Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Jacques Bidet, L’État-monde. Libéralisme, socialisme et communisme à l’échelle globale. Refondation du marxisme

Paris, PUF, « Actuel Marx Confrontation », 2011, 305 p.
Frédéric Monferrand
Référence(s) :

Jacques Bidet, L’État-monde. Libéralisme, socialisme et communisme à l’échelle globale. Refondation du marxisme, Paris, PUF, « Actuel Marx Confrontation », 2011, 305 p.

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Bidet Jacques, Que faire du Capital ? Philosophie, économie et politique dans Le Cap (...)

1Engagée depuis une trentaine d’année, la « refondation du marxisme » proposée par Jacques Bidet comporte un double volet, critique et reconstructif1. Le volet critique s’origine dans une réflexion intransigeante sur l’échec historique du mouvement ouvrier tel qu’il s’est incarné dans le socialisme « réellement existant » où la domination bureaucratique de ceux qui organisent le travail des autres supplanta celle, capitaliste, de ceux qui possèdent les moyens de les faire travailler. L’épisode soviétique révèlerait ainsi que, dans les sociétés modernes, la classe dominante n’est pas seulement celle des propriétaires des moyens de production, elle est aussi une classe dirigeante, réunissant les détenteurs de savoir légitimes, de compétences reconnues et d’autorité légalement sanctionnée. Le volet reconstructif de la « refondation du marxisme » proposée par Bidet consiste alors à fonder cette bipolarité de la classe dominante (propriétaires et « dirigeants-et-compétents ») sur deux formes de coordination de l’action à l’échelle sociale : le marché et l’organisation. Véritables « facteurs de classe », marché et organisation médiatisent la prétention à la liberté, à l’égalité et à la rationalité qui constituent le présupposé moderne de toute interaction dans le domaine de la politique, de l’économie ou de la culture. Dans la mesure où elle représente le langage commun à la domination et à l’émancipation, cette prétention à l’égale liberté et à la rationalité partagée constitue ainsi la métastructure de nos sociétés. S’attachant à montrer comment cette métastructure se retourne en structure de classe dans le cadre d’un État fondé sur le marché et l’organisation, l’œuvre de Bidet se présente comme une « ontologie sociale de la modernité » (p. 12).

  • 2 Voir notamment Wallerstein Immanuel , Le capitalisme historique, trad. Philippe Steiner et Christia (...)

2Le recours au vocabulaire de l’ontologie sociale ne signifie cependant pas que l’hypothèse métastructurelle constituerait un modèle théorique abstrait, planant au dessus de l’histoire concrète des formations sociales. Certes, cette hypothèse consiste à prendre dans leur contemporanéité logico-historique les deux médiations sociales (marché et organisation) que Marx dans Le Capital (et à sa suite le marxisme classique) envisageait comme les deux bords d’une séquence historique menant de « l’anarchie du marché » à l’organisation concertée des « producteurs associés », soit du capitalisme au socialisme. Mais, l’enjeu de cette ontologie reste bien de saisir la totalité sociale en son extension géographique et de proposer une interprétation de sa trajectoire historique. S’appuyant sur les théories du système-monde (Immanuel Wallerstein, Giovanni Arrighi2), Jacques Bidet affirme ainsi que le cycle marqué par la domination d’une puissance hégémonique unique, telle que les États-Unis, sur l’interconnexion des États-nations à l’échelle globale, est en voie d’achèvement. Nous nous rapprocherions ainsi d’un terme non seulement territorial – l’unification définitive du monde et la polarisation inégalitaire de l’espace sous l’égide du capital – mais aussi historique.

3En effet, comme l’indique son titre, la thèse principale du livre est que nous assisterions à l’émergence d’un État-monde, c’est-à-dire d’une forme de souveraineté globale quoique diffuse dans diverses instances transnationales aussi bien marchandes (FMI, OMC) qu’organisationnelles (ONU) dont les États-nations constituent les relais. Sanctionnée par un appareil législatif privé, le droit commercial international, cette forme de souveraineté dispose d’une capacité d’intervention militaro-policière sur un territoire déterminé : la planète. Les structures de l’État national de classe tendraient ainsi à s’identifier aux dimensions mondiales du système, ce dernier se structurant alors en peuples-classes et en classes racisées : « les rapports de classe et de “race” sont consubstantiels, écrit ainsi Bidet, parce que la société capitaliste est indissociablement structure et système » (p. 148).

  • 3 Voir notamment, Brenner Robert, « Agrarian Class Structure and Economic Development in Pre-Industri (...)

4Or, si cet État-monde constitue un terme historique, une « ultimodernité », c’est qu’il a eu un commencement. Certes, de Robert Brenner à Ellen Meiksins Wood en passant par Jairus Banaji3, la question du passage du féodalisme au capitalisme a provoqué et continue de susciter de nombreux débats parmi les historiens marxistes. Mais tous, selon Bidet, se sont concentrés sur les conditions marchandes de ce passage, au détriment de ses conditions organisationnelles : or, ces conditions auraient été réunies dans l’Italie des communes du xiiie siècle. C’est là, affirme Bidet, que pour la première fois, le peuple a élevé une prétention d’égale liberté et de rationalité contre les féodaux. C’est là qu’est née, non pas le capitalisme, mais la « forme moderne de société », articulation historiquement spécifique du marché et de l’organisation sous l’égide d’un État-nation embryonnaire dont l’État-monde contemporain représenterait la forme exacerbée.

5Partant, l’enjeu fondamental du livre est bien de savoir si cet État-monde en gestation peut susciter une force sociale capable de relever le défi lancé pour la première fois par le popolo des communes urbaines italiennes : celui d’un exercice populaire du pouvoir sur une échelle désormais globale. À cette question, Bidet répond positivement : « la voie de l’émancipation […] porte nécessairement le nom de communisme. » (p. 13) Là où le socialisme, comme tentative de régulation de la logique du marché par celle de l’organisation trouvait dans l’État-nation sa forme adéquate, le communisme, en effet, se pense et se pratique directement à l’échelle mondiale, et trouverait ainsi dans l’État-monde le terrain propice à son auto-affirmation. Lorsque les structures nationales de classe tendent à s’identifier au système-monde, la « classe fondamentale » opposée à celle des propriétaires et des « dirigeants-et-compétents » tend à s’affirmer comme « peuple-monde » élevant d’une seule voix sa prétention à gouverner. Or, s’il est vrai que le cycle de luttes anti-systémiques qui défient l’État-monde depuis 2011 au Caire ou à Athènes, à Tunis ou à Barcelone, à New York, Oakland, Damas ou Santiago, donne quelque crédibilité à cette thèse, reste qu’une série de contradictions – racistes et sexistes, notamment –fragilisent l’univocité de la classe fondamentale. La force du dernier livre de Bidet est néanmoins de nous donner des outils théoriques pour comprendre, et éventuellement dépasser, ces contradictions.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Bidet Jacques, Que faire du Capital ? Philosophie, économie et politique dans Le Capital de Marx, Paris, PUF, 1985 ; Théorie générale. Théorie du droit, de l’économie et de la politique, Paris, PUF, 1999 ; Explication et reconstruction du Capital, Paris, PUF, 2004.

2 Voir notamment Wallerstein Immanuel , Le capitalisme historique, trad. Philippe Steiner et Christian Tutin, Paris, La découverte, 2011 et Arrighi Giovanni , The Long Twentieth Century. Money, Power, and Origins of Our Times, Londres, Verso, 1994.

3 Voir notamment, Brenner Robert, « Agrarian Class Structure and Economic Development in Pre-Industriel Europe » Past and Present, n° 70, 1976 ; Meiksins Wood Ellen, L’origine du capitalisme. Une étude approfondie, trad. François Tetreau, Montréal, Lux, 2009 ; Banaji Jairus, Theory as History. Essays on mode of production, London, Brill, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Monferrand, « Jacques Bidet, L’État-monde. Libéralisme, socialisme et communisme à l’échelle globale. Refondation du marxisme », Terrains/Théories [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 23 octobre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://teth.revues.org/329

Haut de page

Auteur

Frédéric Monferrand

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org