Navigation – Plan du site
Dossier
Entretien

Quand la finance réinvente l’aliénation et la réification

Éric Pineault

Résumé

L’entretien avec Éric Pineault, réalisé à Nanterre le 30 octobre 2012, présente les grandes lignes d’une interprétation de la crise financière et économique actuelle en soulignant les métamorphoses de l’argent que cette crise présuppose et provoque à la fois. L’auteur revient sur les mécanismes fondamentaux de la financiarisation contemporaine du capitalisme. Il indique la manière dont celle-ci induit des modalités originales de l’aliénation et de la réification, autrefois analysées par Marx.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Stéphane Haber : Quel est votre diagnostic sur la crise actuelle ? Peut-on déjà prédire qu’elle aura des conséquences historiques comparables par leur importance à ce qui s’est passé au moment de la Grande Dépression des années 30 ?

Éric Pineault : Il s’agit de la pire récession depuis 1930, mais elle ne s’est pas traduite par des convulsions sociales et des destructions économiques comparables à ce que l’on avait vu au moment de cette Grande Dépression. Certains pays européens vivent très durement la conversion de la crise financière en crise fiscale et budgétaire. Les États-Unis et la Grande-Bretagne connaîtront certainement sur le plan économique une « décennie perdue » analogue à celle qui a affligé le Japon dans les années 1990 après l’éclatement de sa bulle immobilière : faible croissance, faible investissements, chômage élevé et pas d’orientation du développement économique. Au Canada, le legs de la crise sont des années d’austérité et l’érosion de ce qui reste des politiques sociales et économiques « providendialistes » et dirigistes, au nom de l’assainissement de la position fiscale des gouvernements fédéraux et provinciaux. Bref, une radicalisation des politiques néolibérales des vingt dernières années.

S’il est encore trop tôt dans la reprise économique pour savoir où va nous mener cette conjoncture, un premier bilan de cette crise financière, du point de vue d’une analyse critique du capitalisme avancé, est tout de même possible. Évidemment, la crise manifeste des contradictions importantes et inhérentes au régime d’accumulation financière. Ce sont ces dernières qui doivent retenir l’attention de l’analyse critique. Comme plusieurs autres auteurs, je crois que cette crise manifeste la normalisation d’un régime d’instabilité financière – le terme est de l’économiste hétérodoxe Minsky – dans le capitalisme contemporain. Ce qui implique que les crises financières se succèderont et se répéteront, un peu à la lumière des grandes crises commerciales du capitalisme libéral du xixe siècle. Elles sont déjà, depuis une quinzaine d’années (depuis la crise mexicaine de 1994), des aspects typiques de l’accumulation capitaliste. Mais sont-elles, comme le prétendent certains, la manifestation ou le symptôme de mécanismes sous-jacents ou de contradictions plus fondamentales considérées comme typiques du capitalisme avancé ? Tendance à la stagnation du capitalisme monopolistique ? Effet de la baisse tendancielle du taux de profit industriel ? Durcissement de la concurrence manufacturière dans le cadre de la globalisation ? Stagnation de la demande finale dans le cadre de la répression néolibérale du salariat ? Ce sont, pour le moment, des questions ouvertes. Personnellement, je penche cependant pour la dernière explication, combinée à la première : la libéralisation financière a graduellement ré-institué un contexte institutionnel où les tendances stagnationnistes du capitalisme avancé se manifestent, en particulier sous la forme d’un taux d’investissement relativement bas dans les économies les plus matures et les plus financiarisées. Pour le moment, il me semble plus important d’insister sur les trois thèses suivantes concernant ces crises financières. Premièrement, ces crises sont un élément typique et permanent du régime d’accumulation actuel ; elles ne représentent aucunement une dérive, ni un accident et encore moins une perversion pathologique d’une logique d’accumulation autrement jugée saine. Deuxièmement, elles ne semblent pas porter en elles la capacité ou la puissance symbolique pour entraîner l’ensemble de l’économie capitaliste avec elles. Mais elles génèrent des déséquilibres violents et des tensions que les États peuvent, certes, pour le moment mitiger, mais avec évidemment des coûts sociaux énormes. Des coûts qui, malgré de vastes mobilisations de résistance, ne se traduisent pas en contestation politique élargie du capitalisme en tant que tel, même là où ils ont été les plus lourds jusqu’à présent (États-Unis, Royaume-Uni, Irlande, Grèce, Portugal).

Ce ne sont donc pas encore des crises « anticapitalistes » comme le fut la crise de 1929-1939. Elles ne sont pas encore porteuses d’un potentiel de transformation profonde de la société et ne reflètent pas les « contradictions finales immanentes » du capitalisme, comme le souhaiterait une certaine lecture marxiste. Par contre, ces crises manifestent la pression massive de l’accumulation financière sur le processus de reproduction du capitalisme avancé. Cette situation d’hégémonie du capital financier exige que soit pensée et théorisée l’unicité de la nature actuelle de ce capital par rapport aux formes du passé. À cela s’ajoute une répression politique du salariat dans ces mêmes économies, une manifestation de la lutte des classes dans le capitalisme avancé ayant pour enjeu le plein emploi, manifestation largement anticipée par Mikal Kalecki. Le résultat de cette répression – précarisation des conditions d’emploi, éclatement de la journée de travail, extension du temps de travail, érosion des acquis sociaux des salariés et finalement stagnation du salaire réel pour la majorité – a pour effet de fragiliser la demande effective salariale.

Par-delà ce bilan de la portée « anticapitaliste » de la crise de 2007, que pouvons-nous tirer comme enseignements pour une théorie et une pratique critiques ? Que révèle-t-elle sur la nature du capitalisme contemporain ? Car si la crise, comme vous le dites, ne porte pas en elle le potentiel « révolutionnaire » que certains auraient voulu, elle a au moins pour effet de révéler des structures sociales et des rapports sociaux du capitalisme actuel qui, sans elle, seraient restés largement voilés.

La financiarisation du capitalisme avancé renvoie à un ensemble de transformations structurelles de l’économie et de la société par lesquelles la dynamique d’accumulation financière s’impose comme régulation capitaliste hégémonique. Cette dynamique d’accumulation s’incarne dans un système d’acteurs, d’actifs, d’institutions et de pratiques que l’on peut regrouper sous la catégorie d’une logique d’un « nouveau capital financier ». Celui-ci se démarque de ses formes antérieures, thématisées par exemple dans la tradition marxiste par les travaux de Rudolf Hilferding, par deux caractéristiques centrales. Premièrement, ce capital prend une forme essentiellement liquide et son procès d’accumulation consiste en une reproduction élargie de cette liquidité financière ; deuxièmement, les relations sociales liées à l’accumulation financière se sont massifiées et arrimées au développement du salariat dans le capitalisme avancé. Pensons d’un côté à l’organisation de l’épargne de masse par les divers types de fonds qui se sont développés au xxe siècle, en particulier l’épargne salarial qui est convertie en capital financier par les fonds de retraite et de pension. Pensons, de l’autre côté, à l’offre de crédit à la consommation aux salariés qui s’est non seulement standardisée, mais dont le volume a littéralement explosé. Dans les deux cas, épargne et endettement, le capital financier liquide a assis son développement sur le salariat.

À cela, on pourrait ajouter une troisième caractéristique, qui me semble centrale, et qui concerne les rapports entre « finance et économie réelle ou industrie ». Ces rapports de subsomption réelle renvoient aux mécanismes par lesquels l’économie réelle ou l’industrie est amenée à générer de la « valeur » pour la finance liquide et massifiée. Et la crise de 2007 s’est déployée à partir d’un effondrement dans la valeur d’actifs financiers qui, justement, étaient fondés sur une telle subsomption, en l’occurrence sur le processus de titrisation de créances des ménages nord-américains et anglais. C’est par la titrisation que les fameuses hypothèques subprime américaines ont été lancées sur les marchés financiers globalisés et se sont retrouvés dans les bilans d’entités aussi disparates que les grandes banques européennes, les fonds de pensions nord-américains comme la Caisse de dépôt et placement du Québec et dans la trésorerie de grandes entreprises manufacturières. Comme l’affirme André Orléan, « la titrisation constitue une étape décisive du processus visant à promouvoir la liquidité financière » ; elle « s’analyse comme la dernière étape en date d’une transformation en profondeur des systèmes financiers qui a commencé à la fin des années 1970 » et qui participe à l’émergence du capitalisme financiarisé. La titrisation devient ainsi un objet d’analyse à sois seule.

La titrisation est une technique financière dont la finalité est de transformer ou de dériver comme nous le verrons plus loin, des instruments financiers à partir des relations financières entre débiteurs et créanciers en générant des titres qui correspondent à la dette ainsi créée. Aux États-Unis on a nommé le système de la titrisation le secteur du « shadow banking ». Selon les calculs de la réserve fédérale de New York, celui-ci s’est affirmé comme secteur dominant du système financier américain à partir des années 1990. Shadow banking parce que ce secteur, bien qu’il soit un pourvoyeur important de crédit dans l’économie, bien qu’il soit un générateur important de placements, et donc qu’il englobe les fonctions bancaires clés, ne fait pas l’objet d’une réglementation unifiée et stricte comme les banques commerciales. Sa structure comme ses opérations sont marqués par une certaine opacité. Le shadow banking n’est pas un système propre au capitalisme américain. Ce secteur est aussi très développé au Canada, ainsi que dans d’autres économies capitalistes avancées. Ses circuits et ses structures se sont véritablement mondialisés pendant les années 1990.

Comment peut-on décrire, alors, la spécificité de ce capital financier ?

Dans la tradition de la critique de l’économie politique, il s’analyse dans sa différence spécifique avec le procès d’accumulation capitaliste en général. Karl Marx a compris ce procès par le biais d’une formule qui résume la structure des rapports sociaux d’accumulation sous la forme d’un circuit simple, soit Argent-Marchandise-Argent’ que traduit la figure  A-M-A’ dans laquelle le « prime » signifie que la somme d’argent à la fin du circuit est plus important que la somme initiale, il y a donc accumulation de « survaleur ». Cette formule s’oppose à la circulation marchande simple M-A-M. Pour cela, il existe d’excellentes analyses économiques, tant conventionnelles, comme l’analyse de la réserve fédérale de New York, que critiques, comme celle que propose André Orléan, où l’argent A sert d’intermédiaire entre deux marchandises en échange et où la valeur en circulation demeure constante. Dans le circuit A-M-A’, la marchandise sert de médiation à l’accroissement de la valeur de l’argent, et c’est ainsi que l’argent se transforme en capital. Marx prend pour modèle du procès d’accumulation le secteur industriel : il aurait pu prendre le secteur agricole. Dès lors, il faut comprendre le M ici comme l’ensemble des marchandises mobilisées et nécessaires au procès de production capitaliste, y compris la force de travail. Inutile de rappeler que cette dernière constitue, dans ce lot de marchandises, une entité particulière parce qu’elle seule est génératrice de valeur et donc source de la survaleur que cherche le capitaliste. Avant de procéder à la comparaison des deux modes d’accumulation, je tiens à préciser comment je comprends l’accumulation capitaliste en général en revenant sur la définition des termes mobilisés dans cette formule A-M-A’.

On peut définir le capitalisme par la relation sociale de propriété qu’il engendre, par la structure de classe qu’il reproduit, par ses effets corrosifs sur le lien social, mais celui-ci s’unifie comme système social et comme économie à partir du moment où la production du capital et sa reproduction élargie deviennent la finalité et le point de départ des rapports de production. Rapports qui eux-mêmes s’autonomisent et s’abstraient, s’épurent du tissu de rapports sociaux qui les encastraient dans ce que nous pouvons nommer, avec Karl Polanyi, le procès économique de la société. Dans ce mouvement apparaît, d’un côté, la marchandise, à titre de mode d’être des objets économiques, et, de l’autre côté, le travail, à titre de mode d’être de l’activité subjective – les deux étant tenus ensemble par la médiation centrale de la valeur, catégorie objective, centrale et fondatrice de l’économie capitaliste, qui se matérialise sous la forme argent. Le capital, ce en quoi se transforme l’argent par la médiation du travail abstrait qui produit des marchandises, est alors valeur qui se valorise dans un processus économique d’accumulation sans limites et sans fin. Dans cette tradition critique, l’argent apparaît comme la forme polaire de la marchandise lorsqu’il s’agit d’étudier la circulation marchande. La valeur d’échange de la marchandise est délimitée par sa valeur d’usage, tandis que, dans la forme argent de la valeur, l’usage est indéterminé. Ensuite, l’usage de la chose-marchandise consomme sa valeur, tandis que l’usage de l’argent reproduit la valeur. L’enchaînement M-A (marchandise-argent) dans le cadre de la transaction d’achat et de vente propre à la circulation conserve ainsi la valeur tout en lui imposant un changement constant de forme. L’argent est ainsi, en quelque sorte, l’envers de la marchandise. C’est pourquoi, dans certaines traditions marxistes, ainsi que chez Georg Simmel et John Maynard Keynes, il est pensé au travers du concept de contrainte monétaire, comme l’unique droit sur la richesse sociale qui s’exprime en valeur d’échange. La contrainte monétaire signifie que seul l’argent peut s’échanger dans la circulation marchande contre une marchandise et donc que l’accès aux marchandises est monopolisé par la médiation monétaire.

Cette propriété de l’argent, qui précède le capitalisme et s’est développé indépendamment de lui, lui permet de devenir droit non seulement sur la richesse sociale, mais aussi droit sur un autrui généralisé, sur son travail et sur sa force de travail. Avec Jean Cartelier, il importe de souligner la spécificité du rapport de soumission monétaire par rapport aux autres formes de soumission et d’exploitation. La soumission tributaire par exemple, typique des royaumes et empires de l’antiquité, est une soumission de la communauté comme totalité à un ordre guerrier et religieux dans le cadre d’un rapport de domination politique. À côté de cette forme existait la soumission esclavagiste qui se présentait comme un rapport de domination personnalisé. Au Moyen Âge, cette soumission tributaire, avec l’influence de la chrétienté, fusionna avec le rapport de soumission esclavagiste, prenant du premier le caractère limité des prestations et du second le caractère personnel du rapport de domination. Le rapport de soumission monétaire, quant à lui, est impersonnel et limité. Cette propriété de l’argent a été bien explorée par Simmel qui en a fait l’essence même de la médiation monétaire, ce qui déplace, dans son œuvre, la théorie critique d’une analyse de l’exploitation vers une analyse de la rationalité instrumentale. C’est ainsi qu’il définit l’argent comme « assignation sur la société ». Et il ajoute que toute obligation particulière au moyen de l’argent signifie précisément que désormais la communauté dans son ensemble va assumer cet engagement vis-à-vis de l’ayant droit. La monnaie inverse, en quelque sorte, les termes du rapport tributaire.

Le circuit du procès de production capitaliste permet de saisir quelques propriétés des rapports d’accumulation. Ici, j’en retiendrai deux, qui sont essentielles pour comprendre la différence spécifique du capital financier par rapport au capital productif. Dans le circuit classique du capital A-M-A’, il y a accumulation dans la mesure où l’argent initial est dépensée et où la valeur se transforme en procès de travail, c’est-à-dire en éléments physiques nécessaires à la production, ainsi qu’en force de travail mobilisée et organisée, et donc par extension en biens de subsistance nécessaires à la reproduction de la force de travail. Pour présenter ce procès dans le livre II du Capital, Marx utilise une variante « développée » du circuit qui se présente comme suit : A-M...P-P...M’-A. Les points dans la formule signalent que le procès sort du marché et entre dans l’espace de l’organisation de la production capitaliste. Ces deux espaces sont, en termes de structure sociale, radicalement différents pour Marx. Celui du marché est fondé sur le principe normatif de la « société civile », où égalité et liberté contractuelle prédominent, alors que celui de la production est fondé sur le rapport de domination des choses (y compris la force de travail achetée) inhérent à l’institution de la propriété moderne et caractérisé par le contrôle, la domination et l’exploitation. D’où le hiatus. Car il existe un moment, qui se situe hors du marché, où, la valeur existant sous une forme radicalement contraire en tant que valeur d’usage productive et travail vivant, devient source de survaleur ; ce qui se déroule dans le marché est, du point de vue de l’accumulation, stérile.

Comment intégrer, dans cette conception, la spécificité du travail productif ? Et comment le capital financier, finalement, se rapporte-t-il à ce dernier dans il s’éloigne pourtant décisivement ?

Pour que l’argent du capitaliste puisse devenir capital, celui-ci doit, par l’acte de dépense et puis d’organisation, se métamorphoser réellement en travail, source unique de survaleur. Cette métamorphose de l’argent en travail productif constitue en fait un moment de détermination du capital par le travail, dans le sens où la production et la grandeur de la survaleur reposent sur l’exploitation du travail, et plus précisément, dirait Marx, sur le taux d’exploitation et les formes d’exploitation (qui est finalisée par la recherche de survaleur absolue et relative). La première propriété du capital productif est donc cette contrainte à la métamorphose de l’argent en travail par la dépense capitaliste. Cela implique que le processus d’accumulation industrielle est déterminé dans son intensité et sa grandeur par son rapport au travail. La deuxième propriété de ce processus est sa « directionnalité ». L’argent ayant fait le saut dans le corps de marchandises (moyen de production des uns, moyens de subsistance des autres), la valeur, s’étant métamorphosée, doit passer par le processus de production pour redevenir argent et se transformer effectivement en capital. Le circuit d’accumulation est un processus relativement irréversible. Le processus de production est pris dans une temporalité linéaire, marquée, certes, par l’anticipation, mais déterminée essentiellement par un passé qui s’alourdit avec le développement capitaliste, alors que la part de capital fixe augmente par rapport au capital variable et circulant.

Le capital financier se distingue conceptuellement du capital productif en général et du capital industriel en particulier dans son rapport à ces deux propriétés : détermination et irréversibilité. Marx nous présente un « circuit » du capital financier qu’il décrit lui-même comme une forme irrationnelle, un pur fétiche, soit la forme A-A’, de l’argent qui engendre immédiatement de l’argent en surplus. Cette figure A-A’ se caractérise par l’absence apparente de médiation du processus d’accumulation financier. En effet, le moment « M » du circuit est absent et l’argent s’autovalorise comme capital uniquement en se rapportant à lui-même. Conceptuellement, nous sommes devant une figure de l’autoréférentialité, puisque le processus repose uniquement sur le rapport de l’argent à lui-même, sans référence à une quelconque extériorité. La forme A-A’ échappe donc à la contrainte de métamorphose de l’argent en éléments du processus de travail. La dépense initiale qui voit l’argent du capitaliste se figer en machines, en outils, en matériaux et s’éparpiller dans les mille achats de consommation de ses salariés, ne se fait pas. La valeur garde en apparence sa forme liquide et en tant que capital financier, l’argent, en apparence, préside lui-même à la régulation de son propre accroissement quantitatif. Indétermination du capital par le travail et réversibilité caractérisent ainsi le processus de valorisation du capital financier.

Le secret de la forme A-A’ réside en fait dans la nature de la forme A, argent. C’est d’elle que sont dérivées les propriétés d’indétermination et de réversibilité. L’institution monétaire, que Marx et la tradition marxiste ont largement sous-théorisée (ici, il faut se tourner vers Georg Simmel et John Maynard Keynes, ou plus proche de nous, Geoffrey Ingham), est le fondement ultime de toute liquidité dans l’économie. La liquidité financière, dont l’indétermination et la réversibilité sont les manifestations, repose sur la réification de la liquidité monétaire, dans son potentiel, dirait Marx, d’être transformé en capital. Les propriétés du capital financier sont, dès lors, pour Marx, des propriétés relatives, dans le sens où, en lui-même, le capital financier est incapable de générer de la survaleur. Il la capte uniquement en se liant à un autre processus d’accumulation. C’est pourquoi la forme A-A’ est souvent présentée comme arrimée à la forme classique du capital productif, ce qui nous donne un circuit de type A...A-M-A...A’, où la figure A-A’ englobe et enserre ce procès de part et d’autre comme capital de prêt rapportant un intérêt. Mais sur le plan de l’idéologie économique, le circuit A-A’ dans sa forme condensée représente le rendement « naturel » de l’argent sous la forme d’intérêt en tant que capital, par delà toute pratique productive.

C’est ce qui amène Marx à penser le capital financier A-A’ à l’intérieur de la problématique philosophique de l’aliénation. Agissant comme si son argent comme capital générait automatiquement une survaleur, le capitaliste s’aliène au caractère fétiche du capital financier. Croyant que c’est la nature même de ce capital A-A’ que d’avoir les propriétés de valorisation sans détermination et de réversibilité, le capitaliste par sa pratique économique va en fait générer les dispositifs institutionnels et les relations économiques qui maintiennent ces propriétés fétiches, par la façon dont sont structurés les contrats de prêt ou les mécanismes d’escompte, mais surtout par la conversion des relations de financement en titres, c’est-à-dire en une nouvelle forme de marchandises. Une relation d’obligation financière basée sur un prêt d’argent en tant que capital financier s’accomplit, c’est-à-dire que l’apparence d’indétermination par rapport au travail et l’apparence de réversibilité se radicalise en principes institués de la sphère de production et de circulation de ces titres.

En effet, dans le cas d’un capital de prêt classique, ce sont des dispositifs juridiques qui garantissent le droit « au rendement » par intérêt et qui, de plus, oblige le débiteur à rembourser le créancier en argent liquide plutôt que sous d’autres formes de valeur équivalente (marchandises ou travail). Le droit des obligations et le contrat de prêt produisent l’indétermination et la réversibilité du capital A-A’ par rapport au procès du capital productif auquel il est arrimé soit directement ou indirectement. Au cas où cette relation se condense dans un titre, ce n’est plus tant le droit que le « marché » en tant qu’espace de circulation financière qui confère indétermination et réversibilité au capital financier par des processus largement auto-référentiels (voir infra). La circulation financière du titre va lui donner l’apparence d’une valeur intrinsèque dans le marché par delà la relation d’obligation sur lequel il repose. Ensuite cette même circulation, dans la mesure où elle est centralisée par une bourse qui standardise les échanges et leur donne un caractère routinier, donnera au titre une apparence de liquidité, c’est-à-dire qu’à tout moment il sera en théorie possible d’échanger le titre pour de l’argent sans perte de capital ni du rendement anticipé, pour reprendre une définition de la liquidité chez John Hicks. Indétermination et réversibilité sont non seulement institutionnalisées par la structure de circulation financière, mais, de plus, ces deux principes entrent dans la composition du prix du titre par delà sa valeur nominale. C’est-à-dire que la certitude du rendement anticipé et la profondeur du marché d’un titre détermine sa valeur nominale. Or, ces deux propriétés sont générées de l’intérieur même du marché financier. D’où l’autoréférentialité de la figure A-A’. Le capital financier a été compris par Marx comme accomplissement du processus d’aliénation et de fétichisme du capitalisme. Nous sommes bien devant un procès d’accumulation ayant poussé le processus de réification capitaliste des rapports sociaux à leur terme, c’est-à-dire qu’ici ces rapports génèrent des titres sur eux-mêmes, qui, comme « choses », circulent, telles des marchandises. Leur processus de circulation, qui ici est aussi un processus de valorisation, a pour effet de voiler ce fondement de la valeur du titre sur la chosification d’une relation sociale d’endettement ou de financement. Dans les moments de crise financière, ce sont justement ces relations contradictoires qui apparaissent au travers des choses et détruisent le fondement de leur valeur fétiche, soit parce que soudainement la valeur du capital financier est réellement déterminée par ses relations sous-jacentes avec la sphère productive, soit parce que la liquidité des marchés s’assèche et que le placement apparaît soudainement comme un investissement irréversible.

Visiblement, c’est le phénomène de la titrisation qui forme le centre de ces processus. Comment l’analysez-vous ?

Dans l’histoire du capitalisme, les relations de financement entre créanciers et débiteurs qui ont donné naissance à un actif liquide, capable de circuler dans les marchés financiers, furent des financements par émission d’obligations. Or, seules les institutions publiques (États et organes administratifs), ainsi que les organisations privées (corporations, sociétés par actions), ont pu émettre de tels titres ; les ménages en ont toujours été exclus. Le propre de la titrisation est de produire des actifs liquides à partir des créances des ménages et ensuite de les combiner avec des titres plus classiques dans de nouveaux produits financiers. Il en résulte la croissance exponentielle du volume de la circulation financière qui a précédé la crise de 2007-2008. De la relation de crédit d’un ménage (hypothèque, carte de crédit, prêt divers) naît certes un actif pour une banque, soit la dette ; mais avant la titrisation, celle-ci n’était justement pas liquide et elle ne pouvait entrer dans l’espace de la circulation financière. La fonction de la titrisation est donc de faire entrer dans l’espace de la circulation financière ces dettes qui résultent du financement bancaire des particuliers et aussi des entreprises. Du point de vue de la théorie financière, on considère la titrisation essentiellement comme une technique par laquelle une banque ou une autre institution financière allège son bilan (ce qui lui permet en théorie de prêter plus) et transfert au marché une partie des risques liés à ces activités de prêt. Historiquement, il faut constater que la titrisation s’est développée au moment où le crédit bancaire offert aux salariés connaissait une expansion inédite, sur le plan quantitatif et sur le plan qualitatif, c’est-à-dire quant aux usages du crédit par les salariés dans les économies capitalistes avancées les plus libérales (essentiellement le Royaume-Uni, les États-Unis, le Canada et l’Australie). Là, les différentes institutions financières se faisaient concurrence sur le marché de l’endettement et rivalisaient d’agressivité dans la présentation des « produits de crédit » offerts aux ménages.

L’hypothèque subprime apparaît dans ce contexte comme un segment de marché parmi d’autres. Cartes de crédit tout usage, marge de crédit, prêt automobile, prêt pour acquisition de biens domestiques durables, prêt pour investissement retraite, marge de crédit hypothécaire, prêt pour études, pour voyage, pour rénovation, pour mariage..., les créneaux du quotidien qu’investit la finance se déplient à l’infini. Cette expansion soudaine du crédit bancaire offert aux ménages a justement pour contrepartie le mouvement de titrisation des créances bancaires et la croissance du secteur du « shadow banking » dont j’ai déjà parlé. La titrisation signifie, de ce point de vue, deux choses. Premièrement, elle renvoie à une transformation de la nature même de la relation financière entre créancier et débiteur, et, de cette relation sociale d’obligation, on dérive une « marchandise financière » ; ensuite, celle-ci soutient une nouvelle dynamique d’expansion des relations financières entre salariés et acteurs de la finance bancaire dans le cadre de la financiarisation.

Examinons ces processus à l’aide des outils conceptuels dégagés précédemment. Pour qu’une relation d’obligation financière devienne un actif liquide, il doit y avoir un processus social par lequel la créance devient une marchandise et existe pour autrui en tant que telle plutôt qu’enfermée dans une relation privée. Nous avons vu qu’on peut comprendre ce processus de valorisation financière comme une réification de la relation sociale par laquelle l’actif acquiert la propriété d’indétermination par rapport au processus d’accumulation productif, ainsi que la propriété de réversibilité. Dans les sociétés modernes, la première façon par laquelle les créances qui résultent d’une relation d’obligation financière peuvent exister pour autrui, acquérir une existence sociale, se trouve dans l’espace de la régulation juridique des conflits entre créanciers et débiteurs. Mais là, ils n’ont ni la propriété d’indétermination, ni celle de réversibilité. La dette qui résulte d’une relation entre créancier et débiteur existe pour autrui en général et non plus seulement subjectivement pour les sujets de la relation, mais, objectivement, pour la société, par le biais de cette régulation juridique virtuelle de leur relation, régulation qui délimite les formes légitimes des relations d’endettement, ainsi que des sanctions possibles, soustrayant celles-ci à l’arbitraire des relations de pouvoir entre créancier et débiteur. Cela fait de l’obligation financière une institution centrale au capitalisme moderne et contemporain ; il s’agit d’un rapport social typique de son fonctionnement.

Mais la titrisation met en œuvre une autre modalité de socialisation des créances résultant du rapport d’obligation financière, une socialisation essentiellement marchande et capitaliste. Il faut suivre la chaine de production de la titrisation afin d’identifier les déterminations propres à ce processus, c’est-à-dire les dispositifs institutionnels et organisationnels générés par le capital financier contemporain pour produire un capital A-A’ capable de circuler comme marchandise. Le chemin que nous allons prendre passe par les moments formels suivants : massification des créances, abstraction, virtualisation, circulation.

Prenons ces caractères les uns après les autres. Qu’appelez-vous massification, tout d’abord ?

C’est très simple. Les dettes des ménages qui sont titrisées sont, dans un premier temps, massifiées : ce n’est pas telle créance particulière qui renvoie à telle relation spécifique entre créancier et débiteur qui sera titrisée. Au contraire, un portefeuille de créances d’une institution financière (banque ou quasi-banque) est envoyé pour titrisation comme un « tout ». Envoyé où ? Essentiellement, transféré à une entité juridique spécialisée qui les accumule en une masse (pooling en anglais). L’entité en question peut soit être une simple fiducie appartenant à la banque qui lui transfère ses créances pour fin de titrisation, ou elle peut être une entreprise financière spécialisée qui achète auprès de divers fournisseurs des portefeuilles de créances. Dans les deux cas, ce premier moment de circulation financière de la dette prépare la métamorphose de la relation en titre. C’est en fait au sein de cette masse de créance que s’opère ce processus. Déjà, la massification des créances conduit à leur dépersonnalisation, les débiteurs n’ont pas de relation en tant que tel avec l’entité qui détient en droit sur leur dette. Le possesseur du droit sur la créance ne peut pas remonter de celui-ci au bilan particulier du débiteur, à son historique de revenus et de paiements, à ses actifs et passifs, dont la seule trace est dès lors la cote de crédit assignée à cette classe de créance. Élément d’une masse, les déterminations de chaque créance se réduisent à quelques caractéristiques informationnelles standardisées, type de prêt, cote de crédit (risque), montant, rendement (intérêt), échéance, devises. La créance se rapporte, dès lors, uniquement dans sa différence spécifique avec d’autres créances et cette différence sert de principe de classification des masses.

Vous parliez d’un second caractère de ce processus de titrisation : l’abstraction ?

Oui. En fait, la réification est le résultat des premières étapes du processus social de valorisation financière par lequel la dette acquiert une valeur en tant que titre en circulation. La dette est maintenant une chose (non pas seulement en tant qu’objet de droit, mais essentiellement en tant qu’objet de valeur). C’est dans un espace d’abstraction que le processus de dérivation et de détachement de la créance vis-à-vis de la relation sociale de crédit peut s’opérer, dans le cadre du processus de valorisation financière. Élément d’une masse, la créance sera dès lors décomposée en particules abstraites : le risque, le rendement, l’échéance, la division du flux de paiement en remboursement du capital et paiement de l’intérêt et même la devise dans laquelle a été négocié le contrat de prêt. Chacune de ces particules correspond à une des propriétés informationnelles de la dette, mais aucune n’existe en elle-même. La dérivation de certaines particules va de soi, par exemple les flux de paiement d’intérêt ou le remboursement du capital, alors que d’autres devront être extraites par le biais de la production de produits dérivés (les fameux credit default swaps : CDS). Or, chaque particule, les propriétés sociales et économiques réifiées de la créance, formera la base de la valeur des titres dérivés de la masse de dettes. Cette valeur peut-être dite spéculative parce qu’elle repose essentiellement sur le rapport de grandeur relative entre chaque particule et un équivalent spécifique pris comme étalon essentiellement à travers un processus d’anticipation. Par exemple, entre le taux d’intérêt de la créance et l’anticipation du taux directeur de la banque centrale dans laquelle est monnayée la dette, entre la valeur nominale de la créance et le taux de faillites ou d’impayés anticipé, entre la valeur monétaire globale de la créance et le taux de change anticipé. Ce processus informationnel de mise en rapport spéculatif assigne ainsi une valeur financière à chaque particule.

Troisième caractère, donc : la virtualisation…

Je m’explique. Ces particules informationnelles valorisées sont ensuite recombinées à l’aide d’outils mathématiques, afin de générer un ensemble de titres dit « structurés » ou « synthétiques » qui se rapportent à la masse de créance de manière différenciée. Par le jeu des combinaisons, on aura modifié trois caractéristiques clés de la masse de créance, soit le risque, l’échéance et finalement sa liquidité. Souvent ces critères sont taillés sur mesure en fonction des besoins de demandeurs de titres, trésorerie d’entreprises, fonds de pensions, fonds mutuels et fonds monétaires. Avant d’être lancé en circulation, ces titres feront l’objet d’une évaluation, étape décisive du processus de valorisation. Chaque titre doit en effet recevoir d’une entité tiers par rapport au trio créancier. Dans le langage financier anglophone, on parle à cette étape de « blending ».

Ensuite, la relation débiteur/titriseur se voit attribuée une notation ou « cote » qui représente le risque spécifique non plus d’une créance, mais le risque assigné à la masse de particules à partir desquelles a été construit le titre. Par delà la mécanique de l’évaluation (et souvent les titres ont été construits à partir de modèles fabriqués par les mêmes agences de notations qui seront responsables de leur évaluation), il importe de souligner le rôle symbolique de légitimation monopolisé par les agences de notation. Elles ont, en effet, pour fonction de marquer le titre afin que celui-ci puisse circuler parmi la communauté financière, cette marque confirmant pour la communauté la liquidité du titre en question.

Finalement, toujours pour suivre les schémas marxiens que vous avez mentionnés, ces titres reviennent à la sphère de la circulation.

En effet. La dernière étape du procès de valorisation financière du titre est son entrée dans la sphère de circulation du marché des actifs financiers. Comme toute marchandise l’actif en question recevra un prix distinct mais proche de sa valeur nominale, prix qui renvoie au processus autoréférentiel d’attribution de valeur en circulation propre au marché financier (Orléan), où la valeur dite « fondamentale », celle qui formellement correspond à l’acte spéculatif de formation du titre à partir des particules de dettes massifiées, fait elle-même l’objet d’un processus d’évaluation spéculatif au côté d’autres facteurs pris en compte par le marché. J’appelle ce moment « circulation financière finale », car, en fait, tout le long de la production du titre, il y a eu une circulation financière correspondant à chaque étape du processus. Ainsi, l’entité juridique qui accumule des portefeuilles de créances et les massifie, finance cette activité en émettant des titres courts ou longs garantis par ces mêmes actifs qu’elle cherche à acheter, le travail d’abstraction, qui peut-être fait par cette même entité ou une entreprise financière spécialisée est lui aussi financé par l’émission de papier commercial (les fameux PCAA) ou par des prêts bancaires, avec un processus semblable pour l’étape de la virtualisation. Quand le titre ultime est lancé en circulation, l’ensemble de ces créances antérieures est annulé au profit de ces nouveaux titres, dont l’achat peut lui-même faire l’objet d’un financement bancaire par ligne de crédit. De surcroît, l’ensemble des acteurs de la chaîne de production de titres a négocié des lignes de crédit d’urgence avec leurs banques en cas de problème de refinancement de leurs activités et positions dans le marché.

Les banques traditionnelles sont ainsi au cœur du processus de titrisation de leurs propres créances. Chaque étape donne lieu aussi à la production de produits dérivés de type assurantiel censés protéger le procès d’un ensemble de risques, dont en particulier le risque de défaut de paiement, mais aussi le risque de choc de taux d’intérêt, le risque de taux de change, etc. Vendu par des assureurs spécialisés publics, il donne lieu à une circulation financière qui se déroule sur un autre plan, mais qui reste liée au même processus. Finalement, compte tenu de la nature auto-référentielle du procès de valorisation financière, il est possible et fréquent que les titres ultimes soient en fait réintégrés dans la chaîne de titrisation à titre d’éléments de base d’une nouvelle masse à côté d’autres créances. C’est ce qu’on appelle la titrisation au carré. Ce n’est plus, dès lors, les propriétés sociales et économiques des créances issues des relations sociales d’endettement qui sont réifiées en éléments de valeur recombinables ; ce sont maintenant les propriétés de ces recombinaisons virtuelles qui constituent la matière valorisable. La circulation financière finale implique ultimement le placement du titre dans un portefeuille d’investissement financier, sur la base d’une croyance dans sa valeur intrinsèque et sa liquidité. Les fonds de placement, sous toutes leurs formes, jouent un rôle clé dans la structuration de cette circulation à titre d’acheteurs de ces produits réifiés. Il est donc possible et très probable qu’un même salarié soit d’un côté à l’origine d’une créance titrisée – par exemple sa marge de crédit hypothécaire, à l’image des Home equity loans qui furent au cœur de la crise de 2007 – et, de l’autre côté, investisseur par le biais d’une part de fond commun de placement – les REER – dans un portefeuille de titres comportant une particule tirée de sa propre dette et de dettes analogues. Entre les deux se dresse un vaste ensemble organisationnel dont l’instabilité, comme nous l’a montré la crise au États-Unis, peut détruire la valeur de l’épargne des particuliers, d’un côté, et peut les faire chasser de leur maison ou de leur appartement, de l’autre. Or, que l’on observe le système du point de vue de l’épargne ou de l’endettement, on réalise que celui-ci repose in fine sur le flux de revenu réel qu’est le salaire du travailleur. C’est celui-ci qui valide l’engagement donnant une valeur au prêt initial, et c’est celui-ci qui, épargné, est absorbé sous la forme de placement et sert à l’achat des titres par le fonds, c’est-à-dire par ce financement final qui valide toute la chaîne de production. Ce système n’est donc pas déconnecté du procès d’accumulation de l’économie productive, il en dépend et se développe en le ponctionnant.

Maintenant que nous avons une image globale du procès de valorisation financière des créances titrisés, quels enseignements se dégagent pour une compréhension critique du nouveau capital financier en général ?

Nous sommes partis de la figure A-A’ telle qu’on peut la penser comme processus d’accumulation à partir des analyses que nous propose Marx dans le livre III du Capital, et la dernière section du livre III des Théories sur la plus-value. De ce point de vue, le procès d’accumulation financière se caractérise par son indétermination et sa réversibilité. Ces propriétés renvoient au fétichisme spécifique de ce procès d’accumulation vis-à-vis du procès d’accumulation du capital productif. Le fétichisme du capital financier se radicalise quand celui-ci se condense en un titre en circulation, c’est-à-dire quand la relation entre le créancier et le débiteur fait l’objet d’une réification. Et c’est exactement ce que se passe dans le cas de la titrisation où l’ensemble des dispositifs organisationnels de ce système servent à générer les structures sociales capables d’engendrer un processus qui se caractérise par son indétermination et sa réversibilité. L’existence de ces propriétés, dans le cas de la titrisation, sont en fait les conditions de développement et même d’existence de ce type d’actif. Et, d’ailleurs le tout début de la crise financière de 2007 a été marqué par la disparition de ces conditions, c’est-à-dire par une suspension de la croyance dans leur indétermination et réversibilité. Tout à coup, apparaissent des relations sociales bien réelles et déterminées entre créanciers (bancaires et non-bancaires) et ménages non-solvables derrière les titres ; tout à coup, le papier placé à très court terme sur le marché monétaire ne se refinance plus et le placement n’est plus réversible. Je propose de réunir sous le concept de « liquidité financière » ces déterminations essentielles du capital financier contemporain. C’est ce qui le distingue du capital financier théorisé par les auteurs marxistes du début du xxe siècle. En effet, à cette époque, celui-ci apparaissait comme un instrument de concentration et de centralisation du capital entre les mains des grandes banques, un instrument par lequel elles prenaient graduellement contrôle du capital productif dans ce qui était appelé à l’époque la « fusion du capital bancaire et du capital industriel ».

Avec la liquidité financière, nous sommes devant un autre phénomène et une autre dynamique sociale et historique. Le propre de ce nouveau capital financier n’est plus uniquement d’étendre son contrôle sur l’industrie par le biais des relations de financement ou l’achat d’actions. Sa logique vise plutôt à rendre « liquide » le capital, à générer des actifs liquides à partir de réalités économiques qui ne le sont pas. S’il y a toujours une dynamique de centralisation et de concentration à l’œuvre, celle-ci passe par la mise en circulation du capital financier dans des marchés organisés (les bourses) et circuits privés (marchés de gré à gré). Le paradigme de la liquidité financière permet, de plus, grâce aux travaux d’André Orléan, de souligner la dépendance du mode de valorisation et d’accumulation sur les processus sociaux de types autoréférentiels qui prévalent dans ces espaces.

Il nous reste à comprendre la dynamique d’accumulation du capital financier comme processus de reproduction élargie de la liquidité financière. Au premier regard, ce qui frappe dans l’analyse des différents actifs qui correspondent empiriquement au nouveau capital financier, en particulier les actifs titrisés, c’est la rapidité de l’expansion et de la contraction du volume de leur valeur lors des crises ou périodes d’euphorie. Sur une période de plusieurs décennies, on remarque plutôt une croissance constante, certes avec des variations d’intensité, de ce volume en termes absolus et relatifs (par rapport au PIB par exemple). La même chose vaut pour l’ensemble des actifs dit dérivés : options, futures et swaps en tout genre. En fait, tout porte à croire que le rapport entre dérivé ou titre et relation économique sous-jacente s’est, en quelque sorte, inversé. Pour prendre l’exemple de la titrisation du crédit à la consommation ou hypothécaire, ce serait l’expansion de la capacité de générer et de placer des titres se rapportant au crédit des ménages qui régulerait l’expansion de ce crédit. Et la crise de 2007-2010, loin d’ébranler ce mode de reproduction élargie du capital financier, a en fait consacré sa normalisation. Une normalisation essentiellement assurée par l’État, via des politiques de prise en pension par les banques centrales ou par le biais de sociétés financières publiques qui se portèrent acquéreur des titres dont la demande privée était ébranlée par la crise.

En fait, le processus de normalisation de la titrisation accompagne depuis plusieurs décennies la normalisation de l’endettement des ménages salariés pour fin de consommation. Il y a ainsi une articulation structurelle entre le développement des actifs titrisés, l’expansion du crédit aux ménages salariés et la croissance de la consommation de masse. Crédit aux ménages salariés qui est devenu une régulation essentielle de la demande effective, dans la mesure où les salaires des ménages ne progressent pas suffisamment pour valider la surproduction capitaliste de marchandises. La surproduction capitaliste a trouvé dans la surconsommation salariale une régulation essentielle à la stabilité de l’accumulation, et tout porte à croire que dans le contexte de la financiarisation, le surendettement des ménages s’ajoute comme boucle supplémentaire. L’articulation entre production et consommation de masse a défini le salariat au xxe siècle, la finance de masse vient aujourd’hui transformer et redéfinir cette condition salariale.

Quelles conclusions peut-on en tirer sur la nature du « capitalisme » d’aujourd’hui ?

La théorie critique du capitalisme avancé, qu’on retrouve sur le plan théorique dans les écrits par exemple de Herbert Marcuse, Raymond Williams ou de Guy Debord, et puis chez André Gorz ou Murray Bookchin et en pratique dans la politique de la nouvelle gauche des années 1960, s’est démarquée des critiques du capitalisme classique en problématisant la condition salariale non pas seulement sous l’angle de la production, mais en y ajoutant une théorie critique de la consommation de masse. Au cœur de ce travail critique se trouvait la problématique philosophique de l’aliénation, jugée à l’époque comme plus fondamentale que la catégorie économique d’exploitation. La poursuite de ce projet critique aujourd’hui doit tenir compte de l’extension de cette problématique de l’aliénation par le processus de réification financière. Aux concepts classiques de massification et d’abstraction (au cœur par exemple des analyses de Marcuse dans L’Homme unidimensionnel, ou dans le pamphlet Listen Marxist ! de Bookchin), s’ajoute pour comprendre cette réification, celui de la virtualisation, et ils forment ensemble l’armature théorique permettant d’explorer l’ensemble des manifestations et processus de la finance liquide au cœur du capitalisme contemporain. Ici, je crois avoir donné un aperçu de l’importance de ce processus pour la reproduction élargie non seulement du capital financier, mais du capitalisme en général, par le rôle que joue le crédit dans la régulation de la demande effective. La réification financière agit doublement comme mécanisme économique et comme rapport social qui reproduit la structure de classe du capitalisme avancé financiarisé. Ce dernier point, resté à l’arrière plan, mériterait des développements supplémentaires.

À côté de l’avènement d’une économie financière centrée sur la liquidité des actifs, l’autre grande transformation des relations financières dans le capitalisme avancé est l’avènement des fonds comme acteurs hégémoniques dans les circuits d’accumulation financière. Ce sont en effet ces entités, fonds de pension, fonds mutuels, fonds d’arbitrage (hedge funds), qui absorbent une part significative du capital financier liquide, c’est-à-dire les titres. Ces fonds opèrent essentiellement dans une logique de placement plutôt que de contrôle, ce qui les distingue des acteurs de la haute finance du capital financier classique. De plus, la plupart de ces fonds doivent leur puissance économique et financière à leur capacité de mobiliser l’épargne salariale sous la forme de capital financier. Finalement, cette mobilisation de l’épargne dépend elle-même de relations institutionnalisées qui déterminent les pratiques d’épargne des salariés, en particulier les conventions collectives et politiques fiscales touchant à la question des retraites. Du point de vue du développement d’une théorie critique, les fonds posent un ensemble de défis conceptuels, que je ne peux que mentionner ici. Si l’innovation financière permet de générer une masse de titres en circulation dans un procès de valorisation financière, les fonds, pour leur part, sont les entités qui absorbent et accumulent ces titres. Ce sont donc eux qui dépendent des structures assurant l’indétermination et la réversibilité du capital financier. Par ailleurs, le processus de métamorphose de l’épargne en placement sur laquelle repose les fonds est marqué par les mêmes caractéristiques de massification, d’abstraction et de virtualisation que le procès de production de titre. Finalement, la relation sociale de propriété capitaliste qui sous-tend ce processus de valorisation, basé essentiellement sur l’institution du « trust », exigerait elle-même une analyse critique exhaustive.

Avec le développement de la liquidité financière s’ouvre ainsi pour la théorie critique un vaste chantier, balisé en partie par Simmel, il y a un siècle. Dans sa Philosophie de l’argent, celui-ci explora en effet les liens entre le développement de la liquidité monétaire comme phénomène social et les transformations paradoxales de l’individualité moderne, entre autonomie et nouvelles formes de domination impersonnelle. Aujourd’hui il s’agit de voir comment la réification financière de la condition salariale est le reflet d’une nouvelle transformation profonde de l’individualité contemporaine et de son rapport à la totalité collective à travers une théorie critique de la liquidité financière. Toute une sociologie positive se consacre à l’analyse de ces nouvelles déterminations du rapport individu et société. Que l’on pense aux travaux d’Anthony Giddens, de Ulrich Beck ou de Zygmunt Bauman, à tout ce qui s’écrit sur la postmodernisation de la société et la fragmentation de l’identité. La perspective de la théorie critique est d’ancrer ces constats dans une analyse du salariat comme fondement matériel de cette individualité contemporaine. Il est d’ailleurs paradoxal que les sociologies positives de la nouvelle individualité prennent comme point de départ de leur analyse le constat que l’identité ouvrière et plus généralement l’identité liée au travail, à l’emploi et à la classe, ne définit plus l’individualité contemporaine ni le lien social, alors que l’histoire du salariat au xxe siècle est justement déterminé par un déplacement de son fondement identitaire de la sphère de la production – l’ouvrier massifié – vers la consommation de masse, laquelle s’articule maintenant avec l’endettement massifié. D’où l’identité qui perdure d’une société de classe de salariés non seulement exploités et aliénés, mais aujourd’hui également endettés. Trois phénomènes qui, d’ailleurs, se renforcent les uns les autres…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Pineault, « Quand la finance réinvente l’aliénation et la réification », Terrains/Théories [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le 13 novembre 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://teth.revues.org/369 ; DOI : 10.4000/teth.369

Haut de page

Auteur

Éric Pineault

Éric Pineault, est titulaire d’un doctorat en sciences économiques et sociologie de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (ÉHESS) à Paris et de l’Université du Québec à Montréal. Il est professeur au département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal, directeur de recherche à la Chaire de recherche du Canada sur la mondialisation, la citoyenneté et la démocratie ainsi que membre du Collectif d’analyse de la financiarisation du capitalisme avancé (CAFCA). Il s’intéresse à l’économie financière, à l’économie des ressources naturelles, à la question de la transition écologique et aux transformations générales du capitalisme avancé.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org