Navigation – Plan du site
Dossier
Lectures

André Orléan, L’Empire de la valeur. Refonder l’économie

Paris, Seuil, « La couleur des idées », 2011, 352 p.
Stéphane Haber
Référence(s) :

André Orléan, L’Empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Seuil, « La couleur des idées », 2011, 352 p.

Texte intégral

1Comment se débarrasser de la conception substantialiste de la valeur ? D’abord, estime André Orléan, en comprenant que les deux versions principales de cette conception (la théorie traditionnelle de la valeur-travail et la théorie de la valeur issue de l'appréciation subjective des utilités) reposent sur un même socle. Ce socle, c’est l’oubli du fait de « l'économie marchande », c'est-à-dire une économie dans laquelle la production des biens se trouve dans les mains d'une multitude de producteurs-échangistes indépendants qui décident, souverainement, en fonction de leurs seuls intérêts personnels, de la qualité et de la quantité des biens qu'ils produisent et achètent. En raison de cette autonomie des décisions privées, rien n'assure a priori que les biens produits répondront aux besoins de la société. Ce n'est qu'a posteriori, une fois la production réalisée, que s'opère, par le biais du marché, la mise en relation des producteurs. La connexion entre les hommes se fait donc exclusivement par le biais de la circulation des choses. On exclut donc toutes les relations personnelles hiérarchiques, de même que tout engagement collectif qui viendrait restreindre l'autonomie des volontés privées. Par rapport à un tel état de fait, il y a substantialisme, quelle qu'en soit la modalité, lorsque l'on suppose qu'il existe quelque chose comme un point de repère fixe, comme une essence stable soustraite à la contingence des intentions humaines. Dans les théories traditionnelles, on appelle ensuite cela la « valeur » et on essaie, par des voies différentes, de l’interpréter et de l’expliquer. Or, il s'agit là d'une décision qui revient à exclure la monnaie et donc l'économie marchande : la monnaie se trouve être le moyen approprié de l’échange, sans consistance propre, une médiation sans influence spécifique. Une théorie substantialiste de la valeur se reconnaît au fait qu'elle exclut l'efficace propre de la médiation monétaire. C'est pour cela que l'on peut parler dans ce cas d'une espèce de sous-estimation systématique du fait de l'échange lui-même.

2La théorie néoclassique fait bien partie de cet ensemble, et la critique à laquelle la soumet Orléan dans cet ouvrage constitue assurément l'un de ses apports les plus impressionnants. Pour Orléan, la théorie de la valeur comme utilité est un cas particulier de la conception substantialiste, et non une position qui permettrait de se soustraire aux difficultés de la théorie de la valeur-travail défendue par les classiques de l'économie politique et par Marx à leur suite. On y parle d'une économie pacifiée dans laquelle les agents, les consommateurs comme les producteurs, voient leurs désirs pleinement satisfaits. Ils ne souhaitent plus modifier leur situation parce qu'elles leur procurent déjà un maximum, ce qu'ils peuvent espérer au niveau prix proposé. Dans la théorie de « l'équilibre général » qui fait fond sur une telle situation, il s'agit d'analyser comment se produit ce miracle. Le présupposé principal, c'est l'objectivité des préférences. En supposant que le désir des acteurs ne s'écarte jamais de ce que dicte le calcul de l'utilité, on introduit un puissant facteur de modération dans la lutte concurrentielle : la lutte acquisitive se trouve étroitement encadrée. Et la montée aux extrêmes, caractéristique des processus agonistiques, qui pousse certains à s'emparer de ce que les autres désirent ou possèdent, est strictement interdite. La fixité des préférences, leur objectivité, forme donc un ancrage objectif qui vient contraindre puissamment les rivalités de toutes sortes. L'important est par conséquent que, dans ce monde, les individus ne se rencontrent ni ne se parlent : ce serait trop aléatoire, voire dangereux. Chez Léon Walras, c'est ainsi le « commissaire-priseur » qui est en charge de tout. C'est lui qui communique le prix aux agents économiques, les modifie en fonction des déséquilibres constatés entre l'offre et la demande ; c'est lui qui organise les échanges une fois l'équilibre trouvé. Tout ceci, que Walras a théorisé de manière raffinée, n'est pas anecdotique. Il faut bien qu'il ait eu une sorte de désocialisation préalable. On doit imaginer une procédure qui respecte absolument l'indépendance des acteurs, de telle sorte que le prix formé offre une synthèse non biaisée des choix privés. Il s'agit donc bien d'une théorie normative de la justesse des prix, contrairement à ce que l'on pourrait croire. Cette justesse doit refléter l'évaluation subjective des préférences, l'utilité des individus considérés de façon atomistique. Mais, anthropologiquement, il semble de loin préférable de partir d'un désir non stabilisé, accessible par exemple à la tendance à l'imitation mimétique. L'individu a besoin des autres pour savoir ce qu'il cherche, même si cet effet, dans le cas de la société marchande, est obtenu indirectement, au travers de l'incertitude sur les qualités, et non directement par l'imitation du désir. En résumé, Walras, présuppose une conception très dure de la « séparation marchande », c'est-à-dire de la séparation entre les consommateurs et les producteurs. Il lui faut un ensemble de biens connus de tous les acteurs, une représentation commune de la certitude, une reconnaissance collective de ce qu’est le mécanisme des prix, l'adoption par tous les acteurs d'une conception strictement utilitaire des biens marchands. Dans un tel cadre institutionnel, les individus n'ont plus besoin de se rencontrer, ni de se parler. Leur attention se porte uniquement sur les mécanismes objectifs, quantités et prix, qui absorbent toute la substance sociale. Dans le monde de l'équilibre général, les objets constituent une médiation parfaite entre les acteurs, ce qui ne laisse aucune place aux interactions, stratégiques ou autres.

3Contre cette vision, il est d'abord important de repartir avec une théorie tenable de la rareté inspirée de Thorstein Veblen. L'intuition doit être que la rareté est socialement explicable. Il est très simple de comprendre que les standards de consommation ont une grande variété historique, à l'extérieur, et à plus forte raison à l'intérieur des sociétés marchandes. Cela revient à parler d'une certaine dépendance à l'égard des objets. L'art, par exemple, est un rapport social rendu possible par une certaine mise à distance structurelle des objets, destinée à les rendre sans cesse désirés : il y a production de rareté. Plus généralement, dans une société marchande, on s’organise pour que les objets ne soient ni trop près, ni trop loin, ni trop aisément accessibles, ni trop difficilement atteignables. Des relations marchandes ne tolèrent ni l'extrême rareté, qui engendre la violence destructrice du corps social, ni l'abondance, parce que celle-ci ruine le pouvoir des objets et rend le calcul économique caduc. Philosophiquement, il faut donc partir d'une conception mimétique du désir. La concurrence mimétique se situe au point de départ. Et les institutions apparaissent alors comme des puissances capables de produire certaines différenciations durables qui structurent le mimétisme, comme le font aujourd'hui les marques commerciales ou, plus généralement, des normes de consommation. C'est en tenant compte de ces phénomènes que l'on peut rendre compte du passage de la médiation interne à la médiation externe. La notion d'utilité en perd évidemment sa centralité.

4Pour Orléan, la théorie de la monnaie vient donc avant la théorie de la valeur. C'est la monnaie bien comprise qui occupe la place du « secrétaire du marché » ou du « commissaire-priseur » dans la théorie de l'équilibre général. Ce qui rend socialement valide une action dépasse sa compatibilité avec l'équilibre général calculé par le secrétaire de marché : c’est le fait de l'utilisation de la monnaie. Il s'ensuit qu’une véritable décentralisation devient possible : chacun peut agir de manière individuelle, sans l'accord préalable des autres sociétaires, dans la mesure où il possède les moyens de paiement adéquats qui lui permettent de financer sa stratégie. On peut donc penser l'action localisée sans s’encombrer des difficultés que l'on rencontre dans le cadre de l'équilibre général. Le rôle des marchés et de la concurrence est ci conservé, mais comme un mécanisme de validation a posteriori permettant la résorption des déséquilibres. Ainsi, une économie marchande est une économie dans laquelle les acteurs sont à la recherche de la monnaie. Elle est l'instrument par excellence de la puissance marchande, en tant qu'elle ouvre l'accès à toutes les marchandises. Pour les théoriciens de la valeur, ce qui est premier, c'est le désir pour les objets, le rapport aux objets. La valeur, selon eux, est intrinsèque au fait que les objets utiles dont la quantité est limitée existent. C'est, par exemple, le point de départ de Walras. La monnaie n'apparaît pour eux que comme un instrument facilitant l'accès aux marchandises : on a, typiquement, une conception instrumentale de la monnaie. En fait, montre Orléan, il y a une genèse anthropologique de la préférence pour la liquidité qui doit occuper une place importante dans la théorie économique. Car ce qui rend les marchandises commensurables et permet l'échange, c'est seulement le désir unanime des acteurs utilisant de la monnaie. La valeur d'un bien se mesure à la quantité de monnaie que ce bien permet d'obtenir, à savoir son prix. Prix et valeur sont une seule et même réalité. Cette réalité est objective du fait que la monnaie obtenue par le vendeur au cours de l'échange est reconnue universellement. Il n'y a rien à chercher derrière le processus social. Autrement dit, ce sont les mouvements monétaires qui sont objectifs, qui sont l'objectivité même, bien que la valeur retenue pour un même bien puisse varier, dépendre des circonstances de l'échange.

5Dans ce sens, Orléan peut se dire très proches des conceptions sociologiques de la monnaie, dans le style d’Émile Durkheim, de Marcel Mauss, de François Simiand ou de Georg Simmel. Le rapprochement entre monnaie et fétiche religieux synthétise et symbole l’originalité de cette approche. La valeur économique constitue bien une puissance sociale, une espèce de pouvoir sur autrui, qui prend la forme d'un pouvoir d'achat sur les choses dont l'origine se situe dans la capture des désirs individuels de liquidité. Il est compréhensible qu'elle soit représentée comme un symbole, comme une puissance autonome. Et l'on comprend, de ce point de vue, pourquoi les libéraux et les néolibéraux ont toujours compris intuitivement la monnaie comme un facteur perturbateur. Chez Friedrich Hayek par exemple, la monnaie apparaît toujours comme le lieu de possibles dérapages, d'un trouble potentiel à l'ordre concurrentiel. Une bonne monnaie est, d'après lui, une monnaie qu'on ne remarque pas, une monnaie qui s'efface derrière l'action efficace du marché, une monnaie neutre. C'est pourquoi les libéraux ont toujours compris le monopole étatique sur la monnaie comme quelque chose de très important, symboliquement et effectivement.

6Cette nouvelle conception de la monnaie, non neutre, acquiert toute sa portée lorsqu’on la comprend comme l'arrière-plan d'une théorie de la finance. Ici le vrai guide, c'est John Maynard Keynes, avec le thème de l'auto-référentialité constitutive de la finance : dans le monde de la finance, affirme la Théorie générale, la valeur des actifs dépend essentiellement de ce que croient ceux qui les détiennent ou souhaitent les détenir. Il est clair que la notion de valuation objective, propre à la philosophie traditionnelle de la valeur, perd ici tout intérêt et toute crédibilité. On a là une sorte de vérification a posteriori de l’anti-substantialisme inhérent à l’affirmation du primat de la catégorie de « l'économie marchande ».

7Quand on place la finance au centre de l’investigation, l’autonomie des croyances conventionnelles devient, en effet, éclatante. Cette propriété d'autonomie, affirme Orléan, permet de mettre au jour une logique d'un type nouveau, en rupture avec le modèle individualiste. Selon ce dernier, la croyance collective constitue la somme des croyances individuelles ; elle ne jouit d'aucune spécificité ontologique par rapport à ces dernières. Or, dans la finance, manifestement, deux niveaux coexistent, le niveau des croyances individuelles et le niveau de la convention. Peu importe de savoir qui a objectivement raison et sait répondre correctement aux questions posées (par exemple : quelle est la valeur de telle ou telle entreprise ? de quoi demain sera-t-il fait économiquement ?). Dans le monde de la finance, on a raison quand on rejoint les valuations moyennes des parties prenantes. Ce fait permet de comprendre que le marché constitue un espace social producteur de subjectivités, d’idées et de relations, et non pas un agrégat composé à partir de l'intervention d'esprits indépendants qui échangeraient sur la base de conceptions construites hors marché. Contrairement à ce que pensait Walras, les échanges engagent la personnalité et les valeurs. Ils les modèlent. Cette influence exercée par le prix du marché sur les consciences est la conséquence de son pouvoir propre, c'est-à-dire de l'ensemble des intérêts qui les suscitent, selon des voies diverses. En d’autres termes, le prix a la puissance d'une norme : il cristallise et il ordonne en même temps. L'exemple contemporain des analystes financiers et des agences de notation est tout particulièrement représentatif de ce pouvoir, dans la mesure où ces acteurs sont supposés produire des estimations fondamentales afin d'informer le marché. En fait, ils ne font que systématiser quelque chose qui se joue déjà à l'intérieur des croyances de marché. Ils systématisent les tendances d’une opinion et contribuent par là à la former. Rien ne reflète ici la réalité objective, et il n’y a rien à chercher de ce côté-là. On ne sort pas du cercle de la croyance. La connaissance collective doit être pensée comme résultat des interactions financières elles-mêmes : elles forment un monde autocentré. Les marchés financiers sont donc des machines cognitives complexes qui, à partir de l'ensemble hétérogène des conjectures personnelles, ont pour finalité de produire une estimation collectivement admise, qu’il faudrait appeler une convention d'évaluation. Le prix d'un actif, expression de cette convention, n'apparaît pas comme l'expression d'une grandeur définie en amont des jeux marchands, mais comme une création originale de la communauté financière en quête de liquidité. Il y a donc une très forte asymétrie entre les marchés des biens et les marchés secondaires, dans lesquels les propriétaires actifs partagent tous le même désir d'un rendement élevé, sans la séparation franche qui existe entre le producteur et le consommateur. Mais cette asymétrie n'existe qu'au sein d'une homogénéité fondamentale, celle des formes sociales inhérentes à l'économie marchande.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Haber, « André Orléan, L’Empire de la valeur. Refonder l’économie  », Terrains/Théories [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://teth.revues.org/439

Haut de page

Auteur

Stéphane Haber

Laboratoire Sophiapol, EA3932, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Université Paris Lumières, F-92001, Nanterre cedex

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org