Navigation – Plan du site
Dossier

Pour une sociologie de la conceptualisation raciale au 21ème siècle

Toward a Sociology of Racial Conceptualization for the 21st Century
Ann Morning

Résumés

En dépit d'un intérêt de longue date pour la notion de race, les sociologues américains ont mené peu de recherche sur les schémas sociodémographiques et les tendances longitudinales de la "conceptualisation raciale", c'est-à-dire sur la définition, les différenciations et les origines des races.
Cet article expose les notions empiriques, méthodologiques et théoriques qu'il faut impérativement prendre en compte dans le développement d'une recherche sur la conceptualisation raciale. Sur la base d'entretiens approfondis réalisés avec 50 étudiants de premier cycle, je décris la variété de leurs concepts de race et démontre l'importance de l'usage de multiples mesures dans une telle conceptualisation, la malléabilité de celle-ci, son contexte démographique avant d'envisager son évolution future dans les États-Unis du 21ème siècle.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Elizabeth M. Armstrong, Troy Duster, Michèle Lamont, François Nielsen, Marta Tienda, Robert Wuthnow et un relecteur anonyme pour leurs précieux commentaires sur des versions antérieures de cet article. Je suis reconnaissante au programme National Science Foundation’s Societal Dimensions of Engineering, Science and Technology qui a financé cette recherche grâce à la bourse doctorale Dissertation Improvement Grant SES-0135507 ainsi qu’au Program in African American Studies for a Dissertation Research Grant de l’Université de Princeton. Je remercie enfin Magali Bessone et Stéphane Dufoix pour leur traduction.

  • 1 Du Bois W. E. B., Les Âmes du peuple noir (1ère édition américaine 1903), trad. Magali Bessone, Par (...)
  • 2 Calhoun Craig, Sociology in America: A History, Chicago, University of Chicago Press, 2007.
  • 3 Park Robert., Race and Culture, New York, Free Press, 1949.
  • 4 Winant Howard, « Race and race theory », Annual Review of Sociology, vol. 26, 2000, p. 169-185.
  • 5 Schuman Howard, Steeh Charlotte, Bobo Lawrence et Krysan Maria, Racial Attitudes in America: Trends (...)
  • 6 Lee Jennifer et Bean Frank. D., « America’s changing color lines: Immigration, race/ethnicity, and (...)

1Il y a longtemps que les sociologues américains s’intéressent à la « ligne de couleur », que Du Bois1 a décrite dans une formule célèbre comme constituant « le problème du vingtième siècle2 ». Néanmoins, les moyens par lesquels ils ont étudié la question de la race reflètent toujours les préoccupations de leur temps. Les premiers travaux sur les « relations raciales »3 ont cédé le pas, dans la période de la lutte pour les droits civiques, aux théories sur le « racisme » qui proposaient de mettre davantage l’accent sur les structures institutionnelles de l’oppression raciale4. De grandes enquêtes commencèrent à repérer les attitudes – envers les groupes ou envers les politiques publiques – qui pourraient compromettre l’accession à l’égalité raciale5. Enfin, alors que les flux d’immigration se diversifiaient et que les taux de mariages mixtes augmentaient, les chercheurs se sont mis à reconsidérer les hypothèses jusqu’ici les plus solides sur l’identité et la classification raciales en lançant de nouvelles recherches consacrées à la catégorisation des métis et des groupes immigrés6. À la fin du 20ème siècle, la sociologie américaine disposait d’un bagage de connaissances tout à fait significatif sur la question des relations raciales, des attitudes face à la race, mais aussi de la stratification et des classifications raciales.

2Il est pourtant un élément que la discipline a négligé : il s’agit des conceptions fondamentales de la race qui sous-tendent toutes ces dimensions de l’idéologie et de la pratique raciales. Qu’est-ce qu’une race ? Qu’est-ce qui distingue une race d’une autre ? Combien de races y a-t-il ? Pourquoi existe-t-il des races – d’où viennent-elles ? Les réponses à ces questions – et à bien d’autres – forment un complexe de croyances que l’on peut appeler la « conceptualisation raciale ». Bien plus qu’une simple définition, elle est, dans les faits, un modèle fonctionnel de race, qui nous aide à interpréter la codification raciale des mondes sociaux. Comment déterminer la race de quelqu’un ; quelles sont les races qui existent dans le monde ; qu’est-ce que cela signifie d’appartenir à telle ou telle race – autant de questions qui sont soulevées par le fait de vivre dans une société racialisée, auxquelles nous répondons à partir de nos croyances personnelles, et pourtant profondément sociales, sur la nature de la race.

3L’objectif de cet article est de démontrer à quel point il est important de faire de la conceptualisation raciale un champ à part entière de l’enquête sociologique. Après une rapide présentation de la portée de cette question et une analyse de la littérature existante, je proposerai les grandes lignes d’un programme de recherche sur la conceptualisation. M’appuyant sur des entretiens approfondis avec plus de 50 étudiants américains, je présente dans cet article des résultats empiriques, des observations méthodologiques et des aperçus théoriques susceptibles de servir pour de futures recherches dans ce domaine. De manière plus spécifique, je souhaite rendre compte de la diversité des concepts de race mobilisés par les personnes interrogées, plaider pour la nécessité de mettre en œuvre différentes mesures de la conceptualisation, enfin mettre l’accent sur la malléabilité de cette dernière ainsi que sur sa relation au contexte démographique.

Portée de la conceptualisation raciale

  • 7 Schuman Howard, Steeh Charlotte, Bobo Lawrence et Krysan Maria, Racial Attitudes in America, op. ci (...)
  • 8 Bobo Lawrence, « Racial attitudes and relations at the close of the twentieth century », in Smelser (...)
  • 9 Marks Jonathan M., « Scientific and folk ideas about heredity », in Zilinskas Raymond. A. et Balint(...)

4Dans la plupart des cas, les travaux de sciences sociales utilisent les concepts de race en lien avec les attitudes raciales – c’est-à-dire en lien avec « l’évaluation favorable ou défavorable7 » des « groupes ethniques et raciaux et de leurs caractéristiques, de certains aspects des relations entre les groupes, des politiques publiques liées à la question de la race, des contacts entre ces groupes ainsi que des prises de position sur la nature des relations entre les groupes8 ». En particulier, les conceptions biologiques ou « essentialistes » de la race sont systématiquement rapportées aux préjugés, comme l’affirme par exemple Marks lorsqu’il écrit que le « racisme » est une théorie spontanée de l’hérédité qui « confère aux individus des propriétés innées sur la base de leur appartenance à un groupe9 ».

  • 10 Sauer Norman J., « forensic anthropology and the concept of race: If races don’t exist, why are for (...)
  • 11 Velody Irving et Williams Robin, « Introduction », in Velody Irving et Williams Robin (dir.), The P (...)
  • 12 Voir Morrow Lance, « Controversies: The provocative professor », Time [En ligne] mis en ligne en 20 (...)

5Or l’importance de la conceptualisation raciale réside dans l’influence qu’elle exerce non seulement sur les attitudes individuelles, mais aussi et surtout sur les pratiques et les politiques publiques. Pensons par exemple à cette convention de la pratique médico-légale anglo-saxonne qui consiste à identifier selon la race les restes humains ou les échantillons prélevés sur une scène de crime ; ces efforts n’auraient aucun sens s’ils n’étaient soutenus par la croyance selon laquelle l’identité raciale est située dans le corps humain10. Inversement, l’argument du caractère non biologique de la race a été déployé afin de saper les soutiens à la collecte par l’État d’informations relatives à la race et, par extension, à des politiques de discrimination positive. En général, l’essentialisme va de pair avec le conservatisme politique tandis que le constructivisme – c’est-à-dire la perspective selon laquelle les groupements raciaux sont des créations culturelles et non des entités biologiques – a partie liée avec des politiques progressistes. Alors que le premier suggère que les différentiels raciaux sont fixes et ne peuvent être améliorés grâce aux politiques sociales, le second considère que les catégories raciales, et leurs conséquences, sont malléables11. Notons toutefois qu’il n’est pas si aisé d’établir une correspondance systématique entre orientation politique et modèle racial : des chercheurs afrocentristes comme Leonard Jeffries et Ivan Van Sertima, qu’on ne peut soupçonner de défendre un programme sociopolitique conservateur, proposent néanmoins des descriptions hautement essentialisées de la différence raciale12.

  • 13 Duster Troy, « Buried alive: The concept of race in science », The Chronicle of Higher Education, n (...)
  • 14 Wade Nicholas, « For sale: A DNA test to measure racial mix », The New York Times, 1er octobre 2002 (...)
  • 15 Kahn Jonathan, « Getting the Numbers Right: Statistical Mischief and racial profiling in heart fail (...)
  • 16 Payne January W., « Science or Sizzle? The maker of race-based vitamins says they target real biolo (...)

6La conceptualisation raciale est on ne peut plus d’actualité aujourd’hui, à l’heure où les Américains sont de plus en plus exposés à la concurrence des positions des experts sur la nature de la race. D’un côté, la vision universitaire de la race comme construction sociale a suffisamment circulé pour connaître désormais une version populaire, bien qu’inexacte, sous la forme « la race n’est pas réelle ». D’un autre côté, non seulement l’idée que les races sont des groupes génétiquement distincts connaît une renaissance scientifique13, mais elle est véhiculée par de nouveaux produits et de nouveaux services comme les tests génétiques de généalogie se faisant fort de démontrer l’ascendance raciale des individus14 ou bien les médicaments15 et même les vitamines16 ciblant des populations raciales distinctes.

  • 17 Sears David O., Sidanius Jim et Bobo Lawrence (dir.), Racialized Politics: The Debate About Racism (...)
  • 18 Voir notamment Murray Charles, « The inequality taboo », Commentary , n° 120/2, 2005, p. 13-22; Pin (...)
  • 19 Sullivan Andrew, « Daily express: Provocations », The New Republic Online, 2005, cité in Morning An (...)

7La controverse sur la conceptualisation raciale au début du 21ème siècle rappelle les luttes raciales que mentionnait Du Bois au début du 20ème siècle. Un siècle plus tard, l’idée que la discrimination raciale est moralement répréhensible (au moins dans l’abstrait17) rencontre un large consensus dans la société américaine. Toutefois, des changements dans la définition de la nature et des effets de la race pourraient bien renverser ce consensus. Selon certains auteurs, la recherche contemporaine sur les différences biologiques entre les groupes a – ou peut être interprétée comme ayant – de graves implications pour la vie politique de la nation18. Comme l’a remarqué le journaliste Andrew Sullivan, « l’égalité morale des êtres humains et l’égalité politique des citoyens » sont remises en cause par ce qu’il estime être « des découvertes scientifiques de plus en plus précises sur certains aspects de la vie humaine reflétant notre inégalité biologique innée19 ». Si l’on se remet à penser la race en termes de différences intangibles et significatives ayant des conséquences comportementales, un nouveau siècle de luttes sur la ligne de couleur pourrait bien s’annoncer.

L’état de la recherche sur la conceptualisation raciale

  • 20 Williams Melissa J. et Eberhardt Jennifer L., « Biological conceptions of race and the motivation t (...)
  • 21 Brown Tony N., Akiyama Mark K., White Ismaïl K., Jayaratne Toby E. et Anderson Elizabeth T., « Exam (...)

8Les sociologues ont largement concentré leur étude de l’idéologie raciale sur les attitudes et la classification raciales. Très peu de recherches empiriques ont porté sur la diversité des concepts de race américains, leurs corrélats socio-démographiques ou leur évolution historique. Certes, la sociologie est aujourd’hui activement engagée dans la promotion de l’acception constructiviste de la race, mais cette position n’a pas suscité d’enquête systématique sur la conceptualisation raciale, ni dans sa fonction explicative, ni comme objet d’étude propre. Au lieu de cela, la recherche sur les concepts raciaux en sciences sociales est largement demeurée un objet secondaire des travaux sur les attitudes raciales, au fur et à mesure que les scientifiques (psychologues et sociologues notamment) ont développé des critères de mesure de la conceptualisation afin d’évaluer sa relation au préjugé. Williams et Eberhardt ont proposé une typologie répartissant les concepts de race selon leur acception, de la plus biologique à la plus sociale, et ont montré que plus les individus se situent du côté de l’acception biologique, plus ils sont susceptibles de fonctionner à l’aide de stéréotypes raciaux, plus leurs réseaux d’amitié sont homogènes, et plus ils se montrent pessimistes quant à la possibilité de corriger les inégalités raciales20. Testant la théorie du « racisme symbolique », Brown et al. ont également mis en évidence une corrélation forte entre la croyance en une différence raciale génétique et l’expression de préjugés21.

  • 22 Ann Morning utilise les catégories raciales qui correspondent notamment aux catégories du recenseme (...)
  • 23 Schuman Howard, Steeh Charlotte, Bobo Lawrence et Krysan Maria, Racial Attitudes in America, op. ci (...)
  • 24 Bobo Lawrence, Kluegel James R. et Smith Ryan. A., « Laissez-faire racism: The crystallization of a (...)
  • 25 Apostle Richard A., Glock Charles Y., Piazza Thomas et Suelzle Marijean, The Anatomy of Racial Atti (...)
  • 26 Jayaratne Toby. E., « White and Black Americans’ genetic explanations for perceived gender, class a (...)
  • 27 Jayaratne Toby E., Ybarra Oscar, Sheldon Jane P., Brown Tony N., Feldbaum Merle, Pfeffer Carla A. e (...)

9Si la connaissance empirique sur les concepts de race est ainsi ancrée dans la recherche sur les attitudes, c’est aussi parce que les études de grande ampleur menées dans ce cadre ont été utilisées pour inférer quelles visions sous-jacentes de la différence raciale sont impliquées dans nos attitudes. Depuis 1977, le National Opinion Research Center demande aux gens interrogés dans le cadre de l’Enquête sociale générale (ESG) de choisir parmi quatre propositions celle qui fournit selon eux la meilleure explication possible au fait qu’en moyenne, les noirs22 « ont des emplois, revenus et logements inférieurs à ceux des blancs »23. L’une des propositions suggère que les noirs ont « moins de capacités innées d’apprentissage » que les blancs ; le choix de cette réponse a été interprété comme témoignant d’essentialisme racial24. Apostle, Glock, Piazza et Suelzle ont aussi utilisé cette approche dite « d’explication par les résultats » pour évaluer la conceptualisation raciale de plus de 500 blancs interrogés dans la Baie de San Francisco en 197325. Il leur était demandé quelle était selon eux la meilleure explication au fait que « en Amérique, les blancs s’en sortent mieux dans la vie que les noirs », pourquoi les blancs ont de meilleurs résultats que les noirs aux tests de Q.I., pour quelles raisons un hypothétique John Smith noir avait réussi dans sa vie professionnelle, enfin pourquoi « en moyenne, les noirs sont moins riches que les blancs ». Plus récemment, Jayaratne a reproduit l’expérience avec des questions comme « selon certains, les blancs diffèrent des noirs en intelligence. Pensez-vous que les gènes soient impliqués dans cette différence26 ? », avec des variantes portant sur l’athlétisme, la « volonté de réussir », les performances en mathématiques et la tendance à la violence27.

  • 28 Jayaratne Toby E., « White and Black Americans’ genetic explanations for perceived gender, class an (...)
  • 29 Bobo Lawrence D. et Smith Ryan A., « From Jim Crow racism to laissez-faire racism: The transformati (...)
  • 30 Apostle Richard A. et al., The Anatomy of Racial Attitudes, op. cit.
  • 31 Condit Celeste M., Parrott Roxanne et Harris Tina M., « Lay understandings of the relationship betw (...)
  • 32 Brückner Hannah, Morning Ann et Nelson Alondra, « The Expression of Biological Concepts of Race », (...)

10Ces études fournissent des estimations variables sur la prégnance de l’essentialisme racial dans la population. Selon les résultats de l’ESG de 2004, seuls 7 % des blancs interrogés ont répondu que le différentiel constaté entre blancs et noirs pouvait s’expliquer par des différences innées mais, selon Jayaratne, environ un tiers des blancs croyaient que les différences raciales avaient quelque chose de génétique, et ce nombre atteignait 70 % lorsque la question portait sur les différences en termes de capacités sportives28. Les enquêtes menées posant des questions différentes, à des moments différents et auprès d’individus aux caractéristiques différentes, il est difficile d’en tirer un enseignement précis sur les conceptualisations raciales des Américains. Bobo et Smith ont démontré que le format de la question peut fortement influencer la manière dont les gens caractérisent les différences raciales29. Les blancs sont nettement plus susceptibles d’affirmer l’existence de différences raciales entre eux et les noirs lorsque les questions portent spécifiquement sur les domaines qui ont toujours constitué la clef de voûte des croyances américaines dans la biologie raciale : l’intelligence ainsi que les performances sportives et sexuelles30. En outre, selon Condit, Parrott et Harris, le contexte social est déterminant pour donner forme aux définitions individuelles de la race31. Brückner, Morning et Nelson ont montré que l’expression d’explications biologiques de la race est étroitement dépendante d’attentes sociales préexistantes32.

  • 33 Apostle Richard A., et al., The Anatomy of Racial Attitudes, op. cit.
  • 34 Ibid.

11Plus fondamentalement encore, l’approche de « l’explication par les résultats » ou du « mode explicatif33 » n’a pas été pensée pour mesurer la conceptualisation raciale, et elle constitue un indicateur erroné des notions de race ordinaires. Les questions du type de celles qui demandent si la différence génétique peut expliquer les différentiels socio-économiques confondent les opinions portant sur l’existence de différences raciales génétiques avec les croyances sur le fait que lesdites différences peuvent contribuer aux inégalités de revenus selon l’appartenance à un groupe racial. Pour le dire simplement, aucune de ces questions ne demande directement aux personnes interrogées comment elles définissent la race et elles laissent de côté de nombreux aspects de la conceptualisation raciale (par exemple quels groupes constituent des races et quelles sont les différences principales entre les groupes raciaux). De plus, les enquêtes sur les attitudes réduisent la question de la conceptualisation raciale à la manière dont les blancs perçoivent les noirs. Ce faisant, elles ne prennent pas en compte la possibilité que les définitions de la race offertes par les blancs varient selon les groupes raciaux qu’on leur demande de considérer et elles négligent totalement ce que les non-blancs comprennent sous le concept de race. Il s’agit là d’une sérieuse omission : l’ESG de 2004 montre par exemple que les noirs sont plus susceptibles que les blancs d’approuver l’explication de l’inégalité raciale par la théorie de la « moindre capacité innée » (13 % de noirs, contre 7 % de blancs). Que faire de ce résultat si l’on réduit le racisme à l’essentialisme biologique ? Enfin, les questions des enquêtes quantitatives de « mode explicatif » sont mal adaptées à détecter la possibilité que des individus possèdent simultanément plusieurs concepts de race. La théorie « individualiste » de l’inégalité raciale, selon laquelle les noirs manquent de « motivation ou de volonté pour se sortir de la pauvreté » ne fait aucune référence à la biologie. Pourtant, comme l’ont reconnu Apostle et al., la croyance individualiste selon laquelle les noirs n’ont pas réussi à tirer profit de toutes les opportunités qui leur étaient offertes contient un argument génétique implicite que révèle effectivement une enquête plus approfondie34.

  • 35 Lieberman Leonard, Hampton Raymond E., Littlefield Alice et Hallead Glen, « Race in biology and ant (...)
  • 36 Hirschfeld Lawrence A., Race in the Making: Cognition, Culture and the Child’s Construction of Huma (...)

12Bien entendu, une enquête quantitative de grande échelle permet d’obtenir des résultats amplement généralisables qui peuvent être mobilisés pour l’étude de la variation de la conceptualisation raciale selon le temps, l’espace et les caractéristiques sociodémographiques des enquêtés. L’essentiel de la recherche actuelle sur les concepts de race, quoiqu’extrêmement stimulante, souffre d’être menée sur des échantillons de population trop restreints. Lierberman et Littlefield ont publié plusieurs rapports sur la façon dont les scientifiques conçoivent la race35, et Hirschfeld a mené un ensemble d’expériences déterminantes sur les conceptions raciales des enfants36. Dans ce contexte, il faut faire une place particulière au projet de recherche coordonné par Apostle, qui tentait d’identifier des schémas sociodémographiques dans la conceptualisation raciale. L'enquête a montré que les Américains les plus vieux, les plus religieux, avec les niveaux d’éducation et d’emplois les plus bas, étaient les plus susceptibles de rendre compte des différentiels raciaux en recourant à ce qu’ils ont nommé des modes d’explication « traditionnels » : l’explication par le « surnaturel » (« Dieu a créé des races différentes »), par la génétique (« les races sont différentes par nature ») et par l’individualisme (« les noirs n’ont pas réussi à faire usage de leur libre arbitre pour se rendre meilleurs »). Les modes d’explication « modernes » — l’explication par l’environnement, selon laquelle l’inégalité raciale est due à des forces sociales impersonnelles, et l’explication radicale, qui en rend responsable les « Blancs au pouvoir » — étaient, en toute logique, plus représentés parmi les étudiants que dans tout autre groupe adulte : ces explications furent mentionnées par 42 % des étudiants, 36 % des gens exerçant une profession et 21 % des ouvriers. Ils ont aussi montré que le genre et le statut familial ou marital ne constituaient pas des variables déterminantes du point de vue du mode d’explication. Cependant, cette enquête menée dans la Baie de San Francisco en 1973 est désormais sérieusement dépassée et demanderait à être reproduite à l’échelle nationale.

13Ce qui manque aujourd’hui dans la littérature sur la conceptualisation raciale, ce sont des études explicitement dédiées à la description et à l’analyse de nos acceptions variées du concept de race et qui viseraient à développer à la fois des outils méthodologiques et des propositions théoriques propres à structurer et mettre en place une telle enquête. Dans les pages qui suivent, cet article se propose d’illustrer certains des problèmes empiriques, méthodologiques et théoriques auxquels une sociologie de la conceptualisation raciale doit se confronter, à partir des idées exprimées par un échantillon d’étudiants américains lors d’entretiens approfondis sur la nature de la race.

Données et méthode de l’enquête

14Les données analysées ici proviennent de 52 entretiens ouverts conduits auprès d’étudiants de premier cycle dans quatre universités du Nord-Est des États-Unis en 2001-2002. Celles que j’appelle « Ivy » et « Pilot » sont des universités privées très sélectives qui ont un taux d’admission en premier cycle d’environ 10 %, tandis que celles que j’appelle « State » et « City » sont des universités publiques qui avaient admis environ 60 % des candidats au premier cycle lors de la rentrée universitaire de 2001-2002. L’université City présentait la plus faible diversité raciale, et Ivy la plus forte : à City, 84 % des étudiants de premier cycle étaient blancs (ou non identifiés racialement), alors qu’ils n’étaient que 60 % à Ivy. À titre de comparaison, 62 % des étudiants de State et 66 % des étudiants de Pilot étaient blancs. L’échantillon d’étudiants interrogés était constitué comme suit : environ un tiers des étudiants avait été tirés au hasard parmi les étudiants en anthropologie ; environ un autre tiers parmi les étudiants en biologie ; enfin le dernier tiers parmi toutes les autres disciplines. L’enjeu d’une telle structuration de l’échantillon était de permettre d’étudier les effets de la transmission disciplinaire sur les acceptions de la race, notamment dans les sciences sociales et naturelles qui ont la plus longue histoire quant à la définition du concept de race. Quoique, de la sorte, l’échantillon d’enquêtés obtenu soit loin d’être représentatif de la population américaine (y compris pour ce groupe d’âge et dans cette région), il fournit amplement la preuve de l’hétérogénéité et de la complexité de la conceptualisation raciale contemporaine. Ainsi, l’enquête sert ici de point de départ empirique pour percevoir les difficultés auxquelles le chercheur va être confronté.

  • 37 Lieberman Leonard, « Gender and the deconstruction of the race concept », American Anthropologist, (...)

15Je me suis servie essentiellement de trois types de questions pour évaluer quel était le concept de race des personnes interrogées. Premièrement, je leur ai demandé de manière ouverte quelle était leur définition de la « race » (« Si tu devais expliquer ce que c’est, que dirais-tu ? »). Ensuite, je leur ai demandé s’ils pensaient que l’affirmation suivante était vraie ou fausse : « Il existe des races biologiques à l’intérieur de l’espèce Homo Sapiens » (affirmation tirée de Lieberman37). Enfin je leur ai demandé quelles pouvaient être les explications possibles de deux différentiels raciaux empiriquement repérables : les inégalités relatives au poids médian des enfants à la naissance, ainsi que celles relatives à la répartition raciale des joueurs de la National Football League. Du point de vue de la méthodologie, l’entretien commençait par une phase entièrement ouverte portant sur la caractérisation de la race, offrant aux enquêtés la possibilité de mener librement la discussion dans la direction qu’ils souhaitaient ; la question suivante était fermée (oui/non), permettant pour l’essentiel simplement une classification et une comparaison de concepts ; enfin les deux dernières questions étaient à la fois ouvertes et dirigées sur la manière dont la race fonctionne ainsi que sur le type de différences qu’elle entraîne. En ce qui concerne l’ordre des deux dernières, j’ai délibérément choisi de commencer par poser une question relative à un terrain assez peu familier à tous ceux qui ne sont ni médecins ni démographes, pour terminer par une question qui provoque régulièrement des controverses hautement publicisées sur les traits comparatifs des athlètes noirs et des athlètes blancs. La question sur le poids de naissance comportait une autre différence : elle portait sur les Asiatiques aussi bien que sur les noirs et les blancs, élargissant ainsi la portée des modèles de race produits par les enquêtés.

Résultats

Comment définir la race : un éventail de concepts

16Quand on leur a demandé de définir ce qu’était la race, les étudiants ont répondu en proposant des idées très différentes, dont certaines étaient manifestement contradictoires. L’approche la plus répandue, choisie par 69 % des interrogés, consistait à assimiler race et culture (tableau 1). Un étudiant en psychologie à City a présenté les choses de la façon suivante : « Je pense que c’est très lié à la culture dont on vient, à quel point on est genre différent, tu vois, comment on mange, ce qu’on mange, les vêtements qu’on aime porter, je veux dire, le langage, tout ça quoi. Donc c’est comme un peu l’ensemble de tout ce qu’on est. »

  • 38 Griswold Wendy, Cultures and Societies in a Changing World, Thousand Oaks, Pine Forge, 1994.

17Les étudiants qui mobilisent cette définition peuvent soit mentionner explicitement le terme de « culture », soit faire référence à des éléments que l’on associe à la culture, comme les croyances, les valeurs ou les pratiques38, soit encore en appeler à l’ascendance et aux origines géographiques. Un étudiant en comptabilité à State a expliqué que « c’est forcément lié aux origines familiales, à vos deux parents, à leurs parents, quelle que soit le mélange. Comme on dit : “je suis à moitié italien”. »

  • 39 Weber Max, Économie et société (1ère édition en allemand 1921), traduction de Jacques Chavy et Éric (...)

18En combinant culture et ascendance, les personnes interrogées rabattent effectivement la race du côté de l’ethnicité : une identité de groupe fondée sur le sentiment d’une origine et d’une histoire commune associées à des valeurs et à des pratiques partagées39. De cette façon, les étudiants rendent moins sensible la notion de différence de groupe, la faisant passer du domaine problématique de la différence raciale au thème moins chargé de l’identité ethnique.

  • 40 Frankenberg Ruth, White Women, Race Matters: The Social Construction of Whiteness, Minneapolis, Uni (...)
  • 41 Bonilla-Silva Eduardo, Racism without Racists: Color-Blind Racism and the Persistence of Racial Ine (...)
  • 42 Waters Mary C., Ethnic Options: Choosing Identities in America, Berkeley, University of California (...)
  • 43 Roman Leslie G., « "On the ground" with antiracist pedagogy and Raymond William’s unfinished projec (...)

19Ce passage à l’ethnicité désamorce la discussion sur la race, et cela de plusieurs manières. Tout d’abord, mettre l’accent sur la culture permet d’échapper au lien race-biologie qui était caractéristique du « vieux racisme » que les enquêtés cherchent peut-être à éviter. Ensuite, cela permet de ne pas se confronter à l’histoire de l’oppression, qui a fait partie intégrante de la stratification raciale. Au contraire, le discours sur l’ethnicité insiste sur des marqueurs – « ce qu’on mange », « ce qu’on porte » ou « les valeurs enseignées par les parents » – qui ne risquent guère d’entraîner les mêmes conséquences en termes de discrimination, surtout pour un échantillon de répondants largement blancs. De la sorte, il évacue les questions de pouvoir et d’inégalité40 et minimise la reconnaissance du racisme contemporain41. Toute discussion sur la nature coercitive de la catégorisation raciale externe est également laissée de côté lorsque l’on considère que les classifications raciales, comme les classifications ethniques aujourd’hui, sont en grande partie une question de volonté, le produit de choix individuels et libres, concernant tel ou tel comportement. Cela dépend de différentes choses : est-ce qu’on « perpétue des valeurs traditionnelles » ou encore à quel lieu « on s’identifie le plus », pour reprendre les termes de certains étudiants. Comme l’a montré Waters, pour les Américains blancs, le choix des peuples ou des lieux avec lesquels ils peuvent s’identifier – tout comme la possibilité de le faire ou non – est largement ouvert42. Assimiler l’expérience de l’appartenance raciale avec celle de l’identification ethnique (« comme on dit : “je suis à moitié italien” ») est un exemple de ce que Roman appelle « la déduction (faite par les blancs) selon laquelle ceux qui font l’objet de racisme l’ont tout simplement bien voulu43 ».

20Cette assimilation entre race et ethnicité revêtait une autre signification : tandis que la race acquérait les dimensions volontariste et sans conséquences de l’ethnicité « choisie » (optional), la vision qu’avaient les étudiants de la différence culturelle (ethnique) acquérait de son côté la permanence, l’amplitude et la profondeur qui caractérisent généralement les descriptions de la différence raciale. Dans les réponses des interrogés vient constamment se loger la présupposition selon laquelle il existe entre les races des différences culturelles importantes et significatives, même s’ils n’ont que peu de preuves ou de vécu à apporter pour étayer ce sentiment. Comme l’a affirmé une femme de City :

« Beaucoup d’Afro-américains n’ont jamais vécu en Afrique, tu vois. Donc beaucoup d’entre eux ont grandi ici et se comportent comme la plupart des blancs, tu vois, mais il y a quand même des différences, je sais pas, je suis pas, genre j’ai jamais vécu dans une famille afro-américaine ou quelque chose comme ça. Mais je suis sûre qu’il y a des choses qui ont de l’importance pour eux et pas pour nous. Genre tu vois les femmes elles ont plus d’assurance, elles sont plus, je veux pas dire agressives, mais tu vois je veux dire si on regarde les causes des troubles de l’alimentation, je veux dire les troubles de l’alimentation c’est plutôt des trucs d’Américains blancs de la classe moyenne. »

  • 44 Hochschild Jennifer L., Facing Up to the American Dream: Race, Class, and the Soul of the Nation, P (...)
  • 45 Balibar Étienne, « Y a-t-il un "néo-racisme" ? », in Balibar Étienne et Wallerstein Emmanuel, Race, (...)

21Il est frappant de constater que cette étudiante en psychologie est persuadée qu’il existe de grandes différences culturelles entre blancs et noirs (« je suis sûre qu’il y a des choses qui ont de l’importance pour eux et pas pour nous ») en dépit du fait que « beaucoup d’entre eux ont grandi ici et se comportent comme la plupart des blancs » et en dépit du peu de preuves ou d’expérience personnelle qu’elle a de ces différences si importantes (les troubles de l’alimentation se limiteraient à une fraction de la population définie par le genre, la classe et l’âge). La conviction selon laquelle les différentes races – et en particulier les noirs et les blancs – vivraient dans des mondes culturels très différents même s’ils partagent la même nationalité, le même pays de résidence, la même langue, les mêmes valeurs économiques et politiques44 est fermement ancrée chez les étudiants de licence interrogés ici. D’une manière qui rappelle la description que faisait Balibar d’un racisme culturel « sans races45 », les étudiants mettent l’accent sur « le caractère insurmontable des différences culturelles » et « l’incompatibilité des modes de vie et des traditions ».

22L’assimilation entre race et culture s’est pourtant arrêtée là. Ses limites ont commencé à se faire jour quand on a demandé aux étudiants si des groupes comme les Irlandais, les Slovaques ou les Vietnamiens – le type de groupes auxquels ils faisaient référence pour illustrer les différences de pratiques culturelles qui étaient au cœur de leurs définitions de la race – devaient être considérés comme des « races ». Quand la question portait directement sur les groupes qu’ils considéraient être des races, généralement les étudiants énuméraient les mêmes groupes que ceux que l’on trouve dans le recensement américain – blancs, noirs, Asiatiques, etc. Une disjonction apparaissait ainsi entre l’invocation des différences ethniques au moment de définir la race et la reconnaissance implicite, au moment de lister les groupes raciaux, du fait que les groupes ethniques n’en étaient pas vraiment.

23En dépit de tous les débats relatifs aux fondements culturels de la race, la biologie humaine demeurait l’outil indispensable pour rendre compte de la race. Les interviewés étaient presque aussi nombreux à faire référence à des caractéristiques physiques qu’à des caractéristiques culturelles pour définir la race : 65 % l’ont fait, la plupart mentionnant la couleur de peau et d’autres traits phénotypiques. Comment les conceptions biologique et culturelle de la race peuvent-elles si souvent coexister ? Il est possible que l’évocation de la culture soit une interprétation de la race plus acceptable socialement que ne le serait une interprétation purement biologique. Mais il nous faut aussi prendre au sérieux l’idée que les étudiants ressentaient véritablement le fait que la race « avait à voir » à la fois avec la biologie et avec la culture. Un étudiant en anthropologie à Ivy raisonnait de la façon suivante : « Je pense que la manière dont les gens définissent la race est genre liée au physique des gens mais je pense aussi que la manière dont les gens comprennent la race quand ils y réfléchissent un peu plus dépend de la manière dont ils se comportent. »

24Cette conception de la race « couleur de peau plus culture » (pour reprendre l’expression d’un étudiant de State) permettait aux étudiants de donner un sens à leurs expériences quotidiennes où ils pouvaient constater des différences dans les manières de parler, dans l’habillement, dans les goûts musicaux, chez des camarades de chambre ou de classe qu’ils associaient à une race distincte ; ou bien encore à tous les cas où ils pouvaient observer des gens qui « sont » d’une race mais « agissent » comme s’ils étaient d’une autre.

  • 46 Voir par exemple Nobles Melissa, Shades of Citizenship: Race and the Census in Modern Politics, Sta (...)

25En revanche, le concept de race comme construction sociale était bien moins connu des étudiants de licence interrogés ou leur était bien moins utile. Seuls 17 % d’entre eux ont choisi de mobiliser cette conception au moment de proposer leur définition de la race et encore s’agissait-il presque uniquement d’étudiants en anthropologie sur les campus d’Ivy, State ou Pilot. L’un d’entre eux a décrit la race comme étant « un système de classification se servant de marqueurs extérieurs (…) pour placer les gens dans différentes catégories d’appartenance ou d’altérité ». Un autre a renchéri : « C’est un mot très chargé politiquement, qui ne reflète aucune réalité mais qui reflète notre réalité. » À partir de ces seules données, il est impossible de déterminer si la rareté de la référence aux définitions constructivistes de la race provenait d’un manque de connaissance de cette conception ou bien si cela était lié à sa moindre attractivité pour les étudiants. Ces données suggèrent néanmoins que le concept constructiviste de race – que les chercheurs présentent souvent comme faisant l’objet d’un consensus intellectuel46 – ne circule guère, et en tout cas pas de manière efficace, dans l’enseignement supérieur américain actuel.

Multiplier les indicateurs de la conceptualisation raciale

26Étant donné la complexité des perceptions individuelles de la race, à quel point sont-elles sensibles à la formulation des questions censées les susciter ? Afin de permettre la comparaison avec les définitions ouvertes indiquées plus haut, je présente ci-dessous les résultats de trois autres modes de mesure de la classification raciale : 1) une évaluation fermée d’une affirmation relative aux « races biologiques » ; puis des explications données pour rendre compte des différences de race 2) dans le domaine de la santé et 3) dans le domaine du sport. Ces trois questions n’ont pas été soumises à toutes les personnes interrogées. Lors des très longs entretiens, une ou plusieurs d’entre elles étaient omises. Par conséquent, 49 étudiants (soit 94 % de l’échantillon total) ont évalué l’affirmation sur les « races biologiques », 46 (89 %) ont également répondu à la question sur le sport et 37 (71 %) aux deux premières ainsi qu’à la question sur la santé.

  • 47 1. « Ça dépend » correspond aux réponses où la personne interrogée précise qu’elle serait d’accord (...)

Tableau 1 : Variation de la conceptualisation raciale selon la formulation de la question47

Question fermée

Es-tu d’accord ou non avec l’affirmation selon laquelle il existe des races biologiques au sein de l’espèce Homo Sapiens ?

D’accord

Pas d’accord

Ça dépend

N

43 %

47 %

10 %

49

Définition ouverte

Comment définirais-tu le terme « race » ?

Culture

Biologie

Construction

N

69 %

65 %

17 %

52

Scénario explicatif

Comment peut-on expliquer :

Les inégalités raciales liées au poids de l’enfant à la naissance

La disparité raciale au sein de la NFL

Culture

Biologie

Socio-écon.

N

27 %

70 %

57 %

37

48 %

74 %

50 %

46

27Pour permettre la comparaison entre les différents indicateurs, je n’indique pas seulement pour chaque question les réponses de ceux qui ont effectivement répondu à cette question, mais aussi les résultats provenant du sous-ensemble de 37 étudiants qui ont répondu à toutes. Il s’avère que la réduction de l’échantillon n’a eu que peu d’effets sur les réponses fermées sur les « races biologiques » ou sur les explications relatives aux différences sportives. Si l’on compare l’ensemble des réponses à celles du sous-ensemble réduit aux 37, on remarque que les proportions sont presque identiques, ne différant dans la plupart des cas que de 1 % et, au plus, de 2 %. Il en est tout autrement en ce qui concerne l’item sur la définition ouverte de la race. Comme nous l’avons vu, sur les 52 étudiants de l’échantillon, 69 % ont mis l’accent sur la culture, 65 % sur la biologie et 10 % sur la construction sociale. Lorsque l’on réduit l’échantillon aux 37 étudiants dont la conception de la race a également été mesurée grâce aux trois indicateurs que je vais développer ci-dessous, la distribution change : on trouve 76 % pour la culture, 89 % pour la biologie et 11 % pour la construction sociale. Ces résultats renforcent l’idée selon laquelle les conceptions raciales exprimées par les individus sont hautement sensibles à la formulation de la question.

L’affirmation relative aux races biologiques

28Nous avons emprunté un item à l’étude précitée de Lieberman sur les chercheurs et demandé à 49 étudiants s’ils étaient d’accord ou non avec l’affirmation suivante : « Il existe des races biologiques au sein de l’espèce Homo Sapiens ». Comme le montre le tableau 1, l’échantillon se répartissait presque équitablement entre ceux qui étaient d’accord (47 %) et ceux qui n’étaient pas d’accord (43 %). Cette question a incité les étudiants à fouiller plus avant leurs arguments à propos de la biologie, en les précisant plus qu’ils ne l’avaient fait au moment de la question ouverte :

« Je pense que cela (les races) existe vraiment parce qu’il existe genre différents gènes qui peuvent entraîner différentes expressions, ou bien différents comportements chez les gens. Et je pense que c’est ça qui définit une race. » Etudiant en anthropologie, City

« Je ne suis pas d’accord, je connais des choses là-dessus et, bien que je ne me rappelle pas les chiffres précis, je me souviens avoir entendu quelque part que les races, entre guillemets, constituent quelque chose comme 2 %, ou 1 %, de l’appareil génétique d’une personne, alors que les similitudes entre les cultures représentent 99 %. Génétiquement. Biologiquement. » Etudiant en économie, Ivy.

29Globalement, et comme le résument ces deux citations, les étudiants dans les deux universités moins sélectives de City et de State étaient plus disposés à accepter l’idée que les races biologiques existent que ceux provenant des campus d’élite d’Ivy et de Pilot.

30Les 10 % restants peuvent être rassemblés dans la catégorie « acceptation contingente ». Ces étudiants ont répondu qu’ils seraient d’accord avec l’affirmation si elle était plus précise ou corrigée pour aller dans leur sens. Cette ambivalence se reflétait également dans le fait que les interviewés étaient sujets à de fréquentes hésitations et indécisions, voire à des interrogations de type éthique concernant les motivations ou l’impact d’une telle affirmation. « Sincèrement, cela me met mal à l’aise », admit l’un d’entre eux. Un autre déclara : « C’est une affirmation très louche ». Même ceux qui étaient d’accord avec l’affirmation émettaient malgré tout des réserves, comme cet étudiant en biologie à Pilot : « Je veux dire, je dirais à la personne, pourquoi est-il nécessaire de dire qu’il existe des races biologiques. Je veux dire, je répondrais, OK, je vous accorde qu’il existe des races biologiques. Et alors ? »

Expliquer les inégalités raciales relatives au poids à la naissance

31Au lieu de me contenter des réponses des interviewés à des questions ou des affirmations abstraites, j’ai aussi voulu explorer comment leurs visions de la race fonctionnaient « en acte » en étudiant la manière dont leurs conceptions de la différence raciale les aidaient concrètement à expliquer tel ou tel résultat statistique. Deux résultats ont été choisis pour la discussion – l’un portant sur le sport, l’autre sur la santé –, chacun d’entre eux pouvant donner lieu à une grande variété d’explications (biologiques, environnementales, culturelles etc.) Cette stratégie s’inspire des enquêtes comportementales visant à repérer le « registre explicatif » des personnes interrogées, mais en conservant une structure ouverte et en utilisant la technique des coups de sonde pour élucider les cadres conceptuels.

  • 48 « Vital Statistics of the United States, 1997 », National Center for Health Statistics [En ligne], (...)

32Pour le premier des deux scenarii sur la « vraie vie », j’ai volontairement choisi des données avec lesquelles j’imaginais que les étudiants seraient peu familiers, à savoir la découverte faite par les démographes selon laquelle le poids médian des enfants à la naissance diffère selon la race48. La question était la suivante : « Des chercheurs ont découvert qu’à la naissance les bébés appartenant à différents groupes raciaux ont tendance à avoir des poids différents. Par exemple, les bébés blancs ont souvent le poids médian le plus élevé, les bébés noirs le moins élevé, tandis que les bébés asiatiques se situent entre les deux. Selon vous, quelles peuvent être les facteurs explicatifs de ce résultat ? ».

33En demandant aux étudiants de fournir plus d’un facteur possible, je voulais évaluer la variété des mécanismes qui leur paraissaient plausibles plutôt que les forcer à s’en tenir à un seul choix. De la sorte, j’espérais obtenir une réflexion plus poussée sur les raisons pour lesquelles ils estimaient que la race était importante, y compris dans des domaines où ils ne se sentaient pas assez compétents pour offrir une réponse définitive.

34Pour tâcher de rendre compte de ces différences de race observées, les étudiants ont mobilisé des cadres conceptuels très différents de ceux qu’ils avaient adoptés dans leurs définitions ouvertes. Cette disjonction n’apparaît jamais aussi bien que lorsqu’on examine leurs références à la différence culturelle. Souvenons-nous que lorsqu’on leur avait demandé de définir la race de manière abstraite, l’approche la plus courante (choisie par 69 % des étudiants) avait consisté à mettre l’accent sur la culture (« tout ce qui concerne la manière dont on mange, ce qu’on mange, ce qu’on porte »). Ce chiffre grimpe encore – 76 % adoptent une définition culturelle de la race – quand on limite l’analyse au sous-ensemble des 37 étudiants qui ont ensuite répondu à la question sur le poids à la naissance. Pourtant, la « culture » était l’approche qu’ils choisissaient le moins fréquemment pour expliquer la « vraie vie ». Seuls 27 % des étudiants ont explicitement esquissé un portrait des valeurs, des croyances ou des pratiques culturelles spécifiques permettant de rendre compte des différences dans le poids à la naissance (tableau 1). Dans ces cas, les étudiants considéraient généralement que la culture influençait l’alimentation maternelle : « quand vous êtes chinoise ou japonaise, vous mangez beaucoup d’aliments qui ne font pas grossir, comme les sushi ou des choses comme ça » ; « il se peut qu’avoir un enfant plutôt gros ne soit pas aussi important dans certaines cultures qu’aux États-Unis, dans une culture blanche quoi. »

35Si de rares étudiants ont eu recours à la culture pour expliquer les différences de poids, les autres ont eu plutôt tendance à offrir des explications génétiques : 70 % ont évoqué cette possibilité. Ces explications comprenaient généralement les deux arguments suivants : soit le poids de l’enfant reflétait les disparités de taille des adultes, disparités variant selon la race ; soit le poids à la naissance variait en fonction de l’adaptation évolutionniste. Par exemple : « les Asiatiques sont plus petits que la plupart des gens » ; « en termes d’évolution, il est peut-être mieux pour les blancs d’avoir des bébés plus gros que dans les autres pays, je ne sais pas. » Pourtant, de la même manière qu’avec les explications culturelles, ceux qui ont répondu à ce scénario étaient moins disposés à appliquer une lecture biologique pour expliquer ces données issues de la vraie vie qu’ils ne l’avaient été pour donner une définition ouverte de la race. Seulement 70 % de ceux à qui on demandait de rendre compte du différentiel de poids à la naissance s’appuyèrent sur la biologie alors que 89 % d’entre eux avaient fait de la biologie le cœur de leur définition ouverte de la race.

36La vision qu’avaient les interviewés de la manière dont fonctionne la race dépendait largement de la race qu’ils avaient en tête. À cet égard, il est important de noter qu’ils considéraient invariablement que la question rendait indispensable d’expliquer l’écart entre les résultats des blancs et ceux des non-blancs, de sorte que les réponses fournissent implicitement une comparaison des noirs et des Asiatiques par rapport aux blancs, sans jamais comparer les deux premiers groupes entre eux. Par conséquent, ils ne cherchaient en aucune circonstance à repérer des facteurs susceptibles d’influencer les trois groupes simultanément (comme par exemple le revenu du ménage par tête). Au contraire, les étudiants mettaient l’accent sur les causes soit du différentiel entre Asiatiques et blancs, soit de la disparité entre noirs et blancs, les explications s’avérant très différentes selon la paire choisie. Comme le suggèrent les citations ci-dessus, il semble que l’inclusion des Asiatiques dans le scénario en ait automatiquement fait une question internationale plus que domestique, les interviewés opposant systématiquement les Asiatiques aux « Américains », sous-entendu les blancs. Il est possible qu’en retour cette globalisation ait rendu possible l’insistance sur les différences culturelles en matière d’alimentation, qui n’est apparue qu’à l’occasion de l’opposition Asiatiques-blancs à propos du poids de naissance. Le deuxième argument strictement réservé à la comparaison entre asiatiques et blancs concernait la correspondance entre le poids de l’enfant et la taille des parents.

37Les étudiants qui se sont interrogés sur le différentiel de poids entre noirs et blancs ont proposé un ensemble très différent d’explications possibles. L’excès de consommation de drogues de la part des mères est un argument qui n’est apparu qu’à propos du poids de naissance des enfants noirs :

« Il se peut que les bébés asiatiques soient simplement plus petits. Peut-être que les bébés américains sont plus gros. Je ne sais pas comment relier ça avec les bébés noirs. Je sais, vous savez, si la mère prend de la drogue ou des trucs comme ça, les bébés peuvent être plus petits à la naissance. » Étudiant en biologie, City

38De même, la mention des racines socioéconomiques des poids moins élevés à la naissance, par exemple des revenus plus faibles, l’accès limité aux services de santé, une mauvaise alimentation et le manque d’éducation, n’apparaissait que dans la comparaison entre blancs et noirs.

« Pour les noirs, je pense qu’on les trouve toujours dans des logements pour personnes à faible revenu, leur statut socioéconomique est plus bas, donc il se peut qu’ils n’aient pas été éduqués et qu’ils n’aient pas genre les ressources. Les mères ont pu tomber enceintes, vous savez, dans de mauvaises conditions, donc peut-être qu’elles ne connaissent pas les bons services de soin prénatal. Peut-être qu’elles n’ont pas accès aux bons services de soin prénatal. Par conséquent, il se peut qu’elles boivent, qu’elles se droguent ou qu’elles fument, tout ça quoi. Ça pourrait expliquer le poids inférieur à la naissance. » Étudiant en météorologie, State

39La voix impersonnelle (ou la forme passive) qu’utilise cet étudiant pour décrire les conditions socioéconomiques des noirs – « on les trouve toujours dans des logements sociaux […] il se peut qu’ils n’aient pas été éduqués » – écarte la possibilité que la discrimination joue un rôle dans les différences de poids à la naissance. Au contraire, l’accent est mis sur les comportements illicites qu’il associe aux noirs : tomber enceinte « dans de mauvaises conditions », boire, prendre de la drogue. Pour la plupart des répondants, la discrimination était un non-facteur – un phénomène du passé, quand « les noirs n’avaient pas la possibilité de prospérer, qu’ils ne pouvaient pas obtenir de bons boulots et donc ne pouvaient pas gagner d’argent », pour reprendre les termes d’un étudiant en biologie à Pilot. De manière analogue, un étudiant en biologie d’Ivy s’interrogeait : « Les Afro-américains sont peut-être plus stressés. Je veux dire, maintenant ils ont tous ces programmes pour les minorités mais quand leurs mères étaient des enfants genre il y a vingt ans, peut-être qu’elles s’inquiétaient de pas trouver de travail, alors que les blancs ils sont déjà installés, ils n’ont pas à s’inquiéter, quelque chose comme ça. »

40Dans ce domaine, les explications données par les étudiants pour rendre compte des différentiels raciaux de poids à la naissance ne sont pas très différentes de leurs définitions de la race, même si celles-ci ne mettent pas l’accent sur le rôle de la culture dans les mêmes proportions que celles-là. Dans les deux cas, on peut analyser les questions de race comme si la discrimination n’existait pas et comme si la stratification sociale généralisée était un simple donné, banal, auquel on ne réfléchit pas. En revanche, les facteurs génétiques et les choix librement accomplis sont les explications les plus plausibles permettant de rendre compte des clivages raciaux.

Expliquer la disparité raciale dans le sport

  • 49 Lapchick Richard E. et Matthews Kevin J., « Racial and gender report card », Boston, MA [En ligne], (...)

41La seconde question portant sur la « vraie vie », à propos des liens entre race et pratique sportive, a été posée à 46 étudiants. Utilisant les résultats obtenus par Lapchick et Matthews et par le Bureau du Recensement américain49, la question était formulée de la manière suivante :

« Le second scénario que je vais vous proposer porte sur le sport et sur la surreprésentation ou la sous-représentation de certains groupes raciaux dans certains sports, lorsqu’on la rapporte à la part qu’ils occupent dans l’ensemble de la population du pays. Par exemple, en football, les noirs représentent 67 % des joueurs de la NFL (National Football League) et les athlètes blancs y sont en minorité. Mais si l’on considère la population totale des États-Unis, les Blancs sont majoritaires et les Noirs représentent 12 % de la population. À ton avis, quelle explication plausible peut rendre compte d’une telle différence entre la composition raciale de la NFL et celle de l’ensemble de la population du pays ? »

42En réponse, les étudiants ont eu tendance encore une fois à invoquer d’abord des raisons biologiques (74 %), suivies par des explications socio-économiques (50 %). Cependant, contrairement aux solutions qu’ils avaient proposées en réponse au dilemme du poids de naissance, la culture a été beaucoup plus largement mentionnée ici (48 % des étudiants) (tableau 1). Enfin, la discrimination a aussi été invoquée, au moins indirectement, puisqu’un cinquième des étudiants a estimé qu’il était possible que les recruteurs sportifs favorisent les athlètes noirs. En d’autres termes, la discrimination « positive » qui désavantage les blancs a été plus facilement mentionnée que ne l’avait été la possibilité d’une discrimination anti-noirs dans le cas du poids de naissance.

43Contrairement à l’hésitation qu’avaient marquée les étudiants en réponse à l’affirmation de Lierberman sur le caractère biologique des différences raciales, presque les trois-quarts d’entre eux ont émis l’hypothèse selon laquelle les différences dans la représentation sportive étaient dues à la supériorité physique naturelle des noirs sur les blancs. Comme l’a expliqué un étudiant en anthropologie de City, « les noirs sont physiquement supérieurs aux blancs. Ils peuvent courir plus vite, sauter plus haut ». De même, un étudiant en biologie de State a mentionné que « les noirs ont comme une sorte de système cardiovasculaire différent qui permet à leur structure musculaire de se développer différemment, vous voyez ? ».

44Comment de telles différences physiques sont-elles apparues ? Les étudiants ont offert deux explications possibles, prenant toutes deux leur source dans l’idée de processus évolutionniste. Selon la première explication, l’esclavage aux États-Unis a exercé une pression de sélection sur la population noire, soit parce que les conditions difficiles ont éliminé les plus faibles, soit parce que les propriétaires d’esclaves ont à dessein croisé les individus en fonction de leur résistance.

« Je pense que l’esclavage peut avoir joué dans tout ça parce qu’ils choisissaient l’homme le plus robuste et la femme la plus robuste et, vous voyez, ils avaient des enfants, et ces enfants étaient, un peu comme … sélectionnés pour leur force musculaire et leur robustesse, comme des chevaux de trait. Donc à partir de là, c’est comme s’ils avaient été croisés pour ça. Et je déteste tout ça, le passé, l’histoire de ce pays, mais je pense que ça a joué. » Étudiant en biologie, City

« Si les Africains étaient des esclaves, il peut y avoir eu des mutations biologiques dans leur ADN qui ont permis à leur corps de résister, et puis qui ont fini par être transmises, et les joueurs de foot maintenant peuvent gérer tout le stress. » Étudiant en biologie, Ivy

45La seconde explication donnée pour expliquer la supériorité biologique des noirs était elle aussi ancrée dans un cadre évolutionniste, mais elle s’étendait plus loin dans le passé aux ancêtres africains des noirs et à leur adaptation aux exigences de leur environnement.

« Eh bien, manifestement, enfin je veux dire, non pas manifestement, je pense que l’explication la plus simple c’est qu’il y a une raison, qu’il y a une raison biologique, que les Afro-Américains (sic) devaient courir et attraper leur gibier en Afrique et ça les a rendus rapides, capables de courir vite et d’attraper leur proie avec adresse ou quelque chose comme ça. » Étudiant en biologie, Pilot

46Deux asymétries frappantes ont émergé dans le cadre des réflexions relatives aux sources de la supériorité physique des noirs. Tout d’abord, il est apparu que si un processus évolutionniste avait forcé les Africains à développer leurs capacités physiques, la survie des autres races avait exigé qu’elles s’adaptent selon d’autres modes, plus cérébraux.

« [Les noirs] tendent à être plus athlétiques, peut-être à cause de l’endroit où ils vivaient, ils étaient obligés, ils devaient être plus athlétiques pour attraper leur nourriture et tout ça. Quand je pense aux caucasiens, d’où ils viennent, la première chose qui me vient en tête c’est l’époque médiévale quand ils sont genre domestiqués, ils portent des vêtements, et ils ne sont pas, enfin ils ne courent pas vraiment partout, ils montent des chevaux ou des animaux comme ça. » Étudiant en biologie, Pilot

« C’est peut-être aussi tout simplement qu’en Europe, à cause du climat et de tout ce à quoi on devait penser, enfin, pas consciemment, mais vous voyez, notre adaptation était moins physique que technologique. Donc, pour survivre à un climat plus dur avec par exemple des hivers froids, on en est venu à dépendre plus de la technologie que de notre supériorité physique. » Étudiant en anthropologie, City

47Le second type d’asymétrie qui caractérise la manière de penser des étudiants à propos de la race et du sport a émergé quand j’ai demandé pourquoi, si les noirs étaient des athlètes si accomplis, il y en avait si peu dans certains sports, comme par exemple dans le hockey professionnel. Je m’attendais au même type de réponse évolutionniste qu’auparavant, expliquant pourquoi les blancs étaient par nature plus adaptés physiquement au hockey que les noirs. Mais ça n’a pas été le cas ; au contraire, les étudiants ont estimé que pour l’essentiel, c’étaient des traditions culturelles qui expliquaient la prédominance des blancs dans le hockey, comme pour la présence d’autres groupes dans d’autres sports, les noirs des Caraïbes en baseball, les Hispaniques en boxe ou les Brésiliens au football. Par exemple, les Canadiens et les Européens de l’est dominaient en hockey sur glace pour les raisons suivantes : « c’est ce qu’ils ont appris … la manière dont ils ont grandi », « je pense que c’est un truc culturel… ça a toujours été associé au hockey, le climat froid, les climats froids en Europe… plus d’enfants blancs se sont mis au hockey quand ils étaient plus jeunes ». Ainsi, seule la présence des noirs dans un sport donné pouvait être due à des raisons biologiques, et même leur absence dans certains sports a pu être attribuée à des capacités physiques manifestes : par exemple, l’absence de graisse corporelle, nuisant à la nage. Quand il a été question des blancs ou d’autres groupes, en revanche, la culture a entièrement remplacé la biologie comme mécanisme causal.

Discussion

Bilan des résultats empiriques

  • 50 Pour une typologie similaire, voir Dubriwny Tasha N., Bates Benjamin R. et Bevan Jennifer L. Bevan, (...)

48À partir des résultats des entretiens décrits ici, on peut commencer à esquisser la portée et les nuances des concepts raciaux contemporains que les chercheurs américains sont susceptibles de rencontrer. Les définitions ouvertes de la race proposées par les étudiants peuvent être rapportées à trois grands modes de définition : la race comme groupe culturel, comme entité biologique ou comme construction sociale50. Ces approches n’étaient pas nécessairement mutuellement exclusives ; en particulier, les étudiants mêlaient souvent des arguments culturels et biologiques lorsqu’ils décrivaient ce qu’ils entendaient par « race ». En dépit de cette fluidité, les désaccords étaient manifestes : lorsqu’on leur demandait directement si les races biologiques existaient, les étudiants étaient divisés en deux groupes presque égaux.

  • 51 Bonilla-Silva Eduardo, Racism without Racists, op. cit.

49Les perspectives les moins utiles pour penser la race se sont révélées être l’entrée constructiviste et le cadre général de reconnaissance des discriminations qui s’y rattache. Pour définir la race, moins d’un cinquième des répondants a développé un argument constructiviste et c’est un plus petit nombre encore qui en a fait mention pour penser les situations « de la vraie vie ». Quoiqu’il soit apparu persuasif d’un point de vue théorique aux yeux de certains, le constructivisme racial a semblé difficile à mettre en pratique. La discrimination, qui peut être considérée comme une mise en application de l’explication théorique sur la façon dont des catégories socialement construites deviennent « réelles » ou saillantes, a été largement ignorée par cet échantillon globalement blanc de la population (ce que confirme aussi Bonilla-Silva51).

50En raison de la petite taille et de la construction particulière de cet échantillon, les résultats trouvés ici, quoique très suggestifs, ne peuvent tout simplement pas être étendus à l’ensemble de la population américaine. La cohorte avait été établie à l’origine pour permettre des comparaisons ciblées entre étudiants en biologie et étudiants en anthropologie, ainsi qu’entre des étudiants dans des universités présentant différents niveaux de sélectivité et de différenciation raciale. C’est pourquoi l’enquête s’est concentrée sur un segment de la population américaine restreint par la tranche d’âge et par l’ancrage régional, et relativement privilégié. Le caractère particulier de l’échantillon n’empêche cependant en aucun cas de soutenir l’une des thèses centrales que je défends ici : la mesure des concepts raciaux mobilisés par les individus est extrêmement dépendante des techniques que l’on mobilise.

Observations méthodologiques

51Poser la question raciale de différentes manières nous conduit à faire des estimations différentes quant à la prévalence de chaque cadre conceptuel. Par exemple, les réactions suscitées par l’affirmation sur l’existence des races biologiques nous conduisent à l’estimation la plus basse pour la lecture biologique : seuls 47 % des répondants ont été directement d’accord avec cette affirmation, et même en ajoutant les 10 % d’« accord contingent », le taux résultant demeure toujours inférieur à la proportion des enquêtés qui font référence à la biologie dans leurs définitions ouvertes de la race (65 %) ou dans leurs explications sur la composition de la NFL (74 %). Le type de question posée a fait une différence encore plus grande lorsqu’il s’est agi de mesurer la prévalence des définitions culturelles de la race. Alors que la culture était très souvent mentionnée dans les définitions ouvertes de la race, elle était beaucoup moins mobilisée pour expliquer des résultats spécifiques.

52Il n’est pas facile d’interpréter ces apparentes incohérences. Bien que certains formats de questions soient plus susceptibles que d’autres de provoquer des réponses socialement désirables, on ne peut pas rapporter toutes les disparités observées dans la conceptualisation raciale à l’idée que certaines approches provoquent des réponses plus honnêtes que d’autres. Il est sans doute plus juste de conclure que les concepts raciaux sont extrêmement « situationnels » ou dépendants du contexte. En d’autres termes, une question sur le poids de naissance et une question sur le sport ou sur le revenu poussent les enquêtés à proposer des explications raciales différentes. Une question abstraite peut conduire à des considérations différentes qu’un scénario concret. Enfin, la mention d’un groupe plutôt que d’un autre entraîne à proposer un modèle particulier de la manière dont fonctionne la race. Par conséquent, l’étude empirique de la conceptualisation raciale exige qu’une extrême attention soit portée à de tels problèmes de conception de l’enquête et justifie que soit menée à l’avenir une étude méthodologique sur le type de questions posées afin d’identifier plus systématiquement les effets produits par les différentes approches.

53L’enquête présentée ici offre quelques suggestions préliminaires sur les avantages et les inconvénients de différents choix. Demander directement aux enquêtés quelle est leur définition de la race permet que soit exprimé un large éventail d’idées non contraintes par les attentes de l’enquêteur. Cependant, il peut alors s’avérer difficile d’évaluer le poids que chaque répondant assigne à chaque cadre : est-ce que l’un d’entre eux est plus saillant qu’un ou plusieurs autres ? Demander d’émettre une opinion sur l’affirmation de l’existence des races biologiques, à l’inverse, permet (en général) une évaluation assez directe de la façon dont l’enquêté adhère à tel ou tel concept de race. Mais le caractère explicite de la question semble mettre les répondants mal à l’aise ; par opposition avec les questions ouvertes, ils se sentent « mis sur le grill ». Enfin, les questions portant sur la « vraie vie » ou sur « l’explication des résultats » permet aux enquêtés d’utiliser plusieurs cadres tout en permettant à l’enquêteur de discerner celui d’entre eux qui est le plus saillant, en particulier si l’on rebondit avec une question comme « laquelle, parmi ces explications possibles, trouvez-vous la plus convaincante ? ». Cette démarche fournit une bonne indication quant aux outils conceptuels que les gens utilisent réellement. De plus, lorsque les répondants soupèsent des scénarios particuliers, les détails fournis offrent de nombreuses possibilités de rebonds qui permettent de retracer les mécanismes de la différenciation raciale. Les réponses sur la composition raciale de la National Football League montrent que les hypothèses forgées par les étudiants sur le rôle de l’évolution humaine produisent des représentations très riches sur la manière dont fonctionne la race.

Conséquences théoriques

  • 52 Swidler Ann et Arditi Jorge, « The new sociology of knowledge », Annual Review of Sociology, vol. 2 (...)

54La proposition théorique qui émerge peut-être le plus clairement de cette enquête est qu’on ne peut pas supposer que les individus fonctionnent avec une définition unique de la race. Au contraire, ils utilisent une « boîte à outils52 » de concepts de race dans laquelle ils puisent selon leur interprétation de la situation à traiter. Cela signifie qu’il n’existe pas de définition de la race qui servirait à tous les coups, et qu’il n’y a pas de type ou de degré unique de différence qui distinguerait de manière cohérente et permanente chaque race de tout autre. La race n’est pas un système de mesures uniforme.

  • 53 De Genova Nicholas, « Introduction: Latino and Asian racial formations at the frontier of U.S. nati (...)

55Cette enquête suggère également qu’aux États-Unis, « l’exceptionnalisme biologique noir » est une ligne interprétative majeure dans laquelle s’insèrent les concepts de race. Les noirs (qu’ils soient mentionnés comme Afro-américains ou comme Africains) provoquent plus que n’importe quel autre groupe des réponses qui tendent à rendre compte des différenciations raciales en termes biologiques. On peut en déduire que les concepts de race contemporains sont profondément ancrés dans des configurations sociales et politiques historiques. Il semble en effet très vraisemblable que l’insistance mise à représenter les noirs comme fondamentalement et radicalement distincts des autres (en particulier des blancs) est l’héritage idéologique d’une société esclavagiste qui reposait massivement sur le travail servile des Africains sans vouloir les incorporer comme égaux. L’exceptionnalisme biologique noir réconcilie l’inclusion physique avec l’exclusion sociale. Par contraste, l’infériorité raciale « manifeste » des Indiens, des Asiatiques et des Mexicains a entraîné leur exclusion physique de la république à différentes périodes, par le biais de lois sur l’immigration, la nationalité ou la souveraineté53.

56L’asymétrie de la conceptualisation raciale pose aussi la question de la relation entre les concepts et les stéréotypes. Après tout, l’idée que les noirs sont physiquement supérieurs aux blancs, qui en retour sont plus intelligents, n’est pas nouvelle ; elle a déjà été largement étudiée dans la littérature sur les préjugés. Toutefois, cela n’atténue pas l’importance ou le caractère distinctif de la conceptualisation en tant que catégorie analytique ; en revanche, cela place les stéréotypes sous un jour nouveau. L’enquête suggère de penser les stéréotypes comme des cadres conceptuels limités, des modèles pour expliquer comment la race fonctionne dans des contextes particuliers, plutôt que de les traiter simplement comme les symptômes de préjugés individuels ou de racisme sociétal. Le stéréotype selon lequel les blancs sont plus intelligents que les noirs, par exemple, repose implicitement sur l’idée que la race est associée à une capacité intellectuelle, innée, pré-câblée neurologiquement. Ainsi les stéréotypes doivent-ils être reconnus non pas comme de simples indicateurs d’attitudes, mais comme des objets conceptuels à part entière.

  • 54 U.S. Census Bureau, « Press release: An older and more diverse nation by midcentury » [En ligne], m (...)
  • 55 Bonilla-Silva Eduardo, « From bi-racial to tri-racial: Towards a new system of racial stratificatio (...)

57Enfin, l’asymétrie dans la conceptualisation raciale signifie que la démographie a son importance. En termes historiques, les problèmes d’une société à majorité blanche avec une minorité noire opprimée ont donné naissance à une cosmologie particulière de la différence raciale. Cette cosmologie perdure encore : elle est toujours saillante dans une nation où les blancs et les noirs demeurent les principaux protagonistes de notre imaginaire racial. Naturellement, les noirs ne constituent plus le principal groupe minoritaire du pays et ils ne vont sans doute pas regagner cette position dans un avenir proche. La force numérique des blancs est également érodée ; selon les projections, ils perdront leur statut de majorité avant 205054. Si un jour les Américains ne se pensent plus en noir et blanc (comme le prédisent, parmi d’autres, Bonilla-Silva et Gans55), l’exceptionnalisme biologique noir résistera-t-il ? Comment la présence démographique croissante des Hispaniques et des Asiatiques modifiera-t-elle la manière dont nous pensons la race et son fonctionnement ?

58Certes, la manière dont nous classifions et mesurons les races est d’abord dépendante des concepts de race que nous avons ; « Hispanique » et « Asiatique » sont des catégories qui reflètent des croyances sous-jacentes sur ce que sont les races (et les groupes ethniques). En d’autres termes, la conceptualisation raciale détermine quels groupes nous percevons comme pertinents pour décrire la population de notre nation. Cependant, une fois que les groupes sont établis, ils sont caractérisés de différentes manières ; nous en venons à penser que chaque race a des propriétés ou des tendances propres. À leur tour, ces caractérisations nourrissent nos concepts fondamentaux de race ; notre représentation des races particulières a le potentiel d’influencer la manière dont nous pensons la nature de la race en général. Ainsi, si à l’avenir les « races » numériquement les plus importantes aux États-Unis sont les Hispaniques et les blancs, les interprétations biologiques des différences raciales pourraient bien perdre de leur prépondérance. La conceptualisation raciale, la classification démographique et la caractérisation des groupes forment ensemble une boucle de pensée raciale qui méritera d’être examinée avec beaucoup de soin au 21e siècle.

Haut de page

Bibliographie

Apostle Richard A., Glock Charles Y., Piazza Thomas et Suelzle Marijean, The Anatomy of Racial Attitudes, Berkeley, University of California Press, 1983.

Balibar Étienne, « Y a-t-il un "néo-racisme" ? », in Balibar Étienne et Wallerstein Immanuel, Race, nation, classe : les identités ambiguës, Paris, La Découverte, 1988, p. 27-41.

Bobo Lawrence, « Racial attitudes and relations at the close of the twentieth century », in Smelser Neil J., Wilson William J., et Mitchell Faith (dir.), America Becoming: Racial Trends and Their Consequences, Volume I, Washington D. C., National Academy Press, 2001, p. 264-301.

Bobo Lawrence D. et Smith Ryan A., « From Jim Crow racism to laissez-faire racism: The transformation of racial attitudes », in Katkin Wendy F., Landsman Ned et Tyree Andrea (dir.), Beyond Pluralism: The Conception of Groups and Group Identities in America, Urbana, University of Illinois Press, 1998, p. 182-220.

Bobo Lawrence, Kluegel James R. et Smith Ryan. A., « Laissez-faire racism: The crystallization of a kinder, gentler, antiblack ideology », in Tuch Steven A. et Martin Jack K. (dir.), Racial Attitudes in the 1990s: Continuity and Change, Westport, Praeger, 1997, p. 15-42.

Bonilla-Silva Eduardo, Racism without Racists: Color-Blind Racism and the Persistence of Racial Inequality in the United States, Lanham, Rowman and Littlefield, 2003.

Bonilla-Silva Eduardo, « From bi-racial to tri-racial: Towards a new system of racial stratification in the USA », Ethnic and Racial Studies, n° 27/6, 2004, p. 931-950.

Brown Tony N., Akiyama Mark K., White Ismaïl K., Epstein Jayaratne Toby et Anderson Elizabeth T., « Examining the validity of symbolic prejudice », manuscrit non publié, Department of Sociology, Vanderbilt University, Nashville, 2005.

Brückner Hannah, Morning Ann et Nelson Alondra, « The expression of biological concepts of race », conférence donnée lors du meeting annuel de l’American Sociological Association, Philadelphia, PA, 14 août 2005.

Calhoun Craig, Sociology in America: A History, Chicago, University of Chicago Press, 2007.

Condit Celeste M., Parrott Roxanne et Harris Tina M., « Lay understandings of the relationship between race and genetics: Development of a collectivized knowledge through shared discourse », Public Understanding of Science, n° 11/4, 2002, p. 373-387.

De genova Nicholas, « Introduction: Latino and Asian racial formations at the frontier of U.S. nationalism », in De genova Nicholas (dir.), Racial Transformations: Latinos and Asians Remaking the United States, Durham, Duke University Press, 2006, p. 1-20

Du Bois William. E. B., Les Âmes du peuple noir (1ère édition en anglais 1903), traduction de Magali Bessone, Paris, La Découverte, 2007.

Dubriwny Tasha N., Bates Benjamin R. et Bevan Jennifer L., « Lay Understandings of Race: Cultural and Genetic Definitions », Community Genetics, n° 7/4, 2004, p. 185-95.

Duster Troy, « Buried alive: The concept of race in science », The Chronicle of Higher Education, n° 48/3, 2001, p. 11-12.

Frankenberg Ruth, White Women, Race Matters: The Social Construction of Whiteness, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1993.

Gans Herbert J., « The possibility of a new racial hierarchy in the 21st century United States », in Lamont Michèle (dir.), The Cultural Territories of Race: Black and White Boundaries, Chicago, University of Chicago Press et the Russell Sage Foundation, 1999, p. 371-390.

Griswold Wendy, Cultures and Societies in a Changing World, Thousand Oaks, Pine Forge, 1994.

Hirschfeld Lawrence A., Race in the Making: Cognition, Culture and the Child’s Construction of Human Kinds, Harvard (MA), MIT Press, 1996.

Hochschild Jennifer L., Facing Up to the American Dream: Race, Class, and the Soul of the Nation, Princeton, Princeton University Press, 1995.

Jayaratne Toby. E., « White and Black Americans’ genetic explanations for perceived gender, class and race differences: The psychology of genetic beliefs », Conférence donnée lors de la Human Genome Lecture Series, National Human Genome Research Institute, Bethesda, MD, 2002.

Jayaratne Toby E., Ybarra Oscar, Sheldon Jane P., Brown Tony N., Feldbaum Merle, Pfeffer Carla A. et Petty Elizabeth M., « "White Americans" genetic lay theories of race differences and sexual orientation: Their relationship with prejudice toward blacks, and gay men and lesbians », Group Processes and Intergroup Relations, n° 9/1, 2006, p. 77-94.

Kahn Jonathan, « Getting the numbers right: Statistical mischief and racial profiling in heart failure research », Perspectives in Biology and Medicine, n° 46/4, 2003, p. 473-483.

Kim Claire Jean, « The racial triangulation of Asian Americans », Politics and Society, n° 27/1, 1999, p. 105-138.

Lapchick Richard E. et Matthews Kevin J. Matthews, « Racial and gender report card », center for the study of sport in society, Northeastern University, Boston, MA, 2001. En ligne: http://www.sportinsociety.org/diversityInSport.php

Lee Jennifer et Bean Frank. D., « America’s changing color lines: Immigration, race/ethnicity, and multiracial identification », Annual Review of Sociology, vol. 30, 2004, p. 221-242.

Lieberman Leonard, « Gender and the deconstruction of the race concept », American Anthropologist, n° 99/3, 1997, p. 545-558.

Lieberman Leonard, Hampton Raymond E., Littlefield Alice et Hallead Glen, « Race in biology and anthropology: A study of college texts and professors », Journal of Research in Science Teaching, n° 29/3, 1992, p. 301-321.

Littlefield Alice, Lieberman Leonard et Reynolds Larry T., « Redefining race: The potential demise of a concept in physical anthropology », Current Anthropology, n° 23/6, 1982, p. 641-655.

Marks Jonathan M., « Scientific and folk ideas about heredity », in Zilinskas Raymond A. et Balint Peter J. (dir.), The Human Genome Project and Minority Communities: Ethical, Social, and Political Dilemmas, Westport, Praeger, 2001, p. 53-66.

Marks Jonathan M., « Folk heredity », in Fish Jefferson M. (dir.), Race and Intelligence: Separating Science From Myth, Hillsdale, Lawrence Erlbaum Associates, 2002, p. 95-112.

Morning Ann, The Nature of Race, Berkeley, University of California Press, 2011.

Morrow Lance, « Controversies : The provocative professor », Time [En ligne], mis en ligne en 2001, consulté le 1er juin 2015. URL: http://content.time.com/time/magazine/article/0,9171,157721,00.html.

Murray Charles, « The inequality taboo », Commentary, n° 120/2, 2005, p. 13-22. 

National Center for Health Statistics, « Vital statistics of the United States, 1997 » [En ligne], mis en ligne en 2001. URL: http://www.cdc.gov/nchs/datawh/statab/unpubd/natality/natab97.htm.

Nobles Melissa, Shades of Citizenship: Race and the Census in Modern Politics, Stanford, Stanford University Press, 2000.

Park Robert, Race and Culture, New York, Free Press, 1949.

Payne January W., « Science or sizzle? The maker of race-based vitamins says they target real biological differences. Some say it’s a marketing gimmick – and plain wrong », The Washington Post, 11 avril 2006, p. F01.

Pinker Steven, « Groups of people may differ genetically in their average talents and temperaments », Edge [En ligne], mis en ligne en 2006, consulté le 1er juin 2015. URL: https://edge.org/response-detail/10593.

Roman Leslie G., « "On the ground" with antiracist pedagogy and Raymond William’s unfinished project to articulate a socially transformative critical realism », in Dworkin Dennis et Roman Leslie (dir.), Views Beyond the Border Country, Londres et New York, Routledge, 1993, p. 158-214.

Sarich Vincent et Miele Frank, Race: The Reality of Human Differences, Boulder, Westview Press, 2004. 

Sauer Norman J., « Forensic anthropology and the concept of race: If races don’t exist, why are forensic anthropologists so good at identifying them? », Social Science and Medicine, n° 34/2, 1992, p. 107-111.

Schuman Howard, Steeh Charlotte, Bobo Lawrence et Krysan Maria, Racial Attitudes in America: Trends and Interpretations, Cambridge, Harvard University Press, 1997.

Sears David O., Sidanius Jim et Bobo Lawrence (dir.), Racialized Politics: The Debate About Racism in America, Chicago, University of Chicago Press, 2000.

Stevens Jacqueline, « Racial meanings and scientific methods: Changing policies for NIH-sponsored publications reporting human variation », Journal of Health Politics, Policy and Law, n° 28/6, 2003, p. 1033-1087.

Swidler Ann et Arditi Jorge, « The new sociology of knowledge », Annual Review of Sociology, vol. 20, 1994, p. 305-329.

U.S. Census Bureau, « Population by race and Hispanic or Latino origin for the United States: 1990 and 2000 », Census Report PHC-T-1.Washington DC. [En ligne], mis en ligne en 2001. URL : http://www.census.gov/population/www/cen2000/phc-t1.htm.

U.S. Census Bureau, « Press release : An older and more diverse nation by midcentury » [En ligne], mis en ligne le 14 août 2008. URL : http://www.census.gov/Press-Release/www/ releases/archives/population/012496.html.

Van Sertima Ivan (dir.), African Presence in Early Europe, Oxford, Transaction Books, 1986.

Velody Irving et Williams Robin, « Introduction », in Velody Irving et Williams Robin (dir.), The Politics of Constructionism, New York, Sage, 1998, p. 1-12.

Venter John Craig, « Revealing the genetic basis of personality and behavior will create societal conflicts », Edge [En ligne], mis en ligne en 2006, consulté le 1er juin 2015. URL: https://edge.org/response-detail/11972.

Wade Nicholas, « For sale: a DNA test to measure racial mix », The New York Times, 1er octobre 2002, p. F4.

Waters Mary C., Ethnic options: Choosing identities in America, Berkeley, University of California Press, 1990.

Weber Max, Économie et société (1ère édition en allemand 1921), traduction dirigée par Jacques Chavy et Éric de Dampierre, Paris, Plon, 1971

Williams Melissa J. et Eberhardt Jennifer L., « Biological conceptions of race and the motivation to cross racial boundaries », Journal of Personality and Social Psychology, n° 94/6, 2008, p. 1033-1047.

Winant Howard, « Race and race theory », Annual Review of Sociology, vol. 26, 2000, p. 169-185.

Haut de page

Notes

1 Du Bois W. E. B., Les Âmes du peuple noir (1ère édition américaine 1903), trad. Magali Bessone, Paris, La Découverte, 2007.

2 Calhoun Craig, Sociology in America: A History, Chicago, University of Chicago Press, 2007.

3 Park Robert., Race and Culture, New York, Free Press, 1949.

4 Winant Howard, « Race and race theory », Annual Review of Sociology, vol. 26, 2000, p. 169-185.

5 Schuman Howard, Steeh Charlotte, Bobo Lawrence et Krysan Maria, Racial Attitudes in America: Trends and Interpretations, Cambridge, Harvard University Press, 1997.

6 Lee Jennifer et Bean Frank. D., « America’s changing color lines: Immigration, race/ethnicity, and multiracial identification », Annual Review of Sociology, vol. 30, 2004, p. 221-242.

7 Schuman Howard, Steeh Charlotte, Bobo Lawrence et Krysan Maria, Racial Attitudes in America, op. cit., p. 1.

8 Bobo Lawrence, « Racial attitudes and relations at the close of the twentieth century », in Smelser Neil J., Wilson William J. et Mitchell Faith (dir.), America Becoming: Racial Trends and Their Consequences, Volume I, Washington (D. C.), National Academy Press, 2001, p. 264-301, citation p. 267.

9 Marks Jonathan M., « Scientific and folk ideas about heredity », in Zilinskas Raymond. A. et Balint Peter J. (dir.), The Human Genome Project and Minority Communities: Ethical, Social, and Political Dilemmas, Westport, Praeger, 2001, p. 53-66, citation p. 62. Voir aussi Marks Jonathan M., « Folk heredity », in Fish Jefferson M. (dir.), Race and Intelligence: Separating Science From Myth, Hillsdale, Lawrence Erlbaum Associates, 2002, p. 95-112.

10 Sauer Norman J., « forensic anthropology and the concept of race: If races don’t exist, why are forensic anthropologists so good at identifying them? », Social Science and Medicine, n° 34/2, 1992, p. 107-111.

11 Velody Irving et Williams Robin, « Introduction », in Velody Irving et Williams Robin (dir.), The Politics of Constructionism, New York, Sage, 1998, p. 1-12.

12 Voir Morrow Lance, « Controversies: The provocative professor », Time [En ligne] mis en ligne en 2001, consulté le 1er juin 2015. URL : http://content.time.com/time/magazine/article/0,9171,157721,00.html ; Van Sertima Ivan (dir.), African Presence in Early Europe, Oxford, Transaction Books, 1986.

13 Duster Troy, « Buried alive: The concept of race in science », The Chronicle of Higher Education, n° 48/3, 2001, p. 11-12.

14 Wade Nicholas, « For sale: A DNA test to measure racial mix », The New York Times, 1er octobre 2002, p. F4.

15 Kahn Jonathan, « Getting the Numbers Right: Statistical Mischief and racial profiling in heart failure research », Perspectives in Biology and Medicine, n° 46/4, 2003, p. 473-483.

16 Payne January W., « Science or Sizzle? The maker of race-based vitamins says they target real biological differences. Some say it’s a marketing gimmick – and plain wrong », The Washington Post, 11 avril 2006, p. F01.

17 Sears David O., Sidanius Jim et Bobo Lawrence (dir.), Racialized Politics: The Debate About Racism in America, Chicago, University of Chicago Press, 2000.

18 Voir notamment Murray Charles, « The inequality taboo », Commentary , n° 120/2, 2005, p. 13-22; Pinker Steven, « Groups of people may differ genetically in their average talents and temperaments », Edge [En ligne], mis en ligne en 2006, consulté le 1er juin 2015. URL : https://edge.org/response-detail/10593 ; Sarich Vincent et Miele Frank, Race: The Reality of Human Differences, Boulder, Westview Press, 2004 ; Venter John Craig, « Revealing the genetic basis of personality and behavior will create societal conflicts », Edge [En ligne] mis en ligne en 2006, consulté le 1er juin 2015. URL : https://edge.org/response-detail/11972.

19 Sullivan Andrew, « Daily express: Provocations », The New Republic Online, 2005, cité in Morning Ann, The Nature of Race, Berkeley, University of California Press, 2011, p. 17.

20 Williams Melissa J. et Eberhardt Jennifer L., « Biological conceptions of race and the motivation to cross racial boundaries », Journal of Personality and Social Psychology, n° 94/6, 2008, p. 1033-1047.

21 Brown Tony N., Akiyama Mark K., White Ismaïl K., Jayaratne Toby E. et Anderson Elizabeth T., « Examining the validity of symbolic prejudice », manuscrit non publié, Department of Sociology, Vanderbilt University, Nashville, 2005.

22 Ann Morning utilise les catégories raciales qui correspondent notamment aux catégories du recensement américain, mais elle n’use pas de majuscules pour « blancs » et « noirs » afin d’insister sur le caractère construit de ces groupes. Elle conserve en revanche les majuscules pour « Asiatique » ou « Hispanique » dans la mesure où ces catégories renvoient à des groupes nationaux : elle adopte donc la règle grammaticale associée aux adjectifs de nationalité substantivés. Nous suivons ici son usage. [NdT]

23 Schuman Howard, Steeh Charlotte, Bobo Lawrence et Krysan Maria, Racial Attitudes in America, op. cit.

24 Bobo Lawrence, Kluegel James R. et Smith Ryan. A., « Laissez-faire racism: The crystallization of a kinder, gentler, antiblack ideology », in Tuch Steven A. et Martin Jack K. (dir.), Racial Attitudes in the 1990s: Continuity and Change, Westport, Praeger, 1997, p. 15-42.

25 Apostle Richard A., Glock Charles Y., Piazza Thomas et Suelzle Marijean, The Anatomy of Racial Attitudes, Berkeley, University of California Press, 1983.

26 Jayaratne Toby. E., « White and Black Americans’ genetic explanations for perceived gender, class and race differences: The Psychology of genetic beliefs », Conférence donnée lors de la Human Genome Lecture Series, National Human Genome Research Institute, Bethesda, MD, juin 2002.

27 Jayaratne Toby E., Ybarra Oscar, Sheldon Jane P., Brown Tony N., Feldbaum Merle, Pfeffer Carla A. et Petty Elizabeth M., « White Americans’ genetic lay theories of race differences and sexual orientation: Their relationship with prejudice toward Blacks, and gay men and lesbians », Group Processes and Intergroup Relations, n° 9/1, 2006, p. 77-94.

28 Jayaratne Toby E., « White and Black Americans’ genetic explanations for perceived gender, class and race differences », op. cit.

29 Bobo Lawrence D. et Smith Ryan A., « From Jim Crow racism to laissez-faire racism: The transformation of racial attitudes », in Katkin Wendy F., Landsman Ned et Tyree Andrea (dir.), Beyond Pluralism: The Conception of Groups and Group Identities in America, Urbana, University of Illinois Press, 1998, p. 182-220.

30 Apostle Richard A. et al., The Anatomy of Racial Attitudes, op. cit.

31 Condit Celeste M., Parrott Roxanne et Harris Tina M., « Lay understandings of the relationship between race and genetics: Development of a collectivized knowledge through shared discourse », Public Understanding of Science, n° 11/4, 2002, p. 373-387.

32 Brückner Hannah, Morning Ann et Nelson Alondra, « The Expression of Biological Concepts of Race », conférence donnée lors du meeting annuel de l’American Sociological Association, Philadelphia, PA, 14 août 2005.

33 Apostle Richard A., et al., The Anatomy of Racial Attitudes, op. cit.

34 Ibid.

35 Lieberman Leonard, Hampton Raymond E., Littlefield Alice et Hallead Glen, « Race in biology and anthropology: A study of college texts and professors », Journal of Research in Science Teaching, n° 29/3, 1992, p. 301-321. Voir aussi Littlefield Alice, Lieberman Leonard et Reynolds Larry T., « Redefining race: the potential demise of a concept in physical anthropology », Current Anthropology, n° 23/6, 1982, p. 641-655.

36 Hirschfeld Lawrence A., Race in the Making: Cognition, Culture and the Child’s Construction of Human Kinds, Harvard (MA), MIT Press, 1996.

37 Lieberman Leonard, « Gender and the deconstruction of the race concept », American Anthropologist, n° 99/3, 1997, p. 545-558.

38 Griswold Wendy, Cultures and Societies in a Changing World, Thousand Oaks, Pine Forge, 1994.

39 Weber Max, Économie et société (1ère édition en allemand 1921), traduction de Jacques Chavy et Éric de Dampierre, Paris, Plon, 1971.

40 Frankenberg Ruth, White Women, Race Matters: The Social Construction of Whiteness, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1993.

41 Bonilla-Silva Eduardo, Racism without Racists: Color-Blind Racism and the Persistence of Racial Inequality in the United States, Lanham, Rowman and Littlefield, 2003.

42 Waters Mary C., Ethnic Options: Choosing Identities in America, Berkeley, University of California Press, 1990.

43 Roman Leslie G., « "On the ground" with antiracist pedagogy and Raymond William’s unfinished project to articulate a socially transformative critical realism », in Dworkin Dennis et Roman Leslie (dir.), Views Beyond the Border Country, Londres et New York, Routledge, 1993, p. 158-214, citation p. 194.

44 Hochschild Jennifer L., Facing Up to the American Dream: Race, Class, and the Soul of the Nation, Princeton, Princeton University Press, 1995.

45 Balibar Étienne, « Y a-t-il un "néo-racisme" ? », in Balibar Étienne et Wallerstein Emmanuel, Race, nation, classe : les identités ambiguës, Paris, La Découverte, 1988, p. 27-41, citation p. 33.

46 Voir par exemple Nobles Melissa, Shades of Citizenship: Race and the Census in Modern Politics, Stanford, Stanford University Press, 2000 ; ainsi que Stevens Jacqueline, « Racial meanings and scientific methods: Changing policies for nih-sponsored publications reporting human variation », Journal of Health Politics, Policy and Law, n° 28/6, 2003, p. 1033-1087.

47 1. « Ça dépend » correspond aux réponses où la personne interrogée précise qu’elle serait d’accord avec l’affirmation proposée si certains des termes étaient définis ou modifiés. « Socio-économique » fait références aux inégalités (de revenu, d’accès aux soins…).

2. L’addition des pourcentages va au-delà de 100 pour les réponses à la définition ouverte et au scénario explicatif parce que les personnes interrogées ont souvent proposé plus d’une seule réponse.
3. Le nombre de réponses tombe sous la taille du corpus (n = 52) pour les questions qui n’ont pas été posées au cours des entretiens plus approfondis.

48 « Vital Statistics of the United States, 1997 », National Center for Health Statistics [En ligne], mis en ligne en 2001. URL : http://www.cdc.gov/nchs/datawh/statab/unpubd/natality/natab97.htm.

49 Lapchick Richard E. et Matthews Kevin J., « Racial and gender report card », Boston, MA [En ligne], mis en ligne en 2001. URL : http://www.sportinsociety.org/diversityInSport.php. Voir aussi : U.S. Census Bureau, « Population by Race and Hispanic or Latino Origin for the United States: 1990 and 2000 », Census Report PHC-T-1.Washington D.C. [En ligne], 2001. URL : http://www.census.gov/population/www/cen2000/phc-t1.htm.

50 Pour une typologie similaire, voir Dubriwny Tasha N., Bates Benjamin R. et Bevan Jennifer L. Bevan, « Lay understandings of race: Cultural and genetic definitions », Community Genetics, n° 7/4, 2004, p. 185-95.

51 Bonilla-Silva Eduardo, Racism without Racists, op. cit.

52 Swidler Ann et Arditi Jorge, « The new sociology of knowledge », Annual Review of Sociology, vol. 20, 1994, p. 305-329.

53 De Genova Nicholas, « Introduction: Latino and Asian racial formations at the frontier of U.S. nationalism », in De Genova Nicholas (dir.), Racial Transformations: Latinos and Asians Remaking the United States, Durham, Duke University Press, 2006, p. 1-20 ; Kim Claire Jean, « The racial triangulation of Asian Americans », Politics and Society, n° 27/1, 1999, p. 105-138.

54 U.S. Census Bureau, « Press release: An older and more diverse nation by midcentury » [En ligne], mis en ligne le 14 août 2008. URL : http://www.census.gov/Press-Release/www/ releases/archives/population/012496.html.

55 Bonilla-Silva Eduardo, « From bi-racial to tri-racial: Towards a new system of racial stratification in the USA », Ethnic and Racial Studies, n° 27/6, 2004, p. 931-950; Gans Herbert J., « The possibility of a new racial hierarchy in the 21st century United States », in Lamont Michèle (dir.), The Cultural Territories of Race: Black and White Boundaries, Chicago, University of Chicago Press et the Russell Sage Foundation, 1999, p. 371-390.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ann Morning, « Pour une sociologie de la conceptualisation raciale au 21ème siècle », Terrains/Théories [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 23 octobre 2015, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://teth.revues.org/579 ; DOI : 10.4000/teth.579

Haut de page

Auteur

Ann Morning

Ann Morning est Professeur assistante au département de sociologie de New York University. Diplômée en sciences politiques (Licence, Yale University) et en affaires internationales (MA Columbia University), elle est docteur en philosophie de l'Université de Princeton. Elle est spécialiste des questions historiques et contemporaines de classification raciale, d'ethnicité, de démographie et de populations multiraciales.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org