Navigation – Plan du site
Dossier
Lectures

Véronique Dassié, Objets d’affection. Une ethnologie de l’intime

Éditions du CTHS, 2010, 367 p.
Julie Garnier
Référence(s) :

Véronique Dassié, Objets d’affection. Une ethnologie de l’intime, Éditions du CTHS, 2010, 367 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage au titre évocateur, issu d’une thèse de doctorat soutenue à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et préfacé par Joël Candau, Véronique Dassié s’attache à saisir le processus qui conduit les personnes à désigner un objet comme souvenir et à travers ce processus, la construction de son inscription sociale.

  • 1 Debary Octave et Tellier Arnaud, « Les objets de peu. Les marchés à réderie dans la Somme », L’homm (...)

2L’ouvrage se décompose en quatre parties qui traitent des pratiques de conservation domestique et plus largement de la relation que nous entretenons aux petites choses du quotidien, ces objets de « peu1 », sans grande valeur marchande ni esthétique que nous gardons à portée de main.

3« Avez-vous des objets souvenirs ? » Cette question de départ, celle là même que l’ethnologue pose à ses informateurs, amène progressivement l’auteure à décaler le regard de la mémoire aux émotions. Quelles sont les raisons de notre attachement aux petites choses du quotidien ? Comment ces objets inutiles deviennent-ils des « objets d’affection » ? Quels sont les fondements d’un tel « consensus conservatoire » ? Ces « objets d’affection » que nous possédons tous et dont nous ne pouvons nous séparer sont conservés non seulement ou nécessairement pour leur pouvoir mémoriel mais aussi et surtout, comme le précise l’auteure, en raison d’un attachement à eux. « De cause en conséquence, l’affection, “manière d’être de l’âme considérée comme touchée de quelque objet”, devient la raison de leur conservation (p. 19) […] que l’on soit riche ou pauvre, manuel ou intellectuel, rien ne s’oppose à la possession de “souvenirs” matériels puisque l’objet le plus trivial peut-être considéré comme tel et être accessible à tous » (p. 47).

4La première partie de l’ouvrage intitulée « Une ethnologie du chez-soi » présente les circonstances de l’enquête et les conditions de son exercice, en revenant notamment sur la relation d’enquête qui s’instaure entre l’ethnologue et ses témoins (une relation remplie de confidences, de complicité, de proximité affective).

5L’entretien ethnographique constitue en effet le principal mode de collecte de cette recherche qui s’est déroulée entre 1998 et 2002, dans différents départements de la région Midi-Pyrénées et de la région Centre. Au total, soixante-dix personnes, principalement des femmes, âgées de dix-huit à quatre-vingt-cinq ans et occupant différentes positions (célibataire, en couple, veuve) ont été interviewées, dans différentes circonstances : à la suite de la diffusion d’une petite annonce, au gré de rencontres interpersonnelles, par l’intermédiaire d’un centre de formation, d’une institution muséale.

6Dans les trois chapitres qui suivent (« Entre physique et métaphysique » ; « la présence d’une absence » ; « le couple et l’orchestration affective »), l’auteure revient sur les rapports complexes que nous entretenons aux « objets-souvenirs ». Chacune de ces parties est illustrée de photographies en noir et blanc et de citations littéraires (Perec, Flaubert, Maupassant, Sade, Benjamin, Sartre, Rimbaud, Duras, etc.), qui permettent d’accéder à des pans inaccessibles de la pratique conservatoire (p. 50), et qui ne manquent pas d’apporter une certaine élégance à l’ouvrage.

7L’auteure interroge tout d’abord la façon dont nos contemporains classent, conservent, donnent sens à cet ensemble hétérogène d’objets appelés souvenirs, constitué aussi bien de vestiges du corps humain (mèches de cheveux, dents de lait…), de découvertes faites dans la nature que de fabrications artisanales. Dans ce cadre, l’affection qui est accordée à ces objets apparait étroitement liée au registre familial plus qu’aux particularismes d’un groupe donné. En conservant ces objets, il s’agit avant tout chose de préserver la trace de ses origines, d’assurer la continuité avec un lignage. Mais l’affection peut porter sur des objets sans passé et produits en série. C’est alors l’origine racontée de ces objets qui semble produire leur valeur d’attachement. L’auteure s’attache ainsi à retracer le parcours des « objets-souvenirs » et la manière dont ils acquièrent une place dans l’espace domestique. Pour que ces objets ordinaires, assimilables à des reliques, des fétiches ou à des objets de collection, deviennent des « objets-souvenirs », il ne suffit pas qu’ils soient inscrits dans une histoire, encore faut-il que leurs propriétaires soient disposés à les considérer sous cet angle, qu’ils en repèrent la valeur ou qu’ils leur en donnent une.

8L’auteure montre ensuite que la place des « objets-souvenirs » dans l’espace domestique n’est jamais définitive. Ces objets ont plusieurs vies. Ils circulent de génération en génération et d’un lieu à l’autre selon des règles qui échappent à celles bien connues de la transmission successorale : « ils vont préférentiellement et directement à la troisième génération de descendants, sont transmis en fonction du statut des personnes du ménage dans lequel ils iront, et tout cela à condition qu’une femme en assure la descendance. » (p. 253) Cette analyse du mode genré de transmission fait écho à la dernière partie du livre où l’auteure décrypte le partage des objets au sein du couple et souligne le rôle essentiel des femmes dans la transmission matérielle.

  • 2 Bertheleu Hélène, Garnier Julie et Étienne Guillaume, « Les migrations dans les pratiques muséales (...)

9Ces objets d’affection circulent à l’intérieur de la sphère privée mais ils circulent également en dehors, dans la sphère publique, par le biais du recyclage caritatif, du prêt ou du don à des musées. Ce dernier cas de figure est intéressant car il ouvre une réflexion sur les pratiques patrimoniales en cours. Les expositions qui s’appuient sur une logique participative sont aujourd’hui nombreuses, pour autant « les objets d’affection » y occupent une moindre place. L’exemple des expositions sur les immigrations régionales peut, de ce point de vue, être éclairant2. Il met en évidence les écarts d’interprétation entre l’institution muséale et les déposants sur ce qui fait patrimoine : pour les uns, l’objet patrimonial a valeur de témoignage, pour les autres, il est celui qui permet de se souvenir.

  • 3 Bortolotto Chiara, contribution à la table ronde Émotions patrimoniales et mobilisations, Ministère (...)
  • 4 Voir sur ce sujet les travaux de Tornatore Jean-Louis et Barbe Noël, Les formats d’une cause patrim (...)
  • 5 Dassié Véronique, Une émotion patrimoniale contemporaine : le parc de Versailles dans la tempête, r (...)

10Cet ouvrage apporte une contribution intéressante à l’analyse des processus contemporains de patrimonialisation en éclairant notamment sa dimension privée et immatérielle. L’auteure postule en effet que l’affection portée aux objets suffit à justifier leur conservation ce qui met à mal la séparation entre émotions et patrimoine jusqu’alors légitimée par l’institution au nom du principe d’objectivité scientifique3. Ce questionnement sur la place des émotions dans le processus patrimonial s’inscrit plus largement, dans un programme de recherche porté par le Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (LAHIC)4 depuis plus d’une dizaine d’années, et auquel l’auteure a été associée5. Dans ce débat, l’ouvrage de Véronique Dassié apporte une contribution riche et originale pour penser notre rapport affectif aux objets, les formes de l’attachement, le rôle des objets dans la construction des identités et les enjeux de leur patrimonialisation.

Haut de page

Notes

1 Debary Octave et Tellier Arnaud, « Les objets de peu. Les marchés à réderie dans la Somme », L’homme, n° 170, 2004, p. 117-138.

2 Bertheleu Hélène, Garnier Julie et Étienne Guillaume, « Les migrations dans les pratiques muséales en France. L’exemple de trois formes de médiation », in Amar Marianne, Frenette Yves, Paquet Martin, Lanouette Mélanie (dir.), Musées, Histoire, Migrations, Québec, Presses de l’Université Laval, 2014 (à paraître). Garnier Julie, Mise en patrimoine des migrations et représentations de l’interculturel. Approche d’une pratique muséale en région, rapport au Ministère de la Culture et du Patrimoine, octobre 2011.Voir également les travaux menés par le GIS IPAPIC (Institutions patrimoniales et Pratiques Interculturelles) depuis 2010.

3 Bortolotto Chiara, contribution à la table ronde Émotions patrimoniales et mobilisations, Ministère de la culture et de la communication, Paris, 18 et 19 mai 2010.

4 Voir sur ce sujet les travaux de Tornatore Jean-Louis et Barbe Noël, Les formats d’une cause patrimoniale. Agir pour le château de Lunéville, Les carnets du LAHIC, n° 5, LAHIC / Ministère de la culture, 2011, et Clavairolle Françoise, La Borie sauvée des eaux. Ethnologie d'une émotion patrimoniale, Les Carnets du Lahic, n° 7, LAHIC/DPRPS, Direction générale des patrimoines, 2011.

5 Dassié Véronique, Une émotion patrimoniale contemporaine : le parc de Versailles dans la tempête, rapport pour la Mission à l’ethnologie, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Garnier, « Véronique Dassié, Objets d’affection. Une ethnologie de l’intime », Terrains/Théories [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 23 octobre 2014, consulté le 22 mars 2017. URL : http://teth.revues.org/261

Haut de page

Auteur

Julie Garnier

Maître de conférences en sociologie, Université François Rabelais de Tours, Laboratoire CITERES (UMR CNRS 7324), julie.garnier@univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org