Navigation – Plan du site
Dossier

Soi personnel et soi collectif : les sources d’un malentendu

Personal self and collective self: The sources of a misunderstanding
Fabio Lorenzi-Cioldi

Résumés

La théorie de l’identité sociale, une contribution majeure de la psychologie sociale à l’étude de la différenciation intergroupes, souffre d’un manque de prise en considération des hiérarchies sociales dans lesquelles sont insérés les groupes sociaux. Une récente série d’études de terrain et expérimentales illustre pourtant la nécessité de la prise en compte de ces hiérarchies pour comprendre la multiplicité des formes de l’identification sociale. Les résultats de ces études montrent que les membres des groupes de haut statut social expriment une préférence pour l’unicité personnelle, tandis que les membres des groupes de bas statut se tournent davantage vers l’assimilation à leur groupe et l’identité collective. Ces tendances conduisent à une reconceptualisation de la notion de groupe social.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Descombes Vincent, Les embarras de l'identité, Paris, Gallimard, 2013.

1Le concept d’identité se situe à l’intersection de la plupart des disciplines des sciences humaines. Alors qu’en psychologie il désigne quelque chose qui inscrit l’individu dans la durée, soulignant ce qui lui confère un sentiment d’unité, de cohérence et de stabilité, dans les sciences sociales il désigne quelque chose de plus changeant et plus malléable1. L’identité varie non seulement en fonction des origines sociales et culturelles mais également, chez un même individu, au gré de ses interactions avec des personnes partageant ou non une appartenance groupale, et des contextes – professionnel, familial, etc. – dans lesquels il agit. Ainsi par exemple, un homme issu d’une minorité ethnique cultivera une identité de soi favorable lorsque son appartenance sexuelle est prégnante, car les hommes jouissent généralement d’un meilleur prestige social que les femmes. En revanche, la même personne fera l’expérience d’une identité plus défavorable lorsque son appartenance ethnique prendra le devant de la scène. Or la malléabilité de l’identité individuelle redouble d’intensité si l'on considère une autre distinction au sein du concept. Suite aux travaux de William James, Charles H. Cooley et George H. Mead, il est en effet courant de distinguer une composante « personnelle » et une composante « collective », qui coexistent en tout individu. C’est cette distinction qui est ici discutée.

Les deux faces de l’identité individuelle

  • 2 Voir par exemple Tajfel Henri et Turner John C., « An integrative theory of intergroup conflict », (...)

2Une contribution majeure de la psychologie sociale a été, en la personne de Henri Tajfel2, de montrer l’origine situationnelle et contextuelle du va-et-vient des manifestations personnelle et collective de l’identité individuelle. La composante personnelle s’enracine dans les comparaisons entre l’individu et d’autres personnes, ravivant ainsi la distinctivité personnelle. Elle est donc intimement liée à toutes sortes de comportements et d’opinions qui sous-tendent la quête de l’unicité personnelle. La composante collective émerge quant à elle dans les comparaisons entre un groupe d’appartenance et un hors-groupe. Communément dénommée « identité sociale », elle est donc la partie du concept de soi qui découle de la connaissance qu’a chaque individu d’appartenir à des groupes. Elle conduit l’individu à se concevoir au moyen des stéréotypes qui s’appliquent à ses groupes, et engendrent la similitude et l’interchangeabilité entre soi et autrui dans le groupe. Elle fait donc face à l’identité personnelle comme le semblable fait face au différent, le pluriel à l’unique, l’uniforme au variable, le sociologique au psychologique…

  • 3 Turner John C. et al., Rediscovering the Social Group, Oxford, Blackwell, 1987.

3Située au cœur de cette approche, la notion de dépersonnalisation décrit le passage des conceptions de soi en tant que personne singulière aux conceptions de soi en tant que membre d’un groupe3. Composantes personnelles et collectives de l’identité individuelle ne peuvent guère coexister, dans une situation donnée, chez une même personne. Un « antagonisme fonctionnel », une « relation inverse ou négative », un « conflit inévitable et continuel », une « compétition constante », selon les formules utilisées par les tenants de cette approche, commandent leur articulation. La dépersonnalisation repose sur le clivage des groupes et l’homogénéité des membres du groupe, tandis que la personnalisation éclot dans les comparaisons entre des personnes en quête de distinctivité et d’unicité. Or, suivant cette conception de l’identité, l’émergence de tout groupe, qu’il soit minoritaire ou majoritaire, de faible statut social ou de statut social élevé, est supposée obéir à cette dynamique.

L’importance de la structure sociale

  • 4 Voir notamment Bourdieu Pierre, La Distinction, Paris, Minuit, 1979.
  • 5 Kraus Michael W. et al., « Social class, solipsism, and contextualism: How the rich are different f (...)

4Le groupe est donc habituellement conceptualisé sans tenir compte de la place qu’il occupe dans la structure sociale. Une difficulté surgit toutefois lorsque cette conception du groupe est mise en présence de l’expérience quotidienne. Celle-ci offre en effet bien des occasions de constater que dominants et dominés n’ont pas la même propension à personnaliser leur soi et à propager des croyances faisant fi de l’emprise du groupe d’appartenance. Les travaux pionniers de Pierre Bourdieu4 et de ses collègues des Actes de la recherche en sciences sociales ont montré, avec force données empiriques, que ce sont les dominants qui se présentent comme des êtres personnels, vouant un constant effort à transformer leurs caractéristiques groupales en « distinctions personnelles ». Faute de reconnaître que cette mise à l’arrière-plan de l’appartenance au groupe dominant au profit de l’individualité de ses membres ne conduit pas à la révocation de ses effets, on est obligé de conclure que l’identité des dominants est ancrée dans des caractéristiques authentiquement personnelles et dans des dynamiques de comparaison qui échappent à l’emprise du groupe d’appartenance. L’analyse des dynamiques identitaires des membres des groupes dominants et dominés ne peut donc coïncider ni avec le « solipsisme » que les dominants se plaisent à afficher (l’expression est de Kraus et collaborateurs5, ni avec l’homogénéité que les dominés sont souvent contraints d’endosser ou de contester. Elle doit aller au-delà d’une description du contenu manifeste de ces identités.

5Le constat d’une personnalisation plus prononcée des dominants appelle donc une analyse psychosociale de ce qui la produit. Or les conceptions actuelles de l’identité individuelle introduisent un présupposé encombrant dans l’analyse de ces conditions et plus généralement dans l’étude des hiérarchies sociales. En faisant de l’identité personnelle une question étrangère à la dynamique des relations entre groupes et en rendant compte de tous les groupes à travers ce principe unique qu’est la dépersonnalisation, elles s’interdisent de comprendre la manière dont le je des dominants et le nous des dominés sont tributaires de la hiérarchie qui relie les groupes sociaux. Supposée déterminer les phénomènes groupaux à tous les échelons de cette hiérarchie, la dépersonnalisation conduit à assimiler groupes dominants et groupes dominés à n’importe quel groupe régi par des relations symétriques, auprès desquels la poursuite du sentiment d’unicité personnelle est effectivement régulée par un même principe.

Collections et agrégats

  • 6 Lorenzi-Cioldi Fabio, « Group status and individual differentiation », in Postmes Tom et Jetten Jol (...)
  • 7 Bourdieu Pierre et de Saint Martin Monique, « Le patronat », Actes de la recherche en sciences soci (...)
  • 8 Ibid., p. 33.

6Quelles sont les conséquences de l’appartenance à des groupes de haut et de bas statut social sur l’identité de leurs membres ? Les notions de collection et d’agrégat ont été forgées pour apporter une réponse à cette question6. Dans l’approche courante, l’identité collective implique une dépersonnalisation de l’individu, ratifiant ainsi la rupture des deux composantes de l’identité individuelle. Dans la perspective issue de nos travaux, au contraire, le groupe homogène et dépersonnalisé, l’agrégat, est une représentation qui émerge plus couramment et avec plus de vigueur chez les individus placés aux échelons inférieurs de la hiérarchie sociale. D’autres groupes ne conduisent pas inéluctablement à la dépersonnalisation et à la caractérisation de tous leurs membres sur la base d’un prototype ou d’attributs partagés. Bien au contraire, ces groupes abritent des formes innombrables de recherche de la distinction personnelle, et entretiennent le sentiment d’unicité de leurs membres. Ce type de groupe, la collection, émerge plus couramment chez les individus placés aux échelons supérieurs de la hiérarchie sociale. La description imagée du patronat que donnent Pierre Bourdieu et Monique de Saint Martin7 comme un ensemble de personnes qui répugnent à se penser comme une entité collective exemplifie la manière dont les dominants effacent l’appartenance au groupe et leurs rapports aux hors-groupes au profit de la personne. Le propre de toutes les catégories dominantes, soutiennent les auteurs, « est de se définir statistiquement et d’être donc délimitées par des frontières statistiques qui ne prennent jamais la forme de lignes de démarcation strictes [...] [T]ous les membres du groupe ne possèdent pas toutes les propriétés qui définissent en propre le groupe et, à la façon de la limite d’un nuage ou d’une forêt, la limite d’un groupe est une ligne (ou une surface) imaginaire telle que la densité des individus (gouttelettes de vapeur condensée, arbres ou patrons) est d’un côté supérieure, de l’autre inférieure à une certaine valeur8 ».

  • 9 Boltanski Luc et Chiapello Ève, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999, p. 444.
  • 10 Fussell Paul, Class, New York, Simon & Schuster, 1992, p. 16.

7Les déterminants de l’émergence des collections et des agrégats reposent sur une idée simple : toute hiérarchie propage des normes et valeurs partagées, mais celles-ci sont pleinement incarnées par les seuls dominants. Dominants et dominés ne sont donc pas des entités en quelque sorte jumelles, l’une aux connotations désirables, l’autre aux connotations indésirables. Comme le rappellent Luc Boltanski et Eve Chiapello, « si on a d’un côté des forts bien heureux, et de l’autre, des petits dans une condition misérable, mais qu’ils sont sans lien aucun les uns avec les autres et se meuvent dans des mondes tout à fait différents, alors l’idée d’exploitation n’a aucun sens »9. Si les dominants s’identifient aisément aux normes et valeurs communes, les dominés en demeurent éloignés. Les individus élaborent en effet des représentations radicalement différentes des groupes dominants et des groupes dominés. Comme le souligne par exemple Paul Fussell, « [au] niveau inférieur [de la hiérarchie sociale], les gens tendent à croire que la classe est définie par la quantité d’argent que l’on possède. Au milieu, ils consentent que l’argent a quelque chose à voir avec elle, mais ils pensent que l’éducation et le type de profession exercée sont presque aussi importants. Plus près du sommet, ils estiment que le goût, les valeurs, les idées, le style et le comportement sont des critères de classe indispensables indépendamment de l’argent, de la profession ou de l’éducation10 ». Manifestement, les critères d’appartenance au groupe se font de plus en plus nuancés, et s’ancrent dans des caractéristiques plus personnelles, au fur et à mesure que le regard se porte sur les groupes dominants.

  • 11 Heine Steven J., « Cultural psychology », in Fiske Susan T., Gilbert Daniel T. et Lindzey Gardner ( (...)

8L’asymétrie du rapport intergroupe présuppose donc un ensemble de conduites, d’attitudes et d’opinions dictant ce qui est normal et désirable pour tout le monde. Mais cet idéal commun qui, dans nos sociétés, se manifeste sous la forme de l’unicité et de l’autodétermination personnelles11, est mieux personnifié par les dominants que par les dominés. D’une part, les dominants transforment leurs propres valeurs en valeurs universelles, desquelles ils se posent comme étant les meilleurs représentants. Ils se soustraient à leur qualité de groupe particulier pour s’identifier aux valeurs les plus générales de la société et légitimer leur domination. D’autre part, les dominés sont prisonniers d’une identité de fait qui s’enracine dans le collectif, mais en même temps ils sont soumis à l’impératif d’adhésion au modèle de l’unicité individuelle qui resplendit en dehors de leur groupe. À la réalité de l’appartenance collective s’ajoute chez eux le mirage de l’unicité personnelle. Pourtant, le rapport intergroupe se charge d’asymétrie.

  • 12 Lorenzi-Cioldi Fabio, « Group status and perceptions of homogeneity », European Review of Social Ps (...)
  • 13 Snibbe Alana C. et Markus Hazel R., « You can't always get what you want: Educational attainment, a (...)
  • 14 Iacoviello Vincenzo et Lorenzi-Cioldi Fabio, Individualistic Tendencies and Group Status, texte iné (...)

9Les deux dernières décades ont vu la production d’un nombre important de travaux empiriques montrant un contraste entre des dominants hétérogènes, soucieux d’afficher leur unicité personnelle, et des dominés plus homogènes, basant leurs conceptions d’eux-mêmes sur les caractéristiques attribuées à leur groupe dans son ensemble12. Alana C. Snibbe et Hazel R. Markus, par exemple, effectuent une analyse de contenu des paroles de chansons country, un genre musical préféré par les personnes de bas niveau socio-économique, et de chansons rock, genre préféré par les personnes de haut niveau socio-économique13. Or si le rock souligne les accomplissements personnels et l’originalité des comportements, la country met en valeur les conduites d’adaptation à l’adversité, la résistance au mauvais sort et la sauvegarde de l’intégrité personnelle. Les résultats d’une seconde étude des mêmes auteurs, de nature expérimentale, montrent que des étudiants de bas niveau socio-économique préfèrent des objets et des activités similaires à celles choisies par leurs camarades, tandis que des étudiants de haut niveau socio-économique se tournent résolument vers des objets et des activités différents de celles de leurs camarades. Ces derniers se montrent ainsi plus soucieux d’asseoir leur unicité. De manière analogue, Vincenzo Iacoviello et Fabio Lorenzi-Cioldi observent que les personnes dotées d'un haut niveau d’éducation, comparées aux plus faiblement éduquées, s’engagent dans des activités peu communes et font des choix d’objets dont la rareté est à même d’accentuer leur sentiment d’unicité14.

  • 15 Kanter Rosabeth M., Men and Women of the Corporation, New York, Basic Books, 1977 ; Lorenzi-Cioldi (...)
  • 16 Deschamps Jean-Claude, Lorenzi-Cioldi Fabio et Meyer Gil, L'échec scolaire, Lausanne, Favre, 1982.
  • 17 Serino Carmencita, « La somiglianza e la differenza fra sé e gli altri : un tema sotteso alla rappr (...)
  • 18 Smith Heather J. et Leach Colin W., « Group membership and everyday social comparison experiences » (...)
  • 19 Lorenzi-Cioldi Fabio et Meyer Gil, Semblables ou différents ?, Genève, B.I.T, 1984.
  • 20 Iacoviello Vincenzo et Lorenzi-Cioldi Fabio, Individualistic tendencies and group status, op. cit.
  • 21 Jackman Mary R. et Jackman Robert W., « An interpretation of the relation between objective and sub (...)
  • 22 Ibid., p. 578.
  • 23 Stephens Nicole M., Markus Hazel R. et Townsend Sarah S. M., « Choice as an act of meaning: the cas (...)

10L’insistance avec laquelle les dominés sont typifiés au moyen de stéréotypes influe sur la perception qu’ils ont d’eux-mêmes. Des enquêtes menées à l’aide du questionnaire du « Qui suis-je ? » (un format libre consistant à recueillir les réponses données à plusieurs reprises à cette question) signalent la récurrence de la référence au groupe chez les subordonnés. Elle se manifeste dans une grande variété de rapports intergroupes asymétriques, tels le genre15, la filière de scolarisation16, le rôle professionnel17, l’ethnie18 ou encore l’origine nationale19. À l’opposé, les dominants s’attardent sur leurs traits de personnalité, leurs goûts, leurs penchants. À l’aide de ce questionnaire, nous avons même observé une exaltation des références au soi personnel lorsque l’appartenance au groupe de haut statut social était créée par des procédures expérimentales20. D’autres études ont fourni des résultats concordants. Ainsi par exemple, Mary R. Jackman et Robert W. Jackman constatent que le sentiment d’identification à une classe sociale chez les Noirs aux États-Unis n’entretient pas de liens avec leur niveau d’éducation et leur profession, contrairement à ce qu’on observe chez les blancs21. Quels que soient leur revenu, le statut et le prestige associés à leur profession, et leur niveau d’éducation, les noirs expriment invariablement le sentiment d’appartenir à une classe moyenne-inférieure. Les auteurs concluent que « le faible prestige en provenance du statut ethnique hérité est d’une prégnance si accablante pour les Noirs que le prestige additionnel sur des bases acquises et plus universalistes (comme l’éducation et la profession) ne peut avoir d’impact notable sur l’identification de classe de ces personnes22 ». Dans leur ensemble, ces études pointent la difficulté qu’ont les dominés à faire l’économie de leur groupe d’appartenance dans leurs définitions d’eux-mêmes. « Dans les milieux populaires », assurent Nicole M. Stephens, Hazel R. Markus et Sarah S. Townsend, « la conformité doit être vue comme un ajustement intentionnel aux désirs des autres dans le but de s’intégrer, d’appartenir, et de ménager de bonnes relations avec autrui23 ». Comme ils incorporent dans leurs conceptions d’eux-mêmes des traits qu’ils partagent avec les autres membres de leur groupe, la variabilité individuelle dans le groupe est moins apparente. Le groupe acquiert les dehors de l’agrégat, à savoir une entité compacte, indifférenciée et essentialisée. À l’inverse, comme les conceptions de soi des dominants déclinent des contenus qui renvoient à leur autonomie et à leur autosuffisance, le groupe apparaît comme une collection hétéroclite de personnalités.

11Le poids de la norme dominante de l’autodétermination individuelle contribue ainsi à rendre compte de l’intensité avec laquelle les groupes sociaux apparaissent comme des collections hétérogènes ou des agrégats homogènes. Les membres des groupes de haut prestige se définissent, et sont définis, en étroit accord avec les normes qui gouvernent la société dans son ensemble, à l’aide de contenus qui renvoient au champ de l’indépendance et de l’autodétermination, de l’originalité et de l’unicité. Ces contenus propagent l’image d’un groupe bigarré par les nuances des personnalités et des caractères de ses membres. Au contraire, la fréquence et l’insistance avec laquelle les dominés sont traités en tant que membres d’un groupe font que les caractéristiques imputées au groupe dans son ensemble deviennent fortement accessibles et couramment restituées dans leurs expressions identitaires. Partant, les dominés demeurent englués dans des représentations plus directement calquées sur les caractéristiques propres à leur groupe en tant que tel.

La possible coexistence du personnel et du collectif

  • 24 Deschamps Jean-Claude, « Social identity and relations of power between groups », in Tajfel H. (dir (...)
  • 25 Bisseret Nicole, « Langage et identité de classe : les classes sociales "se" parlent », L'Année Soc (...)
  • 26 Deschamps Jean-Claude, « Identité sociale et différenciations catégorielles », Cahiers de Psycholog (...)
  • 27 Voir Deschamps Jean-Claude et Moliner Pascal, L'identité en psychologie sociale, Paris, Armand Coli (...)
  • 28 Lorenzi-Cioldi Fabio, « L'individuation dans le jugement de dessins produits dans des contextes d'a (...)
  • 29 Lorenzi-Cioldi Fabio et Chatard Armand, « The cultural norm of individualism and group status: Impl (...)

12Jean-Claude Deschamps24, après Nöelle Bisseret et Colette Guillaumin25, a insisté sur l’importance de la norme partagée de l’unicité individuelle dans l’émergence de représentations contrastées des groupes dominants et dominés. Cette idée est à la base de l’élaboration du modèle de la covariation26. Celui-ci aspire à rendre compte de la concomitance de l’identité personnelle et collective, proscrite par les approches contemporaines de l’identité. À l’encontre des propositions théoriques de Henri Tajfel et de John Turner, il postule une homologie entre dynamiques de différenciation au niveau des groupes et au niveau des individus, entre le « sociocentrisme » et l’« égocentrisme ». Mais plusieurs indices amènent à penser que cette dynamique de covariation l’emporte auprès des groupes dominants27. Nous avons montré, par exemple, que les hommes, mais pas les femmes, accentuent les composantes personnelles de leur identité lorsqu’on rend saillante leur appartenance au groupe de sexe28, de même que lorsqu’on active la norme culturelle partagée de l’individualisme29.

  • 30 Jetten Jolanda et Postmes Tom, « "I did it my way": Collective expressions of individualism », in P (...)
  • 31 Jetten Jolanda, Postmes Tom et McAuliffe Brendan J., « "We're all individuals": Group norms and ind (...)
  • 32 Lee Fiona et Tiedens Larissa Z., « Is it lonely at the top? The independence and interdependence of (...)

13L’idée de covariation trouve un écho dans un programme de recherches mené par Jolanda Jetten et Tom Postmes30. Inspiré par la psychologie culturaliste, il se fonde sur l’idée que, lorsque les normes d’un groupe valorisent l’individualisme, la quête de l’unicité individuelle au sein du groupe n’est autre qu’une manifestation de la conformité au groupe - un phénomène authentiquement groupal que traduit la formule « nous sommes tous des individus ». La mise en avant des composantes personnelles de l’identité de soi devient ainsi compatible avec l’identification au groupe. Jolanda Jetten, Tom Postmes et Brendan J. McAuliffe montrent que les personnes qui s’identifient fortement à leur appartenance nationale soulignent leur identité personnelle lorsque le milieu culturel valorise l’individualisme (les États-Unis), et leur identité collective lorsque le milieu culturel valorise le collectivisme (l’Indonésie)31. Fiona Lee et Larissa Z. Tiedens recensent quant à elles un vaste ensemble de travaux montrant que les personnes qui possèdent du pouvoir élaborent des représentations d’elles-mêmes fortement individualisées32. Mais, en outre, ces personnes entretiennent un grand nombre de relations et de connexions avec d’autres personnes. Or cette coexistence de la représentation d’un soi individualisé et d’un réseau relationnel dense, loin d’être dissonante, aboutit à leur renforcement mutuel. Au moins deux raisons président au fait que l’élargissement des contacts personnels fortifie ce sentiment d’autodétermination. D’une part, il permet de répartir le lien social sur un grand nombre de personnes, ce qui le dilue. D’autre part, il permet d’accroître l’autonomie de la personne en lui ouvrant la possibilité de choisir et donc de contrôler tant le type que la durée des relations engagées. En somme, la personnalisation de la cible semble bien s’accommoder de son inscription dans un groupe ou dans une toile de relations sociales, ce qui suggère un processus de covariation d’identifications situées à plusieurs niveaux.

  • 33 Lorenzi-Cioldi Fabio, Dominants et dominés, op. cit.
  • 34 Hornsey Matthew J. et Jetten Jolanda, « The Individual within the group: balancing the need to belo (...)
  • 35 Jetten Jolanda et Postmes Tom, « "I did it my way" », art. cit., p. 116-136 et p. 124.

14Bien des suggestions ont été formulées pour rendre compte de la possibilité, pour les individus, de satisfaire tout à la fois leurs motivations à s’affilier à un groupe et à préserver leur unicité33. Mathew J. Hornsey et Jolanda Jetten, par exemple, recensent huit stratégies pour approcher un tel objectif34. Mentionnons en guise d’illustration l’identification à un sous-ensemble du groupe (par exemple les femmes d’affaires), ou l’affiliation à un groupe dont les valeurs s’écartent du mainstream (par exemple le mouvement punk). De telles stratégies conduisent toutefois difficilement à une réelle augmentation de la distinctivité individuelle. Il s’agit plutôt de la covariation d’une appartenance commune supra-ordonnée et de sous-groupes qui sont inclus dans cette appartenance supra-ordonnée. En effet, la difficulté à penser l’identité personnelle comme un phénomène authentiquement groupal persiste, comme en témoignent les conclusions que Jolanda Jetten et Tom Postmes tirent de leur vaste effort de recherche et qui demeurent rivées au principe homéostatique prôné par les approches contemporaines de l’identité : « la conformité aux normes individualistes du groupe accentue la différenciation et la variété dans le groupe, ce qui va à l’encontre de la tendance à l’uniformité commandée par la prégnance de l’identité sociale35 ». La conséquence en est que l’individualisme dans un groupe sera plutôt modéré qu’extrême puisque la prégnance du groupe le contrecarre au profit de la cohésion et l’uniformité. La coexistence des identités personnelle et collective continue de relever d’un paradoxe dans ces formulations théoriques qui aboutissent, au mieux, à la proposition d’un compromis, ou d’un équilibre, entre les deux composantes de l’identité des individus.

Statut social et personnalisation du soi

  • 36 Tajfel Henri, « Intergroup relations, social myths and social justice in social psychology », in Ta (...)
  • 37 Tajfel Henri, The Social Psychology of Minorities, Londres, The Minority Rights Group, 1978, p. 7.
  • 38 Tajfel Henri, « Instrumentality, identity and social comparison », in Tajfel Henri (dir.), Social I (...)

15C’est pourtant bien la prise en compte des normes culturelles, à savoir l’unicité personnelle comme manière d’être unanimement valorisée, qui donne à voir des groupes dominants personnalisés et des groupes dominés plus homogènes. Henri Tajfel, dans l’un de ses derniers écrits, dénonce le manque d’évidence empirique à l’appui de cette proposition, mais il concède que « l’idée générale selon laquelle aux yeux d’autrui les personnes appartenant à des minorités défavorisées sont davantage définies par leur appartenance groupale que les personnes appartenant à des majorités, qui sont, y compris à leurs propres yeux, plus couramment "individualisées", mériterait à coup sûr des investigations empiriques plus poussées de la part des psychologues sociaux36 ». Rendant un hommage aux travaux de Colette Guillaumin tout comme à ceux d’autres chercheurs francophones, Tajfel reconnaît une différence de nature entre la « groupalité » des minorités et celle des majorités (à savoir, leurs manières de se lier aux autres dans leurs groupes respectifs). Il avance ainsi que « les minorités sont souvent définies avec des critères forgés et entretenus par les majorités. Elles sont différentes sur des aspects socialement importants, mais elles sont différentes par rapport à la majorité qui, elle-même, ne nécessite pas d’être clairement définie37 ». Discutant les travaux qui défendent l’idée d’une émergence simultanée de sentiments d’unicité personnelle et d’affiliation au groupe, Tajfel assure que « [l]es affiliations et identifications à un groupe qui possède du pouvoir sont en mesure de résister à l’inconstance de sentiments intenses de sympathie et d’antipathie envers quelques ou plusieurs membres du groupe38 ». Sans aller jusqu’à concéder que l’identité personnelle est un phénomène authentiquement groupal, certains propos émis par Tajfel dans ses écrits théoriques ont ouvert la voie à une telle hypothèse.

  • 39 Moscovici Serge, « Noms propres, noms communs et représentations sociales », Psychologie et Société(...)
  • 40 Zimbardo Philip G., « The human choice: Individuation, reason and order versus deindividuation, imp (...)
  • 41 Snyder Charles R., & Fromkin Howard L., Uniqueness: The Human Pursuit of Difference, New York, Plen (...)
  • 42 Zweigenhaft Richard L., « The other side of unusual first names », The Journal of Social Psychology(...)

16C’est à cette même époque que des résultats empiriques cadrant malaisément avec l’approche classique de l’identité commencent à paraître dans des revues scientifiques. À titre d’illustration, j’évoque ci-après des travaux portant sur la signification émotionnelle et évaluative du prénom. Le prénom d’une personne est en effet un marqueur de son unicité, un symbole de son identité personnelle. En pointant la même entité « dans tous les mondes possibles » (la formule est de Moscovici39), il la fait sortir de l’anonymat et lui procure une certaine unicité. Philipp Zimbardo rapporte que les bourreaux nazis traitaient de manière moins impitoyable les déportés juifs dont ils connaissaient le prénom40. Il s’agit d’une observation qu’avait déjà faite Primo Levi dans Si c’est un homme, lorsqu’il rapportait les répercussions effrayantes de la désindividuation psychologique dans les camps de concentration obtenue au moyen de l’assignation d’un numéro à chaque détenu. Snyder et Fromkin relèvent cependant que tous les prénoms n’ont pas le même impact. Ils citent des travaux montrant que le caractère insolite du prénom, ou sa rareté, peuvent avoir des effets délétères sur le plan émotif et sur l’estime de soi des individus41. Mais, comme le nuancent ces auteurs en s’appuyant sur les travaux de Richard L. Zweigenhaft, ce phénomène comporte des exceptions notables : l’impact d’un prénom rare ou insolite dépend du statut social du groupe auquel appartient la personne. Zweigenhaft énonce en effet l’hypothèse selon laquelle « Un enfant [de classe supérieure] prénommé de manière insolite penserait qu’il est différent des autres enfants portant un prénom ordinaire [...] dans un sens désirable – par sa naissance il est économiquement et culturellement privilégié, et sa différence lui confère une particularité [specialness]. C’est alors que le fait d’avoir un prénom rare peut rehausser l’une des qualités les plus avantageuses de sa vie : le fait d’être différent (et prétendument au-dessus) du reste du troupeau42 ». Richard L. Zweigenhaft soumet donc à vérification l’hypothèse selon laquelle un enfant de classe supérieure avec un prénom inhabituel serait encouragé à faire des choses inhabituelles et exceptionnelles, plutôt qu’à adopter des comportements qui le rendraient populaire. Il dénombre, dans une vaste compilation des membres de la classe aisée américaine (The Social Register), les prénoms qui n’apparaissent qu’une seule fois. Ils sont au nombre de 218, auxquels il associe autant de prénoms choisis au hasard parmi les plus fréquents. Il examine ensuite, dans le Who’s Who (le catalogue périodiquement remis à jour des personnes dont la position sociale, la réputation ou les agissements extraordinaires témoignent d’une brillante réussite sociale), la fréquence avec laquelle apparaissent chacun des deux ensembles de prénoms. Or, les prénoms insolites s’avèrent très largement surreprésentés dans le catalogue. Les préférences des couches supérieures semblent effectivement aller vers des prénoms peu répandus dans l’ensemble de la population.

  • 43 Zweigenhaft Richard L., « Signature size: A key to status awareness », The Journal of Social Psycho (...)

17Le prénom n’a donc pas le même impact auprès des membres des groupes dominants et dominés. Le sentiment d’unicité que procure sa rareté s’épanouit dans les groupes-collections dont les membres sont incités à se concevoir comme des personnes à part entière plutôt que comme les éléments indifférenciés et interchangeables d’un même ensemble. En revanche, les membres des groupes-agrégat étouffent ce sentiment d’unicité au profit de leur loyauté envers un groupe qui se définit par des attributs partagés par tous ses membres. Plusieurs travaux de Richard L. Zweigenhaft ont concerné la taille de la signature, par le biais de laquelle le nom devient un marqueur de l’unicité personnelle43. Or la taille de la signature (sa longueur multipliée par sa hauteur) se révèle liée au statut social du signataire : plus grande chez les professeurs que chez leurs étudiants, elle augmente en outre chez ces derniers avec leur progression dans le cursus universitaire.

  • 44 Iacoviello Vincenzo et Lorenzi-Cioldi Fabio, « Self-perception and intergroup behavior in minimal g (...)

18Les études sur l’impact du prénom ne font toutefois pas intervenir de véritables dynamiques intergroupes, elles se limitent à en observer les conséquences. Des preuves plus prometteuses de l’impact de la hiérarchie sociale sur la coexistence et parfois la covariation du personnel et du collectif ont récemment été collectées dans notre laboratoire de psychologie sociale. En voici quelques illustrations. Dans une première série d’études, Vincenzo Iacoviello et Fabio Lorenzi-Cioldi manipulent expérimentalement les positions hiérarchiques de deux groupes sur la base des compétences esthétiques de leurs membres, créant ainsi un groupe de haut statut (compétents) et un groupe de bas statut (peu compétents)44. Ils demandent ensuite aux participants de se présenter à d’autres participants de l’étude avec lesquels ils vont s'engager dans une compétition autour d'une tâche mobilisant les compétences esthétiques. Cette auto-présentation se fait au moyen du choix d’un logo parmi trois logos. L’un comporte uniquement la mention de leur groupe d’appartenance (logo collectif) ; un deuxième ajoute un pseudonyme librement choisi (logo mixte). Un dernier logo mentionne uniquement le pseudonyme (logo personnel). Ainsi, les logos s’ordonnent le long d’un continuum qui oppose un pôle groupal, désindividué, à un pôle personnel, chargé d’unicité, en passant par une situation de covariation du collectif et du personnel. Les résultats d’une analyse appropriée de ces réponses montrent que les choix des participants assignés au groupe de haut statut sont attirés par le pôle individuel (logos personnel et mixte), tandis que les choix des participants de bas statut demeurent amarrés au groupe d’appartenance par le biais du logo collectif.

  • 45 Causse Elsa, Lorenzi-Cioldi Fabio et Iacoviello Vincenzo, « Uniqueness and group status. A multifac (...)

19Dans une seconde série d’études menées dans la région bordelaise, des avocats et des agents de service (deux groupes situés aux pôles opposés de la hiérarchie sociale) étaient interrogés sur leurs sentiments d’unicité personnelle au moyen de deux différents types de questions45. Un premier ensemble de questions sollicitait une autodescription sur des contenus génériques de la distinctivité personnelle (par exemple, « Dans l’ensemble, je pense que je ne ressemble à personne d’autre », « Chacun-e est unique »), tandis que le second ensemble sollicitait les pratiques de distinction dans le contexte des milieux professionnel et familial propres à chacun des deux groupes (par exemple, « Dans mon travail, j’ai le goût de la liberté individuelle », « Je travaille mieux avec un collègue qui a une personnalité différente de la mienne »). Le premier ensemble de questions évoque ainsi la norme culturelle partagée de l’unicité personnelle, tandis que le second ensemble ancre l’unicité dans les groupes d’appartenance et des contextes plus concrets. Les résultats font apparaître une dynamique de covariation de l’unicité générique et de l’unicité groupale auprès des membres du groupe de statut supérieur mais pas auprès des membres du groupe de bas statut. Les avocats endossent en effet plus intensément que les agents de service les contenus génériques, sans renoncer pour autant à cultiver de l’unicité dans leur propre groupe. Quant aux agents de service, ils ne manifestent que de l’unicité groupale, c'est-à-dire un sentiment d'unicité qui se développe au sein de leurs groupes d'appartenance, professionnel et familial.

20Ce constat de la quête d’unicité par les membres du groupe de faible statut social peut surprendre au vu de notre définition de l’agrégat comme un ensemble de personnes relativement indifférenciées et interchangeables. Il n’en est rien, car ce serait oublier deux caractéristiques majeures des hiérarchies sociales. D’une part, comme je l’ai souligné précédemment, tout le monde est amené à apprécier les valeurs liées à l’unicité personnelle. D’autre part, il est raisonnable de penser que la prégnance psychologique de la hiérarchie sociale module la propension des uns et des autres à adhérer à ces valeurs partagées. En situation de faible prégnance, comme c’était le cas dans l’étude précédente qui ne proposait aucune comparaison entre les groupes d’avocats et d’agents de service, les dominés eux-mêmes seraient en mesure d’afficher une adhésion à l’unicité individuelle, bien qu’essentiellement dans le contexte de leur groupe d’appartenance et en aucun cas à propos de contenus qui renvoient à une norme générique de distinctivité personnelle. Les études suivantes visaient à tester cette idée.

  • 46 Iacoviello Vincenzo et Lorenzi-Cioldi Fabio, « Individual distinctiveness in a group. When status m (...)

21Dans cette nouvelle série d’études, les participants jugeaient la teneur persuasive de slogans publicitaires au contenu individualiste (par exemple, « Mon style bien à moi », « Deviens ce que tu es ») et collectiviste (par exemple, « Le plaisir de la convivialité », « C’est bon de partager »)46. En soustrayant les jugements prononcés sur les slogans collectivistes de ceux prononcés sur les slogans individualistes, on peut apprécier l’intensité avec laquelle les participants valorisent la différence individuelle et l’unicité. Or dans toutes ces études, certains participants possédaient un statut social élevé, d’autres un statut plus faible. Le critère sur lequel était basé le statut des groupes différait cependant selon les études. Dans certaines d’entre elles, il s’agissait de la possession d’un niveau d’éducation bas ou élevé et dans d’autres le statut était manipulé expérimentalement, par exemple en informant des étudiants universitaires qu’une agence de notation (en réalité, fictive) avait classé leur université comme étant meilleure, ou moins bonne, qu’une université rivale. Les résultats de l’ensemble de ces études sont cohérents et pointent à nouveau une dynamique de covariation des identités personnelle et collective chez les membres du groupe de haut statut, mais pas chez ceux du groupe de bas statut. En effet, la préférence pour l’individualisme est toujours marquée chez les premiers et elle tend même à s’intensifier au fur et à mesure que le rapport statutaire qui avantage le groupe d’appartenance est rendu prégnant dans la situation. Chez les seconds, un certain degré de préférence pour l’unicité émerge bien en l’absence de saillance du rapport au hors-groupe dominant mais, de manière intéressante, cette tendance se mue en franche préférence pour le collectivisme, et donc pour la similitude entre soi et autrui dans le groupe, en situation de saillance de ce rapport.

  • 47 Iacoviello Vincenzo et Lorenzi-Cioldi Fabio, Individualistic tendencies and group status, op. cit.

22Enfin, dans une troisième série d’études, nous avons examiné l’impact de la pertinence, eu égard à la hiérarchie des groupes, des caractéristiques sur lesquelles les participants produisent leurs jugements d’unicité personnelle47. Dans l’une de ces études, par exemple, un groupe de statut élevé (les experts en matière d’art contemporain) et un groupe de plus bas statut (les amateurs dans ce même domaine) étaient formés à l’aide de procédures expérimentales impliquant une bonne ou une mauvaise performance lors d'une évaluation de tableaux de peintres. Nous demandions ensuite aux participants de rapporter leur sentiment de dissemblance par rapport aux autres membres de leur groupe en usant de caractéristiques pertinentes par rapport à la hiérarchie des groupes dans le domaine esthétique (par exemple « Imaginatif » et « Créatif ») et de caractéristiques non pertinentes (« Logique » et « Pratique »). Les résultats fournissent une confirmation des dynamiques identitaires décrites précédemment, à savoir la covariation du personnel et du collectif dans le groupe de statut supérieur, et leur exclusion mutuelle dans le groupe de statut inférieur. La dissemblance, et donc le sentiment de distinctivité personnelle, émerge de manière intense chez les membres du groupe de haut statut lorsqu’ils sont placés dans une situation qui souligne leur avantage statutaire et qu’ils se décrivent à l’aide de caractéristiques pertinentes eu égard à cette hiérarchie des groupes. Sur ces mêmes caractéristiques, et dans la situation de saillance de leur infériorité groupale, les membres du groupe de bas statut mettent à l’arrière-plan le sentiment d’unicité, préférant se décrire comme très similaires aux autres membres de leur groupe (sur les caractéristiques non pertinentes, en revanche, les membres des deux groupes expriment des jugements d’unicité modérés et similaires). Ces résultats attestent du poids de la hiérarchie sociale, et de sa prégnance psychologique, dans l’émergence du sentiment d’identité personnelle. Son exaltation, chez les membres du groupe de haut statut, ainsi que son affaiblissement, chez les membres du groupe de bas statut, apparaissent bien comme étant tributaires d’une dynamique groupale - et non pas exclusivement individuelle, comme postulent les approches classiques de l’identité.

Conclusion

23L’idée selon laquelle la composante personnelle de l’identité individuelle est vouée à entrer en conflit avec la composante collective, se traduisant au mieux dans un va-et-vient entre l’une et l’autre, assume de prime abord l’aspect d’une évidence. Comment pourrions-nous cultiver un sentiment d’unicité personnelle tout en demeurant rivés à nos groupes d’appartenance ? Les modèles contemporains de l’identité individuelle sont habités par cette dispute du soi personnel et du soi collectif. Pourtant, la réalité se loge trop à l’étroit dans ce modèle. La théorie, suis-je tenté de dire, se doit d’être complétée afin de mieux représenter le terrain.

  • 48 Pinçon Michel et Pinçon-Charlot Monique, Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Découverte, 2007, (...)

24Notre démarche a consisté à élargir la conception courante du groupe, qui est excessivement univoque et étriquée. Dans les groupes placés aux échelons inférieurs de la hiérarchie, que nous avons dénommé agrégats, les deux faces de l’identité individuelle tendent effectivement à se quereller. La personnalisation du soi, commandée par les valeurs partagées dans la hiérarchie sociale, demeure à l’arrière-plan. Elle émerge le cas échéant lorsque les membres du groupe se soustraient au rapport avec le hors-groupe dominant. Dans les groupes placés aux échelons supérieurs de la hiérarchie, les collections, le soi personnel brille au contraire dans une apparente indifférence aux contingences de la hiérarchie sociale. Ici, le soi personnel se nantit des avantages conférés au groupe d’appartenance. Le groupe y est donc, contrairement à ce qu’il y paraît, tout aussi important, sinon plus, que pour le dominé. « Plus les déterminations sociales sont fortes et structurantes », assurent Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, « plus elles tendent non seulement à passer inaperçues mais à être perçues comme l’expression même de la personnalité profonde, de l’identité ultime de l’individu […] [Le dominant] ne doit, apparemment, rien à sa profession, à sa place dans les rapports de production. Il ne se définit que par sa personne même, étant semble-t-il irréductible à tout déterminisme. Pure individualité étrange, qui doit nombre de ses caractéristiques à l’appartenance au groupe des pairs48 ».

25L’individualisme qui imprègne les sociétés contemporaines, loin de signaler la fin des groupes, voire des classes sociales, incarne l’identité sociale de certains groupes, les strates moyennes et plus particulièrement les strates dominantes.

Haut de page

Bibliographie

Bisseret Nicole, « Langage et identité de classe : les classes sociales "se" parlent », L'Année sociologique, vol. 25, 1974, p. 237-264.

Boltanski Luc et Chiapello Eve, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

Bourdieu Pierre, La Distinction, Paris, Minuit, 1979.

Bourdieu Pierre et de Saint Martin Monique, « Le patronat », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 20-21, 1978, p. 3-82.

Causse Elsa, Lorenzi-Cioldi Fabio et Iacoviello Vincenzo, « Uniqueness and group status. A multifaced construct? », Article en préparation, 2015.

Deschamps Jean-Claude, « Social identity and relations of power between groups », in Tajfel Henri (dir.), Social Identity and Intergroup Relations, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 85-98.

Deschamps Jean-Claude, « Identité sociale et différenciations catégorielles », Cahiers de psychologie cognitive, vol. 4, 1984, p. 449-474.

Deschamps Jean-Claude et Lorenzi-Cioldi Fabio, « "Égocentrisme" et "sociocentrisme" dans les relations entre groupes », Revue suisse de psychologie pure et appliquée, vol. 40, 1981, p. 108-131.

Deschamps Jean-Claude, Lorenzi-Cioldi Fabio et Meyer Gil, L'échec scolaire, Lausanne, Favre, 1982.

Deschamps Jean-Claude et Moliner Pascal, L'identité en psychologie sociale, Paris, Armand Colin, 2012, (2ème édition).

Descombes Vincent, Les embarras de l'identité, Paris, Gallimard, 2013.

Fiske Susan T. et Markus Hazel Rose (dir.), Facing Social Class, New York, Russel Sage Foundation, 2012.

Fussell Paul, Class, New York, Simon & Schuster, 1992.

Guillaumin Colette, L'Idéologie raciste : Genèse et langage actuel, Paris, Mouton, 1972.

Heine Steven J., « Cultural psychology », in Fiske Susan T., Gilbert Daniel T. et Lindzey Gardner (dir.), Handbook of Social Psychology, vol. 2, New York, Wiley, 2010, p. 1423-1464.

Hornsey Matthew J. et Jetten Jolanda, « The individual within the group: balancing the need to belong with the need to be different », Personality and Social Psychology Review, n° 8/3, p. 248-264, 2004.

Iacoviello Vincenzo et Lorenzi-Cioldi Fabio, Individualistic Tendencies and Group Status, étude inédite, Université de Genève, 2013.

Iacoviello Vincenzo et Lorenzi-Cioldi Fabio, « Individual distinctiveness in a group. When status makes the difference », Group Processes Intergroup Relations, n° 18/4, 2015, p. 540-556.

Iacoviello Vincenzo et Lorenzi-Cioldi Fabio, « Self-perception and intergroup behavior in minimal group hierarchies », article soumis pour publication, 2015.

Jackman Mary R. et Jackman Robert W., « An interpretation of the relation between objective and subjective social status », American Sociological Review, n° 38/5, 1973, p. 569-582.

Jetten Jolanda et Postmes Tom, « "I did it my way": Collective expressions of individualism », in Postmes Tom et Jetten Jolanda (dir.), Individuality and the Group: Advances in Social Identity, Londres, Sage, 2006, p. 116-136.

Jetten Jolanda, Postmes Tom et McAuliffe Brendan J., « "We're all individuals": Group norms and individualism and collectivism, levels of identification and identity threat », European Journal of Social Psychology, n°32/2, 2002, p. 189-207.

Kanter Rosabeth M., Men and Women of the Corporation, New York, Basic Books, 1977.

Kraus Michael W. et al., « Social class, solipsism, and contextualism: How the rich are different from the poor », Psychological Review, n° 119/3, 2012, 546-572.

Lee Fiona et Tiedens Larissa Z., « Is it lonely at the top?: The independence and interdependence of power holders », Research in Organizational Behavior, vol. 23, 2001, p. 43-91.

Lorenzi-Cioldi Fabio, « L'individuation dans le jugement de dessins produits dans des contextes d'absence et de présence de catégorisation sexuelle », in Beauvois Jean-Léon, Joule Robert-Vincent et Monteil Jean-Marc (dir.), Perspectives cognitives et conduites sociales III, Fribourg, DelVal, 1991, p. 45-63.

Lorenzi-Cioldi Fabio, « They all look alike, but so do we, sometimes... Perception of ingroup and out-group homogeneity as a function of gender and context », British Journal of Social Psychology, n° 32/2, 1993, p. 111-124.

Lorenzi-Cioldi Fabio, Les Androgynes, Paris, Presses Universitaires de France, 1994.

Lorenzi-Cioldi Fabio, « Group status and perceptions of homogeneity », European Review of Social Psychology, n° 9/1, 1998, p. 31-75.

Lorenzi-Cioldi Fabio, « Group homogeneity perception in status hierarchies: The moderating effect of the salience of group status differentials », International Review of Social Psychology, n° 21/3 2008, p. 67-111.

Lorenzi-Cioldi Fabio, « Group status and individual differentiation », in Postmes Tom et Jetten Jolanda (dir.), Individuality and the Group: Advances in Social Identity, Londres, Sage, 2006, p. 93-115.

Lorenzi-Cioldi Fabio, Dominants et dominés, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2009.

Lorenzi-Cioldi Fabio et Chatard Armand, « The cultural norm of individualism and group status: Implications for social comparisons », in Guimond Serge (dir.), Social Comparison Processes and Levels of Analysis, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 264-282.

Lorenzi-Cioldi Fabio et Meyer Gil, Semblables ou différents ? Genève, B.I.T, 1984.

Moscovici Serge, « Noms propres, noms communs et représentations sociales », Psychologie et Société, vol. 1, 1999, p. 81-104.

Pinçon Michel et Pinçon-Charlot Monique, Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Découverte, 2007.

Reicher Stephen D., Haslam S. Alexander, Spears Russell et Reynolds Katherine J., « A social mind: The context of John Turner’s work and its influence », European Review of Social Psychology, n° 23/1, 2012, p. 344-385.

Serino Carmencita, « La somiglianza e la differenza fra sé e gli altri : un tema sotteso alla rappresentazione sociale della malattia mentale », in Bellelli Guglielmo (dir.), L'altra malattia, Naples, Liguori, 1994, p. 309-334.

Smith Heather J. et Leach Colin W., « Group membership and everyday social comparison experiences », European Journal of Social Psychology, n° 34/3, 2004, p. 297-308.

Snibbe Alana C. et Markus Hazel R., « You can't always get what you want: Educational attainment, agency, and choice », Journal of Personality and Social Psychology, n° 88/4, 2005, p. 703-720.

Stephens Nicole M., Markus Hazel R. et Townsend Sarah S. M., « Choice as an act of meaning: The case of social class », Journal of Personality and Social Psychology, n° 93/5, 2007, p. 814-830.

Snyder C. R., & Fromkin Howard L., Uniqueness: The Human Pursuit of Difference, New York, Plenum, 1980.

Tajfel Henri et Turner John C., « An integrative theory of intergroup conflict », in Worchel Stephen et Austin William G. (dir.), The Social Psychology of Intergroup Relations, Chicago, Nelson-Hall, 1979, p. 33-47.

Tajfel Henri, The Social Psychology of Minorities, Londres, The Minority Rights Group, 1978.

Tajfel Henri, « Instrumentality, identity and social comparison », in Tajfel Henri (dir.), Social Identity and Intergroup Relations, Cambridge et Paris, Cambridge University Press et Maison des Sciences de l'Homme, 1982, p. 483-507.

Tajfel Henri, « Intergroup relations, social myths and social justice in social psychology », in Tajfel Henri (dir.), The Social Dimension, Cambridge et Paris, Cambridge University Press et Maison des Sciences de l'Homme, 1984, p. 695-715.

Turner John C. et al., Rediscovering the Social Group, Oxford, Blackwell, 1987.

Zimbardo Philip G., « The human choice: Individuation, reason and order versus deindividuation, impulse and chaos », in Arnold William J. et Levine David (dir.), Nebraska Symposium of Motivation, vol. 17, Lincoln, University of Nebraska Press, 1969, p. 237-307.

Zweigenhaft Richard L., « The other side of unusual first names », The Journal of Social Psychology, n° 103/2, 1977, p. 291-302.

Zweigenhaft Richard L., « Signature size: a key to status awareness », The Journal of Social Psychology, n° 81/1, 1970, p. 49-54.

Haut de page

Notes

1 Descombes Vincent, Les embarras de l'identité, Paris, Gallimard, 2013.

2 Voir par exemple Tajfel Henri et Turner John C., « An integrative theory of intergroup conflict », in Worchel Stephen et Austin William G. (dir.), The Social Psychology of Intergroup Relations, Chicago, Nelson-Hall, 1979, p. 33-47. Voir aussi Reicher Stephen D., Haslam S. Alexander, Spears Russell et Reynolds Katherine J., « A social mind: The context of John Turner’s work and its influence », European Review of Social Psychology, n° 23/1, 2012, p. 344-385.

3 Turner John C. et al., Rediscovering the Social Group, Oxford, Blackwell, 1987.

4 Voir notamment Bourdieu Pierre, La Distinction, Paris, Minuit, 1979.

5 Kraus Michael W. et al., « Social class, solipsism, and contextualism: How the rich are different from the poor », Psychological Review, n° 119/3, 2012, p. 546-572, en particulier p. 549.

6 Lorenzi-Cioldi Fabio, « Group status and individual differentiation », in Postmes Tom et Jetten Jolanda (dir.), Individuality and the Group: Advances in Social Identity, Londres, Sage, 2006, p. 93-115 ; Du meme auteur, Dominants et dominés, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2009.

7 Bourdieu Pierre et de Saint Martin Monique, « Le patronat », Actes de la recherche en sciences sociales, N° 20-21, 1978, p. 3-82.

8 Ibid., p. 33.

9 Boltanski Luc et Chiapello Ève, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999, p. 444.

10 Fussell Paul, Class, New York, Simon & Schuster, 1992, p. 16.

11 Heine Steven J., « Cultural psychology », in Fiske Susan T., Gilbert Daniel T. et Lindzey Gardner (dir.), Handbook of Social Psychology, vol. 2, New York, Wiley, 2010, p. 1423-1464.

12 Lorenzi-Cioldi Fabio, « Group status and perceptions of homogeneity », European Review of Social Psychology, n°9/1, 1998, p. 31-75 ; du meme auteur, voir « Group homogeneity perception in status hierarchies: The moderating effect of the salience of group status differentials », International Review of Social Psychology, n°21/3, 2008, p. 67-111, ainsi que Dominants et dominés, op. cit. Voir aussi Fiske Susan T. et Markus Hazel Rose (dir.), Facing Social Class, New York, Russel Sage Foundation, 2012.

13 Snibbe Alana C. et Markus Hazel R., « You can't always get what you want: Educational attainment, agency, and choice », Journal of Personality and Social Psychology, n°88/4, 2005, p. 703-720.

14 Iacoviello Vincenzo et Lorenzi-Cioldi Fabio, Individualistic Tendencies and Group Status, texte inédit, Université de Genève, 2013.

15 Kanter Rosabeth M., Men and Women of the Corporation, New York, Basic Books, 1977 ; Lorenzi-Cioldi Fabio, Les Androgynes, Paris, Presses Universitaires de France, 1994.

16 Deschamps Jean-Claude, Lorenzi-Cioldi Fabio et Meyer Gil, L'échec scolaire, Lausanne, Favre, 1982.

17 Serino Carmencita, « La somiglianza e la differenza fra sé e gli altri : un tema sotteso alla rappresentazione sociale della malattia mentale », in Bellelli G. (dir.), L'altra malattia Naples, Liguori, 1994, p. 309-334.

18 Smith Heather J. et Leach Colin W., « Group membership and everyday social comparison experiences », European Journal of Social Psychology, n°34/3, 2004, p. 297-308.

19 Lorenzi-Cioldi Fabio et Meyer Gil, Semblables ou différents ?, Genève, B.I.T, 1984.

20 Iacoviello Vincenzo et Lorenzi-Cioldi Fabio, Individualistic tendencies and group status, op. cit.

21 Jackman Mary R. et Jackman Robert W., « An interpretation of the relation between objective and subjective social status », American Sociological Review, n°38/5, 1973, p. 569-582.

22 Ibid., p. 578.

23 Stephens Nicole M., Markus Hazel R. et Townsend Sarah S. M., « Choice as an act of meaning: the case of social class », Journal of Personality and Social Psychology, n°93/5, 2007, p. 814-830.

24 Deschamps Jean-Claude, « Social identity and relations of power between groups », in Tajfel H. (dir.), Social Identity and Intergroup Relations, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 85-98.

25 Bisseret Nicole, « Langage et identité de classe : les classes sociales "se" parlent », L'Année Sociologique, vol. 25, 1974, p. 237-264 ; Guillaumin Colette, L'Idéologie raciste : genèse et langage actuel, Paris, Mouton, 1972.

26 Deschamps Jean-Claude, « Identité sociale et différenciations catégorielles », Cahiers de Psychologie Cognitive, vol. 4, 1984, p. 449-474 ; Deschamps Jean-Claude et Lorenzi-Cioldi Fabio, « "Égocentrisme" et "sociocentrisme" dans les relations entre groupes », Revue suisse de psychologie pure et appliquée, vol. 40, 1981, p. 108-131.

27 Voir Deschamps Jean-Claude et Moliner Pascal, L'identité en psychologie sociale, Paris, Armand Colin, 2012 (2ème édition).

28 Lorenzi-Cioldi Fabio, « L'individuation dans le jugement de dessins produits dans des contextes d'absence et de présence de catégorisation sexuelle », in Beauvois Jean-Léon, Joule Robert-Vincent et Monteil Jean-Marc (dir.), Perspectives cognitives et conduites sociales III, Fribourg, DelVal, 1991, p. 45-63 ; « They all look alike, but so do we, sometimes... Perception of ingroup and out-group homogeneity as a function of gender and context », British Journal of Social Psychology, n° 32/2, 1993, p. 111-124.

29 Lorenzi-Cioldi Fabio et Chatard Armand, « The cultural norm of individualism and group status: Implications for social comparisons », in Guimond Serge (dir.), Social Comparison Processes and Levels Of Analysis, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 264-282.

30 Jetten Jolanda et Postmes Tom, « "I did it my way": Collective expressions of individualism », in Postmes Tom et Jetten Jolanda (dir.), Individuality and the Group: Advances in Social Identity, Londres, Sage, 2006, p. 116-136.

31 Jetten Jolanda, Postmes Tom et McAuliffe Brendan J., « "We're all individuals": Group norms and individualism and collectivism, levels of identification and identity threat », European Journal of Social Psychology, n°32/2, 2002, 189-207.

32 Lee Fiona et Tiedens Larissa Z., « Is it lonely at the top? The independence and interdependence of power holders », Research in Organizational Behavior, vol. 23, 2001, p. 43-91.

33 Lorenzi-Cioldi Fabio, Dominants et dominés, op. cit.

34 Hornsey Matthew J. et Jetten Jolanda, « The Individual within the group: balancing the need to belong with the need to be different », Personality and Social Psychology Review, n°8/3, 2004, 248-264.

35 Jetten Jolanda et Postmes Tom, « "I did it my way" », art. cit., p. 116-136 et p. 124.

36 Tajfel Henri, « Intergroup relations, social myths and social justice in social psychology », in Tajfel Henri (dir.), The social dimension, Cambridge et Paris, Cambridge University Press et Maison des Sciences de l'Homme, 1984, p. 695-715, dont citation p. 700.

37 Tajfel Henri, The Social Psychology of Minorities, Londres, The Minority Rights Group, 1978, p. 7.

38 Tajfel Henri, « Instrumentality, identity and social comparison », in Tajfel Henri (dir.), Social Identity and Intergroup Relations, Cambridge et Paris, Cambridge University Press et Maison des Sciences de l'Homme, 1982, p. 483-507, dont citation p. 504.

39 Moscovici Serge, « Noms propres, noms communs et représentations sociales », Psychologie et Société, vol. 1, 1999, p. 81-104.

40 Zimbardo Philip G., « The human choice: Individuation, reason and order versus deindividuation, impulse and chaos », in Arnold William J. et Levine David (dir.), Nebraska Symposium of Motivation, vol. 17, Lincoln, University of Nebraska Press, 1969, p. 237-307.

41 Snyder Charles R., & Fromkin Howard L., Uniqueness: The Human Pursuit of Difference, New York, Plenum, 1980.

42 Zweigenhaft Richard L., « The other side of unusual first names », The Journal of Social Psychology, n° 103/2, 1977, p. 291-302, et citation p. 294.

43 Zweigenhaft Richard L., « Signature size: A key to status awareness », The Journal of Social Psychology, N° 81/1, 1970, p. 49-54.

44 Iacoviello Vincenzo et Lorenzi-Cioldi Fabio, « Self-perception and intergroup behavior in minimal group hierarchies », article soumis pour publication, 2015.

45 Causse Elsa, Lorenzi-Cioldi Fabio et Iacoviello Vincenzo, « Uniqueness and group status. A multifaced construct? », Article en préparation, 2015.

46 Iacoviello Vincenzo et Lorenzi-Cioldi Fabio, « Individual distinctiveness in a group. When status makes the difference », Group Processes Intergroup Relations, n° 18/4, 2015, p. 540-556.

47 Iacoviello Vincenzo et Lorenzi-Cioldi Fabio, Individualistic tendencies and group status, op. cit.

48 Pinçon Michel et Pinçon-Charlot Monique, Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Découverte, 2007, p. 93-94.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabio Lorenzi-Cioldi, « Soi personnel et soi collectif : les sources d’un malentendu », Terrains/Théories [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 23 octobre 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://teth.revues.org/523 ; DOI : 10.4000/teth.523

Haut de page

Auteur

Fabio Lorenzi-Cioldi

Docteur en sociologie, Fabio Lorenzi-Cioldi est professeur de psychologie sociale à la faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’université de Genève. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles scientifiques publiés suite à ses travaux de recherche sur les relations intergroupes et les représentations sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org