Navigation – Plan du site
Dossier

L’argent en milieu « libertin » : entre mise en scène et occultation

Jeux de séduction et mobilité sociale au féminin
Money and the “Libertine” Environment: Between Staging and Occultation
Feminine Social Mobility and Seduction Games
Philippe Combessie

Résumés

L’analyse des articulations entre sexe et argent dans les espaces de sexualité collective révèle plus d’une ambiguïté de l’Occident contemporain. Alors que la sexualité vénale y est prohibée, on y organise volontiers des simulacres de prostitution. Les femmes sont invitées à porter des tenues propres à rehausser les stéréotypes du corps féminin comme objet de désir ; la valorisation subséquente de leur capital de séduction peut être mise à profit dans des stratégies d’ascension sociale. Les savoir-faire qu’y acquièrent les plus actives leur confèrent une position plus favorable que celles auxquelles elles sont souvent astreintes par la domination masculine. Cet avantage est parfois mobilisé dans le cadre du développement d’éthiques comportementales alternatives (dans les sphères domestique, professionnelle ou publique). L’étude des espaces « libertins » en termes d’hétérotopies apporte un éclairage sur la sexualité dans l’Occident contemporain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Construite à partir d’éléments communs, une autre version de ce texte, alors intitulée « Femmes seu (...)
  • 2 Commencés dans les années 1980, ils sont réunis dans cet ouvrage : Tabet Paola, La grande arnaque. (...)
  • 3 Titre d’un colloque organisé sous l’égide de l’Association internationale des sociologues de langue (...)
  • 4 Titre d’un numéro de la revue Ethnologie française en 2013 : http://www.cairn.info/revue-ethnologie (...)

1Les recherches empiriques visant les relations entre l’argent et la sexualité se sont longtemps centrées sur la prostitution, reprenant par là une distinction de sens commun établissant un clivage radical entre les pratiques sexuelles directement rémunérées et celles qui s’inscrivent dans des échanges dont la monétisation n’apparaît pas aussi clairement1. En démontrant qu’il n’y a pas de solution de continuité au sein d’un « continuum » qu’elle dénomme « l’échange économico-sexuel » et qui s’étend peu ou prou entre la passe de la prostituée et l’institution du mariage, l’anthropologue Paola Tabet2 introduit une rupture épistémologique. Les chercheur.e.s qui ont mobilisé les concepts de « transactions sexuelles3 » et de « sexualités négociées4 » ont pris appuis sur ses analyses pour les actualiser et les nuancer, en lien avec les nouvelles formes de relations amoureuses et sexuelles qui se développent dans l’Occident contemporain et dans le cadre des flux transnationaux, migratoires ou touristiques.

  • 5 Deschamps Catherine, « Le sexe et l’argent : deux monstres sacrés ? », Revue du MAUSS, n° 37, 2011, (...)

2Cet article s’inscrit dans la lignée de ces approches. À la suite d’un texte précurseur de Catherine Deschamps5, il analyse les relations entre le sexe et l’argent à partir de pratiques de pluripartenariat développées par certaines femmes hétérosexuelles en Europe et singulièrement en France. Mais, alors que Catherine Deschamps partait de l’exemple de femmes qui fréquentent surtout les bars de nuit, cet article aborde les comportements de femmes qui participent de façon autonome à des activités de sexualité collective. On y prête alors attention à l’articulation entre trois types de manifestations : 1/ des mises en scène destinées à favoriser la construction du désir sexuel entre partenaires inconnus, 2/ des stratégies de mobilité sociale, 3/ des tentatives de développement d’éthiques comportementales alternatives passant notamment par l’accroissement des marges d’initiative des femmes en matière de séduction, mais aussi, plus largement, pour limiter l’influence des dominations dont elles sont l’objet. Le fait que les interactions se déroulent dans des espaces à l’accès strictement contrôlé, où les règles de comportement ordinaires sont modifiées, nous conduit à mobiliser le concept foucaldien d’hétérotopie, et, partant de là, à proposer une extrapolation de l’analyse vers les articulations entre sexe et argent dans l’Occident contemporain, et, plus largement, sur la place qu’y occupe la sexualité.

L’espace des pratiques de sexualité collective

  • 6 Ce type de comportement peut prendre plusieurs formes différentes, les pratiques de sexualité colle (...)
  • 7 Avec parfois quelques relations bisexuelles.

3Depuis que j’ai commencé, en 2003, mes recherches concernant les femmes qui développent, à certains moments de leur vie, quelque forme de pluripartenariat6 hétérosexuel7, j’ai constaté le caractère ambivalent – mais aussi structurant – des différents rôles que joue l’argent dans l’ensemble des interactions auxquelles elles prennent part, en particulier au sein des milieux « libertins ». Ce terme, euphémisant par les rapprochements qu’il induit avec un courant philosophique né au xviie siècle, désigne diverses formes de pluripartenariat amoureux ou sexuel, notamment les pratiques de sexualité collective dont il est plus spécifiquement question dans cet article.

4Mes informatrices rencontrent leurs amants – d’une heure, d’un soir, ou d’une plus longue période – dans des clubs souvent désignés comme « échangistes » ou « non-conformistes », lors de week-ends, de croisières et dans des résidences de vacances interdits aux mineurs8 ; des « soirées privées » sont aussi organisées, certaines à vocation tout aussi commerciale que les structures ou manifestations précédemment décrites. Dans cet article, j’ai dénommé l’ensemble de ces espaces commerciaux permettant des rencontres sexuelles entre inconnus des sex-clubs.

  • 9 à côté de la cinquantaine d’informatrices et de la dizaine d’informateurs qui ont accepté un entret (...)
  • 10 Welzer-Lang Daniel, La Planète échangiste. Les sexualités collectives en France, Paris, Payot, 2005
  • 11 Le couple adopte alors une logique parfois dénommée Don’t ask. Don’t tell. Voir Combessie Philippe, (...)

5Je conduis principalement mes recherches à partir d’entretiens répétés avec les mêmes personnes, dans le cadre d’un suivi qualitatif à long terme9. Le fait que mes analyses concernent des pratiques de femmes plus que de couples, qu’on dirait alors échangistes10, m’amène à me centrer davantage sur la situation de femmes qui développent ces activités de façon autonome. Certaines de mes informatrices vivent seules. Lorsqu’elles vivent en couple, certaines sont pluripartenaires à l’insu de leur conjoint. Il arrive aussi que ce dernier en soit informé, soit de façon discrète ou implicite11, soit dans le cadre de relations « polyamoureuses » – dénomination adoptée, depuis les années 1990, par des personnes qui s’astreignent à une grande clarté mutuelle aux sujet de leurs rencontres extra-conjugales.

De la sexualité vénale à la volonté d’émancipation de la domination masculine

  • 12 Wilson Monica, For Men and Elders: Change in the Relations of Generations and of Men and Women Amon (...)

6Quelques-unes des femmes qui se confient à moi inscrivent leur démarche dans des stratégies de développement d’éthiques sexuelles et comportementales alternatives, notamment, mais pas exclusivement, vis-à-vis de la domination masculine. En cela elles sont sans doute à rapprocher des beginners repérées par Monica Wilson12, innovatrices de changement des rapports établis depuis plusieurs générations entre hommes et femmes. En Tanzanie, au sein du peuple Nyakyusa-Ngonde, dans les années 1930, l’anthropologue sud-africaine distinguait trois catégories de beginners : 1/ celles qui, poursuivant leurs études, parviennent à être rémunérées, 2/ celles qui, devenues veuves, refusent l’héritage de leur défunt mari et 3/ celles qui, mariées, développent des pratiques autonomes de prostitution. On notera l’omniprésence de l’argent dans son argumentation, mais aussi l’ambivalence des relations des femmes à son égard, l’ensemble étant saisi dans un contexte global de revendication de libération par rapport à un ordre traditionnel fortement marqué par la domination masculine.

  • 13 Voir Lardellier Pascal, « De la monogamie au polygaming… Le “papillonnage” numériquement assisté, n (...)

7Il peut sembler étonnant que je mobilise un exemple de sexualité vénale pour analyser des relations de pluripartenariat envisagé de façon ludique ou amoureuse13 alors même que la plupart des femmes que j’interroge font des efforts considérables pour ne pas être confondues avec des prostituées. En prenant appui sur le concept de continuum de l’échange économico-sexuel, j’entends montrer comment l’univers des rencontres qui se développent dans un espace dédié aux pratiques de sexualité collective s’y trouve multisitué.

Schéma n° 1 : L’espace du « libertinage » multisitué sur le continuum de Paola Tabet

Schéma n° 1 : L’espace du « libertinage » multisitué sur le continuum de Paola Tabet

Sexualité collective et affichage de valeurs différentes selon le genre

  • 14 http://www.leglamour.com/tarifs.php (consulté le 31-07-14).
  • 15 Deschamps Catherine, « Prix et valeur dans la circulation du désir », Ethnologie française, 2013, p (...)
  • 16 Christelle, « bientôt cadre » dans une entreprise de crédit financier des Hauts-de-Seine, célibatai (...)

8Les questions d’argent apparaissent dès l’entrée dans les sex-clubs : on observe en général au moins deux tarifs. La distinction la plus fréquente ressemble à celle d’un établissement qui revendique la position de « plus grand club libertin d’Europe » et affichait ainsi ses tarifs l’été 2014 : « Couple : 60 € / Homme seul : 90 €14 ». Cet écart de prix, en plaçant le tarif de l’entrée d’un homme seul à une valeur supérieure à celle de l’entrée d’un couple, contribue à rendre délicate la situation d’une femme qui voudrait partager les frais, à l’image des femmes évoquées par Catherine Deschamps qui disent « le faire “à la protestante”15 ». Plusieurs femmes m’ont fait part de cette difficulté, et rares semblent être celles qui n’ont pas renoncé à partager le prix d’entrée, et même parfois la note du restaurant qui précédait : « le garçon, il fait des économies parce que je viens avec lui, alors, par ma seule présence, il rentre dans ses frais16 ! »

9Comme dans certaines boîtes de nuit, il est parfois difficile à un homme d’entrer dans un sex-club sans être accompagné d’une femme. Mais le fait que les rencontres y soient plus directement sexualisées modifie les rapports entre femmes et hommes ; ils sont « moins lourds » me disent nombre d’informatrices. Eugénie, 50 ans, médecin, mère de famille qui apprécie de « sortir en club sans [son] mari », raconte :

« Jean-Jacques, il vient me chercher, il organise tout, c’est vraiment cool. Physiquement, il ne me branche pas trop. Je crois que je lui plais bien, mais moi, je préfère les plus jeunes… En fait, on s’arrange bien. Avec moi, il est sûr d’avoir du succès parce que je danse, je suis souriante… et puis il fait des économies sur son entrée. […] On est un peu un “partenaire-passeport” l’un pour l’autre […] Une fois dedans, on se laisse libre l’un et l’autre… C’est ça qui me plaît dans le libertinage, cette liberté de chacun […] En boîte classique, ce ne serait pas possible ! Le mec avec qui tu y vas, il est tout le temps à te coller. Mais pour sortir en boîte de cul, même avec un mec qui ne te plaît pas trop, ben… y a pas de problème ! »

  • 17 Dans les « soirées privées », le calcul de la « participation aux frais » se fait souvent sur la ba (...)

10Les propos d’Eugénie font référence à la fois à la structuration des tarifs et à l’organisation de ces soirées sur la base de binômes homme-femme17 – lesquels se révèlent souvent des couples de façade (ou d’amis complices) qui se servent mutuellement, nous dit-elle, de « passeport ». Ce terme indique l’instrumentalisation de chacun par l’autre pour pénétrer dans ces espaces où il s’agira, justement, de mettre en place des formes de jeux plus ou moins scénarisés, au sein desquels, de façon paradoxale, chacun devra se montrer à la fois objet désiré et sujet désirant. Puisqu’il s’agit là d’espaces de sexualité collective, ce terme de « passeport » peut signifier aussi qu’on franchit une frontière pour pénétrer dans un pays étranger, ou au sein de ce que Michel Foucault désignait comme une hétérotopie. Poursuivons l’analyse.

Du théâtre prostitutionnel comme stimulant érotique

11Commençons par observer les liens entre le « libertinage » et l’une des bornes ­du continuum de l’échange économico-sexuel : les situations dans lesquelles les hommes accèdent au corps des femmes par une rémunération directe.

Costumes propres à réaffirmer les stéréotypes de la femme comme objet de désir

  • 18 Dans les boutiques spécialisées, on explique aux clientes que telle ou telle paire de chaussure est (...)

12Dans les sex-clubs, pour les femmes, le port du pantalon est proscrit. Elles sont invitées à adopter des tenues propres à rehausser les stéréotypes les plus classiques de la femme comme objet de désir : silhouettes cambrées voire hyper-cambrées par des talons très hauts, bas résille, jupes très courtes ou minishorts, épaules dénudées, parfois poitrine apparente. On les voit donc arborer des costumes plus ou moins inspirés de ceux de femmes dont l’activité professionnelle consiste à faire commerce de l’exhibition de leur corps : danseuses de revue, strip-teaseuses, hôtesses de bar américain18. Les contraintes vestimentaires sont moins visibles pour les hommes, qui sont toutefois souvent invités à se conformer aux stéréotypes de la masculinité mature : dans la plupart des sex-clubs parisiens, T-shirts, jeans et chaussures de sport sont proscrits au profit d’une tenue constituée de chemise, pantalon et chaussures de ville. Cette mise en scène du corps, et spécifiquement du corps féminin, comme objet de désir, contribue à valoriser, dans ces espaces, le capital de séduction – en l’occurrence, spécifiquement féminin.

Photographie n° 1 : Essayage

Photographie n° 1 : Essayage

Crédit : Philippe Combessie

  • 19 Celles-là se retrouvent plus volontiers dans les « hammams libertins ».

13Si j’ai rencontré quelques « libertines » qui refusaient ces contraintes19 ou les acceptaient de mauvaise grâce, la plupart de mes informatrices, au contraire, m’ont dit qu’elles leur permettent d’endosser un rôle actif en matière de séduction dont elles se sentiraient incapables avec des vêtements de tous les jours.

  • 20 Sandrine, chirurgien-dentiste à Bordeaux, divorcée, un enfant, 39 ans.

« Pour moi, le plus important, c’est les talons ! Un stiletto, c’est au moins douze centimètres de cambrure ! Avec ça, je peux conquérir le monde. Avec ça, je peux danser des heures. Normalement, on pourrait penser que ça fait mal aux pieds. Mais comme je sais que tout le monde me regarde, les mecs, mais aussi les nanas hein… ben je me sens super en forme et je peux danser pendant des heures. Et, après, quand on va dans les coins câlins, je m’éclate. Et je garde mes chaussures hein… Toujours ! Les câlins : debout, en levrette, en étoile de mer… toujours avec mes talons ! C’est mon arsenal ! […] Pour moi, sans ma panoplie, je ne peux pas libertiner. Avec ça, j’entre dans ma deuxième vie20. »

  • 21 Les femmes « libertines » sont souvent promptes à utiliser ce type de vocabulaire. J’avais souligné (...)

14L’assurance acquise dans cette « deuxième vie » n’est en général pas sans influence sur les comportements à l’extérieur : les femmes ayant développé leur capital de séduction ainsi valorisé dans ces espaces se disent plus sûres d’elles-mêmes en cas d’agression sexiste dans la rue, voire dans leur univers professionnel ou à domicile. Mais cela doit rester discret ou se faire de façon détournée : il n’est pas question que les pratiques de pluripartenariat soient découvertes. C’est ainsi que mes informatrices m’ont dit tenir leurs « fringues de pute21 » sous clé, craignant que leurs enfants ne les repèrent. De telles tenues ne peuvent être portées dans la rue.

Photographie n° 2 : « Arsenal » T. 38

Photographie n° 2 : « Arsenal » T. 38

Crédit : Philippe Combessie

  • 22 Ces tenues s’apparentent à une stylisation de celles des prostituées « à l’ancienne » plus qu’à cel (...)

15Les déguisements sont bienvenus dans les espaces « libertins » : soubrettes, infirmières, femmes-policiers, hôtesses de l’air… mais point de prostituées – sauf lors de soirées spéciales. La tenue « libertine » est, de fait, une quasi tenue de professionnelle du sexe22, mais n’est pas un déguisement ; ce serait davantage un signe de reconnaissance, un peu comme le jeans parmi bien des étudiants.

  • 23 Quant aux costumes des hommes, les plus valorisés sont ceux que porterait la poupée mannequin Ken, (...)

16Il s’agit d’un vêtement variable de forme et de couleur (contrairement à un uniforme scolaire par exemple) mais qui serait toujours destiné à une « poupée Barbie sexy23 », façon de conférer un caractère esthétique à ces tenues, comme en témoigne le nombre de ces soirées dénommées Eyes Wide Shut – référence au dernier film de Stanley Kubrick où l’on découvre quelques scènes de sexualité collective à la fois très ritualisées et très esthétiques avec des personnages arborant des masques vénitiens.

Photographie n° 3 : Au cours d’une soirée Eyes Wide Shut

Photographie n° 3 : Au cours d’une soirée Eyes Wide Shut

Crédit : Philippe Combessie

17Une telle distinction est fondamentale pour comprendre l’importance de la mise à distance du stigmate qui peut toucher les prostituées. C’est justement parce que la « libertine » a quelque chose de la prostituée – le nombre de partenaires sexuels qu’elle peut accumuler et la facilité avec laquelle elle sépare coïts et affects – qu’il n’est pas question qu’elle soit prise pour telle, même si des simulacres de prostitution sont volontiers organisés.

De la prostitution comme un jeu

18On peut voir, de façon épisodique, des mises en scènes de sexualité vénale. De l’argent ostensiblement fictif est alors distribué. Dans les photos ci-après, on remarquera le graphisme spécifique des billets, qui les distingue sans hésitation de l’argent ordinaire. On remarquera aussi la présentation équilibrée des soirées d’un sex-club d’Eure-et-Loir : les personnes invitées à vendre leurs charmes sont tour à tour des femmes ou des hommes.

Photographie n° 4 : Échange de flyers

Photographie n° 4 : Échange de flyers

Crédit : Philippe Combessie

  • 24 Il n’est pas question de faire des généralités à partir d’un nombre réduit d’exemples, remarquons t (...)

19Dans une « soirée privée » à vocation commerciale, j’ai assisté à une séance au cours de laquelle les hommes se sont d’abord vu distribuer des billets libellés « monnaie de singe » ; la femme désignée « Reine des putes » s’est vu offrir une semaine dans un hôtel au Cap d’Agde. D’une soirée Just a Gigolo, j’ai rapporté des euros factices illustrés de petits cœurs (à la place des étoiles de l’Union Européenne) et de corps dénudés : chaque femme avait reçu 15 de ces billets à l’entrée, et devait, ensuite, les utiliser pour acheter des services sexuels. Le gagnant s’est vu remettre une entrée gratuite, un DVD de film classé X et un peignoir de bain24.

Photographie n° 5 : Flyers et billet factice

Photographie n° 5 : Flyers et billet factice

Crédit : Philippe Combessie

  • 25 Foucault Michel, « Des espaces autres » (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 196 (...)
  • 26 Pour ce qu’il m’a été donné d’en voir, c’était des scènes reprenant des clichés de racolage de rue  (...)
  • 27 Foucault Michel, « Des espaces autres », art. cit., p. 1578.

20On pourrait apparenter ces soirées à des formes de carnaval, au sein de ces « espaces autres » que Foucault dénommait hétérotopies ou hétérochronies, « liées au temps dans ce qu’il a de plus futile, de plus passager, de plus précaire, et cela sur le mode de la fête25. » Qu’il s’agisse des panoplies « libertines » ou des soirées spéciales Courtisane ou Gigolo, on voit donc des mises en scènes ostensibles évoquant différentes formes de prostitution26 mais qui toutes soulignent, de diverses façons, qu’il ne s’agit pas de sexualité vénale. Il s’agit donc d’ambiances para-prostitutionnelles. Les rapports d’argent comme les relations de domination sont singés comme si nous étions dans un espace où le ludique a pris le pas sur le réel. On est là avant tout dans un jeu, au sein duquel, pour reprendre une formule de Foucault au sujet des hétérotopies, les acteurs « se trouvent dans une sorte de rupture absolue avec leur temps traditionnel27 ».

Une ancienne maison close reconvertie en sex-club

  • 28 Il a fermé ses portes en avril 2014.

21On retrouve une mise en scène para-prostitutionnelle dans la décoration intérieure de plusieurs sex-clubs. L’un d’eux, Porte Maillot, à Paris, était même installé dans les locaux d’une ancienne maison close28 ; on y avait maintenu certains éléments d’aménagement ancien : cheminées de style années 1930, lavabos, bidets. En le mélangeant avec des lits de facture et de dimensions adaptées à des ébats collectifs, et en redessinant l’architecture intérieure des cloisons tout en conservant certains chambranles de portes dans leur facture d’origine, on avait créé un jeu, au double sens du terme, entre les pratiques « libertines » et celles de la prostitution.

Photographie n° 6 : Images souvenir, chez une « libertine », d’un sex-club installé dans une ancienne maison close

Photographie n° 6 : Images souvenir, chez une « libertine », d’un sex-club installé dans une ancienne maison close

Crédit : Philippe Combessie

  • 29 Deschamps Catherine, « Le sexe et l’argent : deux monstres sacrés ? », art. cit., p. 387.

22Gisèle est retraitée de l’éducation nationale, fille de militaire, elle se définit comme « résolument libertine » depuis que, devenue veuve à 52 ans, elle a découvert les espaces de sexualité collective. Elle s’y rendait deux fois par mois : « cet univers est fantastique, il m’a permis de passer allègrement le cap de la ménopause et de découvrir d’autres formes de plaisir après une vie conjugale banale. Jouer à la pute sans en avoir les inconvénients, c’est super exaltant ! ». Catherine Deschamps souligne le paradoxe constitué par ce fait que « pendant que certains mouvements féministes s’évertuent à présenter la prostitution comme le dernier bastion de la domination masculine, ce soit parfois une caricature de cette domination qui devienne l’adjuvant du désir des femmes lors de rapports de séduction non officiellement monétarisés29. »

Usages de « scripts sexuels » para-prostitutionnels en milieu « libertin »

  • 30 Gagnon John H. et Simon William, Sexual Conduct. The Social Sources of Human Sexuality, Chicago, Al (...)

23Depuis les années 1970, à l’encontre des thèses postulant l’existence d’une répression sexuelle sans laquelle la sexualité humaine pourrait se développer de façon aussi libre que dans le monde animal, John Gagnon et William Simon élaborent puis affinent leur théorie des « scripts sexuels » qui indiquent au contraire qu’il est particulièrement difficile que se mettent en place les conditions pour que des humains développent des rapports sexuels : « On connaît nombre de situations où tous les éléments nécessaires à un rapport sexuel sont présents sans qu’il se produise, parce qu’il n’y a même pas d’excitation sexuelle30. » Pour qu’un rapport charnel unisse des êtres humains, il faut donc qu’un « script sexuel » mette en concordance simultanément trois niveaux : culturel (un scénario considéré comme érotique dans un groupe humain donné), interpersonnel (une interaction entre deux individus, ou plus) et intrapsychique (un fantasme excitant).

24Si l’on est convaincu par ces analyses, on perçoit la difficulté devant laquelle se trouvent les responsables d’espaces dédiées à des pratiques de sexualité collective entre inconnus. Lorsque ces espaces ont une vocation commerciale, ce qui est le cas de tous les sex-clubs et de nombre de « soirées privées », ils sont destinés à accueillir hommes et femmes majeurs issus de milieux divers et de cultures variées ; leur seul point commun est l’intérêt – ou à tout le moins la curiosité – pour des pratiques de sexualité collective. On comprend le caractère limité des scripts susceptibles d’entraîner suffisamment d’excitation pour qu’en l’espace de quelques heures au maximum, des inconnus deviennent partenaires sexuels.

25Le scénario de la prostitution, ou plus exactement d’une forme fantasmée de prostitution (avec davantage d’inversion des rôles selon le genre que ce qu’on connaît des véritables activités de sexualité vénales) est sans doute l’un des modèles les plus faciles à reproduire – ou à « singer » comme le nom attribué à la monnaie qui est parfois distribuée aux joueurs.

  • 31 Voir Péquignot Bruno, La Relation amoureuse : analyse sociologique du roman sentimental moderne, Pa (...)

26Le modèle de la « poupée Barbie sexy » peut être lu comme le plus petit commun dénominateur des fantasmes masculins dans l’Occident contemporain, apte à exciter le plus grand nombre d’hommes présents dans ces espaces, quelle que soit leur origine. Quant à son alter ego « Ken », qui peut être considéré comme l’un des modèles auxquels les hommes sont invités à se conformer en milieu « libertin », il ressemble beaucoup aux stéréotypes masculins des romans sentimentaux populaires ou au personnage de l’homme d’affaires Christian Grey, qui semblent faire fantasmer nombre de femmes occidentales31 – on notera, dans les deux cas, que le charme produit par la plastique corporelle masculine ne semble opérer que lorsque le statut socio-économique est conséquent. Les « scripts para-prostitutionnels » que nous venons de décrire, tout comme les tenues de soubrettes, infirmières, hôtesses de l’air… sont donc la condition sine qua non pour que des personnes issues de milieux divers et qui ne se connaissent pas puissent éventuellement entrer en interaction sexuelle.

  • 32 Les « libertins » distinguent les soirées horizontales (avec pluripartenariat sexuel) et les soirée (...)
  • 33 Stéphanie, architecte à Marseille, divorcée, 2 enfants, 42 ans.
  • 34 Castels Flo et Agneszka, La Reine des abeilles. Journal d’une libertine, Surrey (Colombie Britanniq (...)
  • 35 On note la focalisation sur les organes génitaux féminins mais rien n’est dit de l’aspect éventuell (...)
  • 36 Ce message renforce l’un des stéréotypes sexistes les plus diffusés en ce qui concerne le rapport d (...)

27Par la valorisation de leur capital de séduction, les femmes qui entrent dans ce type de script sexuel de façon active se trouvent donc, dans ces jeux, sur un piédestal. Elles peuvent y prendre des initiatives qui, à l’extérieur, leurs seraient reprochées. « Dans les soirées verticales32, si je fais une avance à un mec, soit il prend peur, soit il me prend pour une pute ! Ici, c’est normal que je choisisse… et le mec aura tout autant de respect pour moi33. » La façon de se saisir de ces scripts permet donc aux femmes d’engager des relations de séduction dans lesquelles leurs marges d’initiative se trouvent accrues par rapport à celles dont elles disposent à l’extérieur de ces espaces. Certaines peuvent même se considérer alors en position dominante ; une femme qui « libertine » en solitaire depuis dix ans a publié un ouvrage, en 2014, où elle se présente en « reine des abeilles34 ». Dans une perspective comparable, quelques femmes arborent, en milieu libertin, un vêtement (T-shirt, maillot ou casquette) orné de la phrase : I have the pussy, so I make the rules (c’est moi qui ai le minou, c’est moi qui établis les règles). Le slogan souligne le surcroît d’assurance dont peuvent bénéficier les femmes qui voient ainsi leur capital corporel érigé en valeur cardinale de jeux de séduction hétérosexuels35. Il indique aussi qu’un objet (le minou) sert à définir un sujet (la femme qui, donc, établit les règles) ; l’objet est présenté comme sexuellement désiré mais il n’est pas certain que le sujet soit sexuellement désirant36 – la phrase signale en revanche l’intérêt du sujet pour le pouvoir.

Photographie n° 7: I make the rules

Photographie n° 7: I make the rules

Crédit : Philippe Combessie

  • 37 Une femme qui « libertine » seule et milite en ce sens a pris l’initiative, en 2014, de créer un «  (...)
  • 38 Dans les espaces où elles sont invitées gratuitement, certains pourraient même considérer qu’elles (...)

28Les scripts sexuels libertins sont donc propres à renforcer la confiance en elles des participantes, ce qui peut conduire les plus actives d’entre elles à prendre des initiatives destinées à engager quelques changements de comportements. Lorsque les transformations envisagées concernent l’espace même des sex-clubs, elles visent à y obtenir une meilleure reconnaissance des besoins ou désirs des femmes37 (souvent desservis par le fait que celles-ci sont rarement clientes elles-mêmes, en raison de la structuration des tarifs évoquée plus haut38), mais elles peuvent aussi viser les comportements hors milieu « libertin » : dans le monde professionnel, l’univers domestique voire l’espace public.

  • 39 Marie, infirmière en milieu hospitalier à Grenoble, divorcée, un enfant, 48 ans.

« Dans les clubs le fait qu’il y ait plus d’hommes que de femmes seules fait que les femmes ont le choix. C’est assez excitant d’avoir ce pouvoir. Décider de se laisser approcher ou au contraire de refuser une caresse. Se sentir désirée donne le sentiment d’exister. Il m’est arrivé de refuser des caresses simplement pour le plaisir de dire non, le plaisir d’exercer un certain pouvoir. […] À l’hôpital les hommes sont médecins ou directeurs, les femmes sont infirmières ou femmes de ménage. Mon expérience libertine m’a permis de m’affirmer. J’ai modifié mon regard sur moi et cela m’a permis d’accéder à plus de responsabilités. Les personnes qui ne m’ont pas vue pendant longtemps ont perçu cette évolution39. »

  • 40 Martine, vendeuse à Metz, mariée, 2 enfants, 41 ans.

« C’est Bruno qui a voulu qu’on libertine. Au début, je lui laissais les manettes. Les premières fois, je n’en menais pas large. […] Là, on va fêter nos vingt ans de sorties coquines. J’ai pris une assurance terrible. À certains moments, on dirait que c’est moi qui domine. Et je peux dire que je l’ai amené à évoluer sur pas mal de trucs à la maison. Il était hyper macho, il est devenu… pas docile… mais, plus attentif, beaucoup plus. Toujours viril hein… mais… à l’écoute. Je ne suis plus la jolie fleur qui ne dit que des conneries. Et ça fait tache d’huile… nos copains verticaux, ben, les épouses citent souvent Bruno en exemple à leur mari. Et on voit les évolutions40. »

  • 41 Gisèle, retraitée de l’éducation nationale, parisienne, veuve, 3 enfants, 63 ans.

« En milieu libertin, j’ai appris à maîtriser ma séduction. Mon regard surtout, j’ai appris à le contrôler… et, dans les deux sens. Je sais y faire maintenant. Je ne me laisse plus enquiquiner par des dragueurs de bas étage. En jouant la dominatrice, j’en ai conduit plusieurs à modifier leurs comportements vis-à-vis des femmes. Les jeunes-filles sont naïves, même aujourd’hui avec Internet, ça ne change pas beaucoup, elles sont aussi paumées que moi à leur âge, je veux les protéger. Et je peux dire que j’ai réussi, ne serait-ce que dans le métro, à faire évoluer plusieurs dragueurs de rue… je les recroise souvent dans le 18e, c’est tout petit Paris. Je constate leurs changements d’attitudes41. »

  • 42 Becker Howard S., Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 (1ère éditi (...)
  • 43 Les mêmes peuvent être promptes à s’engager dans des jeux érotiques où la domination masculine leur (...)

29De façon directe lorsqu’elles s’adressent à des personnes acquises aux pratiques de sexualité collective et que leurs revendications concernent le seul espace « libertin », de façon détournée ou plus discrète lorsqu’il s’agit de changer les comportements à l’extérieur, ces femmes se font « entrepreneures de morale42 », visant à promouvoir ou établir des éthiques comportementales alternatives, dans l’objectif, notamment, de limiter les effets qui leur semblent les plus contestables de la domination masculine43.

30Par ailleurs, le brassage social produit par la variété des origines (à la fois géographiques, culturelles et socio-économiques) des clients des sex-clubs, permet que soient envisagées, par les femmes les plus démunies en capitaux autres que de séduction corporelle, des recherches de rapprochements avec des hommes issus de milieux qu’elles considèrent comme davantage privilégiés que ceux auxquelles elles sont attachées à l’extérieur, dans l’espoir que les rencontres sexuelles pourront entraîner d’autres formes de relations.

Le pluripartenariat comme vecteur de mobilité sociale

31L’éventuelle recherche, par une femme, d’une union durable avec un homme conduit à explorer les relations entre le « libertinage » et l’autre borne du continuum de l’échange économico-sexuel : le mariage. Nous verrons ensuite que la quête de mobilité sociale peut aussi emprunter d’autres voies.

Recherches d’un « beau mariage »

  • 44 . Combessie Philippe, « Amours plurielles et communication. Dettes, contre-dettes et jalousie const (...)
  • 45 Ce n’est pas toujours le cas en milieu « libertin », où les corps des hommes jeunes sont volontiers (...)
  • 46 Arnold Van Gennep distingue les phases « de séparation », « de marge » et « de ré-agrégation ». Van(...)

32Lorsque le pluripartenariat se développe dans le cadre de relations polyamoureuses, mes recherches m’ont conduit à souligner à quel point la communication que s’imposent les protagonistes invite à limiter le choix des partenaires potentiels à un cercle socialement circonscrit aux personnes de niveau socio-économique comparable44. Tel n’est pas le cas pour les rencontres qui se déroulent dans les espaces de sexualité collective, notamment dans les sex-clubs, où le brassage social est parfois conséquent. Cela peut présenter un intérêt pour les personnes en quête de relations avec des milieux différents de ceux qu’elles fréquentent d’ordinaire. C’est ainsi que certaines femmes, relativement démunies en ressources économiques, fréquentent les espaces de sexualité collective dans une démarche, parfois présentée explicitement comme telle au sociologue, de recherche d’un conjoint. C’est parmi les plus jeunes que ce type de démarche est le plus visible – à tout le moins, parmi celles qui affectionnent la compagnie d’hommes plus âgés qu’elles45. Plusieurs femmes m’ont déclaré que leur « libertinage » pourrait prendre fin dès qu’elles auront (re)trouvé un conjoint, un peu comme s’il s’agissait de la « phase de marge » d’une initiation tribale46 : la tribu des couples mariés.

33Deux Brésiliennes, Ana et Elba, ont arpenté pendant 18 mois nombre de sex-clubs d’Europe en déclarant de façon ingénue : « on cherche un mari ! » Elba a épousé un médecin hollandais rencontré « au Cap d’Agde » ; ils vivent à Amsterdam et ne « libertinent » plus que « parfois, l’été ». Elba faisait des études d’histoire de l’art à Paris, abandonnées après le mariage ; elle ne travaille pas et s’occupe de leurs 2 enfants.

  • 47 Sa mère, veuve, est professeur de mathématiques à Varsovie.

34Arrivée à Paris à 20 ans, Marzena47 a trouvé un emploi de femme de ménage par le réseau « de l’église polonaise ». Elle a découvert « les boîtes échangistes » au bout de deux ans, y a passé tous ses samedis soirs pendant huit ans, « pour éviter d’être avec les Polonais de Paris, qui sont rien que des ouvriers ; dans ces boîtes, au moins, tu as des banquiers, des sportifs ». En me précisant qu’elle n’acceptait jamais les coordonnées d’hommes mariés, elle indique que sa recherche avait un objectif dépassant le strict contexte de relations sans lendemain. De façon singulière, elle n’avait pratiquement jamais de rapports sexuels sur place : elle y allait pour repérer des hommes et recueillir leur numéro de téléphone.

  • 48 Là, ils ne fréquentent aucun espace « libertin ».

35Elle avait aussi un autre usage de ces espaces, plus singulier, dont j’ai mis du temps à comprendre la subtilité. Autant elle appréciait ce qu’elle percevait du milieu social de nombreux hommes qui fréquentent ces espaces, autant ses réactions à l’égard des pratiques sexuelles auxquelles ils s’y livraient étaient ambivalentes. En y amenant des hommes rencontrés à l’extérieur et qui ne connaissaient pas le « libertinage », elle leur faisait subir un double test : elle désirait un futur conjoint suffisamment « ouvert d’esprit » pour ne pas être choqué par ce qu’il y voyait, mais suffisamment « bien élevé » pour ne pas succomber à ces pratiques. C’est ainsi qu’après avoir rencontré Daniel dans une boîte de nuit classique, elle lui a fait découvrir dès la semaine suivante « [sa] boîte échangiste préférée » ; ils y sont retournés une dizaine de fois en six mois : « et, toujours, il a été très correct ». Ils se sont installés en couple et leur petite fille est née deux ans plus tard – depuis, ils n’y vont plus que très rarement : « On préfère aller à Deauville48. »

  • 49 Rodier Christine, « D’assignations multiples à une invisibilité totale : parcours de femmes marocai (...)
  • 50 Si cela ne se produit pas, à tout le moins peuvent-elles espérer rencontrer un homme qui leur appor (...)
  • 51 Notons toutefois que même les femmes ayant rencontré leur conjoint en milieu « libertin » préfèrero (...)
  • 52 Le coût de ce type de stratégie est souvent particulièrement élevé ; la violence que cela entraîne (...)

36Certaines femmes peuvent développer des stratégies de mobilité sociale à travers des activités de sexualité vénale, notamment lorsque, à la suite de migrations économiques, elles se prostituent dans des régions plus riches que leurs milieux d’origine49. Elles sont là susceptibles de rencontrer un jour un client qui pourrait les épouser. Si cela se produit50 leur nouveau statut les contraint à cesser toute pratique de sexualité rémunérée. Des changements de comportement s’imposent de façon moins radicale après une mise en couple de « libertine », elle peut éventuellement continuer avec son conjoint51. Mais le même stigmate qui affecte la prostitution, en raison de la proximité entre le « libertinage » et ce type d’activité, se révèle d’une contrainte terrible pendant toute la phase de quête d’ascension sociale. Les femmes dans cette situation doivent en effet paraître désintéressées52 tout en fréquentant des milieux où les occasions de dépenses ne sont pas négligeables ; sans parler du coût des tenues évoquées plus haut, celui des transports de nuit se révèle parfois important. Leurs stratégies à long terme les conduisent par ailleurs à ne jamais accepter d’argent alors même qu’elles disposent de revenus limités ; « même quand un banquier voulait me prêter » m’a précisé Ana en parlant d’un agent de change de Lisbonne. Elba insiste régulièrement pour « payer le taxi », voire « partager l’hôtel ».

  • 53 Caplow Theodore, « Christmas Gifts and Kin Networks », American Sociological Review, n° 47, 1982, p (...)

37Ana, Elba et Marzena sont même vigilantes quant aux cadeaux qu’on leur offre parfois. Marzena a expliqué au sociologue avoir couru les bijouteries parisiennes plusieurs après-midi pour connaître la valeur d’un bracelet qu’elle venait de recevoir, de façon à choisir en remerciement un cadeau « à la hauteur ». On trouve là une démarche proche de celles qu’analysait Theodore Caplow qui a établi que le « choix » des cadeaux de Noël dans un cadre intrafamilial dépend, entre adultes, de la valeur accordée au lien social mais aussi des revenus des protagonistes – prenant en compte l’éventuel écart entre les revenus – chacun étant tenu par le même type de calcul implicite53. Agissant ainsi, Marzena, tout en soulignant son absence d’intéressement financier, anticipait l’éventualité de se trouver engagée dans un contexte d’échanges intrafamiliaux ; du moins se comportait-elle comme si c’était déjà le cas.

Recherches d’un « bon métier »

38J’ai rencontré le même impératif d’affichage de la mise à distance de l’argent chez des femmes qui développaient, à travers leurs pratiques de pluripartenariat, une recherche, plus ou moins délibérée, de travail socialement enviable à leurs yeux.

39Faouza est arrivée en France à l’âge de 10 ans, avec ses parents, réfugiés politiques. À 30 ans, elle vit toujours chez eux, est au chômage, et, bien qu’elle n’ait aucune formation dans ce domaine, aimerait « travailler dans la pub pardi ! C’est pour ça que je suis dans cette boîte ! ». Ayant de très faibles revenus, elle ne sort « pas plus d’une fois par mois » ; elle vient alors à Paris depuis la banlieue sur un vieux vélo, habillée en baskets et jean – robe et escarpins dans son sac à dos. Elle gare discrètement son vélo dans la cour d’un immeuble résidentiel où travaille comme employée de maison une de ses cousines, puis elle se change, dans l’obscurité.

40Coralie et Hélène sont venues seules s’installer à Paris alors que leurs parents résident dans des zones semi-rurales où l’une et l’autre disent avoir l’impression d’étouffer. Coralie travaille comme intérimaire : « comme ça, je suis toujours dispo pour un boulot dans le show-biz » ; à bientôt 30 ans, elle fréquente plusieurs fois par mois les soirées organisées par des personnes qui appartiennent à des milieux de la télévision et de la nuit parisienne, certains l’emmènent en vacances avec eux. Hélène, 24 ans, étudiante en science politique, a tenu à me faire remarquer « l’importante proportion de [ses] amants dans les ministères, des attachés parlementaires […] même un député et un ancien secrétaire d’État ». Les « soirées privées » que ces femmes fréquentent leur permettent de côtoyer des hommes influents dans les milieux au sein desquels elles nourrissent des ambitions professionnelles. Comme les femmes qui « libertinent » dans une démarche de recherche matrimoniale, elles sont contraintes à d’importants efforts pour fréquenter ces milieux où gravitent des personnes qui ont des revenus très nettement supérieurs aux leurs sans pour autant apparaître intéressées. Dès lors qu’on observe des liens potentiels entre sexe et argent, les stratégies à long terme impliquent un bannissement de tout rapprochement trop visible. Cela peut conduire ces « libertines » à surveiller leurs ami(e)s, voire en changer.

  • 54 Coralie, secrétaire intérimaire, Créteil, célibataire sans enfants, 30 ans.

« Au début, quand j’ai commencé à libertiner, je sortais avec Micheline. On s’entendait super bien toutes les deux, on aimait les mêmes soirées, les mêmes mecs. Mais, à un moment, j’ai vu qu’elle visait trop la couleur des cartes de crédit ! […] Elle ne voulait que du gold […] Je n’ai pas hésité, j’ai arrêté de la fréquenter. Pas question que je sois assimilée comme elle hein ! Moi, je ne suis pas intéressée… ce que j’aime, c’est sortir, m’amuser. C’est pour ça que je veux bosser dans le show biz ! Mais, je ne suis pas une nana intéressée hein ! D’ailleurs, si tu savais ce que ça me coûte ces sorties, les fringues, et tout54. »

  • 55 Bozon Michel, « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans les exp (...)
  • 56 Il est plus facile à une femme de se faire remarquer en milieu « libertin » qu’à un homme ; moins n (...)

41Ces usages du pluripartenariat sont à rapprocher de la recherche de « réseaux sociaux » dont parle Michel Bozon lorsqu’il distingue trois types d’usages de la sexualité55. En milieu « libertin », la rapidité avec laquelle se nouent de nouvelles rencontres sexuelles ainsi que la déconnexion entre ce type de pratiques et les liens amoureux permettent aux participants – et plus encore aux participantes56 – qui sont dans une démarche de constitution d’un réseau, de remplir en quelques semaines un carnet d’adresse beaucoup plus conséquent qu’en milieu ordinaire. La sœur jumelle d’une « libertine » de 23 ans m’a précisé : « Depuis que ma sœur sort dans ses boîtes un peu spéciales, elle est tout le temps invitée partout, elle connaît plein de monde. »

42Le point commun entre ces sept femmes est l’ampleur des investissements – et des restrictions sur les dépenses de la vie courante – auxquels elles s’astreignent pour fréquenter, sans paraître intéressées, ces espaces où elles trouvent des occasions de rencontres avec des hommes beaucoup plus richement dotés qu’elles en capitaux divers, et qui pourront, soit par le biais de propositions matrimoniales, soit par le biais d’offres de stages professionnels ou d’emplois, leur permettre d’obtenir le statut économique auquel elles aspirent. Nous avons là un usage du pluripartenariat dans des stratégies féminines d’ascension sociale, souvent liés à des flux migratoires, soit intra-nationaux (des régions excentrées vers les métropoles, et singulièrement vers Paris) soit internationaux.

Positionnements intermédiaires sous le signe d’une plasticité normative

43J’indiquais plus haut un positionnement multisitué des relations entre le « libertinage » et l’argent sur le continuum de l’échange économico-sexuel. Les précisions apportées par Armelle montrent à quel point ce positionnement peut même se révéler mouvant.

La hauteur du compte en banque comme variable d’ajustement

44Fille d’un avocat londonien et d’une psychiatre parisienne, Armelle a deux sources de revenus : ses cours de yoga et une petite galerie d’art dans le midi de la France. Elle fait partie de mes informatrices privilégiées depuis 2003. Après avoir lu un premier brouillon de ce texte, elle m’a envoyé un mail dont voici quelques extraits : « Je dois confesser moi-même un rapport très paradoxal à l’argent dès lors qu’il est question de libertinage […] J’ai invité pas mal de partenaires hommes en club échangiste, quitte à parfois leur donner l’argent avant pour que ce soit eux qui paient, ne voulant pas les “castrer publiquement” si je payais. Mais quand j’ai moins d’argent ou que je suis plus inquiète sur mes rentrées financières à venir, j’ai tendance à ne sortir qu’avec les hommes qui m’invitent. » Au cours de l’entretien que nous avons réalisé quelques jours plus tard, elle m’a parlé de la façon dont cela se passe avec Paulin (son compagnon depuis 18 mois).

« D’un commun accord, quand j’ai commencé à lui faire connaître mon univers, on a décidé de prendre ces dépenses sur le compte commun. Mais, en fait, pour cette décision, j’étais emmerdée : je lui ai même dit que théoriquement, enfin, dans ma théorie à moi, il devrait payer parce que sinon j’aurais plutôt envie d’y aller avec quelqu’un qui m’invite, vu qu’à cette époque, pour moi, c’était plutôt période de disette. Mais, bon, comme je sentais que c’était le bon moment pour lui, de l’initier aux clubs échangistes, que c’était bon pour notre relation… j’ai coupé la poire en deux, et on prend cet argent sur le compte commun. Et ça continue comme ça. En novembre, j’ai eu une bonne rentrée de fric, eh ben notre réveillon libertin à Berlin, c’était sur le compte commun, alors que j’aurais pu l’inviter parce que c’était lui qui était un peu dans la dèche à l’époque. »

45Elle me parle ensuite d’un autre de ses amants, ce qui lui permet de préciser son point de vue.

« Moi-même, je suis vachement ambivalente. Tu vois, Attilio, ce charmant Italien qui n’arrête pas de m’inviter partout depuis un an. Il est vraiment adorable. Il m’a invitée pour demain soir… Là, normalement, en ce moment, comme je n’ai pas vraiment de ronds avec mes nouveaux investissements, et comme Paulin est parti trois jours travailler avec son frangin, normalement, je devrais accepter son invitation, eh ben je viens de refuser parce que, tu vois, il n’arrête pas de me promettre des cadeaux Attilio, et j’ai l’impression qu’il essaie de m’acheter. Et, vraiment, à ce point-là, ça m’indispose. Ah s’il pouvait se contenter de payer le taxi, le resto et l’entrée de la soirée. Ce serait le compagnon idéal pour sortie libertine d’une nana fauchée ! Ce serait le mec idéal. Mais tout le monde sait que le mec idéal n’existe pas ! C’est bien pour ça que j’en prends plusieurs ! »

  • 57 Les informations que j’ai pu recueillir lorsque les genres sont inversés – quand l’homme est économ (...)

46Le positionnement multisitué des relations entre le pluripartenariat, les femmes et l’argent tient aussi à la distinction qu’il est impératif d’établir entre trois formes d’échanges économico-sexuels. La plus acceptable par la plupart de mes interlocutrices, est le paiement, par l’homme57, des frais inhérents aux sorties « libertines ». Viennent ensuite les cadeaux, qui peuvent être envisageables mais dont on peut aimer connaître la valeur pour offrir un cadeau en retour comme l’a fait Marzena, et que parfois l’on refuse, redoutant d’être « achetée », comme vient de l’exprimer Armelle. On trouve enfin l’échange directement monétaire, plus difficile à accepter, sauf dans les situations que nous allons voir maintenant.

Le plaisir de se faire payer

  • 58 Voir Combessie Philippe, « Le partage de l’intimité sexuelle. Pistes pour une analyse du pluriparte (...)
  • 59 Les sommes ici évoquées sont des francs français (cet entretien mentionne des échanges antérieurs à (...)

47Dans certains contextes, la monétisation de rapports sexuels peut renforcer l’excitation. J’ai rapporté une mise en scène d’échange d’argent réel contre des actes sexuels entre Bénédicte58 et l’un de ses amants ; un jour où il se montrait insistant pour des rapports sexuels qu’elle ne désirait pas, elle lui a demandé à se faire payer. « Je lui ai dit : “C’est mille balles59 !” Il a voulu négocier, je suis restée ferme. Et il a sorti sa carte, il est allé tirer ses mille balles au distributeur, et j’ai eu mon fric ! Mais après j’ai dégusté hein, il m’a vraiment prise comme une pute ! Trois fois on l’a fait comme ça ! Comme un jeu. » L’inscription de cette pratique dans une mise en scène de type domination-soumission clairement scénarisée entre les deux protagonistes visait à montrer qu’il ne s’agissait pas d’une démarche vénale de la part de cette femme qui n’a guère de difficulté financière.

48Michèle est romancière et professeur de lettres. Pour « vivre une expérience » m’a-t-elle dit, elle a loué un jour une chambre d’hôtel « dans le quartier de Pigalle, un peu sordide, mais assez propre tout de même », où elle a donné rendez-vous, par Internet, à cinq hommes inconnus d’elle, « un par heure », à qui elle avait demandé 200 euros « pour une heure avec moi », somme qu’elle a reversé, m’a-t-elle dit, à une association de lutte contre le sida. Que Michèle n’ait pas conservé l’argent ainsi gagné montre bien, là encore, qu’il ne s’agit pas d’une démarche vénale ; on notera que ce type de comportement, qui reste exceptionnel, se trouve, de surcroît, strictement réservé aux femmes dotées d’une aisance financière manifeste. Ce n’est pas l’unique exemple où des sommes recueillies dans un contexte lié au libertinage sexuel est destiné à des œuvres caritatives : un espace « libertin » belge est constitué par une association sans but lucratif dont les sommes recueillies auprès des personnes qui le fréquentent sont utilisées pour construire des puits dans des villages du Sahel. N’y a-t-il pas lieu de voir dans ces transferts d’argent vers de « bonnes œuvres » une forme de « rachat » de ces pratiques de « libertinage » qui seraient alors envisagées comme une faute morale ?

Monétiser la rencontre pour en borner les limites et accroître sa liberté

  • 60 Comptable à Paris, divorcée, sans enfants, 32 ans.

49Pauline60 a découvert l’échangisme avec son mari, à un moment où « [leur] couple allait mal ». Elle considère que cela a « précipité la rupture, mais [lui] a ouvert des horizons insoupçonnés ». Après avoir fréquenté des sex-clubs avec deux hommes rencontrés sur Internet postérieurement à la séparation, elle dit avoir souffert des « demandes » de ces accompagnateurs : « Giani entendait choisir pour moi les mecs avec qui je devais faire des câlins… Rodolphe, au début, c’était cool, mais, avec le temps, il a commencé à devenir jaloux ». Après avoir discuté avec une escorte rencontrée dans un club, elle a décidé de monétiser ses rencontres, mais dans une perspective spécifique.

« Ce n’est pas du tout pour l’argent : c’est pour garder au maximum ma liberté. Si je me fais payer, je garde mieux le contrôle sur la relation. Suivant mes envies, j’ai deux propositions. Soit je demande 100 Euros, et le mec, c’est juste lui faire franchir la porte d’entrée… et repartir avec lui. Soit je demande 200 Euros, et je m’engage à faire des câlins avec deux mecs qui sont venus en couple, mais c’est moi qui les choisis. Bien sûr, si je veux faire plus, je fais plus, mais c’est ça les contrats que je passe avec les mecs. »

  • 61 Bigot Sylvie, « La prostitution sur Internet : entre marchandisation de la sexualité et contractual (...)

50Elle rencontre ses accompagnateurs sur Internet. Un site spécialisé pour échangistes l’a exclue en découvrant le caractère financier des échanges ; réinscrite sous un nouveau nom, elle se fait plus discrète dans ses écrits. Ce comportement correspond à ceux des femmes que Sylvie Bigot dénomme des « amatrices », qui, écrit-elle « utilisent les relations tarifées comme un moyen de vivre leur sexualité, voire leurs fantasmes, sans s’engager sentimentalement dans une relation amoureuse61. »

  • 62 Bernstein Elizabeth et Wirth Françoise, « Ce qu’acheter veut dire. Désir, demande et commerce du se (...)

51On peut rapprocher ces démarches des analyses que propose Elisabeth Bernstein en termes de bounded authenticity (authenticité limitée62) ; la limite de l’authenticité de la relation entre la personne qui paie et celle qui reçoit la rémunération concerne là le client, mais Pauline et les « amatrices » de Sylvie Bigot montrent qu’il peut exister une forme de symétrie de l’attente.

  • 63 Combessie Philippe, « Quand une femme aime plusieurs hommes : le taire ou le dire ? », art. cit., p (...)
  • 64 Lardellier Pascal, « De la monogamie au polygaming… Le “papillonnage” numériquement assisté, nouvea (...)

52À cet égard, la demande d’argent de la part d’une femme dans l’objectif de limiter l’investissement (en temps et en affect) dans une relation peut être rapprochée de la pratique, sans doute tout aussi rare, qui consiste à révéler des relations amoureuses parallèles dans le but de tenir certains amants à distance63. C’est que le fait même de multiplier les partenaires, rendu plus facile avec le développement de l’Internet, peut être considéré comme source de plaisir. Pascal Lardellier le dénomme polygaming et le définit comme « nouveau paradigme sentimentalo-sexuel, voyant l’essor de relations amoureuses ludiques, plurielles, transitoires, fondées sur un consensus hédoniste64. » Mais lorsque ce « consensus hédoniste » est difficile à trouver (en particulier avec des hommes qui, marqués par la domination masculine, voient dans les relations sexuelles un signe de possession) installer des relations de pluripartenariat peut être facilité, pour certaines femmes, par la demande explicite d’argent, qui permet de borner la relation, et ainsi, plus facilement, de multiplier les rencontres. On se trouve, là encore, dans une forme d’élaboration d’éthique comportementale alternative : il s’agit de femmes qui utilisent l’argent pour prendre le contrôle de la durée d’une relation ou de l’ampleur de leur investissement.

  • 65 Béjin André et Pollak Michaël, « La rationalisation de la sexualité », Cahiers internationaux de so (...)
  • 66 Mes informatrices m’ont parlé de leurs voisins, dit le risque de « perdre des amies » – voire leur (...)
  • 67 La généralisation du téléphone portable, qui contribue à faciliter le « libertinage », entraîne aus (...)

53Richement dotées en capitaux divers, ces femmes disposent de la « plasticité normative » de ceux dont André Béjin et Michaël Pollak disent qu’ils représentent « modernisme et révolutionnarisme sexuels ». Désignant ces personnes sous l’expression « nouveaux “repus” de la sexualité moderne », les auteurs précisent qu’ils apprennent « à séparer leurs publics sans s’émouvoir des contradictions que cela entraîne, à “ne pas mettre leurs œufs dans le même panier”, à “jouer sur tous les tableaux à la fois” […] Il s’agit, en quelque sorte, d’une généralisation de la “double vie” : une vie multiple en kaléidoscope65. » Cette image n’évoque guère la violence du contrôle social exercé sur ces femmes66, ni des efforts qu’elles doivent fournir pour parvenir à jouer, en donnant l’impression de légèreté, les multiples rôles qu’elles sont invitées à tenir67.

Usages sociaux des zones tampons

54L’une des caractéristiques du milieu « libertin » est la facilité avec laquelle se mettent en place les rapports sexuels. Lors de mises en scène de simulacres de prostitution, des rapports sexuels réels sont échangés contre de l’argent factice. À l’autre extrême du continuum, l’argent réel est présent, mais il se trouve doublement occulté. Il est d’une part masqué par l’allongement de la durée entre le moment de la rencontre et celui d’éventuels bénéfices matériels, durée qui pourra être mise à profit, par les femmes concernées, pour prendre quelque distance avec le « libertinage » si cela s’avère nécessaire par rapport à leur nouveau statut social. Il est d’autre part dissimulé par les tactiques qu’elles développent pour apparaître moins directement dépendantes, au niveau financier, des hommes qu’elles ambitionnent de transformer, soit en mari, soit en introducteur dans un univers professionnel où l’influence des réseaux sociaux est déterminante. Le coût de ces tactiques de dissimulation est d’autant plus élevé que ces femmes ont des ressources limitées. Les plus démunies en capitaux divers, et notamment en ressources financières, sont celles sur qui l’injonction de « ne pas passer pour une pute » est la plus contraignante : des manifestations de solidarités amicales courantes (argent pour payer un taxi, etc.) sont pour elles d’autant plus difficiles à accepter que l’objet central des transactions est de nature sexuelle. Dans ces situations, la question de l’argent réactive la tension inhérente à leur rapport à la domination économique dont elles sont l’objet à l’extérieur, et elles y répondent en l’occultant délibérément. Elles sont donc contraintes à limiter leur fréquentation des lieux « libertins », voire à l’abandonner, ce qui restreint alors la base sociale de recrutement du « libertinage ». Quant aux nombreuses « libertines » qui occupent des positions plus confortables (diplômes élevés, profession valorisante, titres de propriété, famille bien établie en milieu bourgeois, etc.) ces capitaux leurs permettent d’envisager des jeux entre le sexe et l’argent plus souples, soit pour borner les rencontres et limiter leur dépendance à l’égard des hommes qui les accompagnent, soit dans une perspective d’adjuvant excitant. Mais, dans ces situations, on a constaté que le lien entre sexe et argent doit demeurer aussi ténu que possible.

55Tout se passe comme si la banalisation relative des rapports sexuels en milieu « libertin » impliquait une prise de distance particulière pour tout ce qui pourrait établir des liens directs avec l’argent. Ces liens sont caractérisés par une dynamique de mise à distance qui emprunte donc quatre voies différentes : la mise en scène ostensible de simulacre de prostitution, le cloisonnement, l’occultation et la dénégation. Aucune de ces voies n’est exclusive des autres.

Schéma n° 2 : Dynamiques de mises à distance

Schéma n° 2 : Dynamiques de mises à distance

56Les liens entre l’argent et le sexe sont à la fois affichés et masqués, mis en scènes et occultés, voire déniés, et cette situation paradoxale ne peut tenir que par les cloisonnements auxquels sont astreintes les personnes, et singulièrement les femmes, qui fréquentent les espaces de sexualité collective.

57L’espace des rencontres « libertines » est donc multisitué sur l’ensemble du continuum décrit par Paola Tabet, mais ces dynamiques de mise à distance font qu’il ne touche jamais la ligne. Nous avons donc affaire à une zone tampon qui établit une distance spécifique entre ces pratiques « libertines » et un lien trop visible entre le sexe et l’argent – même quand il est déjà estompé ou disjoint comme dans les cas proches de la borne « mariage » où la rémunération n’intervient pas au moment même des rapports sexuels, mais est toujours plus ou moins présente à différents moments de la vie du couple. On peut donc compléter notre schéma initial.

Schéma n° 3 : L’espace du « libertinage » tenu à distance

Schéma n° 3 : L’espace du « libertinage » tenu à distance
  • 68 Foucault Michel, « Des espaces autres », art. cit., p. 1578.

58Cette zone tampon renforce l’isolement de tout espace dédié à des pratiques de sexualité collective. Elle souligne à quel point nous sommes face à un « espace autre », une hétérotopie. Celle-ci, nous dit Foucault « se met à fonctionner à plein lorsque les hommes se trouvent dans une sorte de rupture absolue avec leur temps traditionnel68. » Mais cette rupture n’est pas réductible aux questions d’articulation entre sexe et argent. Dès lors qu’elle n’est pas solitaire, la recherche du plaisir sexuel passe en effet par une forme d’instrumentalisation du corps d’autrui, qui, dans une société promouvant le respect de la personne humaine, ne va pas sans poser de problème. Dans un contexte hétérosexuel, ces difficultés se développent de façon asymétrique en raison de la différence d’assignation des rôles selon le genre, principalement organisée avec un rôle masculin dominateur et un rôle féminin soumis.

59En Occident, le mouvement d’égalisation des conditions de vie des femmes et des hommes a accompagné le développement de l’union d’amour qui accepte la recherche du plaisir sexuel de chaque partenaire pour peu qu’il soit englobé dans une relation d’engagement réciproque. Dès lors qu’il implique l’exclusivité sexuelle, ce type d’union introduit des injonctions souvent difficiles à concilier, chacun des conjoints étant invité à jouer à la fois un rôle de compagnon quotidien et d’amant exceptionnel, les rôles assignés aux femmes étant écartelés entre deux pôles opposés : la maman (rassurante) et la putain (excitante).

  • 69 Gagnon John H. et Simon William, Sexual Conduct, op. cit.
  • 70 Ils peuvent par exemple plus facilement y développer des pratiques d’homosexualité masculine, qu’on (...)

60Les adeptes de pratiques de sexualité collective mettent en œuvre d’autres modes d’articulation entre personne et plaisir sexuel. Ils les développent au sein de ces « espaces autres » destinés à rendre possible, en quelques heures seulement, le développement de scripts sexuels69 permettant caresses et étreintes entre participants qui, ne se connaissant pas, ne peuvent interagir de façon satisfaisante, en milieu hétérosexuel, qu’au travers du renforcement de stéréotypes marqués de la féminité et de la virilité. Il en découle les mises en scène para-prostitutionnelles que révèle l’observation de ces hétérotopies pour sexualités hétérodoxes : des scripts empruntant des modèles connus, par le cinéma, la bande dessinée ou la littérature érotiques ou pornographiques. Lorsque quelques « libertins » dédaignent les sex-clubs commerciaux pour privilégier les « soirées privées » où l’on se retrouve entre personnes qui se connaissent et se reconnaissent, ils peuvent y développer des scripts moins stéréotypés70 voire plus originaux. Cela entraîne toutefois un rétrécissement de la base de recrutement des participants, qui se trouve alors limitée à des personnes de même milieu socio-culturel. On peut donc dire que la mobilisation de stéréotypes de la féminité et de la masculinité les plus classiques dans les sex-clubs commerciaux sont le prix à payer pour y obtenir le brassage socio-économique sans lequel il n’y aurait pas la possibilité d’usage de ces espaces dans une perspective de mobilité sociale qu’on a présentée et analysée plus haut.

Contre-exemples issus du terrain pour affiner une théorie

61Lorsqu’on cherche, dans une démarche scientifique, à modéliser pour monter en généralité à partir de pratiques observées, il convient de s’intéresser aux contre-exemples, issus du terrain, qui pourraient contredire la théorie qu’on élabore – cela ne devrait-il pas constituer l’un des objectifs prioritaires d’une revue intitulée Terrains/Théories ? Observons donc ces exceptions, et voyons dans quelle mesure elles infirment notre analyse, ou, au contraire, permettent de la confirmer en l’affinant.

  • 71 Les hommes semblent plus tolérants par rapport à ces mélanges.
  • 72 Remarquons de surcroît que ces femmes, avant de commencer à se prostituer, étaient en difficulté d’ (...)
  • 73 Des contraintes semblables pèsent sur les hôteliers ou gérants de boîtes de nuit, dès lors que des (...)
  • 74 Il n’est pas toujours aisé de savoir si une femme entrant dans un sex-club a été payée par l’homme (...)

62De très rares femmes, résolument « libertines », développent, simultanément, une activité professionnelle régulière de sexualité vénale. Deux de mes informatrices se trouvent dans cette situation. Chacune est contrainte d’utiliser trois noms, trois adresses électroniques et trois numéros de téléphone : l’un pour sa famille et ses intimes, l’autre pour ses activités d’escorting, le troisième pour sa vie de « femme libertine ». Les deux m’ont dit avoir été rejetées de certains groupes « libertins » qu’elles fréquentaient autrefois ; à la suite de cela, l’une d’elles a préféré, m’a-t-elle dit « changer de ville ». J’ai personnellement entendu, en milieu « libertin », des propos désobligeants à l’égard des femmes qui font commerce de leur corps ; ces manifestations d’ostracisme sont surtout développées par des femmes71 et à l’égard d’autres femmes. Les « libertines » qui combinent ou alternent des pratiques prostitutionnelles et de pluripartenariat sexuel sont assurément les plus stigmatisées72 des femmes que j’ai pu rencontrer. Ces stigmatisations sont à la fois légitimées et renforcées par l’affichage, dans les sex-clubs, de l’interdiction absolue de développer des activités de sexualité vénale. Ils y sont notamment contraints, en France, par une définition du proxénétisme assez extensive ; plusieurs gérants de sex-clubs ont été condamnés73, et sévèrement, pour avoir laissé des femmes qui vendent leurs charmes74 pénétrer trop visiblement dans leur club avec certains de leurs clients.

63Cette image d’opprobre qui touche, dans nos sociétés, les personnes qui s’aventurent à mélanger trop visiblement le sexe et l’argent, concerne au moins autant les milieux « libertins » que le reste de la population. Isabelle, psychologue, 32 ans, m’a dit un jour : « Il y a des mecs qui pensent qu’une femme libertine, c’est une pute gratuite. Moi ce que j’en dis, c’est “Une femme libertine, c’est tout sauf une pute !” ». Le développement des pratiques de sexualité collective, à la fois parce qu’elles engagent de nombreux partenaires et parce qu’elles sont déconnectées de liens amoureux, demande à tenir à distance les questions d’argent dont on vient de voir, pourtant, qu’elles sont omniprésentes.

  • 75 Deschamps Catherine, « Prix et valeur dans la circulation du désir », art. cit.
  • 76 Combessie Philippe, « Amours plurielles et communication. Dettes, contre-dettes et jalousie constru (...)

64C’est le cas aussi en milieu ordinaire, mais, en milieu « libertin », le rapport à l’argent est modifié par la levée d’un grand nombre de barrières sociales concernant les rapports sexuels. Dans une rencontre en milieu ordinaire, on dépense une énergie considérable à rendre l’enjeu sexuel implicite, et l’enjeu financier est largement estompé ; à moins qu’il constitue le premier élément de la création d’une dette réciproque, incalculable avec précision, qui rend les rapports tellement enchevêtrés qu’ils constituent une part importante de ce que Catherine Deschamps nomme « l’illusion de la force du lien75 ». Il n’est pas impossible que cette illusion se transforme en réalité. Ce faisant, dans un contexte de pluripartenariat, certaines situations participeront du renforcement de la longévité des relations amoureuses76, souvent mise à mal par la baisse de la libido liée à la durée des unions et à la double assignation contemporaine, à la monogamie d’une part, à l’association désir sexuel et sentiment de l’autre. En milieu « libertin » les tabous sexuels étant moindres pour ce qui est des coïts les plus banals, le tabou financier se fait plus manifeste. C’est là qu’intervient le nécessaire cloisonnement des différentes facettes de la vie des adeptes de ces pratiques – qui s’avère draconien pour les rares « libertines » qui, de surcroît, vivent de la prostitution.

Quand les hétérotopies révèlent l’essence des sociétés qui les secrètent

  • 77 Foucault Michel, « Des espaces autres », art. cit., p. 1574.
  • 78 Ibid., p. 1580.

65Reste à s’interroger sur les fonctions sociales de ce type d’espace de rencontres sexuelles dans la société occidentale contemporaine. En conclusion de cet article qui analyse les relations entre le sexe et l’argent autour des pratiques de pluripartenariat, et notamment de « libertinage » des femmes seules, il me paraît d’autant plus pertinent de mobiliser le concept d’hétérotopie que Foucault souligne que ces « espaces autres » ont « la curieuse propriété d’être en rapport avec tous les autres emplacements, mais sur un mode tel qu’ils suspendent, neutralisent ou inversent l’ensemble des rapports qui se trouvent, par eux, désignés, reflétés ou réfléchis77. » Comment ne pas retrouver dans ces termes les logiques qui permettent d’articuler les pratiques que nous venons de décrire avec ce qu’on peut observer dans le monde ordinaire ? Foucault précise que la fonction des hétérotopies « se déploie entre deux extrêmes », à mi-chemin entre « espace d’illusion […] qui dénonce comme plus illusoire encore tout l’espace réel, tous les emplacements à l’intérieur desquels la vie humaine est cloisonnée » et « espace de compensation […] : un autre espace, un autre espace réel, aussi parfait, aussi méticuleux, aussi bien arrangé que le nôtre est désordonné, mal agencé et brouillon78. » Et il cite aussi bien les maisons closes que les villages de vacances en Polynésie ou à Djerba.

66Que nous apprend l’existence de tels espaces – où les barrières sociales sont moindres qu’ailleurs pour ce qui est des rencontres sexuelles – sur la culture occidentale contemporaine qui les secrète ? La question se fait plus précise lorsqu’on observe que certaines femmes les utilisent de la manière qu’on a vue, dans trois dynamiques différentes : 1/ la recherche de partenaires pour des rencontres sans lendemain, 2/ la recherche d’un homme apte à leur permettre une mobilité sociale ascendante, 3/ une démarche d’élaboration d’une éthique alternative des relations entre les femmes et les hommes. Aucune de ces dynamiques n’est résolument exclusive des deux autres, et on les voit cohabiter dans ces espaces où, pour ces femmes, l’argent doit forcément être tenu à distance.

  • 79 Combessie Philippe et Mayer Sibylla, « Une nouvelle économie des relations sexuelles ? », Ethnologi (...)
  • 80 Deschamps Catherine et Souyris Anne, Femmes publiques. Les féminismes à l’épreuve de la prostitutio (...)
  • 81 Mathieu Lilian, La Fin du tapin. Sociologie de la croisade pour l’abolition de la prostitution, Lor (...)
  • 82 Bernstein Elizabeth et Wirth Françoise, « Ce qu’acheter veut dire. Désir, demande et commerce du se (...)

67Depuis quelques décennies, une nouvelle économie des relations humaines s’impose en Occident en matière de sexualité79. Pour ce qui est des rapports avec l’argent, elle prend la forme d’une approche de type dichotomique dont le clivage tend à se radicaliser80 entre les promoteurs de la reconnaissance des activités sexuelles rémunérées comme un « travail » et ceux qui entendent les soustraire du domaine marchand, à l’instar des réglementations mises en place dans de nombreux pays pour les organes du corps humain. Parallèlement, les nouvelles formes de criminalisation de la sexualité sont petit à petit en train d’ériger un nouveau paradigme sexuel avec assignation différenciée selon le genre : au féminin, qui fut longtemps spécifiquement stigmatisé, est assigné dorénavant le rôle de la victime, au masculin celui de la culpabilité présumée. Les mouvements de croisade morale qui luttent contre la prostitution81 ont trouvé là un nouveau cheval de bataille : la pénalisation des clients82.

  • 83 Voir Combessie Philippe, « Le socio-anthropologue et les “libertines” », art. cit., p. 224-225.
  • 84 À d’autres égards, leurs pratiques sont conformes au contraire aux préconisations occidentales cont (...)
  • 85 Celle-ci attribue traditionnellement à l’exclusivité sexuelle, notamment des femmes, la qualité de (...)
  • 86 Broqua Christophe et Deschamps Catherine, « Transactions sexuelles et imbrication des rapports de p (...)

68C’est dans ce contexte qu’il convient d’interpréter les pratiques d’occultation ou de mise à distance des relations, qui semblent devenir de plus en plus gênantes dans l’Occident contemporain, entre la sexualité et l’argent. Les femmes qui développent de façon autonome des pratiques de pluripartenariat dans une perspective parfois affirmée de conquête d’une forme de liberté d’usage de leur corps qui semblait jusqu’à présent le seul apanage des hommes – le stigmate qui affecte parfois le « Dom Juan » n’a rien à voir avec l’ignominie dont on affuble la « salope » – n’ont pas grand-chose à gagner à se voir désignées comme « victimes83 ». Nombre d’entre elles, en toute conscience du fait que leur « libertinage » se développe à bien des égards84 à l’encontre de la doxa dominante85, se considèrent au contraire comme les actrices, voire les promotrices, d’éthiques sexuelles et comportementales alternatives. Christophe Broqua et Catherine Deschamps, dans un texte concernant l’imbrications des rapports de pouvoir dans les transactions sexuelles, soulignent l’importance de prendre en compte « la capacité d’agir d’acteurs en apparence dominés, à l’heure où les sciences sociales, en même temps qu’elles s’ouvrent aux processus de globalisation, se détournent des approches les plus déterministes pour privilégier l’analyse des formes de résistance ou de création de soi, y compris de plus en plus souvent à l’échelle de l’individuel voire du singulier86. »

  • 87 Zelizer Viviana, « Transactions intimes », Genèses, n° 42, 2001, p. 123.

69Si, en matière de sexualité plus encore que dans d’autres domaines, chacun cherche sa voie entre des définitions conflictuelles de la « bonne » sexualité et des « bons » comportements, l’analyse des pratiques de pluripartenariat sexuel, saisies à travers le prisme de relations financières, révèle l’importance des mises en scène d’ambiances para-prostitutionnelles. Celles-ci sont destinées à permettre le développement d’une forme de désir sexuel (ou pour servir d’adjuvant au plaisir) dans une société occidentale, qui, de plus en plus, condamne ce type de relation, au nom d’un point de vue sur la sexualité qui en fait, ou voudrait en faire, un espace de gratuité absolue. Pour employer un vocabulaire foucaldien, on peut dire que ce nouveau « dispositif de sexualité » est entretenu par une confusion sémantique fréquente : avoir des relations sexuelles = faire l’amour. Les femmes qui s’engagent dans des formes de pluripartenariat, et plus encore celles qui développent de façon autonome des pratiques de sexualité collective, sont bien placées pour connaître la variété des imbrications entre les plaisirs du corps, les affects et l’argent. Lorsque certaines refusent une transaction monétaire directe, c’est parfois, nous l’avons vu, qu’elles sont dans l’attente d’une forme de rétribution différée qui leur paraît préférable. Ces dernières ont bien compris le caractère erroné de l’illusion de sens commun qui voudrait que l’argent et l’intimité relèvent de sphères séparées87.

70Quant aux stéréotypes les plus traditionnels de la féminité associée à un corps constitué en objet de désir dans les espaces commerciaux de sexualité collective – cela concerne également, dans une moindre mesure peut-être, mais de façon tout aussi prégnante, les stéréotypes masculins correspondants – s’ils contribuent à limiter les scénarios de séduction, sans doute constituent-ils l’une des conditions du brassage de population d’origine socio-économique variée sans lequel les stratégies de mobilité sociale que l’on a observées et analysées ne pourraient se développer.

Haut de page

Bibliographie

Béjin André et Pollak Michaël, « La rationalisation de la sexualité », Cahiers internationaux de sociologie, vol. LXII, 1977, p. 105-125.

Bernstein Elizabeth et Wirth Françoise, « Ce qu’acheter veut dire. Désir, demande et commerce du sexe », Actes de la recherche en sciences sociales, 2013, n° 198, p. 61-76, http://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2013-3-page-61.htm.

Bigot Sylvie, « La prostitution sur Internet : entre marchandisation de la sexualité et contractualisation de relations affectives », Genre, sexualité & société [En ligne], 2, 2009, mis en ligne le 26 novembre 2009, consulté le 09 novembre 2014, http://gss.revues.org/1139.

Bozon Michel, « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans les expressions de la sexualité », Sociétés contemporaines, no 41-42, 2001, p. 11-40, http://www.cairn.info/revue-societes-contemporaines-2001-1-p-11.htm.

Broqua Christophe et Deschamps Catherine, « Transactions sexuelles et imbrication des rapports de pouvoir », in Broqua Christophe et Deschamps Catherine (dir.), avec la collaboration de Cynthia Kraus, L’Échange économico-sexuel, Paris, Éditions de l’EHESS, 2014, p. 7-18, http://editions.ehess.fr/uploads/tx_editionsehess/Broqua-LEchangeEconomicoSexuel-feuilles.pdf.

Caplow Theodore, « Christmas Gifts and Kin Networks », American Sociological Review, n° 47, 1982, p. 383-397.

Castels Flo et Agneszka, La Reine des abeilles. Journal d’une libertine, Surrey (Colombie Britannique), Blue Lotus Productions, 2014.

Combessie Philippe, « Le partage de l’intimité sexuelle. Pistes pour une analyse du pluripartenariat au féminin », in Le Gall Didier (dir.), Identités et genres de vie. Chroniques d’une autre France, Paris, L’Harmattan, « Sociologies et environnement », 2008, p. 261-290.

Combessie Philippe, « Le pluripartenariat sexuel : une communauté interstitielle ? », in Sainsaulieu Ivan, Salzbrunn Monika et Amiotte-Suchet Laurent (dir.), Faire communauté en société. Dynamique des appartenances collectives, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 89-101.

Combessie Philippe, « Quand une femme aime plusieurs hommes : le taire ou le dire ? », Ethnologie française, vol. 43, 2013, p. 399-407, http://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2013-3-p-399.htm.

Combessie Philippe, « Amours plurielles et communication. Dettes, contre-dettes et jalousie constructive », Hermès. La revue, n° 69, 2014, p. 52-58, http://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2014-2-page-52.htm.

Combessie Philippe, « Le socio-anthropologue et les “libertines” », in Monjaret Anne et Pugeault Catherine (dir.), Le Sexe de l’enquête : approches sociologiques et anthropologiques, Lyon, ENS Éditions, 2014, p. 217-235.

Combessie Philippe, « Pluripartenariat (le) », in Mossuz-Lavau Janine (dir.), Dictionnaire des sexualités, Paris, Robert Laffont, 2014, p. 655-656.

Combessie Philippe, « Quand les femmes “libertines” parlent de leur sexualité. Analyse des écarts entre discours entendus et pratiques observées » in Barthèlemy Tiphaine, Combessie Philippe, Monjaret Anne et Fournier Laurent Sébastien (dir.), Ethnographies plurielles : déclinaisons selon les disciplines, Paris, Éditions du CTHS, 2014, p. 259-284.

Combessie Philippe et Mayer Sibylla, « Une nouvelle économie des relations sexuelles ? », Ethnologie française, vol. 43, 2013, p. 381-389, http://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2013-3-page-381.htm.

Deschamps Catherine, « Le sexe et l’argent : deux monstres sacrés ? », Revue du MAUSS, n° 37, 2011, p. 385-401, http://www.cairn.info/revue-du-mauss-2011-1-page-385.htm.

Deschamps Catherine, « Prix et valeur dans la circulation du désir », Ethnologie française, 2013, p. 391-398, http://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2013-3-page-391.htm.

Deschamps Catherine et Souyris Anne, Femmes publiques. Les féminismes à l’épreuve de la prostitution, Paris, Éditions d’Amsterdam, 2009.

Foucault Michel, « Des espaces autres » (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967), Architecture, Mouvement, Continuité, n° 5, octobre 1984, p. 46-49, reproduit in Foucault Michel, Dits et écrits II (1976-1988), Paris, Gallimard, « Quarto », 2001, p. 1571-1581.

Gagnon John H. et Simon William, Sexual Conduct. The Social Sources of Human Sexuality, Chicago, Aldine, 1973.

Illouz Eva, Hard Romance. Cinquante nuances de Grey et nous, Paris, Seuil, 2014 (1ère édition en allemand 2013).

Lardellier Pascal, « De la monogamie au polygaming… Le “papillonnage” numériquement assisté, nouveau paradigme sentimentalo-sexuel », Sociologie et sociétés, vol. XLVI-1, 2014, p. 103-124, http://www.erudit.org/revue/socsoc/2014/v46/n1/1024680ar.html.

Le Talec Jean-Yves et Gaissad Laurent (dir.), « Amours Transi(t)s. Transactions sexuelles au prisme de la migration », SociologieS, 2012, en ligne : http://sociologies.revues.org/3845.

Mainsant Gwénaëlle, « Contrôle policier et définitions de la prostitution », Ethnologie française, vol. 43, 2013, p. 485-493, http://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2013-3-page-485.htm.

Mathieu Lilian, La Fin du tapin. Sociologie de la croisade pour l’abolition de la prostitution, Lormont, François Bourin, 2014.

Mayer Sibylla, « Prostitution de rue féminine. Du client d’un soir à l’homme ressource », Ethnologie française, vol. 43, 2013, p. 451-460, http://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2013-3-page-451.htm.

Péquignot Bruno, La Relation amoureuse : analyse sociologique du roman sentimental moderne, Paris, L’Harmattan, 1991.

Rodier Christine, « D’assignations multiples à une invisibilité totale : parcours de femmes marocaines (ex)-prostituées en Suisse », intervention au colloque international Le Religieux au prisme de l’ethnicisation et de la racisation, Nanterre, 17-18 septembre 2014.

Roux Sébastien, « Les larmes de Fon. Sexe, tourisme et affects en Thaïlande », in Broqua Christophe et Deschamps Catherine (dir.), avec la collaboration de Cynthia Kraus, L’Échange économico-sexuel, Paris, Éditions de l’EHESS, 2014, p. 339-362.

Tabet Paola, La Grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, 2004 (1ère édition en italien 2004).

Turner Victor W., Le Phénomène rituel. Structure et contre structure, Paris, PUF, 1990 (1ère édition en anglais 1969).

Van Gennep Arnold, Les Rites de passage (1909), Paris, Picard, 1981.

Welzer-Lang Daniel, La Planète échangiste. Les sexualités collectives en France, Paris, Payot, 2005.

Wilson Monica, For Men and Elders: Change in the Relations of Generations and of Men and Women Among the Nyakyusa-Ngonde People, 1875-1971, Londres, International African Institute, 1977.

Zelizer Viviana, « Transactions intimes », Genèses, n° 42, 2001, p. 121-144, http://www.cairn.info/revue-geneses-2001-1-page-121.htm.

Filmographie

Kubrick Stanley, Eyes Wide Shut, 1999

Haut de page

Notes

1 Construite à partir d’éléments communs, une autre version de ce texte, alors intitulée « Femmes seules en milieu “libertin” », est parue en 2014 dans l’ouvrage L’échange économico-sexuel, publié aux Éditions de l’EHESS et préparé sous la direction de Christophe Broqua et Catherine Deschamps, avec la collaboration de Cynthia Kraus. Nous les remercions d’avoir accepté la publication de cet article, dans cette version dont on pourra noter les similitudes mais aussi les différences ; dans ce numéro de la revue Terrains/Théories consacré à l’argent, elle comporte des développements davantage orientés vers la mobilité sociale et les effets de la mise en valeur du capital de séduction. Je remercie mes collègues Yann Le Bihan et Simona Tersigni pour leur relecture attentive de cet article.

2 Commencés dans les années 1980, ils sont réunis dans cet ouvrage : Tabet Paola, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, 2004 (1ère édition en italien 2004).

3 Titre d’un colloque organisé sous l’égide de l’Association internationale des sociologues de langue française en 2010, http://www.aislf.org/spip.php?article1151, repris dans un dossier de la revue SociologieS en 2012 : http://sociologies.revues.org/3845.

4 Titre d’un numéro de la revue Ethnologie française en 2013 : http://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2013-3.htm.

5 Deschamps Catherine, « Le sexe et l’argent : deux monstres sacrés ? », Revue du MAUSS, n° 37, 2011, p. 385-401, http://www.cairn.info/revue-du-mauss-2011-1-page-385.htm.

6 Ce type de comportement peut prendre plusieurs formes différentes, les pratiques de sexualité collective n’en sont qu’une des modalités. Voir Combessie Philippe, « Pluripartenariat (le) », in Mossuz-Lavau Janine (dir.), Dictionnaire des sexualités, Paris, Robert Laffont, 2014, p. 655-656.

7 Avec parfois quelques relations bisexuelles.

8 Sur ce point, voir http://www.rue89.com/rue69/2009/09/14/au-cap-dagde-des-residences-interdites-aux-moins-de-18-ans (consulté le 23-11-14).

9 à côté de la cinquantaine d’informatrices et de la dizaine d’informateurs qui ont accepté un entretien semi-directif classique, une quarantaine de femmes se sont confiées à moi de manière régulière pendant des périodes s’échelonnant de 6 mois à plus de 10 ans. Une dizaine d’entre elles ont cessé d’être des informatrices. Les autres continuent à me tenir informé de l’évolution de leur vie sexuelle et des articulations avec les autres déterminants de leur existence sociale. Ce mode de recueil de données, articulé avec quelques observations dans ces espaces singuliers, me permet de percevoir différents éléments du contrôle social auquel ces femmes sont soumises. Voir Combessie Philippe, « Le socio-anthropologue et les “libertines” », in Monjaret Anne et Pugeault Catherine (dir.), Le sexe de l’enquête : approches sociologiques et anthropologiques, Lyon, ENS éditions, 2014, p. 217-235.

10 Welzer-Lang Daniel, La Planète échangiste. Les sexualités collectives en France, Paris, Payot, 2005.

11 Le couple adopte alors une logique parfois dénommée Don’t ask. Don’t tell. Voir Combessie Philippe, « Quand une femme aime plusieurs hommes : le taire ou le dire ? », Ethnologie française, vol. 43, 2013, p. 399-407, http://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2013-3-p-399.htm.

12 Wilson Monica, For Men and Elders: Change in the Relations of Generations and of Men and Women Among the Nyakyusa-Ngonde People, 1875-1971, London, International African Institute, 1977, p. 172-173.

13 Voir Lardellier Pascal, « De la monogamie au polygaming… Le “papillonnage” numériquement assisté, nouveau paradigme sentimentalo-sexuel », Sociologie et sociétés, vol. XLVI-1, 2014, p. 103-124.

14 http://www.leglamour.com/tarifs.php (consulté le 31-07-14).

15 Deschamps Catherine, « Prix et valeur dans la circulation du désir », Ethnologie française, 2013, p. 391-398, http://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2013-3-page-391.htm.

16 Christelle, « bientôt cadre » dans une entreprise de crédit financier des Hauts-de-Seine, célibataire sans enfants, 32 ans. En vue de garantir l’anonymat, les noms sont des pseudonymes et certaines caractéristiques secondaires des informateurs ont pu être modifiées.

17 Dans les « soirées privées », le calcul de la « participation aux frais » se fait souvent sur la base d’un prix par couple, que paie intégralement un homme qui viendrait seul alors qu’une femme seule se verra invitée gratuitement.

18 Dans les boutiques spécialisées, on explique aux clientes que telle ou telle paire de chaussure est fournie à l’identique aux cabarets des grandes capitales. Nombre d’interlocutrices m’ont dit leur fierté de porter des tenues « de professionnelles ».

19 Celles-là se retrouvent plus volontiers dans les « hammams libertins ».

20 Sandrine, chirurgien-dentiste à Bordeaux, divorcée, un enfant, 39 ans.

21 Les femmes « libertines » sont souvent promptes à utiliser ce type de vocabulaire. J’avais souligné en 2010 le cas d’une femme qui se désignait elle-même comme « salope ». Voir Combessie Philippe « Le pluripartenariat sexuel : une communauté interstitielle ? », in Sainsaulieu Ivan, Salzbrunn Monika et Amiotte-Suchet Laurent (dir.), Faire communauté en société. Dynamique des appartenances collectives, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 93.

22 Ces tenues s’apparentent à une stylisation de celles des prostituées « à l’ancienne » plus qu’à celles des jeunes femmes qui, en 2015, tapinent dans la rue et sont en général habillées de façon moins aguichante.

23 Quant aux costumes des hommes, les plus valorisés sont ceux que porterait la poupée mannequin Ken, avec les attributs de distinction afférents, indiquant un statut socio-économique bien établi.

24 Il n’est pas question de faire des généralités à partir d’un nombre réduit d’exemples, remarquons toutefois que la valeur des cadeaux de la Reine des putes est supérieure à celle du Gigolo gagnant.

25 Foucault Michel, « Des espaces autres » (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967), Architecture, Mouvement, Continuité, n° 5, octobre 1984, p. 46-49, reproduit in Foucault Michel, Dits et écrits II (1976-1988), Paris, Gallimard, « Quarto », 2001, p. 1579.

26 Pour ce qu’il m’a été donné d’en voir, c’était des scènes reprenant des clichés de racolage de rue ; j’ai observé en revanche des prestations de strip-tease amateur particulièrement élaborées.

27 Foucault Michel, « Des espaces autres », art. cit., p. 1578.

28 Il a fermé ses portes en avril 2014.

29 Deschamps Catherine, « Le sexe et l’argent : deux monstres sacrés ? », art. cit., p. 387.

30 Gagnon John H. et Simon William, Sexual Conduct. The Social Sources of Human Sexuality, Chicago, Aldine, 1973, p 17.

31 Voir Péquignot Bruno, La Relation amoureuse : analyse sociologique du roman sentimental moderne, Paris, L’Harmattan, 1991, et Illouz Eva, Hard Romance. Cinquante nuances de Grey et nous, Paris, Seuil, 2014 (1ère édition en allemand 2013).

32 Les « libertins » distinguent les soirées horizontales (avec pluripartenariat sexuel) et les soirées verticales (sans).

33 Stéphanie, architecte à Marseille, divorcée, 2 enfants, 42 ans.

34 Castels Flo et Agneszka, La Reine des abeilles. Journal d’une libertine, Surrey (Colombie Britannique), Blue Lotus Productions, 2014.

35 On note la focalisation sur les organes génitaux féminins mais rien n’est dit de l’aspect éventuellement pénétratif de la sexualité envisagée : les personnes convoitant le « minou » pourraient désirer le contempler, le caresser, etc..

36 Ce message renforce l’un des stéréotypes sexistes les plus diffusés en ce qui concerne le rapport différencié des hommes et des femmes à la sexualité, selon lequel les hommes auraient des désirs (voire des besoins) sexuels plus importants que les femmes – sinon le minou ne serait pas affiché ainsi comme intrinsèquement désirable.

37 Une femme qui « libertine » seule et milite en ce sens a pris l’initiative, en 2014, de créer un « label femme libertine » pour « distinguer les établissements libertins portant une attention soutenue au respect et à la santé des femmes » ; voir http://www.flo-castels.fr/ (consulté le 13-12-14).

38 Dans les espaces où elles sont invitées gratuitement, certains pourraient même considérer qu’elles font partie intégrante du lieu.

39 Marie, infirmière en milieu hospitalier à Grenoble, divorcée, un enfant, 48 ans.

40 Martine, vendeuse à Metz, mariée, 2 enfants, 41 ans.

41 Gisèle, retraitée de l’éducation nationale, parisienne, veuve, 3 enfants, 63 ans.

42 Becker Howard S., Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 (1ère édition 1963 en anglais).

43 Les mêmes peuvent être promptes à s’engager dans des jeux érotiques où la domination masculine leur paraîtra alors tout à fait acceptable, voire souhaitable – tout comme, dans d’autres scripts sexuels, la domination féminine. Peut-être est-ce l’une des raisons pour lesquelles le terme « féminisme » est en général absent de leur vocabulaire.

44 . Combessie Philippe, « Amours plurielles et communication. Dettes, contre-dettes et jalousie constructive », Hermès. La revue, n° 69, 2014, p. 52-58, http://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2014-2-page-52.htm.

45 Ce n’est pas toujours le cas en milieu « libertin », où les corps des hommes jeunes sont volontiers valorisés. Voir Combessie Philippe, « Quand les femmes “libertines” parlent de leur sexualité. Analyse des écarts entre discours entendus et pratiques observées », in Barthèlemy Tiphaine, Combessie Philippe, Monjaret Anne et Fournier Laurent Sébastien (dir.), Ethnographies plurielles : déclinaisons selon les disciplines, Paris, Éditions du CTHS, 2014, p. 273-274.

46 Arnold Van Gennep distingue les phases « de séparation », « de marge » et « de ré-agrégation ». Van Gennep Arnold, Les Rites de passage (1909), Paris, Picard, 1981. Voir aussi Turner Victor W., Le Phénomène rituel. Structure et contre structure, Paris, PUF, 1990 (1ère édition en anglais 1969).

47 Sa mère, veuve, est professeur de mathématiques à Varsovie.

48 Là, ils ne fréquentent aucun espace « libertin ».

49 Rodier Christine, « D’assignations multiples à une invisibilité totale : parcours de femmes marocaines (ex)-prostituées en Suisse », intervention au colloque international Le Religieux au prisme de l’ethnicisation et de la racisation, Nanterre, 17-18 septembre 2014.

50 Si cela ne se produit pas, à tout le moins peuvent-elles espérer rencontrer un homme qui leur apportera un peu plus de sécurité financière, voire affective, que lors de simples « passes ». Voir Mayer Sibylla, « Prostitution de rue féminine. Du client d’un soir à l’homme ressource », Ethnologie française, vol. 43, 2013, p. 451-460. DOI : 10.3917/ethn.133.0451. On trouve parfois des types d’échanges comparables dans certaines formes de flux touristiques. Voir Roux Sébastien, « Les larmes de Fon. Sexe, tourisme et affects en Thaïlande », in Broqua Christophe et Deschamps Catherine (dir.) Kraus Cynthia (collab.), L’Échange économico-sexuel, op. cit., p. 339-362.

51 Notons toutefois que même les femmes ayant rencontré leur conjoint en milieu « libertin » préfèreront lui laisser penser qu’elle fréquentait moins souvent ces lieux qu’elle ne le faisait en réalité.

52 Le coût de ce type de stratégie est souvent particulièrement élevé ; la violence que cela entraîne est d’autant plus importante que ces femmes ont des revenus limités.

53 Caplow Theodore, « Christmas Gifts and Kin Networks », American Sociological Review, n° 47, 1982, p. 383-397.

54 Coralie, secrétaire intérimaire, Créteil, célibataire sans enfants, 30 ans.

55 Bozon Michel, « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans les expressions de la sexualité », Sociétés contemporaines, no 41-42, 2001, p. 11-40.

56 Il est plus facile à une femme de se faire remarquer en milieu « libertin » qu’à un homme ; moins nombreuses, elles y sont plus visibles. Par ailleurs, la physiologie leur permet de cumuler en quelques heures un nombre parfois impressionnant de rapports sexuels (un record mondial a été établi par Annabel Chong en 1995, avec 251 coïts d’affilée).

57 Les informations que j’ai pu recueillir lorsque les genres sont inversés – quand l’homme est économiquement dominé par la femme – permettent d’établir le même type de distinction, à ceci près que je n’ai jamais entendu parler d’hommes qui, ayant reçu un cadeau, aient cherché à en faire en retour qui soit « de même valeur ».

58 Voir Combessie Philippe, « Le partage de l’intimité sexuelle. Pistes pour une analyse du pluripartenariat au féminin », in Le Gall Didier (dir.), Identités et genres de vie. Chroniques d’une autre France, Paris, L’Harmattan, « Sociologies et environnement », 2008, p. 272-273.

59 Les sommes ici évoquées sont des francs français (cet entretien mentionne des échanges antérieurs à l’apparition de l’euro).

60 Comptable à Paris, divorcée, sans enfants, 32 ans.

61 Bigot Sylvie, « La prostitution sur Internet : entre marchandisation de la sexualité et contractualisation de relations affectives », Genre, sexualité & société [En ligne], 2, 2009, mis en ligne le 26-11-09, consulté le 9-11-14. URL : http://gss.revues.org/1139 ; DOI : 10.4000/gss.1139.

62 Bernstein Elizabeth et Wirth Françoise, « Ce qu’acheter veut dire. Désir, demande et commerce du sexe », Actes de la recherche en sciences sociales, 2013, n°198, p. 61-76, http://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2013-3-page-61.htm.

63 Combessie Philippe, « Quand une femme aime plusieurs hommes : le taire ou le dire ? », art. cit., p. 402-403.

64 Lardellier Pascal, « De la monogamie au polygaming… Le “papillonnage” numériquement assisté, nouveau paradigme sentimentalo-sexuel », art. cit., p. 107.

65 Béjin André et Pollak Michaël, « La rationalisation de la sexualité », Cahiers internationaux de sociologie, vol. LXII, 1977, p. 105-125.

66 Mes informatrices m’ont parlé de leurs voisins, dit le risque de « perdre des amies » – voire leur travail. Leurs enfants semblent particulièrement véhéments, quel que soit leur âge, s’ils apprennent les pratiques de leur mère : une fille de 17 ans est allée vivre plusieurs mois « chez une copine » lorsqu’elle en a eu vent. On redoute aussi, bien sûr, le cas échéant, les contrôles du conjoint.

67 La généralisation du téléphone portable, qui contribue à faciliter le « libertinage », entraîne aussi une augmentation des occasions d’être entendu par d’autres personnes.

68 Foucault Michel, « Des espaces autres », art. cit., p. 1578.

69 Gagnon John H. et Simon William, Sexual Conduct, op. cit.

70 Ils peuvent par exemple plus facilement y développer des pratiques d’homosexualité masculine, qu’on trouve plus rarement dans les sex-clubs commerciaux.

71 Les hommes semblent plus tolérants par rapport à ces mélanges.

72 Remarquons de surcroît que ces femmes, avant de commencer à se prostituer, étaient en difficulté d’intégration sociale. L’une, issue d’un milieu familial défavorisé, n’avait aucun diplôme ; l’autre avait fait l’objet d’un mouvement migratoire international.

73 Des contraintes semblables pèsent sur les hôteliers ou gérants de boîtes de nuit, dès lors que des activités de prostitution se développent dans les lieux qu’ils mettent à disposition du public contre rémunération – cela concerne également les sites de rencontres sur l’Internet.

74 Il n’est pas toujours aisé de savoir si une femme entrant dans un sex-club a été payée par l’homme qui l’accompagne. Voir Mainsant Gwénaëlle, « Contrôle policier et définitions de la prostitution », Ethnologie française, vol. 43, 2013, p. 485-493. DOI : 10.3917/ethn.133.0485 Cela dit, lorsqu’une même femme entre plusieurs fois par semaine, voire par jour, accompagnée d’hommes différents, il est possible de s’interroger sur le type de rapports qu’elle entretient avec ces hommes.

75 Deschamps Catherine, « Prix et valeur dans la circulation du désir », art. cit.

76 Combessie Philippe, « Amours plurielles et communication. Dettes, contre-dettes et jalousie constructive », art. cit.

77 Foucault Michel, « Des espaces autres », art. cit., p. 1574.

78 Ibid., p. 1580.

79 Combessie Philippe et Mayer Sibylla, « Une nouvelle économie des relations sexuelles ? », Ethnologie française, vol. 43, 2013, p. 381-389, http://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2013-3-page-381.htm.

80 Deschamps Catherine et Souyris Anne, Femmes publiques. Les féminismes à l’épreuve de la prostitution, Paris, Éditions d’Amsterdam, 2009.

81 Mathieu Lilian, La Fin du tapin. Sociologie de la croisade pour l’abolition de la prostitution, Lormont, François Bourin, 2014.

82 Bernstein Elizabeth et Wirth Françoise, « Ce qu’acheter veut dire. Désir, demande et commerce du sexe », art. cit.

83 Voir Combessie Philippe, « Le socio-anthropologue et les “libertines” », art. cit., p. 224-225.

84 À d’autres égards, leurs pratiques sont conformes au contraire aux préconisations occidentales contemporaines de développement du plaisir, de l’autonomie de son corps, etc.. Les femmes occidentales se trouvent donc, en matière de sexualité, de plus en plus l’objet d’injonctions contradictoires.

85 Celle-ci attribue traditionnellement à l’exclusivité sexuelle, notamment des femmes, la qualité de fidélité, comme s’il était impossible de faire confiance (fides) à une personne qui développe des pratiques de pluripartenariat. Avant la diffusion de la contraception, cette « exigence » était légitimée, dans un contexte de domination masculine, par le contrôle de la patrilinéarité des lignages – dans une perspective de paternité biologique. Elle s’est aujourd’hui transformée en exigence morale, en grande partie intériorisée, régulièrement réactivée dans les œuvres de fiction, où il est rare que les pratiques de pluripartenariat soient présentées sous un jour favorable – lorsque, de façon exceptionnelle, tel est le cas, on notera que c’est toujours dans des milieux privilégiés.

86 Broqua Christophe et Deschamps Catherine, « Transactions sexuelles et imbrication des rapports de pouvoir », in Broqua Christophe et Deschamps Catherine (dir.), avec la collaboration de Cynthia Kraus, L’Échange économico-sexuel, op. cit., p. 17.

87 Zelizer Viviana, « Transactions intimes », Genèses, n° 42, 2001, p. 123.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma n° 1 : L’espace du « libertinage » multisitué sur le continuum de Paola Tabet
URL http://teth.revues.org/docannexe/image/422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photographie n° 1 : Essayage
Crédits Crédit : Philippe Combessie
URL http://teth.revues.org/docannexe/image/422/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photographie n° 2 : « Arsenal » T. 38
Crédits Crédit : Philippe Combessie
URL http://teth.revues.org/docannexe/image/422/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Photographie n° 3 : Au cours d’une soirée Eyes Wide Shut
Crédits Crédit : Philippe Combessie
URL http://teth.revues.org/docannexe/image/422/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Photographie n° 4 : Échange de flyers
Crédits Crédit : Philippe Combessie
URL http://teth.revues.org/docannexe/image/422/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photographie n° 5 : Flyers et billet factice
Crédits Crédit : Philippe Combessie
URL http://teth.revues.org/docannexe/image/422/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photographie n° 6 : Images souvenir, chez une « libertine », d’un sex-club installé dans une ancienne maison close
Crédits Crédit : Philippe Combessie
URL http://teth.revues.org/docannexe/image/422/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photographie n° 7: I make the rules
Crédits Crédit : Philippe Combessie
URL http://teth.revues.org/docannexe/image/422/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Schéma n° 2 : Dynamiques de mises à distance
URL http://teth.revues.org/docannexe/image/422/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Schéma n° 3 : L’espace du « libertinage » tenu à distance
URL http://teth.revues.org/docannexe/image/422/img-10.png
Fichier image/png, 78k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Combessie, « L’argent en milieu « libertin » : entre mise en scène et occultation », Terrains/Théories [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le 07 janvier 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://teth.revues.org/422 ; DOI : 10.4000/teth.422

Haut de page

Auteur

Philippe Combessie

Laboratoire Sophiapol, EA3932, Université Paris Ouest, Université Paris Lumières, F-92001, Nanterre cedex
Professeur de sociologie à l’Université Paris Ouest ; il est chercheur au Sophiapol (EA3932) où il dirige le groupe de recherche « Lasco » (laboratoire d’analyses socio-anthropologiques du contemporain). À côté de ses travaux sur l’enfermement carcéral, il mène depuis une dizaine d’années des recherches sur le pluripartenariat hétérosexuel des femmes ; il développe ses analyses dans plusieurs directions, notamment autour des comportements « polyamoureux », des pratiques de sexualité collective et des usages des nouvelles technologies de communication.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org