Navigation – Plan du site
Dossier

L’argent, c’est du temps

L’expérience sociale de la pauvreté économique
Money is Time
The Social Experience of Economic Poverty
Jean-François Laé et Numa Murard

Résumés

La formule selon laquelle « le temps, c'est de l'argent » s'applique à ceux qui ont le pouvoir de transformer le temps en argent. Pour les autres, dans la pauvreté économique engendrée par le chômage de masse, il faut inverser la formule : « l'argent, c'est du temps ». Le temps de tenir un peu, de trouver une autre ressource, de rembourser une dette. De l'observation empirique, l'article tire les conclusions théoriques sur les rapports entre la synchronisation des activités et le degré de désencastrement de la vie économique, ainsi que sur le degré d'articulation de l'argent au système des besoins.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une famille de mineurs : Bruay-en-Artois, ORTF, 1958. Parmi les autres documents de cette série « À (...)
  • 2 Dans les années 1960, Richard Hoggart note une autre configuration de l’argent de poche, où le jeun (...)

1Dans l’un des tous premiers documentaires sociologiques produits par l’ORTF, sous la houlette du sociologue Paul-Henri Chombart de Lauwe, en 1958, on filme la vie quotidienne d’une famille de mineurs du Nord1. Une brève séquence montre Mme Delmot, la mère, faisant la queue à la caisse de la mine pour prendre la paie de fin de semaine de ses deux fils et de son mari. Le paiement est en liquide, 7 000 francs par semaine et par mineur. Mme Delmot revient à son domicile et debout dans sa cuisine, devant la table où l’un de ses fils est entrain de faire du mécano, elle ouvre solennellement la cérémonie de remise à chacun de son argent de poche. Elle retire d’abord de l’ensemble la moitié du total des salaires, puis équitablement, comme on distribue des cartes entre des joueurs, elle pose un à un les billets (à l’effigie de Richelieu, des « Richelieu », disait-on) devant les partenaires, en disant les prénoms à chaque tour et pour chaque billet. Ce sera 2 000 francs chacun2.

2Le reste de l’argent va dans la caisse commune que Mme Delmot emploiera au paiement de l’alimentation, de l’électricité, des vêtements indispensables, des graines pour le jardin, des bocaux à conserve et à confiture, et de tous les à-côtés qu’il faut bien prévoir aussi. Maîtresse des comptes, la mère tient la bourse d’une main ferme qui ne laisse passer aucune incertitude, encore moins de hasard. Toute la sueur de la semaine est là sur la table. Le père et les fils prendront leurs sous, qui serviront au tabac, permettront le passage au zinc, l’entretien des pigeons voyageurs, l’achat de rustines pour le vélo. Ce geste répété chaque semaine fait office de livre de comptes. Tout est étalé, mis à plat, réparti en liquide, c’est l’argent de poche pour les hommes au travail et l’argent du nécessaire pour la mère à la maison.

  • 3 Jahoda Marie, Lazarsfeld Paul et Zeisel Hans, Les Chômeurs de Marienthal, Paris, Éditions de Minuit (...)
  • 4 C'est ce que montre aussi Viviana Zelizer pour les classes populaires aux États-Unis, qui continuen (...)

3Dans Les chômeurs de Marienthal3, une petite ville de Basse-Autriche dont l’usine a fermé, on mesure la dégradation que produit des deux côtés la rupture des sources d’approvisionnement. Est atteint en premier ce que l’on peut considérer comme superflu : le boulanger ne fait quasiment plus de gâteaux le dimanche, il n’y a plus de clients. Les associations perdent leurs membres, à l’exception du club cycliste, parce qu’on peut y réparer gratuitement son vélo, et de l’association La Flamme, à laquelle on continue malgré tout de cotiser pour que ses futures obsèques soient prises en charge, sans doute parce que la mort ne fait pas partie du superflu4. Privés d’argent de poche, les hommes passent en vitesse dans la rue, saluent à peine les collègues, ne fréquentent plus les cafés. Bientôt le nécessaire est atteint : la qualité de l’alimentation diminue, la liste des courses se raccourcit, les menus de la semaine se présentent avec des blancs, on chasse et on déterre tout ce qui se mange, ce sera rapidement un seul repas par jour. Comme le souligne Marie Jahoda, ceux qui allaient mal avant le chômage vont encore plus mal, ceux qui allaient bien s’effondrent tout de suite ou bien au contraire résistent plus longtemps que les autres car ils avaient plus de ressources, et ce sont ceux qui étaient déjà au plus bas qui s’adaptent le mieux.

  • 5 Laé Jean-François et Murard Numa, Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrièr (...)

4Lorsque nous sommes retournés en 2010 sur les terrains de la pauvreté économique où nous avions enquêté dans les années 19805, nous avons été frappés par les marques laissées par cette pénurie dans la mémoire. Une des filles Eloy, par exemple, se rappelle des virées en ville pour récupérer les invendus dans les poubelles du supermarché, et des corvées de patates quotidiennes pour faire des frites à gogo : « Ah les sacs de 25 kilos de patates, je te descendais sans problème un sac de 25 kilos ». Là aussi, c’était chroniquement un repas par jour. Le matin, pain et chicorée, le midi rien, aucun repas organisé, tartines pour les enfants, le soir la soupe ou les frites à volonté, pour les dix à douze convives selon les relations de voisinage du moment. Et aujourd’hui ? La fille Sucré (18 ans) nous raconte précisément le jour des courses au supermarché, liste à la main, visage tendu, voix grave qui détonne sur l’apparence de jeune fille. La cérémonie des courses est expliquée en passant de rayon en rayon tout en additionnant mentalement les prix afin d’atteindre le maximum fatal de 100 euros pour la quinzaine. Pas question de dépasser et attention aux bières posées discrètement dans le caddie par un frère de passage à la maison entre deux javas. Les bières relèvent de l’argent de poche.

5Les pauvres comptent plus que les autres le nécessaire, ils comptent et recomptent jour après jour et surtout ils comptent différemment. Le caddie c’est pour quinze jours. Plus d’argent, ce serait plus de temps, moins d’incertitude sur le temps, sur : comment on va faire ? Mais avec plus de temps, ils n’auraient pas plus d’argent. Il est des gestes et des choses que l’on ne sait plus voir : le cahier de comptes, les additions mentales, les listes de course, la mesure de l’argent de poche. Or, le quotidien ce sont ces gestes : savoir où passe l’argent, faire une liste de l’indispensable, éviter les surprises, reporter au stylo-bille les dépenses, repérer les prix les moins chers et les commerces discount. Rester sur ses bases : pain, porc, patates. Écarter absolument la boisson, ce que consomment et doivent acheter eux-mêmes les hommes. Acheter des cadeaux aux enfants, oui. Acheter un chien alors qu’il y en a tant à la SPA, non. Ce qui est bien vu, c’est d’acheter des vêtements d’enfant d’occasion à 1 euro. Ce qui est mal vu, c’est d’acheter des aliments tout préparés sous vide.

6Il faut tenir jusqu’au mois suivant, jusqu’au versement de la pension. L’ardoise mentale ou le livre de compte, c’est l’équipement avec lequel les gens marchent dans la rue et tissent des liens, nouent des histoires et font des affaires, en suivant les interdépendances qui les attachent les uns aux autres. Doudou, qui a dépassé la trentaine, demande à sa mère :

- Tu peux m’avancer vingt euros. J’ai un truc à payer, et c’est tout de suite. Si tu peux.
- Mais c’est quoi ton truc à payer ?
- Je dois rembourser un mec au PMU
- Ah non !  Pas pour le PMU.

7La réponse est sèche et définitive. Les dettes de jeu ne feront pas partie de l’ardoise familiale. La monnaie ne circule pas sur n’importe quel chemin. Les échanges sont orientés par des considérations morales, selon une comptabilité morale. Les femmes et les enfants d’abord. Les dépenses des hommes – jeu, boisson, cigarettes – sont à prendre sur leur argent de poche. S’il y en a. Mais s’il n’y en a pas tant pis. Car l’attention sourcilleuse au maintien du nécessaire peut vite être remise en cause par les hommes. Il faut peu de choses pour plomber le livre de comptes.

8Cette fois, Doudou a eu plus de chance. Mme Leforestier plonge la main dans son tablier et lui tend quelques pièces. C’est pour inviter sa copine à prendre un verre. Si seulement il pouvait s’installer avec elle, quitter définitivement l’appartement surpeuplé. Cet espoir mérite qu’on investisse dans l’avenir. Mais l’avenir coûte cher. Et si les nécessités du présent entrent en concurrence avec les possibilités de l’avenir, c’est toujours le présent qui gagne. On peut toujours travailler la chance, prendre un petit loto au cas où, mais il ne faut pas compter dessus.

Compter aux yeux de l’administration

9Ils sont nombreux, ces extraits de livre de compte dans les correspondances adressées aux administrations. Mais celles-ci ne les voient pas car ils sont jugés fantaisistes et surtout vindicatifs. Fatigués, leurs auteurs s’adressent alors au Haut Commissaire à la Solidarité pour dénoncer les niveaux des minimas sociaux ; soit en les comparant ; soit en mettant la maladie au devant des comptes ; soit encore en dénonçant les refus de découverts des banques. Les comptes présentés ainsi sont une forme de dénonciation de la Solidarité nationale, des ruptures de seuils et du mépris des gouvernements « atteints de surdité et d’ignorance volontaire ». Il est intéressant de voir comment les comptes sont présentés, soit par additions des revenus et soustractions des dépenses, soit en calculant l’intérêt à prendre ou non un CES eu égard au RSA, soit en additionnant les seuls remboursements pour un surendettement. Lorsqu’ils comptent, les auteurs partent d’un point de vue toujours différent pour asseoir une dénonciation. En ce sens, il y a une stratégie de présentation du livre de ses comptes, une autre sorte de stratégie narrative pour atteindre le lecteur représentant l’État. Une façon efficace de dire que le compte est en dessous de zéro.

Document 1
Monsieur, je n’ai que mon BEPC. J’ai 56 ans et je suis nulle en maths.
Vous êtes Enarque, vous gagnez comme tous les membres du gouvernement plus de 6 000 euros par mois.
Voici quelques chiffres 2007 :
Allocation de solidarité spécifique : 14,51 euros/ jour
Donc 31 jours = 449,8 euros
30 jours = 435,30 euros
28 jours en février 406,28 euros
Mais les charges mensuelles, elles sont les mêmes, débitées du compte tous les mois. Il faut les payer : elles vont de 449 à 406 euros.
Tous les gouvernements successifs se sont révélés atteints de surdité et d’ignorance volontaire face à ce genre de problème.
Le RMI en 2007
Vous avez un logement RMI = 387 euros alors que le SDF sans logement touche 427 euros de RMI.
387 euros, moins encore que 406 euros d’Allocation de solidarité spécifique, dernier recours après le chômage.
Pour avoir droit à un CES (Contrat emploi solidarité), il fallait 3 années pleines de chômage, 1 année entre chaque contrat CES.
A Elbeuf, nous sommes plusieurs à en avoir fait 4 CES, notamment dans l’éducation nationale où il n’y a pas de budget pour garder les gens, même si on le veut des 2 côtés.
Ceci n’est pas normal. C’est le gouvernement qui fabrique des chômeurs.
Après le RMI c’est la RUE ! !!! J’ai connu la rue, l’humiliation, la souffrance, le danger, la maladie, la gale qui nous rend inapprochable ! !!
Le RSA revenu de solidarité active est comme les CES.
Si pas d’emploi, il y aura une hausse des ressources mais baisse de l’APL l’année d’après et la GALERE recommence…
Jean

Document 2
Je suis malade. Cet état m’oblige à vivre désormais dans une maison de retraite. Quant à la somme réclamée par la banque, elle n’est pas exacte. Vous pourrez le constater en prenant connaissance des feuillets joints. Je suis d’accord pour régler ce que je dois réellement.
Plan de la banque de France, je dois :
Départ (63 899 francs) : 9 741 €
Remboursé de 2000 à 2003 : 8 019 € = reste 1 722 €
Restait dû à fin 2003 : 1 722 €
Payé en 2005 : 430 €+ 850 soit 1 280 €
Reste à payer en 2007 : 1 722 – 1 280 soit 442 €
En conséquence, je règle la somme de 442 € dont le chèque ci-joint.
Je vous informe que je considère que toute nouvelle relance officielle ou non, sera considérée sur le plan juridique comme du harcèlement compte tenu de mon état de santé.
Joséphin

Document 3
Je suis Monsieur dans les dettes et je ne sais quoi faire.
Voici mes charges du Mois de Janvier
Loyer 206,91 €
électricité échéance 16 €
Assurance échéance 15 €
Carte de cantine 27,60 €
Facture gaz 348,12 €
eau payable en 2 fois 100,00 €

Charges pour le mois de Février
loyer 206,91 €
électricité échéance – 16 €
Assurance échéance – 15 €
Carte de cantine – 27,60
eau 100,00 €
Puis va arriver les charges pour le mois de Mars. Tous les prélèvements sur mon CCP de la poste ont été refusés, et chaque fois il s’est rajouté 8,50 €
J’ai du faire des achats Alimentaires par chèques et me voilà aujourd’hui interdit d’émettre des chèques pendant 5 ans, j’avais une autorisation de découvert de 100 € par mois, elle m’est supprimée que vais-je devenir ?
Je suis maintenant obligée d’aller au Resto du cœur.
Roger

10Une addition, c’est le résumé d’une vie. Compter les restes, les débris, les centimes d’euros, c’est raconter autrement que par de longs récits l’impossibilité de vivre. Béni pour les uns, qui ont une paie à la fin du mois, le mois de février est maudit pour les autres, avec seulement 28 jours qui diminue les ressources de 43 euros et 53 centimes !  Dans ce corps à corps avec les chiffres, la force s’épuise à maîtriser la dette qui occupe toute la vie. D’où ces quelques mots ajoutés au passage sur les maladies, les épreuves corporelles. Cette fois, on n’a plus envie de se raconter, de demander des prestations, de l’aide, des secours, mais l’on veut frapper dans le corps du papier : l’exposé des ressources, des charges et des dettes. L’exercice comptable semble tellement dérisoire – étant donné la faiblesse des ressources – que l’on ne s’attarde plus sur des justifications. Il y a urgence. Il y a catastrophe.

  • 6 Ana Perrin-Heredia montre le violent découplage entre les calculs pratiques effectués par les ménag (...)

11Une fois arrivé au point le plus bas de l’échelle sociale, calculer le « reste à vivre », le « minimum vital », ce qu’on juge indispensable pour vivre, est presque dépassé. Car ce n’est pas la première fois qu’ils font l’exercice sans y parvenir. Combien de formulaires exigent ces informations : le montant du salaire, des prestations sociales, les personnes à charge, les caractéristiques du logement, les emprunts ? Chaque scripteur sait qu’il frôle différents effets de seuil qui intègrent ou excluent d’un droit6. C’est pourquoi dans les comptes, nous trouvons des fourchettes approximatives : « il me reste entre 300 et 400 euros ». « Je n’ai plus que 600 à 700 euros ». Ils savent que, dans le logement par exemple, le « taux d’effort » ne doit pas excéder 33 % des ressources : l’intervalle flou laisse une marge de manœuvre. « Ce que nous gagnerions d’un côté, nous le perdrions de l’autre », souligne une grand-mère qui prend en charge sa fille et sa petite-fille. Cette question est intimement liée à celle des effets de seuil : en effet, à travers les taquets qui font barrage, les scripteurs comparent leur situation à celle des autres ayants droit. C’est l’un des ressorts de la dénonciation des voisins qui, eux, bénéficient d’aides. Faut-il se débarrasser de sa petite fille pour être au-dessus ou bien au-dessous de tel ou tel seuil ? « Je suis scandalisée, écrit une retraitée handicapée, de percevoir 301,91 euros par mois, disons, une aumône, même ceux qui n’ont jamais travaillé perçoivent plus que ça ». « Envoyez moi un chèque », écrit l’un d’eux. « Jusqu’où faut aller dans la déchéance pour être entendu, défendu, protégé ? », note un autre. Les allocations familiales, les indus, la prime pour l’emploi, l’allocation adulte handicapé, ses montants, toutes les prestations sont ainsi connues, utilisées, interprétées, combattues, dénoncées.

12Derrière chaque cahier de compte, se tient un modèle implicite, un savoir sur le « minimum vital » des rmistes, sur un « taux d’effort » maximum à afficher pour être éligible, une idée d’un « reste pour vivre » minimum pour tenir une vie décente, un découpage même sommaire d’un budget mensuel qui ne peut souffrir d’un découvert. « Être à découvert », l’expression est forte, la vie nue n’est pas loin, et c’est cette menace qui est jetée avec feu sur le papier pour allumer la compréhension de l’administration.

  • 7 Klossowski Pierre, La Monnaie vivante (1970), Paris, « Rivages », Payot, 1997.

13Alors si ça ne répond pas, il faut reprendre le chemin des services, retourner pleurer au guichet. Exposer la vie nue, réciter la litanie des alliances conjugales et des ruptures, des enfants mis au monde et élevés, des recueillis, des hébergés, rappeler les accidents, les maladies, les licenciements. Offrir sa vie en échange d’un secours. Incarner la « monnaie vivante7 » de ce rapport entre une somme d’argent et une situation que l’on nomme Solidarité. Solidarité nationale, allocation de solidarité, fonds national de solidarité, toutes formes de rémunération du malheur, de solvabilisation des besoins de base. Toute prestation, comme tout salaire, mérite une peine.

La mort à crédit

14À la hauteur des habitants que nous avons enquêté, massivement des pauvres urbains, l’endettement est généralisé et mineur : ne fait pas de très grosses dettes qui veut. Mais cet endettement mineur est la toile de fond des existences. Il relève de lectures multiples, dont le point final est posé par l’inventaire après décès que l’on trouve chez le notaire, du moins lorsqu’il est amené à intervenir, ce qui n’est pas toujours le cas, sauf précisément pour les dettes. L’inventaire recense par exemple quelques meubles des années 1960, lits et couchages, une mobylette et quelques vieilles machines à laver. La valeur d’une vie et des biens à retransmettre est à zéro, ou plutôt en débit puisque le trop-perçu des allocations logement, d’une pension de vieillesse, d’une allocation handicapée sera formellement réclamé aux enfants, mais en fait abandonné, sur la suggestion même des institutions prestataires qui dicteront la lettre déclarant le refus de l’héritage.

15Si la question de l’héritage est réglée dans les esprits, la question de la propriété l’est aussi. Il n’y point de propriété à retransmettre ou à recevoir. L’affaire est entendue. En ce qui concerne les petites dettes dans la famille et dans l’entourage, il en va de même, elles seront abandonnées sans mot dire. Cela va de soi. Et les frais des pompes funèbres seront réglés à crédit sur une année par plusieurs membres de la famille.

16Cette non-propriété est une figure collective, un bloc de culture objective dont les traces sont présentes du vivant des acteurs, et dont l’inscription est visible dans les retards de loyers, le non paiement de plusieurs échéances chaque année, ce qui conduit les offices HLM à organiser une cérémonie annuelle au tribunal civil, où des centaines de familles sont déférées pour « épurer la dette », en fait pour donner un nouvel échéancier (souvent une année) permettant de récupérer des petites sommes, autour de 70 euros par mois. D’année en année, l’échéancier repousse les limites du temps programmé pour éponger la dette (sans intérêt), en tenant compte des aléas de la vie, de la taille de la famille et des autres petits emprunts qu’elle a réussi à contracter par ailleurs. À quoi bon mettre des intérêts à la clé lorsque chacun sait qu’ils ne peuvent pas être réglés ?

17Il en va de même des trop-perçus des allocations familiales, lorsque les enfants ont dépassé l’âge, quittent l’école ou sont à la charge d’une autre personne. Les Caisses dressent des cérémonies moins spectaculaires qui consistent à recevoir les familles, examiner leur budget, et finalement retenir dans la plupart des cas « la bonne foi », qui permet de passer les sommes manquantes en « pertes et profits ». C’est une sorte d’économie négative à court terme, une économie de la dette qui, d’année en année, reporte ce qu’il est raisonnable de reporter, mais qui reste inscrite dans l’esprit des pauvres et des institutions.

18N’est-ce pas cela aussi qui définit la pauvreté ? N’est-ce pas ce bloc de signification – ce petit endettement à vie accepté par tous comme une donnée première – qui fonctionne et fait fonctionner le groupe d’appartenance envers les institutions sociales ? Si l’on sait qu’une dette ne s’éteindra jamais, c’est une opération sociale et mentale qui conduit non seulement à tenter d’ouvrir de nouveaux droits, de mobiliser plus encore les guichets pour de nouveaux « bilans de droits », mais fait aussi jouer à la dette un rôle de monnaie. Puisqu’on peut mourir endetté, la dette devient positive, elle change de colonne dans le carnet mental de compte. Il est important de voir que le sens de cette « mort à crédit » est inversé et vécu comme la mise en œuvre d’un instrument économique parmi d’autres.

19Un autre instrument économique s’appuie sur deux éléments qui, là encore sur des périodes courtes, permet de rationaliser les rapports aux institutions sociales. Le premier intègre « le nombre de bouches à nourrir » pour faire valoir de nouveaux droits, pour élargir l’assiette du calcul des allocations, prestations, compensations, par exemple les taux dégressifs dans les cantines scolaires ou encore le coût de la scolarité dans l’école privée. Le second élément concerne la vie maritale passée sous silence afin d’afficher le seul nom de la mère dans les baux de location, les déclarations aux institutions, ce qui diminue le coefficient des ressources et permet d’obtenir un meilleur barème. Ne pas inclure les ressources des hommes est une garantie pour rester débiteur des prestations dans les cas où ces ressources sont finalement incluses, et cela est justifié moralement, tant il est vrai que les aléas de la vie conjugale coïncident avec le propre appauvrissement de ces compagnons.

  • 8 En 1980, nous n’avions pas vu à quel point les statuts d’occupation dans les logements HLM, les héb (...)

20Ni propriétaire, ni emprunteur de taille, ni consommateur de haut niveau, cette condition oriente le rapport économique essentiellement vers l’État social et pousse à multiplier les dettes mineures, à travailler les relations aux guichets, et à s’assurer des petites ressources extra ou infra-ordinaires, légales ou illégales, au cas où, pour satisfaire une nécessité vitale, passer le cap d’une rupture de droits. Pour le dire brutalement, l’économie, c’est le guichet dont les deux personnages principaux sont les HLM et la CAF8. Quels que soient les gouvernements qui se succèdent, ces deux piliers restent debout comme système protecteur amortissant les crises qui passent au dessus des têtes. Pour les travailleurs pauvres, il faut ajouter au tableau l’allocation chômage et le système de santé. Malgré l’altération de ces piliers, l’affaiblissement de ces transferts, ils structurent toujours l’économie des ouvriers pauvres.

  • 9 Pour suivre le renouveau de ce regard ethnographique, voir Dufy Caroline et Weber Florence, L’Ethno (...)
  • 10 La notion de prise en charge n'est entendue que dans sa dimension étatique, comme une procédure adm (...)

21Pourtant, cette économie ne fonctionne pas toute seule. Elle suppose d’autres économies, des relations de services, l’aide domestique, la prise en charge des membres de la famille qui ne peuvent pas accéder à ces prestations. Seule l’observation ethnographique permet de documenter cette infra-économie, dont la question essentielle n’est pas seulement : « qui peut-on compter à charge ? » mais aussi et dans le même temps : « qui peut-on vraiment prendre en charge9 ? ». C’est un trait frappant de nos observations ; le nombre de jeunes, d’adultes seuls, d’enfants ou de vieillards pris en charge dans les cercle des familles, des parentés, des apparentés, est impressionnant. La prise en charge implique que certains tuteurs (appelons les ainsi) se portent cautions pour d’autres, empruntent ou font valoir leur moralité pour inclure provisoirement ceux qui n’ont aucun statut (dans le logement social, etc10). La prise en charge de proche en proche est un réservoir de transfert économique invisible mais bien réel. Toutes les formes de protection sont des transactions économiques. Pour mieux comprendre ce fait, il nous faut revenir en arrière.

L’économie encastrée

  • 11 Laé Jean-François et Murard Numa, L’Argent des pauvres. La vie quotidienne en cité de transit, Pari (...)

22Au début des années 1980, dans la cité de transit d’Elbeuf, nous observions, au milieu des familles relogées au sortir des taudis et baraquements de l’après-guerre offerts à la rénovation urbaine, la cohabitation de l’armée de réserve du travail et de son hôtel des invalides11. Ouvriers et ouvrières encore jeunes, souvent chômeurs, intermittents du travail et déjà intérimaires, ou préposés aux premiers « emplois aidés » y côtoyaient des résidents plus âgés ou handicapés et des mères de familles assez nombreuses ou très nombreuses. Les salaires représentaient environ 30 % de la totalité des ressources, les transferts sociaux 60 %, une petite économie souterraine (travail au noir, ferraille, petits commerces licites et illicites) 10 %.

23La valeur de l’argent, des ressources monétaires, était très dépendante du temps. Vers la fin du mois, lorsque la pénurie monétaire était partout dans la cité du fait que toutes les ressources versées au début du mois avaient été dépensées, la valeur des biens et des services que l’on pouvait se procurer avec une somme d’argent donnée était multipliée. Certaines ressources d’un montant assez faible, comme les bons alimentaires du Bureau d’aide sociale, distribués chaque semaine, ou les allocations mensuelles d’aide sociale à l’enfance, qui tombaient le quinze du mois, avaient alors une valeur extraordinaire. De même que les revenus occasionnels de l’économie informelle ou souterraine. Où l’on voit que la mensualisation des salaires, effective en 1970, n’était une sécurité pour l’ouvrier que si son montant était suffisant pour étaler le budget sur une si longue période. En cela l’économie de pénurie ne se distingue guère de l’économie d’abondance, c’est toujours l’offre et la demande qui disent le la.

  • 12 Polanyi Karl, La Grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps (1944 (...)

24Mais c’était aussi une économie que l’on peut dire, suivant le mot de Karl Polanyi, « encastrée12 ». Dans le social s’entend. Avec des revenus par unité de consommation qui variaient dans la cité de 1 à 10, les échanges de biens, de service, les dettes formelles et les ardoises mentales formaient l’essentiel du quotidien, des relations dans la famille, la parenté, l’immeuble, la cité. Y vivre, dans tous les cas, impliquait de s’ouvrir aux autres, d’ouvrir sa porte, de faire et de gérer des alliances, des inimitiés, de tenir avec soin son livre de compte, de tous les comptes. Celui qui, doté peut-être d’un revenu plus stable, aurait préféré limiter les échanges sociaux au classique « bonjour-bonsoir » qui caractérise les bonnes relations de voisinage dans les classes populaires respectables, celui-là n’avait d’autre choix que de quitter les lieux s’il le pouvait. Réciproquement, celui qui n’avait presque plus rien à perdre devait multiplier les relations et les offres de service pour compenser la faiblesse de ses revenus monétaires.

  • 13 Castel Robert, Les Métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995.

25Une sociabilité obligatoire reliait ainsi les uns et les autres comme dans les modèles économiques à Potlatch. Une force centrifuge poussait bien les habitants vers l’extérieur de la cité, vers la ville, pour y saisir des opportunités et des ressources, mais une force centripète supérieure ramenait tout à la cité, au cercle des échanges par la vertu desquels tous arriveraient jusqu’au mois suivant. En conséquence les dettes n’avaient pas la même valeur et leur remboursement pas la même urgence suivant qu’elles étaient « intérieures » ou « extérieures ». Sur le livre de compte la dette au parent, à l’ami, au voisin, passait devant les autres dettes, permettait à la fois d’effacer l’ardoise et d’encaisser un crédit de temps puisque le remboursement ouvrait la possibilité de redevenir à la prochaine occasion un obligé. Certaines dépenses irrationnelles, celle que l’on qualifie de somptuaires, révélaient également leur rationalité en tant que moyen de capitaliser de futures promesses. Et d’autres dépenses, « de plaisir », faites dans les rares moments d’abondance pouvaient également être comprises à partir de la certitude bien éprouvée que la possibilité de cette dépense ne se représenterait pas avant longtemps. En d’autres termes, l’incertitude du lendemain, qui caractérise l’insécurité sociale, dans l’analyse de Robert Castel13, doit être analysée comme la certitude que le lendemain n’est pas assuré, qu’il faut se mobiliser pour aller jusqu’au jour suivant, jusqu’à la prochaine ressource. Dans le contexte de l’époque, cette pauvreté apparaissait comme le reliquat d’une misère héritée de la guerre et que la victoire de la société de consommation allait définitivement emporter avec elle.

L’économie désencastrée

  • 14 Laé Jean-François et Murard Numa, « Célibataire à la rue », Actes de la recherche en sciences socia (...)

26Au milieu des années 1990, alors que la cité de transit avait fait son temps et était déjà démolie, nous avons observé la massification de la pauvreté au lieu de sa disparition et découvert une figure nouvelle, celle du Célibataire à la rue, figure extrême du démembrement familial, inversant les théories du contrôle social, car résultant de l’abandon par l’État du projet d’encadrement, de moralisation et de rédemption de ces franges déviantes des classes populaires14. Le démembrement familial résulte de la pression qui s’exerce de l’extérieur sur la famille : le célibataire hébergé par la sœur, la mère, le frère, est petit à petit poussé dehors, et souvent s’écarte lui-même, rejoignant la rue ou l’Asile de nuit, non point du tout « naufragé », sorti de nulle part, mais bel et bien démembré, sorti de son milieu.

27Mais ce n’était qu’un aspect du désencastrement de l’économie de pénurie dès lors qu’au regroupement des pauvres dans les cités de transit succédait leur dispersion dans la ville, suivant la nouvelle oscillation d’un mouvement pendulaire pluri-séculaire. En retournant à Elbeuf en 2010, nous retrouvions les familles, malgré l’interconnaissance qui restait, en situation de se débrouiller sans la ressource du collectif. Ces familles n’avaient jamais été stables, jamais stabilisées par les progrès de l’Etat social, jamais atteintes par la soi-disant prospérité des « Trente glorieuses ». Mais elles avaient des supports collectifs. Dans la ville, dans les vieux taudis du logement patronal ou dans les HLM fatigués auxquels ils n’avaient pas eu droit d’accéder trente ans auparavant, les trajectoires et les stratégies individuelles se diversifient, certains s’en sortent, rompent avec le passé et préfèrent l’oublier, d’autres s’enfoncent dans des carrières institutionnelles de bandits, la plupart continuent à gérer la pénurie avec des pratiques, des idées et des aspirations nouvelles.

  1. La distinction. Il est des pratiques qui vous situent aussi sûrement qu’autrefois le costume professionnel ou le couvre-chef. Pour les fumeurs, par exemple, c’est la cigarette. Au bas de l’échelle, les américaines, c’est fini, on remplit des tubes que l’on achète au Mutant, par paquets de mille. « C’est dégueulasse. C’est pour les mendiants », nous dit Bernadette, qui ne veut pas être tout en bas, faire partie des « perdus de la vie » qui occupent les bancs du square municipal au pied des HLM. Et de développer des ruses nouvelles, inconnues de la cité, comme l’art de changer de nom, de partir à la cloche de bois, de semer les créanciers par d’habiles maquillages de sa boîte aux lettres. Où l’on voit les significations de l’argent qui changent, lorsque l’économie est désencastrée. La distinction, même si elle repose sur l’argent, ce n’est pas la même chose que le prestige, c’est un rapport social abstrait et non plus simplement une relation concrète.

  2. Les sentiments, la justice. Libérée de la sociabilité obligatoire, l’expression des sentiments s’émancipe des rituels de plaisanterie qui étouffaient l’amour sous la grivoiserie, cette forme de pudeur qui ne disait pas son fait. Vis-à-vis des enfants et des parents, aussi, et même des petits enfants, les attachements prennent toute leur valeur pour eux-mêmes, semblent pouvoir se détacher du substrat social et matériel, économique, où ils étaient enfouis. Corrélativement, le rapport aux institutions devient plus revendicatif, plus critique, orienté par une idée de la justice qui n’est plus formée seulement par la comparaison avec le sort réservé aux proches, aux voisins, mais qui table sur ces sentiments pour en exiger le respect, les conditions de possibilité. Mener une vie décente, une vie normale.

  3. Le travail. Sans alternative envisageable, le travail, ou même l’emploi, n’est plus seulement la plus respectable des ressources mais la mesure de toute chose et le souci principal. Arrivant pour beaucoup à la retraite, les habitants de l’ancienne cité ont reçu le bilan de leur vie professionnelle, la feuille du livre de compte tenu à leur nom par l’institution et ils ont dû revoir à la baisse, bien souvent, le compte qu’ils tenaient de ce à quoi ils pourraient avoir droit. Soit qu’ils aient multiplié les périodes de travail non déclaré, soit qu’ils aient été victimes d’employeurs sans scrupules, soit encore qu’ils aient principalement connu le chômage de longue durée. Dans tous les cas, libérés de l’obligation de travailler, ils transmettent aux plus jeunes cette obligation en jugeant les uns et les autres, y compris leurs propres enfants, sur cet unique critère.

Le coffre cassé : les enfants, l’argent

28Reste la famille, la parenté, indéboulonnable vecteur d’une économie pas tout à fait désencastrée, où l’argent et les sentiments circulent encore suivant les mêmes lignes, en ignorant la règle cardinale de la société bourgeoise selon laquelle il faut impérativement et strictement distinguer le matériel et l’affectif. En septembre 2010, nous recevons un appel téléphonique de Myriam, qui a déménagé en Bretagne depuis 4 ans avec Daniel et leurs enfants, dans une maison en location qu’ils ne peuvent plus payer. Elle m’appelle pour savoir si je peux à l’occasion les aider à trouver un logement à Elbeuf. Je lui réponds que je ne peux pas faire grand-chose, et je prends des nouvelles des enfants. « Oh, çà va, les enfants grandissent dit-elle. Mais çà y est… avec Daniel on ne peut plus faire de petits (rires)… le coffre-fort est cassé (rires) ». Je ris jaune : « Ah oui, le coffre-fort !  ah oui, mais c’est normal, heu, il n’y a plus de code ». « Oui, mais alors on fait comment ? (rire inquiet) ».

29Imaginons que Myriam tienne le même propos devant l’assistante sociale, à la permanence du député de la circonscription ou devant un journaliste. Ce serait à nouveau le scandale : « les pauvres font des enfants pour les allocations familiales !  » C’est un coffre-fort !  Et d’ouvrir le discours sur l’assistanat, l’argent polluant les nobles sentiments de l’enfance, les dépenses inconsidérées. À les entendre, l’assistance aurait des effets pervers, elle encouragerait hommes et femmes à faire encore plus d’enfants, à ne pas chercher à améliorer par eux-mêmes leur situation, ou les en empêcherait s’ils en avaient la volonté. L’assistanat tendrait à décourager l’initiative et le travail individuel. Dépendance, paresse et absence de scrupule, telle est l’image qui domina et domine encore le travail social, quelques sociologues et une partie de la classe politique.

30La métaphore « du coffre cassé » vaut dans les trois sens : le corps de la femme qui se transforme, la perte de l’amour que donnent et reçoivent « les petits », enfin les allocations pour vivre qui sont versées du fait de leur naissance et de leur présence au foyer. « Le coffre est dévalisé », ajoute t-elle ; et d’enchaîner : « on ne peut plus payer le loyer ». L’enfance, les sentiments, l’argent, ces trois ordres qui apparemment s’opposent sont inséparables. Car il serait moralement plus acceptable que Myriam dise qu’elle ne peut plus avoir d’enfants, qu’elle attribue toute la valeur à la procréation, plutôt que de présenter l’enfant comme une allocation pour se loger.

31En éclatant de rire avec « Le coffre-fort [qui] est cassé », Myriam veut me dire plusieurs choses, d’un ton léger. Tout d’abord la sexualité découplée ou non de la procréation. Dans d’autres milieux, on filerait la métaphore du nid de mésange, de la coquille des amoureux, pour dire le désir d’enfant, la puissance foisonnante où se tisse la toile de l’intimité qui enveloppe les enfants réchauffés. Ensuite, le coffre cassé, image de la ménopause qui peut être une période difficile, un virage biographique d’autant plus fort que les enfants ont maintenant 20 ans et plus, qu’ils vont partir, que le couple avec Daniel devra apprendre à faire sans eux. L’amour de l’enfance se transforme depuis qu’ils sont adultes. Cette toile affective s’estompe et Myriam se demande par quoi la remplacer. Enfin, « le coffre-fort est dévalisé », c’est le fric frac, la caisse se vide, la ressource monétaire est épuisée, il y a danger, le garde-manger est en péril, c’est l’indice d’une faiblesse insigne, par défaut d’allocations familiales et de logement.

32Où l’on voit que les politiques familiales reposent sur un malentendu. Alors que ces allocations ont une visée nataliste, sont centrées sur les enfants, et disparaissent avec eux, les familles pauvres font de cette ressource une base essentielle de leur survie. Ce n’est pas un détournement de fonds !  Simplement ce substrat économique se substitue aux allocations chômage disparues et au RSA qui est au taquet. Combien de familles comme celle de Myriam sont contraintes d’abandonner leur logement à défaut d’un revenu ? Comment combler le fossé économique au départ des enfants devenus majeurs ?

33La géométrie du coffre-fort se tient en trois dimensions où le temps de la sexualité, des désirs et de l’argent se mêlent et se transforment : celui de la procréation, qui possède sa propre horloge ; celui des affects envers l’enfance, qui sont au plus fort pendant la petite enfance ; enfin, le temps de l’économie familiale, qui est sur un temps long ; le rire de Myriam le pose en couvercle sur les deux autres. Dire que ces trois dimensions sont indissociables, c’est affirmer que les sentiments et ce qu’apportent les sentiments, l’intérêt de l’enfant et l’intérêt économique, la reproduction et la conservation, bref l’amour et les conduites utilitaires, se combinent toujours, même si on ne le sait pas toujours et surtout qu’on ne le dit jamais, sauf pour dénoncer le voisin. Les approches segmentaires des sciences sociales échouent lorsqu’elles cherchent à diviser les ordres d’analyse, les sentiments qui mèneraient leur vie, avec leur propre fin, et les activités rationnelles et productives. Myriam exprime ce lien, la perte des enfants comme une part de perte économique, si contraire à la valeur sacrée des affects prodigués « sans compter » dans l’amour filial.

34Pourtant, dans les politiques familiales, les enfants sont l’objet de plusieurs primes, de l’argent est engagé envers eux, à partir de l’idée qu’ils sont « une charge » et qu’ils entraîneraient une perte de revenu si l’État ne le compensait pas. C’est bien que l’enfant cause des pertes et doit produire des gains ou du moins des compensations de ces pertes. Il n’est pas question que l’enfance soit une dépense disproportionnée, d’où les dégrèvements d’impôts, rétablissant le livre de compte des couples avec enfants à hauteur de celui des couples sans enfants. Dès lors, d’où vient cette tempête envers les pauvres qui seraient « des assistés » ? C’est qu’ils sont soupçonnés de ne pas se sacrifier pour les enfants, détournant les primes à d’autres fins, jouant au tiercé ou sur un tapis de jeu, s’adonnant à des dépenses somptuaires, dilapidant les primes dans des frais subsidiaires. Le terme d’assisté est en fait un procès moral, une mise en accusation de la dépense improductive, un procès en amoralité du livre de compte, une destruction partielle du contrat moral. La fécondité des unes est saluée mais pas celle des femmes de ce rang social ; sont aussi désignés ces hommes faibles, aux sentiments affaiblis, qui « boivent les allocations » au lieu « d’aller travailler ».

  • 15 L'allocation est versée en principe à la mère, à défaut au père, à défaut aux ascendants. Sur la de (...)

35Ce qui est aussi visé, c’est la part de l’enfant, le contrôle de sa réelle prise en charge, de son existence au sein du foyer familial. En 1960-1970 – ce n’est pas si ancien – les familles pauvres possédaient un livret de paiement des allocations familiales mensuelles, à présenter à la caisse des allocations familiales, où était attesté que les enfants étaient là bien vivants et présents au domicile ( décret du 24 janvier 1956, art. 53). Vivants ? Montrer l’enfant vivant, mois après mois, consistait à se présenter avec les enfants à l’état civil de la commune, pour que le fonctionnaire appose son tampon : « enfant Roger non décédé », « enfant Rosine non décédé », à la marge du carnet, fournissant la preuve que la valeur était vivante, que les enfants entraient dans les comptes de la nation et dans le cahier de comptes familial15.

36« Tenir ses comptes », on comprend dès lors que le livre de compte est le lieu de l’élévation d’une fonction sociale, c’est montrer que l’on se sacrifie et par là, que l’on aime ses enfants, que l’on souhaite améliorer leur sort. Au lieu d’être poursuivi pour « non paiement de loyer », ce qui est la situation de Myriam et de Daniel. Les enfants partis, voilà une nouvelle brèche qui s’ouvre, les poursuites judiciaires recommencent. Il faut vite trouver un logement plus petit, moins cher, au fond d’une cour ou sous les toits.

Le pouvoir monétaire et le temps du besoin

  • 16 Bourdieu Pierre, Travail et travailleurs en Algérie, Paris, Mouton, 1963, p. 353.
  • 17 Ibid., p. 360.
  • 18 Bourdieu Pierre, « Les sous-prolétaires algériens », Les Temps modernes, n° 199, 1962, p. 1037.

37Dans Travail et travailleurs en Algérie, Pierre Bourdieu enregistre les propos d’un chômeur de Constantine obligé d’emprunter à l’un pour rembourser à l’autre : « Je reste en empruntant comme une épluchure sur l’eau16. » Ballotté par les vagues du marché du travail, le chômeur est privé de toute possibilité d’action, il flotte sur un temps vide, se laisse entraîner par les courants de l’évolution économique. On retrouve cette idée d’un temps vide, inutile, mal rempli par la « conscience rêveuse17 », mal nourri par l’espoir d’un « coup de piston », dans la préface que l’auteur a donnée aux Chômeurs de Marienthal. Dans « Les sous-prolétaires algériens », il saisit la dimension collective de la pauvreté économique, qui atteint les petits commerçants du quartier obligés de faire crédit sans espoir de retour : « En deçà d’un certain seuil, le crédit tend à se confondre avec l’entraide ou l’assistance18. »

  • 19 Granovetter Mark S., « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, vol. 78, n° 6, 1 (...)

38Nos observations rejoignent et nuancent ces propos. Si l’argent, c’est du temps, c’est bien parce que le temps n’est pas de l’argent, parce que celui qui a du temps n’a pas les moyens de le convertir en argent. Le temps est alors dévalorisé, il ne vaut rien, mais ça ne signifie pas qu’il est vide ou rempli seulement d’attente, d’espoir, de rêve illusoire. Le temps qui sépare le présent sans argent du moment où arrivera une ressource est rempli par tout ce qu’il faut accomplir pour que cette ressource soit disponible : ruse et sens de l’occasion, malice et habilité. C’est une lutte permanente qui laisse peu de place à la conscience rêveuse. Nous avons assez raconté les démarches interminables et répétées qui conditionnent l’accès aux droits, aux secours, et aussi aux petites ressources d’une économie informelle entièrement alimentée par des réseaux de relation qui exigent d’être entretenus, attisés, bousculés. Les « liens faibles19 », qui s’ouvrent sur d’autres réseaux que ceux de la parenté et du voisinage, sont plus efficaces que les liens forts lorsque la pénurie est collective. Mais ce sont aussi ceux qui manquent le plus. Il s’ensuit que la dévalorisation du temps a un lien nécessaire avec les frontières sociales, avec le caractère segmentaire, ou sériel, de la vie sociale et de ses scènes. Il faut du temps pour passer les frontières. À l’inverse, moins le temps a de valeur pour un individu, plus il est enfermé dans un cercle social de liens forts en nombre restreint.

  • 20 Simmel Georg, Philosophie de l’argent (1900), Paris, PUF, 1983.
  • 21 Simmel Georg, « Métropoles et mentalités » (1903), in Grafmeyer Yves et Joseph Isaac, L’École de Ch (...)
  • 22 Ibid., p. 65.

39Georg Simmel avait vu ce rapport de l’argent et de la ségrégation sociale. Il a élevé l’argent au rang de moyen de transport capable de faire franchir à son possesseur les barrières sociales20. On a moins retenu de sa Philosophie de l’argent qu’inversement, ne pas en avoir signifiait rester à l’intérieur de la frontière de son groupe social. Or la fluidité sociale que permet l’argent est directement liée à la synchronisation des activités économiques dans le temps de la ville. Dans Métropoles et mentalités21, Georg Simmel met ainsi en rapport étroit « la nature arithmétique de l’argent » et « la propagation de la montre de poche » : « la vie métropolitaine n’est pas pensable sans que les activités et relations d’échange ne soient très ponctuellement ordonnées selon un rigoureux schéma temporel supra-subjectif22 ». On peut en déduire qu’inversement, vivre sans argent c’est aussi vivre d’une manière désynchronisée par rapport au temps dominant des activités économiques. Ce qui ne facilite pas la transformation du temps en argent.

  • 23 Luhmann Niklas, Le Pouvoir, Laval, Presses de l’Université de Laval, 2010 (1ère édition en allemand (...)
  • 24 Simmel Georg, « Métropoles et mentalités », art. cit., p. 63.
  • 25 Ibid., p. 74.

40D’où vient ce pouvoir de l’argent, que tantôt il affaiblit les barrières sociales et tantôt il les renforce ? Selon Niklas Luhmann23, l’argent et le pouvoir doivent tous deux être étudiés comme des moyens de communication. L’argent serait un moyen de communication encore plus fluide que le pouvoir en raison de sa plus grande abstraction. Ce que Luhman nomme abstraction, ce n’est rien d’autre que ce que Simmel appelle « schéma supra-subjectif » ou encore « intellectualité » : « Économie monétaire et règne de l’intellect sont en rapport étroit24 ». Selon Luhmann, cette abstraction résulte de l’application d’un code qui est le code des besoins : « Le code de l’argent dépend du fait qu’il puisse se traduire dans la satisfaction des besoins25 »

  • 26 Klossowski Pierre, La Monnaie vivante (1970), Paris, « Rivages », Payot, 1997.

41Nous pensons que le code de l’argent ne se traduit que très imparfaitement dans le système des besoins. Là où il y a le plus d’argent, c’est là où il devient le plus abstrait, en même temps que le plus synchrone, et plus il y en a, plus il s’éloigne du système des besoins. La valeur s’attache au contraire à « ce qui n’a pas de prix26 ». Là où il y a le moins d’argent, c’est sans doute là où il se traduit le mieux dans le système des besoins, mais alors il n’est pas abstrait du tout. Il est même tellement concret qu’on essaie à toute force de le rendre liquide, de le séparer de la gangue des relations et des sentiments dans lesquelles il reste, de mille manières, encastré, comme le geste de Mme Delmot distribuant l’argent de poche, l’argent contrôlé des chômeurs de Marienthal, ou les comptes commentés des lettres adressées aux institutions.

  • 27 Bataille Georges, La Part maudite, Paris, Éditions de Minuit, 1967.

42Si le code de l’argent n’est pas, du moins pas complètement, réductible au système des besoins, c’est que son dictionnaire est plus large que le système des besoins. Quel est ce dictionnaire ? C’est sans doute celui du désir. Le désir est plus large que le besoin et l’englobe. Georges Bataille, par exemple, avait montré le dépassement de la sphère des besoins dans la dépense improductive, la « part maudite », que l’on retrouve dans les formes actuelles du gaspillage, dans toutes les manifestations de la déception qui suit les actes de consommation, et cela pas seulement chez les plus riches27. Évidemment le désir n’a pas très bonne presse, surtout en sciences sociales, parce qu’il ouvre au domaine de l’imaginaire social mais aussi du fantasme, d’un érotisme que cherche à gouverner, entre psychanalyse et psychopathologie, un magistère (ou un ministère) des affaires fécales. Le besoin est plus rassurant. Un besoin se mesure, s’exprime, permet de fonder une politique sociale, en évaluant son coût, ou de jeter les bases d’une morale, en vue de limiter les appétits. Mieux, il permet de distinguer et de classer les individus et les groupes suivant qu’ils maîtrisent plus ou moins bien ces appétits. Sous le capitalisme, c’est toujours la bonne vieille morale ascétique, affublée des oripeaux du goût pour l’art, la philanthropie, la plastique des corps, féminins surtout, l’aventure sportive, etc. Autrement dit, loin que le code soit à l’origine de la communication et permette d’en rendre raison, il en est le plus sûr effet. C’est parce que l’inégalité économique enferme les uns dans le système des besoins, tandis qu’il en libère les autres, que le besoin s’impose comme le code de l’argent, le transformant en un puissant moyen de communication. Comme l’avait vu Simmel, le pouvoir de communication de l’argent augmente au fur et à mesure du désencastrement de l’économie. En conséquence, l’économie de ceux qui n’en ont pas reste pour longtemps encastrée.

Haut de page

Bibliographie

Bataille Georges, La Part maudite, Paris, Éditions de Minuit, 1967.

Bourdieu Pierre, « Les sous-prolétaires algériens », Les Temps modernes, n° 199, 1962, p.1030-1051.

Bourdieu Pierre, Travail et travailleurs en Algérie, Paris, Mouton, 1963.

Bourdieu Pierre, Préface à Jahoda Marie, Lazarsfeld Paul et Zeisel Hans, Les Chômeurs de Marienthal, Paris, Éditions de Minuit, 1982 (1ère édition en allemand 1933).

Castel Robert, Les Métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995.

Dufy Caroline et Weber Florence, L’Ethnographie économique, Paris, La Découverte, 2009.

Granovetter Mark S., « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, vol. 78, n° 6, 1973, p. 1360-1380.

Hoggart Richard, La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

Jahoda Marie, Lazarsfeld Paul et Zeisel Hans, Les Chômeurs de Marienthal, Paris, Éditions de Minuit, 1982 (1ère édition en allemand 1933).

Klossowski Pierre, La Monnaie vivante (1970), Paris, « Rivages », Payot, 1997.

Laé Jean-François et Murard Numa, L’Argent des pauvres. La vie quotidienne en cité de transit, Paris, Le Seuil, 1985.

Laé Jean-François et Murard Numa, « Célibataire à la rue », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 113, 1996, p. 31-39.

Laé Jean-François et Murard Numa, Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière, Paris, Bayard, 2012.

Luhmann Niklas, Le Pouvoir, Laval, Presses de l’Université de Laval, 2010 (1ère édition en allemand 1975).

Perrin-Heredia Ana, « Faire les comptes : normes comptables, normes sociales », Genèses, n° 84, 2011, p. 69-82.

Pialoux Michel, « Jeunes sans avenir et travail intérimaire », Actes de la recherche en sciences sociales, n°26-27, 1979, p. 19-47.

Polanyi Karl, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps (1944), Paris, Gallimard, 1983.

Schijman Emilia, « Une ethnographie de l’envers du droit. Contrats, pactes et économie des statuts d’occupation dans une cité HLM », Droit et Sociétés, n°82, 2012, p. 561-582.

Simmel Georg, Philosophie de l’argent (1900), Paris, PUF, 1983.

Simmel Georg, « Métropoles et mentalités » (1903), in Grafmeyer Yves et Joseph Isaac, L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Le champ urbain, 1979, p 61-77.

Zelizer Viviana A. Rotman, La Signification sociale de l’argent, Paris, Le Seuil, 2005 (1ère édition en anglais 1994).

Haut de page

Notes

1 Une famille de mineurs : Bruay-en-Artois, ORTF, 1958. Parmi les autres documents de cette série « À la découverte des Français », produite et présentée par Étienne Lalou : La rue du Moulin de la pointe (1957), La Butte à la reine (1957), Une famille d'instituteurs (1958).

2 Dans les années 1960, Richard Hoggart note une autre configuration de l’argent de poche, où le jeune garde son salaire et verse « une pension » à la mère, comme il le ferait dans un foyer d’hébergement ou dans un hôtel meublé (Hoggart Richard, La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Éditions de Minuit, 1970).

3 Jahoda Marie, Lazarsfeld Paul et Zeisel Hans, Les Chômeurs de Marienthal, Paris, Éditions de Minuit, 1982 (1ère édition en allemand 1933).

4 C'est ce que montre aussi Viviana Zelizer pour les classes populaires aux États-Unis, qui continuent à cotiser aux assurances-décès en période de crise économique (Zelizer Viviana A. Rotman, La Signification sociale de l'argent, Paris, Le Seuil, 2005 (1ère édition en anglais 1994).

5 Laé Jean-François et Murard Numa, Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière, Paris, Bayard, 2012.

6 Ana Perrin-Heredia montre le violent découplage entre les calculs pratiques effectués par les ménages populaires et le regard comptable des administrations publiques en cas de surendettement par exemple (Perrin-Heredia Ana, « Faire les comptes : normes comptables, normes sociales », Genèses, n° 84, 2011).

7 Klossowski Pierre, La Monnaie vivante (1970), Paris, « Rivages », Payot, 1997.

8 En 1980, nous n’avions pas vu à quel point les statuts d’occupation dans les logements HLM, les hébergements et les sous-locations, les retards de loyers, la retransmission des noms sur les baux entraient pleinement dans cette économie de survie. Pour comprendre ces différents leviers qui se révèlent être essentiels, voir Schijman Emilia, « Une ethnographie de l’envers du droit. Contrats, pactes et économie des statuts d’occupation dans une cité HLM », Droit et Sociétés, n°82, 2012, p. 561-582.

9 Pour suivre le renouveau de ce regard ethnographique, voir Dufy Caroline et Weber Florence, L’Ethnographie économique, Paris, La Découverte, 2009.

10 La notion de prise en charge n'est entendue que dans sa dimension étatique, comme une procédure administrative qui relève de droits sociaux. Or, il faut enrichir cette notion pour saisir les relations plus ou moins visibles qui unissent une fille qui prend sa mère à son domicile, ou une grand-mère qui héberge son fils de 40 ans, etc. On a pour habitude d’appeler cela de la solidarité familiale. Mais c’est en fait bien plus que cela. Une pension vieillesse pour une veuve, qui est partagée en trois, c’est un transfert économique.

11 Laé Jean-François et Murard Numa, L’Argent des pauvres. La vie quotidienne en cité de transit, Paris, Le Seuil, 1985. Nos observations rejoignent celles de Michel Pialoux à la même époque (Pialoux Michel, « Jeunes sans avenir et travail intérimaire », Actes de la recherche en sciences sociales, n°26-27, 1979, p. 19-47).

12 Polanyi Karl, La Grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps (1944), Paris, Gallimard, 1983.

13 Castel Robert, Les Métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995.

14 Laé Jean-François et Murard Numa, « Célibataire à la rue », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 113, 1996, p. 31-39.

15 L'allocation est versée en principe à la mère, à défaut au père, à défaut aux ascendants. Sur la demande, soit de la personne appelée en application de ce qui précède à recevoir l'allocation, soit de celle ayant effectivement pris l'enfant en charge, l'allocation peut être mandatée au nom de la personne ou de l'institution charitable qui élève l'enfant, ou de l'assistante sociale qui en assure la surveillance. Le préfet peut également décider que le mandatement aura lieu comme il vient d'être dit.

16 Bourdieu Pierre, Travail et travailleurs en Algérie, Paris, Mouton, 1963, p. 353.

17 Ibid., p. 360.

18 Bourdieu Pierre, « Les sous-prolétaires algériens », Les Temps modernes, n° 199, 1962, p. 1037.

19 Granovetter Mark S., « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, vol. 78, n° 6, 1973, p. 1360-1380.

20 Simmel Georg, Philosophie de l’argent (1900), Paris, PUF, 1983.

21 Simmel Georg, « Métropoles et mentalités » (1903), in Grafmeyer Yves et Joseph Isaac, L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Le champ urbain, 1979, p 61-77.

22 Ibid., p. 65.

23 Luhmann Niklas, Le Pouvoir, Laval, Presses de l’Université de Laval, 2010 (1ère édition en allemand 1975).

24 Simmel Georg, « Métropoles et mentalités », art. cit., p. 63.

25 Ibid., p. 74.

26 Klossowski Pierre, La Monnaie vivante (1970), Paris, « Rivages », Payot, 1997.

27 Bataille Georges, La Part maudite, Paris, Éditions de Minuit, 1967.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Laé et Numa Murard, « L’argent, c’est du temps », Terrains/Théories [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://teth.revues.org/393 ; DOI : 10.4000/teth.393

Haut de page

Auteurs

Jean-François Laé

Université Paris 8

Numa Murard

Université Paris Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org