Navigation – Plan du site
Dossier

Monnaie du commun et revenu social garanti

The Money of the common and the guaranteed social income
Laurent Baronian et Carlo Vercellone

Résumés

Le but de cet article est de poser les bases d’une approche de la monnaie du commun à partir d’une interrogation évincée par la théorie économique des biens communs. Notre analyse de la relation entre monnaie et théorie du commun s’articulera en trois parties. Dans la première, il s’agit d’établir une conception dynamique du commun au singulier dans laquelle la question de la monnaie et des mutations de la division du travail occupe une place centrale. Cette démarche fondée sur la triade travail-monnaie-plus-value servira alors également de fil conducteur pour ranimer la controverse qui avait opposé Marx aux proudhoniens qui furent précurseurs d’une approche de la monnaie du commun. Dans la deuxième partie, nous nous appuierons sur les théories marxiennes du circuit pour montrer que le caractère spécifiquement monétaire du rapport capital/travail forme le seul point de départ adéquat pour une réflexion sur la monnaie du commun. Cette réflexion fera apparaître dans la troisième partie pourquoi la notion de revenu social garanti correspond à une institution du commun destinée à rendre la création monétaire endogène non seulement au capital mais aussi à une reproduction autonome de la force de travail.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article a été rédigé dans le cadre du projet européen D-Cent.

1L’ambition de cet article est de jeter les bases d’une conception de la monnaie du commun à partir d’une interrogation évincée par la théorie économique des biens communs1. Quelles sont alors les conditions susceptibles de relâcher la contrainte monétaire au rapport salarial et de favoriser par là l’essor de formes de production alternatives aussi bien au public qu’au privé dans leurs principes d’organisation ? Cette question exige d’introduire dans la théorie du commun le rôle structurant de la monnaie dans les rapports capital/travail.

2L’examen du rapport entre monnaie et commun nécessite par conséquent de partir d’une critique de la théorie des biens communs dans laquelle la monnaie, comme le travail, sont curieusement absents. La raison en est que cette conception naturaliste des biens communs accepte implicitement l’un des postulats fondateurs de la théorie économique standard : la neutralité de la monnaie, conçue comme un simple instrument technique facilitant les échanges, et non comme la cristallisation d’un rapport social de pouvoir.

3Sur cette base, il s’agira de caractériser une approche dynamique du commun au singulier dans laquelle la question de la monnaie et des mutations de la division du travail occupe une place centrale. Cette démarche fondée sur la triade travail-monnaie-plus-value servira alors également de fil conducteur pour ranimer la controverse qui avait opposé Karl Marx aux proudhoniens qui furent précurseurs d’une approche de la monnaie en tant que commun.

4Enfin nous nous appuierons sur les théories marxiennes du circuit pour montrer que le caractère spécifiquement monétaire du rapport capital/travail forme le seul point de départ adéquat pour une réflexion sur la monnaie du commun. Cette réflexion fera apparaître pourquoi la notion de revenu social garanti correspond à une institution du commun destinée à rendre la création monétaire endogène non seulement au capital mais aussi à une reproduction autonome de la force de travail.

Travail et monnaie : pour une critique de la théorie économique des biens communs

5Le capitalisme se présente comme une économie monétaire de production et d’exploitation du travail. Aussi, les formes de régulation de la monnaie construites autour du fonctionnement de l’argent en tant que capital, forment-elles les piliers institutionnels de l’accumulation et de la reproduction du clivage constitutif de la société capitaliste : le rapport capital/travail.

6Dès lors, pour penser le commun non comme une simple enclave, mais comme fondement d’une formation sociale alternative au capital, la question du statut et du mode de régulation de la monnaie devient incontournable. Son importance résulte du double caractère de la monnaie : à la fois richesse abstraite, objet d’appropriation privée, et forme de socialisation de l’activité productive des individus. Sur bien des aspects, la monnaie relève de ce que nous pourrions qualifier le « commun des communs ». Ce sont en fait les formes de gouvernance tissées autour de la monnaie (modalité de création et d’accès, fondements de sa valeur, etc.) qui conditionnent de manière déterminante le type de lien social ainsi que les mécanismes qui régissent l'allocation des ressources Elles portent en elles les questions fondamentales de l’économie politique, à savoir : qui décide de ce qu’il faut produire ? De quelle manière ? Pour quelles finalités sociales ?

7Sur ces bases, notre approche du commun au singulier se différencie donc profondément de celle de la théorie économique des biens communs qui conçoit le commun dans les termes d’une alternative locale et marginale aux logiques dominantes de l'État et du marché, du public et du privé.

  • 2 Ostrom Elinor, Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action, Cambridg (...)
  • 3 Laval Christian, « La nouvelle économie politiques des communs : apports et limites », séminaire Du (...)
  • 4 Pour une présentation très éclairante des travaux d’Ostrom et de Hess sur les communs fonciers et i (...)

8La conception des biens communs de Charlotte Hess et Elinor Ostrom2 demeure captive des deux approches majeures de la théorie économique standard. D’une part, dans la continuité de la théorie samuelsonnienne des biens collectifs et des défaillances du marché, son raisonnement reste centré sur les critères de rivalité et d’excluabilité pour caractériser la nature des différents biens3. La nouveauté consiste à introduire, en plus des biens publics (non rivaux et non excluables) et des biens privés purs, une nouvelle catégorie associant rivalité et non excluabité, comme les communs fonciers par exemple. D’autre part, en approfondissant la théorie des droits de propriété efficaces de North, elle se propose de montrer que pour ces types de biens, il peut exister des formes de gouvernance et de propriété distinctes du public et du privé. Mais en dépit de cet effort novateur, Hess et Ostrom ne s’émancipent pas véritablement d’une vision selon laquelle, il existerait une espèce de démarcation spontanée, propre à la nature des biens, entre les sphères respectives du public, du privé et du commun. Même lorsqu’il est affirmé, comme chez Ostrom, que le commun est socialement institué par des règles et des formes de gouvernance bien précises, on considère toujours que seule une catégorie restreinte des biens (fonciers et informationnels4) a véritablement vocation, pour ses qualités intrinsèques, à accéder à ce mode de gouvernance.

9La réflexion sur la nature de ces biens et ressources efface aussi significativement toute réflexion réelle sur le travail qui en assure la production ou la reproduction.

10En effet, non seulement aucun bien n’est destiné par ses qualités propres à faire l’objet d’un mode de gestion en particulier, mais les théories des biens collectifs et communs négligent totalement les formes de production à l’origine de ces biens. Surtout, elles ne remettent jamais en cause l’hégémonie du mode de production privé, en considérant de fait le public comme un remède aux échecs du marché et le commun comme une exception. En ce sens, la théorie des biens communs se situe à la lisière du public et du privé et ne propose pas de paradigme alternatif aux fondements néoclassiques de la représentation de l’économie.

  • 5 Hess Charlotte et Ostrom Elinor, Understanding Knowledge as a Common, op. cit.

11Dans le cadre de la théorie des biens collectifs, dont la théorie des biens communs se revendique comme l’une des variantes5, la monnaie conserve ses fonctions neutres auxquelles la condamne la théorie néoclassique. C’est que la monnaie n’y est jamais saisie comme l’expression d’un rapport social de production dans lequel les activités de travail n’accèdent à leur existence sociale qu’au moyen de l’échange des marchandises. Elle se conçoit uniquement comme instrument d’échange, au mieux comme moyen de règlement d’une dette (chartalisme).

  • 6 Sur cette base, la monnaie est considérée comme un bien rival, mais non excluable, auquel peuvent ê (...)

12En somme, la question de la monnaie comme celle du statut de la force de travail dans une économie monétaire de production ne sont jamais abordées. Et lorsque dans certains travaux, se réclamant pour partie de l’apport théorique d’Ostrom et de Hess, la monnaie est introduite, c’est tout au plus en termes d'une monnaie complémentaire ou alternative utilisée au niveau d’une localité, d’une communauté, d’un réseau ou d’une catégorie de biens spécifique6.

  • 7 HARDT Michael et NEGRI Antonio, CommonWealth, Cambridge (USA), Harvard University Press, 2010.

13Aucune réflexion n’est jamais menée au sujet de la relation entre la monnaie et la nature des rapports sociaux de production dont dépend pourtant, au niveau macro-économique et sociétal, la hiérarchie et l’articulation entre les sphères respectives du privé, du public et du commun. Ni au sujet des mutations du travail liées à la montée en puissance de sa dimension cognitive et relationnelle, malgré leur rôle croissant dans la production du commun tel que les biens informationnels et les productions de l’homme par l’homme7.

  • 8 Avec cette expression nous faisons notamment référence à la problématique élaborée dans le cadre du (...)

14Nous devons penser le commun au singulier8 comme une construction sociale et une forme d’organisation de la production susceptible de devenir dominante. On ne part pas du contenu des biens produits mais des formes du travail producteur de ces biens. Car ce sont les modes de coopération du travail collectif produisant le commun qu’il s’agit de libérer de l’étau de la formule générale du capital : A et A’ ne peuvent plus former le point de départ et le point d’arrivée de la production du Commun.

15Il n'existe en fait aucun bien qui en raison de ses caractéristiques naturelles liées à sa valeur d’usage soit destiné ipso facto, au sens de la théorie économique conventionnelle, à l’une des sphères de l’économie (le public, le privé ou encore le commun) et à une forme correspondante de coopération et d’appropriation du produit du travail.

  • 9 Le contraire est aussi vrai, à savoir qu’aucune valeur d’usage n’échappe en tant que telle à la sph (...)

16Le commun peut concerner tout type de bien9, même si cela ne signifie nullement qu’il faille négliger les problèmes de régulation particuliers qui se présentent à la gestion d’un bien donné. Toutefois, c’est la démarche même de la théorie des biens communs allant de la nature intrinsèque des biens à leur mode de gestion (public, privé ou commun) qui doit être inversée.

17Il s’agit de partir des mutations du travail pour parvenir aux caractéristiques des produits, en sachant que leur valeur d’usage et les besoins qu’ils doivent satisfaire n’ont rien de naturel, mais sont le résultat historique des rapports sociaux qui se nouent autour des formes d’organisation de la production et de la consommation.

18C’est en somme le mode de coopération sociale du travail, sa capacité à s’organiser de manière alternative par rapport aux logiques du capital et de l’État, qui détermine en dernière instance la propension d’une série de biens ou de ressources à être gérée selon les principes du commun.

19Or, comme nous le verrons, cette capacité d’auto-organisation du travail qui forme le présupposé du commun dépend de deux facteurs étroitement liés et systématiquement évacués par les théories des biens communs : des mécanismes de régulation de la monnaie et d’accès à un revenu susceptibles de renforcer ou bien de relâcher la contrainte monétaire au rapport salarial en conditionnant la possibilité de développer des formes de coopération productive alternatives au travail salarié ; de la nature des rapports antagonistes de savoir et de pouvoir qui structurent, à un moment donné, le niveau de développement de la division du travail et les modalités de la subsomption du travail au capital (formelle, réelle, general intellect).

Marx critique de Proudhon: première polémique sur la monnaie du commun

20Certains de ces éléments méthodologiques articulant la monnaie à la division du travail, se trouvaient déjà dans les critiques que Marx formule contre la proposition de Proudhon de créer une monnaie de crédit gratuite libellée en heures de travail. La réforme de Proudhon ambitionnait d’affaiblir les rapports de production dominants en élargissant le financement de la production marchande artisanale. L’émission de monnaie-travail par une Banque populaire visait en effet à attribuer immédiatement au travail du producteur individuel sa qualité de travail social. C’est que Proudhon et ses disciples déploraient le privilège que les métaux précieux possédaient dans la circulation des marchandises. Ils étaient convaincus que les taux d’intérêt élevés, notamment en période de crise, n’étaient dus qu’à une espèce de monopole des possesseurs d’argent métallique sur les moyens de paiement de la société. En autorisant le producteur à échanger directement le produit de son travail contre son équivalent monétaire exprimé en heures de travail, on abolirait les prétentions des détenteurs de monnaie jusqu’à ce que le taux d’intérêt tombe à zéro. Il ne s’agissait donc pas seulement d’euthanasier le rentier comme chez John Maynard Keynes, mais de permettre au producteur de toucher l’intégralité du produit de son travail sous la forme de bons d’échange. Ainsi travail et monnaie du Commun ne feraient plus qu’un puisque tous les produits du travail privé feraient office de monnaie.

  • 10 Voir, sur ce point aussi, DARDOT Pierre et LAVAL Christian, Marx, Prénom : Karl, Paris, Gallimard, (...)
  • 11 MARX Karl, Le Capital, Livre I (1890), Paris, Messidor/Éditions sociales, 1983, p. 189.
  • 12 LUCARELLI Stefano, « The 1973-1978 Workgroup on Money of the Journal “Primo Maggio”. An Example of (...)

21En réalité, la réforme imaginée par Proudhon s’appuyait sur un mode de production marchand simple alors même que le progrès de la division du travail et l’extension du mode capitaliste de production tendaient à la marginaliser10. L’instauration du crédit gratuit avancé en monnaie-travail n’aurait donc pu concerner qu’une petite fraction de la population active qui se serait reproduite en marge de l’hégémonie croissante de la production capitaliste. La réforme laissait complètement intacte le fondement du pouvoir monétaire du capital sur le travail : celui par lequel le travail est dans l’obligation « de mettre en vente, comme une marchandise sa force de travail elle-même »11. Dans ce cadre, le projet mutualiste du crédit gratuit aurait plutôt risqué d’ouvrir grand la porte à des opérations de récupération et de division politique, comme celle préconisée par Napoléon III lors de l’établissement des caisses d’épargne populaire12.

22De surcroît, selon Marx, l’émission d’une monnaie-travail, dans la mesure où elle revenait à conférer à toutes les marchandises la qualité de monnaie, niait bien plus que le pouvoir financier résultant du monopole des métaux précieux : il niait l’essence de la monnaie elle-même. Car qu’est-ce que la monnaie sinon le représentant objectif de la valeur et ainsi du temps de travail social coagulé dans la marchandise ? Si les individus échangent les produits de leurs travaux contre de la monnaie, c’est justement parce qu’ils ne produisent pas immédiatement du travail social. C’est pourquoi dans les conditions de la production marchande, la qualité de travail social s’incarne nécessairement dans une forme objective du travail, marchandise ou monnaie.

  • 13 MARX Karl, Grundrisse, t 1, Paris, Éditions sociales, 1980.

23Or, non seulement une monnaie mesurée en heures de travail supprime la différence entre prix et valeur, immanente à l’économie de marché, et donc suppose l’équilibre entre l’offre et la demande, entre la production et la consommation ; non seulement, à la différence de la monnaie classique, elle ignore le développement de la productivité du travail qui ferait s’apprécier constamment son pouvoir d’achat et alourdirait continuellement les charges financières des débiteurs. Elle nie plus fondamentalement le caractère particulier de l’organisation du travail social dans la production marchande dans laquelle le travail ne s’échange jamais directement contre du travail mais où les activités productives se combinent entre elles indirectement à travers l’échange des produits du travail comme marchandises, accédant ainsi à l’existence de travail social13.

  • 14 MARX Karl, Ibid p. 56-57.
  • 15 MARX Karl, Ibid, p. 91.

24C’est en ce sens que Marx qualifiait d’utopique une réforme qui tente d’abolir les caractères fondamentaux de la production marchande tout en conservant la forme d’échange correspondant à ce mode de production. Cette réforme consistait en effet à éviter les inconvénients d’un mode de production basé sur l’échange monétaire en ne modifiant que l’instrument d’échange et l’unité de mesure des marchandises. Dès lors, soit la réforme ne porterait que sur une fraction négligeable de la production sociale et profiterait à un petit nombre de producteurs indépendants entre lesquels la Banque s’interposerait dans leurs échanges mutuels en achetant et vendant leurs produits contre de la monnaie-travail. Soit elle concernerait la totalité des échanges sociaux, auquel cas elle nécessiterait une transformation subite des rapports de production existants. « Si toute transformation de la circulation de ce genre présupposait elle-même, à son tour, et des modifications des autres conditions de production et des bouleversements sociaux, alors, naturellement, perdrait d’entrée de jeu toute valeur la doctrine qui propose des acrobaties en matière de circulation pour, d’un côté, éviter le caractère violent de ces modifications, et pour faire, d’autre part, de ces modifications non le présupposé, mais, à l’inverse, le résultat progressif de la transformation de la circulation »14. En réalité une réforme monétaire de ce type ferait de la Banque l’acheteur et le vendeur universels des marchandises produites. Par sa politique d’émission, ce serait la Banque qui déciderait en effet à quels produits du travail attribuer la qualité de travail social, fonction qui reviendrait à contrôler la production elle-même à l’origine de ces biens. Elle serait ainsi à la manière d’un gosplan, « le gouvernement despotique de la production et l’administratrice de la distribution15 ».

  • 16 MARX Karl, Ibid, p. 94.
  • 17 MARX Karl, Ibid, p. 91
  • 18 MARX Karl, Ibid p. 108.

25Pour revenir à la monnaie du commun, elle se distinguerait des bons-heure des proudhoniens en circulant à l’intérieur non pas d’une communauté de producteurs indépendants mais d’une communauté de producteurs travaillant en coopération. Dans ces conditions son émission ne pourrait pas tant bouleverser les rapports de production actuels que hâter les mutations intervenant dans le cadre même de ces rapports de production. De plus, en tant que politique, c’est-à-dire en tant qu’action consciente et délibérée, l’émission d’une monnaie du Commun signifierait que la société tend à ne plus se soumettre à la production sociale comme fatalité étrangère et indépendante des individus (fatalité qui se manifeste de manière frappante dans les crises notamment) mais au contraire à subordonner la production aux « individus qui en useraient comme de leur pouvoir commun16 ». Toutefois ce renversement des rapports bouleverserait la nature même des institutions bancaires de la société : la monnaie du Commun ne serait plus qu’une unité de compte émise par « un organisme tenant la comptabilité de la société travaillant en communauté17 » et perdrait sa qualité monétaire de représentant universel de la valeur des marchandises. Le vœu de Proudhon serait bien exaucé puisque le travail lui-même deviendrait monnaie universelle, mais à la condition qu’il soit « dès le départ, non pas travail particulier, mais travail universel », c’est-à-dire qu’il soit posé « comme un maillon de la production universelle18 ».

26En somme, la critique marxienne au projet proudhonien, comme le montrera aussi son attitude à l’égard de la Commune de Paris, ne tient pas à une opposition étatiste et centralisatrice aux formes mutualistes d’organisation, mais au danger qu’aurait été leur encastrement subalterne dans les logiques dominantes du capital et de l’État.

27La question cruciale pour Marx avait trait à la manière dont, à la différence d’un mode de production marchand simple où la monnaie fonctionne comme simple moyen d’échange, le capitalisme lui, enserre le travail, dans les institutions d’une économie monétaire de production.

28La logique de fonctionnement du capitalisme est en effet toute différente de celle incarnée par la formule marchandise-argent-marchandise (M-A-M) à laquelle renvoie implicitement le projet de Proudhon. Certes, le circuit M-A-M continue à jouer un rôle crucial dans la reproduction élargie des conditions économiques et sociales de l’accumulation du capital. Son rôle n’a pourtant plus rien à voir avec la figure du producteur indépendant mais concerne pour l’essentiel le circuit de la reproduction de la force de travail où par M-A-M’ il faut entendre la séquence force de travail-salaire-biens de consommation. Dans ce cadre, la reproduction de la force de travail est subordonnée, tout autant dans sa forme économique que dans son existence concrète, à la formule générale du capital (A-M-A’).

29De cette controverse entre Marx et Proudhon nous pouvons tirer encore aujourd’hui un enseignement d’importance. Ce n’est qu’en partant du clivage constitutif du rapport salarial où la loi de la valeur n’est qu’une variable dépendante de la loi de la plus-value, qu’il est alors possible de concevoir l’idée d’une monnaie du commun : une monnaie qui ne repose pas sur l’utopie de l’égalité des travaux privés, mais remet en cause la contrainte monétaire qui au niveau social définit, au sens de Marx, la subsomption formelle de la force de travail au capital et la norme même du rapport salarial.

De la théorie du circuit à la problématique du commun

  • 19 La théorie du circuit développe l’approche en termes d’économie monétaire de la production. Sa genè (...)

30C’est l’apport de la théorie du circuit qui permet de renvoyer le rapport capital/travail à l’asymétrie qui oppose deux classes sociales dans les conditions de leur accès à la monnaie19.

31D’une part, la classe des capitalistes peut accéder à la monnaie indépendamment de son travail et déterminer la grandeur comme l’orientation de la production, grâce à la propriété des moyens de production et au contrôle des mécanismes de la création monétaire. Comme diraient Michal Kalecki et Nicholas Kaldor, cette classe gagne ce qu’elle dépense et peut maîtriser par conséquent collectivement les mécanismes de son endettement. D’autre part, la classe des salariés, pour accéder à la monnaie, et donc à un revenu, est contrainte de vendre sa force de travail et de trouver un travail-emploi auprès de la classe des capitalistes. Elle ne dépense donc que ce qu’elle gagne et ce rapport au revenu détermine les limites de son accès au crédit à la consommation. Il explique aussi le redoublement du pouvoir du capital sur le travail résultant de l’endettement salarié, y compris dans le cas d’un relâchement spéculatif des conditions d’octroi du crédit de type subprime.

32Notons que de ce point de vue, le principal saut périlleux de la marchandise est celui que doit opérer la force de travail : enserrée dans le circuit du double moulinet, M-A-M, son accès à la monnaie est de prime abord une variable dépendante des anticipations des capitalistes concernant le volume de la production et donc de l’emploi considérés comme rentables.

  • 20 MARX Karl, Le Capital, Livre I, op. cit. p. 171.

33Il résulte de ce rapport spécifique à l’économie monétaire de production que la fonction de réserve de valeur domine les conditions de la circulation monétaire. C’est elle qui permet l’instauration de la logique de la plus-value dans laquelle « la circulation de l’argent considéré comme capital est une fin en soi20 ». Comme l’exprime clairement la formule générale du capital de Marx (A-M-A’), la valorisation du capital est un processus qui ne connaît pas de limites dans la mesure même où son objectif n’est pas la valeur d’usage, mais l’accumulation de richesse abstraite représentée dans l’argent.

34La marchandise et la production ne sont pour le capital que de simples moyens pour atteindre ce but, c’est-à-dire l’accumulation de monnaie pour elle-même, et ce afin d’augmenter sans cesse le pouvoir de commandement que celle-ci lui confère sur la société et le travail, en lui permettant justement de s’approprier, de manière directe ou indirecte, de la plus-value.

  • 21 Voir DE BRUNHOFF Suzanne, Les rapports d'argent, Paris, PUG/Maspero, 1979.
  • 22 ROBINSON Jean et EATWELL John, An Introduction to Modern Economics, Maidenhead, McGraw-Hill, 1973, (...)

35Il va de soi que la reproduction élargie du capital doit faire face à un ensemble de contraintes marchandes qui pèsent sur le développement de la production sociale. À vrai dire, le capitalisme a toujours cherché au moyen de son système de monnaie et de crédit à outrepasser les limites que la loi de la valeur impose à la production de plus-value. Déjà la lettre de change, en autorisant le transfert de marchandise dans les mains de l’acheteur avant son règlement effectif en argent, fut le ressort principal de toutes les grandes crises qui ont secoué l’industrie anglaise durant la première moitié du XIXe siècle. Mais c’est surtout depuis la fin du système de l’étalon-or que l’émission monétaire n’est plus conditionnée au montant des réserves métalliques disponibles dans les coffres des Banques centrales, mais semble dépendre entièrement de la demande de crédit de capital. Or la création monétaire sous la forme de dépôts à la disposition des capitalistes consiste de fait à antévalider21 une production future, mais sous la condition du bouclage du circuit monétaire qui lui-même suppose la réalisation de la plus-value produite. Sans doute la monnaie a été créée ex nihilo come équivalent de marchandises virtuelles. Elle ne prouve néanmoins son existence d’équivalent général qu’au moyen de la vente effective des marchandises produites. La monnaie bancaire est certes une monnaie endogène, mais, dans la mesure où sa création dépend de la réalisation de la plus-value, endogène au capital. Par le monopole de la création monétaire, « le capital, comme Jean Robinson et John Eatwell l’ont joliment formulé, devient le maître de ressources grâce auxquelles les capitalistes deviennent les maîtres du travail22 ».

  • 23 Sur ce point COHEN Morris R., « Property and Sovereignty », Cornell Law Quarterly, vol. XIII, 1927, (...)

36Aussi le pouvoir de contrôle sur la création monétaire est-il en dernière instance le facteur clé qui octroie le pouvoir sur le travail et structure les rapports sociaux, non seulement parce qu’il aboutit à la propriété des moyens de production, à savoir à ce dominium sur les choses [qui] est aussi un imperium sur les êtres humains23. Mais parce que le dominium sur la monnaie condense et synthétise cet imperium sans avoir à passer par la médiation formelle de la propriété des choses. Et cette essence du pouvoir de la monnaie trouve son développement concret le plus riche, devient « vérité pratique », comme dirait Marx, dans la conjoncture historique actuelle où le pouvoir de la finance va de pair avec une dématérialisation croissante des moyens de production de plus en plus incarnés dans le corps vivant de la force de travail, ce que – à travers une véritable oxymore – l’on nomme le capital immatériel ou intellectuel.

37Bien que l’approche des théories du circuit mette en évidence l’asymétrie monétaire qui structure la reproduction du capitalisme, elle tend à privilégier une vision statique et objectiviste des contraintes monétaires et marchandes pesant sur la réalisation de la plus-value pour ce qui concerne l’accumulation du capital, d’une part ; sur la transformation de la force de travail en salaire dont la réalisation est une variable dépendante des anticipations des capitalistes, d’autre part. Rares sont en revanche les contributions qui ont porté leur attention sur la manière dont l’injection monétaire lançant le circuit est en réalité l’antévalidation d’une série de marchandises qui doit encore être produite et partant d’une plus-value qui n’a pas encore été extraite.

38Or seule l’introduction de cet aspect peut aboutir à une vision dynamique, susceptible de cerner à la fois les mutations historiques de la division du travail et des formes de la contrainte au rapport salarial dont dépend la possibilité du commun. Car l’achat et la vente de la force de travail portent sur la mise à disposition d’une quantité de temps où le travailleur se met formellement à disposition de l’homme aux Ecus, et non sur le travail effectif des salariés.

  • 24 BENKLER Yochai, « Common-Based Strategies and the problem of the patents », Science, 305(5687), 200 (...)

39Il en découle pour le capital une incertitude structurelle qui ne porte pas seulement sur les conditions de l’exécution du contrat de travail, mais plus fondamentalement sur un champ conflictuel où les dimensions économique et socio-politique de l’antagonisme capital/travail sont indissociables. D’abord car ceux qui maîtrisent et dictent les modes opératoires peuvent aussi se rendre maîtres de l’intensité et de la qualité du travail. Ensuite parce que ceux qui détiennent les savoirs productifs peuvent aspirer à gérer la production, c’est-à-dire à autodéterminer aussi bien les finalités sociales que l’organisation du travail, en reconstituant la possibilité du commun comme mode de production. Nous entendons par là un mode de coopération réintroduisant la démocratie au sein même de la production en opposition au principe hiérarchique caractérisant tout autant la firme capitaliste que la logique bureaucratique du public. Plus précisément, en élargissant la belle définition que Yochai Benkler utilise pour les biens communs informationnels, « la production est basée sur des biens communs lorsque personne n’exerce des droits exclusifs pour organiser le travail et s’approprier de la valeur crée, et lorsque la coopération se réalise à travers des mécanismes sociaux autres que les prix et les directives du management24 ».

  • 25 GORZ André, Métamorphoses du travail. Quête de sens, Galilée, Paris, 1988, p. 75.

40L’importance de cette dynamique conflictuelle portant sur le contrôle des puissances intellectuelles de la production explique pourquoi le développement de la division capitaliste du travail, à la suite de la première révolution industrielle, a consisté à tenter de vider, autant que possible, le travail de sa dimension cognitive, le transformant en une activité mécanique, répétitive, impersonnelle, et totalement asservie à la science incorporée dans le capital fixe. C’est ainsi que dans le développement du capitalisme industriel, la soumission formelle se double de la soumission réelle du travail au capital : elle vise non seulement à réduire l’incertitude portant sur l’exécution du contrat de travail, mais surtout à rendre inconcevable pour la force de travail l’idée même du commun dans la production (comme produit de la coopération volontaire de la force de travail) en raison notamment du caractère désormais inappropriable « de la masse des savoir nécessairement spécialisée qui combine la production sociale25 ».

  • 26 Voir MONNIER Jean-Marie et VERCELLONE Carlo, «Travail et protection sociale à l'âge du capitalisme (...)
  • 27 Pour une caractérisation approfondie du sens de cette catégorie dans la pensée de Marx, voir NEGRI  (...)

41Cependant cette tendance, qui a trouvé en quelque sorte son achèvement historique dans le modèle de la grande entreprise managériale à l’âge de l’économie mixte, restera toujours imparfaite. Mieux, c’est sans cesse qu’un nouveau type de savoir tendra à se reconstituer au niveau le plus élevé du développement de la division technique et sociale du travail. Dans la conjoncture historique qui a conduit à la crise du fordisme, cette dynamique s’est exprimée à travers les conflits qui ont conduit à la formation d’une intellectualité diffuse et au développement des services collectifs du Welfare-State (santé, éducation, recherche) au-delà des compatibilités de la régulation fordiste26. Les conditions à la base de l’essor d’une économie fondée sur le rôle moteur et la diffusion du savoir ont été ainsi posées suivant une dynamique qui semble réaliser nombre de tendances contenues dans l’hypothèse marxienne du general intellect27 .

  • 28 NEGRI Antonio et VERCELLONE Carlo, « Le rapport capital/travail dans le capitalisme cognitive », Mu (...)

42Or, la mise en place d’une économie fondée sur la connaissance précède et s’oppose logiquement et historiquement à la formation du capitalisme cognitif et financiarisé. Ce dernier est le résultat d’un processus de restructuration par lequel le capital tente d’absorber et de soumettre de manière parasitaire à sa logique les conditions collectives de la production des connaissances, en étouffant le potentiel d’émancipation inscrit dans la société du general intellect. Dans ce cadre, l’enjeu central de la valorisation du capital et des formes de la propriété porte directement sur l’appropriation rentière du commun et la transformation de la connaissance en une marchandise fictive28.

43C’est ainsi que, dans le nouveau capitalisme, la dimension monétaire du rapport de subordination du travail au capital devient d’autant plus forte et cruciale que la montée de la dimension cognitive du travail permet à la coopération productive de s’organiser de manière autonome par rapport à la direction du capitaliste. Certes, rien ne garantit le passage de l’autonomie potentielle à l’autonomie réelle de la force de travail. Cependant sur le plan du procès social de travail, la subsomption du travail au capital redevient principalement formelle. Elle va significativement de pair avec un formidable renforcement de la contrainte monétaire au rapport salarial réalisée notamment à travers la déstabilisation des garanties du Welfare State et une précarisation croissante des conditions de rémunération et d’emploi. En même temps, tout se passe comme si au mouvement d’autonomisation de la coopération du travail correspondait un mouvement parallèle d’autonomisation du capital sous la forme abstraite, éminemment flexible et mobile du capital-argent. Le pouvoir du capital sur la société semble reposer toujours davantage sur le contrôle des mécanismes monétaires et financiers, souvent sans plus jouer aucune fonction réelle nécessaire à l’organisation du processus de production.

44C’est à ce niveau du développement de la division du travail, dans lequel l’essor d’une intelligence collective coïncide avec le renforcement de la contrainte monétaire au rapport salarial, que se posent aujourd’hui les conditions pour penser le commun.

Le revenu social garanti comme revenu primaire et institution du commun

45De l’analyse des asymétries structurant le capitalisme comme économie monétaire de la production, il nous est possible de dégager le principal enjeu de ce qui devrait être une monnaie du commun : une monnaie endogène à la reproduction de la force de travail car elle relâcherait la contrainte monétaire au rapport salarial, tout en assurant la validation sociale de richesses produites par des formes de production et de satisfaction de besoins alternatives aux rapports marchands.

  • 29 CHESNAIS François, Les Dettes illégitimes, Raison d’agir, Paris, 2011, p. 31.

46Notons que, avant le tournant monétariste et l’instauration des autonomies des Banques centrales, la régulation administrée keynésienne de l’offre de monnaie avait permis, sous la forme d’un compromis institutionnalisé, l’ébauche de certaines de ces dimensions. En particulier, le lien entre Banque Centrale et Trésor public avait autorisé une monétisation des conflits sociaux et favorisé le financement du salaire socialisé et des services collectifs du Welfare State 29.

  • 30 NEGRI Antonio, « A proposito di costituzione e capitale finanziario », séminaire Uninomade, Rome, h (...)

47C’est sans doute ce qui explique pourquoi la résistance au démantèlement du Public procède de nostalgies étatistes passéistes tout autant qu’elle inspire l’élaboration de la problématique du commun30.

48Dans ce cadre, la proposition d’un revenu social garanti inconditionnel et indépendant de l’emploi est celle qui nous semble davantage incarner une étape nouvelle de socialisation de l’économie. Elle s’inscrit dans un projet de société et de démarchandisation de l’économie dans lequel le renforcement des droits collectifs liés au système de protection sociale (retraites, santé, assurance chômage) irait de pair avec le passage d’un modèle de Welfare State à un modèle de commonfare.

  • 31 Déclinée sous différentes appellations : revenu de base, allocation universelle, revenu d’existence (...)
  • 32 Pour une revue de la littérature sur le sujet voir VANDERBORGHT Yannick et VAN PARIJS Philippe, L'A (...)

49En fait, à l’instar de la thématique du commun, la réflexion autour de la proposition d’un revenu social garanti (RSG31) traverse toujours davantage le débat sur les alternatives à la crise du capitalisme cognitif et financiarisé. Pourtant, la plupart des formulations du RSG demeurent ancrées dans une conception qui en fait un revenu secondaire relevant de la redistribution et de la gestion étatique classique de l’État-providence32.

  • 33 Voir, sur ce point, MONNIER Jean-Marie et VERCELLONE Carlo, «Travail et protection sociale à l'âge (...)

50Dans notre démarche, le RSG doit au contraire être pensé comme étant à la fois une institution du commun et un revenu primaire pour les individus, c’est-à-dire un revenu résultant directement de la production et non de la redistribution. Ces deux dimensions, revenu primaire et institution du commun, s’imbriquent étroitement tant sur le plan de l’organisation de la production que sur celui du statut de la monnaie et du mode de répartition. Un revenu primaire donc, car la proposition du RSG repose sur un réexamen et une extension du concept de travail productif qu’il s’agit d’appréhender sous deux dimensions33.

  • 34 Sur ce point voir aussi GORZ André, Misères du présent. Richesse du possible, Paris, Galilée, 1997, (...)
  • 35 Baronian Laurent, « Le travail mort dans le capitalisme cognitif », European Journal of Economic an (...)

51La première conçoit le travail productif, suivant la tradition dominante au sein de l’économie politique, comme le travail qui produit de la valeur et de la plus-value. Il s’agit là du constat selon lequel nous assistons aujourd’hui à une extension importante des temps de travail, hors journée officielle du travail, qui sont directement ou indirectement impliqués dans la formation de la valeur captée par les entreprises. À cet égard, le RSG correspondrait, en partie, à la rémunération sociale de cette dimension de plus en plus collective d’une activité créatrice de valeur s’étendant sur l’ensemble des temps sociaux et donnant lieu à une énorme masse de travail non reconnue et non rétribuée. Il est par ailleurs important de remarquer comment cette hausse du travail non payé s’apparente, sous des formes inédites, à une augmentation de la plus-value absolue résultant de la combinaison de deux tendances majeures. D’une part, elle provient de la manière même dont la pression conjointe de la précarité et des nouvelles formes de management de la subjectivité exacerbe, à l’avantage des firmes, un trait intrinsèque au travail cognitif : celui d’être une activité de production, de réflexion et d’échange de savoir qui se déroule tant en dehors que durant l’horaire officiel de travail34. D’autre part, elle découle aussi du rôle croissant du travail du consommateur et tout spécialement de l’appropriation privée du travail gratuit effectuée par une multitude d’individus sur les réseaux internet. Le capital, à travers notamment un petit nombre de grandes firmes américaines, est en fait parvenu à contrôler une grande partie de l’infrastructure matérielle et immatérielle d’internet35, en expropriant cet espace du commun, en transformant en marchandises les créations et les identités numériques des usagers.

52Contre la tradition de la théorie économique en revanche, la seconde dimension renvoie au travail productif conçu comme travail producteur de valeurs d’usage, source d’une richesse échappant à la logique du marché et du travail salarié subordonné. Dans cette perspective, le RSG correspondrait simultanément à la validation sociale et à un moyen de financement de ce réseau dense d’activités non marchandes que la société du general intellect crée au-delà du salariat. Il s’agit en somme de rompre avec l’identification historique abusive que le capitalisme a établie entre travail et emploi et, avec elle, entre emploi et droit au revenu. Autrement dit, il s’agit d’affirmer que le travail peut être improductif de capital tout en étant productif de richesses et partant, trouver sa contrepartie dans un revenu. C'est par ailleurs déjà le cas, d'un point de vue strictement théorique, pour les activités réalisées au sein des services publics non marchands qui produisent de la richesse et non de la valeur. Le caractère inconditionnel du RSG se distingue cependant, de manière radicale, du salaire versé aux employés de ces services car il ne se fonde ni sur un travail dépendant, ni n'implique de la part des bénéficiaires une quelconque démonstration de l'utilité sociale de leur activité. En ce sens aussi, le RSG ne relève pas de la sphère publique, de la « bureaucratie professionnelle » et de la coordination administrative, mais du commun. Il présuppose une activité créatrice de richesses et une coopération productive qui se développe en amont et de manière autonome par rapport aux logiques administratives et du privé, même lorsqu’elle les traverse et contribue à leur reproduction.

53Il existe en effet un rapport complexe, à la fois d’antagonisme et de complémentarité, entre ces deux formes du travail productif. Dans le capitalisme cognitif, l’expansion du travail libre qui produit le commun implique souvent la subordination au travail social producteur de valeur en raison même des tendances qui poussent vers un brouillage de la séparation entre travail et non travail, sphère de la production et sphère de la consommation.

  • 36 AIGRAIN Philippe, Internet & Création. Comment reconnaître les échanges hors-marché sur internet en (...)

54L’instauration d’un RSG non seulement reconnaîtrait cette deuxième dimension du travail productif, mais favoriserait surtout son émancipation de la sphère de la production de valeur et de plus-value. Dans cette optique, l’affaiblissement de la contrainte au rapport salarial autorisée par le RSG, davantage encore qu’une réduction du temps légal de travail, permettrait aux individus de retrouver la maîtrise de leur temps et la gestion des activités qui n’ont leur finalité qu’en elles-mêmes. Il constituerait ainsi un véritable investissement social et une libération d’énergies pour assurer, par exemple, la reproduction des communs informationnels et de la connaissance dont le développement a été sensiblement entravé par le manque de temps dont sont affectés les travailleurs cognitifs36.

  • 37 GORZ André, L’Immatériel, op. cit. p. 101.

55Le RSG se présente ainsi à plusieurs titres comme une institution du commun au service du commun. D'abord parce que le RSG ne relève pas de la sphère publique mais, correspond « en fin de compte, à la mise en commun d'une partie de ce qui est produit en commun, délibérément ou non37 » et cela en dehors de toute logique contributive qui rechercherait un rapport de mesure et proportionnalité entre effort individuel et droit au revenu. Dans cette perspective, en suivant la tradition mutualiste à l'origine du système de protection sociale en France, les ressources collectées pour financer le RSG pourraient être consignées dans une caisse commune gérée directement par les travailleurs.

  • 38 Pour une revue du débat sur les réformes susceptibles de conduire à une resocialisation de la monna (...)

56Ensuite, le RSG, en tant que revenu primaire, présuppose et impulse le développement du commun lui-même. Il l'impulse dans la mesure où il favoriserait l’exode du travail salarié et le développement des formes de coopération assises sur des règles de coordination distinctes de celles du public et- du marché. Il le présuppose dans la mesure où son instauration implique des mécanismes de resocialisation de la monnaie et des revenus qui rendent la reproduction de la force de travail indépendante de la circulation de l'argent en tant que capital38.

57En tant que produit de l’échange des marchandises, la monnaie est l’expression d’un rapport social entre producteurs privés indépendants, individus, communautés et firmes capitalistes. Quelle que soit donc la forme et les conditions de circulation de la monnaie, sa présence signifie que l’activité des producteurs acquiert son caractère de travail social de manière indirecte, au moyen de l’échange des produits du travail comme marchandises. Il se peut qu’une forme monétaire relâche certaines des contraintes posées par la production capitaliste, mais les contradictions que la monnaie du commun vise à dépasser sont destinées à renaître d’une manière ou d’une autre, et ce tant que les transformations du mode de production actuel seront limitées à la sphère de la circulation. De telles transformations cependant pourraient accélérer et orienter les mutations en cours du travail social en favorisant tout autant l’atténuation de la contrainte au rapport salarial et une articulation autre entre commun, public et privé. En ce sens, de deux manières au moins, la proposition du RSG se démarque de l’hypothèse proudhonienne du crédit gratuit.

58En premier lieu, le RSG va au-delà de la simple perspective d’une démocratisation du crédit pour penser la monnaie du commun comme un instrument atténuant, pour l’ensemble de la force de travail la contrainte au rapport salarial. Il s’attaque en fait non au saut périlleux de la marchandise mais à celui de la force de travail pour rompre le cercle vicieux qui fait de sa vente la condition d’accès au revenu. Certes, en favorisant une telle atténuation, le RSG pourrait aussi jouer le rôle d’une sorte de forme de crédit gratuit, permettant de démocratiser l’économie de marché par davantage d’autonomie à la production marchande simple par rapport au capital. Mais ce n’est que de manière accessoire que la garantie d’un revenu suffisant peut également favoriser l’accès au statut de producteur privé indépendant. Son rôle premier est de soutenir non pas le producteur individuel et sa marchandise mais l’intellectualité diffuse dans son activité collective de production non marchande.

59En second lieu le crédit, même lorsqu’il est octroyé gratuitement, implique par essence une double conditionnalité porteuse d’un rapport de dépendance : celle liée à l’examen même de la viabilité marchande du projet productif faisant l’objet d’une demande de crédit et celle liée à l’extinction successive de la dette générée par la création initiale de monnaie. Le RSG brise quant à lui cette logique de dépendance liée au crédit et à la dette, car son caractère inconditionnel est aussi le moyen d’assurer l’autonomie des activités qui participent à la construction sociale du commun.

Haut de page

Bibliographie

Aigrain Philippe, Internet & Création. Comment reconnaître les échanges hors-marché sur internet en finançant et rémunérant la création ?, Éditions InLibroVeritas, sous licence Creative Commons BY NC ND 2.0, 2008.

Baronian Laurent, « Le travail mort dans le capitalisme cognitif », European Journal of Economic and Social Systems, 1-2, 2011, p. 45-58.

Benkler Yochai, « Common-Based Strategies and the Problem of the Patents », Science, 305(5687), 2004, p. 1110-1111, http://are.berkeley.edu/courses/EEP24/spring2007/paper/common%20based.htm

Chesnais François, Les dettes illégitimes, Paris, Raisons d’agir, 2011.

Cohen Morris R., « Property and Sovereignty », Cornell Law Quarterly, vol. XIII, 1927, p. 8-30.

Coriat Benjamin, « Communs “fonciers”, communs “informationnels”. Traits communs et différences », presented at ANR PROPICE : Propriété Intellectuelle, Communs et Exclusivité, 2011, http://www.confrontations.org/images/confrontations/Groupes/Ecosoc/BC-PROPICE-Ostraom-Juin-2011-final%20fr.pdf

Cornu Jean-Michel, La monnaie et après. Guide des nouveaux échanges pour le XXIe siècle, Paris, La fabrique des possibles, 2012.

Dardot Pierre et Laval Christian, Marx, Prénom : Karl, Paris, Gallimard, 2012.

De Brunhoff Suzanne, Les rapports d'argent, Paris, PUG/Maspero, 1979.

Devillers Marie-Hélène, « Économie monétaire de production, ajustements et financement », in Barrère Alain (dir.) Keynes aujourd’hui : théories et politiques, Paris, Economica, 1985, p. 573-594.

Ferreira Nathalie, « Crédit et monnaie sociale chez P.J. Proudhon (1809-1865) », Revue de philosophie économique, 1(12), 2011, p. 91-116.

Friot Bernard, L’Enjeu des retraites, Paris, La Dispute, 2010.

Gagnon Marc-André, « Les droits de propriété intellectuelle sont-ils un écueil pour la modernité industrielle ? Le cas des brevets dans l’industrie pharmaceutique », in Boucher Marie-Pierre (dir.), La Propriété et ses multiples, Montréal, Éditions Nota bene, 2011, p. 111-128.

Gorz André, Métamorphoses du travail. Quête de sens, Paris, Galilée, 1988.

Gorz André, Misères du présent. Richesse du possible, Paris, Galilée, 1997.

Gorz André, L’Immatériel, Paris Galilée, 2003.

Graziani Augusto, La Teoria monetaria della produzione, Arezzo, Banca Popolare dell’Etruria e del Lazio, 1994.

Hardin Garrett, « The Tragedy of the Commons », Science, n° 162, 1968, p. 1243-1248.

Hardt Michael et Negri Antonio, CommonWealth, Cambridge (USA), Harvard University Press, 2010.

Harribey Jean-Marie, « Le bien commun est une construction sociale. Apports et limites d’Elinor Ostrom », L’Économie politique, 49, janvier 2011, p. 98-112.

Hess Charlotte et Ostrom Elinor (dir.), Understanding Knowledge as a Common, Boston, The MIT Press, 2007.

Laval Christian, Vergne Francis, Clément Pierre et Dreux Guy, La Nouvelle école capitaliste, Paris, La Découverte, 2011.

Laval Christian, « La nouvelle économie politiques des communs : apports et limites », séminaire Du public au commun, Collège international de philosophie et université Paris 1, 2011, http://dupublicaucommun.blogspot.fr/2011/03/contribution-de-christian-laval.html

Lordon Fréderic, « Pour un système socialisé du crédit », 2009, http://blog.mondediplo.net/2009-01-05-Pour-un-systeme-socialise-du-credit.

Lucarelli Stefano, « The 1973-1978 Workgroup on Money of the Journal “Primo Maggio”. An Example of Pluralist Critique of Political Economy », International Journal of Pluralism and Education Economics, vol. 4, n° 1, 2013, p. 30-50.

Marazzi Christian, E il denaro va, Turin, Bollati Boringhieri, 1998.

Marx Karl, Grundrisse, tome I, Paris, Éditions sociales, 1980.

Marx Karl, Le Capital, livre I (1890), Paris, Messidor/Éditions sociales, 1983.

Monnier Jean-Marie et Vercellone Carlo, « Travail, genre et protection sociale dans la transition vers le capitalisme cognitif », European Journal of Economic and Social Systems, 20(1), 2007, p. 15-35.

Monnier Jean-Marie et Vercellone Carlo, « Travail et protection sociale à l'âge du capitalisme cognitif : la proposition de revenu social garanti », in Dang Ai.-Thu., Outin Jean-Luc et Zajdela Hélène (dir.), Travailler pour être intégré ? Mutations des relations entre emploi et protection sociale, Paris, Éditions CNRS, 2007, p. 199-217.

Negri Antonio, « A proposito di costituzione e capitale finanziario », Séminaire Uninomade, Rome, 26 octobre 2012, http://www.uninomade.org/costituzione-e-capitale-finanziario/

Negri Antonio, Marx au-delà de Marx, Paris, L’Harmattan, 1996.

Negri Antonio et Vercellone Carlo, « Le rapport capital/travail dans le capitalisme cognitif », Multitudes, 32, 2008, p. 39-50.

Ostrom Elinor, Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, http://www.kuhlen.name/MATERIALIEN/eDok/governing_the_commons1.pdf

Realfonso Riccardo, « The Italian Circuitist Approach », in Arestis Philip et Sawyer Malcolm C. (dir.) A Handbook of Alternative Monetary Economics, Cheltenham, Edward Elgar, 2006, p. 105-119.

Robinson Jean et Eatwell John, An Introduction to Modern Economics, Maidenhead, McGraw-Hill, 1973.

Samuelson Paul A. « The Pure Theory of Public Expenditure », The Review of Economics and Statistics, 36(4), 1954, p. 387-389.

Vanderborght Yannick et Van Parijs Philippe, L'Allocation universelle, Paris, La Découverte, 2005.

Vercellone Carlo, « From Formal Subsumption to General Intellect : Elements for a Marxist Reading of the Thesis of Cognitive Capitalism », Historical Materialism, 15(1), 2007, p. 13-36.Image 100002000000000300000003C8C6CECC.png

Vercellone Carlo, « La crise de la dette comme enjeux des luttes », séminaire Du public au commun, Collège international de philosophie et université Paris 1, 2012, http://dupublicaucommun.com/2012/01/contribution-de-la-seance-la-crise-de-la-dette-comme-enjeu-des-luttes/

Haut de page

Notes

1 Cet article a été rédigé dans le cadre du projet européen D-Cent.

2 Ostrom Elinor, Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 ; HESS Charlotte et OSTROM Elinor (dir.), Understanding Knowledge as a Common, Boston, The MIT Press, 2007.

3 Laval Christian, « La nouvelle économie politiques des communs : apports et limites », séminaire Du public au commun, Collège international de philosophie, université Paris 1, mars 2011, http://dupublicaucommun.blogspot.fr/2011/03/contribution-de-christian-laval.html.

4 Pour une présentation très éclairante des travaux d’Ostrom et de Hess sur les communs fonciers et informationnels voir aussi Coriat Benjamin, « Communs “fonciers”, communs “informationnels”. Traits communs et différences », presented at ANR PROPICE, Propriété intellectuelle, communs et exclusivité, 2011, http://www.confrontations.org/images/confrontations/Groupes/Ecosoc/BC-PROPICE-Ostraom-Juin-2011-final%20fr.pdf.

5 Hess Charlotte et Ostrom Elinor, Understanding Knowledge as a Common, op. cit.

6 Sur cette base, la monnaie est considérée comme un bien rival, mais non excluable, auquel peuvent être appliqués les huit principes de gouvernance définis pas Ostrom pour les communs fonciers. Sur ce point, voir plus particulièrement CORNU Jean-Michel, La monnaie et après. Guide des nouveaux échanges pour le XXIe° siècle, Paris, La fabrique des possibles, 2012.

7 HARDT Michael et NEGRI Antonio, CommonWealth, Cambridge (USA), Harvard University Press, 2010.

8 Avec cette expression nous faisons notamment référence à la problématique élaborée dans le cadre du séminaire Du public au commun http://dupublicaucommun.com/presentation-du-projet/.

9 Le contraire est aussi vrai, à savoir qu’aucune valeur d’usage n’échappe en tant que telle à la sphère de la production marchande et du profit, comme le montre l’emprise croissante que le capital exerce sur toute une série de biens publics, comme par exemple la connaissance. Sur cet aspect voir aussi la contribution de HARRIBEY Jean-Marie, « Le bien commun est une construction sociale. Apports et limites d’Elinor Ostrom », L’Économie politique, 49, janvier, 2011, p. 98-112.

10 Voir, sur ce point aussi, DARDOT Pierre et LAVAL Christian, Marx, Prénom : Karl, Paris, Gallimard, 2012.

11 MARX Karl, Le Capital, Livre I (1890), Paris, Messidor/Éditions sociales, 1983, p. 189.

12 LUCARELLI Stefano, « The 1973-1978 Workgroup on Money of the Journal “Primo Maggio”. An Example of Pluralist Critique of Political Economy », International Journal of Pluralism and Education Economics, vol. 4, n° 1, 2013, p 30-50.

13 MARX Karl, Grundrisse, t 1, Paris, Éditions sociales, 1980.

14 MARX Karl, Ibid p. 56-57.

15 MARX Karl, Ibid, p. 91.

16 MARX Karl, Ibid, p. 94.

17 MARX Karl, Ibid, p. 91

18 MARX Karl, Ibid p. 108.

19 La théorie du circuit développe l’approche en termes d’économie monétaire de la production. Sa genèse remonte à Marx et fait de la monnaie le primum movens de la production capitaliste de marchandises. Keynes lui-même, dans les écrits préparatoires à la Théories Générale se réfère en effet explicitement à la distinction marxienne .entre la logique d’une économie marchande simple fondée sur le circuit M-A-M et la logique d’une économie capitaliste fondée, elle, sur la formule générale du capital A-M-A’. Ainsi, comme le rappelle Marie-Hélène Devillers, Keynes affirme dans l’un des rares passages où il cite Marx que, dans une « économie monétaire de la production », le point de vue des entreprises est exprimé par le circuit A-M-A’ (argent-marchandise-argent). Voir Devillers Marie-Hélène, « Économie monétaire de production, ajustements et financement », in Alain Barrère (dir.) Keynes aujourd’hui : théories et politiques, Paris, Economica, 1985, p. 573-594. Le circuit s’ouvre sur une injection de monnaie par les entreprises pour verser des salaires ou acheter des matières premières dans le but de réaliser un profit monétaire, grâce à la vente des marchandises. Il se clôt lorsque la monnaie fait retour aux entreprises, soit par la dépense du revenu en biens de consommation soit en contrepartie de l’investissement. Cette vision, au fondement du principe de la demande effective, connaîtra une importante tentative de systématisation et de formalisation théorique à partir des années soixante-dix avec la formation de la théorie du circuit, qui met notamment l’accent sur le rôle moteur de la monnaie de crédit. Elle se développe sous l’impulsion de deux principaux courants : le premier, davantage d’inspiration keynésienne et post-keynésienne (Schmitt, Parguez, Poulon, Lavoie) ; le second, avec une référence marxiste appuyée (Graziani, Messori, Bellofiore). Pour une mise en perspective historique et théorique de ce dernier courant voir : GRAZIANI Augusto, La teoria monetaria della produzione, Arezzo, Banca Popolare dell’Etruria e del Lazio, 1994 ; REALFONSO Riccardo, « The Italian Circuitist Approach », Arestis Philip et Sawyer Malcolm (dir.) A Handbook of Alternative Monetary Economics, Cheltenham, Edward Elgar, 2006, p. 105-119.

20 MARX Karl, Le Capital, Livre I, op. cit. p. 171.

21 Voir DE BRUNHOFF Suzanne, Les rapports d'argent, Paris, PUG/Maspero, 1979.

22 ROBINSON Jean et EATWELL John, An Introduction to Modern Economics, Maidenhead, McGraw-Hill, 1973, p. 21.

23 Sur ce point COHEN Morris R., « Property and Sovereignty », Cornell Law Quarterly, vol. XIII, 1927, p. 8-30.

24 BENKLER Yochai, « Common-Based Strategies and the problem of the patents », Science, 305(5687), 2004, p. 1110.

25 GORZ André, Métamorphoses du travail. Quête de sens, Galilée, Paris, 1988, p. 75.

26 Voir MONNIER Jean-Marie et VERCELLONE Carlo, «Travail et protection sociale à l'âge du capitalisme cognitive : la proposition de revenu social garanti », in Dang Ai-Thu, Outin Jean-Luc et Zajdela Hélène (dir.), Travailler pour être intégré ? Mutations des relations entre emploi et protection sociale, Paris, Éditions CNRS, 2007, p. 199-217.

27 Pour une caractérisation approfondie du sens de cette catégorie dans la pensée de Marx, voir NEGRI Antonio, Marx au-delà de Marx, Paris, L’Harmattan, 1996 ; BARONIAN Laurent, « Le travail mort dans le capitalisme cognitive », European Journal of Economic and Social Systems, 1-2, 2011, p. 45-58 ; VERCELLONE Carlo, « From Formal Subsumption to General Intellect: Elements for a Marxist Reading of the Thesis of Cognitive Capitalism », Historical Materialism, 15(1), 2007, p. 13-36.

28 NEGRI Antonio et VERCELLONE Carlo, « Le rapport capital/travail dans le capitalisme cognitive », Multitudes, 32, 2008, p. 39-50.

29 CHESNAIS François, Les Dettes illégitimes, Raison d’agir, Paris, 2011, p. 31.

30 NEGRI Antonio, « A proposito di costituzione e capitale finanziario », séminaire Uninomade, Rome, http://www.uninomade.org/costituzione-e-capitale-finanziario, Rome, 26 octobre 2012.

31 Déclinée sous différentes appellations : revenu de base, allocation universelle, revenu d’existence, revenu de citoyenneté, dividende universel, etc.

32 Pour une revue de la littérature sur le sujet voir VANDERBORGHT Yannick et VAN PARIJS Philippe, L'Allocation universelle, La Découverte, Paris, 2005 ; MONNIER Jean-Marie et VERCELLONE Carlo, « Travail et protection sociale à l'âge du capitalisme cognitif  », art cit.

33 Voir, sur ce point, MONNIER Jean-Marie et VERCELLONE Carlo, «Travail et protection sociale à l'âge du capitalisme cognitif : la proposition de revenu social garanti », art. cit.

34 Sur ce point voir aussi GORZ André, Misères du présent. Richesse du possible, Paris, Galilée, 1997, ainsi que GORZ André, L’Immatériel, Paris, Galilée, 2003.

35 Baronian Laurent, « Le travail mort dans le capitalisme cognitif », European Journal of Economic and Social Systems, 1-2, 2011, p. 45-58.

36 AIGRAIN Philippe, Internet & Création. Comment reconnaître les échanges hors-marché sur internet en finançant et rémunérant la creation ?, Éditions InLibroVeritas, Sous licence Creative Commons BY NC ND 2.0, 2008.

37 GORZ André, L’Immatériel, op. cit. p. 101.

38 Pour une revue du débat sur les réformes susceptibles de conduire à une resocialisation de la monnaie voir Chesnais François, Les Dettes illégitimes, op. cit., LORDON Fréderic, « Pour un système socialisé du crédit », 2009, http://blog.mondediplo.net/2009-01-05-Pour-un-systeme-socialise-du-credit ; VERCELLONE Carlo, « La crise de la dette comme enjeux des lutes », séminaire Du public au commun, 2012, http://dupublicaucommun.com/2012/01/contribution-de-la-seance-la-crise-de-la-dette-comme-enjeu-des-luttes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Baronian et Carlo Vercellone, « Monnaie du commun et revenu social garanti », Terrains/Théories [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://teth.revues.org/377 ; DOI : 10.4000/teth.377

Haut de page

Auteurs

Laurent Baronian

Chercheur associé au laboratoire Sophiapol, Université Paris Ouest
laurentbaronian@wanadoo.fr
Laurent Baronian, docteur en sciences économiques, chargé de cours à l'Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, est chercheur associé au laboratoire Sophiapol (Université Paris Ouest). Ses travaux de recherche portent sur l’histoire de la pensée économique et l’analyse de la dynamique du capitalisme contemporain. A notamment publié "Marx and living labour" (Routledge, 2013)

Carlo Vercellone

Centre d’Économie de la Sorbonne, CNRS et Université Paris 1, 106-112, bld de l’Hôpital, 75013 Paris, France,
carlo.vercellone@univ-paris1.fr
Carlo Vercellone est Maître de Conférences en sciences économiques à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre du laboratoire CES CNRS, axe économie et société. Ses principaux travaux portent sur l’économie de la connaissance, le capitalisme cognitif et la thématique du Revenu Social Garanti. Parmi ses dernières publications : « From the Mass Worker to Cognitive Labour: Historical and Theoretical Considerations », in Van der Linden M., Roth K.H. (dir.), Beyond Marx, (Brill, London, 2013); « Capitalisme cognitif et revenu social garanti comme revenu primaire », Caillé A., Fourel C., (dir.), Penser la sortie du capitalisme. Le scénario Gorz, (Le Bord de l'eau, Lormont, 2013)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org