Navigation – Plan du site
Dossier

De la nature contextuelle des usages de l’argent

Contextualizing the uses of money
Nicolas Duvoux, Stéphane Haber et Christian Laval

Texte intégral

1L’argent n’est pas neutre. Ce n’est pas un simple outil de l’échange, une trouvaille astucieuse destinée à rendre plus commode la circulation des biens et des services. Au contraire, il modèle positivement des formes de vie collectives et bouleverse les rapports sociaux. Finalement, il transforme les contenus et les modalités de l’échange en général. Dans le sillage de son affirmation historique, à mesure qu’il pénètre plus profondément dans le tissu de la vie humaine, de nouvelles conduites et de nouvelles formes de personnalité apparaissent. Bref, de lui-même, il tend à se constituer en force autonome, expansive et aveugle. C’est dans le capitalisme que se réunissent les conditions nécessaires au démarrage d’un processus qui permet à cette force de s’exprimer et de s’auto-alimenter, apparemment sans fin et sans limites. Telle est, en résumé, la teneur de la conception critique de l’argent, acquise de haute lutte contre l’économie politique classique, et que des auteurs tels que Karl Marx ou Georg Simmel, et à leur suite, Talcott Parsons et Karl Polanyi, ont contribué à rendre incontournable dans les sciences sociales, historiques et économiques.

2Mais jusqu’à quel point cette conception critique, que rien n’incite à rejeter à titre de grand principe d’analyse de base, est-elle défendable ? On sait comment Viviana Zelizer a, entre autres chercheurs, montré comment les « sphères séparées » du monde domestique et du monde économique, constituées comme telles au xixe siècle, loin d’être des « mondes hostiles », donnaient lieu à une interpénétration où l’argent est porteur de sens social, en même temps que les valeurs s’expriment par l’argent. Quels sont donc, s’il y en a, les points faibles et les « angles morts » de la conception sociologique, classique et critique, de l’argent ? N’y a-t-il pas lieu d’essayer de proposer des descriptions et des approches de l’argent et du rapport à l’argent qui soient capables de compléter, voire parfois de nuancer, la thématique issue du modèle de l’argent comme puissance aliénée, au sens de devenue étrangère aux rapports sociaux, et imperturbable ? Et que signifient, alors, si l’on parvient à les saisir, ces complexités et ces ambiguïtés éventuelles pour la connaissance des phénomènes socio-économiques, comme pour une réflexion normative attentive à la façon dont peuvent se dessiner les alternatives aux pathologies du présent ?

3Pour répondre à ces questions, le dossier proposé ici apporte des éclairages sur la construction de la relation sociale et (inter)subjective à l’argent. Les responsables de ce dossier ont adopté le parti d’interroger non pas une quelconque essence imperturbable de l’argent, mais ses usages sociaux, variables dans l’histoire, divers selon les contextes sociaux, marqués par les stratégies, les institutions, les rapports de force entre les groupes. N’est-ce pas d’ailleurs ainsi qu’il fallait suivre les métamorphoses de l’argent sous la plume de Marx, qui ne s’est pas contenté, comme il l’avait fait en 1844, de dénoncer le Dieu-Argent, mais a montré comment cet argent devenait forme et moment du capital ?

4Le dossier commence par se demander, grâce à un entretien avec le socio-économiste Éric Pineault, si ce n’est pas justement à l’usage très spécial de l’argent dans la finance (plutôt qu’à l’argent en général, en tant que tel) qu’il faut imputer les transformations à la fois les plus rapides et les plus profondes qui ont marqué le capitalisme récent. Par contraste avec ce que suggérerait une critique indifférenciée de l’argent, il y a sans doute là de quoi rendre plus sensibles à des ambivalences essentielles qui ne se trouvent tranchées qu’à partir du moment où certaines institutions (les institutions financières), portées par certains groupes sociaux (ceux qui sont liés aux revenus financiers), s’engagent dans certains usages de l’argent qui impliquent de nouveaux rapports de classe, l’émergence de nouveaux rapports de force et de domination.

5Les articles qui suivent entendent tous souligner la nature contextuelle des usages de l’argent qui se tiennent à l’écart de l’univers de la performance financière contemporaine. Il y a des contextes qui impliquent l’existence de processus différenciés de domestication de l’argent qui ne sont nullement anecdotiques et qui se matérialisent en tout cas dans des « usages » aussi complexes que mobiles. Il n’est pas entièrement juste, en ce sens, de réduire l’emprise (incontestable) de la forme-monnaie à une domination inhumaine, sans partage et sans envers. Ainsi, le texte de Jeanne Lazarus montre à quel point, loin d’être neutre, l’argent reste normatif : son usage donne lieu à des normes d’échange et les groupes sociaux qui l’utilisent ont toujours cherché à en définir l’usage. L’argent est normé en même temps qu’il norme : tel est le double constat qui ressort d’une analyse des politiques publiques d’éducation financière qui mettent en contact les populations, souvent modestes, avec les services financiers.

6L’article de Jean-François Laé et Numa Murard revient, quant à lui, sur la manière dont l’argent s’introduit dans les milieux populaires et comment, à la suite d’une enquête ethnographique, l’observation des circulations de l’argent permet de saisir au plus près les liens entre les populations elles-mêmes et entre celles-ci et la société dans son ensemble. L’argent forme cet élément de la vie sociale sur lequel les dettes, les remises, mais aussi l’État et ses institutions, se greffent. Leur contribution permet d’éclairer ce qui, en plusieurs décennies, a changé dans le rapport à l’argent.

7Yves Gaudin montre combien sont mêlés l’argent et l’incertitude dans de nombreuses pratiques telles que celles du crédit, de la spéculation, de l’assurance et du jeu. Le jeu de hasard, dont le poids économique n’est pas négligeable, offre un singulier aperçu du rapport à l’argent, au plus loin de la rationalité de l’homo oeconomicus des économistes. Le jeu d’argent introduit à un monde imaginaire où chaque joueur est à égalité avec les autres pour obtenir le « gros lot », ce qui a pour effet paradoxal de naturaliser des inégalités qui, elles, ne doivent pas grand chose au hasard. L’enquête de Philippe Combessie sur les relations entre l’argent et la sexualité dite libertine des femmes seules ouvre sur un univers « hétérotopique » dans lequel les différentes stratégies des femmes libertines suppose un rapport très subtil à l’agent : ni « achetées » comme des prostituées, ni complètement désintéressées, elles tiennent à distance l’argent jusqu’à en faire l’objet d’un jeu avec leurs partenaires comme si, dans le libertinage, le ludique devait toujours prendre le pas sur le réel. L’usage d’argent factice dans les rapports sexuels libertins montre combien cet argent-simulacre peut être un « adjuvant excitant », tout en préservant le libertinage d’une confusion menaçante avec la prostitution.

8Pour terminer, deux articles offrent des aperçus sur l’univers encore largement à explorer des pratiques et des usages alternatifs de l’argent – ceux qui pourraient succéder aux formes hégémoniques qui caractérisent notre présent et entraînent la prolifération de pathologies de plus en plus manifestes. Carlo Vercellone et Laurent Baronian définissent ainsi la période actuelle du capitalisme comme caractérisée par un double mouvement d’autonomisation du travail intellectuel-coopératif et du capital comme pouvoir de domination flexible, désormais principalement incarné par la finance ; sur cette base, ils valorisent le revenu social garanti, compris comme le socle d’une stratégie de réappropriation du « commun », rendu accessible par un nouveau rapport à l’argent et une nouvelle définition du revenu. Enfin, Davide Gallo Lassere et Martin Jochum, réfléchissant à partir du cas des SEL (« Systèmes d’échanges locaux ») tentent, quant à eux, de préciser les contours d’usages alternatifs de l’argent qui, entre autres éléments, peuvent impulser des processus de transformation du capitalisme actuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Duvoux, Stéphane Haber et Christian Laval, « De la nature contextuelle des usages de l’argent », Terrains/Théories [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le 13 novembre 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://teth.revues.org/343 ; DOI : 10.4000/teth.343

Haut de page

Auteurs

Nicolas Duvoux

Sociologue, maître de conférences à l’université Paris Descartes / CERLIS (CNRS), chercheur associé au LIEPP (Sciences Po). Spécialiste des questions de pauvreté et de politiques publiques, il a publié plusieurs ouvrages dont L’Autonomie des assistés. Sociologie des politiques d’insertion, Paris, PUF, « Le Lien social », 2009 et Le nouvel âge de la solidarité. Pauvreté, précarité et politiques sociales, Paris, La République des idées/Le Seuil, 2012. Visiting Scholar au département de sociologie de l’Université Harvard en 2012-2013, il travaille sur les relations entre philanthropie et pauvreté urbaine à Boston.

Stéphane Haber

Professeur à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense (philosophie sociale et politique), et directeur-adjoint du laboratoire Sophiapol.
Il a récemment publié Penser le néocapitalisme, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2013.

Articles du même auteur

Christian Laval

Professeur de sociologie à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, directeur de programme au Collège International de philosophie et chercheur à l’Institut de recherches de la FSU. Il est co-responsable dans le cadre du laboratoire Sophiapol de l’axe « le capitalisme au présent ». Il co-dirige la collection « L’horizon des possibles » aux éditions de La Découverte. Il prépare actuellement deux ouvrages, l’un sur les formes historiques de l’internationalisme et l’autre sur les réformes scolaires.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org