscrites dans le domaine de la sociologie de la réputation sont bienvenues: sont attendues des propositions permettant de comprendre les processus qui sous-tendent la construction des réputations ainsi que les modes d’articulation entre réputation individuelle et réputation collective. La problématique du « contrôle de la réputation » mériterait également d’être interrogée sur une base sociologique. De même, des propositions relevant de la psychologie et portant sur la question spécifique des processus de comparaison sociale seront bien accueillies.

- Il peut s’agir de proposer une contribution visant à revisiter un courant théorique ou le travail d’un auteur spécifique pour en extraire l’apport dès lors qu’il s’agit de conceptualiser les logiques de l’estime sociale. Mais il peut également s’agir de contributions partant de l’étude d’un objet plus empirique pour en dégager les bases d’une réflexion théorique.

Le dossier est coordonné par Alice Le Goff (MCF – Univ. Paris Descartes) et Christian Lazzeri (Professeur – Univ. Paris Ouest-Nanterre).

MODALITÉS DE SOUMISSION :

La date limite de réception des propositions est fixée au 8 novembre 2015. Elles doivent être adressées à alice.le-goff@parisdescartes.fr

Les propositions devront comporter :

- un titre ;
- un résumé d’environ 5000 signes ;
- les informations sur le ou les auteurs : nom, affiliation institutionnelle, fonction, adresse professionnelle, numéro de téléphone et courriel.

Le comité de rédaction sélectionnera les propositions retenues et en informera les auteurs au plus tard le 22 novembre. Il est demandé aux auteurs de bien vouloir respecter les consignes éditoriales de la revue : http://teth.revues.org/1.

Les articles devront être remis au plus tard le 31 janvier 2016 pour une publication du numéro en septembre 2016.

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter le secrétariat d’édition : mforest@u-paris10.fr

  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org