Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Joan C. Tronto, Caring Democracy. Markets, Equality and Justice, New York, New York University Press, 2013, 228 p.

Marie Garrau

Texte intégral

  • 1 Tronto Joan C., Moral Boundaries. A Political Argument for an Ethic of Care, New York/Londres, Rout (...)
  • 2 Ibid., p. 103.

1En 1993, Joan Tronto, aujourd’hui professeure de sciences politiques à l’université de Minnesota, publiait Moral Boundaries. A Political Argument for an Ethic of Care1. Analysant les raisons pour lesquelles l’éthique du care continuait d’être marginalisée et les pratiques de care socialement dévalorisées, l’auteure s’écartait des approches du care qui identifiaient celui-ci à une activité de soin dans le cadre d’une interaction de face-à-face et proposait de le redéfinir comme « l’ensemble des activités qui visent à maintenir, perpétuer et réparer notre monde, de manière à ce que nous puissions y vivre aussi bien que possible2». Ainsi, elle entendait rendre compte de la centralité des activités de care pour la vie humaine et montrer que l’organisation sociale de ces activités constituait un enjeu politique majeur pour toute société.

  • 3 Tronto Joan C., « Vicious circles of privatized caring », in Hamington Maurice et Miller Dorothy C. (...)

2Parce qu’il rompait conceptuellement et méthodologiquement avec les travaux des premières théoriciennes du care et mettait en évidence la fécondité de ce concept pour les sciences sociales et la théorie politique, Moral Boundaries a marqué durablement le champ des études sur le care. C’est pourquoi la parution du second livre de Tronto vingt ans après constitue un événement. Intitulé Caring Democracy. Markets, Equality and Justice, cet ouvrage n’a sans doute pas la cohérence argumentative et la clarté de l’ouvrage précédent, et il faut parfois quelques efforts au lecteur pour ne pas perdre le fil de l’argumentation. De plus, les propositions concrètes que formule Tronto à la fin du livre restent encore trop générales pour être pleinement convaincantes. Caring Democracy n’en reste pas moins un livre important sur les plans théorique et politique, pour deux raisons : d’abord, parce qu’il est l’occasion pour Tronto d’approfondir la thèse d’une articulation féconde entre care et démocratie, esquissée dans des articles antérieurs3 ; ensuite, parce qu’il témoigne de son attention au contexte social et politique actuel et pose la question de la possibilité du care dans un monde marqué par l’essor du néolibéralisme.

Pour une démocratie du care

  • 4 Fisher Berenice et Tronto Joan C., « Toward a feminist theory of caring », in Abel Emily K. et Nels (...)

3Dans Moral Boundaries, Tronto soulignait que le concept de care élaboré avec Bérénice Fisher4 dès 1990 était avant tout un outil descriptif et critique : il devait permettre de décrire les activités de care, de mettre en évidence leur importance sociale et d’interroger leur organisation dans les sociétés contemporaines. Elle soulignait en revanche que ce concept ne suffisait pas à fonder une politique du care. Autrement dit, il ne permettait à lui seul ni de répondre à la question de la meilleure organisation des activités de care, ni à celle du but que celles-ci devraient poursuivre. Pour répondre à ces questions, il était nécessaire de se doter d’une théorie politique qui articule le concept de care à d’autres. C’est cette théorie politique que Tronto tente d’élaborer dans son dernier livre en proposant d’inclure le care dans une théorie de la démocratie et parallèlement de repenser la démocratie au prisme du care.

4Dans Caring Democracy, Tronto défend en effet une double thèse. Elle soutient d’abord que la démocratie, conçue comme un mode de coopération fondé sur la collaboration et la discussion collective, constitue le modèle le meilleur pour penser l’organisation des activités de care. Mais elle soutient dans le même temps que la démocratie comme forme sociale et politique ne peut se maintenir si elle ne fait pas de la question du care et de son organisation une question prioritaire : seule une société fondée sur la reconnaissance de la centralité du care et attentive à la répartition des responsabilités de care entre les citoyens peut selon elle réaliser les idéaux d’égalité, de justice et de liberté dont toute démocratie se réclame. En appelant à une « démocratie du care », Tronto vise donc un double but : montrer que la démocratie offre une réponse à la question de l’organisation sociale des activités de care et, en même temps, qu’une démocratie authentique doit reposer sur une délibération collective et publique concernant les activités de care.

5Pour défendre cette thèse, Tronto procède en trois temps. Dans la première partie de l’ouvrage, elle présente l’idée générale de démocratie du care et soutient que celle-ci offre une réponse pertinente à la double crise, du care et de la démocratie, que connaissent les sociétés contemporaines. Dans la deuxième, elle analyse l’organisation des activités de care qui prévaut dans les sociétés libérales contemporaines afin de dégager les obstacles à l’instauration d’une démocratie du care et élabore un argument indirect en faveur de la thèse selon laquelle la démocratie ne peut faire l’économie d’une délibération collective sur l’organisation du travail de care. Enfin, dans la troisième partie, elle précise la manière dont nous pourrions nous approcher de l’idéal d’une démocratie du care, et précise ce que devrait être une organisation démocratique des activités de care ainsi qu’une démocratie fondée sur les valeurs du care.

Redéfinir la démocratie au prisme du care

6 Le premier chapitre de Caring Democracy s’ouvre sur un double constat : les sociétés libérales contemporaines sont traversées par une double crise : une crise du care – qui se manifeste par un manque structurel de dispensateurs de care dans un contexte de demande accrue et par le fait que certains groupes sociaux ont des difficultés grandissantes à avoir accès au care – et une crise démocratique – qui se manifeste dans la défiance des citoyens à l’égard des institutions et des dirigeants politiques. Joan Tronto voit dans ces deux crises les deux faces d’une même médaille. Selon elle en effet, ces crises sont en partie dues à la relégation de la question du care aux marges de la vie politique dans les sociétés libérales contemporaines. Historiquement, cette relégation a été rendue possible par la division genrée des sphères publique et privée sur laquelle les sociétés modernes se sont construites. Mais elle se perpétue aujourd’hui avec l’essor du néolibéralisme et la remise en cause des institutions publiques qui avaient commencé au vingtième siècle à prendre en charge un certain nombre d’activités de care. Ce diagnostic initial rend compte du projet de Tronto : lutter contre ces deux crises implique à la fois de redéfinir la démocratie de manière à ce qu’elle place en son centre la question du care et, simultanément, de définir ce que serait un care démocratique. C’est à cette double tâche qu’est consacrée la première partie.

  • 5 Ces phases sont le « caring about », qui consiste à repérer l’existence d’un besoin ; le « taking c (...)

7Afin de définir un care démocratique, Tronto revient sur la définition du care élaborée dans Moral Boundaries et lui ajoute deux éléments. Elle précise d’abord que le but du care dans une société démocratique devrait être de former des citoyens capables de participer sur un pied d’égalité à la délibération publique. Elle souligne ensuite que, pour ce faire, toute activité de care devrait être faite conformément aux valeurs démocratiques. Cette idée la conduit à ajouter aux quatre phases du care distinguées dans Moral Boundaries5 une cinquième phase, le « caring with », qui consiste à s’assurer que toute activité de care est effectuée conformément aux valeurs d’égalité, de justice et de liberté. Comme sa définition l’indique, cette phase n’a pas le même statut que les quatre précédentes : elle ne renvoie pas un moment nécessaire de toute activité de care, qui suivrait chronologiquement les phases précédentes, mais explicite la manière dont les activités de care devraient être effectuées et organisées. Elle pose donc une contrainte normative sur leur mode d’effectuation et d’organisation : pour être satisfaisantes, les activités de care devront prendre la forme d’une coopération démocratique, c’est-à-dire reconnaître une égalité de voix à chacun de leurs acteurs et favoriser entre eux des relations de confiance et de communication.

8Ceci n’est cependant possible que si la question de l’organisation du travail de care est posée à l’échelle sociale et d’un point de vue politique. Comme le souligne en effet Tronto, la manière dont les activités de care sont organisées dans les multiples institutions où elles ont lieu reflètent et renforcent les valeurs qui prévalent à l’échelle sociale. Pour que les activités de care prennent la forme d’une coopération démocratique entre citoyens, il importe donc de reconnaître le care comme un enjeu politique central et de repenser la démocratie du point de vue du care. C’est ce que fait Tronto en proposant de définir la démocratie comme une discussion collective, inclusive et publique centrée sur la question de l’attribution des responsabilités de care.

La responsabilité comme question politique centrale

9Cette définition de la démocratie signale la centralité nouvelle accordée par Tronto à la question de la responsabilité. Certes, cette notion n’était pas absente de son cadre théorique puisqu’elle constituait la deuxième phase de toute activité de care, celle qui consiste, après avoir noté l’existence d’un besoin, à définir les moyens permettant d’y répondre. Mais la notion de responsabilité est désormais placée au cœur d’une politique démocratique du care.

  • 6 Brown Wendy, Les Habits neufs de la politique mondiale. Néolibéralisme et néoconservatisme, Paris, (...)

10Deux éléments peuvent être convoqués pour expliquer l’importance nouvelle accordée à cette question. Le premier est l’essor du néolibéralisme et la place qu’occupe le concept de responsabilité dans le discours néolibéral. Comme le souligne Tronto dans le chapitre 1 en suivant les analyses de Wendy Brown6, le néolibéralisme ne renvoie pas simplement à une forme d’organisation économique parmi d’autres ; il s’agit d’une idéologie visant à subordonner à la sphère économique le fonctionnement de toutes les sphères de la vie sociale, en y exportant une conception déterminée de l’individu et de la coopération. Dans la perspective néolibérale, l’individu est ainsi conçu comme un agent calculateur et entrepreneur de lui-même, tandis que le marché est pensé comme la forme de coopération et d’allocation des ressources la meilleure.

11La conception du monde promue par le néolibéralisme est problématique à plus d’un titre. Comme le note Tronto, elle repose sur des présupposés anthropologiques qui minorent systématiquement les besoins de care des individus et ne permet de penser ni la dimension relationnelle du care, ni sa dimension temporelle. Mais le néolibéralisme est aussi problématique en raison de l’éthique dont il est solidaire, qui restreint la responsabilité à la responsabilité individuelle. L’existence n’étant dans cette perspective que la somme des choix individuels, seul l’individu doit être considéré comme responsable de ce qui lui arrive et de ce à quoi il a accès. Mais, comme le souligne l’auteure dans le chapitre 2 où elle élabore une conception relationnelle de la responsabilité, la démocratie ne peut se maintenir si la responsabilité individuelle est la seule forme de responsabilité reconnue. Définir la responsabilité en ces termes revient en effet à neutraliser par avance toute discussion sur le partage des responsabilités et à renforcer ce faisant les rapports de domination le long desquelles les responsabilités de care ont historiquement été distribuées.

Les effets politiques et sociaux de l’irresponsabilité

12C’est ce que montre Tronto dans la deuxième partie de l’ouvrage, qui fournit le second élément d’explication à l’importance nouvelle acquise par la notion de responsabilité. Dans les trois chapitres qui la composent, Tronto analyse en effet différentes formes de ce qu’elle appelait dans Moral Boundaries « l’irresponsabilité des privilégiés », ce mécanisme par lequel ceux qui occupent les positions sociales les plus hautes dans l’espace social s’exemptent totalement ou partiellement du travail et de la responsabilité du care en le transférant aux membres des groupes sociaux subalternes.

  • 7 Joan Tronto note qu’il est possible de penser la protection et la production comme des formes de ca (...)

13Dans Caring Democracy, Tronto dénombre quatre mécanismes semblables, montrant qu’ils ont pour effet de neutraliser la possibilité d’une discussion collective sur l’attribution des responsabilités de care et de renforcer dans le même temps les inégalités sociales existantes. Dans le chapitre 3, elle se concentre sur ce qu’elle appelle « l’exemption fondée sur la protection » (protection pass) et « l’exemption fondée sur la production » (production pass), qui ont historiquement permis aux hommes de transférer la responsabilité du travail de care sur les femmes au motif qu’ils étaient responsables de la protection de la société (par le biais de la police et de l’armée) et de la production économique7. Dans le chapitre 5, elle examine deux formes d’exemption qui tendent à se généraliser avec la montée en puissance du discours néolibéral : « l’exemption fondée sur la responsabilité individuelle » (bootstrap pass), qui consiste à attribuer à chaque individu la responsabilité de prendre soin de lui et de ses proches par le biais du marché, et « l’exemption fondée sur la charité » (charity pass), qui consiste à subordonner le care pour autrui au choix individuel.

14Tandis que les deux premières exemptions rendent compte de l’attribution massive des responsabilités de care aux femmes et de la prégnance des inégalités de genre en matière de care, les deux dernières dénient toute légitimité à l’idée selon laquelle le care relèverait d’une responsabilité collective. En justifiant la privatisation et la marchandisation du care que Tronto analyse dans le chapitre 4, elles contribuent ainsi à renforcer les inégalités de classe en matière d’accès au care et participent indirectement à la remise en question des institutions publiques de care et à la stigmatisation de ceux qui ne peuvent faire autrement qu’en dépendre. En légitimant le recours à une main d’œuvre immigrée bon marché pour répondre aux besoins de care des familles des classes privilégiées, elles participent de plus à l’émergence de nouvelles formes racialisées de servitude.

  • 8 Pettit Philip, Républicanisme. Une théorie de la liberté et du gouvernement, Paris, Gallimard, 2004

15L’analyse de la manière dont le care est organisé aujourd’hui permet ainsi de comprendre pourquoi la démocratie ne peut faire l’économie d’une discussion collective sur l’attribution des responsabilités de care. En l’absence d’une telle discussion, les responsabilités de care continueront d’être distribuées en fonction de rapports de domination de genre, de classe et de race, et cette distribution « automatique » ne pourra que renforcer des inégalités sociales existantes. Or, comme le souligne Tronto, ces inégalités ne menacent pas seulement la possibilité pour certains citoyens de voir leurs besoins pris en considération et satisfaits. Elles renforcent également une vision tronquée de la citoyenneté comme indépendance à l’égard du care, et mettent en péril la liberté de certains – que Tronto définit en référence au concept de non-domination élaboré par Philip Pettit8 – ainsi que la possibilité pour chacun de considérer autrui comme un égal, autrement dit le lien démocratique. C’est en ce sens qu’une démocratie ne peut se maintenir sans mettre au centre du débat l’attribution des responsabilités de care.

Instaurer une démocratie du care

16La preuve indirecte d’une nécessaire articulation entre care et démocratie ayant été apportée dans la deuxième partie, la troisième s’attaque à la question des modalités qui permettraient d’instaurer une démocratie du care, soit une démocratie dans laquelle les activités de care seraient organisées démocratiquement et l’attribution des responsabilités de care considérée comme un objet central de la discussion démocratique.

  • 9 White Julie Anne, Democracy, Justice and the Welfare State. Reconstructing Public Care, Pennsylvani (...)

17Le chapitre 6 se penche sur la question de savoir comment instituer des pratiques de care démocratiques. Arguant à la suite de Julie Anne White9 que le care est d’autant mieux fait qu’il est organisé démocratiquement, Tronto soutient que cette « démocratisation » implique d’abord de reconnaître à chacun des acteurs du care, et notamment aux destinataires, une égalité de voix dans la discussion concernant la définition des besoins et la manière d’y répondre. Elle nécessite par conséquent de mettre en question les hiérarchies de pouvoir qui traversent les activités de care, entre dispensateurs et destinataires, mais aussi parmi les dispensateurs eux-mêmes en fonction du type de travail de care qu’ils font et de leur place dans les institutions de care. Elle implique enfin de reconnaître que, dans la mesure où la définition des besoins et celle du « bon care » admettent des réponses plurielles, le conflit fait partie intégrante des activités de care. Sur le plan institutionnel, la démocratisation du care passera donc notamment par la création d’espaces de discussion entre les acteurs du care et par la reconnaissance de la complexité et de la temporalité propre aux activités de care.

18Joan Tronto remarque cependant que cette transformation démocratique des activités de care repose elle-même sur des conditions préalables. Les pratiques et les institutions du care ne pourront être transformées conformément aux valeurs démocratiques tant que nous ne nous considérerons pas tous comme des destinataires de care et tant que l’attribution des responsabilités de care ne sera pas discutée publiquement et collectivement, dans le cadre d’une délibération inclusive. Transformer nos pratiques de care suppose donc de transformer nos pratiques démocratiques, afin d’élargir à la fois le champ des questions qui comptent et le cercle de ceux dont la voix compte. Dans le chapitre 7, Tronto souligne que cet horizon implique de mettre un terme aux exemptions qui permettent à certains de se soustraire au travail de care en transférant sa responsabilité sur d’autres, afin de partager équitablement les responsabilités entre citoyens. Si les propositions qu’elle fait à cet égard mériteraient d’être précisées et mieux articulées, elles signalent que la perspective du care telle qu’elle la défend implique une transformation du regard posé sur nos sociétés et pourrait ouvrir à la fois sur une réforme profonde de nos institutions sociales, économiques et politiques, et sur une redéfinition de la citoyenneté comme préoccupation partagée pour le monde commun.

Haut de page

Notes

1 Tronto Joan C., Moral Boundaries. A Political Argument for an Ethic of Care, New York/Londres, Routledge, 1993.

2 Ibid., p. 103.

3 Tronto Joan C., « Vicious circles of privatized caring », in Hamington Maurice et Miller Dorothy C. (dir.), Socializing Care, Boulder, Rowman and Littlefield, 2006, p. 327 et Tronto Joan C., « Care démocratique et démocraties du care », in Laugier Sandra, Molinier Pascale et Paperman Patricia (dir.), Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Payot, 2009, p. 35-55.

4 Fisher Berenice et Tronto Joan C., « Toward a feminist theory of caring », in Abel Emily K. et Nelson Margaret K. (dir.), Circles of Care, Albany, SUNY Press, 1990.

5 Ces phases sont le « caring about », qui consiste à repérer l’existence d’un besoin ; le « taking care of », qui consiste à définir la manière d’y répondre ; le « care-giving », qui consiste à y répondre ; et le « care-receiving », qui consiste à évaluer la pertinence de la réponse apportée en tenant compte de la réponse du destinataire de care. Voir à ce sujet Tronto Joan C., op. cit., 1993.

6 Brown Wendy, Les Habits neufs de la politique mondiale. Néolibéralisme et néoconservatisme, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2007.

7 Joan Tronto note qu’il est possible de penser la protection et la production comme des formes de care. Mais ce n’est pas dans ces termes que ces activités ont traditionnellement été conçues, ce qui a permis de les dissocier des activités de care ordinaires, de reléguer celles-ci dans la sphère privée et de les assigner à des groupes sociaux subalternes.

8 Pettit Philip, Républicanisme. Une théorie de la liberté et du gouvernement, Paris, Gallimard, 2004.

9 White Julie Anne, Democracy, Justice and the Welfare State. Reconstructing Public Care, Pennsylvania State University, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Garrau, « Joan C. Tronto, Caring Democracy. Markets, Equality and Justice, New York, New York University Press, 2013, 228 p.  », Terrains/Théories [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 29 juin 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://teth.revues.org/539

Haut de page

Auteur

Marie Garrau

Marie Garrau est docteur en philosophie de l'Université Paris Ouest Nanterre La défense et agrégée de philosophie. Membre rattaché au Laboratoire Sophiapol et spécialiste de philosophie morale et politique contemporaine, ses travaux portent, entre autres, sur la notion de vulnérabilité.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org