Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Béatrice Hibou, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, La Découverte, Paris, 2012, 223 p.

Pınar Karaoğlu

Texte intégral

1Dans La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Béatrice Hibou, politologue rattachée au CERI (Centre d’Études et de Recherches Internationales), poursuit ses recherches sur la domination et sur l’exercice du pouvoir, cette fois-ci en prenant pour objet d’analyse la bureaucratisation néolibérale. La spécificité de son approche se manifeste dans la mise en évidence de la complexité de la bureaucratisation néolibérale, qui lui permet de faire ressortir l’ampleur des dynamiques politiques qui la sous-tendent.

2Cette complexité de la bureaucratisation néolibérale tient principalement au fait que, contrairement à ce qu’on pourrait croire au premier abord, les pratiques bureaucratiques ne sont pas propres à l’administration étatique : elles se diffusent dans l’ensemble de la société. La bureaucratie n’est pas une institution et elle ne correspond pas à une seule et unique classe – les bureaucrates. L’auteure cherche à rendre compte de l’envahissement de notre quotidien par les pratiques bureaucratiques, à travers des exemples concrets – tel que celui, présenté dans l’introduction, d’une infirmière dont la journée de travail, déjà envahie par la rédaction de formulaires inutiles et répétitifs, est encore alourdie par des échanges téléphoniques absurdes avec le service en ligne de son fournisseur internet. La bureaucratie néolibérale consiste donc avant tout dans des règles, des procédures et des catégories diffusées et éclatées dans l’ensemble de la société, auxquelles chaque acteur social se trouve, d’une manière ou d’une autre, contraint de recourir. Elle se manifeste, par conséquent comme « un phénomène social », ou comme formulée par l’auteure, « une forme social du pouvoir ».

  • 1 Weber Max, Economy and Society. An outline of Interpretive Sociology, Berkeley, University of Calif (...)

3Cette équivalence problématique entre la bureaucratie et l’administration étatique tient aussi à la rhétorique néolibérale, qui s’est construite autour du « mythe de l’entreprise anti-bureaucrate ». L’ouvrage s’appuie ici sur les analyses de Max Weber et de Karl Polanyi1 qui ont mis l’accent sur « le cadre privilégié de développement » que le capitalisme offre à la bureaucratie. Le domaine du privé et des entreprises se trouve également marqué par des pratiques bureaucratiques qui transforment le processus de bureaucratisation lui-même.

4Le livre soutient ainsi l’hypothèse que la bureaucratisation néolibérale entendue comme un pouvoir social révélerait des formes nouvelles de domination, ainsi que des espaces nouveaux de rapports de forces et de conflits.

5Les cinq chapitres qui structurent l’ouvrage offrent des analyses approfondies sur l’expansion des pratiques bureaucratiques néolibérales dans des multiples domaines de la société : la réglementation alimentaire, la santé publique, le lieu de travail, la justice, l’enseignement et la recherche, l’administration publique, les services sociaux, les relations internationales, les politiques d’aide, d’immigration et la lutte contre le blanchiment d’argent. Pour commencer, l’auteure s’attache à mettre en évidence ce qui constitue la spécificité de la bureaucratisation néolibérale. Dans le premier chapitre elle invoque deux traits fondamentaux de ce phénomène, qui lui permettent de développer son propos : son caractère « privé » et l’exacerbation de sa nature formelle.

6Par le premier aspect, on entend principalement un débordement de la logique du management au delà de l’entreprise pour englober d’abord le monde étatique et ensuite l’ensemble de la société. On assiste notamment à un enchevêtrement du public et du privé à travers lequel les normes du privé semblent se diffuser toujours plus dans le domaine public : l’analyse des partenariats public-privé ou du « New Public Management » permettent de montrer comment, sous couvert de processus de modernisation et de rationalisation, la bureaucratie administrative dans les domaines publics se trouve structurée par les principes de concurrence, d’efficacité, de rentabilité, d’audit ou du benchmarking. Ainsi les frontières entre le public et le privé s’effacent, au profit des pratiques du privé, qui conquiert des nouveaux champs où il peut se diffuser, à travers les pratiques bureaucratiques néolibérales qui lui sont propres. L’auteure s’intéresse également à l’envahissement des métiers par la bureaucratie néolibérale, qui crée des tensions inévitables avec leurs logiques dans la mesure où les critères d’efficacité et de rentabilité sont favorisés. La seconde analyse de l’auteure met en relief le haut degré d’abstraction qui caractérise la bureaucratisation néolibérale, ainsi que les rapports problématiques que cette abstraction entretient avec la réalité sociale. La bureaucratisation néolibérale se comprend alors comme « une élaboration, un travail d’abstraction qui veut faire entrer la réalité complexe dans des catégories, normes, règles générales et formelles issues d’une pensée qui rationalise la société et le gouvernement des biens, des hommes et des territoires à partir du marché et de l’entreprise » (p. 37). L’auteure souligne que, dans ce processus d’abstraction, « la crédibilité, la conformité de ces abstractions par rapport à la réalité, mais l’unicité, l’homogénéité ainsi construite » (p. 40) n’est pas ce qui importe : de ces catégorisations, procédures et codages chiffrés, découlent d’une part l’invisibilisation de la diversité et de la pluralité qui caractérisent la réalité sociale, et d’autre part, l’indifférence à l’égard des cas particuliers qui ne rentrent pas dans des catégories préétablies. A cet égard, l’ouvrage invoque les exemples du traitement de la question de l’immigration et de la pauvreté qui sont considérés, dans ce paradigme néolibéral, moins comme des problèmes sociaux dont on cherche les solutions que comme des cas « à gérer ». Ces problèmes sociaux se trouvent dépolitisés et démoralisés dans la mesure où leur traitement se réduit à l’accomplissement des procédures techniques dont chaque individu doit porter, seul, la responsabilité.

7La bureaucratisation néolibérale étant construite comme un processus d’abstraction permettant la pénétration des principes managériaux dans l’ensemble de la société, c’est la question de la domination qui se pose, selon l’auteure, à nouveaux frais. Dans le cadre de ses analyses, Béatrice Hibou s’attache en effet à démontrer la spécificité de la domination par la bureaucratisation néolibérale : celle-ci échappe aux analyses classiques wébériennes de la domination par la rationalisation ou à celles de l’École de Francfort menées dans le cadre de sa critique de l’aliénation par la technique et la rationalité instrumentale. C’est en fait le processus d’abstraction, producteur d’indifférence, qui assure que la domination bureaucratique se réalise par l’éloignement, la désaffection et le détachement, plutôt que par le contrôle et la surveillance. En second lieu, du fait notamment de la diffusion de principes managériaux de la décentralisation du pouvoir et de la flexibilité, on retrouve une domination qui est assurée non pas par une autorité contraignante, mais plutôt par l’autocontrôle et l’adhésion volontaire aux normes imposées. Ce caractère diffus de la bureaucratisation néolibérale implique, ainsi, une idée de domination incomplète et indéterminée. L’auteure précise : « la bureaucratisation néolibérale est certainement un vecteur de domination, mais sa prétention à dominer, à contrôler n’est pas assurée » (p. 140).

8Cette nature indéterminée de la domination bureaucratique contredit toutes les « visions qui voient dans la bureaucratisation néolibérale l’expression d’un grand projet » et où la bureaucratie serait l’instrument d’une volonté de contrôle « venant d’en haut » (p. 143). La dimension politique de la bureaucratisation n’étant ainsi pas limitée à la domination, la question se pose de savoir la portée exacte des dynamiques politiques qui y sont liées. Cette question oriente le dernier chapitre de l’ouvrage dans lequel la bureaucratisation néolibérale est présentée comme un « haut lieu de l’énonciation du politique » (p. 166). La dimension politique se révèle dans un premier temps à travers ce que l’auteure appelle « la participation bureaucratique ». Loin de se réduire à des règles, normes et procédures imposées à la société de l’extérieure, l’ordre bureaucratique se trouve ainsi validé et renforcé à travers des attentes personnelles – demande de transparence, de justice et d’égalité, de modernité, de sécurité –, mais aussi à travers la rencontre d’intérêts hétérogènes – la conception wébérienne de la « constellation d’intérêts » permettant ici de rendre compte du fait que la rencontre des intérêts n’a pas nécessairement lieu de manière harmonieuse. Dans cette perspective, l’ordre bureaucratique constitue l’espace où se jouent des relations sociales, des conflits, des tensions, des compromis et des rapports du pouvoir dans les sociétés néolibérales.

  • 2 Hibou Béatrice (sous la direction de), La bureaucratisation néolibérale, Paris, La Découverte, 2013

9Ces analyses riches et vastes de Béatrice Hibou offrent de nombreux éléments de réflexion sur la bureaucratisation néolibérale. L’intérêt de l’ouvrage tient avant tout au fait qu’il permette au débat sur les questions centrales de la domination et du néolibéralisme d’avancer. Mais on soulignera aussi qu’il révèle le caractère incomplet et ambigu de ce phénomène social, permettant alors d’en dépasser la lecture conventionnelle pour rendre compte de la complexité de la logique de la bureaucratisation néolibérale. Ce processus complexe joue sur des normes indéfinies et ne prend sens que dans l’exercice concret et dans l’expérience personnelle. Dans cette optique, et en débordant certes l’objet de l’ouvrage, on pourrait souhaiter un approfondissement de cette discussion au sujet de la normativité propre à la logique bureaucratique néolibérale. Pour finir, signalons la parution d’un livre collectif dirigé par Béatrice Hibou, La bureaucratisation néolibérale2, qui recueille, sur ce thème, des analyses complémentaires à celle de cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Weber Max, Economy and Society. An outline of Interpretive Sociology, Berkeley, University of California Press, 1978 et Polanyi Karl, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983.

2 Hibou Béatrice (sous la direction de), La bureaucratisation néolibérale, Paris, La Découverte, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pınar Karaoğlu, « Béatrice Hibou, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, La Découverte, Paris, 2012, 223 p.  », Terrains/Théories [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 26 octobre 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://teth.revues.org/552

Haut de page

Auteur

Pınar Karaoğlu

Pınar Karaoğlu est doctorante en philosophie à l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense et membre du laboratoire Sophiapol (EA3932). Sous la direction de Stéphane Haber ses recherches portent sur la théorie critique sociale et la démocratie chez Habermas.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org