Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Joan Stavo-Debauge, Le loup dans la bergerie. Le fondamentalisme chrétien à l’assaut de l’espace public

Genève, Labor et fides, 2012, 180 p.
Isabelle Aubert
Référence(s) :

Joan Stavo-Debauge, Le loup dans la bergerie. Le fondamentalisme chrétien à l’assaut de l’espace public, Genève, Labor et fides, 2012, 180 p.

Texte intégral

L’expression d’une crainte justifiée

1Muni d’une documentation récente et très précise, le sociologue Joan Stavo-Debauge nous fait part, avec vigueur, d’une double inquiétude dans son livre Le loup dans la bergerie. Le fondamentalisme chrétien à l’assaut de l’espace public. D’une part, l’expansion du fondamentalisme chrétien dans l’espace public américain met en danger les principes de la démocratie libérale ; d’autre part, la thèse de l’inclusion plus grande des personnes religieuses dans l’espace public séculier, que soutiennent certains philosophes tels que Charles Taylor et surtout Jürgen Habermas, est une position inconséquente au vu de la réalité nord-américaine. À rebours du plan d’ensemble du Loup dans la bergerie et parce que, dans le détail, les deux idées sont mêlées, je présenterai d’abord la réponse à la thèse philosophique déjà connue et mettrai en relief ensuite l’apport sociologique de l’auteur.

  • 1 habermas Jürgen, Entre naturalisme et religion. Les défis de la démocratie, traduit de l’allemand p (...)
  • 2 taylor Charles, L’Âge séculier, trad. Patrick Savidan, Paris, Seuil, 2011 (2007).
  • 3 habermas Jürgen, Entre naturalisme et religion, op. cit.

2Le matériau sociologique est convoqué par Stavo-Debauge pour dévoiler les limites du discours postséculariste défendu avant tout par Habermas dans son ouvrage de 2008, Entre naturalisme et religion1. Si la recherche des conditions d’un dialogue entre citoyens athées et citoyens religieux cherche à satisfaire un principe théorique bien fondé – la participation égale de tous à la vie démocratique – sa pertinence est limitée par un état de fait social. La vertu de tolérance, considérée par Taylor dans L’Âge séculier2 et par Habermas3 comme une réponse à la question de l’accès égal des laïcs et des religieux au débat public, semble avancée sans tenir compte des paramètres et des données que fournit le contexte social nord-américain. En effet, cette idée humaniste libérale, appliquée sans restriction préalable à des positions elles-mêmes intolérantes, viendra à terme saper les principes mêmes du libéralisme démocratique ; tel est le pronostic de Stavo-Debauge. Trop confiant sans doute dans un universalisme libéral, Habermas part du présupposé que des théologiens fondamentalistes tels que Michael Wolterstorff vont accepter la tolérance, entendue comme un effort mutuel de traduction entre les différentes « langues », alors qu’elle est synonyme pour eux d’une dégradation de la foi, d’une transformation de la croyance en préférence et en opinion privée. Le geste pacificateur du postsécularisme habermassien ne peut qu’achopper face au prosélytisme belliqueux des théologiens chrétiens intégristes.

3La réalité sociale nord-américaine est en effet le lieu de développement de courants chrétiens fondamentalistes qui sont en faveur d’une théologisation de la politique et de la science. Elle fournit de nombreux exemples du danger que représente en pratique, pour la démocratie libérale elle-même, l’accueil de croyances « intégralistes », « exclusivistes » et « déconfinées » (Wolterstorff). Stavo-Debauge montre ainsi de façon convaincante comment, aux États-Unis, la liaison entre la droite républicaine et les convictions fondamentalistes devient de plus en étroite. Si le public francophone a généralement connaissance du bon accueil que reçoivent certaines convictions religieuses au sein du parti républicain américain, il ne pourra que découvrir avec stupeur l’ampleur du mélange des genres entre les déclarations politiques et les déclarations de foi fondamentalistes que dévoile la lecture du Loup dans la bergerie. On découvre au fil du texte, grâce à une documentation fournie, les dangers de la remise en cause de la « raison publique » rawlsienne, qui a commencé, dans ce contexte, non pas au nom de la tolérance (contrairement à Habermas), mais au nom d’un absolu religieux qui conteste l’avancée des droits fondamentaux. L’espace public américain serait « pollué » (p. 138) par des controverses illégitimes dans un État constitutionnel soutenant les principes d’égalité et de liberté (interdire toutes les interruptions volontaires de grossesse, restreindre les droits des femmes, légaliser les discriminations à l’égard des personnes homosexuelles, etc.). Appuyés par une « épistémologie réformée » qui nie des découvertes et hypothèses scientifiques en invoquant la vérité révélée ou l’inerrance de la Bible, les variantes du fondamentalisme chrétien (anti-évolutionnisme, Église évangélique conservatrice) militent activement grâce à des lobbys puissants pour imposer leurs valeurs contraires à l’égalité des droits mais porteuses, soi-disant, d’une foi « authentique ».

Une nouvelle configuration de la discussion

4Le livre de Stavo-Debauge pointe du doigt un sujet brûlant, que la littérature philosophique et sociologique tend à son insu à minimiser en s’intéressant uniquement à la croyance religieuse en général et à l’inclusion des personnes religieuses dans le débat public, sans prendre la mesure des transformations de l’espace public que peuvent introduire à terme certains courants radicaux. Prenant lui-même position, l’auteur informe mais surtout alerte les lecteurs français de l’étendue du pouvoir qu’exerce le fondamentalisme chrétien aux États-Unis sur les politiciens et l’espace public citoyen.

5L’actualité du Loup dans la bergerie interpelle trop son lecteur pour que je n’émette pas quelques questions de discussion. En voici deux.

6L’ouvrage de Stavo-Debauge nous présente-t-il la progression du fondamentalisme chrétien comme un « fait irrésistible », à la manière dont Tocqueville le fait pour la démocratie, fait qui se propagerait des États-Unis vers le vieux continent européen ? L’immersion dans le contexte états-unien invite à se demander quelles formes moins visibles le fondamentalisme chrétien peut emprunter, dans des États ayant inscrit dans leur constitution la séparation de l’Église et de l’État, pour exercer une influence sociale et politique conséquente. La problématique de l’idéologie, évoquée par Stavo-Debauge, est sans doute une piste possible de la forme que peut prendre l’infiltration insidieuse possible de ces courants fondamentalistes en Europe – et l’on renverra alors aux études de l’idéologie effectuées par le jeune Habermas dans les années 1960 et 1970.

  • 4 habermas Jürgen, Entre naturalisme et religion, op. cit. p. 181-182.

7La réalité sociologique nord-américaine invalide-t-elle réellement la thèse du postsécularisme défendu par Habermas dans Entre naturalisme et religion ? Le diagnostic sur la progression des courants religieux intégristes aux États-Unis établi par Stavo-Debauge incitera sûrement un lecteur habermassien à manier avec prudence la thèse du postsécularisme. Toutefois, il constatera également que le philosophe francfortois lui-même a pris les devants et ferme la porte aux arguments religieux qui sont inconciliables avec le caractère séculier de l’État constitutionnel et visent un rôle politique de la religion4. Afin de contrer la logique de l’amalgame que développent les fondamentalistes, comme le montrent les nombreux exemples du livre de Stavo-Debauge, il me paraît important de situer l’analyse du sociologue dans le contexte d’une réalité religieuse plurielle et de continuer de distinguer les personnes religieuses des religieux fondamentalistes. C’est ce dont nous informe à sa manière Habermas. La théorie habermassienne ayant encore son mot à dire, il est peut-être plus exact de souligner la continuité existant entre elle et la réflexion de Stavo-Debauge que de retenir le geste de contestation de ce dernier.

8En mettant en lumière des aspects de l’espace public américain connus de façon trop superficielle, Le Loup dans la bergerie propose une étude conséquente sur l’infiltration violente et non dialogique des chrétiens fondamentalistes dans l’espace public. Bien plus qu’il ne le remet en cause, cette étude complète à mes yeux le travail mené par Habermas (et Taylor) sur la coopération plus grande possible entre laïcs et croyants non radicaux, tout en lui faisant des accrocs.

Haut de page

Notes

1 habermas Jürgen, Entre naturalisme et religion. Les défis de la démocratie, traduit de l’allemand par Christian Bouchindhomme et Alexandre Dupeyrix, Paris, Gallimard, 2008.

2 taylor Charles, L’Âge séculier, trad. Patrick Savidan, Paris, Seuil, 2011 (2007).

3 habermas Jürgen, Entre naturalisme et religion, op. cit.

4 habermas Jürgen, Entre naturalisme et religion, op. cit. p. 181-182.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Aubert, « Joan Stavo-Debauge, Le loup dans la bergerie. Le fondamentalisme chrétien à l’assaut de l’espace public », Terrains/Théories [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 23 octobre 2014, consulté le 22 mars 2017. URL : http://teth.revues.org/326

Haut de page

Auteur

Isabelle Aubert

Maître de conférences en philosophie à l’université Paris I Panthéon Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org