Navigation – Plan du site
Dossier
Lectures

Pour une théorie de la monnaie et de la finance

L’apport de Massimo Amato et Luca Fantacci
Davide Gallo Lassere
Référence(s) :

Luca Fantacci, La moneta : storia di un’istituzione mancata, Venezia, Marsilio, 2005, 276 p.

Massimo Amato, Le radici di una fede. Per una storia del rapporto fra moneta e credito in Occidente, Mondadori, Milano 2008, 274 p.

Massimo Amato, Luca Fantacci, Fine della finanza. Da dove viene la crisi e come si può pensare di uscirne, Roma, Donzelli, 2009, 329 p.

Massimo Amato, L’enigma della moneta e l’inizio dell’economia, Milano, et al., 2010, 297 p.

Massimo Amato, Luca Fantacci, Come salvare il mercato dal capitalism, Roma, Donzelli, 2012, 193 p.

Texte intégral

« La coopération est à l’économie ce que la démocratie est à la politique »
[M. Amato et L. Fantacci, Come salvare il mercato dal capitalismo,
Donzelli, 2012, p. 187].

  • 1 Fantacci Luca, La moneta : storia di un’istituzione mancata, Venezia, Marsilio, 2005 ; Amato Massim (...)

1Entre 2005 et 2010, Massimo Amato et Luca Fantacci, professeurs d’histoire économique à l’Université Bocconi de Milan, ont publié quatre volumes qui composent une intéressante et très originale quadrilogie historico-théorique consacrée à la monnaie et à ses impasses actuelles1. La moneta : storia di un’istituzione mancata [La monnaie : histoire d’une institution manquée], de Fantacci, propose une reconstruction historique visée à montrer l’articulation entre les différentes fonctions (unité de compte, moyen des échanges et réserve de valeur) de la monnaie s’incorporant dans une pluralité de monnaies différentes jusqu’au xviiie siècle. Le radici di una fede [Les racines d’une foi], d’Amato, parcourt brillamment la genèse et le développement progressif des marchés financiers en analysant le rapport fiduciaire à la base de l'histoire du Gold Standard, institué à partir de la fin du xviie siècle. Fine della finanza. [Fin de la finance], d’Amato et de Fantacci, en jouant sur la double signification du mot « fin » (la fin de la finance consiste à mettre fin à la relation dette/créance), offre un excellent diagnostic critique de la crise économique actuelle, due, selon les auteurs, à une marchandisation pluriséculaire et indiscriminée du crédit et de la monnaie. Enfin, L’enigma della moneta [L’énigme de la monnaie], d’Amato, couronne cet effort théorique de déconstruction et reconstruction des assises institutionnelles de la monnaie en élaborant une conception originale de la nature de cet objet si mystérieux et ambigu. Nos deux auteurs parviennent ainsi, grâce à une érudition impressionnante, et dans chaque ouvrage à partir d’une perspective particulière, à intégrer et articuler ces thématiques très différentes de manière fort convaincante.

2L’enigma della moneta (dont une traduction en français est en cours aux éditions Cerf), le plus captivant de ces quatre ouvrages, propose une authentique théorie philosophique de la monnaie, en conjuguant de manière étonnante les orientations d’auteurs traditionnellement éloignés, tels que Martin Heidegger et John Maynard Keynes. Cette œuvre, dont le parcours chemine d’Aristote au néolibéralisme et à la cybernétique, en passant par le ius justinien, la scholastique franciscaine, Emmanuel Kant et Jérémy Bentham, aborde de front la question du statut normatif de la monnaie en élaborant une critique du nihilisme thésaurisateur dont résulte une réflexion sur les principes de ce que pourrait être une économie humaine et soutenable – « authentique », pour reprendre avec l’auteur le jargon heideggérien. Selon Amato, la crise dérive de l’identification dogmatique entre monnaie et marchandise. Cette identification permet d’attribuer une valeur spécifique à la monnaie en la transformant en passepartout du monde économique : l’« objet suprême » (Karl Marx) qui permet d’effectuer immédiatement n’importe quel type de transaction (c'est ce que la vulgate économiste nomme « liquidité absolue »). Par conséquent, la monnaie est recherchée pour elle-même, même si, en soi et pour soi, elle ne devrait servir que pour obtenir un produit ou un service, en disparaissant dans la transaction : Marchandise-Argent-Marchandise. En effet, ce n’est que quand la monnaie, dans sa fonction primaire d’unité de mesure, devient à son tour mesurable en tant que concrétisation par excellence de la richesse, à titre de réserve indéfinie de la valeur, qu’elle peut être accumulée de façon illimitée (Argent-Marchandise-Argent’) et effectuée dans une durée indéterminée, étranglant ainsi l’économie.

3Les deux premiers ouvrages, plus arides, se concentrent sur une méticuleuse mais très riche rétrospective qui donne à l’élaboration théorique générale un solide ancrage historique. Fine della finanza (disponible aussi en anglais, The End of Finance, Polity, 2011, et réédité en italien en 2012 avec une nouvelle introduction) constitue une précieuse contribution à la compréhension de la crise financière qui marque le présent du capitalisme. La première partie du livre élabore une critique de l’hégémonie des marchés financiers et de leur prétendue infaillibilité et efficience rationalisatrice. La deuxième constitue une exploration rétrospective des nombreux événements qui ont rythmé l'histoire de la longue durée de la finance, depuis les foires médiévales jusqu'à à l’institution nixonienne d’un régime fluctuant de taux variables nommé fiat money. La dernière partie entreprend d'établir des distinctions conceptuelles (entre monnaie et crédit, monnaie et marchandise, capitalisme et marché) dans l’objectif d’esquisser une refondation générale de l’architectonique financière.

4Enfin, au mois de juin 2012 a paru aux éditions Donzelli le dernier fruit de cette association intellectuelle : Come salvare il mercato dal capitalismo [Comment sauver le marché du capitalisme], essai percutant de 193 pages qui prolonge les lignes de la réflexion commune des deux auteurs en proposant concrètement des « idées pour une autre finance » – comme le suggère le sous-titre. Ce livre de poche accessible à un large public se révèle très clair sur les trois mots d’ordre qui résument leur programme réformiste (puisque, en bon style keynésien, les auteurs affichent à plusieurs reprises un refus pragmatique du thème de l’espérance sociale et de l’utopie) : relocalisation, réarticulation et coopération (p. 49 et p. 157-191). On y aperçoit les clés de voute qui permettront, selon les auteurs, de « passer d’une finance de marché à une finance pour le marché » (p. 15).

5Pour les deux économistes hétérodoxes, la finance, en soi, ne représente donc pas un problème. Leur ouvrage débute au contraire ainsi : « la finance a une fonction vitale : donner respiration et élan à l’économie » (p. 3). En lui-même, le marché n'est pas non plus un problème : Amato et Fantacci ont pour lui de tels éloges qu’on a, à plusieurs occasions, du mal à les suivre. Le capitalisme, en revanche, résultat selon les auteurs de la marchandisation de la monnaie et du crédit, se différencie nettement de l’économie de marché et de la finance pour le marché : « En premier lieu, il faut distinguer entre marchés des biens, lesquels devraient être les plus libres et les plus intégrés et étendus qu'il est possible, et les marchés financiers, qui ne devraient même pas exister. Dans la mesure où, historiquement, le capitalisme est un système économique caractérisé par l’existence de marchés financiers, on peut, et peut-être même on doit, prendre ses distances par rapport au capitalisme pour aller en direction d’un marché véritablement libre. Économie de marché et capitalisme ne sont pas synonymes. […] Le capitalisme est une économie de marché avec un marché de trop : le marché de la monnaie et du crédit » (p. 8-9).

6Le capitalisme transforme donc la finance. Il attribue un prix et une valeur marchande à la monnaie (en instaurant les présupposés institutionnels effectifs pour la transformation continue de l’argent en capital) et au crédit (impliquant notamment la juridiction des taux d’intérêt). « Le marché financier en tant que tel est un problème. C’est un problème économique, politique et, enfin, humain. C’est un problème parce qu’il a prétendu marchandiser une relation sociale et humaine fondamentale, la relation entre débiteur et créancier » (p. 6).

  • 2 Voir à ce sujet l’intéressante initiative, supervisée par Amato, qui fut prise par la mairie, par c (...)

7Y a-t-il des solutions à ce problème ? Il en existe, et nos auteurs dans cet ouvrage proposent d’en formuler les grandes lignes. Par exemple, il s'agit de faire interagir des exigences différentes de manière à distribuer proportionnellement les coûts et les avantages des relations de dette/créance. Il doit être question de faire tenir ensemble la sauvegarde du travail (élément « travailliste ») et le maintien de la libre activité entrepreneuriale (élément « libéral ») d’une part, et d’autre part de mettre au point des instruments de marché capables de rendre moins contraignantes les logiques de la flexibilisation, de la délocalisation et du crédit crunch. Il s'agit enfin d'articuler la dimension locale et la vocation internationale d’un territoire, en créant des circuits monétaires et de crédit vertueux2 : « Il existe de nombreux exemples, anciens et modernes, d’une finance qui n’a pas besoin des marchés financiers : des foires des échanges à la Renaissance aux nouvelles formes de corporate barter ; des traditionnelles banques mutualistes et coopératives aux plus récents systèmes d’échange locaux. Il existe de nombreux exemples, anciens et modernes, de finance qui ne comporte pas le prêt à intérêt : de la finance islamique au venture capital, des expérimentations d’argent à échéance pendant la grande dépression à certaines formes actuelles de monnaie complémentaire. » (p. 17).

8Dans cette perspective l’économie s’avère un lieu à instituer et non un mécanisme à implémenter. Des possibilités concrètes pour réaliser des alternatives effectivement praticables existent donc bel et bien : il faudrait « tout simplement » repolitiser et démocratiser l’économique. Selon Amato et Fantacci, salaire, profit et savoirs doivent alors se coaliser de nouveau contre la rente afin de garantir la cohésion sociale.

9Par-delà ces propositions théoriques et pratiques, le programme global avancé par les deux économistes italiens peut susciter un certain nombre de perplexités. Dynamiser la circulation, accroitre le volume des échanges, soutenir les consommations, promouvoir l’entreprenariat, sont-ce là des valeurs qui devraient être endossées sans jamais être problématisées ? Les perspectives avancées par nos auteurs, ne bénéficieraient-elles pas à être filtrées à travers le prisme des théories critiques contemporaines ? En dépit de ces difficultés, l'effort des deux économistes forme sans doute un apport essentiel pour tous ceux qui ont à cœur de corriger les pathologies du présent. D'importants outils pour une économie alternative et coopérative sont proposés ; outils qu’ils pourraient être réappropriés par une pensée sociale plus soucieuse de revigorer les scénarios d'un dépassement du capitalisme, en rendant véritablement concevable un dialogue étroit entre les acquis critiques d’horizons théoriques différents.

Haut de page

Notes

1 Fantacci Luca, La moneta : storia di un’istituzione mancata, Venezia, Marsilio, 2005 ; Amato Massimo, Le radici di una fede. Per una storia del rapporto fra moneta e credito in Occidente, Milano, Mondadori, 2008 ; Amato Massimo, Fantacci Luca, Fine della finanza. Da dove viene la crisi e come si può pensare di uscirne, Roma, Donzelli, 2009 ; Amato Massimo, L’enigma della moneta e l’inizio dell’economia, Milano, et al., 2010.

2 Voir à ce sujet l’intéressante initiative, supervisée par Amato, qui fut prise par la mairie, par certaines PME et par certaines associations de Nantes. Il s'agissait de faire converger tous les différents principes économico-politiques impliqués dans la création d'une Chambre de compensation multilatérale, basée sur une unité de compte exclusivement scripturale. Voir à ce sujet : http://video.repubblica.it/economia-e-finanza/come-funziona-il-bonus/85535/83924 (vidéo en français). Pour une présentation théorique, voir l’article d’Amato et de Fantacci http://www.monetadidono.it/upload/ricerche/2.pdf, en particulier p. 26-30, ainsi que le volume dirigé par Fantacci, Eutopia. Proposte per una moneta internazionale, éditions et al., Milano, 2011, dans lequel sont traduits les textes de Keynes portant sur la réforme du système monétaire international, également réunis dans le XXVe volume des The Collected Writings of John Maynard Keynes, Cambridge University Press, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Davide Gallo Lassere, « Pour une théorie de la monnaie et de la finance », Terrains/Théories [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://teth.revues.org/441

Haut de page

Auteur

Davide Gallo Lassere

Laboratoire Sophiapol, EA3932, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Université Paris Lumières, F-92001, Nanterre cedex

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org