Navigation – Plan du site
Dossier
Lectures

Chantal Crenn et Laurence Kotobi (dir.), Du point de vue de lethnicité, pratiques françaises, Armand Colin, collection Recherches, Paris, 2012.

Claire Vincent-Mory

Texte intégral

1 Comment se positionnent les sciences sociales françaises au sujet de la question de la production des différences ethniques en France, aujourd’hui ? Chantal Crenn et Laurence Kotobi, toutes deux anthropologues et maîtres de conférences à l’université Bordeaux 3, se sont confrontées à cette interrogation dans l’ouvrage intitulé Du point de vue de lethnicité qu’elles ont récemment dirigé. L’une comme l’autre s’étaient déjà signalées par leurs travaux respectifs sur le thème de la production des différences ethniques et culturelles. Cet intérêt scientifique, ainsi que leur expérience partagée d’enseignantes auprès de futurs animateurs sociaux et socio-culturels (à l’IUT carrières sociales de Bordeaux), univers traversé par la question de l’ethnicité, les ont conduites à élaborer un ouvrage collectif ambitieux, tout à la fois pluridisciplinaire, épistémologique et pédagogique.

  • 1 Sur l’ambiguïté de la reconnaissance des discriminations en France, voir Fassin Didier « L’inventio (...)

2 Le projet de ce livre s’ancre dans un double contexte, politique et scientifique. L'ethnicité est constituée en problème et n'est mobilisée que pour dénoncer le délitement des rapports sociaux. En effet, si le modèle républicain français est originellement hostile à la prise en compte de la dimension interethnique des relations sociales, des institutions françaises reconnaissent aujourd’hui officiellement les discriminations ethniques ou raciales, comme La Halde, intégrée au Défenseur des Droits depuis 20111. De même, des organisations collectives (comme le CRAN ou les Indigènes de la République) revendiquent aujourd’hui une identité ethnique ou raciale, dans l'espace public. Enfin, la classe politique n’hésite plus à désigner des pratiques sociales en usant du vocabulaire de l’ethnicité, le plus souvent pour les déplorer. Pour sa part, le champ scientifique français se distingue par son extrême prudence vis-à-vis du sujet des relations interethniques. Or, bien qu’elle constitue un objet historiquement illégitime dans les sciences sociales françaises, l’ethnicité fait aujourd’hui l’objet de plus en plus de travaux de chercheurs en sciences sociales et semble gagner progressivement sa part de légitimité. Selon nos auteures, ces deux changements contextuels, politique et sociétal d'une part, épistémologique d'autre part, ne sont pas indifférents l’un à l’autre.

3 Dès lors, l’objectif avoué des auteures embrasse plusieurs perspectives. Il s’agit tout d’abord de soutenir cette re-co-naissance de l’ethnicité comme objet théorique, en montrant son inscription historique dans la recherche française en sciences sociales et en donnant la parole à de jeunes chercheurs, capables d’illustrer la diversité et le dynamisme de ce champ de recherche tout en montrant la pertinence d’user de l’ethnicité comme outil d’analyse dans des champs de recherche variés. Dans le même temps, les auteures souhaitent proposer un ouvrage pédagogique, accessible et érudit, construit sous la forme d’articles courts, thématisés, à destination des étudiants, des jeunes professionnels et des chercheurs en sciences sociales. Si l’ouvrage peine un peu à remplir l’ensemble de ces objectifs – mais quel ouvrage le pourrait ? – il propose une articulation de chapitres clairs, intéressants et variés.

4 Ceux-ci sont précédés par une introduction épistémologique tout à fait stimulante qui mérite d'être relevée. Les auteures procèdent à un retour historique sur le champ académique français, pour montrer comment l'objet ethnicité a été tour à tour oublié, mobilisé, délégitimé ou surpassé par d'autres objets sociologiques ou anthropologiques. En effet, si l'on sait l'absence de tradition académique concernant le champ de l'ethnique en France, contrairement aux Etats-Unis par exemple, il est néanmoins possible d'observer différentes formes de prise en compte de la question de l'interethnique et des processus de différenciation ethnique dans les traditions de recherche françaises.

  • 2 De Rudder Véronique, Poiret Christian et Vourc’h François, L’inégalité raciste : l’universalité rép (...)
  • 3 Le travail de Jean-Loup Amselle sur le sujet de l’ethnicité et de l’ethnicisation est ample et s’ét (...)
  • 4 Amselle Jean-Loup et M’Bokolo Elikia (dir.), Au cœur de l’ethnie : ethnies, tribalisme et État en A (...)
  • 5 En particulier les ouvrages suivants : Althabe Gérard, Marcadet Christian, Pradelle Michèle (de la) (...)
  • 6 Barou Jacques, Batteguay Alain et Gergely, Andras (dir.), La Ville, ses cultures, ses frontières, d (...)
  • 7 Quiminal Catherine, Gens d’ici, gens d’ailleurs, Paris, Editions Christian Bourgois, 1991.

5 Dans les années 1960 et 1970, le champ de l'immigration a privilégié la question sociale et le prisme du travail. Or, dès les années 1980, tandis que s'impose l'idéologie pluriculturelle, plusieurs mouvements dans les sciences sociales commencent à s'intéresser à la question de l'ethnicité. Les auteures relèvent tout d'abord les travaux pionniers de Pierre-Jean Simon, Véronique De Rudder et François Vourc'h2, qui articulent racisme et ethnisme en interrogeant « le processus de différenciation ethnique et son lien avec la race en tant que construction sociale et idéologique » (p. 17). Elles soulignent également les changements progressifs de perspectives en anthropologie et en ethnologie françaises. Les africanistes français, notamment, réinterrogent le champ lexical de l'ethnicité, dans deux directions opposées. Certains (comme Jean-Loup Amselle3, Elika M'Boko4, Jean Bazin) considèrent que le terme ethnicité reste associé à celui d'ethnie. Dès lors, son usage correspondrait à un retour en arrière vers la réification ethnique et conforterait le langage des dominants, en renforçant au quotidien l'exclusion sociale des migrants. Ils lui préfèrent le concept d'altérité. Pour nos auteures, ces prises de position témoignent avant tout d'une compréhension réductrice du concept d'ethnicité. Néanmoins, elles accordent une large place aux travaux de Gérard Althabe5 qui, « malgré son refus d'utiliser le concept d'ethnicité […] sera l'un des premiers à interroger comment, dans les périphéries urbaines françaises, s'effectue la cohabitation ethnique » (p. 20). En effet, c'est bien dans le champ urbain que se développent en premier des recherches explicitement orientées vers l'analyse de l'ethnicisation des rapports sociaux. Contrairement aux travaux de Gérard Althabe, un second courant d'anthropologues (parmi lesquels Jacques Barou6 ou Catherine Quiminal7) choisit de mobiliser l'ethnicité non « comme héritage mais aussi comme projet, mouvement de l'histoire, accouchant de nouvelles identités » (p. 21). S'inscrivant dans l'héritage de Roger Bastide et de l'Ecole de Chicago, ils étudient les migrations et les minorités africaines en réintroduisant la question de la diversité culturelle au cœur de leurs analyses. Enfin, Chantal Crenn et Laurence Kotobi soulignent la fécondité des travaux sur les nouvelles figures de l'étranger, depuis les années 1990. L' « étranger malade », le « clandestin », l' « immigré sans-papiers » ont conduit les chercheurs français à réinterroger avec un œil nouveau le champ lexical de l'ethnicité.

  • 8 Poutignat Philippe et Streiff-Fenart Jocelyne, Théories de l’ethnicité, suivi de Les groupes ethniq (...)
  • 9 Martiniello Marco, L’ethnicité dans les sciences sociales contemporaines, Paris, Presses Universita (...)

6 De manière générale, l'ensemble de ces observations historiques permettent aux auteures de dénoncer la confusion régulièrement faite entre ethnicité et ethnicisation dans le champ académique français, de montrer la transformation progressive des regards et de définir leur propre positionnement scientifique pour contribuer au débat. L'approche défendue dans l'ouvrage est la suivante : la race et l'ethnie ne sont pas des phénomènes naturels mais bien des processus sociaux, des « catégories de pensée et d'intuition » (p. 24). Cette démarche s'inscrit ainsi pleinement dans la théorie de l'ethnicité développée par Frederik Barth, reprise et diffusée en France par Philippe Poutignat et Jocelyne Streiff-Fenart 8, tant pour définir le terme que pour délimiter le domaine de recherche de l'ethnicité en France. S'appuyant sur les travaux de Marco Martiniello9, les auteures souhaitent prendre en compte le niveau individuel et microsocial, qui met à jour « la part subjective et interactionnelle de l'ethnicité » (p. 27), et s'incrivent par là même dans le courant de l'intersectionnalité. La question de la production de la différence ethnique constitue ainsi une manière d' « interroger les modalités de l'altérité dans les lieux centraux de la société » (p. 26), dans une perspective anthropologique qui intègre une posture réflexive, tant d'un point de vue théorique qu'empirique.

7 L'ouvrage s'organise en quatre parties thématiques. La première partie de l’ouvrage s’intéresse au vocabulaire, à la fois pour interroger la valeur heuristique des mots les plus fréquemment utilisés dans le champ des relations interethniques et pour préciser le cadre théorique dans lequel ils peuvent être utilisés. Pour ce faire, Chantal Crenn et Laurence Kotobi ont réuni des articles courts de chercheurs spécialistes du champ de l'immigration et de l'ethnicité que sont Maryse Tripier, Denys Cuche et Hélène Bertheleu. Ces trois auteurs interrogent, clarifient et distinguent avec succès tout un champ lexical : culture d'origine, origine, ethnicité, ethnicisation, communautarisme...On peut souligner l'intérêt de procéder à ce retour sur les productions sémantiques, dans un univers lexical beaucoup manipulé, souvent mal utilisé. En particulier, le travail de distinction entre ethnicité et ethnicisation effectué par Hélène Bertheleu mérite d'être relevé, dans cet effort de définir l'ethnicité comme objet et démarche scientifique. En effet, elle constate et déplore le fait que le concept d'ethnicité soit souvent mis à l'écart, au profit de celui d'ethnicisation des relations sociales. Pour elle, la préférence scientifique pour l’ethnicisation correspond à une approche partiale des relations ethniques et signale une approche réductrice de l'ethnicité. Pourtant, loin d’être une « dimension pathologique des rapports sociaux » (p. 61), c’est-à-dire une forme d’appartenance archaïque, illusoire et essentiellement oppositionnelle, l'ethnicité que défend Hélène Bertheleu est un concept qui permettrait d'interroger les rapports majoritaires-minoritaires ainsi que la dimension politique des relations interethniques, ce qui lui donnerait de surcroit un véritable potentiel théorique.

8 Dans un second temps, l’ouvrage se concentre sur les usages de la différenciation ethnique dans les relations interethniques françaises, dans différents univers sociaux que sont l'animation socio-culturelle (Chantal Crenn), l'institution scolaire (Claire Schiff), le militantisme associatif et politique contre le mariage forcé (Angelina Entiemble) et les dispositifs publics développés pour les « gens du voyage » (Gaëlla Loiseau). Chaque fois, il s'agit d'observer les modalités de construction ethnique et culturelle des différences de la part des acteurs, qu'il s'agisse de minoritaires (animateurs « issus des migrations », primo-arrivants...) ou de majoritaires (personnel des institutions publiques). Les études de cas se répondent de manière surprenante et développent une même problématique transversale : la valorisation de l'interculturalité comporte souvent une ambiguïté fondamentale en occultant la question de la minoration, de la discrimination ou du racisme. En France, des pratiques associatives et institutionnelles sont développées spécifiquement pour un public ethnique, comme les recrutements valorisant la compétence ethnique, les dispositifs d'intégration scolaire des primo-arrivants et de soutien de jeunes femmes subissant un mariage forcé ou la mise à disposition d'équipements collectifs pour les « gens du voyage ». Or, ces formes de traitement social sont bâties sur des représentations ethniques et culturelles des différences. Ces constructions tendent à enfermer les individus dans une altérité radicale, en occultant les processus de relations interethniques qui se jouent au cœur de l'aide institutionnelle, ainsi que le croisement des logiques de domination, entre ethnicité, genre et classe sociale. Comme l'affirme Chantal Crenn, « Nous touchons ici le paradoxe de la pensée d'Etat française prise entre surdétermination et omission de la différence ethnique » (p. 77).

9 Si les deux premières parties étaient pour l’essentiel conceptuelles et à visée heuristique, les deux suivantes ont pour objectif de dresser un rapide panorama des usages de l’ethnicité dans deux champs spécifiques des recherches en sciences sociales. En premier lieu, le champ sanitaire et humanitaire et le thème de la santé des migrants réunit des auteurs divers, à la fois universitaires, comme Laurence Kotobi et Henri Courau et professionnels, comme Mohamed Fazani, juriste, et Zahia Kessar, psychosociologue formatrice, dont les analyses se complètent. Ces études de cas permettent de constater la diffusion des catégorisations ethniques, à l'hôpital comme dans les hangars de Sangatte. Dans l'univers hospitalier, que ce soit dans la relation de soin entre patient et professionnel ou dans la formation de l'identité professionnelle des infirmiers et aides-soignants, le recours à l'identité ethnique peut constituer un atout, pour obtenir une reconnaissance qui ne peut être obtenue autrement. L'observation des stratégies d'initiative et de prise de parole des « surnuméraires » (p. 256) de Sangatte vient prolonger cette réflexion sur l'altérité et interroge la délégitimation de la participation sociopolitique des migrants. Au fond, la différence culturelle reste « l'un des éléments majeurs de l'articulation des rapports humains et sociaux au quotidien » (p. 226). On soulignera l'intérêt du chapitre de Laurence Kotobi, le plus long de l'ouvrage - près de 50 pages - qui propose un état de la littérature en anthropologie sur le lien entre migrants et santé, développe une analyse fondée sur des éléments issus d'enquêtes ethnographiques menées depuis 15 ans et mène enfin une réflexion épistémologique sur la production et l'usage de données, dans le cadre de la recherche sur l'ethnicité.

10 Le champ urbain, enfin, fait l’objet d’une partie spécifique. On l’a vu, les auteures ont mis l’accent dans cet ouvrage sur l’ancrage historique de l’étude des relations interethniques dans ce champ. Dès lors, il leur a sans doute paru important de laisser une place aux études urbaines actuelles pour voir comment elles mobilisent l’ethnicité. Ce quatrième temps de l'ouvrage permet d'observer l'interdisciplinarité du « recours à l'ethnique dans le champ urbain » (p. 273), plus particulièrement dans le cadre des politiques culturelles locales. L'ethnologue Bernard Chérubini interroge les liens entre les concepts de culture et d'ethnicité dans le contexte particulier des zones urbaines de la Réunion et de la Guyane. Il observe la coexistence de deux modèles d'intégration culturelle, l'un interculturel valorisant la créolité, l'autre fait de sous-cultures et de cultures intermédiaires, ancrées dans des territoires restreints et localisés. À leur tour, les géographes Dominique Crozat et Yves Raibaud s'intéressent aux politiques culturelles mises en œuvre à Bordeaux en direction des jeunes. Les relations interethniques sont au cœur du processus visé par ces politiques publiques, bien qu'elles semblent en apparence être ignorées. Les auteurs relèvent « l'extrême efficacité performative du discours culturel » (p. 308) : le recours à une labellisation ethnique est devenu un passage obligé pour ces jeunes que l'on souhaite intégrer, tout en renforçant leur altérisation, par l'assignation. Abdourahmane Ndiaye, économiste, observe enfin un troisième type de politiques locales. Il s'agit des dispositifs de lutte contre le chômage des jeunes, dans les ZUS notamment. Il pointe du doigt les ambiguïtés des dispositifs français qui tentent d'ignorer la dimension ethnique, pourtant centrale dans l'existence des inégalités professionnelles et socio-économiques. Cette dernière partie est conclue de manière quelque peu inattendue par une rapide présentation des initiatives associatives de femmes d'origine sub-saharienne, en Gironde, par Dragoss Ouedraogo, documentariste. Dans un contexte de rapports sociaux hiérarchisés et d'exclusions sociales, l'ethnicité est une construction, vécue dans des situations d'interculturalité qui peuvent constituer à la fois des freins et des moteurs de l'action sociale.

11 Cet ouvrage collectif remplit son objectif. Chapitre après chapitre, les auteurs nous prouvent que l'ethnicité et les relations interethniques sont respectivement un objet théorique et une perspective de recherche tout à fait fréquentables. Ils réussissent ainsi à légitimer l'ethnicité dans le champ académique français. L’un des intérêts de l’ouvrage est sans doute d’avoir su faire intervenir ensemble des chercheurs spécialistes de la question de l’ethnicité (Maryse Tripier, Hélène Bertheleu, Denys Cuche), des jeunes chercheurs en train de mener leurs travaux de recherche, et des professionnels du champ de l’animation sociale et socio-culturelle.

12 Nous l'avons écrit en introduction, cet ouvrage affiche des ambitions plurielles. La cible était double : les pairs, anthropologues notamment, qui se montreraient frileux vis-à-vis de ce champ de recherche, les étudiants, ensuite, du secteur de l'animation sociale. Or, en affirmant une aussi vaste ambition, cet ouvrage prend le risque de se voir reprocher des oublis (ce qui, au demeurant, est inévitable). Les collègues chercheurs en sciences sociales qui apprécieront l’introduction érudite et la première partie de l’ouvrage risquent de trouver légers certains chapitres de l’ouvrage, dans les deux dernières parties notamment. De leur côté, les étudiants et les professionnels de l’animation sociale et socio-culturelle pourraient être déçus de ne pas trouver beaucoup d’articles proposant des réflexions concrètes et des pistes de travail pour leurs univers d’intervention. L’exercice de « croiser les publics » est toujours périlleux.

13 Cet ouvrage est avant tout un livre témoin de l'état des recherches sur l'ethnicité dans le champ académique français, en 2012. Sur ce dernier point, nous nous permettrons cependant d'émettre quelques réserves et de souligner un regret, à la lecture de cet ouvrage. Chantal Crenn et Laurence Kotobi ont pris le parti de mettre en lumière deux champs de recherche qui leur paraissaient significatifs de l'actualité des recherches sur l'ethnicité. Il s'agit d'une part du champ sanitaire et social, en raison du nombre et de l'actualité des travaux de recherche menés aujourd'hui. Il s'agit d'autre part de l'anthropologie urbaine que ces auteures considèrent comme le champ académique d'origine de la perspective de l'ethnicité. Or, cette dernière partie s'est révélée beaucoup moins convaincante. À la lecture, l'ethnicité semble moins un concept pivot autour duquel s'articuleraient des théories renouvelant la sociologie urbaine qu'un objet auquel certains chercheurs commencent à se confronter. Sans doute ce choix de mettre en lumière les études urbaines passées et présentes est-il avant tout lié à l'ancrage académique de nos auteures – on rappellera que Chantal Crenn a mené son travail de thèse sous la direction de Gérard Althabe.

  • 10 Menzies Tereza, Brenner Gabrielle et Filion Jean-Luc, « Social capital, networks and ethnic minorit (...)
  • 11 Kloosterman Robert et Rath Jan, Immigrant Entrepreneurs. Venturing Abroad in the Age of Globalizati (...)
  • 12 Waldinger Roger, Aldrich Howard et Ward Robin, Ethnic Entrepreneurs: Immigrant Business in Industri (...)
  • 13 A titre d’exemple, on mentionnera parmi une production abondante Ma Mung Emmanuel et Simon Gilles, (...)
  • 14 De même, à titre indicatif : Tarrius Alain, Les fourmis d’Europe : migrants riches, migrants pauvre (...)
  • 15 Zalc Claire, Melting Shops. Une histoire des commerçants étrangers en France, Paris, Perrin, 2010 ; (...)
  • 16 Dinh Bernard, « L’entrepreneuriat ethnique en France », Hommes et Migrations, n° 1264, 2006, p. 114 (...)

14 Pourtant, d'autres champs des sciences sociales mobilisent le concept de l'ethnicité depuis plusieurs années et de manière beaucoup plus ample. Il est dommage qu'ils n'aient pas, sinon fait l'objet d'une partie ou d'un chapitre de l'ouvrage, au moins été mentionnés. Nous pensons en particulier au champ de recherche sur les pratiques économiques ethniques, en particulier sur l'entrepreneuriat ethnique. La revue de la littérature de Teresa Menzies, Gabrielle Brenner et Louis-Jacques Filion10 sur ce sujet mentionnent 80 publications sur l'entrepreneuriat immigré (francophones pour la plupart), tandis que Robert Kloosterman et Jan Rath11 recensent près de 1700 publications francophones et anglo-saxonnes sur ce même thème. Bien que ce champ de la recherche se soit tout particulièrement développé dans le monde anglo-saxon, à la suite notamment des travaux de Roger Waldinger et al12, il connaît un essor dans le champ académique français. Les travaux sur le comportement économique des minorités ethniques d’Emmanuel Ma Mung13 ou d’Alain Tarrius14, dès la fin des années 1980, sont suivis par ceux d’une nouvelle génération de chercheurs comme Claire Zalc15 ou Bernard Dinh16. L’objet de recherche entrepreneuriat ethnique ou d'origine étrangère relève ainsi d’un champ académique en plein développement, qui aurait mérité une place dans l’ouvrage de Chantal Crenn et Laurence Kotobi.

  • 17 Dinh Bernard, « L’entrepreneuriat ethnique en France », art. cit., p. 114, reprenant Ma Mung, « Dis (...)

15En outre, dans ce nouveau champ d’étude, l'usage du champ lexical de l'ethnicité est différent de celui proposé par Crenn et Kotobi, dans la mesure où l'expression entrepreneuriat ethnique désigne « les entreprises commerciales et artisanales qui utilisent et s'appuient sur des réseaux de solidarité ethnique17 », loin d'une approche constructiviste et interactionniste de l'ethnicité. Un éclairage sur cette différence aurait sans doute pu être profitable au propos de nos auteures.

Haut de page

Notes

1 Sur l’ambiguïté de la reconnaissance des discriminations en France, voir Fassin Didier « L’invention française de la discrimination », Revue française de sciences politiques, 2002, n°4/52, p. 403-423.

2 De Rudder Véronique, Poiret Christian et Vourc’h François, L’inégalité raciste : l’universalité républicaine à l’épreuve, Paris, Presses Universitaires de France, 2000. Cet ouvrage de référence dans le champ académique marque l’aboutissement, en quelque sorte, de plusieurs travaux de recherches collectifs parmi lesquels : De Rudder Véronique, Poiret Christian et Vourc’h François, La prévention de la discrimination raciale, de la xénophobie et la promotion de l’égalité de traitement dans l’entreprise. Une étude de cas en France : Le recrutement du personnel de l’hypermarché Continent, Grand Littoral, à Marseille, Rapport pour la Fondation Européenne pour l’Amélioration des Conditions de Vie et de Travail, Paris, URMIS, 1997.

3 Le travail de Jean-Loup Amselle sur le sujet de l’ethnicité et de l’ethnicisation est ample et s’étend sur une période de plus de 30 ans. Ici, on citera à titre indicatif : Amselle Jean-Loup, « L’ethnicité comme volonté et comme représentation : à propos des Peul du Wasalon », Annales. Economies, Sociétés, Civilisation, 1987, n° 2/42, p. 465-489.

4 Amselle Jean-Loup et M’Bokolo Elikia (dir.), Au cœur de l’ethnie : ethnies, tribalisme et État en Afrique, Paris, La Découverte, 1985.

5 En particulier les ouvrages suivants : Althabe Gérard, Marcadet Christian, Pradelle Michèle (de la) et Selim Monique, Urbanisation et enjeux quotidiens, Paris, Anthropos, 1985 ; Althabe Gérard et Comolli Jean-Louis, Regards sur la ville ? Paris, Georges Pompidou, 1994 ; Althabe Gérard, Fabre Daniel et Lenclud Gérard (dir.), Vers une ethnologie du présent, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1992.

6 Barou Jacques, Batteguay Alain et Gergely, Andras (dir.), La Ville, ses cultures, ses frontières, démarches d’anthropologues dans des villes d’Europe, Paris, L’Harmattan, 2004.

7 Quiminal Catherine, Gens d’ici, gens d’ailleurs, Paris, Editions Christian Bourgois, 1991.

8 Poutignat Philippe et Streiff-Fenart Jocelyne, Théories de l’ethnicité, suivi de Les groupes ethniques et leurs frontières de F. Barth (première publication 1969), Paris, Presses Universitaires de France, 1995.

9 Martiniello Marco, L’ethnicité dans les sciences sociales contemporaines, Paris, Presses Universitaires de France, 2011.

10 Menzies Tereza, Brenner Gabrielle et Filion Jean-Luc, « Social capital, networks and ethnic minority entrepreneurs : Transnational entrepreneurship and bootstrap capitalism », in Etemad Hamid et Wright Richard (dir.), Globalization and Entrepreneurship : Policy and Strategy Perspectives, Northampton, Edward Elgar Publishing, 2003.

11 Kloosterman Robert et Rath Jan, Immigrant Entrepreneurs. Venturing Abroad in the Age of Globalization, Oxford/New York, Bloomsbury Academic, 2003.

12 Waldinger Roger, Aldrich Howard et Ward Robin, Ethnic Entrepreneurs: Immigrant Business in Industrial Societies, Newbury Park, Sage Publications, 1990.

13 A titre d’exemple, on mentionnera parmi une production abondante Ma Mung Emmanuel et Simon Gilles, Commerçants maghrébins et asiatiques en France, Paris, Masson, 1990 ; Ma Mung Emmanuel, « Dispositif économique et ressources spatiales : éléments d’une économie de diaspora », Revue Européenne des Migrations Internationales, n° 8/3, 1992, p. 177.

14 De même, à titre indicatif : Tarrius Alain, Les fourmis d’Europe : migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, L’Harmattan, 1992.

15 Zalc Claire, Melting Shops. Une histoire des commerçants étrangers en France, Paris, Perrin, 2010 ; Bruno Anne-Sophie, Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers en France (19e-20e siècle), Éditions Publibook Université, 2006.

16 Dinh Bernard, « L’entrepreneuriat ethnique en France », Hommes et Migrations, n° 1264, 2006, p. 114-128 ; Ma Mung Emmanuel et Dinh Bernard, « The new landscape of ethnic entrepreneurship in France », International Journal of Business and Globalisation, n° 1/2, 2007, p. 241-257.

17 Dinh Bernard, « L’entrepreneuriat ethnique en France », art. cit., p. 114, reprenant Ma Mung, « Dispositif économique et ressources spatiales », art. cit., p. 177.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Vincent-Mory, « Chantal Crenn et Laurence Kotobi (dir.), Du point de vue de lethnicité, pratiques françaises, Armand Colin, collection Recherches, Paris, 2012. », Terrains/Théories [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 26 octobre 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://teth.revues.org/553

Haut de page

Auteur

Claire Vincent-Mory

Claire Vincent Mory est doctorante en sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, membre du laboratoire Sophiapol (EA3932) et ATER à l'Institut d'Etudes du Développement Economique et Social (IEDES) de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Dirigées par Stéphane Dufoix, ses recherches portent sur les relations entre les organisations de solidarité internationale issues des migrations (OSIM) françaises et les réseaux français de l'humanitaire et du développement.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org