Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Catherine Colliot-Thélène, La Démocratie sans « Demos »

Paris, PUF, « Pratiques théoriques », 2011, 213 p.
Benjamin Bourcier
Référence(s) :

Catherine Colliot-Thélène, La Démocratie sans « Demos », Paris, PUF, « Pratiques théoriques », 2011, 213 p.

Texte intégral

1Les peuples ont-ils encore raison de croire en l’idéal démocratique si le « peuple-souverain » perd sa substance dans « le village monde » ? Quel avenir y a-t-il alors pour la démocratie dans le contexte actuel de la mondialisation ? Les questions portant sur le conflit entre démocratie et mondialisation sont devenues légion. Ce livre est une enquête philosophique qui, tout en prenant en compte cette « restructuration politique du monde contemporain » (p. 185), vise à redonner un sens à l’avenir de la démocratie. Ce faisant, l’auteure développe une critique du concept de « démocratie » en analysant sa construction historique et propose de requalifier le propre de la démocratie moderne comme relevant des revendications du sujet de droit et non du peuple autolégislateur. La critique de l’idée de « souveraineté du peuple » et du principe d’autolégislation sépare le couple peuple et démocratie. Ce couple soi-disant nécessaire et consubstantiel à l’idée de démocratie est une illusion masquant le propre de la démocratie moderne. Déconstruire ce couple devenu si naturel pour les démocrates que nous sommes, c’est montrer que l’histoire de la démocratie a nécessairement la forme d’une histoire du sujet, d’un sujet qui est conditionné par la forme territoriale du pouvoir dans lequel il est inscrit. Le sujet de droit est identifié comme étant le sujet politique moderne qui ressort de cette histoire de la démocratie. C’est à ce sujet que notre compréhension de la démocratie doit revenir pour que les demandes d’égalité et de liberté exprimées dans la nouvelle carte territoriale des pouvoirs (la mondialisation) indiquent notre nouvelle citoyenneté démocratique.

2Ce livre n’est donc pas l’énième analyse de la dite « séparation » entre les institutions démocratiques et le peuple, mais renouvelle profondément notre manière de penser la démocratie. Ainsi, le concept de démocratie sans demos n’est pas seulement critique, s’il déconstruit le couple peuple et démocratie c’est pour refonder notre compréhension de la démocratie. Le livre articule ensemble ces deux perspectives. Nous présenterons tout d’abord la critique de la démocratie entendue comme un type de gouvernement fondé sur le principe de l’autolégislation (chapitres 2 et 3), puis nous verrons comment, à partir de cette histoire du conditionnement du sujet et du pouvoir qu’est l’histoire de la démocratie, la démocratie sans demos a pour acteur central le sujet luttant pour ses droits et pour l’égalité et la liberté (chapitres 1, 4 et 5). La thèse centrale du livre « le sujet politique moderne échappe essentiellement à toute assignation communautaire » (p. 3) se comprend par le fait que le sujet de droit est le produit de cette histoire de la démocratie moderne.

3La démocratie n’est pas le gouvernement du peuple, nous dit l’auteure. La déconstruction du couple « peuple et démocratie » effectuée dans les chapitres 2 et 3 du livre se concentre sur la critique du principe de l’autolégislation et sur l’idée de communauté.

La critique du principe de l’autolégislation

4« “Le peuple soumis aux lois doit en être l’auteur” : cette proposition célèbre du Contrat Social est considérée par beaucoup comme l’axiome fondamental d’une théorie démocratique. » (p. 8) Catherine Colliot-Thélène critique l’idée que la démocratie soit le type de régime politique où l’autogouvernement du peuple permet sa liberté et l’éradication de toute domination. La définition classique du gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple repose sur l’illusion que l’éradication du pouvoir comme élément extérieur contraignant et asservissant le peuple est possible si celui-ci n’obéit qu’à lui-même et par là légitime le pouvoir qu’il a fait sien (p. 67-68). Or, le peuple, compris comme communauté et unité politique substantielle fondamentale, n’éradique pas le pouvoir et la domination. De plus, le principe d’autolégislation repose sur un mythe, un fantasme qui est l’unité des volontés, la symbiose des cœurs et des esprits projetée sur le peuple (p. 69-70). Cette projection nourrit l’illusion de l’autolégislation et pervertit la compréhension de la démocratie. Le principe de l’autolégislation ne peut caractériser en propre la démocratie, car le pouvoir et la domination sont des “faits premiers” du politique et ne peuvent être absorbés ou annihilés par l’autolégislation (p. 75-77). Ainsi, le gouvernement du peuple n’est pas ce qui caractérise la démocratie moderne.

L’idée de communauté démocratique

5L’auteure effectue une histoire de la démocratie qui, pour partie, est une analyse de la confusion issue de la rencontre, à la fin du xviiie siècle, entre « la souveraineté du peuple » (qui pense l’autogouvernement du peuple comme justification du pouvoir et garantie de la liberté du peuple) et la « souveraineté territoriale de l’État » (p. 159) (qui pense le monopole du droit dans un territoire). L’histoire de la démocratie moderne est très étroitement liée à celle de l’État-nation. La déconstruction de l’idée de communauté démocratique, qui articule le concept de démocratie et le « postulat communautaire » (p. 158), est résolue avec le concept de « démocratie sans demos » (chapitre 3). Que la démocratie ne puisse être pensée sans référence à l’idée de communauté s’origine dans le fait que « l’abolition des différences statutaires de l’Ancien Régime » (p. 91) est corrélée historiquement à la construction de l’État. Exerçant le monopole du droit sur un territoire, l’État a par là même instauré une nouvelle structuration du droit conduisant à une conception des droits subjectifs compris comme « statut », c’est-à-dire conditionné à l’appartenance territoriale (p. 104, 109). Le monopole juridique exercé par l’État restreint donc la vie démocratique puisque les droits subjectifs qu’a le sujet sont conditionnés à son appartenance à une communauté inscrite dans un territoire. La conséquence de cette confusion entre « la souveraineté du peuple » et « la souveraineté territoriale de l’État » est que le « postulat communautaire » devient vecteur d’exclusion. Ainsi, l’idée de communauté n’est pas l’auxiliaire nécessaire de la démocratie.

6Mais alors, en quoi la démocratie sans demos s’impose comme l’élucidation du sens de l’histoire de la démocratie moderne et des droits subjectifs ? C’est en faisant l’histoire de la relation entre le sujet et la forme politique qui lui historiquement attaché (p. 1, la référence à Hegel), qu’alors la construction de la démocratie moderne instruit aussi celle du sujet politique moderne et l’identifie au sujet de droit (chapitres 1 et 4). La démocratie moderne, née au xviiie siècle, a toujours été, et sera encore, l’exercice de la lutte du sujet dans sa relation au pouvoir et ce quel que soit les différentes configurations du pouvoir (chapitres 4 et 5).

7Quel est ce sujet de droit identifié comme étant le sujet politique moderne ? L’individualisme politique défendu par l’auteure n’est pas le pur négatif de sa critique du rôle du peuple et de l’idée de communauté dans cette histoire de la démocratie. À l’inverse, cet individualisme repose sur la condition historique acquise par le sujet lors de cette histoire de la démocratie et des droits subjectifs. La démocratie sans demos pense le sujet de droit comme le produit de cette histoire.

L’individualisation du sujet de droit est le produit de l’histoire

8La réflexion menée par l’auteure sur le sujet de droit s’accorde, pour une part seulement (p. 24), avec la tradition libérale : « L’identité citoyenne moderne a ceci de spécifique qu’elle s’est développée à partir de la figure du sujet de droit, c’est-à-dire de l’individu habilité en tant que tel à faire valoir ses droits. » (p. 182) Cependant, la démonstration menée par l’auteure n’est pas libérale car le sujet de droit n’est pas un individu motivé par la réalisation de ses intérêts et la garantie de sa propriété. En effet, c’est avec la construction de l’État-nation que le sujet de droit apparaît comme le sujet politique moderne. L’individualisation du sujet de droit est le résultat (dans cette analyse de la démocratie moderne) du monopole juridique de l’État. La loi étant la même pour tous, le droit n’est plus attaché à la personne, dès lors, la revendication des droits est une des caractéristiques du sujet de droit. Cependant, le concept de sujet de droit revendiqué par l’auteure est par son contenu et sa fonction un concept politique. Si le sujet de droit est le produit de l’histoire de la démocratie moderne, son sens lui, n’est pas restreint à la « statutorisation » des droits subjectifs entreprise par l’État moderne (p. 43). La référence à Weber et à Kant est alors la pièce maîtresse de la démonstration de l’auteure car le sujet de droit repose sur ce « droit politique » fondamental (note, p. 123) – « droit inné » (p. 33) – qui est le corollaire de la liberté du sujet. Les droits du sujet de droit relèvent de l’avoir, de la possession et non de la position, de l’être (p. 29-45). Autrement dit : « Cette différence entre l’être et l’avoir condense l’opposition entre une conception statutaire et une conception universelle du sujet de droit. » (p. 35) La « conception universelle du sujet de droit » n’est pas et ne doit pas être « une conception statutaire » signifie que tous les critères d’identité du sujet de droit qui n’excluent pas le « postulat communautaire » sont invalidés.

9Le sujet de droit est donc le véritable sujet politique moderne qui ressort de cette histoire de la démocratie. Le sujet de droit revendique ses droits à des pouvoirs, et la lutte pour ses droits et leur extension est le véritable processus démocratique que la « démocratie sans demos » permet de penser dans le contexte non national.

Sujet de droit et l’exigence de liberté et d’égalité

10L’histoire des droits subjectifs est celle des épreuves du sujet revendiquant ses droits, c’est-à-dire celles où il œuvre à son autonomie politique par ses demandes et exigences de liberté et d’égalité (mouvements féministes, p. 7 ; Révolution française, p. 142 ; mai 1968, p. 148 ; Commune de Paris, p. 149 ; Déclaration américaine, p. 149). Le sujet politique moderne résiste contre toutes les formes de tutelle, lutte contre un ou des pouvoirs, revendique des droits, etc. Compris ainsi, le sujet politique moderne réitère un même acte.

« Cet acte inaugural de l’histoire humaine qui l’a tout d’abord arraché au règne de la nature, doit être continuellement renouvelé contre la sujétion que certains hommes imposent à d’autres. Seul cet acte et ses répétitions font histoire, parce qu’ils constituent des points de non-retour. Par-delà les aléas de l’histoire événementielle, ses hauts et ses bas, ses progrès et ses régressions, un tel acte marque la mémoire des hommes qui peuvent désormais en réveiller le souvenir pour le réitérer dans d’autres conjonctures. » (p. 142)

11Il apparaît clairement que cet acte historique par lequel la liberté du sujet s’acquiert inscrit la revendication des droits dans cette historicité du sujet et non dans l’exigence libérale de liberté. À nouveau, le sujet de droit est produit par l’histoire, son histoire est l’histoire d’une lutte indéfiniment reconduite dans cette conquête pour la liberté, histoire dont les hommes ont en charge la mémoire. Il faut enfin souligner le fait que la notion de « communauté » trouve là son seul sens positif dans la démonstration de l’auteure. La liberté est conquise par une communauté (groupe ou collectif) qui n’existe qu’à l’occasion de cette lutte politique. La communauté n’a pas d’essence, son degré minimum d’être s’épuise dans l’achèvement de l’acte même de la lutte qu’elle accomplit. Autrement dit, la « communauté » n’existe que dans la performativité de la lutte, elle est « évanescente ». La démocratie sans demos est la lutte politique menée par le sujet de droit pour ses droits.

12 Il nous semble que la réflexion qui mène Catherine Colliot-Thélène au concept de « démocratie sans demos » s’inscrit dans un projet philosophique plus vaste dont nous proposons de tracer la cohérence dans ses grandes lignes. En effet, comme l’énonce clairement l’auteure, ses analyses poursuivent d’abord un but spécifique : « l’identification de la figure du sujet politique qui correspond à la démocratie, en son sens moderne » (p. 3). Identifier, signifie non pas construire un idéal, une abstraction théorique, mais reconsidérer l’histoire de la démocratie et des droits subjectifs de sorte que le sujet de droit et son « mode d’être historique » apparaissent comme les ressorts nécessaires pour penser la liberté et l’égalité du sujet actuel. D’une part, nous l’avons vu, la question du pouvoir est intimement liée à la question du sujet : les figures du sujet n’existent que dans ce rapport avec la configuration des pouvoirs qui les conditionnent (le territoire national, le contexte mondialisé). L’analyse de l’historicité de cette relation, de la possibilité de la liberté dans ce conditionnement réciproque des figures du sujet et des formes du pouvoir est au cœur de cette entreprise. D’autre part, ce conditionnement mutuel entre la figure du sujet et le pouvoir ou ce qu’elle nomme « la structure dissymétrique » du pouvoir (p. 10) renvoie semble-t-il à la critique foucaldienne de « l’hypothèse répressive » développée dans Histoire de la sexualité I, La volonté de savoir (p. 23). Suivant cette idée, la liberté et le pouvoir se conditionnent mutuellement, c’est-à-dire que la liberté n’est pas l’annihilation du pouvoir mais qu’elle n’existe et ne s’éprouve que dans son opposition au pouvoir. Dès lors, la « démocratie sans demos » est une autre manière de penser la démocratie radicale : toute institution étant un pouvoir, les droits des individus ne peuvent leur être confiés. En cela, la seule occurrence du concept de « justice » (p. 39), est révélatrice du soupçon porté à l’égard de sa possibilité et de sa structuration institutionnelle. La nature strictement politique du concept de sujet de droit écarte en effet la possibilité de toute institutionnalisation des droits subjectifs (p. 173, 177, 180) et par là de penser toutes les nouvelles formes d’institutions politiques transnationales ou cosmopolitiques.

  • 1 Foucault Michel, « Qu’est-ce que les Lumières ? », Dits et écrits II, 1976-1988, Paris, Gallimard, (...)
  • 2 Ibid., p. 1393.

13La démarche entreprise est ainsi celle d’une philosophie critique qui analyse l’historicité du « devenir-sujet ». Cette analyse semble s’inspirer du projet critique que Michel Foucault résumait ainsi : c’est « une critique de ce que nous disons, pensons et faisons, à travers une ontologie historique de nous-mêmes. »1 Il s’agit alors d’établir une ontologie du présent et du projet philosophique que Foucault nomme « l’attitude de modernité » dans le texte Qu’est-ce que les Lumières ?. Ainsi, l’identification du sujet politique moderne comme sujet de droit répond à cette recherche qui consiste « à relancer aussi loin et aussi largement que possible le travail indéfini de la liberté2 ».

Haut de page

Notes

1 Foucault Michel, « Qu’est-ce que les Lumières ? », Dits et écrits II, 1976-1988, Paris, Gallimard, « Quarto », 2001, p. 1392-1393.

2 Ibid., p. 1393.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Bourcier, « Catherine Colliot-Thélène, La Démocratie sans « Demos » », Terrains/Théories [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://teth.revues.org/444

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org