Navigation – Plan du site
Dossier

Les jeux de hasard

Un usage problématique de l’argent
Gambling
A Problematic Use of Money
Yves Gaudin

Résumés

Le jeu de hasard et d’argent n’est sorti que très progressivement de la réprobation religieuse, morale ou sociale qui l’entourait. En l’associant à l’aléa, comme le font l’assurance, le crédit ou la spéculation, il constitue un usage problématique de l’argent. La pratique des jeux de hasard s’est banalisée et normalisée en France, depuis les années 1970-1980, sous le double effet de l’évolution institutionnelle des acteurs du jeu et de la « pathologisation » de l’addiction aux jeux. Désormais accepté et largement pratiqué, le jeu de hasard peut aujourd’hui apparaître comme un idéal-type de l’égalité des chances, sous une forme providentielle qui vient concurrencer ou pallier l’ethos du travail et du mérite.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Simiand François, « La monnaie, réalité sociale » (1934), Critique sociologique de l’économie, Pari (...)
  • 2 Zelizer Viviana A., La Signification sociale de l’argent, Paris, Seuil, 2005 (1ère édition en angla (...)

1L’argent est le plus généralement appréhendé comme un instrument neutre et fongible permettant la valorisation relative des biens et leur échange. Mais lorsqu’on se penche sur la monnaie comme « réalité sociale1 » sur le rapport des individus à l’argent, cette neutralité s’estompe. L’argent apparaît alors comme largement « marqué2 » par sa provenance et/ou son usage. S’interroger sur l’argent comme fait social suppose donc de se pencher sur ses pratiques d’obtention et d’utilisation.

  • 3 Cette dénomination précise est usuellement ramenée à la formule « jeux de hasard ». Des deux termes (...)
  • 4 Huizinga Johan, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard, 1951.
  • 5 Revue Pouvoirs, « Les jeux d’argent », n° 139, 2011/4.
  • 6 Carcassonne Guy, « De quelques mystères du jeu », Pouvoirs, 2011/4, n°139, p. 15-23.
  • 7 Simmel Georg, Philosophie de l’argent, Paris, PUF, 1987 (1ère édition en allemand 1900).
  • 8 Blic Damien (de) et Lazarus Jeanne, Sociologie de l’argent, Paris, La Découverte, 2007.

2Parmi celles-ci, les jeux de hasard et d’argent3 ne sont que pas ou peu traités par la littérature philosophique, anthropologique ou sociologique consacrée soit au jeu, soit à l’argent. Dans le premier registre, on note par exemple que Johan Huizinga, dans Homo ludens4, les rejette hors de son champ d’étude en intégrant à sa définition du jeu son caractère désintéressé. Un article récent de la revue Pouvoirs5, pourtant consacré aux seuls jeux d’argent, commence « pour clarifier, par écarter les jeux qui n’en sont pas. Sont ici visés tous ceux, comme les loteries ou Euro Millions, qui s’adressent aux non-joueurs6 » ! S’agissant de l’argent, Georg Simmel dans sa Philosophie de l’argent7 ne cite que très incidemment, sans l’analyser spécifiquement, le jeu parmi les sources ou usages de l’argent. Beaucoup plus récemment, la Sociologie de l’argent8 de Damien de Blic et Jeanne Lazarus ne lui accorde qu’une courte incidente.

3Le propos n’est évidemment pas de reprocher à ces auteurs d’avoir négligé un objet qui serait au cœur de leur sujet, mais de s’interroger sur les raisons de ce traitement souvent marginal, dans l’un et l’autre domaine. Le jeu de hasard est-il considéré comme un phénomène secondaire parce que peu significatif socialement et économiquement ? Ou parce que s’insérant mal, compte tenu de ses caractéristiques, dans le champ de travaux portant soit sur le jeu, soit sur l’argent ?

  • 9 Martignoni-Hutin Jean-Pierre, « Une sociologie du gambling contemporain », Pouvoirs, n° 139, 2011/4 (...)
  • 10 Source : données d’activité 2012 de la Française des Jeux, publiées sur son site institutionnel gro (...)
  • 11 Source : Rapport d’activité 2012 de l’ARJEL, qui fait état de 2,2 millions de comptes actifs, chaqu (...)
  • 12 Le périmètre des « jeux de hasard » en France comprend l’ensemble des jeux proposés par les trois o (...)
  • 13 Voir le tableau 1, au début de la 3e partie de cet article.
  • 14 Sources : Le Monde, 20 décembre 2011 et El Pais, 22 décembre 2011.
  • 15 Source : The Economist, 27 juin 2006.

4Le premier point peut être écarté rapidement, compte tenu du nombre d’individus pratiquant l’un ou l’autre de ces jeux et des sommes qui leur sont consacrées. Les casinos français ont enregistré 35 millions d’entrées en 20109, La Française des Jeux a touché 26,3 millions de joueurs en 201210, les jeux en ligne, autorisés en France depuis mi-2010, ont concerné 1,6 million de joueurs en 201211 Les mises brutes engagées en France sur l’ensemble des jeux de hasard12 en 2012 peuvent être estimées à un montant proche de 47 milliards d’euros13, soit plus de 700 euros par individu, joueur ou non. L’importance quantitative de la pratique de ces jeux peut être également illustrée par deux exemples pris hors de France. Les mises engagées pour le tirage de Noël de la loterie nationale espagnole, « El gordo », ont atteint en 2011 un montant de 2,7 milliards d’euros, soit près de 57 euros par habitant, joueur ou non, pour ce seul tirage14. La police japonaise, seule source d’information s’agissant d’une activité partiellement « grise » – il est normalement interdit d’y gagner de l’argent – estime que les joueurs de pachinko y auraient consacré en 2005 un montant de mises brutes d’environ 30 000 milliards de yens (environ 260 milliards de dollars), soit plus de 2 000 dollars par an et par habitant, joueur ou non15. Impossible donc de considérer les jeux de hasard comme une pratique négligeable, qu’elle soit envisagée sous son aspect ludique ou économique.

5C’est donc bien le caractère problématique de la combinaison de l’argent et du jeu, ou de l’argent et du hasard, qui semble de fait rejeter cet objet composite aux marges de champs d’analyse auxquels il semble pourtant pleinement appartenir. Le jeu de hasard partage, ou a partagé, ce caractère d’objet monétaire problématique avec un certain nombre d’autres pratiques – l’assurance, le crédit, la spéculation – qui ont pour caractéristique commune de mêler étroitement l’argent et l’incertitude, sous l’une ou l’autre de ses formes. La compréhension du caractère problématique de ces combinaisons et de la manière dont elles ont historiquement évolué sera le premier point examiné. Le deuxième consistera à retracer l’histoire récente du jeu de hasard, au fil de laquelle a fini de s’opérer sa légitimation, passée notamment par un processus de normalisation institutionnelle. Cette banalisation du jeu de hasard est allée de pair avec l’identification de pratiques pathologiques, dont la construction a contribué à établir a contrario la légitimité sociale du jeu défini comme normal. C’est sur cette pratique « normale » qu’on se penchera enfin, pour tenter de comprendre ce qui la fonde et ce qu’elle peut révéler aujourd’hui de notre rapport à l’argent.

Les alliages problématiques de l’argent

6L’argent d’une part, le jeu et le hasard d’autre part, se situent a priori dans des registres très éloignés les uns des autres. L’argent est un objet privilégié de mise en œuvre de la rationalité de l’homo economicus, empreinte d’utilité, de maîtrise et de responsabilité. Tout doit y être fait pour réduire au maximum la place laissée à la fantaisie, à l’incertitude, à l’inattendu, dont le hasard constitue la forme archétypique. Le jeu de hasard, aussi ancien et répandu soit-il, constitue donc dès l’abord une forme problématique en ce qu’elle rapproche deux univers très distants, voire antagoniques.

7Il n’est certes pas le seul. D’autres sources et/ou usages de l’argent se sont avérés eux aussi problématiques : l’assurance, le crédit et la spéculation notamment, qui engagent l’argent dans des formes diverses d’incertitude. L’argent en soi n’a que rarement été contesté. Mais dès lors qu’il est sorti de ses usages « froids » ou neutres d’expression d’échelles de valeurs et d’échange, son maniement est (ou a été) perçu et traité comme problématique. L’histoire mouvementée du statut de l’argent est d’abord celle de ses provenances et de ses usages. Le jeu de hasard a été, parmi ces pratiques, l’une des plus constamment et fortement contestées.

Le jeu16

  • 16 Éléments historiques essentiellement issus de Brenner et de Harouel : Brenner Reuven et Gabrielle, (...)
  • 17 Hacking Ian, L’Émergence de la probabilité, Paris, Seuil, 2002 (1ère édition en anglais 1975).

8Le jeu de hasard a été dès le Moyen Âge l’objet d’une réprobation théologique et morale, comme procédant d’un usage illégitime de la providence divine. Cette condamnation s’est traduite en France par des interdictions royales constamment renouvelées jusqu’au xviie siècle. À partir de cette époque, le jeu va commencer à acquérir droit de cité, sous le triple effet d’un assouplissement progressif des positions de l’Église catholique à son égard, du changement de statut du hasard, progressivement naturalisé et domestiqué grâce au développement de la théorie des probabilités17, et des besoins financiers de la royauté. La première loterie royale sera tirée en 1660. S’ouvre alors une période de grande liberté, partiellement contrainte en 1776 avec la mise en place d’un monopole royal en matière de loteries. Ce dispositif survivra, avec des éclipses, à la Révolution : interdiction totale en 1793, création d’une Loterie Nationale en 1797, devenue ensuite Loterie Impériale.

  • 18 Weber Max, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964 (1ère édition en all (...)
  • 19 Caillois Roger, Les Jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1967.
  • 20 Après que le Code Civil de 1804, sans interdire les jeux eux-mêmes, a rendu irrecevable toute actio (...)

9C’est au fil de cette période, puis tout au long du xixe siècle, que la condamnation du jeu va changer de terrain, pour devenir avant tout morale et sociale. Perçu comme encourageant conjointement l’appât du gain et l’oisiveté, en particulier dans les classes populaires, le jeu de hasard heurte en plein les idéaux de valorisation du travail et le sérieux voire l’ascétisme revendiqué de « l’esprit du capitalisme18 ». « Jouer c’est renoncer au travail, à la patience, à l’épargne… Le jeu bafoue le travail19. » Le jeu était un péché, il devient un vice. Cette condamnation va aboutir à la prohibition totale des jeux de hasard dans nombre de pays au xixe siècle : en Angleterre en 1826, en France en 183620, au Canada en 1856, aux États-Unis en 1878. Cette prohibition sera progressivement assouplie, sans se traduire pour autant par une libéralisation complète, au cours de la première moitié du xxe siècle, sous l’effet notamment des besoins budgétaires des états, sans que le caractère moralement et socialement contestable du jeu ne soit fondamentalement remis en cause. En France, cette évolution s’opère par étapes : nouvelle réglementation des casinos en 1907, création du PMU en 1931, réinstauration en 1933 de la Loterie Nationale, afin de financer les pensions des anciens combattants. Mais à aucune de ces étapes n’a été levé le principe de prohibition posé en 1836, chaque nouvelle pratique instituée constituant seulement une nouvelle exception.

L’assurance21

  • 21 Éléments historiques notamment issus de Bellenger : Bellenger Claire, Histoire de l’assurance de do (...)
  • 22 Souvent de manière contrainte, une grande partie des assurances étant progressivement devenues obli (...)

10La logique de l’assurance nous apparaît aujourd’hui comme symétrique, voire opposée à celle du jeu. Elle consiste à éviter ou limiter les conséquences éventuelles d’un « sinistre » survenant dans le cadre de telle ou telle des situations risquées dans lesquelles nous sommes de fait engagés (conduire une automobile, disposer d’un logement, voire simplement côtoyer nos semblables – voir le champ extrêmement large de l’assurance « responsabilité civile ») ou dans lesquelles nous nous engageons volontairement (souscrire un prêt immobilier, pratiquer un sport dit « à risque »…), alors que le jeu consiste à s’aventurer volontairement dans une prise de risque, en engageant une mise contre un espoir de gain. Le joueur mise pour gagner, l’assuré « mise22 » pour ne pas perdre.

  • 23 Comme c’est le cas dans les tontines, qui peuvent apparaître comme l’une des premières formes d’ass (...)

11L’assurance ressortit aujourd’hui, sans ambiguïté, du registre de la protection, de la prévoyance. Il n’en a pas toujours été ainsi : le rôle de l’aléa dans l’assurance, son apparence de pari sur la survenance de tel ou tel événement, l’ont longtemps rapprochée du jeu. En effet, si l’on met de côté le développement ancien et très spécifique de l’assurance dans le domaine maritime, les premières assurances sont apparues progressivement au cours du xviiie siècle, en s’appuyant sur les calculs de probabilités apparus à la fin du xviie siècle, avec le jeu comme premier champ « naturel ». Cette proximité technique avec le jeu, la mise en œuvre des mêmes outils appliqués à des objets sérieux voire sacrés comme la vie elle-même23, jointes au fait que cette activité financière et commerciale se développait concurremment aux formes traditionnelles d’entraide, ont longtemps fait de l’assurance un objet très problématique, car semblant faire basculer dans le champ de la finance et du jeu réunis ce qui était jusqu’alors de l’ordre de la responsabilité individuelle et des formes traditionnelles de solidarité et d’assistance.

  • 24 On peut souligner au passage le caractère particulier du « prêt à grosse aventure », opération de c (...)

12Ses premiers développements ont donc été stoppés net par une interdiction générale de l’assurance en 1793, la même année donc que l’interdiction post-révolutionnaire des jeux de hasard. Le Code Civil, dans sa rédaction initiale de 1804, ne marque qu’une reconnaissance très limitée de l’assurance, qui n’y figure, toujours couplée avec le jeu, que dans la définition du contrat aléatoire de l’article 1964 (ici dans sa version initiale) : « Le contrat aléatoire est une convention réciproque dont les effets, quant aux avantages et aux pertes, soit pour toutes les parties, soit pour l’une ou plusieurs d’entre elles, dépendent d’un événement incertain. Tels sont : le contrat d’assurance, le prêt à grosse aventure24, le jeu et le pari, le contrat de rente viagère. Les deux premiers sont régis par les lois maritimes. »

  • 25 Cette perspective nouvelle aboutissant à la négation même du hasard : « On ne peut donc définir cor (...)

13L’assurance peut alors reprendre son développement, d’abord très progressivement. La création des premières mutuelles permet l’exercice de l’assurance sans recourir aux sociétés de capitaux, donc hors l’emprise de la finance. L’assurance-vie réapparaît à partir de 1819. Au fil de cette évolution s’opère un basculement progressif de la notion d’aléa vers celle de risque comme fondement de l’assurance. Les probabilités, d’abord marquées par leur origine liée au jeu, s’en détachent et deviennent progressivement un outil au champ d’utilisation de plus en plus large, permettant la maîtrise de phénomènes ne ressortissant plus du seul hasard, mais plus largement de toutes formes d’incertitude25. C’est donc en large partie en s’éloignant du registre du jeu et du hasard que l’assurance va conquérir sa pleine légitimité.

Le crédit

14Une opération de prêt est entachée d’incertitude par son objet même : le temps. L’engagement dans une opération de prêt est en effet porteuse d’incertitudes, croissantes avec la durée de l’opération, pour les deux parties : pouvoir ou non rembourser pour l’un, être ou ne pas être remboursé pour l’autre.

  • 26 Le Goff Jacques, La Bourse et la vie, Paris, Hachette, 1986.
  • 27 Aristote, La Politique, Paris, Vrin, 1962, p. 65.

15La longue condamnation du jeu par les autorités religieuses peut être mise en parallèle de celle de l’usure, entendue au sens premier et générique de prise d’intérêt sur le prêt d’une somme d’argent, considérée comme un vol de temps, bien divin (comme la providence) donc insusceptible d’appropriation humaine26. Sur un terrain moins spirituel, il était reproché au crédit, et au jeu, de permettre un enrichissement sans travail, par le simple effet de l’écoulement du temps pour l’un (le prêteur), par seul le jeu de la providence ou du hasard pour l’autre (le joueur). Par ailleurs, le prêt à intérêt, deuxième branche de la chrématistique, dévoie ce pour quoi la monnaie a été créée, l’échange : « Car la monnaie a été inventée en vue de l’échange, tandis que l’intérêt multiplie la quantité de monnaie elle-même. […] Par conséquent, cette dernière façon de gagner de l’argent est de toutes la plus contraire à la nature27. »

  • 28 Le Goff Jacques, La Bourse et la vie, op. cit.
  • 29 Thompson Edward P., Temps, discipline de travail et capitalisme industriel, Paris, La Fabrique, 200 (...)
  • 30 « Faire crédit, c’est accorder du temps, c’est sacrifier du temps à autrui, c’est lui sacrifier une (...)
  • 31 « La détermination du temps abstrait par les montres comme celle de la valeur abstraite par l’argen (...)

16Le caractère problématique du crédit est donc lié à la combinaison de l’argent et du temps, un alliage différent de ceux que nous avons observés s’agissant du jeu ou de l’assurance. Mais c’est pour partie, comme en matière d’assurance, le déplacement de cette opération vers le terrain du risque qui va en permettre la légitimation progressive. La doctrine scholastique commence à opérer ce glissement dès le xiiie siècle : le fait que l’opération puisse se révéler incertaine, entre autres critères, va permettre la reconnaissance progressive du droit à un intérêt pour le prêteur28. Parallèlement à la légitimation par la reconnaissance du risque, le temps va progressivement se naturaliser et se séculariser, devenir calculable29, ce qui va contribuer également à la légitimation du prêt à intérêt30. Pour autant, le débat autour de sa légitimité et de son utilité ou nocivité sociale va faire rage jusqu’au xviiie siècle (voir par exemple le traité de Défense de l’usure de Jeremy Bentham en 1787), à cause ou en dépit de sa très large utilisation depuis la Renaissance. À l’inverse de ce qui advint pour le jeu et l’assurance, c’est la Révolution qui en France instaura la liberté de pratique du prêt à intérêt, alliage de deux formes sociales, l’argent et le temps, devenues alors non seulement légitimes mais commençant à affirmer leur domination31.

La spéculation

  • 32 Par exemple : Spéculation et jeux de hasard de Reuven et Gabrielle Brenner : Brenner Reuven et Gabr (...)
  • 33 Bachelier Louis, « Théorie de la spéculation », Annales scientifiques de l’ENS, 3e série, tome 17, (...)

17La proximité de la spéculation et du jeu apparaît immédiatement dans le langage courant. Il est de part et d’autre question de chance ou de malchance, de gain ou de perte. « Jouer en bourse » reste probablement l’expression la plus usitée pour décrire l’activité des particuliers sur les marchés financiers. Le rapprochement des deux notions est également fréquent dans la littérature économique, historique ou sociologique32. Les probabilités, nées sur le terrain du jeu, ont été assez vite et continuent d’être l’une des bases des outils de modélisation financière, comme le souligne Louis Bachelier : « Le marché, à son insu, obéit à une loi qui le domine : la loi de la probabilité33. » Mais il faut aller au-delà de ces proximités pour comprendre la spécificité de la spéculation comme usage problématique de l’argent et le rôle qu’y tient sa relation avec le jeu.

  • 34 Le Robert, 1991.
  • 35 Proudhon Pierre-Joseph, Manuel du spéculateur (1857), Paris, Garnier Frères, p. 4 et suiv.

18Le terme de spéculation, dans le champ des opérations commerciales ou financières, a commencé par n’avoir qu’une acception neutre, dont témoigne encore aujourd’hui la définition qu’en donne le dictionnaire : « Opération commerciale ou financière qui consiste à profiter des fluctuations naturelles du marché pour réaliser un bénéfice34. » Une opération qui se distingue donc de l’investissement en ce qu’elle ne repose pas sur l’usage effectif et/ou durable de l’actif objet de la transaction, mais uniquement sur une anticipation de changement de son prix de marché. Proudhon, auteur d’un Manuel du spéculateur à la bourse, commence par lui reconnaître un rôle positif, fondé sur le sens le plus large du terme : « La spéculation n’est autre chose que la conception intellectuelle des différents procédés par lesquels le travail, le crédit, le transport, l’échange, peuvent intervenir dans la production. […] Elle est la faculté essentielle de l’économie35. » Mais il en souligne et dénonce immédiatement les abus :

  • 36 Ibid., p. 9 et suiv.

« En tant qu’il sert de compensation au risque que toute spéculation productive emporte avec elle, l’agio est légitime. Recherché pour lui-même, indépendamment de la production spéculative, l’agio pour l’agio enfin, il rentre dans la catégorie du pari et du jeu, pour ne pas dire de l’escroquerie et du vol : il est illicite et immoral. La spéculation ainsi entendue n’est plus que l’art, toujours chanceux cependant, de s’enrichir sans travail, sans capital, sans commerce et sans génie36. »

  • 37 Ibid., p. III.

19Sont ici posés les deux fondements de la contestation de la spéculation : sa proximité avec le jeu et son inutilité, voire sa nocivité, économique et sociale. Dans sa préface à l’édition de 1857, Proudhon d’ailleurs ramène le terme de spéculation à la désignation de « l’ensemble des moyens, non prévus par la loi ou insaisissables à la justice, de surprendre le bien d’autrui37 ».

20Cette acception négative s’impose, la question n’étant plus dès lors celle de la légitimité ou non de la spéculation, mais de savoir ce qui, parmi les opérations commerciales ou financières, ressortit ou non du registre spéculatif. Le critère essentiel qui s’impose pour qualifier une opération de spéculative est sa proximité avec le jeu. La spéculation n’est pas explicitement visée par les articles du Code Civil cités plus haut qui définissent les contrats aléatoires et dénient spécifiquement tout caractère exécutoire aux dettes issues d’un jeu ou d’un pari. Mais les tribunaux l’ont fréquemment utilisé au xixe et au début du xxe siècles pour examiner et le cas échéant mettre en cause la validité de certaines transactions, en particulier d’achat ou vente à terme, qui constituaient déjà une partie significative des opérations en bourse. Le critère essentiel mis en œuvre reposait sur l’intention des parties de réaliser effectivement l’opération à son terme, par livraison des marchandises et paiement du prix, ou de la résoudre par le seul paiement de la différence de prix constatée sur le marché. Dans ce dernier cas, l’opération était qualifiée de « jeu de bourse » et donc privée de tout caractère exécutoire. On voit ici concrètement à l’œuvre, comme en matière d’assurance, le rôle du jeu de hasard comme idéal-type des pratiques monétaires « problématiques », utilisé comme référence pour opérer la disqualification, y compris juridique, d’autres usages de l’argent.

21Le législateur a progressivement traité explicitement la question de la licéité et donc de la sécurité juridique de ces opérations, dont le champ s’est ensuite considérablement accru, en particulier durant la vague d’innovation financière des années 1980. La qualification et la contestation sociales des opérations jugées spéculatives ne portent plus aujourd’hui que de manière très marginale sur leur proximité avec le jeu, dont la légitimité s’est elle-même beaucoup accrue tout au long de cette période, mais avant tout sur la question de leur inutilité ou nocivité économique et sociale.

22Le jeu de hasard et d’argent est donc longtemps apparu comme l’archétype des pratiques monétaires problématiques. Il a, à ce titre, constitué un support privilégié de la disqualification économique, sociale voire juridique d’autres activités mêlant argent et incertitude, l’assurance et la spéculation notamment. La naturalisation progressive du hasard (ou du temps, s’agissant du crédit), l’émergence et la reconnaissance de la notion de risque, la séparation des probabilités du champ du jeu permettant son déploiement à d’autres sphères, ont très progressivement rendu ces activités moins « problématiques ». Le jeu de hasard a, au fil de ce mouvement, peu à peu perdu son caractère d’idéal-type des usages socialement contestables de l’argent. Sans pour autant conquérir une réelle légitimité sociale, mais en bénéficiant progressivement d’une forme de tolérance, puis de neutralité bienveillante et intéressée.

Le normal et le pathologique38

  • 38 Titre directement emprunté à l’ouvrage de Georges Canguilhem : Le Normal et le pathologique, Paris, (...)
  • 39 Dont elles représentent aujourd’hui plus de 90 % du chiffre d’affaires.

23La fin des années 70 et les années 80 marquent en France une inflexion de l’évolution institutionnelle du secteur des jeux de hasard, faite d’élargissement des offres et d’évolutions statutaires des opérateurs avec, en 1976 la création du Loto, version moderne de l’antique Loterie Nationale, en 1979 la création de « l’entreprise publique constituée sous forme de société anonyme » qui se voit confier le monopole d’exploitation des loteries, et deviendra en 1990 La Française des Jeux, en 1987 l’autorisation de l’installation de machines à sous dans les casinos39, en 2010 enfin l’ouverture et l’organisation des jeux de hasard sur Internet. Au fil de ces étapes, s’opèrent à la fois une large ouverture du champ des jeux autorisés et une renonciation partielle de l’État à son monopole, direct ou de contrôle, sur ces activités, au profit d’un secteur privé régulé.

  • 40 Ainsi, sans doute, que la difficulté de mettre en cause les prérogatives instituées de longue date (...)
  • 41 À fin 2012.
  • 42 Sauf dans le cas où ces gains sont réguliers, ce qui peut être le cas notamment pour les joueurs de (...)

24La structure et la « gouvernance » des opérateurs traditionnels marquent toujours aujourd’hui la volonté d’un encadrement spécifique de ces activités40. Le PMU est un groupement d’intérêt économique (GIE) placé sous la double tutelle des ministères de l’Agriculture et du Budget, constitué de cinquante sociétés de courses, elles-mêmes sous statut associatif. Son conseil d’administration de dix membres comprend quatre représentants de l’État, ainsi qu’un président directeur général et un directeur général délégué dont la nomination doit être agréée par l’État, ce qui lui donne le contrôle effectif de ce conseil. La Française des Jeux est une société anonyme d’économie mixte, dont le capital est détenu pour l’essentiel par l’État (72 %) et par les associations anciennement opératrices de la Loterie Nationale. Son conseil d’administration est essentiellement constitué de représentants de l’État. Chacun des 19641 casinos français est exploité dans le cadre d’une concession de service public, accordée par la collectivité territoriale concernée. Les exploitants sont des sociétés privées – les quatre premiers opérateurs représentant 60 % des casinos et 75 % de leur chiffre d’affaires total – dont l’activité est placée sous la double tutelle des ministères de l’Intérieur, qui délivre les autorisations d’exploitation, et du Budget. On note enfin que le traitement fiscal du jeu demeure totalement dérogatoire du droit commun, donc de la manière dont sont traités les revenus et dépenses « normaux » : d’une part les activités de jeu, y compris les plus récentes instituées en 2010, font l’objet de prélèvements fiscaux spécifiques à la source, portant sur les mises brutes ou nettes collectées par les opérateurs, d’autre part, les gains de jeu demeurent non imposables42.

25La loi du 12 mai 2010 sur les jeux en ligne s’éloigne largement, sauf au plan fiscal, de ces pratiques et marque une nouvelle étape dans l’évolution des modes de contrôle et de régulation du jeu. Les motifs alors avancés sont extrêmement significatifs :

  • 43 Lamour Jean-François, Rapport relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur (...)

« L'ouverture du secteur des jeux d'argent et de hasard, dont le Parlement est saisi avec le présent projet de loi, est indubitablement subie dans la mesure où le système des droits exclusifs français est remis en cause sous la pression des joueurs séduits par l'offre illégale de jeux et des autorités communautaires. Pourtant, cette libéralisation constitue aussi une rare opportunité de concevoir un nouveau modèle de régulation, garant des objectifs d'intérêt général assignés au secteur des jeux et des paris en ligne, dont le succès dépendra de la cohérence des conditions imposées aux opérateurs sollicitant un agrément en France43. »

  • 44 Pression qui se traduisait alors concrètement par un certain nombre de procédures engagées par des (...)

26Deux points clés sont ici mis en avant pour expliquer la nécessité, la fatalité presque, de cette nouvelle étape présentée comme « subie » d’ouverture du marché des jeux : la pression de la demande des joueurs, qui ne peut alors se satisfaire qu’à travers des offres illégales et/ou transfrontières sur Internet, et celle qu’exerce le principe communautaire de libre prestation de services44. Les motifs d’ordre public traditionnellement mis en avant pour restreindre le champ de cette activité et la maintenir pour l’essentiel sous un régime monopolistique contrôlé par l’État ne tiennent donc plus face à une double pression du marché : celle de l’offre et de la demande d’une part, celle du principe de libre concurrence d’autre part. Cette ouverture apparaît comme l’occasion, « une rare opportunité », de faire évoluer la régulation de ce secteur d’activité. Elle ouvre enfin la possibilité de développer un nouveau secteur marchand, à la fois générateur d’emplois et de recettes fiscales pour l’État (« l’État croupier »), enjeux économiques qui ont toujours été au centre des débats et des décisions dans ce domaine.

  • 45 L’agrément ne peut être refusé à un opérateur candidat que pour des raisons avérées de non respect (...)
  • 46 Supiot Alain, Critique du droit du travail, Paris, PUF, 1994.

27Sans remettre en cause ni le principe de prohibition générale posé en 1836, ni le régime des opérateurs historiques, la loi de 2010 marque une étape importante de la banalisation des jeux sur le terrain institutionnel. Ces nouvelles activités sont directement confiées à des opérateurs privés, qui ne sont ni placés sous le contrôle de l’État, ni soumis à un régime de concession de service public, ni même choisis et agréés de manière discrétionnaire par la puissance publique45. La tutelle du secteur (délivrance des agréments, surveillance, sanction…) n’est plus assurée par un ou des ministères, mais par une autorité administrative indépendante, l’ARJEL (Autorité de régulation des jeux en ligne). Cette activité se rapproche ainsi du mode de régulation et de contrôle aujourd’hui en vigueur dans le secteur financier, à l’issue de sa dérégulation intervenue dans ces mêmes années 80 à 2000. On peut parler ici d’un processus de normalisation institutionnelle progressive des jeux de hasard, orienté vers un idéal qui serait d’en faire un marché comme un autre. Un mouvement de passage progressif du normatif au « normal », dans lequel des normes rationnelles, « objectives », dotées d’une certaine labilité, se substituent progressivement aux normes légales et à leur rigidité. Le rôle du législateur devenant alors de fixer des limites et un cadre institutionnel au libre jeu de normes sociales et techniques largement autorégulées46.

  • 47 On peut noter que certains pays, comme le Canada, se sont également avancés sur le terrain curatif, (...)

28Cette évolution institutionnelle accompagne un glissement de la vision de la pratique même du jeu. À cette autorité indépendante est en effet confiée également la mission de « protéger les populations vulnérables, lutter contre l’addiction ». Cette dernière disposition constitue la première reconnaissance législative ou réglementaire en France des addictions liées au jeu et de la nécessité de les traiter, d’abord sous l’angle uniquement préventif47, alors même que la dépendance au jeu figure depuis 1980 au DSM (Diagnostical and Statistical Manual of Mental Disorders), référence internationale en matière d’affections psychiatriques.

  • 48 Canguilhem Georges, Le Normal et le pathologique, op. cit., p. 21.
  • 49 Canguilhem Georges, Le Normal et le pathologique, op. cit., p. 119.
  • 50 Plusieurs outils à visée épidémiologique ont été développés par différents pays pour analyser et me (...)

29Cette reconnaissance du phénomène d’addiction comportementale au jeu contribue elle aussi, en creux, à l’établissement du caractère « normal » de la pratique du jeu. Identifier et caractériser une pathologie, reconnue comme pouvant affecter par exception certains individus, c’est en même temps établir et caractériser la pratique normale dont elle constitue le dévoiement, le plus souvent par excès : « L’étude scientifique des cas pathologiques devient un moment indispensable de toute recherche des lois de l’état normal48. » En lieu et place d’une réprobation morale, donc générale et collective, du jeu de hasard, s’installe progressivement la banalisation d’une pratique dont on identifie, définit et quantifie par ailleurs les formes excessives, pathologiques, forcément individuelles : « La frontière entre le normal et le pathologique est imprécise pour des individus multiples considérés simultanément, mais elle est parfaitement précise pour un seul et même individu49. » Il n’y a donc plus lieu de combattre le jeu en général, mais seulement le « mauvais jeu », dénommé et caractérisé de diverses manières50 : jeu à risque, jeu excessif, jeu pathologique, jeu problématique...

  • 51 On peut aussi noter, à l’intersection de ces deux pratiques, que la loi du 12 mai 2010 (article 30) (...)

30Ce processus de définition de pathologies venant en appui de la légitimation d’opérations monétaires problématiques a été à l’œuvre également en matière de crédit. Ce marché s’est très largement ouvert en France à la fin des années 80 : le « désencadrement » du crédit en 1986 en a supprimé tout contingentement direct, l’introduction de la titrisation en 1988 a visé à en accélérer le développement en permettant d’en « marchéiser » et disperser les risques. Parallèlement, la loi Neiertz de 1989 a institué des dispositifs préventifs et curatifs de lutte contre le surendettement des particuliers. Comme en matière de jeu, la définition et la mesure du surendettement est individuelle et essentiellement quantitative : c’est pour l’essentiel le « trop » de crédit, au regard de la situation propre de l’emprunteur (revenus, patrimoine, situation familiale…), qui est visé et traité. Cette institution du surendettement a accompagné la légitimation et la banalisation du crédit aux particuliers, notamment du crédit à la consommation, qui en a toujours été la forme la plus contestée. On peut noter le parallèle sémantique entre le « jeu responsable » posé comme l’un des objectifs de la loi de mai 2010 et le « crédit responsable » évoqué par la loi Lagarde, venue notamment compléter presque au même moment, en juillet 2010, les dispositifs de la loi Neiertz. Comme pour les jeux de hasard, l’extension du champ de la pratique « normale » du crédit par l’ouverture du marché est allée de pair avec l’identification de pratiques « pathologiques » pour conforter la légitimité sociale de cet usage de l’argent51.

  • 52 Voir par exemple l’enquête ENHJEU Québec, « Portrait du jeu au Québec : prévalence, incidence et tr (...)

31Dans le domaine de l’épargne et des placements, la directive européenne dite « MIF » (Marchés d’instruments financiers) du 1er novembre 2007 a procédé d’une manière similaire. Elle comporte en effet un volet d’ouverture concurrentielle des marchés, d’élargissement et de libéralisation des modes de transaction, la mise en place de dispositifs de régulation et de contrôle des opérateurs, mais également un volet organisant l’information et la protection préventive des particuliers, soit un « cocktail » proche de celui qui compose la loi de mai 2010 en matière de jeux en ligne. On peut noter, dans ce même registre, le « coup d’avance » canadien que constitue l’intégration explicite des investissements spéculatifs dans certaines enquêtes de prévalence menées en matière de jeu52.

32Les dernières décennies ont donc vu s’opérer une très large ouverture et dérégulation des usages de l’argent, qui ont conforté sa place centrale dans la vie des organisations, des ménages, des individus. Le jeu a participé à ce mouvement. Son basculement institutionnel progressif d’un dispositif strictement normatif vers une « normalité » partiellement autorégulée a été de pair avec le renvoi de chacun à sa responsabilité individuelle en matière d’usages du jeu. L’établissement de comportements individuels désormais identifiés comme pathologiques, reconnus et plus ou moins pris en charge collectivement, a de fait contribué à la légitimation du jeu comme une pratique désormais normale, sortant de la forme de purgatoire que constituait son statut de pratique tolérée, pour acquérir droit de cité.

L’égalité des chances

33Pour comprendre ce qu’est aujourd’hui cette pratique « normale » des jeux de hasard, il faut tout d’abord mesurer l’importance et la dynamique quantitatives de leur « consommation ». Trois agrégats liés permettent de la cerner : les mises brutes des joueurs ; les gains des joueurs, via le « taux de distribution aux joueurs » (gains distribués rapportés aux mises brutes), caractéristique clé de chaque jeu ; le solde des deux enfin, c’est-à-dire les mises nettes de gains, qui constitue d’un côté la « consommation nette » des joueurs telle qu’appréhendée par la comptabilité nationale, de l’autre le « produit brut des jeux » (PBJ) pour les opérateurs, c’est-à-dire leur chiffre d’affaires, sur lequel viendront s’imputer l’ensemble de leurs charges (coûts de distribution et de gestion, impôts et taxes…) et leur résultat.

  • 53 Les mises brutes des casinos sont estimées sur la base des chiffres de mises nettes publiées par le (...)

Tableau 1 : Chiffres d’activité 2012 des opérateurs et évolution par rapport à 201153

Tableau 1 : Chiffres d’activité 2012 des opérateurs et évolution par rapport à 201153

34Avant d’analyser ces chiffres, il faut se poser la question de savoir lequel des deux agrégats, mises brutes ou mises nettes, ou quelle autre valeur intermédiaire, constituerait la meilleure mesure de la consommation de jeux. La comptabilité nationale retient le montant des mises nettes de gains, notion retenue pour toutes les statistiques et analyses publiées par l’INSEE. Cette mesure est certes « juste » en tant qu’agrégat macroéconomique : elle mesure bien le coût final des jeux, net des gains perçus, pour l’ensemble des joueurs, soit 9,5 milliards d’euros en 2012. Mais les montants bruts engagés, donc risqués, par les joueurs sont cinq fois supérieurs : près de 47 milliards d’euros en 2012 (soit 720 euros par habitant, plus du double donc par joueur), soit un montant équivalent à la consommation annuelle d’articles d’habillement et de chaussures, ou aux achats annuels de véhicules, ou au tiers de la consommation alimentaire annuelle totale des ménages français. Ce montant est-il dénué de toute signification ?

  • 54 Exemple du Loto : 0,07 % des gagnants engrangent 31,2 % des gains, alors que 99,93 % des gagnants ( (...)

35La mécanique de répartition des gains entre les joueurs diffère sensiblement selon les jeux. S’agissant des jeux de hasard pur, tels que le Loto, cette répartition est très déséquilibrée : d’un côté l’attractivité du jeu est assurée par des gains unitaires très élevés pour des gagnants de « rang élevé » très peu nombreux ; de l’autre, une partie importante des gains totaux est répartie sur les « petits gagnants », ce qui permet d’assurer aux joueurs réguliers une fréquence de gains suffisante pour éviter leur découragement54.

  • 55 L’application d’un tel calcul au Loto, réalisée en réinjectant aux « mises nettes » estimées 31 % d (...)

36Pour de tels jeux, la mise nette constitue une mesure tout à fait contestable de la réalité de la dépense nette effective de l’immense majorité des joueurs : une infime minorité d’entre eux engrange en effet des gains très importants, cependant que la plupart des autres sont perdants. Une mesure plus pertinente de la consommation nette de jeux, représentative de ce qu’ont réellement dépensé en moyenne l’immense majorité des joueurs, consisterait à réintégrer aux « mises nettes » le montant des gains unitaires élevés concentrés sur une infime proportion des joueurs55. Ce calcul est malheureusement impossible à réaliser avec suffisamment de rigueur, en l’état des éléments disponibles, sur la plupart des jeux. Mais on peut tenir pour établi que les chiffres de consommation publiés constituent de nets minorants de la consommation effective de jeux de l’immense majorité des joueurs.

  • 56 INSEE, Cinquante ans de consommation en France, Paris, INSEE, 2009.
  • 57 Ibid., p. 197.

37S’agissant maintenant d’apprécier l’évolution et le poids de la consommation de jeux sur le long terme, on observe que la consommation nette de jeux de hasard en France augmente régulièrement depuis plusieurs dizaines d’années : son poids a presque triplé entre 1960 et 2005, passant de 0,4 % à 1,1 % de la consommation des ménages56. Ce qui fait de ce poste budgétaire l’un des plus dynamiques au sein de l’ensemble des dépenses de communication, de culture et de loisirs, qui sont elles-mêmes passées sur cette même période de 10 % à 16 % de la consommation des ménages. Cette évolution semble contredire, de manière « macro », l’idée selon laquelle le recours au jeu d’une population serait d’autant plus important que son niveau de développement est limité. La comparaison entre pays européens, mettant en parallèle la part de la consommation consacrée au jeu et le PIB par habitant, ne laisse d’ailleurs apparaître, de manière synchronique, aucune corrélation claire entre les deux facteurs57. Il semble que les choix et habitudes de consommation ainsi que la teneur de l’offre l’emportent, dans ce champ de la consommation, sur les facteurs macro-économiques.

  • 58 C’est-à-dire les jeux dits « de grattage » de La Française des Jeux.
  • 59 Voir Besson Danielle, « En 25 ans, les Français ont doublé leur mise », INSEE Première, n° 1016, ma (...)

38La consommation de jeux en France semble d’ailleurs être encore contrainte par la régulation de l’offre. À chacun de ses élargissements significatifs, on a en effet observé un net accroissement de la consommation totale. Les années qui ont suivi l’ouverture des casinos aux machines à sous et l’apparition des jeux instantanés58, toutes deux intervenues en 1987, ont ainsi connu une très forte croissance de la consommation globale de jeux59. L’année 2011, première année pleine de fonctionnement des nouveaux jeux et opérateurs sur Internet, a connu une croissance globale de 9 % de la consommation nette de jeux de hasard.

39La banalisation des jeux et le développement de l’offre, au fil de ces dernières décennies, se sont donc traduits et/ou accompagnés d’une forte croissance de leur pratique effective. De qui cette forte consommation de jeux est-elle le fait ? Cet usage de l’argent est-il largement répandu au sein de la population ou, au contraire, concentré sur certaines strates sociales seulement ?

  • 60 Trucy François, Rapport d’information sur l’évolution des jeux de hasard et d’argent, Sénat, sessio (...)

40L’angle aujourd’hui privilégié d’analyse des comportements en matière de jeu de hasard est celui de la santé publique : l’immense majorité des études dans ce domaine ont pour objet la mesure et la compréhension des pathologies du jeu. C’est sous cet angle essentiellement que le législateur examine la question de la « consommation » de jeu: le rapport au Sénat de 2006 sur les jeux de hasard60 comporte 7 pages d’analyse générale de la consommation et des comportements de jeu, contre 43 consacrées à la dépendance au jeu. La pratique globale en matière de jeu est avant tout appréhendée sous l’angle de ses enjeux économiques (rentrées fiscales, soutien aux activités hippiques et sportives, emplois induits…) et de ses excès, très peu comme fait social.

  • 61 Costes Jean-Michel et al., « Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010 », Ten (...)

41Or la consommation « pathologique » concerne, on le verra, 3,7 % des joueurs « actifs », soit 0,9 % environ de l’ensemble des joueurs réguliers ou occasionnels, soit 0,4 % environ de la population âgée de 18 à 75 ans. Qu’en est-il du reste ? Qu’en est-il de la pratique « normale », c’est-à-dire non pathologique, du jeu : qui joue ? comment ? pourquoi ? Tenter de comprendre cet usage de l’argent passe d’abord par une mesure fiable de sa pratique, pas uniquement pathologique, au sein de la population. La France ne réalise pas d’enquête approfondie régulière sur les pratiques de jeu. La première enquête nationale de « prévalence » du jeu, occasionnel, régulier ou pathologique, a été réalisée en 2009-2010, dans le cadre du Baromètre santé de l’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé). Ce sont ses résultats, tels qu’exploités et publiés par l’INPES et par l’OFDT (Observatoire français des drogues et des toxicomanies), qui sont utilisés ici61.

42Cette étude fait ressortir que 47,8 % des individus de 18 à 75 ans jouent, au moins occasionnellement, c’est-à-dire ont joué une fois au moins au cours des 12 derniers mois précédant l’enquête. Parmi lesquels 12,2 % (soit un quart environ des joueurs au sens le plus large) sont des joueurs actifs, « réguliers » (c’est-à-dire ayant joué au moins 52 fois au cours des 12 derniers mois – 10,9 %), ou « dépensiers » (c’est-à-dire ayant misé plus de 500 € au cours des 12 derniers mois – 4,7 %), ou les deux à la fois (3,4 %). Le jeu, au moins occasionnel, est donc une pratique qui concerne près de 50 % de la population en âge de jouer. Et le jeu « actif », défini ici de manière exigeante, s’avère être une pratique courante.

  • 62 Parmi les diverses méthodes développées, c’est l’ICJE (Indice canadien du jeu excessif) qui a été r (...)
  • 63 Soit 1,3 % au total de population à risque, un niveau que les auteurs de l’étude jugent « relativem (...)

43Parmi les joueurs dits « actifs », l’enquête dénombre62 77,0 % de joueurs sans problème, 12,2 % de joueurs à risque faible, 7,1 % de joueurs à risque modéré et 3,7 % de joueurs excessifs. Soit une prévalence dans la population totale (individus âgés de 18 à 75 ans) de l’ordre de 0,9 % du jeu à risque modéré et de 0,4 % du jeu excessif63.

44Cette même enquête dégage quelques caractéristiques sociodémographiques des différentes catégories de joueurs, comparées la population française âgée de 18 à 75 ans (Tableau 2).

Tableau 2 : Données sociodémographiques des différentes catégories de joueurs, comparées la population française âgée de 18 à 75 ans

Tableau 2 : Données sociodémographiques des différentes catégories de joueurs, comparées la population française âgée de 18 à 75 ans

45Sur les quelques critères ici disponibles, on note une très faible différenciation des joueurs au moins occasionnels d’avec la population française dans son ensemble. Les joueurs « actifs » s’en distinguent un peu plus nettement : ils constituent une population plus masculine, un peu plus âgée et moins diplômée que la moyenne, sans s’en écarter par les revenus. Par contre, les joueurs « excessifs » se différencient nettement sur toutes les caractéristiques, y compris celle du revenu, puisqu’ils sont sur-représentés parmi la population à faible revenu. On retrouve face au jeu la fragilité structurelle des individus jeunes, peu diplômées et à faible revenu.

  • 64 Voir « Jeux de hasard », L’emploi et le revenu en perspective, Statistique Canada, juillet 2009 et (...)

46Les enquêtes conduites au Canada64 notamment confirment ces caractéristiques : une population de joueurs plus masculine que féminine, un peu plus âgée et moins diplômée que la moyenne. Ainsi que le constat d’une pratique qui n’est pas, ou plus, l’apanage des individus à faible revenu : au Canada, la pratique des jeux de hasard est même croissante avec le niveau de revenus (même si les montants engagés, mesurés en pourcentage du revenu, baissent lorsque celui-ci progresse). Comme en France, le jeu « à risque » y est plus fortement le fait des individus les plus fragiles (plus jeunes, moins diplômés, à plus faibles revenus).

  • 65 Source : ARJEL, Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne, 4e trimestre 2012 (accessible su (...)

47Ce tableau peut être complété par les données publiées par l’ARJEL65 sur la pratique des jeux en ligne, en remarquant au préalable que les jeux en ligne n’ont pas ou que peu cannibalisé les jeux traditionnels : en 2011, première année pleine d’activité des nouveaux jeux et opérateurs en ligne, les acteurs « traditionnels » ont continué de connaître une croissance de leur activité. Cette nouvelle pratique peut donc être considérée en très large part comme additionnelle (nouveaux joueurs ou pratique complémentaire de joueurs déjà actifs), même si une partie s’opérait sans doute auparavant de manière illicite. Les jeux en lignes concernent environ 1,6 million de joueurs, population très majoritairement masculine (87 % des comptes actifs) et jeune (17 % de18-24 ans, 36 % de 24-35 ans). Les premiers mois de pratique des jeux sur Internet font donc apparaître, pour l’instant, un sensible décalage des ces nouveaux joueurs avec la population des joueurs « classiques ».

  • 66 Pour illustrer une telle vision du jeu de hasard : « Exclus du jeu, ces hommes (les chômeurs) dépos (...)

48La pratique au moins occasionnelle des jeux de hasard semble donc concerner aujourd’hui toutes les couches de la population. Même si la pratique active ou fréquente du jeu n’est pas parfaitement homogène dans ses différentes strates, on ne peut pas, ou plus, penser cette activité comme étant essentiellement le fait des classes populaires, ou des exclus66. Tenter de comprendre cette pratique en se plaçant sous cette hypothèse serait, aujourd’hui du moins, très réducteur.

  • 67 Martignoni-Hutin Jean-Pierre, Ethno-sociologie des machines à sous, Paris, L’Harmattan, 2000 et Du (...)

49L’examen des motivations affichées par les joueurs peut être un premier terrain d’investigation. Selon les quelques enquêtes consultées67, deux motivations arrivent en tête, dans des configurations et ordres divers, selon la manière dont la question est posée : la détente, le plaisir, la distraction d’une part, l’espoir de gain financier d’autre part. Plaisir et intérêt donc, sans surprise, qui ne nous font pas beaucoup avancer dans la compréhension des comportements de jeu.

  • 68 La légitimité de l’argent effectivement gagné au jeu peut parfois poser question aux heureux élus, (...)
  • 69 Pour une analyse d’un jeu engageant, à côté du hasard, une forme de compétence du joueur, voir « Ti (...)

50L’argent du jeu, avant d’être un argent joué, est un argent potentiellement gagné68, rêvé, voire fantasmé. Ce sont donc les caractéristiques de ce gain espéré et des conditions dans lesquelles il pourrait être gagné qu’il faut d’abord interroger. Deux caractéristiques des jeux de hasard semblent ici essentielles, particulièrement présentes dans leur archétype que sont les jeux de tirages (Loto, Euro Millions…)69 : l’importance du gain potentiel et la parfaite égalité des chances des joueurs.

  • 70 Le « taux de distribution aux joueurs » en donne en lecture directe une évaluation « macro », jeu p (...)
  • 71 « Le vain espoir de gagner quelqu’un des gros lots est la seule cause de la demande. Les gens les p (...)
  • 72 « […] dans notre imagination, la probabilité d’une expectative est liée à l’importance de l’objet e (...)

51L’acte volontaire qu’est l’engagement dans le jeu consiste en une mise en suspens limitée de la sécurité et de la responsabilité individuelle du joueur, pour s’en remettre au sort. Cette renonciation à la maîtrise en faveur du hasard ne prend sens que si « le jeu en vaut la chandelle », ce qui est d’abord une fonction, de manière distincte, du niveau de la mise d’une part, du gain potentiel d’autre part. En effet, la seule considération de l’espérance mathématique de gain, toujours inférieure à la mise, quel que soit le jeu considéré70, ne peut en aucun cas conduire rationnellement à jouer. La mise d’abord : son montant minimum unitaire doit apparaître comme négligeable, de manière à ne pas entrer en compte dans l’évaluation implicite par le joueur de son espérance nette de gain. Il se concentre alors sur le seul gain potentiel. Celui-ci doit être tel qu’il mette le joueur potentiel hors d’atteinte du critère « d’espérance morale », telle que définie par Bernoulli, qui lui ferait comparer, fût-ce de manière implicite ou inconsciente, le gain potentiel d’un jeu à ses propres revenus ou patrimoine. Se mettre entre les mains du pur hasard ne prend sens que par la disproportion de l’enjeu. Plus celui-ci sera élevé, plus son caractère disproportionné sera perçu comme tel par la plupart des individus, dont il contribuera à faire des joueurs potentiels. Cette distorsion de la perception de l’espérance de gain a été identifiée de longue date, par Adam Smith par exemple71. La perception conjointe de la mise engagée et de la faiblesse de l’espérance de gain disparait derrière le niveau de l’enjeu72, qui demeure seul perceptible. On observe d’ailleurs que cette nécessité de disproportion de l’enjeu se réduit au fur et à mesure que le joueur retrouve (ou pense retrouver) une certain maîtrise du jeu : l’attrait du tiercé ou du poker par exemple ne repose pas sur ce seul espoir d’un gain disproportionné. S’opère ici un certain retour à une logique de rémunération du mérite, de l’habileté, des efforts engagés, et donc à une certaine commensurabilité du gain potentiel à la mise. Cela étant, les opérateurs choisissent de plus en plus fréquemment de « jouer » sur les deux tableaux, en introduisant dans ces jeux des mécanismes de « jackpots », de « cagnottes » et autres « tirelires », attribués de manière purement aléatoire, qui en renforcent l’attractivité.

  • 73 Huizinga Johan, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, op. cit., p. 27.
  • 74 Caillois Roger, Les Jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1967.

52La seconde caractéristique essentielle de ces jeux est la parfaite égalité des chances qu’assure le recours au hasard pur. Placé hors des lieux, du temps et des « règles du jeu » du quotidien, le jeu « réalise, dans l’imperfection du monde et la confusion de la vie, une perfection temporaire et limitée73 », dotée de règles parfaitement claires et strictement égalitaires, donc « justes ». Ces jeux permettent une forme d’échappée à la concurrence, à la compétition, à la dimension agonistique du struggle for life quotidien. « L’aléa n’a pas pour fonction de faire gagner de l’argent aux plus intelligents, mais tout au contraire d’abolir les supériorités naturelles ou acquises des individus, afin de mettre chacun sur un pied d’égalité absolue74. » On joue certes contre les autres, mais sans être ni personnellement engagé, ni au contact direct des autres joueurs. On est donc loin ici de « l’égalité des chances » et de ses épreuves telles qu’elles sont à l’œuvre dans la « vraie vie ». Une égalité fréquemment perçue comme purement formelle car opérant sur fond de situations concrètes foncièrement inégales, surdéterminées par les capitaux monétaires et/ou sociaux et/ou culturels… Le jeu peut alors apparaître, comme assurant à tous, l’accès à une forme limitée mais parfaite « d’égalité des chances ».

  • 75 « C’est ce que montre, par exemple, une série de sondages réalisés de 1989 à 1998. À la question “Q (...)
  • 76 Encore qu’il puisse être soutenu que la richesse, même fondée sur le travail et le mérite, ne puiss (...)
  • 77 Steiner Philippe, Les Rémunérations obscènes, Paris, La Découverte/Zones, 2011.
  • 78 Qui peuvent elles-mêmes être considérées comme relevant d’une logique de loterie : « La performance (...)

53En se plaçant dans cette perspective d’un espoir de gain important, hors de proportion avec le revenu et le patrimoine du joueur, accessible dans un cadre de parfaite « égalité des chances », la question peut se poser pour le potentiel gagnant de la légitimité non de l’argent en général, mais de l’une de ses formes particulières, la richesse. Bien que l’enrichissement puisse aujourd’hui apparaître comme un idéal largement partagé, ce que traduit le glissement apparent de l’opinion vis-à-vis des « riches »75, cette légitimité doit être appréhendée en lien avec les sources possibles de la richesse, parmi lesquelles le travail, l’épargne et l’investissement76, mais aussi les « rémunérations obscènes77 » des mondes de la finance, du sport, de l’art ou du spectacle78, l’héritage, le hasard enfin.

  • 79 « Dans le monde des arts et des spectacles, comme dans celui des sports, les inégalités de réussite (...)

54L’accès à la richesse par le travail apparaît à la grande majorité des individus comme une perspective totalement inaccessible. Non pas que sa probabilité de survenance soit nécessairement plus faible que celle, infinitésimale, d’emporter le « gros lot » d’un jeu de hasard, mais c’est la possibilité même de « jouer » qui semble ici fermée à la plupart. Cette inaccessibilité se retourne d’ailleurs contre ceux qui ont la possibilité de « jouer » et qui « gagnent » effectivement : les rémunérations des dirigeants de grandes entreprises sont aujourd’hui l’objet de beaucoup plus fortes contestations que celles des sportifs ou des artistes, du fait sans doute de leur comparabilité avec les rémunérations des autres acteurs du monde homogène, du moins perçu comme tel, du travail. À l’inverse, la légitimité d’inégalités perçues comme provenant de sources providentielles – l’héritage, le talent, ou la chance… – semble aujourd’hui moins contestée79. Ces sources peuvent en effet sembler être et rester perpétuellement ouvertes à tous. Alors que les capitaux monétaires, sociaux ou culturels nécessaires pour tenter d’accéder à la richesse par le travail apparaissent comme hors de portée de la plupart des individus, ceux-ci ne sont jamais confrontés à une preuve positive et définitive de leur manque de talent, de l’inexistence de tout « oncle d’Amérique » ou de leur absence de chance (les tentatives de jeu, indépendantes les unes des autres, peuvent être renouvelées indéfiniment). À la fatalité des déterminations sociales s’oppose ou se superpose ainsi une « part du rêve » demeurant en permanence ouverte à tous.

  • 80 Roland Barthes, dans L’Empire des signes, illustre à propos du pachinko cette articulation des regi (...)
  • 81 Frank Robert H., Cook Philip J., The Winner-Take-All Society. Why the Few at the Top Get so Much Mo (...)
  • 82 « Peut-être l’homme est-il plus fier de gagner par heureuse chance que de bien jouer. Ce qu’exprime (...)
  • 83 Weber Max, Sociologie des religions, Paris, Gallimard, 1996 (1ère édition en allemand 1915-1920).

55Le jeu apparaît ainsi aujourd’hui comme la source la plus « pure » et donc légitime d’une richesse issue non pas d’une mécanique sociale du travail et du mérite perçue comme largement fermée car surdéterminée, mais de l’univers très ouvert de la chance, sous ses formes les plus diverses80. Un univers dans lequel le fait que « le gagnant emporte toute la mise81 » n’est pas un problème, au contraire. Seul ici compte le succès82, quelle qu’en soit la source. Le jeu de hasard retrouve une fonction d’idéal-type, inverse de celle que nous lui avons initialement rencontrée. Après avoir été le modèle de la pratique monétaire problématique, servant de référence pour disqualifier tel ou tel des usages de l’argent, le jeu de hasard peut dorénavant être considéré comme l’archétype d’une certaine forme « d’égalité des chances » dans l’accès à la richesse. Le hasard, désormais naturalisé et calculable, peut sous ses diverses formes – « hasard de la naissance », « loterie des talents », chance au jeu… – apparaître comme assurant désormais le « service de légitimation83 » de l’enrichissement, en lieu et place, mais sans nécessairement s’y opposer, d’un « esprit du capitalisme » dont la portée s’est, pour beaucoup, essoufflée.

  • 84 Elias Norbert, La Société de cour, Paris, Flammarion, 1985 (1ère édition en allemand 1969).
  • 85 Rosanvallon Pierre, La Société des égaux, Paris, Seuil, 2011.

56Cette nouvelle appréhension des sources possibles de la richesse peut se lire comme un double mouvement : d’une part la mise en cause de l’ethos bourgeois de l’argent, fondé sur le travail, le mérite, l’épargne, l’investissement…, mais aujourd’hui perçu comme un modèle au fonctionnement grippé, voire bloqué ; de l’autre, la résurgence d’une forme d’ethos aristocratique de l’argent84, fondé notamment sur son acquisition « providentielle » (l’héritage, le talent, la chance…), pouvant désormais apparaître comme parfaitement égalitaire, car reposant sur l’une ou l’autre des formes d’un hasard naturalisé, objectivé. Bien entendu, les deux modèles cohabitent, comme l’illustre la pratique aujourd’hui extrêmement répandue des jeux de hasard dans la population. Ce second registre de rapport à l’argent a conquis sa place, fût-ce dans un rôle subsidiaire, sur un mode imaginaire voire fantasmatique. L’ethos « possibiliste » du mérite et de la responsabilité cohabite désormais avec celui, « probabiliste », du hasard85.

  • 86 Rosanvallon Pierre, Ibid., 2011, p. 17. « De même que la compassion pour la pauvreté en général peu (...)

57Dans cette perspective, le développement de la pratique du jeu peut également apparaître comme la conséquence ou le symptôme d’une moindre confiance et d’un moindre investissement dans la recherche de la justice sociale, laissant pour partie place à un investissement accru de chacun dans l’espoir individuel d’une amélioration providentielle de son propre sort. La justice n’a de sens et ne peut se construire que collectivement. La place faite au registre providentiel marque une part de renonciation à cette dimension collective, pour passer dans un registre qui ne peut qu’être individuel : tout le monde ne peut pas avoir de la chance, ou du talent ! Le hasard sous ses différentes formes va désigner des gagnants, très peu nombreux, et des perdants, innombrables. Le risque de cette injustice effective devient acceptable au nom et à la condition de la possibilité ouverte à tous de pouvoir « jouer », de pouvoir prendre individuellement « le risque de l’inégalité ». Le recours au « jeu » à la fois s’appuie sur et nourrit un certain « consentement à l’inégalité », situation apparemment paradoxale dans laquelle « les hommes déplorent en général ce à quoi ils consentent en particulier86 ». Plus les possibilités de « jouer » sont ou paraissent nombreuses, plus les « gagnants » s’affichent, plus les exemples de « gains » circulent, plus la croyance de chacun en ses propres chances, fussent-elles infinitésimales, peut se développer. La floraison des concours « ouverts à tous », la promotion des jeux, les multiples avatars de la télé-réalité, l’exposition médiatique des « gagnants » de toutes natures entretiennent et développent cette croyance, en même temps qu’ils contribuent à une forme de naturalisation des inégalités.

58Se déploie ainsi une nouvelle forme de fatalisme, dont le jeu de hasard constitue à la fois la meilleure métaphore et l’antidote fantasmatique :

  • 87 Mills Charles Wright, Les Cols blancs, Paris, François Maspero, 1966 (1ère édition américaine 1951) (...)

« De même que le “coup de veine” est un moyen magique de faire renaître l’espoir dans une société qui se referme de plus en plus, de même l’idée de la “poisse” atténue l’impression d’un échec individuel. Cette notion de la vie considérée comme un jeu, comme une sorte de loterie pour tous, d’où la chance sortira un jour, correspond au resserrement des couches sociales et à l’impossibilité pour ceux qui sont nés dans les classes inférieures de gravir les échelons. La réussite est devenus pour beaucoup “un événement accidentel et irrationnel”, et une perspective si éblouissante que l’on se contente de la regarder de loin, et de la vivre par personne interposée87. »

59Dans un monde d’abord marqué par la volonté de tenir l’argent à distance, de le cantonner à sa neutralité d’instrument d’échange, le jeu de hasard comme combinaison de l’argent et de l’appel à la providence était éthiquement condamné. Face au sérieux, à l’ascétisme affiché de l’homo economicus capitaliste, l’homo ludens est ensuite apparu comme socialement et moralement tout aussi contestable. Durant le xixe et la première moitié du xxe siècles, le jeu de hasard a ainsi servi de « pierre de touche » permettant d’établir la légitimité ou l’illégitimité de certains usages de l’argent, jugés a priori problématiques.

60La naturalisation progressive du hasard, la reconnaissance puis la forte valorisation de la notion de risque, l’autonomisation des probabilités par rapport au jeu ont, entre autres facteurs, progressivement rendu moins problématiques les pratiques combinant l’argent et l’incertitude, y compris le jeu lui-même. Celui-ci a ainsi peu à peu perdu son statut d’archétype des usages monétaires contestables. La normalisation institutionnelle et la banalisation des jeux de hasard, renforcées par la « pathologisation » de ses pratiques excessives, ont pu se déployer au long des dernières décennies, dans un mouvement analogue et parallèle à celui qu’ont connu les activités financières concernant les particuliers.

  • 88 On retrouve ici Adam Smith, pour sa vision de la répartition des revenus au sein des professions li (...)
  • 89 L’actualité récente a mis l’une d’entre elles en exergue, à travers la contestation par les « pigeo (...)

61L’expansion de la pratique de ces jeux – élargissement des offres, accroissement du nombre de pratiquants, pénétration dans toutes les strates sociales, forte augmentation du montant des mises engagées et du poids des dépenses nettes dans la consommation des ménages – semble montrer qu’elle est aujourd’hui passée très au-delà du statut d’usage de l’argent simplement toléré. Concurremment, ou plutôt subsidiairement à l’ethos du travail et du mérite, le jeu de hasard peut aujourd’hui apparaître comme un voire le modèle de « l’égalité des chances ». Le mécanisme de la loterie peut en effet être mobilisé pour analyser et légitimer le fonctionnement de larges pans des inégalités de revenu et de patrimoine, qu’elles soient perçues comme issues du travail88, du talent, de l’héritage ou du hasard, et ainsi contribuer à les rendre à la fois individuellement désirables et socialement acceptables. Plus personne, ou presque, n’échappe désormais au rêve du « gros lot » ou du « jackpot », sous l’une ou l’autre de ses formes89, sa probabilité infinitésimale de survenance étant masquée par la disproportion de l’enjeu. Un nouveau modèle providentiel d’accès à l’argent s’installe, dont le jeu de hasard constitue l’archétype.

Haut de page

Bibliographie

Alain, Propos, Paris, Gallimard, 1956.

Aristote, La Politique, Paris, Vrin, 1962.

Bachelier Louis, « Théorie de la spéculation », Annales scientifiques de l’ENS, 3e série, tome 17, 1900, p. 21-86.

Bachelier Louis, Le Jeu, la chance et le hasard, Paris, Flammarion, 1914.

Barthes Roland, L’Empire des signes, Genève/Paris, Skira/Flammarion, 1970.

Bellenger Claire, Histoire de l’assurance de dommages en France, thèse de doctorat en droit, Université Panthéon-Assas, juin 2011.

Besson Danielle, « En 25 ans, les Français ont doublé leur mise », INSEE Première, n° 1016, mai 2005.

Blic Damien (de) et Lazarus Jeanne, Sociologie de l’argent, Paris, La Découverte, 2007.

Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997.

Brenner Reuven et Gabrielle, Spéculation et jeux de hasard, Paris, PUF, 1993.

Caillois Roger, Les Jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1967.

Canguilhem Georges, Le Normal et le pathologique, Paris, PUF, 1966.

Costes Jean-Michel, Pousset Maud, Eroukmanoff Vincent, Le Nezet Olivier, Richard Jean-Baptiste, Guignard Romain, Beck François et Arwidson Pierre, « Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010 », Tendance  – Observatoire français des drogues et toxicomanies, n° 77, septembre 2011.

Elias Norbert, La Société de cour, Paris, Flammarion, 1985 (1ère édition en allemand 1969).

Frank Robert H. et Cook Philip J., The Winner-Take-All Society. Why the Few at the Top Get so Much More Than the Rest of Us, New York, Free Press/Virgin Books, 1995.

Gelpi Rosa-Maria et Julien-Labruyere François, Histoire du crédit à la consommation. Doctrines et pratiques, Paris, La Découverte, 1994.

Hacking Ian, L’Émergence de la probabilité, Paris, Seuil, 2002 (1ère édition en anglais 1975).

Harouel Jean-Louis, « De François ier au pari en ligne, histoire du jeu en France », Pouvoirs, n°139, 2011/4, p. 5-14.

Huizinga Johan, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard, 1951.

INSEE, Cinquante ans de consommation en France, Paris, INSEE, 2009.

Lamour Jean-François, Rapport relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne, Assemblée Nationale, 22 juillet 2009.

Le Goff Jacques, La Bourse et la vie, Paris, Hachette, 1986.

Martignoni-Hutin Jean-Pierre, Ethno-sociologie des machines à sous, Paris, L’Harmattan, 2000.

Martignoni-Hutin Jean-Pierre, « Une sociologie du gambling contemporain », Pouvoirs, n° 139, 2011/4, p. 51-64.

Menger Pierre-Michel, Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme, Paris, Seuil, 2002.

Mills Charles Wright, Les Cols blancs, Paris, François Maspero, 1966 (1ère éditions 1951).

Pech Thierry, Le Temps des riches. Anatomie d’une sécession, Paris, Seuil, 2011.

Pinçon Michel et Pinçon-Charlot Monique, Les Millionnaires de la chance. Rêve et réalité, Paris, Payot, 2010.

Proudhon Pierre-Joseph, Manuel du spéculateur (1857), Paris, Garnier Frères.

Rosanvallon Pierre, La Société des égaux, Paris, Seuil, 2011.

Simiand François, « La monnaie, réalité sociale » (1934), Critique sociologique de l’économie, Paris, PUF, 2006, p. 215-279.

Simmel Georg, Philosophie de l’argent, Paris, PUF, 1987 (1ère édition en allemand 1900).

Smith Adam, La Richesse des nations (1776), vol. 1, Paris, Flammarion, 1991.

Steiner Philippe, Les Rémunérations obscènes, Paris, La Découverte/Zones, 2011.

Supiot Alain, Critique du droit du travail, Paris, PUF, 1994.

Thompson Edward P., Temps, discipline de travail et capitalisme industriel, Paris, La Fabrique, 2004 (1ère édition en anglais 1967).

Trucy François, Rapport d’information sur l’évolution des jeux de hasard et d’argent, Sénat, session ordinaire 2006-2007, rapport n° 58, 7 novembre 2006.

Weber Max, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964 (1ère édition en allemand 1905).

Weber Max, Sociologie des religions, Paris, Gallimard, 1996 (1ère édition en allemand 1915-1920).

Yonnet Paul, Jeux, modes et masses, 1945-1985, Paris, Gallimard, 1985.

Zelizer Viviana A., La Signification sociale de l’argent, Paris, Seuil, 2005 (1ère édition en anglais 1994).

Haut de page

Notes

1 Simiand François, « La monnaie, réalité sociale » (1934), Critique sociologique de l’économie, Paris, PUF, 2006, p. 215-279.

2 Zelizer Viviana A., La Signification sociale de l’argent, Paris, Seuil, 2005 (1ère édition en anglais 1994).

3 Cette dénomination précise est usuellement ramenée à la formule « jeux de hasard ». Des deux termes, hasard et argent, c’est le second – le plus sensible ? – qui disparaît le plus généralement.

4 Huizinga Johan, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard, 1951.

5 Revue Pouvoirs, « Les jeux d’argent », n° 139, 2011/4.

6 Carcassonne Guy, « De quelques mystères du jeu », Pouvoirs, 2011/4, n°139, p. 15-23.

7 Simmel Georg, Philosophie de l’argent, Paris, PUF, 1987 (1ère édition en allemand 1900).

8 Blic Damien (de) et Lazarus Jeanne, Sociologie de l’argent, Paris, La Découverte, 2007.

9 Martignoni-Hutin Jean-Pierre, « Une sociologie du gambling contemporain », Pouvoirs, n° 139, 2011/4, p. 51-64.

10 Source : données d’activité 2012 de la Française des Jeux, publiées sur son site institutionnel groupefdj.com.

11 Source : Rapport d’activité 2012 de l’ARJEL, qui fait état de 2,2 millions de comptes actifs, chaque joueur détenant en moyenne 1,4 compte.

12 Le périmètre des « jeux de hasard » en France comprend l’ensemble des jeux proposés par les trois opérateurs historiques que sont la Française des Jeux, le PMU et les casinos, ainsi que les paris sportifs ou hippiques et les « jeux de cercles » (poker) légalement disponibles sur Internet depuis leur autorisation par la loi du 12 mai 2010.

13 Voir le tableau 1, au début de la 3e partie de cet article.

14 Sources : Le Monde, 20 décembre 2011 et El Pais, 22 décembre 2011.

15 Source : The Economist, 27 juin 2006.

16 Éléments historiques essentiellement issus de Brenner et de Harouel : Brenner Reuven et Gabrielle, Spéculation et jeux de hasard, Paris, PUF, 1993 ; Harouel Jean-Louis, « De François ier au pari en ligne, histoire du jeu en France », Pouvoirs, n°139, 2011/4, p. 5-14.

17 Hacking Ian, L’Émergence de la probabilité, Paris, Seuil, 2002 (1ère édition en anglais 1975).

18 Weber Max, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964 (1ère édition en allemand 1905).

19 Caillois Roger, Les Jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1967.

20 Après que le Code Civil de 1804, sans interdire les jeux eux-mêmes, a rendu irrecevable toute action en justice « pour une dette de jeu ou le paiement d’un pari » (article 1965).

21 Éléments historiques notamment issus de Bellenger : Bellenger Claire, Histoire de l’assurance de dommages en France, thèse de doctorat en droit, Université Panthéon-Assas, juin 2011.

22 Souvent de manière contrainte, une grande partie des assurances étant progressivement devenues obligatoires.

23 Comme c’est le cas dans les tontines, qui peuvent apparaître comme l’une des premières formes d’assurance-vie.

24 On peut souligner au passage le caractère particulier du « prêt à grosse aventure », opération de commerce maritime réunissant des mécanismes de prêt, d’investissement (ou de spéculation) et d’assurance.

25 Cette perspective nouvelle aboutissant à la négation même du hasard : « On ne peut donc définir correctement le hasard pour cette raison, qu’en réalité, le hasard n’existe pas. Nous disons qu’un phénomène est dû au hasard quand ses causes nous sont inconnues et nous paraissent inanalysables. » (Bachelier Louis, Le Jeu, la chance et le hasard, Paris, Flammarion, 1914, p. 10.)

26 Le Goff Jacques, La Bourse et la vie, Paris, Hachette, 1986.

27 Aristote, La Politique, Paris, Vrin, 1962, p. 65.

28 Le Goff Jacques, La Bourse et la vie, op. cit.

29 Thompson Edward P., Temps, discipline de travail et capitalisme industriel, Paris, La Fabrique, 2004 (1ère édition en anglais 1967).

30 « Faire crédit, c’est accorder du temps, c’est sacrifier du temps à autrui, c’est lui sacrifier une chose précieuse ; aussi, l’échange d’un bien présent contre un bien futur se paie. » (Frédéric Bastiat cité par Gelpi Rosa-Maria, Julien-Labruyere François, Histoire du crédit à la consommation. Doctrines et pratiques, Paris, La Découverte, 1994.)

31 « La détermination du temps abstrait par les montres comme celle de la valeur abstraite par l’argent fournissent un schéma de division et de mesures extrêmement fines et sûres : ce dernier, absorbant en soi les contenus de la vie, leur prête, du moins pour leur traitement pratico-extérieur, une transparence, une calculabilité inaccessibles autrement. L’intellectualité calculatrice qui vit dans ces formes tire sans doute à son tour de celles-ci une partie des forces par quoi elle domine la vie moderne. » (Simmel Georg, Philosophie de l’argent, op. cit., p. 568.)

32 Par exemple : Spéculation et jeux de hasard de Reuven et Gabrielle Brenner : Brenner Reuven et Gabrielle, Spéculation et jeux de hasard, op. cit.

33 Bachelier Louis, « Théorie de la spéculation », Annales scientifiques de l’ENS, 3e série, tome 17, 1900, p. 21-86.

34 Le Robert, 1991.

35 Proudhon Pierre-Joseph, Manuel du spéculateur (1857), Paris, Garnier Frères, p. 4 et suiv.

36 Ibid., p. 9 et suiv.

37 Ibid., p. III.

38 Titre directement emprunté à l’ouvrage de Georges Canguilhem : Le Normal et le pathologique, Paris, PUF, 1966.

39 Dont elles représentent aujourd’hui plus de 90 % du chiffre d’affaires.

40 Ainsi, sans doute, que la difficulté de mettre en cause les prérogatives instituées de longue date des ministères, administrations ou collectivités publiques concernés.

41 À fin 2012.

42 Sauf dans le cas où ces gains sont réguliers, ce qui peut être le cas notamment pour les joueurs de poker « professionnels ».

43 Lamour Jean-François, Rapport relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne, Assemblée nationale, 22 juillet 2009.

44 Pression qui se traduisait alors concrètement par un certain nombre de procédures engagées par des opérateurs de jeu en ligne contre la France devant les juridictions européennes, pour non respect de ce principe.

45 L’agrément ne peut être refusé à un opérateur candidat que pour des raisons avérées de non respect du cahier des charges établi par le législateur.

46 Supiot Alain, Critique du droit du travail, Paris, PUF, 1994.

47 On peut noter que certains pays, comme le Canada, se sont également avancés sur le terrain curatif, en instituant et faisant prendre en charge par les régimes sociaux des traitements de l’addiction au jeu.

48 Canguilhem Georges, Le Normal et le pathologique, op. cit., p. 21.

Cette conception de la définition des pathologies comme contribuant à la normalisation d’une pratique initialement problématique est symétrique de la vision plus habituelle selon laquelle des pathologies sont identifiées sur la base de pratiques initialement jugées « normales ». Par exemple, la définition progressive de comportements addictifs dans le domaine de la consommation de tabac ou d’alcool, pratiques longtemps tenues pour « normales », les a fait glisser progressivement vers des régimes de prévention, voire de prohibition partielle. Cette même « pathologisation » commence à se déployer dans le domaine alimentaire. La crainte apparaît d’ailleurs chez certains que la pathologisation du jeu, désormais considéré comme une pratique « normale », ne commence à avoir ce même effet : « Il y a danger à aborder les jeux d’argent à travers la problématique de l’addiction, car une fois acceptée comme entité morbide individualisée, ces jeux sont analysés comme des formes plus ou moins aiguës de jeu pathologique. » (Martignoni-Hutin Jean-Pierre, « Une sociologie du gambling contemporain », Pouvoirs, n° 139, 2011/4, p. 51-64.)

49 Canguilhem Georges, Le Normal et le pathologique, op. cit., p. 119.

50 Plusieurs outils à visée épidémiologique ont été développés par différents pays pour analyser et mesurer la prévalence du jeu pathologique.

51 On peut aussi noter, à l’intersection de ces deux pratiques, que la loi du 12 mai 2010 (article 30) interdit pour la première fois explicitement en France le jeu à crédit, pratique doublement problématique et périlleuse.

52 Voir par exemple l’enquête ENHJEU Québec, « Portrait du jeu au Québec : prévalence, incidence et trajectoire sur quatre ans », conduite par l’Université Concordia, novembre 2010.

53 Les mises brutes des casinos sont estimées sur la base des chiffres de mises nettes publiées par les opérateurs et d’un taux de distribution global pour cette activité estimé par La Française des Jeux.

54 Exemple du Loto : 0,07 % des gagnants engrangent 31,2 % des gains, alors que 99,93 % des gagnants (soit 15 % environ des joueurs) se répartissent les 68,8 % restant. En l’absence de chiffres disponibles, cette répartition n’a pu être établie pour les machines à sous, dont l’attractivité repose également sur des « jackpots » exceptionnels mais de montant élevé.

55 L’application d’un tel calcul au Loto, réalisée en réinjectant aux « mises nettes » estimées 31 % des gains (voir note ci-dessus), aboutit à évaluer une consommation nette supérieure d’environ 70 % au chiffre publié. Ce résultat n’est évidemment pas extensible à l’ensemble des jeux, la disparité des gains étant moindre pour les paris hippiques ou le poker par exemple.

56 INSEE, Cinquante ans de consommation en France, Paris, INSEE, 2009.

57 Ibid., p. 197.

58 C’est-à-dire les jeux dits « de grattage » de La Française des Jeux.

59 Voir Besson Danielle, « En 25 ans, les Français ont doublé leur mise », INSEE Première, n° 1016, mai 2005.

60 Trucy François, Rapport d’information sur l’évolution des jeux de hasard et d’argent, Sénat, session ordinaire 2006-2007, rapport n° 58, 7 novembre 2006.

61 Costes Jean-Michel et al., « Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010 », Tendances – Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies, n° 77, septembre 2011.

Enquête réalisée par téléphone d’octobre 2009 à juillet 2010, sur un échantillon de 27 000 personnes, l’analyse ayant au final porté sur les 25 000 individus âgés de 18 à 75 ans. NB : cette enquête, conduite avant l’ouverture des jeux sur Internet ne porte donc que sur les jeux et canaux « classiques ».

62 Parmi les diverses méthodes développées, c’est l’ICJE (Indice canadien du jeu excessif) qui a été retenu par les chercheurs français ayant réalisé cette enquête. Son établissement repose sur les réponses à neuf questions portant sur les conséquences financières, psychologiques ou sur son entourage de la pratique de jeu de l’intéressé. Les réponses sont cotées par le répondant sur une échelle de 0 à 3, ce qui aboutit à une échelle de score global de 0 à 27 points. Le « jeu excessif » est qualifié comme tel à partir d’un score de 8 points.

63 Soit 1,3 % au total de population à risque, un niveau que les auteurs de l’étude jugent « relativement bas par rapport aux pays développés ayant déjà réalisé ce type d’enquête ».

64 Voir « Jeux de hasard », L’emploi et le revenu en perspective, Statistique Canada, juillet 2009 et enquête ENHJEU Québec, « Portrait du jeu au Québec : prévalence, incidence et trajectoire sur quatre ans », conduite par l’Université Concordia, novembre 2010.

65 Source : ARJEL, Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne, 4e trimestre 2012 (accessible sur le site arjel.fr).

66 Pour illustrer une telle vision du jeu de hasard : « Exclus du jeu, ces hommes (les chômeurs) dépossédés de l’illusion vitale d’avoir une fonction ou une mission, d’avoir à être ou à faire quelque chose, peuvent, pour échapper au non-temps d’une vie où il ne se passe rien et où il n’y a rien à attendre, et pour se sentir exister, avoir recours à des activités qui, comme le tiercé, le totocalcio, le jogo do bicho et tous les jeux de hasard de tous les bidonvilles et toutes les favelas du monde… » (Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 320.) Ou : « On sait que le jeu fleurit en fonction directe du sous-développement. » (Jean Baudrillard cité in Yonnet Paul, Jeux, modes et masses, 1945-1985, Paris, Gallimard, 1985, p. 25.)

67 Martignoni-Hutin Jean-Pierre, Ethno-sociologie des machines à sous, Paris, L’Harmattan, 2000 et Du plaisir du jeu à la souffrance, une enquête sur le jeu et la dépendance au jeu, Fondation Rodin et Université Libre de Bruxelles, 2004.

68 La légitimité de l’argent effectivement gagné au jeu peut parfois poser question aux heureux élus, mais « la culpabilité des gagnants sera sans doute plus forte, non pas devant le gain au Loto, mais face aux profits qu’il peut générer » (Pinçon Michel et Pinçon-Charlot Monique, Les Millionnaires de la chance. Rêve et réalité, Paris, Payot, 2010, p. 142).

69 Pour une analyse d’un jeu engageant, à côté du hasard, une forme de compétence du joueur, voir « Tiercé, les nouveaux dimanches de la démocratie », in Yonnet Paul, Jeux, modes et masses, 1945-1985, Paris, Gallimard, 1985, p. 15-90.

70 Le « taux de distribution aux joueurs » en donne en lecture directe une évaluation « macro », jeu par jeu (voir le tableau n° 1).

71 « Le vain espoir de gagner quelqu’un des gros lots est la seule cause de la demande. Les gens les plus sages ont peine à regarder comme une folie ce fait de payer une petite somme pour acheter la chance de gagner 10 ou 20 000 livres, quoiqu’ils sachent bien que cette petite somme est peut-être 20 ou 30 p. cent plus que la chance ne vaut. » (Smith Adam, La Richesse des nations (1776), vol. 1, Paris, Flammarion, 1991, p. 182.)

72 « […] dans notre imagination, la probabilité d’une expectative est liée à l’importance de l’objet espéré ; nous exagérons la probabilité de ce que nous désirons ardemment, nous finissons, comme le dit l’expression vulgaire, par prendre nos désirs pour des réalités » (Bachelier Louis, Le Jeu, la chance et le hasard, Paris, Flammarion, 1914, p. 42).

73 Huizinga Johan, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, op. cit., p. 27.

74 Caillois Roger, Les Jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1967.

75 « C’est ce que montre, par exemple, une série de sondages réalisés de 1989 à 1998. À la question “Quels sentiments éprouvez-vous à l’égard des personnes qui sont riches ?”, 45 % des sondés citaient la méfiance en 1989. Ils n’étaient plus que 11 % en 1998, tandis que 70 % citaient l’indifférence et 13 % l’admiration. » (Pech Thierry, Le Temps des riches. Anatomie d’une sécession, Paris, Seuil, 2011, p. 136.)

76 Encore qu’il puisse être soutenu que la richesse, même fondée sur le travail et le mérite, ne puisse jamais être le résultat que du hasard : « La martingale est la cause unique des grosses fortunes, on ne leur connut jamais d’autre origine ; que la martingale prenne la forme industrielle, commerciale ou financière, c’est toujours, en réalité, d’un jeu qu’il s’agit. Pour devenir très riche, il faut être favorisé par des concours de circonstances extraordinaires et par des hasards constamment heureux. Jamais un homme n’est devenu très riche par sa valeur. » (Bachelier, 1914, p.77)

77 Steiner Philippe, Les Rémunérations obscènes, Paris, La Découverte/Zones, 2011.

78 Qui peuvent elles-mêmes être considérées comme relevant d’une logique de loterie : « La performance d’élite est recherchée et rémunérée selon une structure de loterie : de très gros lots pour les plus réputés, et, pour les autres, une distribution des gains qui s’échelonne selon une pente inégalitaire sans commune mesure avec les différences de capacité. » (Menger Pierre-Michel, Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme, Paris, Seuil, 2002, p. 40.)

79 « Dans le monde des arts et des spectacles, comme dans celui des sports, les inégalités de réussite et de rémunération sont à la fois très considérables, sujettes à la plus vive des fascinations, socialement acceptées et vigoureusement mises en spectacle. Elles y font l’objet d’une information et d’une apologie propres à vanter les perspectives de réussite de la loterie aux talents. » (Menger Pierre-Michel, Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme, op. cit., p. 35.)

80 Roland Barthes, dans L’Empire des signes, illustre à propos du pachinko cette articulation des registres du travail et du jeu : « De temps en temps, la machine, comblée, lâche sa diarrhée de billes : pour quelques yens, le joueur est symboliquement éclaboussé d’argent. On comprend alors le sérieux d’un jeu qui oppose à la constriction de la richesse capitaliste, à la parcimonie constipée des salaires, la débâcle voluptueuse des billes d’argent, qui, d’un coup, emplissent la main du joueur. » (p.42)

81 Frank Robert H., Cook Philip J., The Winner-Take-All Society. Why the Few at the Top Get so Much More Than the Rest of Us, New York, Free Press/Virgin Books, 1995.

82 « Peut-être l’homme est-il plus fier de gagner par heureuse chance que de bien jouer. Ce qu’exprime le mot féliciter ; car féliciter c’est proprement louer le succès, et non pas le mérite. » (Alain, Propos, op. cit., p. 303.)

83 Weber Max, Sociologie des religions, Paris, Gallimard, 1996 (1ère édition en allemand 1915-1920).

84 Elias Norbert, La Société de cour, Paris, Flammarion, 1985 (1ère édition en allemand 1969).

85 Rosanvallon Pierre, La Société des égaux, Paris, Seuil, 2011.

86 Rosanvallon Pierre, Ibid., 2011, p. 17. « De même que la compassion pour la pauvreté en général peut aller de pair avec la stigmatisation des pauvres en particulier […], de même la stigmatisation d’un establishment patrimonial et financier ne conduit pas automatiquement à la haine de la richesse en tant que telle et des moyens d’y parvenir. » (Pech Thierry, Le Temps des riches. Anatomie d’une sécession, op. cit., p. 130.)

87 Mills Charles Wright, Les Cols blancs, Paris, François Maspero, 1966 (1ère édition américaine 1951), p. 323.

88 On retrouve ici Adam Smith, pour sa vision de la répartition des revenus au sein des professions libérales : « Dans une loterie parfaitement égale, ceux qui tirent les billets gagnants doivent gagner tout ce que perdent ceux qui tirent les billets blancs. Dans une profession où vingt personnes échouent pour une qui réussit, celle-ci doit gagner tout ce qui aurait pu être gagné par les vingt qui échouent. » (Smith Adam, La Richesse des nations, op. cit., p. 180.)

89 L’actualité récente a mis l’une d’entre elles en exergue, à travers la contestation par les « pigeons » des projets d’évolution de la fiscalité des plus-values mobilières : « Ils (les entrepreneurs) en parlent beaucoup. Ils rêvent tous de la fameuse culbute. […] La culbute, c’est la part du rêve : si le premier gagnant au Loto touchait 2000 euros, personne ne jouerait ! » (Propos recueillis par Le Monde, 9 octobre 2012.)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Chiffres d’activité 2012 des opérateurs et évolution par rapport à 201153
URL http://teth.revues.org/docannexe/image/367/img-1.png
Fichier image/png, 102k
Titre Tableau 2 : Données sociodémographiques des différentes catégories de joueurs, comparées la population française âgée de 18 à 75 ans
URL http://teth.revues.org/docannexe/image/367/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Gaudin, « Les jeux de hasard », Terrains/Théories [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le 17 novembre 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://teth.revues.org/367 ; DOI : 10.4000/teth.367

Haut de page

Auteur

Yves Gaudin

IDHES, UMR 8533, CNRS, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Université Paris Lumières, F-92000 Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org