Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Jan Philipp Reemtsma, Confiance et violence. Essai sur une configuration particulière de la modernité

Paris, Gallimard, 2011.
Patrick Watier
Référence(s) :

Jan Philipp Reemtsma, Confiance et violence. Essai sur une configuration particulière de la modernité, Paris, Gallimard, 2011.

Texte intégral

1Le livre de Jan Philipp Reemtsma, Vertrauen und Gewalt, une somme de 530 pages, a pour point de départ trois questions : pourquoi le monde européano-américain, pour parler comme Max Weber, a-t-il depuis les xviie et xviiie siècles ressenti un besoin spécifique de légitimer le recours à la violence ? Comment ce besoin de légitimation a-t-il composé avec l’ensemble des entorses à ce principe et à la violence extrême qui s’est déroulée au xxe siècle ? Si les excès de violence pratiqués ont été plus que fréquents et ont entaché l’image que la modernité se fait d’elle-même, comment se fait-il que cela ne semble pas l’avoir détournée de sa voie spécifique ? Pour mener à bien sa démonstration, l’auteur propose d’analyser un certain nombre de relations entre confiance et violence. L’interrogation générale qui sous-tend l’ouvrage est la suivante : comment des actes de violence extrême ont-ils été possibles alors que l’imaginaire de la modernité coïncide avec une représentation de l’extension des zones de non-violence et une société policée ?

2Le livre s’inscrit dans une tradition allemande d’interrogation sur la modernité dont on ne trouve pas d’équivalent en France, et il va tenter de comprendre pourquoi le constat que la modernité est autre que nous ne le pensions ne semble pas avoir ébranlé notre confiance en elle. En d’autres termes, la cohésion sociale dépendante de la confiance sociale dans la modernité repose sur la non-violence, l’on ne s’arme pas avant de descendre dans la rue, la confiance sociale dans la modernité repose avant tout sur un principe de non-agression et pourtant la violence extrême est présente. Si nous voulons vraiment nous comprendre, il nous faut théoriser un point aveugle : la violence comme action sociale et non comme mal, reconnaître qu’elle peut être recherchée comme une forme de vie, ce n’est pas seulement un accident, une pathologie, plus même, certains peuvent faire confiance à la violence. Dès lors on peut aussi se demander quels sont les ressorts de la violence, et pourquoi la sociologie, sauf de rares exemples dont Johannes Popitz, se tait sur ce phénomène. (Die Soziologie schweigt) On a théorisé de nombreux types d’action sociale, mais non l’action violente. Lorsque la sociologie s’intéresse à l’action violente, elle ne la prend pas comme thème et choix, mais bien plus comme problème à éradiquer, tout ce qui touche à la violence est ramené à des causes indépendantes des acteurs, alors qu’il est évident pour l’auteur que l’action violente peut être visée comme telle par des acteurs. On comprend que les descriptions phénoménologiques de Popitz sont mobilisées : « La violence est, […] une option de l'action humaine qui est présente continuellement. Aucun ordre social global n'est fondé sur la prémisse de la non-violence. Le pouvoir de tuer et l’impuissance de la victime sont latents ou manifestes des déterminations fondamentales de la structure de la vie sociale. »

3La première grande partie revisite des thématisations de la confiance qui ont pu être proposées par des sociologues au courant du xxe siècle, retrace la perspective de Thomas Hobbes, montrant comment la fiction de ce dernier sur l’état de nature appelle le recours à un sentiment de confiance, pour une société dont les liens de confiance sont inséparables du monopole de la violence, par une instance étatique ou un gouvernement garantissant la sécurité. Sortir de l’insécurité permanente, de la peur, voilà qui modifie profondément le liant qu’est la confiance. Bien sûr, la défiance est possible, mais elle n’est pas généralisée. Tenir ses promesses et s’abstenir de certains actes, voilà ce qui fait de vous une personne de confiance, mais aussi ancre la confiance dans des pratiques sociales.

4N’oubliant pas sa spécialité de philologue, l’auteur illustre son propos par l’analyse d’œuvres de William Shakespeare et de Joann Goethe. Ainsi, pour illustrer des modalités différentes d’ancrage de la confiance, il présentera un commentaire de la question de Marguerite dans le Faust. Marguerite se réfère à une confiance encastrée dans une croyance et pratique religieuse, alors que Faust plaide pour une forme de confiance qui ne s’appuie que sur l’interaction et le sentiment. On peut lire en ce point le passage d’un monde qui s’assure encore dans des garants méta-sociaux à un monde qui dorénavant cherche et doit trouver en lui-même sa propre légitimité. Sur quoi fonder la confiance accordée à un mécréant, si ce n’est sur l’attente que les promesses qu’il fait ou les engagements qu’il prend seront tenus ? Pour cela, il faut reconnaître avec John Locke, qui aurait mérité certains développements, que ce qui rend possible l’association d’un être humain avec un autre, comme êtres humains en tant que tels – c’est la fides, le devoir d’observer un engagement mutuel et la vertu consistante de s’acquitter de ce devoir. La vérité et le maintien de cette foi appartiennent à l’homme comme homme, non comme membre de la société, selon Locke, mais l’on peut montrer que des conditions particulières et notamment une forme d’individualisation et de modification des liens sociaux contraignants autorisent et appellent le développement d’une telle foi dans les engagements mutuels. Indirectement, on perçoit aussi comment une fidélité à soi-même est engagée dans ce processus, un habile pourra toujours dire que n’étant plus le même il n’a aucune raison de tenir des engagements qu’un autre (lui-même) avait pris.

5Pour Reemstma, puisque le christianisme comme cadre global a disparu, il va falloir trouver un équivalent de substitution et celui-ci sera l’État-nation comme détenteur du monopole de la violence, comme garant du droit qui « permet d’intervenir comme contractant donc comme client, et comme rien d’autre que partenaire, vendeur » dans la mesure où les systèmes fonctionnels différenciés ne peuvent garantir ce cadre global (p. 88). On le voit, Reemstma suit assez souvent des pistes luhmaniennes en termes de différenciation de systèmes.

6Pour revenir à la confiance, il ne la traite pas comme un moyen de réduire la complexité. Le terme de confiance sociale sert à désigner le résultat de toutes activités qui en même temps qu’elles sont effectuées disent que tout est normal, que les choses ont bien l’air d’être ce qu’elles sont, si on voulait s’appuyer sur Ervin Goffman ou encore (et c’est un absent du livre qui me semble pourtant en donner une clé de lecture) Marcel Mauss, que nous sommes en société pour nous attendre à… Et on s’attend comme « moderne » surtout à ce que la violence soit absente. L’auteur nous montre comment la confiance est liée à une forme de judiciarisation des liens sociaux et bien entendu à un monopole de la violence qui évite le débordement violent dans les interactions quotidiennes. En ce sens : « le modèle de confiance de la modernité ne fonctionne que sur la base de la supposition réciproque que, dans les réactions quotidiennes, on n’a pas à s’attendre à des débordements de violence » (p. 165). Il précise par la suite comment l’imaginaire d’un avenir moins violent, adossé à l’idée que nous aurions dépassé un seuil historique, imaginaire lié au contrôle de la violence quotidienne par le monopole physique de la violence et confirmé par les interactions quotidiennes dans lesquelles nous nous assurons réciproquement que nous n’avons rien à craindre les uns des autres, constituent le socle de la confiance en la modernité et ont formé sa culture qui la distingue clairement d’autres ensembles sociohistoriques. Cela étant, et c’est là où le livre bascule vers la description du point aveugle de l’histoire du xxe siècle, la confiance peut être réorientée vers une confiance en la violence.

7Ce sont les modes de déjudiciarisation, de délégitimation/relégitimation, l’analyse d’une forme de confiance dans la violence et des relations entre communication et violence qui font l’objet des trois grandes parties suivantes. Le concept de violence et surtout l’action violente n’ont pas été théorisés par la sociologie ; fille de la modernité, elle ne considère pas la violence comme un mode de vie. S’appuyant notamment sur des récits d’anciens terroristes repentis, Reemstma décrit comment cette forme de vie violente qui a pour conséquence d’être maître de la vie et de la mort des autres produit un sentiment collectif intense. Comment des actes violents lient entre eux des individus, sont le ciment d’associations particulières, mafieuses ou terroristes, et bien entendu de la pratique de tyrans et d’appareils d’État. Comme l’auteur ne manque pas d’un humour grinçant, il propose de considérer Joseph Staline comme une parfaite illustration du troisième a priori simmelien : profession et vocation sont en harmonie, individualité et offre sociale coïncident (p. 332).

8C’est un livre de fond, qui pratique une stratégie d’éclaircissements successifs, la croisière intellectuelle qu’il engage n’est pas de tout repos, il n’est pas possible de rendre entièrement justice dans cette présentation à toutes les facettes sous lesquelles est envisagé le maintien d’une confiance dans la non-violence des autres qui voisine pourtant avec l’existence de la violence extrême. J’avoue ne pas très bien saisir comment la dénonciation est par excellence la pratique de stabilisation de la confiance pour les sociétés à monopole de la violence et pratique de la terreur, et le terme de confiance sociale me semble inadéquat. Il me semble bien plus que c’est l’institutionnalisation de la défiance et qu’alors le mot de confiance n’a pas de consistance. L’auteur s’appuie tant sur des écrits théoriques, des pièces de théâtre, des romans que des films. On l’a compris cet ouvrage ne fait pas partie des « frêles esquifs pavoisés aux couleurs du moment », selon la métaphore marine de Théophile Gautier, qui sortent tous les ans, c’est une réflexion au long cours que l’expérience personnelle de l’auteur a aussi nourri.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Watier, « Jan Philipp Reemtsma, Confiance et violence. Essai sur une configuration particulière de la modernité », Terrains/Théories [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le 24 novembre 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://teth.revues.org/419

Haut de page

Auteur

Patrick Watier

Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org