Navigation – Plan du site
Dossier
Lectures

Abdellali Hajjat, Les frontières de « l’identité nationale ». L’injonction à l’assimilation en France métropolitaine et coloniale, Editions La Découverte, 2012, 344 p.

Anne-Claire Collier

Texte intégral

  • 1 À la suite notamment de la publication de l’ouvrage de Cooper Fredérick et Stoler Ann Laura, Tensio (...)
  • 2 L’interrogation des catégories du droit colonial a notamment été étudiée par Saada Emmanuelle, Les (...)

1 L’ouvrage Les frontières de « l’identité nationale ». L’injonction à l’assimilation en France métropolitaine et coloniale, est issue de la thèse de doctorat en Sciences Politiques d’Abdellali Hajjat. Dans ce livre, Hajjat cherche à comprendre et à appréhender la construction de la catégorie « assimilation », aussi bien dans ses aspects théoriques et juridiques, que dans la pratique des acteurs. Pour cela, il choisit plus précisément une étude du droit de la nationalité qui interroge le lien entre droit métropolitain et droit colonial. Le regard de l’auteur se porte sur ces deux espaces de production du droit qui ont longtemps été considérés par le monde académique comme appartenant à deux sphères de spécialisations différentes, l’un relevant de l’histoire sociale et l’autre de l’histoire coloniale. La démarche engagée relève donc de la colonial history qui explore les liens entre situations métropolitaines et coloniales en insistant sur les notions d’échange, de circulation et d’influence entre les différents espaces1. C’est pourquoi, la dimension historique mise en avant par l’auteur permet d’appréhender une socio-histoire de l’Etat sans oublier qu’il était aussi Etat colonial. La question est donc de savoir dans quelle mesure le droit colonial constitue un « terrain d’expérimentation » ou un « laboratoire » (p. 21) pour le droit métropolitain de la nationalité. Abdellali Hajjat interroge, alors, les aller-retours de l’espace colonial vers l’espace métropolitain, les doubles influences qui peuvent être retrouvées dans la construction de cette catégorie2, ainsi que ses prolongements dans le présent postcolonial.

2 Dès l’introduction, l’auteur souhaite se prémunir d’une « tentation continuiste » (p.20) souvent reprochée aux études postcoloniales. Mais, dans un même mouvement, il démontre qu’on ne peut étudier l’histoire de l’immigration post-coloniale sans garder en mémoire l’histoire coloniale. Son ouvrage cherche alors à combler une lacune de l’étude du droit de la nationalité en s’intéressant, surtout dans la dernière partie, à la question des refus. Qui sont ceux à qui l’on refuse la nationalité française et pourquoi ? L’étude du refus permet de se situer à la frontière et réfléchir aux caractéristiques faisant basculer d’un espace à l’autre. Pour penser la frontière, Abdellali Hajjat articule son ouvrage en deux grandes parties qui se situent, aussi, à deux moments d’analyses différents. Le premier temps repose principalement sur des sources écrites et met en avant, l’usage du terme assimilation sur une centaine d’année (chapitre 1) puis l’étude des critères établis (chapitre 2). Le second temps s’intéresse à la pratique administrative en soulignant la structure administrative (chapitre 3) ainsi que les pratiques des agents (chapitre 4), avant de se concentrer sur un cas particulier : la question de l’Islam (chapitre 5). Le déroulement de l’enquête d’Abdellali Hajjat se caractérise par la grande richesse du corpus alliant travail documentaire (archives administratives, corpus de textes classiques, archives parlementaires) et enquête ethnographique, dans les bureaux de droit à la naturalisation (par le biais d’observations de situations d’entretien et également par des entretiens semi-directifs réalisés auprès des agents de l’administration). Cette diversité des sources permet de répondre au programme ambitieux d’étudier le droit et la pratique du droit, même dans ses déclinaisons les plus quotidiennes (situations d’entretien, réunions, discussions informelles). Cette démarche méthodologique contient à la fois une profondeur historique essentielle à la pratique d’une socio-histoire et souligne l’existence d’usages différenciés du terme en fonction des espaces d’utilisation et des acteurs sociaux qui l’emploient.

3 Dans un premier temps, l’auteur étudie l’évolution sémantique du terme assimilation à travers notamment l’étude de dictionnaires, de discours et d’ouvrages portant sur le xixème siècle. L’auteur constate que, à cette époque, la question de l’assimilation se pose de manière similaire et concomitante dans l’espace métropolitain et colonial (p. 45) et que l’évolution du contexte colonial et les nouvelles guerres de conquêtes font apparaître l’idée d’une « non assimilation » (p. 46) des colonisés. Il questionne ainsi « le passage d’une politique d’assimilation comme condition de maintien de la victoire à l’idée de l’assimilation comme condition d’entrée dans le groupe des vainqueurs » (p.48). À travers l’usage du concept de configuration de Norbert Elias, l’auteur explique cette simultanéité entre espace métropolitain et espace colonial. L’évolution du contexte national et international comme les nouveaux rapports de forces issus de la première guerre mondiale donnent naissance à l’assimilation. Au départ, cette dernière apparaît comme un moyen de mettre fin aux conflits entre travailleurs étrangers et travailleurs français. Mais la médiatisation de plus en plus forte de ce rapport de force favorise aussi la construction progressive d’un « problème migratoire », même si les étrangers en France métropolitaine prennent le statut de « races sœurs » assimilables (p.99). À partir des années 1950, l’auteur observe une progressive disparition du terme assimilation, associée au vocabulaire colonial de l’inégalité, de la domination et de la violence. Paradoxalement, cette disparition dans l’espace public ne correspond pas pour autant à sa disparition dans l’espace administratif. Abdellali Hajjat travaille alors sur les critères mis en avant par les différentes institutions définissant dans le temps long ce qu’est « être français » : « les frontières » de l’identité nationale. Afin de déterminer les critères de sélection, l’auteur étudie les questionnaires à disposition des administrations montrant qu’ils deviennent progressivement de plus en plus précis sur ce point. Si entre 1919 et 1927 les autorités sont principalement intéressées par le comportement politique des candidats, en 1931 les nouveaux questionnaires se centrent davantage sur l’aspect sanitaire, familial et linguistique. L’établissement de critères d’assimilation est alors rapidement doublé de critères scientifiques, avec l’émergence d’une figure de l’expert. En ce sens, l’auteur observe pendant toute la période une promiscuité entre la production d’un savoir savant sur l’immigration et la gestion administrative des naturalisations. À travers l’étude d’enquêtes réalisées par l’INED, l’auteur met en avant la création et la fixation « d’indices d’assimilation » notamment par la réalisation « d’études approfondies de facteurs d’assimilation des immigrants » (p.143). Ces indices sont ensuite repris par l’administration dans une dichotomie entre assimilation psychologique et assimilation sociale. Cette partie de l’ouvrage, fort stimulante, permet au lecteur de mieux comprendre la collusion entre recherche scientifique et usage politique.

  • 3 En reprenant notamment la démarche de Dubois Vincent, La vie au guichet. Relation administrative et (...)

4 Après avoir souligné l’évolution de la notion d’assimilation dans des configurations historiques différentes, ainsi que l’évolution de son contenu juridique, Abdellali Hajjat ouvre alors la « boîte noire » du droit et propose d’une part une étude institutionnelle classique et d’autre part une étude des acteurs par le biais d’observations ethnographiques. Grâce à un détour par l’« ethos » administratif, Hajjat montre comment l’Etat a souhaité professionnaliser ses fonctionnaires et les former à cette « logique de la population ». Il y souligne, par exemple, les luttes entre pouvoir centralisé et pouvoir régionaux quant aux divergences d’appréciation sur la « qualité » des candidats à la naturalisation. L’étude des évolutions de la structure administrative s’inscrit alors dans le contexte politique et social immédiat expliquant l’évolution des comportements face à la naturalisation. L’étude ethnographique menée par l’auteur permet tout autant d’approfondir la question de la gestion administrative de la naturalisation et notamment de mettre en lumière les marges de manœuvre présentes au sein du bureau des naturalisations3 et les différentes étapes du processus de naturalisation. Pour Abdellali Hajjat, la composition du dossier constitue alors une phase essentielle pour déterminer les « bons » et les « mauvais » candidats à la naturalisation (p.192) ; tandis que l’entretien détermine le degré d’assimilation des candidats. Traversé par différents enjeux de dominations et violences symboliques (connaissance de la langue, des procédures), cette pratique routinière permet de mesurer la marge de manœuvre des agents administratifs notamment lorsqu’il s’agit d’évaluer le niveau de langue des candidats ou bien face à la question « pourquoi voulez-vous être français ? ».

  • 4 Abdellali Hajjat et Mohammed Marwan, Islamophobie, Comment les élites françaises fabriquent le « pr (...)
  • 5 Abdellali Hajjat, La marche pour l’égalité et contre le racisme, Paris, Editions Amsterdam, 2013.

5 Tout au long du livre, Abdellali Hajjat montre comment les catégories évoluent et sont saisies, voire redéfinies en fonction du contexte social, politique mais également en lien avec les intérêts des acteurs qui les utilisent. La question de la catégorisation est donc présente sous de nombreuses formes : catégorie de langage avec l’étude du terme assimilation et de ses usages, construction d’une catégorie « français » avec le regard porté sur les critères de naturalisation, construction d’une catégorie administrative et enfin construction de catégories plus ou moins conscientes auprès des pratiques des acteurs. Cet ouvrage rend bien compte du phénomène complexe de la naturalisation avec un matériau empirique très riche. Ce jeu de catégorie permet aussi à l’auteur d’aboutir à une situation plus contemporaine en se concentrant sur le lien entre Islam et naturalisation. Il explique, par exemple, comment l’évolution des critères de naturalisation reprend inconsciemment les préjugés déjà développés pendant la période coloniale (notamment concernant la sexualité et la question de la polygamie). La question du port du hijab, en tant que cas-limite, constitue une marge de manœuvre des agents de l’administration : le port du hijab est-il une marque du défaut d’assimilation ? Cette dernière partie de l’ouvrage, qui est également la plus novatrice, semble répondre le plus directement à la question posée par le titre : la frontière de l’identité nationale. Elle permet de faire émerger les critères inconscients d’appartenance à une communauté nationale, thème sous-jacent du livre. Elle préfigure alors les récents travaux d’Abdellali Hajjat sur la question de l’islamophobie4 ou encore son retour sur les mobilisations pendant la marche des Beurs5. Cependant, la diversité de ces matériaux empêche parfois le lecteur de s’en saisir complètement, et nous aurions souhaité parfois connaître plus d’éléments sur l’enquête ethnographique menée par l’auteur. Cet ouvrage reste néanmoins particulièrement intéressant pour qui s’intéresse à la question de l’identité nationale dans un contexte colonial et post-colonial.

Haut de page

Notes

1 À la suite notamment de la publication de l’ouvrage de Cooper Fredérick et Stoler Ann Laura, Tensions of Empire, Colonial Culture in a Bourgeois World, Berkeley, University of California Press, 1997.

2 L’interrogation des catégories du droit colonial a notamment été étudiée par Saada Emmanuelle, Les enfants de la colonie. Les métis de l’empire français entre sujétion et citoyenneté, Paris, La Découverte, 2007.

3 En reprenant notamment la démarche de Dubois Vincent, La vie au guichet. Relation administrative et traitement de la misère, Paris, Economica, 2010.

4 Abdellali Hajjat et Mohammed Marwan, Islamophobie, Comment les élites françaises fabriquent le « problème musulman », Paris, La Découverte, 2013.

5 Abdellali Hajjat, La marche pour l’égalité et contre le racisme, Paris, Editions Amsterdam, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claire Collier, « Abdellali Hajjat, Les frontières de « l’identité nationale ». L’injonction à l’assimilation en France métropolitaine et coloniale, Editions La Découverte, 2012, 344 p. », Terrains/Théories [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 16 décembre 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://teth.revues.org/565

Haut de page

Auteur

Anne-Claire Collier

Anne-Claire Collier est doctorante en sociologie à l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense et membre du laboratoire Sophiapol. Dirigés par Stéphane Dufoix, ses travaux portent sur « le moment français du postcolonial. Pour une sociologie historique d’un débat intellectuel ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org