Navigation – Plan du site
Dossier

À la recherche des normes contemporaines de l’argent

Éléments pour une analyse de la promotion de l’éducation financière
Searching for the contemporary standards of money: Elements for an analysis of the promotion for financial education
Jeanne Lazarus

Résumés

Cet article réfléchit aux normes contemporaines de gestion de l’argent à travers le prisme des programmes d’éducation financière, politiques de grandes ampleurs lancées depuis une quinzaine d’années à travers le monde et qui occupent une place croissante parmi les mesures de protection des consommateurs de produits financiers. Après avoir montré que l’essor de ce sujet est corrélé à un transfert massif des risques socio-économiques depuis les collectivités vers les individus, l’article montre le rôle de l’économie comportementale dans la mise en forme théorique des enjeux, pour enfin s’interroger sur les transformations de la définition anthropologique des populations cibles depuis les politiques paternalistes du xixe siècle jusqu’à l’individu autonome et responsable contemporain. Ce faisant, il s’intéresse aux éventuelles contradictions contenues dans le projet même de protéger et d’éduquer un individu décrit comme libre et autonome.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 OCDE, Pour une meilleure éducation financière : enjeux et initiatives, OECD Publishing, 2005, p. 28

« Dans de nombreux pays, des particuliers doivent prendre plus souvent des décisions financières et assumer plus de responsabilités vis-à-vis de ces décisions. Parallèlement, ils sont souvent peu préparés aux responsabilités financières auxquelles ils font face. En conséquence, il est impératif que les consommateurs soient mieux éduqués à la chose financière1. »

1Ces quelques lignes issues d’un rapport de l’OCDE de 2005 résument les arguments d’un nombre croissant d’acteurs publics et privés qui depuis une quinzaine d’années prônent la mise en place de politiques publiques pour améliorer les compétences financières et budgétaires des populations des pays développés. Cette construction du « problème » de l’incompétence financière nous paraît être l’émanation et l’un des leviers d’une forme nouvelle de description du rôle de l’argent dans la société et de la façon dont les individus doivent s’en servir. Cette description de l’argent est fortement normative mais les normes en jeu ne sont pas seulement des normes de gestion de l’argent : l’objectif de ces programmes est de faire adopter aux individus des comportements adéquats à une économie et une société qui prônent la responsabilisation. Il s’agit donc de discuter ici des formes de normalisation diffusées par les institutions qui prônent l’éducation financière en explicitant les normes qu’elles diffusent et en étudiant les déclinaisons locales et concrètes de celles-ci et leurs conséquences sur les façons de compter des individus.

  • 2 Beck Ulrich, La Société du risque, Paris, Aubier, 2001.
  • 3 Hacker Jacob, The Great Risk Shift, The New Economic Insecurity and the Decline of the American Dre (...)

2Cet article se fonde sur deux types de matériaux : un travail documentaire de centralisation des travaux universitaires et de la littérature grise produite par les institutions nationales et internationales s’intéressant au sujet ; et un travail d’enquête auprès d’organismes promouvant l’éducation financière en France, ainsi qu’auprès de l’OCDE. L’objectif de cette recherche est moins de contribuer à une sociologie de l’argent – qui s’intéresserait à la façon dont l’argent s’insère dans les liens sociaux, est coloré par lui ou les colorent – qu’une sociologie de l’utilisation des normes de bonne gestion de l’argent. Celles-ci sont des vecteurs d’acceptation par les populations des transformations de l’État et de la protection sociale vers des formes individuelles de protection qui relèvent de la « société du risque2 », c'est-à-dire non seulement au sens d’Ulrich Beck, une société où les risques (notamment industriels) sont multipliés, mais aussi une société dans laquelle la répartition de ces risques a été déplacée. L’ouvrage de Jacob Hacker, The Great Risk Shift3, décrit les modalités de protection financière contemporaine des ménages américains : épargne individuelle pour les retraites, le chômage, la santé ou les études des enfants, placée sur des produits boursiers aux rendements incertains voire très risqués, le tout accompagné d’un recours au crédit croissant et nécessaire devant l’instabilité des revenus, dont il montre l’ampleur y compris dans la classe moyenne diplômée. Pour lui, la notion d’assurance en tant que répartition collective du risque a quasiment disparu de l’idéologie et des politiques publiques états-uniennes.

  • 4 Castel Robert, La Montée des incertitudes. Travail, protection, statut des individus, Paris, Seuil, (...)

3Dans beaucoup de pays d’Europe, les protections collectives restent largement supérieures à ce que décrit Hacker et offrent des filets de sécurité aux individus. Toutefois, elles sont en diminution et en recomposition, et l’appel à la responsabilité individuelle (« croisade » selon Hacker qui a réussi aux États-Unis) est également au cœur des réformes mises en place4.

  • 5 Servet Jean-Michel, Banquiers aux pieds nus : la microfinance, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 38. Glo (...)

4Les politiques d’éducation financière doivent donc être étudiées dans le cadre d’un transfert du risque financier, dont l’importance sociale se comprend grâce aux analyses de Jean-Michel Servet ou de Georges Gloukoviezoff. Leurs travaux montrent que la « financiarisation » ne concerne pas seulement des personnes qui possèdent des produits boursiers, PEA, assurance-vie ou qui auraient souscrit à un plan d’épargne entreprise, transférant ainsi une partie de leurs revenus en actions de l’entreprise qui les emploie. En réalité, les liens indirects avec la bourse touchent l’ensemble des personnes, du fait des risques de chômage et de déstabilisation du travail qui peuvent découler des pratiques boursières mais également parce que l’affiliation à la banque de détail et aux assurances est inévitable. L’insertion sociale passe par l’insertion dans les institutions financières et cela produit de nouvelles formes de domination5 car les multiples entités, avec lesquelles les individus sont contraints d’avoir des relations, calculent en termes purement monétaires.

  • 6 Perrin-Heredia Ana, « Faire les comptes : normes comptables, normes sociales », Genèses, n° 84, 201 (...)
  • 7 Caplovitz David, The Poor Pay More, New York, The Free Press, 1963.

5Ne pas s’y plier, quelle qu’en soit la raison, peut être extrêmement coûteux monétairement et socialement. C’est ce que décrit Ana Perrin-Heredia lorsqu’elle montre l’exploitation économique d’une famille populaire, par un opérateur de téléphonie mobile, un vendeur de canapé à domicile, mais aussi par les institutions publiques, entre retard de versement des prestations dues et inflexibilité dans les modes de calcul fiscaux6. Elle rejoint les analyses de David Caplovitz selon lesquelles les pauvres paient plus7, mais va plus loin puisqu’elle ne relie pas seulement cela à des modes de consommation contraints, mais aussi à des formes de calculs et d’organisation domestiques dissonants avec l’organisation de la vie économique.

  • 8 Voir à ce sujet Zelizer Viviana A., La Signification sociale de l’argent, Paris, Le Seuil, 2005.

6La contrainte économique doit-elle être analysée comme une donnée de contexte à prendre en compte ou impose-t-elle un cadre normatif propre ? L’argent induit des normes particulières d’échange et les groupes sociaux ont sans cesse cherché à délimiter son extension, en en normant très précisément l’usage8, et en imposant des contraintes aux individus en contact avec lui. Qu’en est-il dans la période contemporaine ? La « financiarisation » transforme-t-elle essentiellement le rapport de force entre l’argent et la société ?

7Dans un premier temps, nous décrirons en quoi la promotion des politiques d’éducation financière s’inscrit dans un contexte particulier, qui est celui du transfert du risque économique sur les individus. En nous inspirant d’une analogie avec les transformations des politiques de santé publique, nous nous intéresserons dans un deuxième temps aux outils cognitifs mobilisés par les promoteurs de l’éducation financière, pour enfin montrer que les institutions proposent une nouvelle description anthropologique des populations qu’elles ciblent, et nous demander si celle-ci se traduit véritablement dans les actions concrètes qu’elles mènent.

Une éducation à l’argent « moderne » ?

8Depuis une quinzaine d’année, les compétences financières des populations des pays développés – ce qui en anglais se nomme leur financial literacy – sont l’objet de réflexions, de programmes privés de grande ampleur et de politiques publiques. Les acteurs de ce champ sont multiples : régulateurs de marchés financiers (l’autorité des marchés financiers britannique a été l’une des première à développer des programmes publics), ministères des finances et de l’éducation, institutions financières, associations caritatives, experts issus du monde académique, et en particulier de l’économie comportementale. Leurs actions passent par des formations de petits groupes ; des sites internet mettant à disposition des informations sur les produits financiers, des jeux, des outils de planification des budgets, etc ; des publications écrites voire des campagnes d’affichage. Un acteur très important de ce champ est l’OCDE qui mène depuis la fin des années 1990 un travail de centralisation des initiatives existantes, et de lanceur d’alerte sur la nécessité d’éduquer les populations des pays développés à la finance, tout en diffusant des bonnes pratiques d’éducation associées de fait à des définitions des bonnes pratiques monétaires.

  • 9 Simmel Georg, Philosophie de l’argent, Paris, PUF, 1999.
  • 10 Voir à ce sujet Christen-Lecuyer Carole, Histoire sociale et culturelle des caisses d’épargne en Fr (...)
  • 11 Katz Michael, Improving Poor People, Princeton, Princeton University Press, 1995, p. 4.
  • 12 Perrin-Heredia Ana, « L’accompagnement budgétaire : un instrument ambivalent du gouvernement des co (...)

9L’éducation des pauvres à l’économie, l’épargne, la tempérance, est ancienne ; son invention est parallèle à la monétarisation qui apparaît avec la révolution industrielle. Les classes laborieuses désormais salariées loin de l’auto-consommation rurale, doivent payer pour se loger, se vêtir, se nourrir, accéder aux loisirs, etc. C’est d’ailleurs ce contexte de monétarisation qui poussa Georg Simmel à écrire sa Philosophie de l’argent, afin de réfléchir aux bouleversements sociaux qu’impliquait cette présence nouvelle de l’équivalent monétaire dans les relations sociales9. Les réformateurs sociaux du xixe siècle ont beaucoup réfléchi aux moyens de réformer les pratiques budgétaires des pauvres10. Michael Katz a montré que l’éducation est pour eux, de longue date, un outil fondamental11. À leurs yeux, les maux dont souffrent les plus pauvres sont issus de leurs mauvais comportements plutôt que du manque d’argent. Cette logique sous-tend l’existence de ce qu’Ana Perrin-Heredia nomme les « accompagnateurs budgétaires », c'est-à-dire les personnes appartenant à des institutions publiques ou privées qui font profession d’aider à « “mieux” compter, “mieux” gérer et “mieux” consommer12 ».

  • 13 Borraz Olivier, Les Politiques du risque, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.
  • 14 Plot Sébastien, Les Enjeux d’une mise en risque. La construction du surendettement comme problème p (...)

10Mais cette éducation à l’argent prend un tour nouveau dans la période contemporaine, et s’inscrit dans le cadre de la « politique du risque13 », c'est-à-dire une action publique dirigée vers le contrôle de ce qui pourrait déstabiliser le fonctionnement institutionnel et social. Sébastien Plot l’a montré à propos du surendettement : « D’un risque bancaire identifié et stabilisé, le surendettement se construit dans les années 1990 comme un risque social dont le traitement ne peut plus être confiné dans les arènes financières ou judiciaires14. » Plus largement, les budgets des classes moyennes sont devenus l’objet d’inquiétudes d’un certain nombre d’acteurs publics qui considèrent que les finances des particuliers sont mises en danger pour trois raisons : l’instabilité des emplois, la baisse des protections collectives et la proximité accrue de l’épargne domestique avec les marchés financiers et leurs soubresauts. Cela est d’autant plus vrai que les États ont engagé parallèlement des politiques de libéralisation des marchés financiers et de réduction de leurs dépenses sociales.

11Au début de la décennie 2000, le comité de l’OCDE en charge des marchés financiers, des assurances et des retraites s’est inquiété de la faiblesse des versements dans les pays de retraites par capitalisation. Cela s’inscrit dans ce que Hacker a appelé le risk shift, dont un élément central est la mise en place de plan de retraites dit 401(k), qui transforment entièrement le système de retraites par capitalisation, le faisant passer d’un système dit de Defined Benefits à un système de Defined Contribution : les fonds de pension s’engageaient, en échange des cotisations reçues, à verser régulièrement lorsque l’âge de la retraite serait atteint, une somme définie à l’avance, par exemple un pourcentage des salaires perçus. Le risque était donc du côté des entreprises financières. Avec la Defined Contribution (DC), le risque est supporté par les souscripteurs car ce n’est plus la pension finale qui est contractualisée mais les versements au long de la vie active – dont les montants ont eux-mêmes été assouplis. Dans le système précédent, le montant des prélèvements était relativement rigide, les cotisations étaient prélevées à la source, et le plan de retraite était une forme d’épargne forcée. Cela disparaît avec la DC. Les individus doivent désormais décider à la fois du support et du montant de leurs versements. Et quoi qu’il en soit, leurs retraites varieront avec les cours de bourse. Rien ne leur garantit qu’elles suffiront à leurs vieux jours.

  • 15 OCDE, Pour une meilleure éducation financière : enjeux et initiatives, op. cit.

12Les rédacteurs des rapports de l’OCDE, utilisant le vocabulaire de la micro-économie, considèrent que ce système de retraite provoque des « choix sous-optimaux », notamment car les montants épargnés sont insuffisants pour produire des niveaux de retraite viables. Si rien n’est fait, une catastrophe socio-économique se profile à moyen terme, lors de la retraite des actifs d’aujourd’hui15. Depuis 2003, l’OCDE a mis en place une réflexion sur l’éducation financière, présentée comme un moyen puissant d’améliorer les « choix » des épargnants.

  • 16 Berlivet Luc, « Une biopolitique de l’éducation pour la santé », in Fassin Didier et Memmi Dominiqu (...)
  • 17 Max Weber a bien montré dans L’Éthique protestante que cela est le cas à chaque époque (Weber Max, (...)

13Il ne s’agit plus comme au xixe siècle de réformer des comportements budgétaires individuels des classes laborieuses, en parallèle à l’hygiénisme sanitaire16, mais de s’attaquer à la mauvaise anticipation des risques financiers et des comportements d’épargne et de crédit jugés problématiques pour des raisons micro et macro-économiques. Le but des interventions est donc moins de définir de bons comportements qui seraient les mêmes pour tous (d’autant plus qu’elles se placent dans un cadre libéral qui donne une place essentielle à la libre décision), que de rendre chacun conscient des risques qui le menacent, ce qui devrait conduire tous les foyers à réfléchir plus sérieusement à leurs choix financiers. L’apprentissage de la gestion de l’argent doit conduire à acquérir un rapport précis au travail, à l’État et à l’économie17, que l’on peut qualifier comme étant un rapport de consommateur averti mais aussi de participant au marché.

  • 18 Bergeron Henri, « Les Politiques de santé publique », in Borraz Olivier et Guiraudon Virginie (dir. (...)

14Afin de faire apparaître l’ampleur de ces changements, un détour par les transformations de la santé publique nous semble très heuristique : dans le domaine sanitaire, l’hygiénisme a progressivement été remplacé par des politiques plus réflexives sur la façon de transformer efficacement le comportement des individus d’une façon qui se veut pragmatique et non morale. Henri Bergeron a montré que ces changements sont le fait de multiples mécanismes, dont beaucoup font écho aux transformations en cours dans l’éducation à la gestion de l’argent18. Nous allons étudier plus précisément deux d’entre eux : la reformulation des problèmes à l’aide d’outils cognitifs nouveaux et un changement d’anthropologie dans la désignation des populations cibles.

  • 19 Même si Henri Bergeron souligne que les politiques de santé publique sont toujours jugées « inachev (...)

15En comparant terme à terme éducation à l’argent et éducation à la santé, il apparaît que la mise en problème des compétences financières est encore débutante19, mais suit la même voie que celle de la prévention sanitaire, vers des formes de mises en chiffre et de « rationalisation » permettant de mener des actions publiques sur une population par ailleurs construite comme autonome et « responsabilisée ».

Formuler le « problème » de la compétence financière grâce à l’économie comportementale

  • 20 Bergeron Henri, « Les Politiques de santé publique », art. cit.
  • 21 Bergeron Henri et Castel Patrick, « Normalité, normalisation et normation », in Laude Anne et Tabut (...)
  • 22 Desrosières Alain, La Politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Dé (...)
  • 23 D’ailleurs André Babeau, Les comportements financiers des Français, Paris, Economica, 2011 juge que (...)
  • 24 Desrosières Alain, « Du travail à la consommation : l’évolution des usages des enquêtes sur le budg (...)

16En médecine, le nouveau langage cognitif est l’épidémiologie qui permet de catégoriser les maladies et de tracer des corrélations et liens causaux entre des comportements et la survenue de maladies20. Celle-ci utilise les outils de l’evidence based medecine, une médecine fondée en particulier sur les essais « randomisés » et les guides de bonne pratique21, et qui se présente comme plus objective et scientifique que les pratiques individualisées des médecins. Alain Desrosières a montré l’importance de la statistique publique dans la construction des États modernes22. La description de l’état sanitaire en constituait une part importante. Toutefois, les finances des ménages n’avaient pas été mises en chiffres de cette façon23, même si les budgets et la consommation ont fait historiquement l’objet d’enquêtes permanentes24.

  • 25 Voir, par exemple Duflo Esther et Saez Emmanuel, « The Role of Information and Social Interactions (...)
  • 26 C’est le cas dans le document que l’OCDE a proposé à la consultation publique entre août et septemb (...)
  • 27 Voir par exemple le Guide for Evaluation Financial Education Programs de l’OCDE en 2010.
  • 28 Bezes Philippe, Réinventer l’État, les réformes de l'administration française (1962-2008), Paris, P (...)

17Il n’existe pas d’équivalent de l’épidémiologie en ce qui concerne les comportements financiers. Pourtant, les promoteurs de l’éducation financière s’appuient sur des outils qui pourraient être jugés ressemblants quant à leur scientificité et leur systématisme, notamment quand ils sont issus de l’économie expérimentale : corrélations statistiques entre des comportements et des situations financières et essais « randomisés » pour tester l’efficacité des programmes existants25. Les guides de bonnes pratiques sont en revanche très différents de ceux de la médecine : ils ne décrivent pas des processus pas à pas mais des cadres généraux destinés à homogénéiser les pratiques. Ils établissent des principes (les thèmes qui devraient être abordés, le niveau final attendu des personnes formées, etc26) mais n’entrent pas dans les détails de la construction des formations. En revanche, l’OCDE a mis en place un guide beaucoup plus précis sur les processus d’évaluation des programmes existants27. Ici, on voit la prise en compte par l’institution des exigences d’accountability qui caractérisent les politiques publiques contemporaines28.

  • 29 Weber Roberto et Dawes Robyn, « Behavioral Economics », in Smelser Neil et Swedberg Richard, The Ha (...)
  • 30 Les résultats de ce volet ont été dévoilés en juillet 2014.
  • 31 Voir, par exemple, Lusardi Anna-Maria et Mitchell Olivia, « Financial Literacy and Retirement Prepa (...)

18Dans ce champ en cours de constitution, les économistes comportementaux sont extrêmement présents – cette branche de l’économie, qui a gagné en importance et légitimité depuis les années 1990, vise à améliorer l’économie traditionnelle en changeant les hypothèses de celle-ci sur les comportements des acteurs, en y intégrant les préférences, la temporalité, la culture, la psychologie, etc29. Ainsi, Anna-Maria Lusardi, économiste comportementale américaine, qui promeut des politiques destinées à améliorer la financial literacy des populations, est-elle l’une des expertes la plus citée et invitée par l’OCDE sur ce thème. Elle dirige les groupes de travail de l’organisation internationale sur le sujet, et a été à la tête de l’introduction d’un volet « financial literacy » dans l’enquête PISA de 201230. Ses travaux, à la frontière du monde académique et de l’expertise publique, montrent des corrélations statistiques entre le niveau d’épargne et de planification et le bien-être financier au moment de la retraite31.

  • 32 Thaler Richard et Sustein Cass, Nudge, La Méthode douce pour inspirer la bonne décision, Paris, Vui (...)

19Richard Thaler et Cass Sustein, dans leur best-seller Nudge, considéré comme ayant diffusé les théories d’économie comportementale, et en particulier largement influencé Barack Obama, traitent à la fois de questions sanitaires, notamment des politiques de prévention de l’obésité, et de question financières (crédit et épargne)32. Ainsi, des modes de raisonnement et des leviers similaires (l’architecture des choix, le jeu sur l’inertie des comportements, le « marketing social »), sont-ils proposés pour les domaines sanitaires et financiers.

  • 33 Calvez Marcel, La Prévention du sida. Les sciences sociales et la définition des risques, Rennes, P (...)
  • 34 Lacan Laure, L’Argent des crédits. Recours au crédit à la consommation, contraintes et pratiques de (...)

20Pourtant, le lien entre comportement budgétaire et « bonne santé » financière est loin d’être clairement établi. En effet, les promoteurs de l’éducation financière affirment que les bons choix et comportements des consommateurs de produits financiers peuvent améliorer leur situation. Or pour que cette démonstration soit convaincante, il faut isoler le comportement financier de toutes les autres variables pouvant influencer la « santé financière ». Si en médecine, le caractère « atomiste » des conceptions qui pensent pouvoir transformer des comportements individuels sans transformer les conditions socio-économiques est parfois dénoncé33, la question se pose avec encore plus d’acuité pour les budgets : le bon sens risque en effet de souligner que plus on est riche et stable professionnellement, plus le risque d’avoir des difficultés financières est faible mais plus la potentialité de répondre correctement à des tests de connaissances est élevé. En outre, certaines pratiques qualifiées de « mauvaises » (bad) dans les enquêtes statistiques peuvent être lues comme des symptômes d’une mauvaise éducation financière ou comme ceux d’une situation économique contrainte. C’est par exemple le cas pour les cartes de crédit : les taux sont souvent élevés, les frais pour retard aggravent les dettes. La pratique est donc jugée « irrationnelle ». Pourtant, les enquêtes ethnographiques montrent que dans les situations de manque d’argent, la « rationalité » consiste à trouver tout ce qui permet d’« acheter du temps34 », les cartes de crédit étant particulièrement disponibles et faciles d’usage, elles sont donc utilisées pour cela. Plus encore que pour d’autres domaines, il est donc nécessaire de démontrer que les pratiques monétaires ont un rôle propre dans la santé financière d’un ménage, indépendamment du niveau de patrimoine et de revenu. Des enquêtes statistiques sont alors mobilisées qui se multiplient, à l’échelon national et au niveau international. En outre, en médecine, si « l’environnement » est parfois évoqué comme source de risque, du côté des comportements financiers, celui-ci est très souvent négligé. Or, l’environnement financier n’est rien d’autre que le degré de régulation des banques et l’effet des lois de protection des consommateurs financiers. Dans les enquêtes internationales que mènent l’OCDE, ces éléments n’apparaissent quasiment pas.

  • 35 Atkinson Adele et Messy Flore-Anne, « Measuring Financial Literacy : Results of the OECD / Internat (...)
  • 36 Voir à ce sujet Barraud de Lagerie Pauline, Bidet Alexandra et Nouguez Étienne, « Ce que mesurer ve (...)
  • 37 On retrouve bien sûr ici les analyses de Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalism (...)

21L’OCDE a ainsi publié un rapport en 2012 comparant le niveau de compétence financière de la population de 14 pays aussi différents que le Pérou, la Malaisie ou l’Allemagne35. Trois types de scores y ont été mesurés : les savoirs, les comportements et les attitudes. Le but annoncé de l’étude était d’identifier les besoins spécifiques de chaque pays. La construction même de l’enquête conduit à considérer que certains comportements sont à promouvoir quand d’autres doivent être combattus. Ainsi, le score de comportement est-il meilleur lorsque le taux d’épargne d’un pays est élevé, il diminue en revanche lorsque beaucoup de répondants déclarent emprunter pour joindre les deux bouts. La mise en chiffre des compétences financières et le travail de mesure36 dont elle est issue réifient ainsi des normes des bons usages de l’argent, qui sans être nouvelles (bien au contraire, on y retrouve la promotion de l’épargne, de la planification et de la maîtrise de soi, qui sont associées à la bonne gestion de l’argent telle que Benjamin Franklin l’avait décrite, celle qui permet l’accumulation capitaliste et satisfait les préceptes ascétiques issus du calvinisme37) se présentent alors comme détachées de considérations morales, mais centrées sur l’efficacité et la protection.

Les limites à la description du consommateur autonome

22Le second élément de la « modernisation » de la santé publique a été l’établissement d’une nouvelle anthropologie des populations visées. C’est également le cas pour l’éducation financière. Il est vital pour ses promoteurs de tenir à distance toute comparaison qui pourrait être faite entre leurs projets et le paternalisme des dames patronnesses et des réformateurs sociaux du xixe siècle. La cible n’est pas la famille urbaine prolétaire soumise aux dangers du chômage, de la maladie et de la dislocation des liens sociaux à qui on conseillait la tempérance, un bon sens planificateur et l’apprentissage de petits savoir-faire. Ici, l’idéal-type de l’objet de ces politiques est le consommateur libre de ses choix mais soumis aux risques d’instabilité des marchés financiers. Les populations cibles ne sont plus des individus sous-équipés cognitivement et qu’il faut « éduquer ». Ce sont des consommateurs, dont il convient d’analyser les modes de raisonnement, les « choix », afin de les transformer pour les rendre optimaux.

  • 38 Voir notamment le numéro de revue suivant : Langley Paul et Leyshon Andrew (dir.), Journal of Cultu (...)
  • 39 Marron Donncha, « Producing Over-Indebtedness », Journal of Cultural Economy, vol. 5, n° 4, p. 107- (...)
  • 40 Calder Lendol, Financing the American Dream, Princeton, Princeton University Press, 1999.

23Quel style de vie est-il ainsi promu ? Une lecture foucaldienne présente la mise en problème des compétences financières comme un outil néo-libéral destiné à transformer tout individu en un consommateur capitaliste38, ayant intégré le contrôle de soi et accepté la forme de moralisation spécifique au marché de l’argent contemporain, c'est-à-dire un marché stratifié (depuis la carte platine jusqu’au payday lending39), et qui impute la responsabilité des éventuels problèmes financiers qu’ils pourraient rencontrer aux consommateurs eux-mêmes. Pour Donncha Marron, la morale s’est déplacée : elle ne se situe plus dans le fait de faire ou non des crédits mais dans la capacité d’assumer les crédits souscrits. En ce sens, il rejoint Lendol Calder qui dénonce le simplisme de l’opposition souvent tracée par le bon sens entre l’épargne fourmi et le crédit cigale40. Il considère que la diffusion du crédit aux États-Unis n’a pas signé la fin de l’ethos de l’épargne et du maintien de soi, mais a plutôt installé une nouvelle forme de contrainte par l’argent, puisque le remboursement des traites a créé une contrainte de régularité des paiements, largement absente jusque-là de la gestion budgétaire des ouvriers américains.

  • 41 Cette thématique est développée dans Lazarus Jeanne, L’Épreuve de l’argent, Paris, Calmann-Levy, 20 (...)

24Si nous souscrivons pleinement à l’idée que le marché contemporain de l’argent est destiné à un consommateur autonome et acceptant de supporter les risques41, pour autant, l’observation des promoteurs de l’éducation financière nous conduit à ne pas nous arrêter à cette assertion générale mais à réfléchir à la façon dont cette responsabilisation du consommateur est mise en œuvre et à ses conséquences dans la transformation des pratiques et des discours des différents acteurs présents dans la commercialisation des produits financiers. En effet, si un besoin d’éducation se fait sentir, et qu’il est nécessaire pour la promouvoir de construire la population cible comme nécessitant une aide, alors le consommateur en pleine capacité est plus un horizon d’attente qu’une réalité. Dès lors, deux questions se posent : d’une part, en attendant que le consommateur idéal apparaisse, soit « formé » ou « éduqué », comment organiser un marché équitable ? D’autre part, comment éduquer une personne présentée comme autonome et responsable ?

Comment et jusqu’où protéger un individu autonome ?

25Si le consommateur de produits financiers est autonome mais nécessite d’être éduqué, son autonomie est par définition en devenir : comment le protéger de façon efficace tout en considérant que le marché doit être libre ? Il s’agit pour nous de « suivre les acteurs », c'est-à-dire de comprendre à quelles types de questions doivent répondre des institutions pour qui l’organisation marchande de l’économie va de soi mais qui sont en même temps en charge de garantir aux consommateurs qu’ils ne seront pas escroqués.

  • 42 C'est-à-dire les organismes publics en charge de vérifier la régularité des opérations de bourse, m (...)
  • 43 Ainsi, en France, l’institut d’éducation financière du public est financé par l’AMF. En Grande-Bret (...)

26Les régulateurs des marchés financiers42 sont au centre de ces enjeux. Dans de nombreux pays ils sont en charge de l’éducation financière43, et ce sont également eux qui vérifient que les produits financiers sont vendus dans de bonnes conditions. Ils endossent donc des missions de protection du consommateur. La crise des subprimes en 2008 les a ébranlés, puisqu’ils ont été accusés de ne pas avoir suffisamment surveillé les banques et par ricochet de ne pas avoir protégé les investisseurs non professionnels.

  • 44 OECD, « G20 High-Level Principles on Financial Consumer Protection », Paris, OECD, 2011. Voir sur c (...)

27Un certain nombre d’organismes ont été créés depuis. La loi Dodd-Frank votée aux États-Unis en 2010 a notamment mis en place le Consumer Financial Protection Bureau (CFPB), agence chargée de protéger les consommateurs de produits financiers pour promouvoir la transparence et l’équité dans les relations marchandes entre les consommateurs et les institutions financières. Le G20 a par ailleurs adopté dix « principes de haut niveau » en 2011 concernant la protection des consommateurs de produits financiers. Ces principes ont été développés par l’OCDE à la demande du G20, un groupe de travail (task force) a été mis en place. Elle réunit les régulateurs, les banques centrales et les ministères des finances de nombreux pays, ainsi que des organismes représentants les banques et les consommateurs44.

28Ces régulateurs sont au cœur de fortes tensions : jusqu’à quel point peut-on considérer que le niveau de risque encouru en plaçant son argent sur des supports financiers est acceptable ? Suffit-il d’informer les consommateurs des risques qu’ils prennent ou faut-il empêcher qu’on leur propose des produits trop dangereux ? En effet, la réponse la plus usuelle des pouvoirs publics à la question de la protection des consommateurs devant un marché qui se libéralise est de mieux informer les clients. Ainsi, la directive européenne sur les marchés d’instruments financiers (MIF), entrée en vigueur en 2007 a-t-elle conduit à multiplier les documents fournis aux clients des banques lorsqu’ils souscrivent crédit ou épargne. Elle impose aux institutions financières de mesurer les compétences financières et l’aversion aux risques des épargnants avant de leur vendre tout produit boursier. Le but de la directive est double : améliorer l’information et par là la liberté de choix des clients et en même temps augmenter la participation des particuliers aux marchés financiers. Elle s’inscrit dans une vision traditionnelle du rôle des régulateurs : s’assurer que le marché est « transparent » et laisser ensuite les consommateurs faire leur choix.

  • 45 HKMA-SFC-OECD, Seminar on the Evolution of Financial Consumer Protection and Education in Asia, Hon (...)

29Toutefois, cette directive est antérieure à la crise financière. Depuis, une protection plus « active » est promue. Se contenter d’informer ne paraît plus suffisant. En effet, quelle est l’efficacité d’une « transparence » qui se traduit par une accumulation d’informations au statut plus juridique que pédagogique (certains contrats de crédit ou d’épargne ont l’épaisseur d’un livre), et qui protège avant tout les vendeurs ? De nombreux débats sont en cours sur le sujet et font apparaître la difficulté de la mise en application des grands principes du G20, notamment deux d’entre eux qui sont centraux : le principe numéro 3 qui impose un traitement « équitable et juste » des consommateurs, et le principe numéro 4 qui stipule « l’information et la transparence ». L’observation d’une conférence organisée par l’OCDE en décembre 2012 sur la protection des consommateurs de produits financiers en Asie45 a mis au jour l’ampleur des marges d’interprétation de ces principes. L’introduction de la conférence, par les responsables de ces questions à l’OCDE posait d’emblée les cadres du débat : il est important, disaient-ils, de tenir ensemble l’éducation du consommateur, la protection du consommateur et l’inclusion financière. Mais tout cela doit se faire sans pénaliser la compétition, l’innovation et l’accès.

  • 46 Ce qui n’empêche que les associations de consommateur françaises n’ont de cesse de dénoncer l’opaci (...)

30Les représentants des régulateurs de marché financiers de nombreux pays y présentaient l’action de leurs institutions : certaines étaient très interventionnistes, regardant dans le détail les produits vendus et allant jusqu’à noter les institutions financières en fonction de leur degré de respect de l’intérêt des clients. D’autres au contraire considéraient que leur rôle se limitait à faire en sorte que les informations soient correctement transmises aux consommateurs, c'est-à-dire à s’assurer que le marché fonctionne de façon légale. De cette façon, la responsabilité des choix n’est imputable à personne d’autre qu’aux souscripteurs des produits. La représentante de l’autorité des marchés financiers de Hong-Kong a ainsi résumé son action en disant qu’il lui était impossible de garantir qu’un placement rapporte toujours de l’argent et qu’une banque ne fasse jamais faillite mais que son rôle était de faire en sorte que le consommateur en soit conscient. En outre, si la plupart des régulateurs vantaient les progrès accomplis dans leurs pays, les situations initiales divergeaient très largement. Ainsi, la représentante des autorités financières des Philippines décrivait une avancée récente de la régulation : les banques sont désormais obligées d’afficher des posters dans leurs bureaux indiquant que les clients ont le droit de demander des copies des documents qu’ils ont signés. En outre, son institution travaille à ce que les taux d’intérêt et l’ensemble des coûts des crédits soient clairement indiqués et que l’information soit suffisamment diffusée pour rendre possible la comparaison entre les différents prêteurs. En France par exemple, les banques remettent de très longue date tous les documents à leurs clients, les législations nouvelles concernent plutôt la taille des caractères ou l’ordre de présentation d’un certain nombre d’éléments. La présentation des informations relatives au coût des crédits est par ailleurs très normée au moins depuis la loi Scrivener de 197846. Aux États-Unis, la campagne « Know Before You Owe », lancée par le CFPB cité plus haut après la loi Dodd-Franck de 2010 a mis en place un formulaire synthétique que les banques doivent remettre aux emprunteurs de crédit immobilier avant toute signature, qui indique les caractéristiques centrales du prêt comme le taux d’intérêt, le montant des mensualités et les possibilités de variation. Un tel document paraît très banal pour un emprunteur français mais il a fallu la crise des subprimes pour que les autorités étatsuniennes l’imposent, et ce au nom même de la stabilité des marchés, puisque les crédits souscrits dans des conditions d’opacité et d’exploitation des plus pauvres ont conduit à déstabiliser l’ensemble du système financier international. On perçoit ici que des intérêts très divergents peuvent se retrouver : conserver un marché stable et fournir au consommateur des produits financiers sans pièges vont de pair, et qu’en même temps la résolution de ces enjeux passe par des éléments extrêmement concrets, comme l’élaboration de fiches signalétiques standards des produits vendus aux particuliers.

31Ces quelques exemples montrent que l’énoncé de règles générales sur la transparence des marchés financiers s’inscrit dans des niveaux de réglementations initiaux extrêmement variables. Se contenter de décrire les réflexions internationales autour de la protection et de l’éducation du consommateur de produits financiers comme un mouvement de production d’individus néo-libéraux n’en épuise pas les enjeux. Les conséquences en termes de réglementations et d’évolution du cadre juridique issues de cette anthropologie nouvelle du citoyen sont multiples et sujets à des débats. C’est également le cas des programmes concrets d’éducation financière.

Éduquer un individu autonome ?

  • 47 Pour une présentation de ce qui se passe en France sur ce sujet, voir Lazarus Jeanne, « De l'aide à (...)

32Les réflexions sur la régulation des activités de marché et des produits d’épargne posent des questions de répartition du risque et de responsabilité entre particuliers et institutions financières, les régulateurs considérant que s’ils doivent protéger les consommateurs il ne faut toutefois pas freiner la circulation des capitaux ni l’innovation des banques. Une des solutions pour eux est donc d’en appeler à une meilleure capacité de choix des consommateurs et à leur responsabilisation à travers leur éducation budgétaire et financière. Les programmes d’éducation sont d’ampleur très inégale selon les pays : aux États-Unis et en Angleterre ils sont conséquents et touchent aussi bien les enfants scolarisés que les adultes actifs. Ils sont organisés par des organismes publics et privés. En France, les initiatives sont bien plus modestes, pour l’essentiel associatives, même s’il existe un organisme public (l’IEFP, Institut pour l’éducation financière du public), aux moyens humains et financiers limités et aux actions ponctuelles47. Toutefois, le thème est en passe de prendre de l’ampleur, la CCSF (Comité consultatif du secteur financier) ayant été chargé par le ministre de l’économie de mener une réflexion sur l’éducation financière en France : un groupe de travail a été mis en place en 2014, qui s’appuie en grande partie sur les documents de l’OCDE.

  • 48 Par exemple pour la France, il existe le site de la fédération des banques françaises nommé Les clé (...)
  • 49 C’est-à-dire le site www.lesclesdelabanque.fr, émanation de la fédération des banques françaises, q (...)

33L’un des outils d’éducation financière les plus développés est le site internet. Celui-ci permet une diffusion maximale et de mettre à disposition de tous les informations nécessaires à la souscription de produits financiers48. Le client bancaire autonome à la recherche d’informations utiles saura bien sûr se servir de ces sources d’information. Pourtant, les sites ne ciblent pas seulement ce type d’individus. Des entretiens avec les responsables des sites français les plus visités49 ont au contraire montré qu’ils ambitionnent de toucher une population très large et particulièrement les personnes les moins autonomes face aux institutions financières. En outre, ce n’est pas seulement des informations que les sites veulent passer (c'est-à-dire des éléments qui augmenteraient le score de savoir pour reprendre les catégories de l’OCDE), ils veulent aussi changer les comportements et l’attitude des clients bancaires. Sur ce point, les Français ne se distinguent pas particulièrement de leurs homologues internationaux, et la plupart des sites que nous avons analysés présentent le même type de contenus : ressources informatives, « outils » de planification budgétaire – le plus souvent des grilles budgétaires et des simulateurs de budget – et éventuellement quelques tests et jeux. Il en ressort plus ou moins explicitement la description de « bons » styles de vie et de principes de gestion de l’argent qui ne sont jamais présentés comme moraux mais pourtant éminemment normatifs. Par exemple, sur le site de Finances et Pédagogie, que nous présenterons plus bas, des petits films mettent en scène M. et Mme Tromagnon : dans leur monde préhistorique ils vont faire les soldes, veulent partir en vacances, font un crédit, etc. Après quelques scènes humoristiques, un personnage cravaté ressemblant fort à un banquier s’impose à l’écran et reprend la situation en main en donnant de bons et de mauvais points aux Tromagnon et en énonçant des principes de bonne gestion avec des phrases commençant par « il faut ».

  • 50 La coalition est parvenue à instaurer un « mois de la financial literacy » aux États-Unis, elle mil (...)

34Sur le site de Jump$tart, association étatsunienne qui promeut l’éducation financière à l’école, la section Reality Check invite les jeunes visiteurs à faire la liste du mode de vie qu’ils souhaiteraient avoir lorsqu’ils seront adultes : taille de la maison, nombre de voitures, type de loisirs, etc. Un simulateur leur indique ensuite le revenu nécessaire pour atteindre ce niveau de vie, et le type d’études qu’ils doivent envisager. Cela n’a rien d’anecdotique : Jump$tart joue un rôle important dans la diffusion de l’éducation financière aux États-Unis50. Ses conseils de « style de vie » semblent très limités et réduits à des aspirations matérielles. Pourtant, ils dessinent un mode de vie bien précis, dans lequel les enjeux économiques sont maîtrisables par le calcul et par les comportements individuels – la question du patrimoine par exemple n’est pas évoquée. « L’épreuve de réalité » est destinée à faire comprendre aux adolescents que la vie adulte autonome a un prix et nécessite de se plier aux études, au travail, à la hiérarchie sociale et économique existante. En outre, elle décrit des vies stables et planifiables, linéaires depuis le choix des études jusqu’à la retraite. Or, précisément, nous avons vu plus haut que l’argumentation des lanceurs d’alerte sur la nécessité de promouvoir l’éducation financière reposait sur l’instabilité croissante à laquelle font face les individus.

  • 51 En échange de l’avantage fiscal et concurrentiel que leur donnait le monopole du livret A, les Cais (...)
  • 52 D’autres banques ont lancé des programmes de formation à l’argent, notamment la Fondation Cetelem e (...)

35Ce décalage entre des outils d’éducation fondés sur la planification et la stabilisation des budgets et l’incertitude croissante à laquelle les individus sont confrontés se retrouve également dans les autres formes d’éducation budgétaire, en particulier dans les formations dispensées à des petits groupes. En effet, parallèlement à ces sites internet, les organismes proposent des sessions d’éducation à l’argent. Sans proposer de description exhaustive des formations existantes, je me limiterai ici à décrire les actions de Finances et Pédagogie, association financée par les Caisses d’Épargne. Elle a été fondée en 1957 et s’inscrit dans les missions d’intérêt général des Caisses d’Épargne51. Elle compte aujourd’hui une vingtaine de conseillers présents dans toute la France, qui sont le plus souvent d’anciens conseillers bancaires. Ces derniers interviennent à la demande d’acteurs éducatifs (enseignement secondaire, centre de formation des apprentis, etc), de travailleurs sociaux en lien avec des publics en difficulté (centres communaux d’action sociale, foyers de jeunes travailleurs, offices HLM, etc), mais aussi parfois d’entreprises ou d’administrations qui souhaitent mener des actions de prévention du surendettement de leurs salariés. Les pratiques de Finances et Pédagogie sont représentatives des types d’action qui existent en France et sont à l’heure actuelle les plus complètes et les plus « professionnalisées52 ».

36Les formations proposées sont centrées sur deux éléments : la gestion budgétaire et l’explicitation des produits bancaires. Les niveaux de complexité sont très variables en fonction du public visé. Les sessions sont un mélange de présentations magistrales et de mises en situation autour de jeux de rôle. Une grande partie de ces interventions vise des personnes (appelées stagiaires) en difficulté et disposant de ressources monétaires limitées. Il s’agit donc de leur apporter des outils et des conseils de gestion : tenue des comptes, anticipation des dépenses, moyens de limiter certains coûts de la vie quotidienne, etc. Mais les formations sont également destinées à aider les stagiaires à comprendre ce que sont les outils bancaires en leur possession, depuis la lecture d’un relevé de compte au décryptage du fonctionnement d’un crédit renouvelable en passant par le remplissage d’un talon de chèque et l’explication de la différence entre une assurance-vie et une assurance-décès.

  • 53 Voir à ce sujet Hoggart Richard, La Culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970. Et plus réc (...)

37Deux types de savoirs sont donc dispensés par Finances et Pédagogie : un savoir technique sur les produits bancaires et un savoir de gestion budgétaire. Toutefois, la question du risque et de la responsabilisation est très peu présente dans ces formations, qui s’inscrivent beaucoup plus dans la question classique des travailleurs sociaux : comment aider les plus pauvres dont les revenus et les vies sont marqués par la discontinuité à participer à un monde où le salariat et la stabilité sont structurants53 ? Il s’agit donc de leur apprendre à se « défendre » le mieux possible face aux institutions bancaires, à la fois à travers la compréhension la plus précise possible des services bancaires, de leurs tarifs, de leurs avantages et inconvénients, afin de pouvoir les comparer et les utiliser au mieux ; mais également à travers des conseils de gestion budgétaire destinés à anticiper l’instabilité des revenus. Tout le talent des formateurs réside alors dans le fait de tenir compte de la possibilité du crédit, qui empêche de présenter l’épargne comme l’unique moyen de faire face aux difficultés, mais qui est également un risque important de difficultés supplémentaires.

  • 54 Dans les pays où les programmes sont plus développés quantitativement, les catégories sociales touc (...)

38Le changement d’anthropologie du consommateur de produit financier qui apparaît dans les discours des institutions internationales est donc loin d’être constaté dans la pratique de l’éducation budgétaire, en tout cas en ce qui concerne la France54 : si la figure de consommateur de produits bancaires est parfois mobilisée par les formateurs pour encourager leur auditoire à être moins déférent vis-à-vis de la banque, à se saisir de ses comptes et à éventuellement comparer les offres, c’est le plus souvent une description des stagiaires comme ayant besoin d’être guidés dans leurs pratiques budgétaires et bancaires qui leur est proposée.

39Cela n’empêche pas que l’autonomie occupe une place réelle dans ces formations à l’argent : c’est en son nom qu’elles sont proposées, car c’est pour rendre les stagiaires autonomes qu’il importe de leur apprendre à gérer l’argent. Et c’est la volonté d’atteindre l’autonomie qui différencie l’action des conseillers de celle des travailleurs sociaux paternalistes du xixe siècle, et qui leur permet de dire qu’ils ne « jugent » pas les stagiaires, puisqu’ils leurs reconnaissent des capacités propres, en particulier celle de pouvoir choisir librement leur hiérarchie de dépense.

  • 55 Bacqué Marie-Hélène et Biewener Carole, L’Empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découv (...)

40Toutefois, ce qui est visé ici est une autonomie pratique, c'est-à-dire la capacité à gérer seul un budget et à choisir les services bancaires. La « responsabilisation » ne vise pas à faire endosser aux stagiaires la gestion des risques économiques qu’ils sont susceptibles d’affronter. Si pour les régulateurs cités plus haut il était central de rendre les consommateurs conscients des risques encourus, il apparaît clairement que ce n’est pas le cas des formateurs à l’éducation budgétaire. De leur point de vue, les principes qu’ils dispensent (et en particulier l’injonction à planifier les budgets et à faire correspondre ses dépenses à ses ressources) sont des viatiques pour affronter toute situation budgétaire. L’instabilité des ressources est d’ailleurs très rarement abordée dans les modules proposés, et cela est vrai dans tous les organismes proposant ce type de formations. C’est au contraire un monde relativement prévisible qui leur est présenté, et on peut faire l’hypothèse qu’il ne s’agit pas ici (seulement) d’une facilité de la part des formateurs. En présentant un monde stable, différent de l’expérience des stagiaires, qui pour la plupart ont des revenus peu élevés et peu assurés, les formateurs leurs proposent une mise en ordre du monde pour eux contre-intuitive, c'est-à-dire un monde sur lequel il est possible d’avoir prise. Cela s’inscrit dans une démarche qui ressemble beaucoup aux pratiques classées comme de l’empowerment55.

  • 56 Les transformations de l’épargne et de son sens parallèlement aux transformations de l’organisation (...)

41Le discours des institutions internationales exposant le poids du risque porté par les ménages ne s’adresse pas aux mêmes couches sociales, c’est un discours pour les classes moyennes actives ayant déjà inscrit leurs finances domestiques dans la régularité, et à qui on veut signaler que cette régularité est fragile. On comprend dès lors que l’un des buts affichés par ces politiques et l’un des résultats les plus évalués dans les rapports, dans une sorte de bouclage du cycle depuis le xixe siècle, soit l’augmentation du niveau d’épargne56. Elle n’est plus promue au nom d’une vertu morale ascétique, mais au nom de la nécessité de se constituer un patrimoine individuel devant la diminution ou la suppression des protections collectives.

  • 57 Servet Jean-Michel, Banquiers aux pieds nus, op. cit., p. 39.

42Doit-on considérer que « monétarisation » ou la « financiarisation » de la vie quotidienne, qui selon Jean-Michel Servet « révolutionne[nt] les modes de production et les conditions de reproduction des sociétés57 », doivent être tenues pour acquises et faire ensuite en sorte de trouver des moyens de s’en accommoder normativement en créant une éthique ad hoc ; ou bien au contraire que cette « révolution » porte avec elle des normes de comportements, qu’il faut adopter faute de quoi, comme Max Weber l’a décrit avec le capitalisme, seuls ceux qui s’y seront pliés prospéreront quand les autres seront balayés ?

43En recherchant les normes contemporaines de l’argent du côté des institutions qui prônent l’éducation du consommateur, nous avons essayé de faire apparaître les contradictions et les tensions contenues dans l’idée que les individus peuvent se protéger eux-mêmes des risques qu’ils encourent dès lors que leurs finances domestiques et leur vie professionnelle est liée directement ou indirectement au monde financier. En effet, le plaidoyer des promoteurs de l’éducation financière repose sur la description d’un monde complexe et incertain devant lequel il faut armer les citoyens. Dès lors, l’individu « adapté » à ce monde serait conscient du risque, mais pas anxieux devant lui, plutôt prêt à l’affronter en s’armant de connaissances. Toutefois, l’analyse des programmes concrets d’éducation à l’argent montre que c’est au contraire un monde certain et stable qui est décrit, dans lequel le consommateur doit apprendre à calculer et à choisir.

44Devant l’incertitude décrite, la protection concrète qui est proposée est l’épargne individuelle, qui paraît être une réponse à la fois faible en comparaison de la description inquiétante proposée, et inefficace puisque cette épargne est pour une bonne part placée sur les marchés financiers, donc soumise à l’incertitude. Épargner davantage ne sécurise pas l’épargne déjà placée.

45L’étape ultime de l’individualisation de la gestion de l’argent ne semble donc pas tant résider dans le transfert du risque sur les épaules des ménages que dans la nécessité pour chaque foyer de trouver une solution aux injonctions contradictoires envoyées par les institutions, entre demande de stabilité et de planification et exposition aux soubresauts des marchés.

Haut de page

Bibliographie

Atkinson Adele et Messy Flore-Anne, « Measuring Financial Literacy : Results of the OECD / International Network on Financial Education (INFE) Pilot Study », OECD Working Papers on Finance, Insurance and Private Pensions, OECD Publishing, n° 15, 2012.

Babeau André, Les comportements financiers des Français, Paris, Economica.

Bacqué Marie-Hélène et Biewener Carole, L’Empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découverte, 2013.

Barraud de Lagerie Pauline, Bidet Alexandra et Nouguez Étienne, « Ce que mesurer veut dire : disputes autour de la quantification et de la valuation en sociologie », in Vatin François (dir.), Évaluer et Valoriser, 2e édition, Toulouse, Presses Universitaire du Mirail, 2013, p. 308-329.

Beck Ulrich, La Société du risque, Paris, Aubier, 2001.

Bergeron Henri et Castel Patrick, « Normalité, normalisation et normation », in Laude Anne et Tabuteau Didier (dir.), Les Normes en santé, Paris, Presses de Sciences Po, 2014 (à paraître).

Bergeron Henri, « Les Politiques de santé publique », in Borraz Olivier et Guiraudon Virginie (dir.), Politiques publiques, Paris, Presses de Sciences Po, 2010, p. 79-111.

Berlivet Luc, « Une biopolitique de l’éducation pour la santé », in Fassin Didier et Memmi Dominique (dir), Le Gouvernement des corps, Éditions de l’EHESS, 2004, p. 37-75.

Bezes Philippe, Réinventer l’État, les réformes de l'administration française (1962-2008), Paris, PUF, « Le lien social », 2009.

Borraz Olivier, Les Politiques du risque, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

Calder Lendol, Financing the American Dream, Princeton, Princeton University Press, 1999.

Calvez Marcel, La Prévention du sida. Les sciences sociales et la définition des risques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Des sociétés », 2004.

Caplovitz David, The Poor Pay More, New York, The Free Press, 1963.

Castel Robert, La Montée des incertitudes. Travail, protection, statut des individus, Paris, Seuil, 2009.

Christen-Lecuyer Carole, Histoire sociale et culturelle des caisses d’épargne en France, 1818-1881

Desrosières Alain, « Du travail à la consommation : l’évolution des usages des enquêtes sur le budget des familles », Journal de la société statistique de Paris, tome 144, n° 1-2, 2003, p. 75-111.

Desrosières Alain, La Politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 1993.

Duflo Esther et Saez Emmanuel, « The Role of Information and Social Interactions in Retirement Plan Decisions : Evidence From a Randomized Experiment », The Quaterly Journal of Economics, vol. 118, n° 3, August 2003, p. 815-842.

Duvoux Nicolas, Le Nouvel âge de la solidarité. Pauvreté, précarité et politiques publiques, Paris, Seuil, « La République des idées », 2012.

Gloukoviezoff Georges, L’Exclusion bancaire. Le lien social à l’épreuve de la rentabilité, Paris, PUF, « Le lien social », 2010.

Hacker Jacob, The Great Risk Shift, The New Economic Insecurity and the Decline of the American Dream, Oxford, Oxford University Press, 2008.

Hoggart Richard, La Culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970

Kastner Lisa, How Transnational Civil Society Can Shape Financial Reforms, Sciences Po.

Katz Michael, Improving Poor People, Princeton, Princeton University Press, 1995.

Lacan Laure, L’Argent des crédits. Recours au crédit à la consommation, contraintes et pratiques de remboursement de petits fonctionnaires entre les années 1980 et les années 2000, thèse de doctorat, École normale supérieure, 2011.

Laé Jean-François et Murard Numa, Deux générations dans la débine, Paris, Bayard, 2012.

Langley Paul et Leyshon Andrew (dir.), Journal of Cultural Economy, « Financial Subjects : Culture and Materiality », vol. 5, n° 4, 2012.

Lazarus Jeanne, « De l'aide à la responsabilisation. L'espace social de l'éducation financière en France », Genèses, décembre 2013, n° 93, p. 76-97.

Lazarus Jeanne, L’Épreuve de l’argent, Paris, Calmann-Levy, 2012.

Lusardi Anna-Maria (dir.), Overcoming the Saving Slump: How to Increase the Effectiveness of Financial Education and Saving Programs, Chicago, University of Chicago Press, 2008.

Lusardi Anna-Maria et Mitchell Olivia, « Financial Literacy and Retirement Preparedness. Evidence and Implications for Financial Education », Business Economics, January 2007, p. 35-44.

Lusardi Anna-Maria et Tufano Peter, « Debt Literacy, Financial Experience, and Overindebteness », Working Paper, Harvard University 2008.

Lusardi Anna-Maria, « Americans' Financial Capability », Report prepared for the Financial Crisis Inquiry Commission, February 2010.

Marron Donncha, « Producing Over-Indebtedness », Journal of Cultural Economy, vol. 5, n° 4, p. 107-421.

OCDE, Pour une meilleure éducation financière : enjeux et initiatives, OECD Publishing, 2005.

OCDE, « G20 High-Level Principles on Financial Consumer Protection », Paris, OECD, 2011.

Perrin-Heredia Ana, « Faire les comptes : normes comptables, normes sociales », Genèses, n° 84, 2011/3, p. 69-92.

Perrin-Heredia Ana, « L’accompagnement budgétaire : un instrument ambivalent du gouvernement des conduites économiques domestiques », journées d’études « Gouverner les conduites », 18-19 juin 2012, CSO, Sciences Po.

Plot Sébastien, Les Enjeux d’une mise en risque. La construction du surendettement comme problème public, thèse de science politique, Université Paris-Dauphine, 2011.

Servet Jean-Michel, Banquiers aux pieds nus : la microfinance, Paris, Odile Jacob, 2006.

Servet Jean-Michel, Banquiers aux pieds nus, op. cit., p. 39.

Simmel Georg, Philosophie de l’argent, Paris, PUF, 1999.

Thaler Richard et Sustein Cass, Nudge, la méthode douce pour inspirer la bonne décision, Paris, Vuibert, 2010.

Weber Max, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Flammarion, « Champs », 2000.

Weber Roberto et Dawes Robyn, « Behavioral Economics », in Smelser Neil et Swedberg Richard, The Handbook of Economic Sociology, 2nd Edition, Princeton, Princeton University Press, 2005, p. 90-108.

Yates Joshua et Hunter James (dir.), Thrift and Thriving in America. Capitalism and Moral Order from the Puritan to the Present, Oxford, Oxford University Press, 2011.

Zelizer Viviana A., La Signification sociale de l’argent, Paris, Le Seuil, 2005.

Haut de page

Notes

1 OCDE, Pour une meilleure éducation financière : enjeux et initiatives, OECD Publishing, 2005, p. 28.

2 Beck Ulrich, La Société du risque, Paris, Aubier, 2001.

3 Hacker Jacob, The Great Risk Shift, The New Economic Insecurity and the Decline of the American Dream, Oxford, Oxford University Press, 2008.

4 Castel Robert, La Montée des incertitudes. Travail, protection, statut des individus, Paris, Seuil, 2009 ; Duvoux Nicolas, Le Nouvel âge de la solidarité. Pauvreté, précarité et politiques publiques, Paris, Seuil, « La République des idées », 2012.

5 Servet Jean-Michel, Banquiers aux pieds nus : la microfinance, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 38. Gloukoviezoff Georges, L’Exclusion bancaire. Le lien social à l’épreuve de la rentabilité, Paris, PUF, « Le lien social », 2010.

6 Perrin-Heredia Ana, « Faire les comptes : normes comptables, normes sociales », Genèses, n° 84, 2011/3, p. 69-92.

7 Caplovitz David, The Poor Pay More, New York, The Free Press, 1963.

8 Voir à ce sujet Zelizer Viviana A., La Signification sociale de l’argent, Paris, Le Seuil, 2005.

9 Simmel Georg, Philosophie de l’argent, Paris, PUF, 1999.

10 Voir à ce sujet Christen-Lecuyer Carole, Histoire sociale et culturelle des caisses d’épargne en France, 1818-1881 et les travaux de Viviana Zelizer pour les États-Unis.

11 Katz Michael, Improving Poor People, Princeton, Princeton University Press, 1995, p. 4.

12 Perrin-Heredia Ana, « L’accompagnement budgétaire : un instrument ambivalent du gouvernement des conduites économiques domestiques », journées d’études « Gouverner les conduites », 18-19 juin 2012, CSO, Sciences Po.

13 Borraz Olivier, Les Politiques du risque, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

14 Plot Sébastien, Les Enjeux d’une mise en risque. La construction du surendettement comme problème public, thèse de science politique, Université Paris-Dauphine, 2011, p. 30.

15 OCDE, Pour une meilleure éducation financière : enjeux et initiatives, op. cit.

16 Berlivet Luc, « Une biopolitique de l’éducation pour la santé », in Fassin Didier et Memmi Dominique (dir), Le Gouvernement des corps, éditions de l’EHESS, 2004, p. 37-75.

17 Max Weber a bien montré dans L’Éthique protestante que cela est le cas à chaque époque (Weber Max, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Flammarion, « Champs », 2000).

18 Bergeron Henri, « Les Politiques de santé publique », in Borraz Olivier et Guiraudon Virginie (dir.), Politiques publiques, Paris, Presses de Sciences Po, 2010, p. 79-111.

19 Même si Henri Bergeron souligne que les politiques de santé publique sont toujours jugées « inachevées », il considère que la santé publique est suffisamment importante et effective pour être considérée comme une institution. C’est une politique publique ancienne, ayant ses instances, ses ministres, ses commissions, etc. En ce sens, malgré ses imperfections, nous l’utilisons ici comme référence de politique publique structurée par rapport à l’éducation financière qui apparaît comme une question émergente et dont l’horizon d’attente est d’être institutionnalisée.

20 Bergeron Henri, « Les Politiques de santé publique », art. cit.

21 Bergeron Henri et Castel Patrick, « Normalité, normalisation et normation », in Laude Anne et Tabuteau Didier (dir.), Les Normes en santé, Paris, Presses de Sciences Po, 2014 (à paraître).

22 Desrosières Alain, La Politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 1993.

23 D’ailleurs André Babeau, Les comportements financiers des Français, Paris, Economica, 2011 juge que la comptabilité nationale reste très mal outillée pour prendre en compte les finances des ménages.

24 Desrosières Alain, « Du travail à la consommation : l’évolution des usages des enquêtes sur le budget des familles », Journal de la société statistique de Paris, t. 144, n° 1-2, 2003, p. 75-111.

25 Voir, par exemple Duflo Esther et Saez Emmanuel, « The Role of Information and Social Interactions in Retirement Plan Decisions : Evidence From a Randomized Experiment », The Quaterly Journal of Economics, vol. 118, n° 3, August 2003, p. 815-842.

26 C’est le cas dans le document que l’OCDE a proposé à la consultation publique entre août et septembre 2011, Guidelines on Financial Education at School and Guidance on learning Framework.

27 Voir par exemple le Guide for Evaluation Financial Education Programs de l’OCDE en 2010.

28 Bezes Philippe, Réinventer l’État, les réformes de l'administration française (1962-2008), Paris, PUF, « Le lien social », 2009.

29 Weber Roberto et Dawes Robyn, « Behavioral Economics », in Smelser Neil et Swedberg Richard, The Handbook of Economic Sociology, 2nd Edition, Princeton, Princeton University Press, 2005, p. 90-108.

30 Les résultats de ce volet ont été dévoilés en juillet 2014.

31 Voir, par exemple, Lusardi Anna-Maria et Mitchell Olivia, « Financial Literacy and Retirement Preparedness. Evidence and Implications for Financial Education », Business Economics, January 2007, p. 35-44 ; Lusardi Anna-Maria (dir.), Overcoming the Saving Slump : How to Increase the Effectiveness of Financial Education and Saving Programs, Chicago, University of Chicago Press, 2008 ; Lusardi Anna-Maria et Tufano Peter, « Debt Literacy, Financial Experience, and Overindebteness », Working Paper, Harvard University 2008 ; Lusardi Anna-Maria, « Americans' Financial Capability », Report prepared for the Financial Crisis Inquiry Commission, February 2010.

32 Thaler Richard et Sustein Cass, Nudge, La Méthode douce pour inspirer la bonne décision, Paris, Vuibert, 2010.

33 Calvez Marcel, La Prévention du sida. Les sciences sociales et la définition des risques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Des sociétés », 2004.

34 Lacan Laure, L’Argent des crédits. Recours au crédit à la consommation, contraintes et pratiques de remboursement de petits fonctionnaires entre les années 1980 et les années 2000, thèse de doctorat, École normale supérieure, 2011.

35 Atkinson Adele et Messy Flore-Anne, « Measuring Financial Literacy : Results of the OECD / International Network on Financial Education (INFE) Pilot Study », OECD Working Papers on Finance, Insurance and Private Pensions, OECD Publishing, n° 15, 2012.

36 Voir à ce sujet Barraud de Lagerie Pauline, Bidet Alexandra et Nouguez Étienne, « Ce que mesurer veut dire : disputes autour de la quantification et de la valuation en sociologie », in Vatin François (dir.), Évaluer et Valoriser, 2e édition, Toulouse, Presses Universitaire du Mirail, 2013, p. 308-329.

37 On retrouve bien sûr ici les analyses de Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, op. cit.

38 Voir notamment le numéro de revue suivant : Langley Paul et Leyshon Andrew (dir.), Journal of Cultural Economy, « Financial Subjects : Culture and Materiality », vol. 5, n° 4, 2012.

39 Marron Donncha, « Producing Over-Indebtedness », Journal of Cultural Economy, vol. 5, n° 4, p. 107-421.

40 Calder Lendol, Financing the American Dream, Princeton, Princeton University Press, 1999.

41 Cette thématique est développée dans Lazarus Jeanne, L’Épreuve de l’argent, Paris, Calmann-Levy, 2012.

42 C'est-à-dire les organismes publics en charge de vérifier la régularité des opérations de bourse, mais aussi de protéger les épargnants. En France c’est l’AMF (Autorité des marchés financiers) qui remplit ce rôle.

43 Ainsi, en France, l’institut d’éducation financière du public est financé par l’AMF. En Grande-Bretagne le Financial Service Authority est l’entité qui a supervisé de nombreux programmes d’éducation financière, et mis en place le Consumer Financial Education Body depuis 2010. Aux États-Unis, le trésor a mis en place en 2002 the Office for Financial Education, etc.

44 OECD, « G20 High-Level Principles on Financial Consumer Protection », Paris, OECD, 2011. Voir sur ce sujet la thèse en cours de Lisa Kastner, How Transnational Civil Society Can Shape Financial Reforms, Sciences Po.

45 HKMA-SFC-OECD, Seminar on the Evolution of Financial Consumer Protection and Education in Asia, Hong-Kong, 13-14 décembre 2012.

46 Ce qui n’empêche que les associations de consommateur françaises n’ont de cesse de dénoncer l’opacité des tarifs bancaires qui rend les comparaisons très compliquées, aussi bien pour les taux d’intérêt des crédits que pour la gestion des comptes.

47 Pour une présentation de ce qui se passe en France sur ce sujet, voir Lazarus Jeanne, « De l'aide à la responsabilisation. L'espace social de l'éducation financière en France », Genèses, décembre 2013, n° 93, p. 76-97.

48 Par exemple pour la France, il existe le site de la fédération des banques françaises nommé Les clés de la banque, il y a également celui de Finances et pédagogie, ou encore celui de l’Institut pour l’éducation financière du public (financé par l’Autorité des marchés financiers), dont le site s’appelle La finance pour tous.

49 C’est-à-dire le site www.lesclesdelabanque.fr, émanation de la fédération des banques françaises, qui revendique deux millions de visiteurs par an, et le site www.lafinancepourtous.fr, de l’IEFP.

50 La coalition est parvenue à instaurer un « mois de la financial literacy » aux États-Unis, elle milite pour que tous les États fédéraux intègre l’éducation financière à leurs programmes scolaires et a déjà réussi pour presque la moitié d’entre eux. Son nom est fréquemment cité par les acteurs états-uniens du champ.

51 En échange de l’avantage fiscal et concurrentiel que leur donnait le monopole du livret A, les Caisses d’Épargne devaient mener des missions d’intérêt public.

52 D’autres banques ont lancé des programmes de formation à l’argent, notamment la Fondation Cetelem et La Banque Postale mais ces derniers sont d’une ampleur beaucoup plus faible par le nombre de personnes touchées et aussi par l’expertise des formateurs.

53 Voir à ce sujet Hoggart Richard, La Culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970. Et plus récemment Duvoux Nicolas, L’Autonomie des assistés, op. cit. ainsi que Laé Jean-François et Murard Numa, Deux générations dans la débine, Paris, Bayard, 2012.

54 Dans les pays où les programmes sont plus développés quantitativement, les catégories sociales touchées sont plus larges, et en particulier les membres de la « classe moyenne », ayant des capacités d’épargne et de consommation sont davantage concernés, même si les plus pauvres sont toujours les cibles prioritaires.

55 Bacqué Marie-Hélène et Biewener Carole, L’Empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découverte, 2013.

56 Les transformations de l’épargne et de son sens parallèlement aux transformations de l’organisation socio-économique sont historiquement récurrentes. Voir Yates Joshua et Hunter James (dir.), Thrift and Thriving in America. Capitalism and Moral Order from the Puritan to the Present, Oxford, Oxford University Press, 2011.

57 Servet Jean-Michel, Banquiers aux pieds nus, op. cit., p. 39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Lazarus, « À la recherche des normes contemporaines de l’argent », Terrains/Théories [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le 13 novembre 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://teth.revues.org/346 ; DOI : 10.4000/teth.346

Haut de page

Auteur

Jeanne Lazarus

CSO, UMR 7116, Sciences Po, CNRS, F-75007, Paris.
Jeanne Lazarus est chargée de recherche au CNRS, membre du CSO (Sciences Po). Elle travaille sur les conséquences de la financiarisation sur la vie quotidienne. Elle étudie actuellement les politiques publiques d'éducation des populations aux pratiques budgétaires et bancaires. Elle a publié L'Épreuve de l'argent en 2012 chez Calmann-Levy.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org