Navigation – Plan du site
Dossier

Les usages engagés de l’argent

L’exemple des SEL
Commited Uses of Money
The Example of the LETS
Davide Gallo Lassere et Martin Jochum

Résumés

L’argent n’est pas une donnée naturelle. Fait social total, anthropologiquement indépassable, il est passible de connaitre une vaste pluralité de déterminations spécifiques. A cet égard, les SEL représentent un laboratoire d’expérimentation particulièrement significatif. Ces initiatives mettent clairement en relief le caractère volens nolens normatif du fait monétaire. Elles invitent à en considérer les immenses potentialités démocratiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’universalisme abstrait de l’argent se prête bien à incarner la spirale d’anéantissement de la pul (...)

1Phénomènes récents en France, les Systèmes d’échange locaux (SEL) s’inscrivent dans un large mouvement d’initiatives locales visant à redéfinir, à travers une autre monnaie, le cadre économique dans lequel se réalisent les échanges. Le but avoué n’est pas seulement de tenter de se réapproprier une certaine forme de pouvoir en retraçant localement l’espace des échanges ; il s’agit également de permettre un accès facilité à certains produits et services dont une partie de la population est privée dans les réseaux monétaires traditionnels. À travers une tarification définie de gré à gré (concernant les services, la plupart des SEL considèrent qu’une heure de travail a la même valeur quel que soit son objet), les compétences et passions de chacun peuvent être révélées et partagées. Il convient d’observer d’emblée l’existence d’une forme d’engagement commune aux acteurs ; les selistes cherchent à dé-fétichiser l’argent en se libérant du dogme de la liquidité. Pour ce faire, la monnaie du SEL ne constitue pas une réserve de valeur en tant que telle. Ses utilisateurs cherchent à repousser les conceptions marchandisées de l’argent et les libertés négatives à la portée nihiliste qui leur sont associées (portée nihiliste déclinable à travers la catégorie freudienne de « pulsion de mort1 »).

  • 2 Zelizer Viviana, La Signification sociale de l’argent, Paris, Seuil, « Liber », 2005 (1ère édition (...)

2En observant le fonctionnement des SEL, il apparaît alors clairement que l’argent n’est pas réductible à un phénomène uniforme quant à son rôle social, mais que peuvent lui être donnés divers sens qui sont créés par les acteurs sociaux eux-mêmes (selon l’une des intuitions fondamentales du beau livre de Viviana Zelizer2). On pense d’abord à l’échange lui-même et à la place occupée par l’argent (la monnaie du SEL). La monnaie fictive utilisée par les selistes ne joue pas le rôle d’intermédiaire anonyme des échanges qui est celui de l’argent qui circule au sein d’une économie monétaire standard. C’est une personnalisation conviviale des interactions économiques qui est recherchée, au-delà de la classique séparation entre espace privé des relations sociales et sphère de la rationalisation. L’une des finalités centrales des SEL et du fonctionnement des monnaies complémentaires réside dans une vision de l’argent traditionnel comme capital le plus important dans sa capacité à obtenir un droit d’aubaine (notamment l’intérêt). Cette idée n’est pas sans rappeler l’intuition proudhonienne selon laquelle il est nécessaire d’offrir une fonction sociale à la monnaie. Ainsi, le principe des bons d’échange de Proudhon, forme de monnaie destinée à être mise au service de tous, semble trouver un nouveau souffle contemporain à travers l’expérience des SEL. Mobiliser un auteur comme Proudhon nous renvoie par ailleurs, à travers l’antiétatisme de ce dernier, à la volonté première de réappropriation d’une certaine forme de pouvoir à l’échelle du SEL.

3Dans ce cadre, définir une philosophie de l’argent à partir de ses enjeux socio-économiques et environnementaux nécessite une perspective théorique. S’opposant aux approches traditionnelles qui perçoivent l’argent comme l’un des plus puissants facteurs de domination et de rationalisation, les expériences menées au sein des SEL montrent comme celui-ci est passible de domestication, voire de ré-encastrement dans le domaine social. L’imbrication envisagée permet ainsi d’ouvrir quelques pistes sur les potentiels outils théoriques que peut nous apporter l’étude des SEL en vue d’une critique de l’argent à une échelle macro sociale ; il s’agit notamment d’étudier la faisabilité d’une prolifération sociale et/ou d’un élargissement géographique des monnaies alternatives et d’en considérer le caractère politique.

4Nous développerons notre propos en trois temps. Dans un premier moment nous nous pencherons sur les enjeux théoriques et sociologiques de la nouvelle qualité monétaire recherchée par les participants aux SEL ; nous évoquerons ensuite brièvement des précédents historiques qui ont anticipé certaines des instances basilaires des SEL ; enfin nous tracerons quelque lignes de fuite afin d'esquisser une critique du présent monétaire du capitalisme.

Le lien et le mal : vers une bonne monnaie

  • 3 Pour ces raisons, certains théoriciens ont vu dans le processus anonyme d’auto-valorisation de la v (...)

5L’argent n’est pas nécessairement condamné à rester ce qu’il est. Tel que nous le connaissons, il est l’un des majeurs canalisateurs de passions sociales négatives : avarice, avidité, vénalité, soif de pouvoir et de domination. Le cortège tout entier de la partie concupiscible de l’âme humaine est séduit par sa capacité à franchir les frontières et à jouer le rôle de médiateur fondamental. Son manque abstrait de qualités particulières (il est indifférent à chaque contenu concret) et son infinie disposition quantitative à être accumulé le transforment en l’instrument absolu – l’équivalent général du monde des marchandises – et en fin ultime de beaucoup d’actions et d’aspirations individuelles et collectives3. Ainsi, l’argent est institué de façon telle à pouvoir médiatiser sans aucune limite – temporelle, géographique ou sociale – n’importe quelle relation. Par conséquent, il est considéré comme le principal acteur de l’échange marchand ; comme l’incarnation la plus évidente du pouvoir économique ; en somme, comme le paradigme matériel et symbolique de la capitalisation des richesses. Ces privilèges en font l’une des plus grandes sources de désenchantement et de transvaluation des valeurs traditionnelles.

6Mais l’argent peut tout aussi bien être interprété et employé autrement. Il n’est pas inscrit dans son statut socio-ontologique qu’il doive emblématiser des pathologies sociales telles que l’exploitation ou l’aliénation. Même si, depuis l’Antiquité grecque, en passant par le Moyen Âge chrétien, jusqu’aux critiques conservatrices et révolutionnaires de la modernité, l’argent a fréquemment été considéré de manière plutôt conventionnelle, voire mythologique, dans le cours de l’histoire sont repérables d’intéressantes exceptions théoriques et pratiques où il est conçu et mobilisé comme un levier vertueux de socialisation et d’accomplissement individuel et communautaire. Parmi celles-ci, les SEL occupent une place remarquable d’originalité et d’extension géographique.

  • 4 Pour un panorama de la diffusion des « anneaux de coopération » dans les années 1920 et 1930, voir (...)
  • 5 En tout cas, comme le soulignent plusieurs auteurs, presque tous les SEL se caractérisent par une p (...)

7Nés au Canada au début des années 80 – période qui voit définitivement pâlir les grandes espérances de mutation sociale – les SEL connaissent une rapide diffusion à partir de la moitié des années 90 (diffusion qui subit une vertigineuse accélération à chaque défaillance macroéconomique4). Ces microsociétés conviviales investissent l’argent d’une mission à la fois culturelle et matérielle. Les « grains de SEL » deviennent ainsi le vecteur par lequel les selistes cherchent à renforcer le lien social, à la fois à travers un accès facilité aux biens et services proposés et grâce au développement d’une certaine forme de convivialité dans les relations interpersonnelles. Les interactions vécues grâce à la monnaie complémentaire ne sont en effet pas seulement sources d’une agréable sociabilité, mais aussi d’insertion sociale et d’accès à un niveau et à une qualité supérieurs de consommation5.

8L’argent n’est pas une donnée naturelle. S’il est vrai que dans toutes les formations humaines, est (ou a été) présente une monnaie – fait social total, anthropologiquement indépassable – chacune d’entre elles a su/pu en fournir ses propres déterminations spécifiques. A cet égard, les SEL représentent un laboratoire d’expérimentation particulièrement significatif. Ces initiatives mettent clairement en relief le caractère volens nolens normatif du fait monétaire. Elles invitent à en considérer les immenses potentialités démocratiques. Pour mieux comprendre cet enjeu théorico-politique, esquissons brièvement les grandes lignes de réponse à l’épineuse question métaphysique : qu’est-ce que l’argent ?

  • 6 La monnaie comme bien public, qui sert l’intérêt commun, se fonde sur une triple légitimité : métho (...)
  • 7 Le terme grec dont dérive « monnaie » – numisma, littéralement loi – nous le prouve.

9L’argent est un lien social horizontal et vertical, qui unit, selon des asymétries plus ou moins prononcées, les individus entre eux, en les plaçant en relation indirecte avec le tout de la communauté de référence6 ; mais ce lien est malléable, il est élastique et passible de subir des modifications aussi amples que l’inventivité sociale des membres concernés par son usage. Certes, on ne peut pas sous-évaluer naïvement (ou de façon utopique) la force tendancielle des mécanismes qu’il déclenche et qu’il anime ; il ne peut être totalement réabsorbé dans une perspective d’émancipation. Mais il serait erroné de réduire les théorisations et les pratiques de l’argent aux diktats de la reproduction élargie du capital, de la maximisation du profit ou de l’austérité des équilibres budgétaires. L’argent est une institution et non pas une chose (ou un rapport) inerte, pétrifiée dans une rigide invariabilité7. Plus exactement : il est l’institution économique fondamentale et, en tant que tel, est susceptible d’influencer diverses sphères sociales et provoquer des effets en cascade sur le reste de la société. Les caractéristiques particulières de chaque monnaie fictive s’inscrivent ainsi dans une démarche participative et délibérative spécifique à chaque SEL. Sans prétendre restituer un compte-rendu exhaustif de ce genre de pratiques, il semble malgré tout possible d’y percevoir une critique commune, implicite ou explicite, de la fonction de réserve de valeur.

  • 8 On peut souligner ici le rapprochement opéré par André Orléan dans son livre L’Empire de la valeur. (...)

10La théorie économique orthodoxe a en effet toujours eu la pernicieuse habitude de réduire la monnaie à un simple voile jeté sur la réalité des échanges8, comme si sa seule tâche fut de les faciliter. Cette vision instrumentale identifie (au moins) trois fonctions essentielles de la monnaie : la fonction d’unité de compte, celle de moyen de paiements et, dulcis in fundo, celle de réserve de la valeur. Par ailleurs, une déconstruction des principes de la monnaie révèle la hiérarchie, logico-ontologique et historique, entre celles-ci.

  • 9 Blanc Jérôme, Les Monnaies parallèles. Unité et diversité du fait monétaire, Paris, L’Harmattan, «  (...)

11La fonction comptable semble être première, en tout cas essentielle. Les deux autres fonctions paraissent en découler. C’est elle, en effet, qui permet de calculer le montant des dettes et des créances pour un éventuel solde des comptes et c’est elle qui mesure monétairement la valeur. « En définitive, la fonction de compte exprime l’emploi d’une unité abstraite qui ne présuppose ni attache physique préalable, ni valeur préexistante à la monnaie9. » Elle revêt alors un caractère métaphysique.

  • 10 Keynes John Maynard, Collected Writings of John Maynard Keynes, Vol. XXV, Activities 1940-44: Shapi (...)
  • 11 Dans la construction d’une théorie de l’argent, les sciences sociales et la philosophie doivent à l (...)

12La fonction de moyen de paiement reste secondaire. Elle naît avec la frappe de la monnaie, dans la Lydie du viie siècle avant notre ère. Ce n’est qu’avec la présence physique d’un intermédiaire des échanges que le remboursement des dettes rejoint finalement le fait monétaire. Mais celui-là ne découle pas nécessairement de celui-ci : une dette peut aussi bien être éteinte à travers le troc, à travers le don ou à travers une compensation multilatérale et scripturale des échanges (comme dans la clearing room envisagée par John Maynard Keynes au moment de la Conférence de Bretton Woods10 et reprise en partie dans la structure des SEL), c’est-à-dire sans l’intervention d’un objet réel faisant fonction de moyen de paiement. Avec la frappe de la monnaie le remboursement s’effectue alors à travers l’intervention d’un instrument monétaire, variable dans ses formes et ses modalités selon les contextes socio-historiques11.

  • 12 Pour une reconstruction minutieuse du rôle central joué par ces deux éminentes figures de leur temp (...)

13La troisième fonction de la monnaie, celle de réserve de la valeur, demeure tout à fait contingente, voire parallèle à l’avènement du capitalisme et indépendante de son destin. En premier lieu, elle dérive des conditions d’existence des deux autres fonctions (sans une certaine stabilité nominale des prix et sans la possibilité de s’incarner dans un outil de rétribution, il serait impossible de doter la monnaie d’une capacité de stockage des richesses). En deuxième lieu, cette fonction n’est pas spécifiquement monétaire. Le simple fait de la conservation de la valeur ne peut être qualifié de proprement monétaire, parce qu’une infinité d’autres objets (œuvres d’arts, biens immobiliers, etc.) peuvent représenter des formes d’épargne, de thésaurisation, de rente ou de spéculation, sans que cela n’ait de rapport quelconque avec la définition conceptuelle d’une monnaie. En troisième lieu, ce n’est qu’avec le passage au système dit de Gold standard, dans l’Angleterre de John Locke e Isaac Newton, entre 1694 et 1717, que la monnaie devient pour la première fois institutionnellement investie de ce rôle particulier12. Avant cet évènement crucial la monnaie ne faisait pas systémiquement fonction de réserve de valeur. N’en déplaise à la doxa économique libérale, l’architecture institutionnelle de la monnaie moderne fondée sur la réserve de valeur ne correspondrait pas à l’efficience spontanée du marché. Elle répondrait plutôt aux besoins financiers et commerciaux de l’Angleterre révolutionnaire alors exigés par l’industrialisation et le colonialisme accélérés.

  • 13 Distinction à laquelle font explicitement référence les auteurs qui ont collaboré à la rédaction de (...)
  • 14 Amato Massimo, Le radici di unafede, op. cit., p. 14.

14Après cet excursus historico-théorétique, retournons à nos ateliers sociaux de monnaies alternatives. Les SEL visent à s’opposer au principe de réserve de la valeur, à travers une déclinaison inédite des deux autres fonctions. La distinction braudellienne entre économie locale, interrégionale et internationale (chacune avec son unité de compte respective13) offre aux différentes monnaies un rôle spécifique tout en instituant une complémentarité entre elles : « Des monnaies différentes peuvent coexister à l’intérieur d’un seul et même espace monétaire à la condition qu’elles remplissent, par définition et non simplement par hasard, différentes fonctions, qu’elles soient utilisées par différents opérateurs, qu’elles puissent permettre d’acquérir des marchandises différentes et, de ce fait, circulent dans des espaces contigus mais pas superposables14. » Cette séparation dans la proximité borne les possibilités d’accumulation infinie de l’argent, en contribuant à la démythologisation (ou dénaturalisation) capitaliste de la fonction de réserve de valeur. En effet, si le degré d’abstraction de la monnaie n’atteint pas un degré d’universalité lui permettant d’être immédiatement dépensée n’importe quand, n’importe où et pour n’importe quoi (en jargon économique : « liquidité absolue »), pourquoi la conserver indéfiniment ?

  • 15 L’argent tel que nous le connaissons, outre à provoquer toute une série de pathologies sociales et (...)

15Les SEL, à leur manière, se situent dans le prolongement des essais monétaires qui, après le déclin progressif de l’économie précapitaliste, ont proliféré en Occident à partir du milieu du XIXème siècle. Ils cherchent à imposer à l’argent des limitations qui soient porteuses de formes positives de libertés15, provenant directement des instances qui animent la société civile. Ils découragent la thésaurisation – y compris à travers l’établissement de taux d’intérêt négatifs dans les cas les plus militants ou libertaires – et incitent à l’engagement dans l’échange (dans certaines occasions, avec un crédit gratuit au départ), c’est-à-dire à l’emploi des ressources à disposition. C’est ici que l’on peut voir à l'œuvre une forme novatrice d'endettement. Puisque l’objectif affiché des SEL consiste à façonner et renforcer les liens sociaux, l’endettement peut se transformer en force émancipatrice ; en un facteur de cohésion et non plus d’exacerbation des tensions.

  • 16 Il convient toutefois d’éviter une vision trop enjolivée : c’est à travers ce système d’endettement (...)
  • 17 Voir « Les SEL entre don et marché », in Servet Jean-Michel, Une Economie sans argent, op. cit., p. (...)

16Les relations sociales instaurées dans les SEL restent par conséquent impénétrables si on les regarde à travers le prisme de l'utilitarisme ou des conceptions rationalistes de l’économie (néo)classique. Dans ces expérimentations monétaires, l’endettement – véritable clé de voûte de ces systèmes – peut alors devenir mobilisateur d’affects sociables, provoquant une augmentation et une accélération des échanges entre les membres de ces communautés vertueuses16. Tous les adhérents sont ainsi incités à une participation active (même si le solde de leur compte est négatif), afin de fournir à tous l’occasion d’exercer et de partager ses passions, en valorisant les capacités individuelles de chacun. Le prisme des relations entretenues – bien qu’elles se résolvent par une médiation monétaire et marchande de qualité17 – se cristallise autour d’idéaux et de considérations non éminemment rationnels : amabilité, sympathie et convivialité en ce qui concerne les services ; authenticité, provenance et soutenabilité socio-environnementale pour la qualité des produits, sont nettement privilégiées par rapport aux prix ou aux niveaux des prestations. De par leurs caractéristiques, les SEL sont alors intrinsèquement voués à préférer les petites tailles, de façon à garantir le maximum de confiance entre les membres et dans le système lui-même, en assurant aussi la responsabilité et la réciprocité interindividuelles, seules mesures de jugement de la conduite des personnes.

  • 18 Puisque dans les SEL il n’y a pas d’« homme économique », mais des personnes qui visent à reporter (...)

17C’est ainsi que les « grains de SEL » connaissent une très forte délimitation géographique et sociale, n’étant utilisables qu’entre leurs adhérents18. Cela implique une conception doublement relationnelle de la valeur. En premier lieu, dans chaque bulletin périodique – habituellement distribué aux membres selon échéances préétablies – sont présentées les offres disponibles de biens et de services, où sont indiqués des prix conseillables à l’intérieur de la communauté. En second lieu, chaque échange se résout avec la négociation d’un juste montant entre les deux personnes directement concernées, selon aussi le plaisir, la satisfaction que chacun a pu tirer de l’interaction (au niveau des SEL, la philosophie hédoniste est parfois revendiquée). La démarche ne se veut pas neutre et objective ; elle suggère un double établissement relationnel de la valeur : intracommunautaire d’abord, interpersonnel ensuite.

18De plus, la transaction ne se déroule pas selon les mécanismes habituels. Une fois le service rendu ou le produit fourni, l’échange ne se conclut pas par un remboursement bilatéral entre les deux personnes directement concernées, mais à travers une compensation multilatérale. Chaque « prosommateur » communique sa créance ou son débit respectif à un registre central des comptes (avec des bons d’échange subdivisés en trois parties : une pour chacun des deux échangeurs et une pour la chambre centrale), où sont récapitulées toutes les opérations effectuées. Son solde sera alors positif ou négatif non plus par rapport à celui de son échangeur direct (situation qui peut présenter, dans un premier temps, de l’assujettissement interpersonnel et, ensuite, après avoir réglé les soldes, de l’indifférence réciproque), mais par rapport à celui de la totalité du groupe de référence. Cela permet la sauvegarde, voire le développement de l’implication individuelle, en modulant un sentiment de participation au tout de la communauté de référence – exactement le contraire de ce qui se passe avec l’argent tel que nous le connaissons, facteur de distanciement psychologique et social.

À la recherche de justifications théoriques pour une utopie monétaire

  • 19 Ferreira Nathalie, « Crédit et monnaie sociale chez P.J. Proudhon (1809-1865) », Revue de philosoph (...)
  • 20 Cette domination de monopole n’est pas sans rappeler ce que Max Weber nommait « domination par cons (...)

19L’émergence de ces initiatives locales au sein desquelles « le lien est plus important que le bien » semble constituer une réaction citoyenne face au pouvoir supposé de l’argent. Cette crainte s’inscrit dans la continuité de certaines tendances de la tradition utopique – française notamment – du xixe siècle. Certains auteurs, contemporains de Marx, ont cru voir dans la question économique les réponses fondamentales aux problèmes de la Cité. C’est le cas de Pierre-Joseph Proudhon. Farouche détracteur des différents capitaux qui ouvrent pour leur possesseur (le capitaliste) un droit d’aubaine perçu sur le produit du travail, Proudhon voit dans la monnaie le plus puissant et le plus persistant d’entre eux. Cette démarche le mène à critiquer cette « machine inégalitaire qui est au cœur du système propriétaire19 » : l’intérêt bancaire, source de perversion du système de crédit. En langage économique, les agents se trouvant en besoin de financement (un ménage qui consomme, une entreprise qui investit) n’ont d’autre choix que d’accepter les conditions du ou des agents qui détiennent le capital (les capitalistes, en capacité de financement, qui possèdent le privilège de la liquidité) ; ceux-ci sont price makers, ceux-là sont price takers. Outre l’injustice économique qui risque d’enrayer l’équilibre du système, la relation de domination se caractérise donc par le pouvoir détenu par le capitaliste, notamment celui de fixer librement le taux d’intérêt que devront lui rembourser les emprunteurs dans le besoin20.

  • 21 Ce fut notamment le cas de l’Argentine qui, à la suite des plans d’ajustement structurels conduits (...)
  • 22 Voir notamment l’ouvrage collectif dirigé par Jean-Michel Servet, Une Économie sans argent, op. cit(...)

20Cette vision de la monnaie comme moyen d’asservissement se retrouve fréquemment dans le discours des selistes, envisagé comme discours éthico-politique ; mais il s’agit également d’une manière d’expliquer la naissance de certaines initiatives locales touchant aux échanges économiques : certaines furent et sont encore des réactions à un manque d’argent ou de confiance en celui qui circule. Ce constat est particulièrement vrai concernant les pays émergents21. Certaines études ont d’ailleurs observé la concordance temporelle entre l’émergence de micro organisations en marge du système et les périodes de crise économique et monétaire22.

  • 23 Ferreira Nathalie, « La Monnaie sociale : l’apport théorique de P.J. Proudhon [1809-1865] et l’expé (...)
  • 24 Cette idée, complétée à celle d’une immersion du politique dans l’économique, se trouve très présen (...)
  • 25 Evoquons parmi d’autres Pierre Kropotkine qui, à la suite de Bakounine, revendique dans le système (...)

21D’après Proudhon, ces crises monétaires s’expliquent en partie par le rôle accordé à l’argent, en tant que marchandise particulière représentant la valeur d’échange de toutes les autres. Mais avant d’aborder cette question, il convient d’opérer d’ores et déjà un rapprochement entre la vision proudhonienne de ce que doit être une monnaie et la philosophie économique que tentent de mettre en pratique les SEL : il est nécessaire de rendre à la monnaie sa fonction sociale, en la mettant au service de tous les membres de la communauté concernée. Cette idée a d’abord un versant politique : l’un des principes fondamentaux des SEL est de reposer sur une organisation décentralisée. La réappropriation d’une certaine forme de pouvoir au niveau local passe ici par l’utilisation d’une monnaie complémentaire. Bien plus, certains SEL « refusent de se laisser envahir par l’économie et ne veulent pas même directement y participer23 ». Cette volonté d’exister en dehors d’une autorité centrale n’est bien entendu pas sans rappeler la philosophie politique anti-étatiste de Proudhon24, tout autant que la vision idéale qu’il se fait d’une révolution « par le bas ». Cette démarche passe ensuite, d’un point de vue économique, par la mise en place d’un système de crédit gratuit : Proudhon caractérise l’intérêt, tout comme n’importe quel droit d’aubaine perçu au nom de la propriété, comme un vol. Nous l’avons vu, les SEL offrent un accès gratuit aux biens et services proposés par leurs membres, avec un système de crédit sans intérêt livré en monnaie locale. De plus, on trouve dans l’œuvre de Proudhon ainsi que dans le fonctionnement des SEL une place centrale accordée au travail. Tandis que le philosophe, comme nous allons le voir, cherche à lier monnaie et travail, la plupart des systèmes d’échanges locaux considèrent, au sein des échanges, tout travail comme équivalent ; plus précisément, une heure de travail (par exemple un service de jardinage rendu durant une heure) reste égale, dans l’échange, à une heure d’un travail différent (par exemple une heure de cours d’informatique) quel que soit l’objet de chaque travail. Cette idée est très présente dans l’organisation proudhonienne, mais également chez les successeurs de Proudhon25.

  • 26 Proudhon Pierre-Joseph, Organisation du crédit et de la circulation, et solution du problème social(...)

22Proudhon, comme Marx, fonde la valeur d’usage d’une marchandise sur la quantité de travail nécessaire à sa production. Mais pour Proudhon, qui cherche à se débarrasser du cercle de dépendance créé par la monnaie métallique, toute marchandise peut également jouer le rôle de l’argent. Dans cette optique, le projet proudhonien de la banque d’échange doit s’expliquer en commençant par définir ce que l’auteur nomme par « bons d’échange » ou « bons de circulation » : il s’agit de bons libellés en heures de travail, échangeables contre les produits du travail des individus. Au sein d’une telle organisation dans laquelle les travailleurs travaillent les uns pour les autres, la monnaie se déconnecte de tout métal précieux et ne possède plus de statut spécifique : « Il faut républicaniser le numéraire, en faisant de chaque produit du travail une monnaie courante26. » En temps normal, la banque avance de la liquidité (ou équivalent convertible en liquidité) aux détenteurs d’effets de commerce, et retient un escompte destiné à ses fournisseurs de capitaux. Dans le projet proudhonien, la banque fonctionne sans capital, escomptant les effets de commerce avec des « bons d’échange » ; ces derniers ne sont pas convertibles en monnaie, ce qui offre à la banque d’échange un moindre coût de fonctionnement. Ainsi, du capital sans intérêt peut être mis à disposition des industriels qui bénéficient également des ressources nécessaires pour d’éventuelles créations d’entreprises. L’une des différences importantes avec une banque traditionnelle, notamment soulevée par Nathalie Ferreira, réside dans la confiance dans les bons ; en effet, la banque d’échange ne s’engage pas – et c’est là la concrétisation du projet proudhonien – à échanger le bon contre de la monnaie métallique. Le système exige donc une confiance totale des adhérents entre eux. La banque opère les échanges de tous les produits sans capital, mais à l’aide du bon d’échange :

  • 27 Proudhon Pierre-Joseph, Œuvres complètes, Volume 6, Paris, Lacroix, 1868, p. 187.

Ce papier ne représente pas le numéraire comme les billets de banque ordinaires ; il représente les diverses obligations particulières des membres de la Société et les divers produits qui y ont donné lieu27.

23Tous les adhérents doivent donc demeurer solvables. Par ailleurs, l’émission des bons ne peut être exagérée, puisqu’elle s’effectue en fonction de la livraison des produits et des obligations qui lui sont liées ; ils ne peuvent se déprécier, car ils restent gagés par un produit ayant amené à leur émission.

  • 28 Ce point a notamment été souligné par Pierre Haubtmann in Pierre-Joseph Proudhon : sa vie et sa pen (...)

24Néanmoins, le principe de l’intérêt ne peut disparaître ; comme le souligne Ferreira, sa suppression ne dépend que du souhait des adhérents de ne pas percevoir d’escompte. En fait, Proudhon confond paiement au comptant et paiement à terme en une seule et même opération. Dans son esprit, les produits s’échangent contre les produits (Jean-Baptiste Say), la monnaie perdant sa fonction de réserve de la valeur. Plus tard, Proudhon tentera de corriger la banque d’échange, devenue banque du peuple ; cette dernière, pour fonctionner, nécessite l’adhésion de tous les consommateurs et producteurs. L’une des nouveautés tiendra dans un syndicat général de la production et de la consommation chargé de surveiller les mouvements d’offre et de demande. Mais là encore, Proudhon néglige l’inégalité entre la valeur présente de la monnaie et sa valeur future, aspect financièrement et psychologiquement déterminant auquel la levée du lien entre monnaie métallique et métaux précieux ne peut rien changer28.

25D’autres critiques viendront rapidement de la part de Marx qui reproche à Proudhon son hypothèse d’un possible remplacement de la monnaie métallique par toute autre forme de marchandise. L’idée centrale de la critique marxienne tient principalement en une impossibilité théorique pour le temps de travail de servir directement de monnaie. Cette critique se fonde d’abord sur l’hypothèse marxiste d’une différence entre valeur et prix (appelée « idéalité de la valeur » dans le langage de Marx). Rien ne garantit une égalité entre prix de marché et prix naturel ; par conséquent, les marchandises ne peuvent s’échanger en fonction du temps de travail réellement contenu en elles. Tout se passe comme si, dans l’esprit de Marx, le principe des bons d’échange témoignait d’un déni du principe même de valeur de marché. Autrement dit, le temps de travail qu’indique le bon n’exprime pas exactement celui qui est réellement contenu dans la marchandise correspondante.

  • 29 Balibar Etienne, « Le Contrat social des marchandises et la constitution marxienne de la monnaie (c (...)
  • 30 Baronian Laurent, « La Monnaie dans les Grundrisse », Cahiers d’économie politique, n° 60, juin 201 (...)

26Tout le raisonnement marxien tient principalement dans la différence entre valeur d’usage et valeur d’échange. Cette dernière, avec la multiplication du nombre des marchandises et l’étendue des échanges, a tendance à s’autonomiser, à se constituer une existence propre au côté de la marchandise. Il est donc nécessaire de doter l’économie – bien qu’il s’agisse d’un processus naturel qui s’organise en dehors de la volonté des acteurs sociaux – d’un instrument pouvant exprimer toutes les valeurs d’échange. Ainsi, l’échange nécessite une objectivation préalable (effectuée par la monnaie) des produits du travail. On retrouve ici le processus du matérialisme historique dans la mesure où la forme sociale du produit est perçue par les individus comme détachée d’eux-mêmes ; ils sont soumis aux rapports économiques, et notamment à « l’action des marchandises elles-mêmes, qui se déroule toujours déjà […] dans le dos des possesseurs (ou des producteurs-échangistes) humains29 ». Le raisonnement proudhonien pose donc problème, puisque le principe de monnaie-marchandise qui en découle suppose la possibilité d’un échange direct entre activités ; pour Marx, il est nécessaire de faire correspondre au préalable à la valeur de la marchandise un temps de travail objectivé pour procéder effectivement à l’échange. Comme le souligne Laurent Baronian dans un article très éclairant sur le lien marxien entre monnaie et valeur, « on s’aperçoit donc que les inconvénients du troc […] ne font en réalité que manifester dans la pratique le processus d’autonomisation de la valeur d’échange par rapport aux marchandises elles-mêmes30 ».

  • 31 N’oublions pas que Marx, très marqué par l’économie classique, suit le raisonnement « toutes choses (...)
  • 32 Marx Karl, Misère de la philosophie : réponse à la philosophie de la misère de M. Proudhon, Paris, (...)

27Par ailleurs, le mécanisme de la concurrence induit une évolution continue de la valeur des marchandises, si bien que cette dernière se détermine en fonction du temps de travail qui est actuellement nécessaire. Ce raisonnement économique demeure un argument fort au regard du fonctionnement et de l’évolution de l’économie de marché ; il nous rappelle aussi à quel point Marx se plaît à dénoncer toute vision figée, intemporelle – par exemple la valeur d’une marchandise comme donnée stable – privilégiant continuellement une vision inscrite au cœur d’un processus historique. Pourtant, la version marxiste de l’argent semble liée à une structure si solide qu’elle en paraît indépassable : le marché. En effet, son fatalisme conduit Marx à observer l’argent comme un acteur indispensable du système de l’économie de marché qui agit plus qu’il n’est agi31. Certes, « en changeant le nom on ne change pas la chose32 » ; mais l’expérience des SEL nous montre que l’argent est susceptible d’être domestiqué, à condition d’agir directement sur son pouvoir monétaire.

  • 33 Les écrits de Gesell font encore l’objet d’un large discrédit parmi la plupart des économistes cont (...)

28Le dernier argument de Marx vise en fait à démontrer – à travers le concept de temps de travail actuellement nécessaire comme déterminant de la valeur d’usage – le caractère périssable de la marchandise, par opposition à la sûreté temporelle de la liquidité. Proudhon, constatant le déséquilibre, voulut rétablir l’égalité en élevant la marchandise au rang de l’argent. Silvio Gesell33, grand lecteur de Marx et Proudhon, propose alors, tout en validant le but du penseur français, de procéder dans le sens inverse, en abaissant la monnaie au rang de la marchandise. Comment procéder ? En infligeant à l’argent le même défaut d’usure qui touche la marchandise. Pour ce faire, au-delà de la pratique d’un faible taux d’intérêt, il s’agit d’instaurer un intérêt négatif : la monnaie se déprécie avec le temps, tout comme la marchandise se dégrade (les deux variations doivent d’ailleurs être équivalentes) :

  • 34 Gesell Silvio, L’Ordre économique naturel [1916], Ivry, M.Issautier, 1948, p. 211.

Lorsque la monnaie aura des propriétés physiques correspondant aux désagréments et aux pertes que nous causent les marchandises, alors seulement, elle constituera l’instrument sûr, rapide et bon marché des échanges, puisque nul ne la préfèrera aux marchandises, en aucun cas et à aucun moment […]. Nous devons faire de l’argent une marchandise plus mauvaise si nous voulons en faire un meilleur moyen d’échange34.

29 Ce principe se retrouve dans la plupart des SEL qui appliquent un taux décroissant à leur monnaie fictive. L’idée est de lutter réellement contre la spéculation et le principe d’une monnaie auto-valorisante. Mais l’intuition de Gesell apporte d’autres possibilités aux expérimentations contemporaines. Il semble ici pertinent d’opérer un bref détour vers le principe de monnaie locale au sens large (tous les SEL, en tant que tel, se dotent d’une monnaie destinée à être acceptée par tous les membres et être utilisée pour toutes les transactions entre ces derniers. Mais toutes les monnaies complémentaires ne constituent pas des SEL).

  • 35 A propos de la « mesure », voir l’article « A Romans-sur-Isère, une monnaie sur mesure », L’Age de (...)

30Une monnaie locale est une monnaie fictive créée à l’initiative de la société civile (par exemple par le biais d’associations) et destinée à un usage local susceptible de concerner tout ou partie d’une population sur un espace géographique donné (généralement deux à trois petites villes au maximum). La démarche éthique demeure comparable à celle des SEL ; mais ici, chaque habitant de la zone concernée peut choisir ou non de se procurer de la monnaie locale (contre des euros) pour l’utiliser à des fins de consommation, tout comme les commerçants présents peuvent décider ou non de se faire régler par ce moyen de paiement fictif (ils pourront d’ailleurs, le cas échéant, rendre la monnaie en euro ou non, suivant le choix du payeur). Outre un encouragement évident à la consommation de produits et services locaux, l’originalité – comme dans la plupart des SEL – réside dans le fait que la plupart des monnaies locales sont volontairement vouées à être dépensées dans l’année : elles sont dites fondantes. Leur détenteur, s’il ne les dépense pas durant un certain délai, se voit forcé de se procurer un timbre payant (un certain pourcentage de la somme indiquée sur le billet ou la pièce) pour que son moyen de paiement reste valable. Cette péremption annoncée de la monnaie locale pousse ses utilisateurs à s’en servir dans les temps et au sein de l’espace géographique à l’intérieur duquel elle est acceptée. L’organisation change en fonction de la monnaie locale : à Romans-sur-Isère, une monnaie locale significativement nommée « mesure » est lancée au printemps 2011. Qui veut s’en procurer devra verser à l’association « commune mesure » la somme en euros (une mesure vaut un euro) ; cette dernière sera déposée sur un compte au crédit coopératif supposé financer des projets dans le domaine de l’économie sociale et solidaire. Si toutefois l’usager souhaite récupérer ses euros, il se voit taxé à hauteur de 2,5% de la somme correspondante35.

31Ici, encore une fois, c’est bien d’une remise en cause de la possession de liquidité en tant qu’avantage dans les termes de l’échange dont il s’agit. Ce pouvoir aux mains du détenteur de monnaie doit être levé pour rétablir la fonction sociale de l’instrument des échanges.

Courtes notes provisoires pour des remarques philosophico-politiques des SEL

32Après avoir isolé les traits saillants des innovations monétaires promues par les SEL dans le sillage des expérimentations historiques issues du « long xixe siècle », en guise de conclusion considérons brièvement quelles perspectives politiques seraient susceptibles d’émerger de ce genre de pratiques.

33Ces expériences proposent des « politiques de l’immanence » originales. Cette expression suggère d’une part la naissance de petites révolutions quotidiennes dans le style de vie et dans le rapport à soi-même, aux autres et au monde, d’autre part des bouleversements bottom up dans les modes de production, de reproduction et d’échanges de biens et services qui ne cherchent pas à se positionner sous une égide macroéconomique ou macro-politique transcendant l’état des choses présentes. Ces initiatives, comme les SEL, ne visent pas à s’opposer aux mécanismes actuels du pouvoir, mais préfèrent plutôt se placer en dehors ou par-delà ceux-ci.

  • 36 Holloway John, Changer le monde sans prendre le pouvoir, Paris, Syllepse, « Utopie critique », 2007
  • 37 De Angelis Massimo, The Beginning of History, Londres, Pluto Press, 2006, p. 241. Le livre de De An (...)

34John Holloway, avec son livre au titre significatif, Changer le monde sans prendre le pouvoir36, est l’un des théoriciens contemporains les plus illustres des politiques de l’immanence ou, comme nous pourrons aussi les nommer, des praxis de l’anti-pouvoir. L’immanence de ces politiques se réfère à la création, hic et nunc, d’espaces ou de relations affranchis des logiques sociales dominantes ; des pratiques qui s’installent immédiatement, sans attendre l’intervention salvifique d’un deus ex machina à la tête de l’apparat institutionnel, comme le parti ou le syndicat révolutionnaire. La réalisation concrète de modes de vie sortant de l’ordinaire s’oppose aussi à la recherche désespérée d’un horizon d’émancipation métahistorique au-delà du présent du capitalisme, pour se concentrer sur des expériences déjà extraordinaires. Comme le rappelle fort bien la suggestion de l’autonomiste Massimo De Angelis, « to be a living force, utopia must be able to articulate its twofold dimension: from no-where, we come back down to earth, now-here37 ».

35Les SEL peuvent alors être considérés, d’un point de vue philosophico-politique, comme des moyens d’interrompre la linéarité monolithique des pratiques conventionnelles de l’argent. Patrick Tacussel, par exemple, dans sa préface au livre de Mandin, parle de « subversion tranquille » et « d’une vision néo phalanstérienne » émanant des selistes38. Mandin lui-même, pour souligner les phénomènes de propagation entre les SEL, intitule significativement un paragraphe de son œuvre « Vers un monde de petits mondes ». Tandis que Michel Bernard et Jean-Marc Luquet décident de présenter selon le titre suivant un numéro hors-série de la revue Silence : « S.E.L., pour changer, échangeons39. »

  • 40 Pinçon Michel et Pinçon-Charlot Monique, L’Argent sans foi ni loi, Paris, Textuel, « Conversations (...)
  • 41 Il convient ici de souligner le contraste avec l’open marxism de Holloway ou le post-opéraisme de D (...)

36Afin de résister à la colonisation toujours plus impétueuse et violente du monde-de-la-vie (Habermas) par « l’argent sans foi ni loi40 », les selistes remettent l’éthique – et non la politique, souvent accusée de dominer les relations sociales – au centre de l’action collective41. Face aux porosités passagères du système capitaliste, chaque « consomm’acteur » cherche à rythmer son existence à l’intérieur de la communauté selon le slogan « penser globalement, agir localement ». Le geste privé – aux effets marginaux, mais fondamentaux – connote ainsi la responsabilité de chacun face à la collectivité toute entière. La recherche d’un autre vivre-ensemble, à travers l’échange mutuel, la coopération réciproque et la volonté de s’investir personnellement dans l’accomplissement d’un idéal, consacrent l’aspect utopique de ces formes de « participation monétaire » au caractère social et solidaire. Ces modalités d’engagement, contribuant dans une certaine mesure au développement local, soutiennent une création différente de richesse, fondée sur des valeurs relationnelles plus que matérielles. Pour le dire autrement, elles promeuvent bel et bien une économie marchande et monétaire à visage humain, privilégiant la satisfaction des besoins – limités – des personnes à ceux de l’autoreproduction infinie du capital.

37L’économie peut ainsi devenir une instance centrale de socialisation à travers la création d’espaces sociaux inédits. Sans doute les adhérents qui s’y mobilisent sont-ils des gens prédisposés à une attitude altruiste et militante. Mais ils sont ensuite amenés par les affectations de la monnaie à nourrir les liens sociaux, en cultivant une forme de bonheur dans l’attachement interpersonnel – bonheur évidemment opposé à celui des derniers hommes postmodernes, déchargés de toute tâche (entlässt) par l’anonymat de l’argent qui tend à se substituer à l’implication interrelationnelle.

  • 42 Une véritable incitation politique à la prolifération des SEL (compte tenu de leur méfiance à l’idé (...)

38La diffusion de ces sortes d’archipels de bonne économie perdus dans le vaste océan de la finance capitaliste est alors difficile à étendre indéfiniment, sauf à admettre un optimisme anthropologique déraisonnable. La participation active à ce genre d’expérimentations exige en effet un effort psychologique élevé, un dévouement à l’autre et un engagement continu et intensif. A l’exact opposé, l’utopie capitaliste d’un monde à disposition, à travers la consommation de masse et la dépersonnalisation des rapports sociaux, semble offrir une liberté individuelle séduisante et acquise sans effort42.

  • 43 Il convient de noter l’absence de données quantitatives précises, au niveau mondial comme au niveau (...)
  • 44 En allemand, le mot Wir signifie « nous », mais il est aussi la contraction du terme Wirtschaft, «  (...)

39Un discours différent concerne l’extension de ce genre d’initiatives. Comme nous l’avons vu, les SEL, bien qu’en forte croissance tendancielle43, ne peuvent atteindre constitutivement des mesures exceptionnelles – à moins de renoncer à la convivialité des interactions intersubjectives, trait caractérisant ces cercles. En revanche, le bassin d’usagers des monnaies alternatives n’est pas identifiable en tout et pour tout à celui des systèmes d’échanges locaux. La structure institutionnelle échafaudée par Keynes à l’occasion de la Conférence de Bretton Woods, ou l’organisation de PME suisses constituée dès 1934 autour de la monnaie WIR44, ne représentent que les deux exemples les plus connus. Dans les deux cas, comme dans les SEL, on trouve la tentative de décourager la thésaurisation de la monnaie, accompagnée d’un accès facilité au crédit et d’une incitation aux échanges. Mais à la différence des SEL, le but avoué de ces deux expériences historiques est de stimuler la croissance pour la croissance et d’augmenter les chiffres d’affaires. Chacun à sa manière, tous ces types d’initiatives cherchent bien sûr à créer des sortes d’eu-topies, des espaces économiques vertueux ; mais chacun possède aussi sa propre vision du monde et de l’homme à partir de laquelle on s’engage et on lutte grâce à l’institution d’une monnaie différente.

40Concluons en quelques mots. Eu égard au pouvoir écrasant de l’argent tel que nous le connaissons, à la portée dérisoire (par rapport aux chiffres de la finance et de l’économie réelle) de ces expériences et à leur caractère difficilement universalisable, les SEL semblent voués à l’échec. Malgré tout, les militants des SEL, en cultivant en commun leur petit jardin, donnent un peu de corps à la faible espérance qu’un jour l’argent pourra lui aussi être assujetti à un usage « historique » au sens marxien du terme. C’est-à-dire qu’il pourra à son tour être dominé par la volonté démocratique des citoyens, être créé et échangé selon leurs capacités et distribué selon leurs besoins. Comme l’écrivait Bertolt Brecht à propos du communisme, c’est une chose simple mais difficile à réaliser !

Haut de page

Bibliographie

Aglietta Michel et Orléan André, La Monnaie entre violence et confiance, Paris, Odile Jacob, « Histoire et documents », 2002.

Amato Massimo, L’Enigma della moneta e l’inizio dell’economia, Milan, Et al., 2010.

Balibar Étienne, « Le Contrat social des marchandises et la constitution marxienne de la monnaie (contribution à la question de l’universalité de l’argent) », in Drach Marcel (dir.), L’Argent : croyance, mesure, spéculation, Paris, La Découverte, « Recherches », 2004.

Baronian Laurent, « La Monnaie dans les Grundrisse », Cahiers d’économie politique, n° 60, juin 2011, p. 67-86.

Blanc Jérôme, Les Monnaies parallèles. Unité et diversité du fait monétaire, Paris, L’Harmattan, « Logiques économiques » 2000.

De Angelis Massimo, The Beginning of History, Londres, Pluto Press, 2006.

Ferreira Nathalie, « La Monnaie sociale : l’apport théorique de P.-J. Proudhon [1809-1865] et l’expérience du réseau global de troc en Argentine », Innovations, n° 24, 2006, p. 41-58.

Ferreira Nathalie, « Crédit et monnaie sociale chez P.-J. Proudhon (1809-1865) », Revue de philosophie économique, n° 12/1, 2011, p. 91-116.

Gesell Silvio, L’Ordre économique naturel, Ivry, Issautier, 1948 (1ère édition en allemand 1916).

Gorz André, Misères du présent, richesse du possible, Paris, Galilée, « Débats », 1997.

Haubtmann Pierre, Pierre-Joseph Proudhon : sa vie et sa pensée, 1849-1865, Paris, Desclée de Brouwer, 1988.

Holloway John, Changer le monde sans prendre le pouvoir, Paris, Syllepse, « Utopie critique », 2007.

Jappe Anselm, Les Aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur, Paris, Denoël, « Essais », 2003.

Keynes John-Maynard, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie (1ère édition en anglais 1936), Paris, Payot, « Petite bibliothèque Payot », 1971.

Keynes John-Maynard, Collected Writings of John Maynard Keynes, vol. XXV, Activities 1940-44: Shaping the Post-War World: The Clearing Union, Londres, Macmillan, 1980.

Kropotkine Pierre, La Science moderne et l’anarchie (1913), Paris, Phénix, « Bibliothèque libertaire et anarchiste », 2004.

Laacher Smaïn, Les SEL. Une aventure anticapitaliste, Paris, La Dispute, « Comptoir de la politique », 2003.

Mandin David, Les Systèmes d’échanges locaux. Circulations affectives et économie monétaire, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales », 2009.

Marx Karl, Misère de la philosophie : réponse à la philosophie de la misère de M. Proudhon, Paris, V. Giard et E. Brière, 1908.

Offe Claus R. et Heinze Rolf G. (dir.), Organisierte Eigenarbeit. Das Modellkooperationsring, Francfort, Campus, 1990.

Orléan André, L’Empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Seuil, « La couleur des idées », 2011.

Pinçon Michel et Pinçon-Charlot Monique, L’Argent sans foi ni loi, Paris, Textuel, « Conversations pour demain », 2012.

Proudhon Pierre-Joseph, Organisation du crédit et de la circulation, et solution du problème social, Paris, Garnier Frères, 1848.

Proudhon Pierre-Joseph, Œuvres complètes, vol. 6, Paris, Lacroix, 1868.

Servet Jean-Michel (dir.), Une Économie sans argent. Les Systèmes d’Échange Locaux, Paris, Seuil, « Essais », 1999.

Simmel Georg, Philosophie de l’argent, Paris, Puf, « Quadrige », 1999 (1ère édition en allemand 1900).

Weber Max, Économie et société, Paris, Pocket, « Agora », 1995 (1ère édition en allemand 1921).

Zelizer Viviana, La Signification sociale de l’argent, Paris, Seuil, « Liber », 2005 (1ère édition en anglais 1994).

Haut de page

Notes

1 L’universalisme abstrait de l’argent se prête bien à incarner la spirale d’anéantissement de la pulsion de mort (Todestrieb) freudienne.

2 Zelizer Viviana, La Signification sociale de l’argent, Paris, Seuil, « Liber », 2005 (1ère édition en anglais 1994).

3 Pour ces raisons, certains théoriciens ont vu dans le processus anonyme d’auto-valorisation de la valeur, c’est-à-dire dans la croissance infinie de la masse monétaire, une sorte de « sujet automate » ingouvernable par la volonté des hommes, voire hostile à chaque forme de bien-vivre ensemble. Pour une synthèse propédeutique de ces idées, voir Jappe Anselm, Les Aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur, Paris, Denoël, « Essais », 2003. Voire aussi les pages internet http://www.streifzuege.org/, http://www.exit-online.org/ et http://www.krisis.org/.

4 Pour un panorama de la diffusion des « anneaux de coopération » dans les années 1920 et 1930, voir Offe Claus R. et Heinze Rolf G. (dir.), Organisierte Eigenarbeit. Das Modellkooperationsring, Frankfurt, Campus, 1990, cité in Gorz André, Misères du présent, richesse du possible, Paris, Galilée, « Débats », 1997, où l’on trouve, dans un chapitre intitulé « Changer la ville », une dizaine de pages consacrées aux SEL et aux LETS. Smaïn Laacher estime que les SEL se sont peut-être inspiré de la culture underground des communautés hippies étatsuniennes des années 1960 et 1970. Voir Laacher Smaïn, Les SEL. Une aventure anticapitaliste, Paris, La Dispute, « Comptoir de la politique », 2003, p. 19-28. Enfin, pour quelques données sur la diffusion française des SEL, voir le site http://www.selidaire.fr.

5 En tout cas, comme le soulignent plusieurs auteurs, presque tous les SEL se caractérisent par une prédominance des classes moyennes, même si on note une présence non négligeable de Rmistes.

6 La monnaie comme bien public, qui sert l’intérêt commun, se fonde sur une triple légitimité : méthodique, hiérarchique et éthique. Sur ce point central, voir Aglietta Michel et Orlean André, La Monnaie entre violence et confiance, Paris, Odile Jacob, « Histoire et documents », 2002, p. 64-106. Dans Amato Massimo, L’enigma della moneta e l’inizio dell’economia, Milan, Et al., Milano 2010, on trouve tout au long de l’élaboration théorique de l’essai de très intéressantes considérations philosophiques à propos de la relation entre monnaie et totalité sociale.

7 Le terme grec dont dérive « monnaie » – numisma, littéralement loi – nous le prouve.

8 On peut souligner ici le rapprochement opéré par André Orléan dans son livre L’Empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Seuil, « La couleur des idées », 2011, où Marx et Walras sont critiqués pour leur conception substantialiste de la valeur (valeur-travail pour l’un, valeur-utilité pour l’autre).

9 Blanc Jérôme, Les Monnaies parallèles. Unité et diversité du fait monétaire, Paris, L’Harmattan, « Logiques économiques » 2000, p. 29.

10 Keynes John Maynard, Collected Writings of John Maynard Keynes, Vol. XXV, Activities 1940-44: Shaping the Post-War World: The Clearing Union, Londres, Macmillan, 1980.

11 Dans la construction d’une théorie de l’argent, les sciences sociales et la philosophie doivent à l’anthropologie d’avoir observé l’indifférence des divers supports matériels dans lesquels a pu s’exprimer la monnaie à travers le temps.

12 Pour une reconstruction minutieuse du rôle central joué par ces deux éminentes figures de leur temps dans la constitution du système monétaire capitaliste, voir Amato Massimo, Le radici di unafede, op. cit., p. 173-231.

13 Distinction à laquelle font explicitement référence les auteurs qui ont collaboré à la rédaction de l’ouvrage collectif dirigé par Jean-Michel Servet, Une Économie sans argent. Les Systèmes d’Échange Locaux, Paris, Seuil, « Essais », 1999, p. 100-107.

14 Amato Massimo, Le radici di unafede, op. cit., p. 14.

15 L’argent tel que nous le connaissons, outre à provoquer toute une série de pathologies sociales et psychologiques nouvelles, est l’un des facteurs les plus significatifs de formes de libertés négatives. Voir les brillantes considérations que Simmel, seul penseur à être à la fois un grand classique de la philosophie et de la sociologie du xxe siècle, a articulé dans les chapitres III-VI de son livre-maitre Philosophie de l’argent, Paris, Puf, « Quadrige », 1999.

16 Il convient toutefois d’éviter une vision trop enjolivée : c’est à travers ce système d’endettement que beaucoup de cyniques peuvent profiter des SEL, en les quittant avec un solde très négatif ! L’opportunisme existe donc bel et bien au sein de ces organisations.

17 Voir « Les SEL entre don et marché », in Servet Jean-Michel, Une Economie sans argent, op. cit., p. 120-173.

18 Puisque dans les SEL il n’y a pas d’« homme économique », mais des personnes qui visent à reporter au centre des échanges les aspects affectifs, émotifs, communicatifs et relationnels de l’être humain, ces systèmes gardent nécessairement des proportions assez restreintes, entre quelques dizaines et quelques centaines de participants, avant de se scinder éventuellement en plusieurs nouvelles formations ; voir Mandin David, Les Systèmes d’échanges locaux. Circulations affectives et économie monétaire, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales », 2009, en particulier le chapitre « Le défi d’un paradoxe », p. 84-122, où est décrit le mouvement circulaire entre la formation embryonnaire d’une communauté d’esprit et celle d’une microsociété conviviale.

19 Ferreira Nathalie, « Crédit et monnaie sociale chez P.J. Proudhon (1809-1865) », Revue de philosophie économique, n° 12/1, 2011, p. 95.

20 Cette domination de monopole n’est pas sans rappeler ce que Max Weber nommait « domination par constellation d’intérêt » ; distinguée d’emblée par l’auteur de sa typologie des formes de domination reposant sur une relation d’autorité, ce type particulier de domination serait spécifique à la sphère économique. Souvent négligée par les lecteurs du sociologue économiste, la constellation d’intérêt mériterait d’après nous des considérations plus importantes étant donnée sa pertinence au regard empirique du fait marchand quotidien. A propos du concept de « constellation d’intérêts », voir Weber Max, Économie et société, Paris, Pocket, « Agora », 1995, tome 1, p. 286-288 et tome 2, p. 412 notamment.

21 Ce fut notamment le cas de l’Argentine qui, à la suite des plans d’ajustement structurels conduits par le FMI, avait été touchée par une forte dépréciation du peso au début des années 2000.

22 Voir notamment l’ouvrage collectif dirigé par Jean-Michel Servet, Une Économie sans argent, op. cit.

23 Ferreira Nathalie, « La Monnaie sociale : l’apport théorique de P.J. Proudhon [1809-1865] et l’expérience du réseau global de troc en Argentine », Innovations, n°24, 2006, p. 44.

24 Cette idée, complétée à celle d’une immersion du politique dans l’économique, se trouve très présente tout au long de l’œuvre de Saint-Simon, tout en annonçant la vision marxiste du dépérissement de l’Etat.

25 Evoquons parmi d’autres Pierre Kropotkine qui, à la suite de Bakounine, revendique dans le système anarchiste la non spécialisation des tâches ; pour l’auteur, travail manuel et travail intellectuel se valent et doivent tous deux trouver leur utilité au sein de la société ; il convient de les enseigner à chaque individu. Voir notamment sur ce point Kropotkine Pierre, La Science moderne et l’anarchie [1913], Paris, Phénix, « bibliothèque libertaire et anarchiste », 2004.

26 Proudhon Pierre-Joseph, Organisation du crédit et de la circulation, et solution du problème social, Paris, Garnier Frères, 1848, p. 24.

27 Proudhon Pierre-Joseph, Œuvres complètes, Volume 6, Paris, Lacroix, 1868, p. 187.

28 Ce point a notamment été souligné par Pierre Haubtmann in Pierre-Joseph Proudhon : sa vie et sa pensée, 1849-1865, Paris, Desclée de Brouwer, 1988.

29 Balibar Etienne, « Le Contrat social des marchandises et la constitution marxienne de la monnaie (contribution à la question de l’universalité de l’argent) », in Drach Marcel (dir.), L’Argent : croyance, mesure, spéculation, Paris, La Découverte, « Recherches », 2004, p. 106.

30 Baronian Laurent, « La Monnaie dans les Grundrisse », Cahiers d’économie politique, n° 60, juin 2011, p. 9.

31 N’oublions pas que Marx, très marqué par l’économie classique, suit le raisonnement « toutes choses égales par ailleurs ». Malgré la globalité de son analyse, il ne conçoit pas toujours la possibilité théorique de faire varier plusieurs paramètres simultanément.

32 Marx Karl, Misère de la philosophie : réponse à la philosophie de la misère de M. Proudhon, Paris, V. Giard et E. Brière, 1908, p. 119.

33 Les écrits de Gesell font encore l’objet d’un large discrédit parmi la plupart des économistes contemporains. En témoignent d’ailleurs la relative rareté des traductions de l’auteur allemand dans les bibliothèques universitaires. Keynes reste l’un des seuls à lui avoir rendu hommage durant quelques pages à la fin de sa Théorie générale, avançant même que « l’avenir aura plus à tirer de la pensée de Gesell que de celle de Marx ». Keynes John-Maynard, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie [1936], Paris, Payot, « Petite bibliothèque Payot », 1971, p. 350. Cette négligence peut s’expliquer par une vision eugéniste reprochée régulièrement à Gesell. En effet, L’Ordre économique naturel fait souvent référence au rôle déterminant de la sélection naturelle dans la survie et le perfectionnement des meilleurs agents économiques.

34 Gesell Silvio, L’Ordre économique naturel [1916], Ivry, M.Issautier, 1948, p. 211.

35 A propos de la « mesure », voir l’article « A Romans-sur-Isère, une monnaie sur mesure », L’Age de faire, n°56, septembre 2011, p. 1 et 3.

36 Holloway John, Changer le monde sans prendre le pouvoir, Paris, Syllepse, « Utopie critique », 2007.

37 De Angelis Massimo, The Beginning of History, Londres, Pluto Press, 2006, p. 241. Le livre de De Angelis constitue une théorisation originale du débat né autour des enclosures et des commons contemporains.

38 Mandin David, Les Systèmes d’échanges locaux, op. cit., p. 10 et 11.

39 http://www.silesfemmescomptaient.com/fr/bibliographie/silence_echangeons_3-4.htm

40 Pinçon Michel et Pinçon-Charlot Monique, L’Argent sans foi ni loi, Paris, Textuel, « Conversations pour demain », 2012.

41 Il convient ici de souligner le contraste avec l’open marxism de Holloway ou le post-opéraisme de De Angelis.

42 Une véritable incitation politique à la prolifération des SEL (compte tenu de leur méfiance à l’idée de se confédérer) pourrait venir de l’implémentation de formes développées d’allocation universelle. A partir d’une solide base de revenu minimum inconditionnel, il serait en effet possible d’envisager des relations vertueuses entre le soutien à certains types d’activités (socialement utiles ou ludiques et récréatives) et l’affectation particulière de monnaies visant à encourager ces pratiques faiblement rémunérées. Cette perspective déclencherait l’imagination socio-économique dans la création de nouvelles forme monétaires reliées entre elles et avec les devises courantes dans des modalités encore toutes – ou presque – à penser.

43 Il convient de noter l’absence de données quantitatives précises, au niveau mondial comme au niveau national.

44 En allemand, le mot Wir signifie « nous », mais il est aussi la contraction du terme Wirtschaft, « économie ». En 2009, 60 000 PME ont participé aux affaires gérées par la Banque-Wir, laquelle a affecté des créances pour presque un milliard de francs suisses, en enregistrant au bilan un actif de plus de 3,7 milliards.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Davide Gallo Lassere et Martin Jochum, « Les usages engagés de l’argent », Terrains/Théories [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://teth.revues.org/406 ; DOI : 10.4000/teth.406

Haut de page

Auteurs

Davide Gallo Lassere

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol

Articles du même auteur

Martin Jochum

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org