Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Aurélien Berlan, La fabrique des derniers hommes. Retour sur le présent avec Tönnies, Simmel et Weber

Paris, La Découverte, « SH/Théorie critique », 2012, 344 p.
Vincent Chanson
Référence(s) :

Aurélien Berlan, La fabrique des derniers hommes. Retour sur le présent avec Tönnies, Simmel et Weber, Paris, La Découverte, « SH/Théorie critique », 2012, 344 p.

Texte intégral

  • 1 Vandenberghe Frédéric, Une histoire critique de la sociologie allemande, t. I et II, Paris, La Déco (...)

1Les origines de la sociologie allemande, en ce qu'elles sont aux fondements d'une certaine tradition de critique du capitalisme, ont trop rarement fait l'objet, dans le monde francophone, d'un examen théorique exhaustif. Si l'on excepte le travail pionnier de Frédéric Vandenberghe, Une histoire critique de la sociologie allemande1, la thématique d'une critique du monde contemporain sous l'angle d'une théorie des formes de vie réifiées et mutilées n'avait pas été évoquée avec une telle ampleur historique et philologique. Issu d'une thèse de doctorat en philosophie dirigée par Axel Honneth et Catherine Colliot-Thélène, La fabrique des derniers hommes constitue donc un ouvrage important dans la mesure où il réactive la question d'une épistémologie de la critique des sociétés capitalistes contemporaines envisagée comme diagnostic historique. De Friedrich Nietzsche à Michel Foucault, en passant par Ferdinand Tönnies, Georg Simmel ou Max Weber, c'est bien la question d'une démarche alternative à la critique de l'économie politique hégélo-marxienne qui est ici explorée. Il ne s’agit pas de prendre définitivement congé de l'œuvre de Karl Marx, mais plutôt de caractériser encore plus précisément une donnée fondamentale de la modernité : la rationalité technicienne impliquerait une dégradation fondamentale de notre rapport au monde. Et la métaphore médicale du diagnostic, renvoyant à celle de « pathologies sociales », vient ici spécifier ce que devrait être une telle réflexion sur le présent. À savoir : une symptomatologie du monde contemporain qui se déploie selon une perspective historico-généalogique, et qui vise précisément à appréhender la dimension anthropologique de la rationalisation envisagée comme processus historique.

2Cette étude des pères fondateurs de la sociologie allemande, de Tönnies (1855-1936), Simmel (1858-1918) et Weber (1864-1920), permet à Aurélien Berlan d'opérer un retour sur un moment déterminé de la théorie sociale. Ce mouvement de pensée du tournant du xixe au xxe siècle, aux contours flous, qu'il est convenu de rattacher à la Kulturkritik (ou « critique culturelle »), se caractérise essentiellement par une critique du capitalisme de type néo-romantique et radicalement anti-progressiste. L'écueil d'un anti-modernisme de type réactionnaire n'est jamais très loin, et tout le travail de Berlan s'attache justement à en réévaluer le propos dans une perspective émancipatrice. Les critiques sont bien connues : irrationalisme, éloge conservateur des formes d'organisation traditionnelles, refus de la démocratie, aristocratisme contre-révolutionnaire, etc. En prenant le contrepied et en déplaçant les enjeux théoriques et politiques de cette critique de l'Aufklärung, l'auteur s'attache à montrer que ces trois noms préfigurent avant tout une dialectique de la Raison, déchirée entre ses promesses de libération et son autodestruction. Il s'agit donc de montrer que ce sont les linéaments de ce que l'on connaitra quelques décennies plus tard sous l'appellation de « Théorie critique de l'École de Francfort » qui sont ici posés. Ainsi, en s'attachant à analyser la dissolution des formes de vie communautaires, en examinant la marchandisation du réel et la domination de la forme-argent, ou encore en interrogeant les processus de rationalisation à l'œuvre dans la modernité, Tönnies, Simmel et Weber préfigurent une tradition singulière de la critique du capitalisme tardif.

3La dimension « épistémo-critique » du travail de Berlan réside dans l'élucidation d'un certain type de critique propre aux trois pionniers de la sociologie allemande. Dans un long et important chapitre introductif, « Qu'est-ce qu'un diagnostic historique ? », l'auteur interroge ce mode de connaissance spécifique. « Tout l'intérêt de cette forme très spéciale de sociologie est de faire preuve d'une grande lucidité théorique et politique, à égale distance des illusions progressistes de Marx et de l'idéalisme historique de Nietzsche. Dans son diagnostic, elle articule les apports positifs de ces deux penseurs : en tenant compte des évolutions économiques et des structures sociales, elle ne tombe pas dans l'idéalisme historique qui grève le diagnostic nietzschéen ; mais elle n'en est pas moins sensible aux impasses du progrès technique et de la rationalisation sociale. Elle ne fait ni preuve de la cécité sociale tendancielle et tendancieuse d'un nietzschéisme refusant de tenir compte de « vulgaires » réalités politiques et économiques, ni de l'aveuglement progressiste d'un marxisme se faisant des illusions sur la possibilité d'établir, sur la base des moyens de production industriels issus de la dynamique capitaliste, une société libérée de toute domination » (La Fabrique des derniers hommes, p. 83-84). La critique de l'économie politique et l'historicisme généalogique constituent les deux pôles d'une théorie de la société au sein de laquelle la première sociologie allemande s'inscrit de manière complexe. Les phénomènes de bureaucratisation, de marchandisation, de développement de la science organisée ou d’urbanisation furent appréhendés par ces trois grandes figures comme facteurs de dégradation et de dépossession d’une forme de vie authentique. L’illusion progressiste dogmatique, dans la mesure où elle ne voit dans la modernité qu’un unique mouvement libérateur, y est soumise à un examen radical. C’est précisément l’idée d’un capitalisme comme « cage d’acier » (selon la célèbre formule de Weber), d’une colonisation du monde vécu par de grandes objectivités abstraites comme l’État, l’argent ou le marché, qui vient rompre le grand récit moderniste de l'émancipation par le progrès technique.

  • 2 Riesel René et Semprun Jaime, Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable, Par (...)
  • 3 Adorno Theodor, Minima Moralia. Réflexions sur la vie mutilée, Paris, Payot, 2003 (1951), p. 157.

4Dès lors, c'est l'idée d'une « herméneutique » matérielle et culturelle, en ce qu'elle vise à interpréter la modernité capitaliste dans ses manifestations phénoménales et pathologiques, qui caractérise ce type de discours critique. La dynamique historique à l'œuvre, celle de la rationalisation, n'est pas de l'ordre de la théodicée. Bien au contraire, c'est toujours à partir d'une lucidité pessimiste et inquiète qu'il s'agit de penser les conditions de possibilité de l'émancipation. Ce n'est donc pas un hasard si Berlan fait ici intervenir l'idée d'une « sur-socialisation » mutilante, empruntée à René Riesel et Jaime Semprun dans Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable2. Se référer explicitement à la critique anti-industrielle telle qu'elle se développe du côté de L'Encyclopédie des Nuisances implique un positionnement radical quant au rôle de la théorie. Comme le rappelle Theodor Adorno dans ses Minima Moralia, il s'agit de penser le « caractère double du progrès qui a toujours développé le potentiel de la liberté en même temps que la réalité de l'oppression3 ». Aussi, réactiver la puissance subversive des origines de la sociologie allemande permet de contrer les différents types de régressions néo-positivistes et conservatrices qui fleurissent actuellement.

Haut de page

Notes

1 Vandenberghe Frédéric, Une histoire critique de la sociologie allemande, t. I et II, Paris, La Découverte, 1997/1998.

2 Riesel René et Semprun Jaime, Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable, Paris, Éditions de l'encyclopédie des nuisances, 2008.

3 Adorno Theodor, Minima Moralia. Réflexions sur la vie mutilée, Paris, Payot, 2003 (1951), p. 157.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Chanson, « Aurélien Berlan, La fabrique des derniers hommes. Retour sur le présent avec Tönnies, Simmel et Weber », Terrains/Théories [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://teth.revues.org/416

Haut de page

Auteur

Vincent Chanson

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol, EA3932

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org