Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Mathieu Trachman, Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, Paris, La Découverte, coll. « Genre & sexualité », 2013, 300 p.

Claire Chabot

Texte intégral

  • 1 Le terme « pornographe » utilisé par Mathieu Trachman désigne essentiellement les réalisateurs de f (...)

1A la fois admirée pour la liberté qu’elle représente et décriée pour la conception de la sexualité qu’elle véhicule, la pornographie ne laisse pas indifférent. C’est toute la subtilité de l’ouvrage de Mathieu Trachman : à rebours des visions stéréotypées portées sur un tel milieu, celui-ci fait le pari d’en étudier les rapports de genre tout en se tenant éloigné de telles caricatures. Comme n’importe quel monde professionnel, la pornographie évolue dans une société capitaliste dont les caractéristiques imprègnent ses structures et son organisation. L’auteur fait donc l’hypothèse que s’intéresser à la pornographie permet de comprendre les mutations du capitalisme et comment celui-ci est intimement lié à la sexualité d’aujourd’hui. Au fil de ces pages, les « pornographes »1 sont présentés comme des « entrepreneurs de fantasmes », qui mettent en scène le corps féminin pour répondre à une demande masculine. Ce sont dans le même temps des « hétérosexuels professionnels » qui entreprennent de faire de l’hétérosexualité la norme par défaut de la pornographie, tout en revendiquant une compétence sur la sexualité qui n’appartiendrait qu’à eux.

2L’ouvrage est divisé en deux parties qui se complètent. La première analyse la façon dont se construisent à la fois le métier de pornographe mais aussi les enjeux que cette construction implique pour l’ensemble de la profession. Forte d’une définition de ce métier, la seconde partie envisage les rapports de genre qui sous-tendent les relations entre acteurs, actrices et pornographes. Les actrices occupent une position paradoxale dans ce milieu, qui les considère comme une marchandise de valeur lorsqu’elles sont débutantes et les déprécie lorsque leur carrière et leur expérience s’allonge.

3Au départ clandestine, la pornographie devient un enjeu politique lorsque la loi de finances votée en 1976 vient réglementer sa production et sa distribution. Désormais légale, la pornographie n’en est pas moins rejetée par l’Etat comme par le cinéma. Ostracisée par un ensemble de mesures juridiques qui l’éloigne de toute forme d’art, la pornographie s’enferme dans un monde dont elle finit par dessiner les contours. Considérés comme des « supports masturbatoires » avant tout, ses films ne sont désormais diffusés que dans des salles de cinéma spécialisées, dont l’existence mène progressivement à ce que Trachman nomme une « ghettoïsation des perversions ». Pourtant, désormais largement définie par la nature sulfureuse de ce qu’elle vend, la pornographie s’adapte au classement X qui l’opacifie. Car, comme le souligne l’auteur, celui-ci « n’est plus une sanction mais une marque de fabrique » (p. 42) qui permet aux pornographes de s’emparer d’un monde délimité par la loi.

  • 2 Sauf indication spécifique, toutes les expressions entre guillemets sont de Mathieu Trachman.

4En investissant la censure, la pornographie se constitue en tant que marché proposant au spectateur un « répertoire fantasmatique » qui contribue, de manière paradoxale, à la stigmatiser tout en lui apportant la crédibilité d’un réel domaine d’expertise. Car face à un professionnalisme méconnu et incertain, les pornographes revendiquent un statut d’« entrepreneurs de fantasmes » dont la fonction est de satisfaire une demande. Appréhendé comme un entrepreneur capitaliste à l’écoute des désirs de ses consommateurs, le pornographe présente également les films qu’il réalise comme un « réservoir de fantasmes2» qui se définit d’abord par des pratiques absentes du répertoire sexuel de ses spectateurs. Appartenant à ce que Trachman nomme un « espace idéel », les fantasmes mis en scène constituent un lieu « où tous les possibles sexuels peuvent être représentés » (p. 75). C’est précisément la maîtrise de cet espace fantasmagorique qui permet aux pornographes de revendiquer in fine leur autonomie, à défaut d’une reconnaissance politique ou institutionnelle. Dans la logique capitaliste, la pornographie investit la sexualité et devient un domaine d’expertise fondée sur une division sexuée du travail au sein de laquelle les hommes ont nettement l’avantage.

5Au sein de cette division, l’intimité devient un objet central de la relation entre acteurs et actrices. Tous deux opèrent une nette distinction entre leur sexualité privée et leur sexualité professionnelle, au contraire des pornographes qui utilisent des éléments de leur vie privée pour nourrir leur professionnalisme. Et si ces derniers tentent de construire l’image d’une profession légitime, tel n’est pas le cas du métier d’acteur pornographique qui, accessible sans aucune autre formation que la motivation, se distingue très nettement du métier de comédien au sens plus traditionnel. En effet, la principale tâche des « hardeurs » tels qu’ils sont également désignés, consiste à « signifier au spectateur leurs désirs et leurs plaisirs » (p. 118), ce qui relève d’une performance plus physique que scénique. Dans la pornographie, ce travail de performance s’effectue dans le cadre d’une intimité professionnelle au sein de laquelle acteurs, actrices et pornographes entretiennent des liens affectifs soutenus.

6Mais cette intimité ne saurait faire oublier, selon Trachman, les différences fondamentales à l’œuvre entre le masculin et le féminin dans un tel milieu professionnel. Car pour résister à une figure masculine hégémonique et dominatrice, les actrices doivent prouver leur puissance et leur capacité de résistance. Le premier conflit de genre est ici sous-tendu par ce que l’auteur nomme « les manières de dire le travail pornographique » : dans la pornographie en effet, les acteurs sont supposés prendre du plaisir à ce qu’ils font tandis que les femmes sont uniquement supposées assumer un travail déplaisant. On n’attend pas d’un acteur X qu’il justifie son métier alors qu’une actrice doit toujours expliquer les raisons de ce choix. Être acteur pornographique paraît de facto plus naturel qu’être actrice, laquelle n’exercerait cette activité que par pure nécessité. Dès le départ, le plaisir féminin est nié, alors que l’actrice envisage souvent son métier comme une découverte de la sexualité. Mais la liberté sexuelle féminine s’accommode difficilement des conventions de la pornographie, selon lesquelles être libérée implique de faire l’amour à la manière d’un homme. En outre, s’il est admis qu’une reconversion en tant que réalisateur est possible pour un acteur, c’est nettement moins le cas lorsqu’il s’agit d’une femme. Puisque celle-ci est considérée comme subordonnée à l’homme dans ce milieu, il est dès lors paradoxal qu’elle veuille exercer une activité à responsabilités. La sexualité envisagée en tant que domaine professionnel reste la chasse gardée des hommes, domaine dont les femmes sont exclues dans la mesure où elles ne sont pas censées détenir un savoir sur la sexualité qui serait égal à celui de leurs partenaires masculins.

7La femme est envisagée dans le X comme une marchandise, dont la valeur augmente lorsqu’elle est débutante. Produit neuf et unique, celle-ci fournit une matière de travail innovante, malléable et peu exigeante. Cette conception d’une féminité de valeur est d’autant plus ternie par la question des salaires. Car si les femmes sont toujours mieux payées que les hommes dans ce milieu, encore faut-il en comprendre la raison véritable. A cet effet, Trachman souligne que la rémunération des acteurs est envisagée comme un « plus » par rapport à une activité agréable à exercer, tandis que le salaire des actrices est à considérer en fonction de leur statut réifié de marchandise. Cette dernière diminue à mesure que l’actrice gagne en expérience, objet déprécié car usé par le temps. Selon l’auteur, valoriser la figure de la débutante revient en outre à rappeler que la sexualité est forcément mieux maîtrisée par les hommes qui ont, dès lors, plus d’expérience qu’une jeune actrice dont la carrière ne fait que démarrer. Ainsi, le cas des acteurs est nettement différent : aisément substituables, leur valeur ne se mesure qu’à leur pénis, qui doit rester en érection le plus longtemps possible.

8Et si la pornographie revendique une hégémonie du masculin sur le féminin, elle revendique également un statut de « profession hétérosexuelle » qui vient occulter l’existence de l’homosexualité. Car celle-ci se trouve dans une position paradoxale dans le monde du X : autorisée, voire même encouragée chez les femmes, elle est perçue comme dérangeante chez les acteurs. Pour une actrice, réaliser des pratiques lesbiennes lors d’un tournage ne remet pas en cause l’hétérosexualité (supposée) de l’actrice. La situation des hommes est en revanche bien plus complexe dans la mesure où un rapport entre hommes, même professionnel, remet directement en cause leur sexualité et fait naître des soupçons quant à leur orientation. L’acteur doit alors administrer la preuve de son hétérosexualité pour se défaire des préjugés homophobes qui peuvent alors peser sur ses préférences sexuelles. En réalité, ce n’est pas cette sexualité en elle-même qui dérange : « C’est l’affichage de ces pratiques qui pose donc problème » (p. 255). Un acteur peut fréquenter des lieux de sociabilité gaie, pourvu que ces activités restent à l’extérieur du monde pornographique. Les acteurs ne refusent donc pas tant les pratiques homosexuelles parce qu’elles ne les attirent pas, mais parce qu’ils s’inquiètent d’être assimilés à une homosexualité stigmatisée dans leur profession. L’hétérosexualité s’érige donc en norme qui, selon Trachman, n’a aucun fondement valable et qui organise une distinction très nette entre pornographie hétérosexuelle et pornographie homosexuelle. Cette dernière véhicule pour Trachman une image simple et ludique de la sexualité, en opposition avec la complexité d’une hétérosexualité professionnelle. Cette dernière se révèle donc impossible à définir, illustrant par là le caractère hégémonique d’une sexualité qui écrase toutes les autres.

  • 3 Brighelli Jean-Paul, La Société pornographique, Paris, François Bourin Editeur, 2012, p. 100.
  • 4 Weissman Elisabeth, La nouvelle guerre du sexe. L’emprise du libéralisme économique sur notre sexua (...)
  • 5 Dufour Dany-Robert, La Cité perverse. Libéralisme et pornographie, Paris, Denoël, 2009.

9L’ouvrage de Mathieu Trachman réussit brillamment le pari de mettre la pornographie en perspective avec les évolutions d’un capitalisme qui a pénétré la sexualité, sphère la plus intime de notre vie sociale. Son analyse fine et pertinente nous démontre comment ce milieu professionnel a dû s’adapter à une logique d’économie de marché pour pouvoir survivre. Car « avec la pornographie, le libéralisme a trouvé son acmé, le but ultime de sa quête : investissement minimal et profits énormes »3. La sexualité devient aujourd’hui une marchandise incontournable : les barrières virtuelles de la censure ne peuvent endiguer le flot de vidéos X qui abreuvent la toile. En effet, « 35 % des téléchargements sur internet sont liés à des contenus pornographiques. Plus de 90 dollars sont dépensés chaque seconde sur les sites à caractère pornographique4». On ne saurait donc ignorer l’impact de la pornographie sur ceux qui la regardent ; dans cette perspective, l’ouvrage de Trachman vient remettre en cause la nature libéralisée d’une sexualité qui n’a au départ aucune vocation à l’être. En démontant avec finesse et subtilité toutes les logiques qui sous-tendent ce qu’on pourrait appeler le « capitalisme de la pornographie », l’auteur propose une critique très pertinente d’une sexualité industrialisée à des fins de gains et de profits. Selon Dany-Robert Dufour5, la crise financière de 2008 a au moins eu le bienfait de dévoiler les mécanismes pervers qui organisent le fonctionnement de nos sociétés. C’est précisément dans cette optique que se place l’ouvrage de Trachman, qui propose une véritable sociologie du dévoilement d’un monde professionnel qui reste encore obscur.

  • 6 Brighelli Jean-Paul, La Société pornographique, op.cit., p. 59.
  • 7 Ferrier Bertrand, in Di Folco Philippe (dir.), Dictionnaire de la Pornographie, Paris, PUF, 2005, p (...)

10On l’aura compris à la lecture de ce livre, la femme représente la figure clé de cette logique marchande. Car c’est l’actrice qui doit éveiller les fantasmes et donc, ce faisant, pousser le spectateur à acheter. Position bien particulière que celle de la femme : « la porn star est supposée gratuite, volontaire et gourmande. Dans la fantasmatique du consommateur, c’est l’objet qui désire6». Cette porn star gratuite et gourmande n’est pas envisagée par Trachman selon une conception de victime ou d’opprimée désormais devenue classique. Empruntant à un discours de Kant le stéréotype le plus largement répandu, Bertrand Ferrier rappelle que l’homme est vu comme supérieur à la femme par sa force et son courage7. C’est là tout le mérite de l’ouvrage qui se positionne à contre-courant des idées-reçues d’une manière originale : s’il montre en effet que la femme est bien subordonnée à l’homme dans la pornographie, elle ne l’est pourtant pas pour des raisons évidentes à saisir.

  • 8 Camille, Sexe Libris, Paris, Don Quichotte, 2012, p. 193.
  • 9 Ovidie, Porno Manifesto, Paris, La Musardine, 2004, p. 39.

11A l’aide d’une multitude de termes pertinents, Trachman souligne ainsi que la femme sert aussi de faire-valoir à une justification laborieuse de l’hétérosexualité envisagée comme une norme obligatoire. « Mais qu’est-ce que la culture hétérosexuelle de nos jours ?8», demande Camille. L’hétérosexualité ne tiendrait donc son hégémonie que sur la base arbitraire de croyances sans fondement. L’intérêt de l’ouvrage de Trachman est alors de montrer à quel point la pornographie, qui véhicule l’image d’une sexualité libérée, tente désespérément de s’accrocher à des normes qui ne font plus d’elle un milieu si tolérant qu’il n’y paraît. « En s’interdisant tout pratique “déviante”, le cinéma pornographique s’est fait le garant des bonnes mœurs » souligne par exemple Ovidie dans Porno Manifesto9. Il n’est ici pas difficile de comprendre que l’homosexualité apparaît comme une forme de déviance. Mais l’hétérosexualité a-t-elle son mot à dire, elle qui ne sait même pas comment se définir ? questionne intelligemment Trachman.

12Si la pornographie hétérosexuelle tente d’occulter les pratiques homosexuelles et y pratique une hégémonie parfois dérangeante, l’auteur ne nous dit pas cependant ce qu’il en est dans la pornographie homosexuelle. Car malgré toute la qualité et la finesse des analyses du livre, on avoue trouver un peu trop aisée la critique systématique de la pornographie hétérosexuelle sans pour autant enquêter sur le X homosexuel. Mathieu Trachman souligne avec une réelle pertinence l’occultation de la problématique homosexuelle dans des pratiques hétéro-normées. Mais l’ouvrage aurait gagné en valeur argumentative si l’auteur avait proposé une enquête également axée sur l’observation du milieu pornographique gay. Par ailleurs, on regrette le phrasé de l’auteur, parfois si obscur et opaque que certains passages ont nécessité plusieurs relectures attentives. De manière manifeste, le style de l’ouvrage n’est pas accessible à n’importe quel lecteur, et c’est dommage. L’analyse, souvent passionnante et brillamment construite par son auteur s’avère souvent trop complexe d’approche et peu accessible, en raison d’une phraséologie qui aurait pu être plus limpide, plus simple, et donc ouverte à un public plus vaste que celui de la recherche.

13Malgré ces quelques critiques, Le Travail pornographique reste un ouvrage passionnant, rigoureux et d’une richesse manifeste, démontant un à un les mécanismes, à la fois capitalistes et genrés qui sous-tendent la pornographie, sans jamais tomber dans une critique stéréotypée d’un milieu qui fait l’objet de nombreux et tenaces préjugés. En refermant ce livre, le lecteur aura la nette impression d’avoir eu à sa disposition des clés intellectuelles lui permettant de penser autrement la division du travail dans un tel milieu professionnel.

Haut de page

Notes

1 Le terme « pornographe » utilisé par Mathieu Trachman désigne essentiellement les réalisateurs de films à caractère pornographique.

2 Sauf indication spécifique, toutes les expressions entre guillemets sont de Mathieu Trachman.

3 Brighelli Jean-Paul, La Société pornographique, Paris, François Bourin Editeur, 2012, p. 100.

4 Weissman Elisabeth, La nouvelle guerre du sexe. L’emprise du libéralisme économique sur notre sexualité, Paris, Stock, coll. « Les documents », 2008, p. 130.

5 Dufour Dany-Robert, La Cité perverse. Libéralisme et pornographie, Paris, Denoël, 2009.

6 Brighelli Jean-Paul, La Société pornographique, op.cit., p. 59.

7 Ferrier Bertrand, in Di Folco Philippe (dir.), Dictionnaire de la Pornographie, Paris, PUF, 2005, p. 464.

8 Camille, Sexe Libris, Paris, Don Quichotte, 2012, p. 193.

9 Ovidie, Porno Manifesto, Paris, La Musardine, 2004, p. 39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Chabot, « Mathieu Trachman, Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, Paris, La Découverte, coll. « Genre & sexualité », 2013, 300 p. », Terrains/Théories [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 29 juin 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://teth.revues.org/560

Haut de page

Auteur

Claire Chabot

Claire Chabot est doctorante en en criminologie à l'Université de Montréal sous la direction de Marc Ouimet et Maurice Cusson et ma thèse porte sur les déterminants sociaux de l'homicide dans le monde.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org