Navigation – Plan du site
Dossier

Éclairer un point aveugle

Lighting up a blind spot
Julien Bernard

Texte intégral

1Les émotions occupent une place particulière dans le champ des sciences sociales. Omniprésentes dès lors que l’on s’intéresse au vécu des individus et des groupes sociaux, elles semblent souvent poser problème aux moments du recueil, de l’organisation et de l’analyse des données d’enquête.

2Pourtant, deux bonnes raisons au moins pourraient inciter à en faire un objet d’analyse premier ou prioritaire. Les émotions peuvent d’abord en effet être considérées comme produits de l’emprise du monde social sur les individus ; la sensibilité humaine est placée sous l’influence de son environnement socioculturel. Mais les émotions sont aussi, ou par ailleurs, des influences en elles-mêmes de l’action et de l’interaction sociale ; de ce point de vue, elles devraient être considérées comme des forces explicatives à intégrer à l’analyse de la dynamique sociale.

  • 1 Ce numéro est le résultat d'un travail collectif ayant engagé l'ensemble des auteurs et relecteurs, (...)

3Considérant que les émotions peuvent être objectivées et problématisées sous un angle spécifique aux sciences sociales, les études rassemblées dans ce numéro1 ont pris le risque de s’intéresser à ce qui émeut, ce qui attriste ou rend joyeux, ce qui met en colère ou ce qui fait honte, en s’interrogeant à la fois sur les causes et sur les conséquences sociales de ces affects. Sans nier les dimensions mentales, corporelles, subjectives des émotions, elles considèrent que les émotions relèvent de rapports au monde fondamentaux et indispensables à l’analyse des sociétés et des cultures.

4L’intérêt des sciences sociales pour les émotions n’est pas nouveau. Les sensibilités, terme plus large que celui d’émotion, n’ont pas manqué d’interroger les classiques, tout comme elles questionnent encore les contemporains. Mais elles restent encore une sorte de point aveugle des sciences sociales, que ce numéro de Terrains/Théories voudrait contribuer à éclairer.

5Le titre de ce numéro – « Émotion/Émotions » – renvoie à une première problématique, celle de la définition de l’objet. Si l’émotion au singulier renvoie à l’idée d’un phénomène particulier, identifiable ou définissable en soi, on pressent que le pluriel rend davantage justice à l’hétérogénéité des formes sensibles d’expérience du monde social. Les questions que soulèvent ces problèmes de définition sont abordées dans l’article de Julien Bernard sur les diverses voies d’approche des émotions en sciences sociales. Il soutient que l’objectivation des manières dont les émotions sont pensées, catégorisées, manipulées par les acteurs sociaux, dans les domaines ordinaires comme savants, peuvent être placées au centre de l’analyse. C’est ce que fait l’article de Jean-Hughes Déchaux, qui montre pourquoi les émotions ont pu embarrasser la sociologie et pourquoi elles n’ont pas été pleinement intégrées à l’explication sociologique ; de ce constat, l’auteur propose un cadre théorique « externaliste » dans lequel les émotions apparaissent comme les caractéristiques identifiables d’un système d’action influençant les comportements.

6La théorisation des émotions est ensuite mise à l’épreuve de différents terrains.

7L’article de Cécile Vermot porte sur les formes de honte ressenties par les migrants argentins ayant choisi d’émigrer suite à la crise économique de leur pays dans les années 1999-2003 ; l’auteure suggère d’ajouter à l’analyse des discours, les éléments contextuels et théoriques permettant de percevoir et de « capturer » ce sentiment de honte, difficilement verbalisable et verbalisé, les objets sur lesquels il porte, et ses conséquences pratiques.

8L’article d’Isabelle Sommier s’intéresse pour sa part aux dynamiques affectuelles qui marquent les trajectoires biographiques des personnes s’engageant dans des causes « à haut risque ». Depuis le contexte plus ou moins déterminé de leur engagement, jusqu’aux tensions inhérentes à ces formes d’activités « déviantes », en passant par la socialisation émotionnelle dans le groupe de pairs, l’auteure montre l’intérêt de relier sentiments et carrière dans une perspective interactionniste en sciences politiques.

9Stéphane Latté analyse ensuite le « jeu » autour des catégorisations des émotions des victimes de l’explosion de l’usine AZF à Toulouse en 2001 ; cette approche montre que des styles émotionnels entrent en concurrence pour donner une légitimité aux mouvements sociaux, conçus davantage comme « mobilisations d’émotions » que comme « mouvements émotionnels ».

10Ce « jeu » autour des catégorisations d’émotions se retrouve à un niveau interactionnel dans l’article de Baptiste Brossard sur les émotions en milieu psychiatriques et gériatriques : qu’elles soient conflictuelles, figurées, sollicitées, projetées, ou encore validées, les émotions s’inscrivent dans des cadres définissant des attentes normatives et servent d’indicateurs de la crédibilité des patients.

11Le dernier article du numéro, celui de Sabine Fortino sur la mise au travail des émotions des conducteurs de train, montre à la fois les normes pesant sur le travail émotionnel des agents et la dynamique sociale introduite par les émotions, les vécus du travail faisant émerger réflexions et revendications sur le stress et les risques psychosociaux.

12Sans chercher à appliquer de grille théorique prédéfinie à leurs objets, les articles ici réunis montrent que les états affectifs des personnes étudiées sont compréhensibles voire explicables sociologiquement. Mais ils montrent aussi que partout la définition et la compréhension des émotions et sentiments constituent des enjeux sociaux de premier ordre. Les façons de se les représenter, leurs mises en scène dans les interactions, leurs justifications, les discours sur leurs incidences, sont autant de dimensions de la vie sociale des émotions, qui excèdent en partie, en s’exprimant, leur origine sociologique, et constituent la trame affective toujours renouvelée de la vie sociale.

13À la suite de ce dossier, nous avons le plaisir de publier un entretien avec un des intellectuels ayant le plus réfléchi aux émotions ces dernières années, Jon Elster, professeur à Columbia et professeur honoraire au Collège de France, où il occupe la chaire « Rationalités et sciences sociales ». Jon Elster y expose quelques unes de ses principales conclusions sur l’impact des émotions sur la motivation de l’action, leurs imbrications dans les normes sociales et leurs effets sur la rationalité.

14Pour finir, des comptes-rendus de lectures d’ouvrages récents sur le sujet des émotions et des sensibilités attendent le lecteur désireux d’en savoir plus sur les liens étroits entre vie affective et vie sociale.

Haut de page

Notes

1 Ce numéro est le résultat d'un travail collectif ayant engagé l'ensemble des auteurs et relecteurs, ainsi que Stéphane Dufoix, Christian Lazzeri, Alice Le Goff, Delphine Mondout, Alexandra Oeser, Lucie Nayak et Gabriel Segré. Le coordinateur du numéro tient ici à les remercier sincèrement et cordialement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Bernard, « Éclairer un point aveugle », Terrains/Théories [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 17 octobre 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://teth.revues.org/268

Haut de page

Auteur

Julien Bernard

Maître de conférences en sociologie à l’université Paris Ouest Nanterre la Défense. Il a consacré sa thèse de doctorat aux émotions et rituels dans le travail des pompes funèbres. Ses travaux s’inscrivent principalement dans les domaines de la sociologie des émotions, de la mort, du corps et de la santé.
Sophiapol EA3932, Université Paris Ouest Nanterre la Défense, F-92000 Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org