Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Patrick Lehingue, Le vote. Approches sociologiques de l’institution et des comportements électoraux

La Découverte, 2011, 272 p.
Christian Laval
Référence(s) :

Patrick Lehingue, Le vote. Approches sociologiques de l’institution et des comportements électoraux, La Découverte, 2011, 272 p.

Texte intégral

1Il est des « manuels » qui se distinguent par la rigueur de leur démonstration. Outre sa remarquable clarté pédagogique dans l’exposé synthétique de l’état des connaissances savantes sur la question du vote, le livre de Patrick Lehingue mérite attention par la tâche critique de « dénaturalisation » de l’acte électoral qu’il entreprend par diverses voies complémentaires. Il constitue à ce titre un exercice salutaire de questionnement de cet « ensemble d’évidences » qui entoure ce qui se présente comme la preuve démocratique par excellence. Car s’il est un noyau dur de l’idéologie régnante, c’est bien celui qui fait du vote, en dépit de la pauvreté de son rite, de l’indifférence croissante qu’il suscite, de la faible représentativité sociale des représentants, le signe de la démocratie telle qu’on la vante et qu’on la vend dans les canaux de diffusion dominants. L’hypertrophie du commentaire électoral, le consensus partidaire dont l’élection est l’objet, le respect d’une très large partie de la population pour la sélection de « l’aristocratie élective » sont autant d’obstacles à surmonter par la science sociale pour saisir les enjeux sociaux du vote, les conditions de sa production, ses effets sur la vie politique.

  • 1 Voir, par exemple, Tocqueville Alexis (de), De la démocratie en Amérique, t. 2, Paris, Vrin, 1990, (...)

2On n’entrera pas ici dans le détail de la démonstration. On insistera par contre sur le fil directeur du livre, qui expose la manière dont le vote fait l’objet d’un montage symbolique dont Lehingue présente les pièces et les articulations. Si le vote est en effet une technologie de sélection des élites dirigeantes, comme l’ont montré les sociologues « machiavéliens » aujourd’hui inaudibles car jugés trop cyniques, il condense également en lui des croyances dogmatiques voire des investissements mythologiques dont la déconstruction s’avère un préalable à tout discours scientifique. L’un des principaux résultats du recours à l’histoire et à la sociologie est de rendre ainsi le fait politique du vote à son caractère énigmatique car profondément ambivalent, et ceci sous tous les angles par lesquels on voudra l’examiner. Une ambivalence qu’à sa manière, Alexis de Tocqueville avait d’ailleurs, dans des passages trop peu rappelés, aperçue quand il montrait combien ce qui, dans le suffrage, relevait de la quintessence de l’individualisme moderne était aussi, et simultanément, la constitution d’un pouvoir social porteur d’une vérité supposée aussi infaillible que celle de Dieu et de ses représentants terrestres1.

Illusion

3Telle est bien cette illusion fondamentale, sans laquelle le montage ne tiendrait pas, qui voit dans le vote l’expression strictement individuelle d’une opinion purement politique, illusion en tous points analogue à celle des économistes qui voudraient que les transactions marchandes soient elles aussi les expressions d’intérêts strictement individuels et purement économiques. L’offre politique, que traduisent les messages et programmes des compétiteurs, est-elle exclusivement politique ? Les choix des électeurs sont-ils tous également déterminés par des jugements politiquement informés ? On sait que sur tous ces points la sociologie a produit des enquêtes nombreuses et concordantes qui montrent plutôt les inégales dispositions à s’intéresser à la compétition électorale et les inégales compétences à formuler des jugements politiques. Le vote individuel est en fait très profondément ancré dans l’existence sociale. Cette double illusion de l’égale capacité à juger selon des catégories politiques et du caractère individuel du choix, incarnée et donc renforcée par le dispositif technique de l’isoloir et du bulletin, a ses raisons : elle n’a évidemment de sens que par la séparation institutionnellement établie et idéologiquement justifiée entre une sphère publique et une sphère privée, entre le monde politique et le monde social, constitutive de la structuration symbolique de nos sociétés démocratiques.

  • 2 Bourdieu Pierre, « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences so (...)

4Or le vote peut être mieux compris selon d’autres paramètres plus « holistes », par exemple comme une participation à un rite collectif, comme une communion civique qui donnerait à voir à chacun la réalité d’une « communauté de citoyens » ou comme la manifestation protestataire d’une « identité de classe », spécialement dans les scrutins de haute intensité agonistique comme les élections présidentielles. Ce qui explique, a contrario, l’étrange sentiment de délitement du lien social qui naît de la faible participation électorale à certaines élections (les européennes par exemple), ou cette impression que les classes populaires se sont évanouies quand leurs votes se dispersent et/ou quand l’abstention progresse dans les milieux ouvriers. C’est que le suffrage, avec toute l’activité politique qui l’accompagne, a aussi pour effet de faire et de défaire les groupes, et ceci par les mécanismes même de la désignation des « représentants ». Là encore l’ambivalence est de règle, comme l’avait bien vu Bourdieu dans ses analyses de la « délégation politique2 ». Voter pour un « représentant » c’est risquer de contribuer à une pure et simple usurpation dans la mesure où le « porte-parole », en faisant exister le groupe qu’il représente, se substitue au groupe représenté. Mais c’est bien la condition aliénée du « représenté », mélange inextricable d’espoir et de déception, que d’appeler à une vraie « représentation » sans laquelle il n’existerait pas sur la scène politique.

Ambivalence

  • 3 Siegfried André, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Paris, Arm (...)
  • 4 Gaxie Daniel, Le Cens caché. Inégalités culturelle est ségrégation politique, Paris, Seuil, 1978, p (...)

5Le plus intéressant de la démonstration tient sans doute à l’ambivalence de la science sociale appliquée à la chose politique. Elle a permis de défaire beaucoup des certitudes dogmatiques qui ne voulaient voir dans le vote que l’acte d’un citoyen complètement maître d’un jugement éclairé sur les enjeux politiques en montrant les « déterminants sociaux du vote » : les appartenances de classe, les identités sexuées, les générations, les milieux de vie. Mais si les votes sont dépendants de variables objectives, ils participent ainsi de processus de subjectivation politique immédiatement collectifs, à commencer par la famille, le réseau d’amis, de collègues, de voisins. Ils sont dépendants, plus profondément, d’une structuration symbolique de l’espace politique qui offre des possibilités limitées d’identification partisane douée de stabilité et fonctionnant comme des grilles de lecture des mille et un événements de la vie politique. En ceci la science sociale poursuit cette grande intuition bien formulée par André Siegfried : « C’est une vue tout à fait fausse que d’imaginer l’opinion publique comme une somme d’opinions individuelles3. » Plus encore, elle fait voir que les idéaux d’une démocratie mobilisatrice sont assez éloignés d’une situation ordinaire dans laquelle les électeurs ne sont pas tous intéressés par la compétition électorale. Comme le notait Daniel Gaxie il y a déjà assez longtemps, l’indifférence est le « fait politique majeur des sociétés occidentales4 ».

Vérité

6Mais d’un autre côté, un certain nombre de discours savants contribuent à cette grande construction symbolique. Contre toute connivence scientiste, Lehingue montre que les « interprètes » les plus légitimes de la science des élections et jusqu’aux plus ordinaires des commentateurs médiatiques d’aujourd’hui alimentent, selon leurs styles et leurs compétences, la croyance dans le dogme fondamental de la vérité à la fois intime et ultime du vote, sans lequel l’édifice de la démocratie représentative risquerait de s’effondrer ; et qu’ils ne peuvent le faire qu’en produisant eux-mêmes une traduction de la voix populaire. Et comme il le remarque finement, les bureaux de vote sont-ils à peine clos que sur les plateaux de télévision les experts électoraux sont déjà affairés à « faire parler les chiffres » et à se disputer pour savoir qui a vraiment gagné ou perdu l’élection. Loin de l’illusion de la parfaite objectivité de la quantité, sur laquelle se fonde la technologie électorale, les commentateurs experts, nouveaux interprètes du sacré, font dire aux résultats donnés au dixième près l’indispensable vérité du vote.

  • 5 Tocqueville Alexis (de), Cahier portatif 3, in Œuvres, vol. 1, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de (...)

7Tocqueville note quelque part que « le peuple a toujours raison, c’est là le dogme de la république de même que le roi ne faillit jamais est la religion des États monarchiques. C’est une grande question que celle de savoir si l’un est plus faux que l’autre ; mais ce qui est bien certain, c’est que ni l’un ni l’autre n’est vrai5 ». Il aurait pu ajouter que l’autre grande question est de savoir comment se fabrique ce dogme démocratique et qui tient la fonction dogmaticienne.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, Tocqueville Alexis (de), De la démocratie en Amérique, t. 2, Paris, Vrin, 1990, p. 241.

2 Bourdieu Pierre, « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales, 52-53, 1984, p. 49-55.

3 Siegfried André, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Paris, Armand Colin, 1913, p. 43.

4 Gaxie Daniel, Le Cens caché. Inégalités culturelle est ségrégation politique, Paris, Seuil, 1978, p. 62.

5 Tocqueville Alexis (de), Cahier portatif 3, in Œuvres, vol. 1, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1991, p. 172. Il s’agit de l’un des cahiers comportant les notes prises lors du voyage en Amérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Laval, « Patrick Lehingue, Le vote. Approches sociologiques de l’institution et des comportements électoraux », Terrains/Théories [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 23 octobre 2014, consulté le 22 mars 2017. URL : http://teth.revues.org/336

Haut de page

Auteur

Christian Laval

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org