Navigation – Plan du site
Dossier
Entretiens

Autour de la psychologie des catégorisations sociales : stéréotypes, structures sociales et pouvoir

About the psychology of social categorizations: stereotypes, social structures and power
Susan Fiske

Résumés

Dans cet entretien accordé en juin 2013 à Alexis Cukier et traduit de l’anglais par ce dernier, Susan Fiske présente sa conception des catégorisations sociales à partir de ses recherches en cours sur les rapports entre stéréotypes, structures sociales et pouvoir.

Haut de page

Notes de la rédaction

La bibliographie présentée ici fait référence à certains des articles de Susan Fiske cités dans cet entretien.

Texte intégral

  • 1 Le « Stereotype Content Model » (« Modèle du contenu des stéréotypes », SCM) cherche à établir des (...)

Alexis Cukier : Ce numéro de la revue Terrains/Théories traite des catégorisations sociales, essentiellement de classe et ethniques, dans les sciences sociales. Les recherches que vous menez dans le domaine de la psychologie sociale et de la psychologie de la cognition sociale examinent notamment la manière dont les stéréotypes, les préjugés et les discriminations (liées particulièrement à la hiérarchie, à l’ethnie, au genre ou à l’âge), dans les relations inter-groupes ou extra-groupes, peuvent être favorisées par les relations de pouvoir, le contexte informationnel et les structures sociales. Le programme de recherche que vous conduisez actuellement s’appuie sur le « Stereotype Content Model » (SCM1) qui cherche à expliquer et modéliser les rapports entre stéréotypes, structures sociales et motivations personnelles.

Pour commencer, pourriez-vous nous indiquer la définition des catégorisations sociales et des stéréotypes dont vous faites usage, et la manière dont vous les étudiez ? Dans votre travail, les catégorisations sociales et stéréotypes constituent-ils avant tout des phénomènes psychologiques ou des concepts théoriques explicatifs ?

Susan Fiske : Il me faut tout d’abord rappeler que le domaine spécifique de mes recherches n’est pas la théorie sociale mais la psychologie sociale et expérimentale : l’ensemble de mon travail, y compris dans sa dimension théorique, doit pouvoir s’appliquer ou s’appuyer directement sur des enquêtes et tests empiriques. Nous sommes sans doute plus concrets et pragmatiques que la plupart des chercheurs en philosophie et sociologie.

  • 2 Allport Gordon W., The Nature of Prejudice, Cambridge (MA), Addison-Wesley, 1954.

Nous définissons les catégories sociales, dans les termes de Gordon W. Allport2, comme des « nouns that cut slices » [littéralement : des noms qui découpent des tranches], c’est-à-dire des termes que les individus emploient pour classer les autres individus (et eux-mêmes) dans des ensembles dont ils considèrent qu’ils reflètent des ressemblances et des différences pertinentes dans la vie quotidienne. Les stéréotypes sont des représentations cognitives d’attributs que celui qui catégorise perçoit comme typiques (et parfois idéal-typiques) chez les membres de cette catégorie. Dans notre perspective, ces catégories et stéréotypes sont surtout transmis par les diverses sociétés et leurs différents sous-groupes, bien que l’expérience personnelle directe joue aussi un rôle.

  • 3 Bergsieker Hilary B., Leslie Lisa M., Constantine Vanessa S. et Fiske Susan T., « Stereotyping by o (...)
  • 4 Cuddy Amy J. C., Fiske Susan T. et Glick Peter, « Warmth and competence as universal dimensions of (...)
  • 5 Caprariello Peter A., Cuddy Amy J. C. et Fiske Susan T., « Social structure shapes cultural stereot (...)
  • 6 Russell Ann M. et Fiske Susan T., « It’s all relative: competition and status drive interpersonal p (...)
  • 7 Fiske Susan T., Cuddy A J. C. et Glick, P., « Universal dimensions of social perception: Warmth and (...)

Notre modèle (le SCM) pose que les structures sociales perçues prédisposent les individus à considérer certains groupes comme des alliés avec qui nous pouvons coopérer, et d’autres comme des ennemis avec qui nous sommes en compétition. C’est ce qui explique qu’on leur attribue des dispositions chaleureuses « warmth » (loyauté, amitié, sincérité) ou non. Simultanément, les individus considèrent certains groupes comme supérieurs ou inférieurs dans la hiérarchie sociale. Cette perception du statut social les conduit à attribuer de la compétence aux personnes de statut supérieur et de l’incompétence aux personnes de statut inférieur. À ce sujet, nous disposons notamment de données historiques sur l’évolution des stéréotypes dans le temps3, de résultats d’enquêtes interculturelles menées auprès de groupes sociaux de diverses sociétés4, de réponses à des vignettes expérimentales [des images représentant des situations auxquelles les participants à l'expérience psychologique doivent réagir] au sujet de groupes hypothétiques5 ainsi que de données testées en laboratoires à propos de catégories spécifiques d’étrangers6. Toutes ces données confirment notre thèse du rapport entre structures et stéréotypes7.

  • 8 A ce sujet, voir les études citées dans la note 10, et pour une synthèse récente : Fiske Susan T., (...)

En outre, d’après les individus eux-mêmes, chacun de ces ensembles de groupes qui sont décrits par des combinaisons spécifiques de disposition chaleureuse (+ ou -) et de compétence (+ ou -), suscitent dans la société des préjugés d’ordre émotionnel « emotional prejudices » : d’admiration (+/+ par exemple à l’égard des citoyens), de dégoût (-/- par exemple à l’égard des personnes sans domicile fixe), d’envie (-/+ par exemple à l’égard des riches), de pitié (+/- par exemple à l’égard des personnes âgées). Nous disposons là aussi de nombreux résultats d’enquêtes expérimentales qui confortent ce type de description des réactions sociales, ainsi que de données d’études neuroscientifiques qui suggèrent que c’est bien par ces réponses émotionnelles spécifiques que les individus réagissent à des photographies d’individus qui leur paraissent appartenir aux catégories correspondantes8.

  • 9 Voir par exemple Cikara Mina, Botvinick Matthew M. et Fiske Susan T., « Us versus them: Social iden (...)

L’étude de ces émotions dont les individus nous font part permet de prédire de manière directe les comportements que nous pouvons observer. Là aussi, nous disposons d’études sur les comportements sociaux à l’échelle d’une culture ainsi que de données neuroscientifiques à l’échelle individuelle, qui appuient également l’idée qu’à des catégories sociales spécifiques correspondent des comportements spécifiques ; par exemple, des variations de l’aide ou de l’agression ciblées, qu’elles soient actives ou passives9.

Nos méthodes diffèrent et varient parfois, mais nous étudions toujours les phénomènes sociaux à partir de leur expression par les individus. Nous nous appuyons sur ce qu’ils nous disent de la manière dont la société considère les différents groupes sociaux, et nous collectons des données au sujet des réactions individuelles. Ces dernières confirment l’idée selon laquelle les individus assimilent des croyances sociales partagées. Si bien que, dans ma perspective, les catégories sociales constituent à la fois et indissociablement des phénomènes à l’œuvre dans les relations sociales et des explications de ces mêmes phénomènes.

  • 10 Par exemple, Cikara Mina, Eberhardt Jennifer L. et Fiske Susan T, « From agents to objects: Sexist (...)

Alexis Cukier : Ce dossier interroge plus spécifiquement les débats épistémologiques au sein des théories constructivistes des catégorisations sociales, et leurs rapports avec les approches naturalistes (en termes de propriétés évolutionnaires), essentialistes (en termes d’identités sociales fixes) et subjectivistes (en termes d’auto-catégorisation). Quel est le rôle de ces débats dans vos recherches récentes, et comment y situeriez-vous votre propre position ? Dans certains de vos derniers textes10, il semble que vous tentiez d’articuler une approche constructiviste modérée avec des recherches récentes menées dans une perspective naturaliste, sans rejeter entièrement certaines thèses du subjectivisme. Vous associez notamment, dans vos recherche sur les stéréotypes, les méthodes des neurosciences « sociales » et de la psychologie sociale pour expliquer comment les relations sociales (dans leurs dimensions motivationnelles, interactionnelles et structurelles) recrutent des mécanismes neuropsychologiques ayant émergé au sein de l’évolution de la cognition sociale. Comment rendriez-vous compte du rapport entre la psychologie sociale, les neurosciences et la théorie sociale « classique » dans vos travaux ?

Susan Fiske : Les catégories sociales ne constituent pas pour nous des genres naturels ; elles résultent d’une construction sociale. Par exemple, la catégorie des « immigrés » peut être mobilisée pour désigner un ensemble d’individus qui prennent le travail des autres, ou bien, à l’inverse, ceux qui acceptent les métiers que personne ne veut plus faire ; donc, du point de vue de l’économie nationale, comme des profiteurs ou bien des moteurs. De même, les « immigrés » peuvent être perçus comme la lie de leur pays d’origine, ou bien comme l’élite des individus les plus ambitieux, les plus organisés et les plus travailleurs, ceux qui parviennent à émigrer.

  • 11 Fiske Susan T., Ames Daniel L., Cikara, Mina et Harris, Lasana T., « Scanning for scholars: How neu (...)

Cependant, si c’est en effet la société qui construit ces structures sociales supposées et les images qui en résultent, les réactions des individus à ces catégories socialement hiérarchisées et transmises sont encodées dans des réponses cérébrales. La culture n’est certes pas gravée depuis la naissance mais elle est bel et bien progressivement inscrite dans nos cerveaux, qui sont réactifs et malléables, et qui réagissent autant à des contextes de court terme qu’à des expériences de long terme. Cela étant dit, bien entendu, ce n’est pas parce que les chercheurs en neurosciences sociales peuvent enregistrer et modéliser l’activité cérébrale que les phénomènes sociaux se réduisent à des activités cérébrales11.

  • 12 Fiske Susan T., « Warmth and competence: Stereotype content issues for clinicians and researchers » (...)

Alexis Cukier : Dans vos études récentes sur la perception individuelle de la compétence des dispositions chaleureuses des autres individus12, vous avez montré qu’elle est informée par la position sociale et les relations de pouvoir, qui favorisent les catégorisations sociales positives ou négatives. Dans cette optique, pensez-vous que les catégorisations sociales sont dérivées et secondaires à l’égard d’autres dimensions de la cognition et des expériences sociales, ou bien qu’elles possèdent une forme de primauté ontologique ou épistémologique ? D’autre part, vous paraît-il possible et souhaitable d’établir des correspondances étroites entre les différentes théories psychologiques du pouvoir et les diverses approches des mécanismes et usages des catégorisations sociales ?

  • 13 Voir, pour des résultats et des raisonnements frappants sur ce point, Banaji Mahzarin R. et Gelman (...)

Susan Fiske : Je ne connais pas les tenants et aboutissants de ce débat sur le caractère primaire ou secondaire et dérivé des catégorisations sociales. Si je comprends bien votre question, je répondrais – mais notez bien qu’il s’agit d’une forme de spéculation – que les humains sont préparés à répondre de manière différente à leurs amis et leurs ennemis, ainsi qu’à des personnes de statut supérieur ou inférieur à eux. Chez les nourrissons, cela commence effectivement par la perception de la chaleur (y compris au sens littéral) et de l’aspect physique des adultes13.

  • 14 Willis Janine et Todorov Alexander, « First impressions: Making up your mind after 100 ms exposure (...)
  • 15 Abele Andrea E. et Wojciszke Bogdan, « Agency and communion from the perspective of self versus oth (...)

Du point de vue de la perception acquise, on a pu montrer que la catégorisation des visages est plus rapide en ce qui concerne la confiance que la compétence, bien que ces deux dimensions interviennent très rapidement, en une fraction de seconde14. De même, on a pu établir que la perception de la chaleur importe plus que celle de la compétence dans l’impression que nous font les autres individus15.

Cela étant dit, ces questions ontogénétiques et/ou épistémologiques ne sont pas au centre de nos recherches.

  • 16 Fiske Susan T., « Controlling other people: The impact of power on stereotyping », American Psychol (...)

Alexis Cukier : Vos contributions au champ de la psychologie sociale du pouvoir16, et notamment votre approche du « pouvoir comme contrôle des ressources », ont donné lieu à un grand nombre de discussions et de recherches empiriques et théoriques sur les rapports entre cognition sociale et pouvoir. Dans un article devenu classique de 1993, vous montriez que le pouvoir (notamment le statut social et le contrôle des décisions, des informations et des biens) encourage la stéréotypisation : les supérieurs hiérarchiques exercent leur pouvoir plus facilement s’ils stéréotypent leurs subordonnés, tandis qu’il est plus important pour ces derniers de comprendre leurs supérieurs hiérarchiques, dont ils dépendent. Pourriez-vous nous expliquer votre évolution sur cette question depuis cet article de 1993, et éventuellement ce que vos recherches récentes ont modifié dans votre approche du rapport entre pouvoir et cognition sociale ?

  • 17 Dépret Eric F. et Fiske Susan T., « Perceiving the powerful: Intriguing individuals versus threaten (...)
  • 18 Fiske Susan T. et Berdahl Jennifer, « Social power », in Kruglanski Arie W. et Higgins E. Tory (dir (...)

Susan Fiske : L’idée initiale était en effet que ceux qui détiennent le pouvoir et contrôlent les ressources ont moins besoin de faire attention à leurs inférieurs hiérarchiques, tandis que ceux dont l’activité dépend des premiers ont tendance à orienter leur attention vers le haut de leur hiérarchie. Corrélativement, puisque les hiérarchies ont une forme pyramidale, les supérieurs ne peuvent pas prendre en compte leurs nombreux subordonnés autant que ces derniers le font pour leurs supérieurs hiérarchiques, qui sont moins nombreux. Enfin, j’ai suggéré que certains individus peuvent, jusqu’à un certain point, se catégoriser eux-mêmes en termes d’aptitude à exercer le pouvoir (self-select for power) – et, même quand ils déchoient de leur position de pouvoir, on constate qu’ils sont souvent peu enclins à réviser cette auto-catégorisation par la suite – et que ceux qui détiennent le pouvoir ont moins tendance à individualiser leurs inférieurs hiérarchiques, sauf dans les cas où il s’agit de maintenir leur propre pouvoir. Suite à cet article, nous avons cherché à éprouver et consolider ces hypothèses de manière collective17. Depuis, j’ai notamment clarifié la différence conceptuelle entre le pouvoir (le contrôle des ressources) et le statut (le prestige social). Ces deux facteurs sont souvent – mais pas toujours – corrélés, et, même quand ils le sont, ils n’opèrent pas de la même manière18.

  • 19 Guinote Ana, « Power and goal pursuit », Personality and Social Psychology Bulletin, n° 33/8, 2007, (...)
  • 20 Keltner Dacher, Gruenfeld Deborah H. et Anderson Cameron, « Power, approach, and inhibition », Psyc (...)
  • 21 Galinsky Adam D., Gruenfeld Deborah H., et Magee Joe C., « From power to action », Journal of Perso (...)
  • 22 Carney Diana R., Cuddy Amy J. C. et Yap Andy J., « Power posing: Brief nonverbal displays affect ne (...)
  • 23 Ames Daniel L. et Fiske Susan T., « Encountering the unexpected under outcome dependency: Power rel (...)

D’autre part, de nombreux chercheurs ont contribué à ce débat en conduisant des programmes de recherche complémentaires et en défendant des thèses importantes. Ils ont montré, notamment, que le pouvoir permet à ceux qui le détiennent d’accomplir leurs objectifs plus facilement et de manière plus flexible19, que le pouvoir est socialement gratifiant20 et permet aux individus d’être égoïstes21. Le pouvoir se manifeste également à des échelles de plus bas niveau, comme les dynamiques non-verbales et hormonales22. Nous avons également pu mettre en évidence des dynamiques neurales et physiologiques de certaines relations de pouvoir.23

  • 24 Glick Peter et Fiske Susan T., « The ambivalent sexism inventory: Differentiating hostile and benev (...)
  • 25 North Michael S. et Fiske Susan T., « An inconvenienced youth? Ageism and its potential intergenera (...)

Mes recherches sur le pouvoir comme contrôle des ressources ont également nourri des travaux sur les dimensions ambivalentes du sexisme (« ambivalent sexism »)24 et sur les normes concernant la vieillesse (« prescriptive ageism »)25 en tant qu’ils reflètent les relations d’interdépendance complexes entre genres et entre générations.

  • 26 Talaska Cara A., Fiske Susan T. et Chaiken Shelly, « Legitimating racial discrimination: Emotions, (...)

Alexis Cukier : Vous avez également travaillé sur la question du racisme et des catégorisations ethniques26, et notamment sur les « préjugés subtils » à l’œuvre dans les formes symboliques ou ambivalentes de racisme. À ce sujet, vous vous êtes particulièrement intéressée aux rapports entre identités ethniques et sociales, stéréotypisation et perception des préjugés et des discriminations. Dans cette perspective, pourriez-vous nous présenter votre position dans le débat qui oppose les théories de l’identité sociale comme propriétés de base ou comme produits des catégorisations sociales ? Et comment expliquer la manière dont les différences intergroupes, les identités intragroupes et les dynamiques corrélatives de catégorisation influencent la perception des préjugés des autres individus ou groupes sociaux ?

Susan Fiske : Je ne suis pas spécialiste de la question de la perception des préjugés et discriminations. Dans ces travaux, nous avons constaté que certaines formes d’identité ethnique étaient corrélées à une meilleure perception des préjugés et discriminations. On peut dès lors considérer qu’une identité ethnique forte rend plus conscient des discriminations, ou encore encourage à les percevoir et à en rendre compte de manière exagérée. Et on peut faire intervenir d’autres variables qui influent sur les deux premières tendances : par exemple une appréhension cynique et désabusée du point de vue des dominants. Dans tous les cas, il ne fait pas de doute pour moi que la question de l’identité ethnique et de la perception des préjugés, ainsi que les problèmes qui y sont liés, sont d’une grande importance pour les thématiques dont nous discutons.

  • 27 Fiske Susan T. et Taylor Shelley E., Social Cognition, op. cit.

Concernant la deuxième partie de votre question, je ne suis pas non plus experte des questions liées aux théories de l’auto-catégorisation ou de l’identité sociale. Disons que, dans ma perspective spécifique, je considère que les deux approches sont compatibles avec mon approche de la cognition sociale27. Mais bien entendu, je n’ignore pas que certains collègues ne voient pas les choses ainsi.

Alexis Cukier : Vos travaux croisent de nombreux champs d’études, problèmes théoriques et recherches empiriques, depuis la psychologie de la cognition sociale et la théorie sociale du pouvoir jusqu’au à la sociologie critique et la philosophie sociale ; et ce, notamment, dans la mesure où ils questionnent la production sociale des dispositions à catégoriser. On peut les faire dialoguer, par exemple, avec certaines des thèses de Pierre Bourdieu concernant les catégorisations sociales, la domination symbolique et le tryptique « habitus-champ-position » ; ou avec les travaux de Michel Foucault sur les facteurs organisationnels et épistémiques qui favorisent la normalisation, l’assujettissement et les catégorisations sociales négatives. De même, certains de vos travaux sur l’infra- ou la dés-humanisation peuvent être mis en relation avec la perspective de la Critical Race Theory ou de la Théorie critique (par exemple les thèses d'Axel Honneth sur la réification). Comment appréhendez-vous ces travaux sur les rapports entre catégorisation sociale et pouvoir dans d’autres champs que la psychologie sociale, et êtes-vous impliquée dans des programmes de recherche interdisciplinaires à ce sujet ?

  • 28 Fiske Susan T., Envy Up, Scorn Down, op. cit.

Susan Fiske : La Théorie critique n’est pas mon champ de recherche, et il est possible que, dans mes travaux, je n’aie toujours pas cité les théoriciens critiques qui auraient été les plus pertinents dans ma perspective. Par exemple, je me suis intéressée assez tard aux travaux de Bourdieu, dont j’aurais pu faire usage notamment dans Envy Up, Scorn Down28.

  • 29 Fiske Susan T. et Molm Linda D., « Bridging inequality from both sides now », Social Psychology Qua (...)
  • 30 Borgida Eugene et Fiske Susan T. (dir.), Psychological science in the Courtroom: Beyond Common Sens (...)

Bien entendu, il me paraît tout à fait utile de développer et comparer des idées parallèles dans des champs de recherche voisins. Et bien que je ne prétende pas être pour ma part une psychologue sociale d’« orientation sociologique », j’ai écrit récemment à ce sujet avec un collègue qui travaille dans une perspective plus théoricienne29. J’ai également cherché à explorer certains liens entre la psychologie sociale et la pratique et la théorie du droit30.

D’une manière générale, ma formation en sciences sociales a été interdisciplinaire (j’ai effectué un master en relations sociales), et j’enseigne aujourd’hui à Princeton dans un programme doctoral en sciences sociales, affaires internationales et politiques sociales31. Toutes ces collaborations interdisciplinaires associent de manière étroite analyses théoriques et recherches empiriques détaillées. C’est certes une affaire de sensibilité intellectuelle ; dans mon laboratoire, c’est l’équilibre que nous privilégions.

  • 32 Leyens Jean-Philippe et Fiske S. T., « Impression formation: From recitals to symphonie fantastique (...)

Mais je me réjouis bien entendu que des collègues explorent des perspectives complémentaires ou critiques, et contribuent à la composition de ce qu’on peut appeler une « symphonie fantastique »32.

Haut de page

Bibliographie

Abele Andrea E. et Wojciszke Bogdan, « Agency and communion from the perspective of self versus others », Journal of Personality and Social Psychology, n° 93/5, 2007, p. 751.

Allport Gordon W., The Nature of Prejudice, Cambridge, Addison-Wesley, 1954.

Ames Daniel L. et Fiske Susan T., « Encountering the unexpected under outcome dependency: Power relations alter the neural substrates of impression formation », en cours de révision.

Banaji Mahzarin R. et Gelman Susan A. (dir.), Navigating the Social World. What Infants, Children, and Other Species Can Teach Us, New York, Oxford University Press, 2013.

Bergsieker Hilary B., Leslie Lisa M., Constantine Vanessa S. et Fiske Susan T., « Stereotyping by omission: Eliminate the negative, accentuate the positive », Journal of Personality and Social Psychology », n° 102/6, 2012, p. 1214-1238.

Borgida Eugene et Fiske Susan T. (dir.), Psychological Science in the Courtroom: Beyond Common Sense, Londres, Blackwell, 2008.

Caprariello Peter A., Cuddy Amy J. C. et Fiske Susan T., « Social structure shapes cultural stereotypes and emotions: A causal test of the stereotype content model », Group Processes and Intergroup Behavior, n° 12/2, 2009, p. 147-155.

Carney Diana R., Cuddy Amy J. C. et Yap Andy J., « Power posing: Brief nonverbal displays affect neuroendocrine levels and risk tolerance », Psychological Science, n° 21/10, 2010, p. 1363-1368.

Cikara Mina, Botvinick Matthew M. et Fiske Susan T., « Us versus them: Social identity shapes neural responses to intergroup competition and harm », Psychological Science, vol. 22, 2011, p. 1-8.

Cikara Mina, Eberhardt Jennifer L. et Fiske Susan T, « From agents to objects: Sexist attitudes and neural responses to sexualized targets », Journal of Cognitive Neuroscience, n° 23/3, 2011, p. 540-551.

Cikara Mina et Fiske Susan T., « Stereotypes and Schadenfreude: Behavioral and physiological markers of pleasure at others’ misfortunes », Social Psychological and Personality Science, n° 3/1, 2012, p. 63-71.

Cuddy Amy J. C., Fiske Susan T. et Glick Peter, « The BIAS map: Behaviors from intergroup affect and stereotypes », Journal of Personality and Social Psychology, n° 92/4, 2007, p. 631-648.

Cuddy Amy J. C., Fiske Susan T. et Glick Peter, « Warmth and competence as universal dimensions of social perception: The stereotype content model and the bias map », Advances in Experimental Social Psychology, Vol. 40, 2008, p. 61-150.

Cuddy Amy et al., « Stereotype content model across cultures: Towards universal similarities and some differences », British Journal of Social Psychology, n° 48/1, 2009, p. 1-33.

Dépret Eric F. et Fiske Susan T., « Perceiving the powerful: Intriguing individuals versus threatening groups », Journal of Experimental Social Psychology, n° 35/5, 1999, p. 461-480.

Durante Federica, Fiske Susan T., Kervyn Nicolas et al., « Nations’ income inequality predicts ambivalence in stereotype content: How societies mind the gap », British Journal of Social Psychology, n° 52/4, 2013, p. 726-746.

Durante Federica, Volpato Chiara et Fiske Susan T., « Using the stereotype content model to examine group depictions in Fascism: An archival approach », European Journal of Social Psychology, n° 40/3, 2010, p. 465-483.

Fiske Susan T., « Controlling other people: The impact of power on stereotyping », American Psychologist, n° 48/6, 1993, p. 621-628.

Fiske Susan T., « Interpersonal stratification: Status, power, and subordination », in Fiske Susan T., Gilbert Daniel T. et Lindzey Gardner (dir.), Handbook of Social Psychology, New York, Wiley, 2010 (5e édition).

Fiske Susan T., Envy Up, Scorn Down: How Status Divides Us, New York, Russell Sage Foundation, 2011.

Fiske Susan T., « Role of power in racism », in Dowding Keith M. (dir.), Encyclopedia of Power, Thousand Oaks, Sage, 2011.

Fiske Susan T., « Warmth and competence: Stereotype content issues for clinicians and researchers », Canadian Psychologist/Psychologie Canadienne, n° 53/1, 2012, p. 14-20.

Fiske Susan T., « Varieties of (de)humanization: Divided by competition and status », Nebraska Symposium on Motivation, vol. 60, 2013, p. 53-71.

Fiske Susan T., Ames Daniel L., Cikara Mina et Harris Lasana T., « Scanning for scholars: How neuroimaging the MPFC provides converging evidence for interpersonal stratification », in Derks Belle, Scheepers Daan et Ellemers Naomi (dir.), Neuroscience of Prejudice and Intergroup Relations, New York, Taylor and Francis, 2013, p. 89-109.

Fiske Susan T. et Berdahl Jennifer, « Social power », in Kruglanski Arie W. et Higgins E. Tory (dir.), Social Psychology: Handbook of Basic Principles, New York, Guilford, 2007 (2e edition), p. 678-692.

Fiske Susan T., Cuddy Amy J. et Glick, Peter, « Universal dimensions of social perception: Warmth and competence », Trends in Cognitive Science, n° 11/2, 2007, p. 77-83.

Fiske Susan T., Cuddy Amy J., Glick Peter et al., « A model of (often mixed) stereotype content: Competence and warmth respectively follow from perceived status and competition », Journal of Personality and Social Psychology, n° 82/6, 2002, p. 878-902.

Fiske Susan T. et Dépret Eric, « Control, interdependence, and power: Understanding social cognition in its social context », European Review of Social Psychology, vol. 7, New York, Wiley, 1996, p. 31-61.

Fiske Susan T. et Krieger Linda H., « Policy implications of unexamined discrimination: Gender bias in employment as a case study », in Shafir Eldar (dir.), The Behavioral Foundations of Policy, Princeton, Princeton University Press, 2013, p. 52-76.

Fiske Susan T. et Molm Linda D., « Bridging inequality from both sides now », Social Psychology Quarterly, n° 73/4, 2010, p. 341-346.

Fiske Susan T. et Taylor Shelley E., Social Cognition: From Brains to Culture, London, Sage, 2013 (2e édition).

Galinsky Adam D., Gruenfeld Deborah H., et Magee Joe C., « From power to action », Journal of personality and social psychology, n° 85/3, 2003, p. 453-466.

Galinsky Adam D., Magee Joe C., Inesi M. Ena et al., « Power and perspectives not taken », Psychological Science, n° 17/12, 2006, p. 1068-1074.

Glick Peter et Fiske Susan T., « The ambivalent sexism inventory: Differentiating hostile and benevolent sexism », Journal of Personality and Social Psychology, n° 70/3, 1996, p. 491-512.

Goodwin Stephanie A., Gubin Alexandra, Fiske Susan T. et al., « Power can bias impression formation: Stereotyping subordinates by default and by design », Group Processes and Intergroup Relations, n° 3/3, 2000, p. 227-256.

Guinote Ana, « Power and goal pursuit », Personality and Social Psychology Bulletin, n° 33/8, 2007, p. 1076-1087.

Guinote Ana, « Power and affordances: When the situation has more power over powerful than powerless individuals », Journal of Personality and Social Psychology, n° 95/2, 2008, p. 237-252.

Harris Lasana T. et Fiske Susan T., « Dehumanized perception: The social neuroscience of thinking (or not thinking) about disgusting people », European Review of Social Psychology, vol. 20, 2009, p. 192-231.

Keltner Dacher, Gruenfeld Deborah H. et Anderson Cameron, « Power, approach, and inhibition », Psychological Review, n° 110/2, 2003, p. 265-284.

Krieger Linda H. et Fiske Susan T., « Behavioral realism in employment discrimination law: Implicit bias and disparate treatment », California Law Review, vol. 94, 2006, p. 997-1062.

Leyens Jean-Philippe et Fiske S. T., « Impression formation: From recitals to symphonie fantastique », in Devine Patricia G., Hamilton David L. et Ostrom Thomas M. (dir.), Social Cognition: Impact on Social Psychology, San Diego, Academic Press, 1994, p. 39-75.

North Michael S. et Fiske Susan T., « An inconvenienced youth? Ageism and its potential intergenerational roots », Psychological Bulletin, n° 138/5, 2012, p. 982-997.

North Michael S. et Fiske Susan T., « Act your (old) age: Prescriptive, ageist biases over succession, consumption, and identity », Personality and Social Psychology Bulletin, n° 39/6, 2013, p. 720-734.

Operario Don et Fiske Susan T., « Ethnic identity moderates perceptions of prejudice: Judgments of personal versus group discrimination and subtle versus blatant bias », Personality and Social Psychology Bulletin, n° 27/5, 2001, p. 550-561.

Russell Ann M. et Fiske Susan T., « It’s all relative: competition and status drive interpersonal perception », European Journal of Social Psychology, n° 38/7, 2008, 1193-1201.

Talaska Cara A., Fiske Susan T. et Chaiken Shelly, « Legitimating racial discrimination: Emotions, not beliefs, best predict discrimination in a meta-analysis », Social Justice Research: Social Power in Action, n° 21/3, 2008, p. 263-296.

Tiedens Larissa Z. et Fragale Alison R., « Power moves: Complementarity in dominant and submissive nonverbal behavior », Journal of Personality and Social Psychology, n° 84/3, 2003, p. 558-568.

Willis Janine et Todorov Alexander, « First impressions: Making up your mind after 100 ms exposure to a face », Psychological Science, n° 17/7, 2006, p. 592-598.

Haut de page

Notes

1 Le « Stereotype Content Model » (« Modèle du contenu des stéréotypes », SCM) cherche à établir des principes potentiellement universels pour expliquer les stéréotypes et leurs rapports aux structures sociales. Il se concentre sur deux dimensions fondamentales de la perception sociale : le caractère chaleureux (warmth) et la compétence, qui sont corrélés respectivement à la perception des relations de compétition ou de coopération, et du statut social. La combinaison de ces deux facteurs engendrent des émotions spécifiques d’admiration, de jalousie, de pitié ou de dégoût. En s’appuyant sur l’étude des stéréotypes et des dynamiques affectives intergroupes, le modèle du SCM permet d’établir une cartographie comportementale (le « Behavior from Intergroup Affect and Stereotypes », BIAS) qui doit pouvoir prédire des comportements distincts : actifs et passifs, facilitants ou nuisibles. Sur le « Stereotype Content Model » et du « Behavior from Integroup Affect and Stereotypes », voir les références dans la note 7, ainsi que Fiske Susan T., Cuddy Amy J., Glick Peter et al., « A model of (often mixed) stereotype content: Competence and warmth respectively follow from perceived status and compétition », Journal of Personality and Social Psychology, 2002, n° 82/6, p. 878, ainsi que Cuddy Amy J. C., Fiske Susan T. et Glick Peter, « The BIAS map: Behaviors from intergroup affect and stereotypes », Journal of Personality and Social Psychology, n° 92/4, 2007, p. 631.

2 Allport Gordon W., The Nature of Prejudice, Cambridge (MA), Addison-Wesley, 1954.

3 Bergsieker Hilary B., Leslie Lisa M., Constantine Vanessa S. et Fiske Susan T., « Stereotyping by omission: Eliminate the negative, accentuate the positive », Journal of Personality and Social Psychology, n° 102/6, 2012, p. 1214-1238 ; Durante Federica, Volpato Chiara et Fiske Susan T., « Using the stereotype content model to examine group depictions in fascism: An archival approach », European Journal of Social Psychology, n° 40/3, 2010, p. 465-483.

4 Cuddy Amy J. C., Fiske Susan T. et Glick Peter, « Warmth and competence as universal dimensions of social perception: The stereotype content model and the BIAS map », Advances in Experimental Social Psychology, vol. 40, 2008, p. 61-150 ; Durante Federica, Fiske Susan T., Kervyn Nicolas, et al., « Nations’ income inequality predicts ambivalence in stereotype content: How societies mind the gap », British Journal of Social Psychology, n° 52/4, 2013, p. 726-746.

5 Caprariello Peter A., Cuddy Amy J. C. et Fiske Susan T., « Social structure shapes cultural stereotypes and emotions: A causal test of the stereotype content model », Group Processes and Intergroup Behavior, n° 12/2, 2009, p. 147-155.

6 Russell Ann M. et Fiske Susan T., « It’s all relative: competition and status drive interpersonal perception », European Journal of Social Psychology, n° 38/7, 2008, p. 1193-1201.

7 Fiske Susan T., Cuddy A J. C. et Glick, P., « Universal dimensions of social perception: Warmth and competence », Trends in Cognitive Science, n° 11/2, 2007, p. 77-83 ; Cuddy Amy J. C., Fiske Susan T. et Glick Peter, « Warmth and competence as universal dimensions of social perception », art. cit.

8 A ce sujet, voir les études citées dans la note 10, et pour une synthèse récente : Fiske Susan T., « Varieties of (de)humanization: Divided by competition and status », Nebraska Symposium on Motivation, vol. 60, 2013, p. 53-71.

9 Voir par exemple Cikara Mina, Botvinick Matthew M. et Fiske Susan T., « Us versus them: Social identity shapes neural responses to intergroup competition and harm », Psychological Science, vol. 22, 2011, p. 1-8 ; Cuddy Amy J. C., Fiske Susan T. et Glick Peter, « The BIAS map: Behaviors from intergroup affect and stereotypes », art. cit.

10 Par exemple, Cikara Mina, Eberhardt Jennifer L. et Fiske Susan T, « From agents to objects: Sexist attitudes and neural responses to sexualized targets », Journal of Cognitive Neuroscience, n° 23/3, 2011, p. 540-551 ; Harris Lasana T. et Fiske Susan T., « Dehumanized perception: The social neuroscience of thinking (or not thinking) about disgusting people », European Review of Social Psychology, n° 20/1, 2009, p. 192-231 ; Fiske Susan T. et Taylor Shelley E., Social Cognition: From Brains to Culture, London, Sage, 2013, (2e édition).

11 Fiske Susan T., Ames Daniel L., Cikara, Mina et Harris, Lasana T., « Scanning for scholars: How neuroimaging the MPFC provides converging evidence for interpersonal stratification », in Derks Belle, Scheepers Daan et Ellemers Naomi (dir.), Neuroscience of Prejudice and Intergroup Relations, New York, Taylor and Francis, 2013, p. 89-109.

12 Fiske Susan T., « Warmth and competence: Stereotype content issues for clinicians and researchers », Canadian Psychologist/Psychologie Canadienne, n° 53/1, 2012, p. 14 ; Fiske Susan T., Cuddy Amy J., Glick Peter et al., « A model of (often mixed) stereotype content », art. cit.

13 Voir, pour des résultats et des raisonnements frappants sur ce point, Banaji Mahzarin R. et Gelman Susan A. (dir.), Navigating the Social World: What Infants, Other Species and The Early Years. New York, Oxford University Press, 2013.

14 Willis Janine et Todorov Alexander, « First impressions: Making up your mind after 100 ms exposure to a face », Psychological Science, n° 17/7, 2006, p. 592-598.

15 Abele Andrea E. et Wojciszke Bogdan, « Agency and communion from the perspective of self versus others », Journal of Personality and Social Psychology, n° 93/5, 2007, p. 751.

16 Fiske Susan T., « Controlling other people: The impact of power on stereotyping », American Psychologist, n° 48/6, 1993, p. 621. Dans cet article pionner, l’auteur analyse les variations et les rapports entre stéréotypes, pouvoir et attention sociale à partir d’enquêtes au sein de contextes organisationnels spécifiques de travail.

17 Dépret Eric F. et Fiske Susan T., « Perceiving the powerful: Intriguing individuals versus threatening groups », Journal of Experimental Social Psychology, n° 35/5, 1999, p. 461-480 ; Fiske Susan T. et Dépret Eric, « Control, interdependence, and power: Understanding social cognition in its social context », European Review of Social Psychology, n° 7/1, 1996, p. 31-61 ; Goodwin Stephanie A., Gubin Alexandra, Fiske Susan T. et al., « Power can bias impression formation: Stereotyping subordinates by default and by design », Group Processes and Intergroup Relations, n° 3/3, 2000, p. 227-256.

18 Fiske Susan T. et Berdahl Jennifer, « Social power », in Kruglanski Arie W. et Higgins E. Tory (dir.), Social Psychology: Handbook of Basic Principles, New York, Guilford, 2007 (2e edition), p. 678-692; Fiske Susan T., « Interpersonal stratification: Status, power, and subordination », in Fiske Susan T., Gilbert Daniel T. et Lindzey Gardner (dir.), Handbook of Social Psychology, New York, Wiley, 2010 (5e édition) ; Fiske Susan T., Envy Up, Scorn Down: How Status Divides Us, New York, Russell Sage Foundation, 2011.

19 Guinote Ana, « Power and goal pursuit », Personality and Social Psychology Bulletin, n° 33/8, 2007, p. 1076-1087 et du même auteur, « Power and affordances: When the situation has more power over powerful than powerless individuals », Journal of Personality and Social Psychology, n° 95/2, 2008, p. 237.

20 Keltner Dacher, Gruenfeld Deborah H. et Anderson Cameron, « Power, approach, and inhibition », Psychological Review, n° 110/2, 2003, p. 265.

21 Galinsky Adam D., Gruenfeld Deborah H., et Magee Joe C., « From power to action », Journal of Personality and Social Psychology, n° 85/3, 2003, p. 453 ; Galinsky Adam D., Magee Joe C., Inesi M. Ena et al., « Power and perspectives not taken », Psychological Science, n° 17/12, 2006, p. 1068-1074.

22 Carney Diana R., Cuddy Amy J. C. et Yap Andy J., « Power posing: Brief nonverbal displays affect neuroendocrine levels and risk tolerance », Psychological Science, n° 21/10, 2010, p. 1363-1368 ; Tiedens Larissa Z. et Fragale Alison R., « Power moves: Complementarity in dominant and submissive nonverbal behavior », Journal of Personality and Social Psychology, n° 84/3, 2003, p. 558.

23 Ames Daniel L. et Fiske Susan T., « Encountering the unexpected under outcome dependency: Power relations alter the neural substrates of impression formation », article en cours de révision ; Cikara Mina et Fiske Susan T., « Stereotypes and Schadenfreude: Behavioral and physiological markers of pleasure at others’ misfortunes », Social Psychological and Personality Science, n° 3/1, 2012, p. 63-71.

24 Glick Peter et Fiske Susan T., « The ambivalent sexism inventory: Differentiating hostile and benevolent sexism », Journal of Personality and Social Psychology, n° 70/3, 1996, p. 491. Dans cet article, les auteurs cherchent à appréhender les formes contemporaines de préjugés sexistes en les caractérisant d’un point de vue psychologique par la mise en relief, à côté du « sexisme hostile (hostile sexism) » – fondé sur des catégorisations sociales explicitement négatives (par exemple : les femmes sont inférieures aux hommes) – des forme de « sexisme bienveillants (benevolent sexism) » qui s’appuient sur des évaluations apparemment positives des femmes mais contribuent à reproduire les inégalités de genre et les rapports de domination sexistes (par exemple : les femmes méritent d’être protégées par les hommes) [NdT].

25 North Michael S. et Fiske Susan T., « An inconvenienced youth? Ageism and its potential intergenerational roots », Psychological Bulletin,  138/5, 2012, p. 982 ; North Michael S. et Fiske Susan T., « Act your (old) age: Prescriptive, ageist biases over succession, consumption, and identity », Personality and Social Psychology Bulletin, n° 39/6, 2013, p. 720-734. Dans cet article, les auteurs cherchent à caractériser les catégorisations sociales qui concernent non pas ce que les personnes âgées sont supposées être (les catégorisations sociales descriptives) mais la manière dont ils doivent se comporter (les catégorisations sociales normatives ou prescriptives). Le « prescriptive ageism » consiste notamment dans l’idée (empiriquement surreprésentée chez les individus plus jeunes) selon laquelle les personnes âgées devraient se préoccuper activement de leur succession et de la distribution de leurs ressources après leur disparition, ne devraient pas consommer leurs biens ou devraient s’abstenir de chercher à acquérir ou maintenir leur propre prestige social [NdT].

26 Talaska Cara A., Fiske Susan T. et Chaiken Shelly, « Legitimating racial discrimination: Emotions, not beliefs, best predict discrimination in a meta-analysis », Social Justice Research: Social Power in Action, n° 21/3, 2008, p. 263-296 ; Fiske Susan T., « Role of power in racism », in Dowding Keith M. (dir.), Encyclopedia of Power, Thousand Oaks, Sage, 2011 ; Operario Don et Fiske Susan T., « Ethnic identity moderates perceptions of prejudice: Judgments of personal versus group discrimination and subtle versus blatant bias », Personality and Social Psychology Bulletin, n° 27/5, 2001, p. 550-561.

27 Fiske Susan T. et Taylor Shelley E., Social Cognition, op. cit.

28 Fiske Susan T., Envy Up, Scorn Down, op. cit.

29 Fiske Susan T. et Molm Linda D., « Bridging inequality from both sides now », Social Psychology Quarterly, n° 73/4, 2010, p. 341-346.

30 Borgida Eugene et Fiske Susan T. (dir.), Psychological science in the Courtroom: Beyond Common Sense, Londres, Blackwell, 2008 ; Fiske Susan T. et Krieger Linda H., « Policy implications of unexamined discrimination: Gender bias in employment as a case study », in Shafir Eldar (dir.), The Behavioral foundation of Policy, Princeton, Princeton University Press, 2013, p. 52-76 ; Krieger Linda H. et Fiske Susan T., « Behavioral realism in employment discrimination law: Implicit bias and disparate treatment », California Law Review, vol. 94, 2006, p. 997-1062 (réimprimé dans Parks Gregory, Jones Shane E. et Cardi Jonathan (dir.), Critical Race Realism: Intersections of Psychology, Race and Law, New York, New Press, 2008).

31 Pour plus d’informations, voir : http://wws.princeton.edu/admissions/phd.

32 Leyens Jean-Philippe et Fiske S. T., « Impression formation: From recitals to symphonie fantastique », in Devine Patricia G., Hamilton David L. et Ostrom Thomas M. (dir.), Social Cognition: Impact on Social Psychology, San Diego, Academic Press, 1994, p. 39-75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Susan Fiske, « Autour de la psychologie des catégorisations sociales : stéréotypes, structures sociales et pouvoir  », Terrains/Théories [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 02 juillet 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://teth.revues.org/603 ; DOI : 10.4000/teth.603

Haut de page

Auteur

Susan Fiske

Susan Fiske est professeure de psychologie sociale et cognitive et membre de la National Academy of Sciences des États-Unis. Docteure en psychologie sociale de l’université de Harvard, elle enseigne aujourd’hui aux départements de psychologie ainsi que des affaires publiques et internationales de l’université de Princeton. Elle est responsable du laboratoire de recherches « Fiske Lab. People making sense of people : intergroup relations, social cognition and social neurosciences » (Voir la présentation en ligne : http://www.fiskelab.org). Elle est l’auteure d’un grand nombre d’articles scientifiques ainsi que d’ouvrages de synthèse et de référence dans le champ de la psychologie sociale. On trouvera une bibliographie sélective à la fin de l’entretien.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org