Navigation – Plan du site
Dossier

Des « mouvements émotionnels » à la mobilisation des émotions

Les associations de victimes comme objet électif de la sociologie des émotions protestataires
From “Emotional Movements” to the Mobilization of Emotions
Victims’ Associations as an Elective Object of Sociology of Protest Emotions
Stéphane Latté

Résumés

Le réinvestissement récent de la question des émotions par la sociologie de l’action collective a donné lieu à deux lignes d’interprétation, la première attentive aux émotions « mobilisatrices », la seconde aux styles émotionnels que composent les mouvements sociaux dans leurs démonstrations publiques. Il s’agit dans cet article de tester ces deux cadres d’analyse à partir du cas d’une forme récente de protestation – les mobilisations de victimes d’accidents collectifs – qui apparait d’emblée comme une candidate « naturelle » à l’explication par les émotions. Dans un premier temps, nous montrons les limites de l’hypothèse d’une « militance émotionnelle » qui obstrue la mise au jour de déterminants sociaux pourtant décisifs dans le passage à l’action collective des « victimes ». Puis, nous suivons les jeux sociaux d’imputation d’émotions qui participent aux luttes de (dis)qualification qui se portent sur ces associations. Enfin, nous resserrons la focale sur les expressions publiques d’émotions et sur la variabilité des configurations qui, soit les autorisent, soit les disqualifient. Car, si ce n’est pas le deuil qui mobilise les victimes, les victimes en revanche mobilisent le deuil, au point que les démonstrations publiques d’affliction constituent aujourd’hui une pièce centrale du répertoire d’action victimaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Aminzade Ron et McAdam Doug, « Emotions and Contentious Politics », in Aminzade Ron et al. (dir.), (...)
  • 2 Jasper James, The Art of Moral Protest, University of Chicago Press, 1997; Gould Deborah, « Life Du (...)
  • 3 Crossley Nick, « Changement culturel et mobilisation des patients. Le champ de la contestation psyc (...)

1La sociologie des mobilisations a donné lieu depuis dix ans à un réinvestissement massif de la question des émotions protestataires1. Cette filière d’analyse s’organise schématiquement autour de deux options théoriques et méthodologiques. La première s’interroge sur les « émotions mobilisatrices ». Elle vise à se ressaisir de l’énigme fondatrice de la discipline – le pourquoi de l’action collective et les logiques du recrutement militant – et se donne pour fin d’isoler des facteurs émotionnels de l’engagement. Sous la plume de James Jasper, il s’agira, par exemple, de pointer les ressorts affectifs de la participation et d’identifier ces « chocs moraux » qui parviennent à toucher les cœurs et les consciences au point de constituer, par eux seuls, de bonnes raisons de protester2. La seconde veine de travaux porte pour sa part sur les « émotions mobilisées ». Elle se détourne des émotions effectivement ressenties par les militants pour s’en tenir à l’analyse de leur expression publique. Il s’agit alors de porter l’attention sur la légitimation publique des causes, sur les « styles émotionnels » que l’on compose pour choquer, apitoyer, scandaliser, sur les « répertoires » affectifs que l’on sollicite pour se faire entendre ou pour donner à voir l’identité d’un groupe3.

  • 4 Latté Stéphane, Les « victimes ». La formation d’une catégorie sociale improbable et ses usages dan (...)

2L’objet de cet article consistera à discuter la pertinence et les limites de ces deux cadres d’analyse à partir des résultats d’une enquête consacrée à la genèse et aux usages de la catégorie de « victimes » dans l’action collective4. On s’appuiera notamment sur les conclusions d’une observation ethnographique menée de 2002 à 2006 auprès des associations de sinistrés nées à la suite de l’explosion de l’usine AZF, à Toulouse, en septembre 2001.

3Nous tenterons de démontrer qu’une des manières de sociologiser la place des émotions dans les entreprises de mobilisation victimaire consiste à s’écarter d’un questionnement étiologique (le pourquoi de l’action collective) pour prendre en compte leur caractère collectif (une coproduction plutôt qu’un surgissement individuel), institué (produit de contraintes de rôle héritées, surveillées et appropriées), réflexif (les acteurs sachant, non moins que les commentateurs, les contraintes et les vertus attachées aux différents registres émotionnels) et relationnel (le sens et le poids des prescriptions émotionnelles variant d’une configuration sociale à l’autre, d’un contexte de mobilisation à l’autre).

4Dans une première partie, il s’agira de rappeler de quelle manière la mise au jour sociologique des émotions victimaires s’introduit dans les luttes politiques de classement dont font aujourd’hui l’objet la plupart des associations de victimes. Prise dans des enjeux sociaux de (dis)qualification, l’hypothèse d’une « militance émotionnelle » est plus souvent présumée qu’empiriquement démontrée. Elle obscurcit dès lors l’analyse des déterminants sociaux de l’action collective auxquels n’échappent pourtant pas les mobilisations de « victimes ». Mais, il ne sera pas pour autant question de congédier tout questionnement sur les émotions protestataires et de rapatrier la sociologie de l’action collective dans le havre irréel d’une stricte rationalité instrumentale. En effet, dans une seconde partie, nous resserrerons la focale sur les expressions publiques d’émotions et sur la variabilité des configurations qui, soit les autorisent, soit les disqualifient. Si ce n’est pas le deuil qui mobilise les victimes, les victimes en revanche mobilisent le deuil. Or, sans doute l’originalité des mobilisations de « victimes » réside-t-elle moins dans les motifs (émotionnels) de leur action que dans la place faite à des démonstrations publiques d’affliction (commémorations, marches silencieuses, témoignages), d’ordinaire associées au registre de la plainte plus qu’à celui de la protestation.

Les associations de victimes : de « nouveaux mouvements émotionnels » ?

5Créées à partir des années 1980, sur le terrain des crimes de sang, des attentats, des catastrophes collectives et des scandales sanitaires, les associations de victimes apparaissent, en première analyse, comme des candidates « naturelles » à l’explication par les émotions. En effet, par le type d’expertise qui se portent sur elles (la psychiatrie, la psychologie), par les interprétations critiques qu’elles suscitent sur la scène publique (la dénonciation d’une « République compassionnelle » ou d’une « démocratie lacrymale »), par les modes d’action qu’elles sollicitent (les pratiques commémoratives et le témoignage médiatique affecté), ces associations font l’objet plus que d’autres d’une présomption sociale d’irrationalité.

  • 5 Walgrave Stefaan et Verhulst Joris, « Toward “New Emotional Movements” ? A Comparative Exploration (...)

6Les travaux sociologiques consacrés à cette forme récente d’action collective s’invitent dès lors souvent dans ces jeux sociaux d’imputations émotionnelles. Ainsi, Stefaan Walgrave et Joris Verhulst proposent l’ajout d’une nouvelle case au grand herbier des mobilisations collectives – celle de « nouveaux mouvements émotionnels5 » – pour qualifier des actions collectives qui, à l’instar du cas paradigmatique du Mouvement blanc constitué en Belgique autour de la pédophilie – paraissent dérouter les préceptes ordinaires de la sociologie des mouvements sociaux. Les auteurs justifient en effet l’invention d’un vocable spécifique pour qualifier les mobilisations de « victimes » par le fait qu’elles déjouent les principaux mécanismes mis au jour par les théories de l’action collective. D’abord aucune entreprise traditionnelle de protestation – syndicats, partis politiques ou associations d’envergure nationale – ne semble orchestrer la mobilisation ; de plus les réseaux sociaux ordinaires (cercles familiaux, amicaux, confessionnels ou professionnels), qui sont parfois appelés à se substituer aux machines spécialisées de mobilisation, demeurent également largement inactifs. Enfin, ces actions collectives d’un type nouveau paraissent défier la plupart des facteurs discriminants du militantisme (l’âge, le sexe, le niveau de diplômes et de revenus n’interviendraient que marginalement dans la distribution des engagements) : les participants aux marches blanches n’ont ainsi ni sexe, ni classe, ni profession, ni appartenance religieuse distinctive. Si bien que toute tentative de caractérisation sociologique de ces mouvements se heurte au constat d’une hétérogénéité sans ordre, ni prévalence.

  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid.

7Face à cette impasse empirique, les auteurs optent alors pour une solution économique qui consiste à faire régresser l’analyse vers des causalités individuelles, et donc ici émotionnelles : la peine, la compassion, la peur ou l’identification à la figure de la victime sont supposées compenser l’absence de supports organisationnels ou de prédispositions sociales à l’engagement. A contrario du vocabulaire économiciste (incitations, rétributions, gratifications, etc.) qui habituellement inonde les explications du militantisme, les logiques d’adhésion sont ici principalement, sinon exclusivement, décrites comme affectives : « Les théories communes du recrutement échouent peut-être parce qu’elles se concentrent trop sur les dynamiques cognitives et trop peu sur les ressorts moraux et émotionnels qui agissent sur l’engagement, au niveau personnel. L’absence d’organisations peut être compensée par d’intenses émotions6 ». Walgrave et Verhulst concluant finalement leur analyse de cette « militance émotionnelle » par une inclination prophétique : « Nous sommes fermement convaincus que la victimité et toutes les émotions qu’elle génère à travers ses mécanismes d’identification pourraient devenir bien plus mobilisatrices qu’elles ne l’ont jamais été auparavant7 ».

  • 8 Pour une analyse détaillée des usages et des limites méthodologiques des entretiens menés auprès de (...)

8À l’aune de nos terrains, il apparaît pourtant que l’hypothèse des émotions mobilisatrices souffre d’au moins trois limites : la première est empirique car l’attention prêtée aux causes émotionnelles de l’action collective obstrue l’analyse des déterminants classiques de l’engagement ; la seconde est d’ordre normatif car cette ligne d’interprétation redouble un registre social de disqualification par l’imputation d’émotions qui s’avère particulièrement saillant dans l’histoire des associations de victimes ; la troisième, que nous ne ferons ici qu’évoquer, est méthodologique, car ces travaux se fondent sur le recours privilégié aux affects exprimés au cours d’entretiens sans rendre compte des prescriptions sociales d’émotions qui les encadrent8.

Facteurs émotionnels vs déterminants sociaux : la persistance des variables « lourdes »

  • 9 Jasper James, The Art of Moral Protest, op. cit. et Jasper James et Poulsen Jane, « Recruiting Stra (...)

9Dans l’incapacité de sonder directement les expériences intérieures, la théorie des émotions mobilisatrices s’appuie en premier lieu sur ce pis-aller que constitue le raisonnement a contrario. L’existence de déterminants émotionnels de l’engagement devient probable dès lors que les explications routinières de l’action collective sont mises en échec. C’est notamment sur cette méthode que Jasper se fonde pour isoler des « chocs moraux9 » ou que Walgrave appuie l’argument d’une « militance émotionnelle ».

  • 10 Walgrave et Verhulst émettent toutefois des doutes quant au caractère généralisable de cette propri (...)

10Pourtant, la suspension des ressorts sociaux du militantisme peut difficilement être élevée en propriété inhérente aux associations de « victimes10 ». En effet sur nos terrains, les variables « lourdes » de l’engagement, qu’on aurait supposé dissoutes par la force des solidarités affectives nées de l’événement dramatique, sont demeurées prégnantes. Par exemple, à Toulouse, la carte des sinistres de l’explosion d’AZF épouse fidèlement celle de la répartition des handicaps socio-économiques de la ville. La distribution géographique des dégâts répond directement aux logiques sociales qui règlent la répartition spatiale des risques industriels et à une histoire urbanistique qui jauge l’acceptabilité de la proximité des usines à l’aune de la qualité sociale des riverains. Le périmètre des sinistres les plus graves établi par la préfecture comprend ainsi 4 des 5 zones d’éducation prioritaire et 3 des 4 zones urbaines sensibles de Toulouse (plus de la moitié des populations touchées). Parmi les 27 000 logements affectés, 15 500 appartiennent également au parc HLM. Or, ces quartiers populaires demeureront durablement en marge du militantisme sinistré qui se développe dans leurs périphéries culturellement et économiquement les mieux protégées. 8 des 10 associations de défense créées au lendemain de la catastrophe se concentrent ainsi dans les quelques rares poches d’habitat pavillonnaire de la zone sinistrée

11De même, en dépit des vertus cohésives fréquemment attribuées aux émotions suscitées par les événements dramatiques, les « communautés de deuil » ne vont pas de soi. Les solidarités d’accident sont rarement mécaniques. Elles s’appuient, en amont, sur un faisceau d’affinités sociales électives et n’adviennent, en aval, qu’une fois retravaillées par un puissant travail d’intéressement. Ainsi, même dans les circonstances les plus dramatiques (voire particulièrement dans ces moments où la balance entre le malheur privé et l’action publique semble porter à la défection), la création d’incitations matérielles à la mobilisation (via les enjeux d’indemnisation et la prestation de services juridiques) concourt à affermir un lien émotionnel qui demeure ténu. À Toulouse, le regroupement de familles endeuillées s’éloigne par exemple de l’idéal-type de la communauté fusionnelle unie par les liens indéfectibles d’un malheur hors du commun, mais revêt plutôt les traits de l’agrégat précaire, construit à la seule force du poignet, par une volonté isolée, où chaque adhésion (seulement la moitié des familles de victimes décédées) s’arrache au prix d’âpres négociations. En l’absence de ces solidarités émotionnelles qu’on décrit trop souvent comme naturelles, évidentes et auto-suffisantes, son président – un ancien militant politique et syndical – développe une conception instrumentale du groupe représenté finalement peu différente de celle qui vaut pour les collectifs ordinaires :

  • 11 Enseignant à la retraite, militant associatif, septembre 2005.

« Je trouve que les familles endeuillées n’ont pas réagi comme elles auraient dû le faire. Elles ont toutes vu ce que je faisais pour elles. Souvent, je me suis déplacé trois fois, quatre fois pour les convaincre. Mais, ça ne les intéressait pas. Ils s’en tamponnaient. Le problème au début, c’était d’aller les voir dans une période où ils n’arrivaient pas à surmonter leur douleur. C’est une chose qui fait que je me demande encore comment j’ai réussi à en avoir ne serait-ce qu’une seule. Bon, il y a le deuil. Mais quand même, t’es surpris de voir des gens qui ont perdu leur fils, leur mari… quand tu les vois avec si peu de réactions, ça te fait drôle franchement… (silence) On n’est pas tous fait du même bois. […] Tu dois leur servir leur intérêt parce que sinon, les gens, ils bougent pas. Y a pas de solidarité particulière entre nous. Les gens, ils se sentent redevables à l’association parce que, sur les indemnisations, j’ai été leur support. […] Le plus difficile c’était ça : devenir centre d’intérêt et le rester. J’ai réussi à les intéresser en leur parlant d’indemnisation. Au départ, c’est ça qui les a fait adhérer, à prendre le contact. Si je me suis battu pour les indemnisations, c’était pour avoir quelque chose de palpable11. »

  • 12 Weed Frank, « The Victim-Activist Role in the Anti-Drunk Driving Movement », The Sociological Quart (...)

12L’attention prêtée aux affects mobilisateurs ne doit enfin pas détourner de l’analyse des circuits effectifs du recrutement associatif. Comme le constate Franck Weed dans ses travaux sur les mobilisations de victimes de la route, les associations de défense sont rarement le fait « de victimes devenues activistes », mais elles procèdent plutôt de la reconversion « d’activistes confrontés à l’expérience de la victimation12 ». De fait, à Toulouse, les réseaux militants continuent d’affleurer dès que l’on rapproche la focale et les associations de sinistrés puisent une part importante de leurs membres parmi les militants de longue date, habituellement actifs sur d’autres terrains de lutte, qu’il s’agisse du droit au logement, de la défense des sans-papiers, de la cause environnementale ou des mobilisations altermondialistes. SUD, Les Motivés, la LCR ou les Amis de la terre initieront ainsi la création du Collectif plus jamais ça et ils contribueront à irriguer le camaïeu d’associations de victimes créées après la catastrophe.

13La mise en œuvre de cette démonstration par défaut qu’est le raisonnement a contrario ne permet donc pas ici de conclure à une surdétermination émotionnelle du militantisme victimaire. La confrontation à l’événement dramatique n’éteint jamais tout à fait les propriétés sociales des victimes et les variables ordinaires de l’action collective – dispositions sociales à l’engagement, réseaux d’interconnaissance, savoir-faire militants acquis préalablement – conservent leur pouvoir structurant.

La « juridiction de l’émotion » : L’imputation d’émotions comme instrument de disqualification

  • 13 Goodwin Jeff et Jasper James, « Emotions and Social Movements », in Stets Jan et Turner Jonathan (d (...)
  • 14 Calhoun Craig, « Putting Emotions in their Place », in Goodwin Jeff, Jasper James et Poletta France (...)
  • 15 Sur l’inclination sociale et sociologique à imputer de la colère au peuple plutôt qu’aux élites et (...)
  • 16 Groves Julian, « Animal Rights and the Politics of Emotion : Folk Constructions of Emotion in the A (...)
  • 17 Broqua Christophe et Fillieule Olivier, « La fabrique des émotions. Exploration des “actions publiq (...)

14L’hypothèse d’une « émotivité » particulière des mobilisations de victimes n’emporte donc pas immédiatement la conviction. Sa présupposition pourrait dès lors n’être autre chose qu’un mode de disqualification de ces mouvements, ou, à tout le moins, une reconduction des explications indigènes de l’engagement victimaire. La question des enjeux normatifs sous-jacents à la mise au jour sociologique d’émotions protestataires est ancienne. Elle a notamment justifié la relégation de l’école des comportements collectifs dans la pré-histoire des théories de l’action collective, au motif que cette dernière perpétuait, sous couvert d’une analyse des dynamiques affectives de la protestation, le stigmate d’irrationalité traditionnellement apposé sur les foules révolutionnaires13. Comme l’expose Craig Calhoun, le grand partage émotionnel/rationnel n’est pas un régime neutre de description, mais il s’insère dans une matrice de polarités classantes14 : le corps et l’esprit, les passions et la raison, l’individuel et le collectif, le particulier et le général, le privé et le public, le sang-froid des hommes et l’émotivité des femmes, le contrôle de soi des élites et le penchant colérique des masses15. À propos de la militance de protection des animaux, Julian McAllister Groves invite ainsi à saisir le vocabulaire des affects – les adjectifs « émotif » ou « émotionnel » notamment – comme des « construits indigènes » (folk constructs), des termes dont on affuble le plus souvent les autres – concurrents et adversaires – à des fins de délégitimation ou dont on se protège soi-même pour gager sa prise de parole16. L’émotion n’est de ce point de vue « pas seulement un état interne. Il s’agit d’un label mobilisé dans la guerre des sexes, mais aussi dans l’espace concurrentiel des mouvements sociaux. […] Qualifier une personne ou un groupe “d’émotionnel” traduit toujours nos propres jugements sur ce dernier ». Christophe Broqua et Olivier Fillieule rappellent dans le même sens, à propos d’Act Up, combien le lexique des affects a dirigé les commentaires journalistiques et politiques (mais aussi parfois sociologiques) de l’engagement séropositif17, qu’il s’agisse d’invoquer la culpabilité de la contamination, le traumatisme de la découverte de la maladie, ou l’angoisse d’une mort imminente. D’où l’intérêt d’une sociologie des émotions protestataires qui ne se focalise plus seulement sur les « motivations émotionnelles » de l’action, mais également sur la manière dont ses motifs sont catégorisés et, ce faisant, monétisés ou dévalués.

15De ce point de vue, la présomption d’irrationalité qui entoure les mobilisations de victimes doit être rapportée à la première histoire de l’institutionnalisation en France du rôle social et politique de « victime ». Au début des années 1980, la cause des « victimes » est en effet publiquement incarnée par Légitime défense, une association qui s’auto-proclame « première association de victimes de crime de France » et qui s’impose comme un des aiguillons des campagnes pour le maintien de la peine capitale. Dénoncé dans la presse comme un « lobby de la peur », ce groupe de pression pèsera durablement sur les représentations sociales accolées à des associations de victimes que l’on soupçonne d’être prioritairement animées par un esprit de vengeance.

  • 18 « Projet pour une réforme pénale », Justice, n° 91, 1982. Des typifications émotionnelles similaire (...)
  • 19 Rock Paul, After Homicide : Practical and Political Responses to Bereavement, Clarendon Press, Oxfo (...)

16En se donnant pour fin d’endiguer ce qui est alors perçu comme une tentative d’instrumentalisation du désarroi de parents endeuillés au profit d’une cause trouble, les premiers dispositifs d’action publique spécialisés dans l’aide aux victimes reconduisent et enracinent cette image publique puisqu’il s’agit – par une meilleure indemnisation ou par la mise en place d’un soutien psychologique – d’apporter « une réponse sociale de la collectivité apte à faire diminuer la tension, la frustration des victimes et leur désir de vengeance immédiate18 ». Ces typifications associées aux associations de défense comme forme de mobilisation nécessairement sujette à des prises de position réactionnelles transparaît notamment dans la sélection étatique des organisations habilitées à représenter cette nouvelle catégorie d’usagers. Comme en Grande-Bretagne où les associations de victimes sont désignées par l’administration de la justice par le label plein de soupçon de « angry victims19 », les organisations de défense françaises sont maintenues aux marges des instances administratives de concertation au profit d’associations d’aide aux victimes, initiées et financées directement par l’État et présidées par des magistrats. Par trop bruyante et émotive, la « voix des victimes » n’est audible que médiée, traduite et épurée par des professionnels – magistrats, psychologues ou universitaires – qui parlent au nom d’un groupe voué à demeurer atone.

  • 20 Éditorial publié à l’occasion des 10 ans de l’association (Bulletin de l’APEV, n° 9, juin 2002).

17Les quelques infractions à cette restriction drastique de l’accès à la consultation publique illustre, en miroir, la méfiance structurelle de l’État à l’égard d’un acteur collectif dont l’expression directe, par trop empreinte des peines vécues, demeure perçu comme une menace. Ainsi, la reconnaissance de l’Association des Parents d’Enfants Victimes (APEV) comme partenaire régulier de l’administration spécialisée depuis les années 1990 témoigne de la manière dont les pouvoirs publics façonnent l’image de la « bonne victime ». Cadre catholique d’une entreprise publique, le président de l’APEV est salué comme une « victime idéale », mesuré dans le ton, maître de la langue juridique et respectueux du feutre des échanges administratifs, les fonctionnaires de l’aide aux victimes louant des qualités de tempérance d’autant plus remarquables qu’elles contrastent avec la violence du deuil qu’il a subi (sa fille a été assassinée en 1988). Par la sélection des modes d’actions utilisés par son association (le privilège accordé au colloque plutôt que le recours aux marches silencieuses) et par le choix des dénominations (est retenue une appellation neutralisée qui se distingue des qualifications éponymes évoquant directement le nom d’une victime), ce porte-parole opte pour une mise à distance publique de son deuil personnel qui lui vaut cette position rare de représentant des « victimes » adoubé par l’État : « Le temps n’est pas si loin où les victimes faisaient peur et trouvaient au mieux une oreille compassée et condescendante, mais rarement attentive. L’image des victimes était trop souvent associée à celle de la révolte, voire de la vengeance. Aujourd’hui, cette écoute a évolué. Les victimes sont maintenant perçues comme une force de proposition. Refusant les actions spectaculaires, évitant le risque de réactions trop affectives dictées par une actualité proche et souvent douloureuse, l’APEV a su se faire entendre du législateur et des professionnels de la justice »20.

  • 21 Parmi les critiques les plus véhéments de la « victimisation » figurent aussi bien les dirigeants d (...)

18Omniprésent dans les arcanes de l’administration, ce registre de disqualification par l’imputation d’émotions est, depuis les années 2000, largement relayé sur la scène publique nationale par des juristes – avocats ou magistrats – qui dénoncent l’immixtion, jugée scandaleuse, des victimes et de leurs représentants dans le procès pénal. En accordant des droits aux victimes, le législateur aurait tout à la fois ébréché le monopole traditionnel des magistrats sur la fonction de justice et remis en cause la sérénité des débats en immergeant le juge dans le magma de haines et de souffrances dont seraient porteuses les « victimes ». Soutenues par des juristes aux positionnements idéologiques bien souvent opposés21, ces batailles territoriales menées contre l’intrusion de profanes sur la scène judiciaire participent d’une même entreprise d’invalidation par la présomption d’émotions à laquelle doivent systématiquement s’affronter les porte-parole associatifs. Au fil des articles de doctrines, des tribunes de presse et des ouvrages grand public, « la » victime est construite comme un être de pure sensibilité, incapable de mesure et de pondération, dont la quête se borne à une « soif irrépressible de vengeance ». Michèle-Laure Rassat évoque ainsi un « animal judiciaire » mû simplement par le « désir morbide » et l’intérêt pécuniaire :

  • 22 Ibid., p. 94-97.

« [On ne peut pas] accepter que les représentants de la société soient “doublés” par une victime vengeresse. Ou l’on punit, ou l’on se venge. […] Le droit de vengeance nous paraît inadmissible dans une société policée où la punition du coupable doit être et ne doit être qu'une affaire d'État. Rappelons, une fois de plus, que le droit pénal n'est pas fait pour les victimes22. »

  • 23 Cité dans Salas Denis, « Le souci des victimes et la recomposition de la justice », communication a (...)
  • 24 Levi Thierry, « Sacrées victimes », in Éloge de la barbarie judiciaire, Paris, Odile Jacob, 2006, p (...)
  • 25 Garapon Antoine, Gardien des promesses. Justice et démocratie, Paris, Odile Jacob, 1996, p. 97.

19Daniel Soulez Larivière corrobore le portrait lorsqu’il regrette l’immixtion dans le prétoire « d’un acteur sauvage » porté par la seule loi du talion23. Thierry Levy dénonce pour sa part les « revendications geignardes », « l’excitation », « le consensus primaire, sinon primitif, archaïque, émotionnel » qui se forme autour de la cause des victimes : « La dérive victimaire et son cortège de fausses vertus baignées d’encens a élargi, au détriment des accusés, la place de l’arbitraire et de l’irrationnel24. » Antoine Garapon, enfin, stigmatise la « juridiction de l’émotion » et le « droit au cri » : « Les ressorts chaque fois sont les mêmes : l’inquisition et la dénonciation sauvage, l’émotion, l’horreur, la défiance à l’égard des institutions traditionnelles et une sorte de présomption de culpabilité25. »

20Cette opposition entre la froide quiétude de l’institution judiciaire et l’émotivité bruyante des victimes trouve en dernier lieu à s’incarner dans les productions médiatrices qui relaient la critique juridique de la victimisation hors de l’univers professionnel. Ainsi du documentaire La révolte des victimes, produit par France 2 en 2008, où la dénonciation de la « juridiction de l’émotion » s’invite jusque dans le choix des plans et des mouvements de caméra. Les experts sollicités seront filmés, en plan large, dans le cadre d’entretiens tournés dans les décors de l’institution (bibliothèque du Palais de justice de Paris ou salle de tribunal ornée de lustres imposants) tandis que les « victimes » convoquées seront le plus souvent représentées par les images d’archives de « réactions à chaud » qu’elles ont pu prononcer dans la tension des sorties d’audience. Les rares interviews de visu sont filmées dans l’univers familier, la caméra s’arrête longuement sur les objets évoquant le souvenir du disparu, les plans sont resserrés sur le visage de l’interlocuteur et le montage retient particulièrement les expressions de trouble ou d’affliction.

Les récits d’émotions permettent-ils de mesurer un « choc » ?

  • 26 Latté Stéphane, « La “force de l’événement” est-elle un artefact ? Les mobilisations de “victimes” (...)

21Une troisième limite de l’hypothèse des émotions mobilisatrices se situe à un niveau méthodologique. La sociologie des émotions protestataires s’est en effet principalement appuyée sur une stratégie du témoignage et sur le recours aux entretiens pour mettre au jour les dimensions émotionnelles de l’action collective. Il est de ce point de vue significatif que cette dernière se soit concentrée sur des terrains – le féminisme, les mouvements séropositifs, les mobilisations pour la protection des animaux – où se manifestent des émotions bruyantes, où les acteurs parlent de leurs affects, où parfois même le « travail émotionnel » se donne explicitement comme finalité de l’action (convertir la tristesse en colère, la honte en fierté, etc.). L’hypothèse des émotions mobilisatrices se nourrit de ce fait d’abondants extraits d’entretiens convoqués pour authentifier l’existence de « choc moraux » et sceller ainsi l’explication du passage à l’action collective. Pourtant, nous avons pu montrer ailleurs que la présence dans nos retranscriptions de récits d’expériences traumatisantes ne suffisait pas à signer la détermination émotionnelle du militantisme victimaire26. En effet, la place accordée par nos enquêtés aux idiomes du « choc » et du « traumatisme » relève en premier lieu de l’apprentissage et de l’expérimentation des scripts émotionnels qui sont exigés des « victimes » tant sur la scène de la réparation médico-légale que dans l’arène médiatique.

  • 27 Polletta Franscesca et Amenta Edwin, « Second That Emotion ? Lessons from Once-Novel Concepts in So (...)
  • 28 Mariot Nicolas, « Les formes élémentaires de l’effervescence collective, ou l’état d’esprit prêté a (...)

22S’agit-il dès lors de révoquer la pertinence de l’entretien pour appréhender les dimensions émotionnelle de l’action collective, ou de lui opposer le recours à des « matériaux primaires » – par exemple l’observation directe – parfois estimé mieux à même de saisir sur le vif les émotions protestataires27 ? En réalité, ce qui est en cause, c’est sans doute moins la valeur intrinsèque de chaque instrument que les usages qu’en fait le sociologue. De ce point de vue, l’observation directe enregistre également des comportements (des émotions manifestées) plutôt que des états de conscience (des émotions effectivement ressenties). Elle restera donc tout aussi problématique que l’entretien dès lors qu’il s’agira de sonder des expériences intérieures28 ou d’identifier l’existence de chocs moraux, car les scènes observées seront – ni plus, ni moins que l’entretien – prises dans le tissu des normes sociales qui façonnent l’expression publique des émotions (ou dans d’autres cas leur contrôle et leur répression). À l’inverse, pourvu qu’on l’envisage comme une scène sociale à décrypter plutôt que comme la saisie directe d’émotions transparentes, l’entretien devient aussi révélateur que l’observation des règles qui tamisent l’expression publique des sentiments. De ce point de vue, l’enquête ethnographique se révèle particulièrement utile sur les terrains saturés d’émotions comme l’est celui des mobilisations de victimes. En effet, par le croisement des méthodes et par la multiplication des situations observées, elle permet de mesurer la variété des normes qui encadrent la manifestation publique du deuil, du traumatisme ou de la peine.

Les déterminants sociaux de l’expression publique des émotions. Du deuil mobilisateur au deuil mobilisé

  • 29 Whittier Nancy, « Emotional Strategies. The Collective Reconstruction and Display of Oppositional E (...)

23La surpondération, dans les causes de l’engagement, du facteur émotion au détriment d’autres variables, le risque de redoubler le discrédit normatif par l’attribution d’émotions, et les limites, enfin, des instruments de validation de l’hypothèse des émotions mobilisatrices, incitent à mettre en suspens la piste du deuil mobilisateur et à plutôt s’interroger sur les déterminants sociaux de l’expression ou du contrôle émotionnels de ce dernier. Il s’agit donc de mieux saisir les logiques de la mobilisation des émotions en portant l’attention sur les situations, ce qui permet de limiter les sauts interprétatifs et de circonscrire l’analyse des émotions protestataires à leurs dimensions les plus directement observables29 : non plus les affects que l’on ressent, mais ceux que l’on exprime et que l’on met en scène, ceux que l’on invoque ou que l’on dénonce ; les institutions et les savoirs qui contribuent à les rendre probables ou déplacés, autorisants ou disqualifiants ; les dispositifs symboliques et matériels par lesquels on cherche à les faire advenir ou à les réprimer ; enfin, les espaces où on les commente et où on les évalue.

  • 30 Nick Crossley montre ainsi que chaque « culture protestataire » ­qu’elle soit écologiste, féministe (...)
  • 31 Pour une analyse des usages politiques de la commémoration par les mouvements : Latté Stéphane « Le (...)
  • 32 Latté Stéphane, « “Vous ne respectez pas les morts d’AZF’’. Ordonner les émotions en situation comm (...)

24Les mouvements de « victimes » dénotent en fait principalement par la forme du travail émotionnel auquel les astreignent les attentes culturelles attachées au rôle public qu’ils sont mis en demeure d’endosser. En effet, si le piano de tout mouvement social comporte des touches affectives (celui des associations de victimes comme des autres30), ces mobilisations se distinguent en revanche par le type de partitions émotionnelles qu’elles jouent en public. Les actions collectives que nous envisageons dans ce travail doivent ainsi leur originalité au fait qu’elles recourent à une gamme resserrée d’émotions publiques – la peine, le deuil, la souffrance – qui, à l’inverse de la colère ou de la fierté, sont habituellement estimées étrangères au domaine de la lutte politique, parce qu’associées à la passivité. Ces démonstrations publiques de deuil prennent notamment corps à travers le recours préférentiel à deux modes d’action : les manifestations commémoratives31 (marches silencieuses, cérémonies anniversaires, enterrements publics, etc.) et les témoignages médiatiques en nom propre. Or, l’analyse de ces démonstrations d’affliction invite à mettre au jour la série de médiations qui s’introduit entre le sentiment de deuil et sa manifestation publique : le filtre des dispositions sociales qui rendent cette dernière digne ou déplacée ; la dynamique du conflit avec les adversaires qui conduit à la monétisation ou à la démonétisation de certaines expressions d’émotions ; la structuration interne des collectifs associatifs au sein desquels se définit la tonalité émotionnelle du mouvement ; les contraintes de rôle et de situation qui obligent à la manifestation publique de certains sentiments ; les relations avec les médias avec lesquels se négocient les catégorisations émotionnelles de l’action collective, etc. Ce que rappelle la description ethnographique des multiples ressorts de la production du deuil public, lors par exemple des commémorations annuelles de l’explosion d’AZF32, c’est la dimension relationnelle de l’adoption de ce registre émotionnel. Car manifester publiquement une émotion, c’est toujours s’adresser à d’autres, enrôler des alliés, recruter des soutiens, se distinguer d’entreprises concurrentes, etc. Pour appuyer cette idée, nous envisagerons deux cas de figure : les relations avec la presse et le conflit des associations de victimes avec les syndicalistes de l’usine AZF.

« Nous ne sommes pas dans le cas d’une manifestation émotionnelle. » Négocier les catégorisations émotionnelles de l’action collective

25Les émotions publicisées ne sont en effet pas le simple produit d’un surgissement individuel. Au contraire, elles font l’objet d’un âpre travail de négociation collective, à la fois au sein des espaces de mobilisation, mais aussi dans les relations qu’entretiennent ces mouvements avec la presse.

  • 33 À l’instar, par exemple, d’autres événements rituels comme les visites présidentielles qu’étudie Ni (...)

26Les narrations journalistiques d’événements catastrophiques opèrent ainsi, avec des variations selon les titres et les supports, un repli descriptif sur les seuls enjeux émotionnels de la mobilisation. Ce dernier est particulièrement visible lors des événements commémoratifs qui constituent – avec le procès pénal – l’un des principaux moments de la médiatisation de ces associations. Les hommages organisés chaque année par les associations de sinistrés de l’explosion de l’usine AZF illustrent la participation des journalistes à la production des émotions victimaires, que ce soit en amont pour les prescrire et les rendre plausibles, ou en aval pour les décrire et les catégoriser. La commémoration fait en effet partie de ces scènes sociales rares que les journalistes peuvent peindre avec minutie avant même qu’elles ne se soient déroulées33. Des plans obligés et des figures narratives récurrentes tissent la trame d’un canevas pré-écrit. L’article d’ouverture de la Dépêche du Midi parue le 21 septembre 2003 prédit ainsi la convergence des victimes dans une même émotion endeuillée, alors même que cette dernière n’est pas encore advenue :

« C’est un grondement sourd qui monte du fond de l’estomac. La gorge tente bien d’arrêter les larmes. […] Ce matin à 10 h 17, c’est un flot ininterrompu qui donnera le même goût salé aux joues des salariés d’AZF comme à celles des sinistrés du 21 septembre 2001. […] Une chose est sûre aujourd’hui ; il n’y a pas de différence entre la douleur des salariés du pôle chimique et celle de tous les riverains qui ont été victimes d’un même accident industriel. […] La minute de silence qui figera les uns et les autres n’a pas de couleur politique, pas d’avis sur les raisons de l’explosion. »

27Les titres confirme la prophétie et soutiennent cette définition restrictive de la situation commémorative : « Journée d’émotions », « Hommage », « Le cœur des Toulousains », « La douleur et le souvenir ». Tandis que l’iconographie achève d’imputer aux participants des sentiments recueillis (un couple contemplant, enlacé, les ruines d’AZF ; un bouquet accroché aux grilles de l’usine ; des foules communiantes recueillies devant l’Hôtel de ville, etc.).

28Les commémorations organisées par le mouvement sinistré toulousain sont pourtant émaillées chaque année d’éclats de revendication. Les acteurs mobilisés font ainsi de ces événements le théâtre de leurs désaccords et les clivages locaux (sur la question de la fermeture des usines, sur la responsabilité de l’industriel dans l’explosion, sur les suites judiciaires à donner à la catastrophe) s’y expriment avec une acuité particulière. Ainsi, en 2002, les salariés de l’usine AZF et les représentants de l’association des familles endeuillées se frictionnent à l’entrée de la commémoration. En 2003, le maire est copieusement sifflé et rabroué lors du dépôt de gerbe. Or, si les rédacteurs présents sur le terrain font part de ces fragments de protestation devenus trop visibles, les responsables de l’éditing – rédacteurs en chef ou secrétaires de rédaction – maintiennent une armature paratextuelle fidèle à la grammaire des émotions commémoratives. De nombreux artifices iconographiques contribuent ainsi à invisibiliser la division politique dans l’hommage. En 2002, La Dépêche du midi se replie par exemple sur une photographie prise lors d’une cérémonie certes périphérique, mais qui a l’avantage d’offrir le plan conforme d’une foule « émue ». En 2002 et 2003, le journal détoure à deux reprises la même image d’archives, en l’arrachant de son contexte de production. Si des sinistrés s’y tiennent main dans la main, ce n’était pourtant pas à l’occasion d’un hommage aux victimes, mais lors d’une « chaîne de protestation » organisée 18 mois tôt. Le Nouvel Observateur optera pour sa part pour l’illustration sur mesure en recourant aux services d’une agence de presse qui conviera, lors d’une séance posée, quelques syndicalistes d’AZF à se mêler, dans une même posture recueillie, aux militants d’une association de sinistrés pourtant publiquement opposée à l’industrie chimique.

  • 34 AFP, 21 septembre 2002.

29Les dirigeants associatifs s’exposent de ce fait à des lectures sélectives de leurs démonstrations publiques, les commentateurs risquant de décrire des cortèges d’individus traumatisés là où devaient normalement défiler des militants porteurs de revendications. Aussi les dirigeants d’associations de victimes tentent-ils de gérer et d’anticiper les catégorisations émotionnelles que ne manqueront pas de susciter leurs actions, soit en cherchant à réprimer l’expression publique de leurs sentiments, soit en récusant publiquement la dimension « émotionnelle » de leur mobilisation, soit en négociant en amont avec les journalistes les grilles de lecture que ces derniers y apposeront. Les porte-parole produisent ainsi régulièrement des contre-commentaires pour infirmer des interprétations médiatiques coupables d’avoir pris au mot leur mouvement et rétablir ainsi le sens politique de leur mécontentement. Comme à la suite des manifestations d’anniversaire de l’explosion, où le Collectif plus jamais ça insiste dans son communiqué de presse : « Nous ne sommes pas dans le cas d’une manifestation émotionnelle, on refuse d’être cantonnés à cela34. » Ou encore lors de cette interaction au cours de laquelle l’un des porte-parole du mouvement met en garde un journaliste du Monde contre les imputations d’émotions auxquelles pourrait donner lieu son témoignage :

  • 35 Enseignant, dirigeant d’un collectif de sinistrés, septembre 2002.

« Pour répondre à ta question, un an après, je trouve les résultats un peu mitigés, je suis très frustré par la façon dont le public nous perçoit. On a essayé de faire croire que tout le travail que nous avons fait à travers le collectif était basé sur l’émotivité des gens. […] Et aujourd’hui, on se trouve à ce qu’on puisse nous dire que AZF a fermé et le phosgène a disparu tout simplement parce qu’il y avait une émotion à Toulouse et que c’était à ce niveau-là qu’il fallait traiter le problème. Alors qu’en fait, c’était technique, on n’est pas seulement des émotifs35. »

30Le risque est donc ici d’élever en propriétés des mobilisations de victimes (de « nouveaux mouvements émotionnels ») ce qui en réalité apparaît davantage comme le produit négocié entre des injonctions à la manifestation publique d’émotions et des exigences militantes d’expression du mécontentement.

« Nous, on n’a pas des âmes de pleureuses. » La définition concurrentielle des styles émotionnels

31Les jeux relationnels entre mouvements et contre-mouvements organisent également les postures affectives adoptées dans l’action collective. Face aux associations de sinistrés de l’explosion d’AZF que fédère le Collectif plus jamais ça et que soude le mot d’ordre de suppression de l’industrie chimique intra-muros se développe une contre-mobilisation, celle des « travailleurs d’AZF » qui, regroupés dans une intersyndicale FO-CGT-CFDT-CGC, militent, au nom de la défense de l’emploi et de la préservation du patrimoine industriel, pour une reprise immédiate des activités et pour une absolution pénale de l’entreprise et de ses salariés. Or, ce conflit local se décline en une opposition sur la valeur relative des modes d’action et des émotions publiques qui y sont attachées.

  • 36 Entretien avec un travailleur social, porte-parole d’une association de sinistrés, avril 2002.

32Les associations de sinistrés les plus visibles se montrent en effet promptes à devancer les attentes médiatiques en recourant à des dispositifs de publicisation – commémorations et témoignage personnel – dont l’efficacité repose sur l’exposition du malheur privé. Plus précisément, les porte-parole du mouvement sinistré acquièrent rapidement des savoir-faire qui leur permettent d’anticiper, mais aussi de détourner, l’injonction médiatique à l’expression publique des sentiments. Ils offrent généralement des discours hybrides dans lesquels se succèdent mines affectées et ton vindicatif et où s’entremêlent le récit intime du sinistre personnellement vécu et des revendications à portée collective. L’un des principaux porte-parole associatifs évoque ainsi l’usage stratégique de l’alternance entre ces deux registres, l’obligation de « tenir un discours qui laisse la place à l’émotion36 » ­ « être dans l’émotion qui a frappé les Toulousains » ­, sans pour autant « en rester à ce niveau-là » ­ « éviter de tenir un discours larmoyant ».

  • 37 Pour une illustration des concurrences entre le témoin affecté et les courtiers traditionnels d’int (...)
  • 38 Sur les classements genrés dont font l’objet les récits de soi, voir Poliak Claude, « Manières prof (...)
  • 39 Entretien avec un délégué syndical à AZF, avril 2003.
  • 40 Entretien avec un journaliste dans la presse quotidienne régionale, septembre 2002.

33À l’inverse, s’estimant piégés par la concurrence illégitime de « profanes émotifs37 » qui enfreignent les bonnes manières de protester, les délégués de l’usine AZF se tiennent durablement à distance de toutes les formes d’évocation publique de leur drame personnel. Associant cette exposition de soi au féminin38, ils moquent les manières de « pleureuses » dont useraient trop volontiers leurs adversaires : « Nous, on n’a pas des âmes de pleureuses, en tout cas moi, personnellement, je suis pas comme ça. En face par contre, y en a un paquet qui savent pleurer39. » Dès lors, lorsque des commémorations sont organisées, ces dernières prennent la forme de la « cérémonie privée », organisée à huis-clos, dans des espaces fermés (l’usine, principalement), préservés des regards extérieurs (la présence des journalistes est proscrite) et dont les frontières sont protégées par des requêtes symboliques (l’appel au respect de « l’intimité ») et par des dispositifs matériels (les entrées sont strictement surveillées par des agents de sécurité). De même, les représentants de l’usine limitent leurs relations avec les médias aux formes traditionnelles du communiqué de presse ou du cortège manifestant, refusant, durant plusieurs mois, d’accorder le moindre témoignage personnel à la presse. Multipliant, en vain, les arguments (« Vous êtes aussi des sinistrés, vous devez le montrer aux Toulousains »), les journalistes ne parviendront dès lors à capter « des états d’âme » et à donner « un minimum de richesse émotionnelle » à ce mouvement qu’au prix du braconnage des moments d’exposition collective du groupe des ouvriers de la chimie : « [Les manifestations], c’était le seul moment où les salariés se lâchaient, qu’ils nous disaient des choses un peu perso. On pouvait enfin faire quelques portraits40. »

34Ces concurrences pour la définition des émotions publiques légitimes s’immiscent également à l’intérieur de chaque mouvement. La « cause des victimes » est rarement homogène car cette catégorie plastique donne lieu à des investissements de forme éclectiques qui agissent sur les styles émotionnels déployés par chacun de ses acteurs. Ainsi, bien qu’unifié symboliquement par le Collectif plus jamais ça, le mouvement des sinistrés d’AZF est traversé par une opposition entre ses fractions les plus politisées (les organisations militantes comme SUD, les Amis de la Terre ou la LCR) et ses composantes les plus tributaires d’une légitimité fondée sur le drame vécu (les associations ad hoc de sinistrés créées ex abrupto au lendemain de l’explosion par des acteurs plus éloignés de l’espace des mouvements sociaux toulousain). Si bien que le registre du deuil sera parfois mobilisé pour gager la prise de parole (par exemple pour les acteurs dépourvus d’autres ressources politiques que la proximité au drame) ou parfois agité comme un stigmate (visant à disqualifier ces carrières militantes directement nées de l’explosion). C’est donc l’état des rapports de force entre ces deux pôles qui délimite les postures émotionnelles autorisées lors des célébrations annuelles de l’explosion. L’activation du registre endeuillé est ainsi tributaire de configurations sociales changeantes. Pourront alterner d’une année sur l’autre, les démonstrations de deuil – l’imposition du silence dans les cortèges, la proscription des slogans scandés, l’euphémisation des marques de conflictualité, la restriction des gestes tolérés, la place centrale accordées aux parents endeuillés – et les manifestations de colère – la levée des censures corporelles, le retour des banderoles et des artifices sonores propres aux défilés militants, l’interpellation directe des autorités présentes, la présence assumée des organisations politiques, etc.

  • 41 Traïni Christophe et Simeant Johanna, « Dispositifs de sensibilisation et dispositions militantes » (...)
  • 42 Sur le détail des controverses locales auxquelles donnent lieu les infractions aux formes conventio (...)

35Enfin, les pouvoirs publics interviennent également dans ces luttes concurrentielles pour la définition des conventions émotionnelles qui règlent la présentation publique des mouvements victimaires. À Toulouse, les édiles locaux s’efforcent par exemple chaque année de maintenir le recueillement comme seule forme d’expression possible lors des anniversaires de l’explosion. La multiplication des appels officiels à la « dignité » et à des célébrations « sobres et solennelles », la mise en place de « dispositifs de sensibilisation »41 adéquats (distribution de rubans blancs aux cérémoniants, synchronisation du glas des églises de la commune, organisation de concerts funèbres et de lectures de poèmes, etc.) contribuent ainsi à la restriction du spectre des émotions dicibles publiquement. Les expressions directes de mécontentements ou les manifestations de « colère » pouvant alors donner lieu à des sanctions pour défaut de compassion ou pour atteinte à la mémoire des victimes (« vous ne respectez les morts d’AZF », « c’est l’extrême gauche qui manipule le désespoir des toulousains42 »).

  • 43 Sommier Isabelle, Le renouveau des mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, Flamma (...)
  • 44 Broqua Christophe, « Activisme, deuil et politique de la mémoire », in Broqua Christophe, Agir pour (...)
  • 45 Whittier Nancy, The Politics of Child Sexual Abuse : Emotion, Social Movement and the State, Oxford (...)
  • 46 Dans son histoire des mouvements de patients psychiatriques en Grande-Bretagne, Nick Crossley ident (...)
  • 47 Sur le concours des « entrepreneurs de diagnostic » à la construction des causes politiques, voir L (...)
  • 48 On constate notamment la forte concentration du recours aux marches silencieuses dans les quartiers (...)

36L’hypothèse des émotions mobilisatrices s’avère donc difficile à manier dans l’analyse de la « cause des victimes », pour des raisons tenant à la fois aux spécificités de l’histoire d’un secteur de la protestation encombré du spectre de la (dis)qualification sociale par l’émotion, mais aussi aux limites actuelles de l’outillage méthodologique de la sociologie des émotions contestataires pour élever ces dernières au statut de « facteur » de l’action collective. À l’inverse, la piste des émotions mobilisées s’avère particulièrement utile pour saisir l’univers de contraintes et de ressources dans lequel ces mouvements évoluent. Loin d’être le prolongement de processus de deuil ou la manifestation résiduelle de traumatismes individuels, les démonstrations publiques d’affliction sont au centre d’un répertoire d’action victimaire dont il s’agit de spécifier les conditions d’activation. De ce point de vue, la liste des facteurs sociaux et politiques qui concourent à l’adoption du registre du deuil mériterait d’être allongée. Il conviendrait, par exemple, de l’inscrire dans un mouvement plus vaste de transformation de l’économie des émotions protestataires qui tend à faire de l’exposition de « l’expérience personnelle malheureuse » l’un des ressorts désormais communs à un grand nombre de mouvements contestataires43 (depuis les mobilisations de chômeurs, jusqu’aux mouvements d’étrangers en situation irrégulière). L’attention aux mobilisations référentes – celle des malades du SIDA en France44 ou des victimes d’abus sexuels dans les pays anglo-saxons45 – à partir desquelles se forment des chaînes d’emprunts et d’imitation permettrait également d’affiner l’analyse de la diffusion de ces formes de « protestation par le deuil46 ». Il faudrait encore s’arrêter sur le rôle joué par certains professionnels du psychisme dans l’importation, à l’intérieur de l’espace des mouvements sociaux, de nouveaux scripts émotionnels appropriés par les militants47. Enfin, la gestion de la contrainte policière ne saurait être négligée car le deuil est parfois la seule émotion publique autorisée, ou en tout cas la moins coûteuse, pour des groupes dont les actions publiques font l’objet d’une surveillance accrue de la part des forces de l’ordre48.

Haut de page

Bibliographie

Aminzade Ron, et al. (dir.), Silence and Voice in Contentious Politics, Cambridge University Press, 2001.

Aminzade Ron et McAdam Doug, « Emotions and Contentious Politics », in Aminzade Ron, et al. (dir.), Silence and Voice in Contentious Politics, Cambridge University Press, 2001.

Broqua Christophe, Agir pour ne pas mourir. Act Up, les homosexuels et le sida, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2005.

Broqua Christophe et Fillieule Olivier, « La fabrique des émotions. Exploration des “actions publiques” d’Act Up », colloque « Les mobilisations collectives et les dispositifs de sensibilisation », IEP d’Aix en Provence, 20-21 octobre 2006.

Calhoun Craig, « Putting Emotions in their Place », in Goodwin Jeff, Jasper James et Poletta Francesca (dir.), Passionate Politics. Emotions and Social Movements, University of Chicago Press, 2001.

Crossley Nick, « Changement culturel et mobilisation des patients. Le champ de la contestation psychiatrique au Royaume-Uni », Politix, vol. 19, n° 73, 2006.

Darras Éric, « Télévision et démocratisation. La télévision forum en France et aux États-Unis », in François Bastien et Neveu Erik (dir.), Espaces publics mosaïques, Presses Universitaires de Rennes, 1999.

Goodwin Jeff, Jasper James et Poletta Francesca (dir.), Passionate Politics. Emotions and Social Movements, University of Chicago Press, 2001.

Goodwin Jeff et Jasper James, « Emotions and Social Movements », in Stets Jan et Turner Jonathan (dir.), Handbook of the Sociology of Emotions, Springer, 2006, p. 611-635.

Gould Deborah, « Life During Wartime : Emotions and the Development of Act Up », Mobilization, vol. 7, n° 2, 2002, p. 177-200.

Groves Julian, Hearts and Minds. The Controversy over Laboratory Animals, Temple University Press, 2006.

Groves Julian, « Animal Rights and the Politics of Emotion : Folk Constructions of Emotion in the Animal Rights Movement », in Goodwin Jeff, Jasper James et Poletta Francesca (dir.), Passionate Politics. Emotions and Social Movements, University of Chicago Press, 2001, p. 213-229.

Jasper James, The Art of Moral Protest, University of Chicago Press, 1997.

Jasper James et Poulsen Jane, « Recruiting Strangers and Friends. Moral Shocks and Social Networks in Animal Rights and Anti-Nuclear Protests », Social Problems, vol. 42, n° 4, 1995, p. 493-512.

Latté Stéphane, Les « victimes ». La formation d’une catégorie sociale improbable et ses usages dans l’action collective, thèse pour le doctorat d’études politiques, EHESS, 2008.

Latté Stéphane, « La “force de l’événement” est-elle un artefact ? Les mobilisations de “victimes” au prisme des théories événementielles de l’action collective », Revue française de science politique, vol. 62, n° 3, 2012, p. 409-432.

Latté Stéphane, « “Vous ne respectez pas les morts d’AZF”. Ordonner les émotions en situation commémorative », in Lefranc Sandrine, Mathieu Lilian (dir.), Mobilisations de Victimes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

Latté Stéphane et Rechtman Richard, « Enquête sur les usages sociaux du traumatisme », Politix, vol. 19, n° 73, 2006, p. 159-184.

Mariot Nicolas, « Les formes élémentaires de l’effervescence collective, ou l’état d’esprit prêté aux foules », Revue française de science politique, vol. 51, n° 5, 2001, p. 707-738.

Mariot Nicolas, « “Nos fleurs et nos cœurs’’. La visite présidentielle en province comme événement institué », Terrain, n° 38, 2002.

Ost David, « Politics as the Mobilization of Anger. Emotions in Movements and in Power », European Journal of Social Theory, vol. 7, n° 2, 2004, p. 229-244.

Poliak Claude, « Manières profanes de “parler de soi’’ », Genèses, n° 47, 2002, p. 4-20.

Polletta Franscesca et Amenta Edwin, « Second That Emotion ? Lessons From Once-Novel Concepts in Social Movements », in Goodwin Jeff, Jasper James et Poletta Francesca (dir.), Passionate Politics. Emotions and Social Movements, University of Chicago Press, 2001, p. 303-316.

Rock Paul, After Homicide : Practical and Political Responses to Bereavement, Clarendon Press, Oxford, 1998.

Sommier Isabelle, Le Renouveau des mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, Paris, Flammarion, 2003.

Stanbridge Karen et Kenney Scott, « Emotions and the Campaign for Victims’ Rights in Canada », Canadian Journal of Criminology and Criminal Justice, 51, n° 4, 2009, p. 473-509.

Taylor Verta, Rock-a-by Baby. Feminism, Self-Help and Postpartum depression, Routledge, 1996.

Traïni Christophe (dir.), Émotions... mobilisation !, Presses de Sciences Po, 2009.

Traïni Christophe et Simeant Johanna, « Dispositifs de sensibilisation et dispositions militantes », in Traïni Christophe (dir.), Émotions... mobilisation !, Presses de Sciences Po, 2009, p. 11-34.

Walgrave Stefaan et Verhulst Joris, « Toward “New Emotional Movements” ? A Comparative Exploration into a Specific Movement Type », Social Movement Studies, vol. 5, n° 3, 2006, p. 275-304.

Walgrave Stefaan et Rihoux Benoit, « Une nouvelle militance “émotionnelle” ? Une analyse empirique des militants du mouvement blanc », in Gotovotch José et Morelli Anne (dir.), Militantisme et militants, EVO, 2000, p. 194-215.

Weed Frank, « The Victim-Activist Role in the Anti-Drunk Driving Movement », The Sociological Quarterly, vol. 31, n° 3, 1990, p. 469.

Whittier Nancy, « Emotional Strategies. The Collective Reconstruction and Display of Oppositional Emotions in the Movement against Child Sexual Abuse », in Goodwin Jeff, Jasper James et Poletta Francesca (dir.), Passionate Politics. Emotions and Social Movements, University of Chicago Press, 2001, p. 233-250.

The politics of Child Sexual Abuse : Emotion, Social Movement and the State, Oxford University Press, 2009.

Garapon Antoine, Gardien des promesses. Justice et démocratie, Paris, Odile Jacob, 1996.

« Projet pour une réforme pénale », Justice, n° 91, 1982.

Levi Thierry, « Sacrées victimes », in Éloge de la barbarie judiciaire, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 177.

Rassat Michèle-Laure, « Une sacralisation des victimes qui embarrasse les juges », Libération, 29 novembre 2004.

Rassat Michèle-Laure, Propositions de réforme du Code de procédure pénale, rapport au Garde des Sceaux, Ministère de la Justice, 1997.

Salas Denis, « Le souci des victimes et la recomposition de la justice », communication aux sessions de formation continue de l’École nationale de la magistrature, 6 et 7 mars 2003.

Syndicat de la magistrature, « La victime, sujet de droit ou objet politique ? », in Le sexe et ses juges, Paris, Syllepse, 2006.

Syndicat de la magistrature, « Les victimes…et après ? », colloque organisé au Tribunal de grande instance de Paris, 23 novembre 2007.

Haut de page

Notes

1 Aminzade Ron et McAdam Doug, « Emotions and Contentious Politics », in Aminzade Ron et al. (dir.), Silence and Voice in Contentious Politics, Cambridge University Press, 2001 ; Goodwin Jeff, Jasper James et Poletta Francesca (dir.), Passionate Politics. Emotions and Social Movements, University of Chicago Press, 2001 ; Traïni Christophe (dir.), Émotions... mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

2 Jasper James, The Art of Moral Protest, University of Chicago Press, 1997; Gould Deborah, « Life During Wartime : Emotions and the Development of Act Up », Mobilization, vol. 7, n° 2, 2002, p. 177-200.

3 Crossley Nick, « Changement culturel et mobilisation des patients. Le champ de la contestation psychiatrique au Royaume-Uni », Politix, vol. 19, n° 73, 2006 ; Groves Julian, Hearts and Minds. The Controversy over Laboratory Animals, Temple University Press, 2006.

4 Latté Stéphane, Les « victimes ». La formation d’une catégorie sociale improbable et ses usages dans l’action collective, thèse pour le doctorat d’études politiques, EHESS, 2008.

5 Walgrave Stefaan et Verhulst Joris, « Toward “New Emotional Movements” ? A Comparative Exploration into a Specific Movement Type », Social Movement Studies, vol. 5, n° 3, 2006, p. 275-304. Voir également Walgrave Stefaan et Rihoux Benoit, « Une nouvelle militance “émotionnelle” ? Une analyse empirique des militants du mouvement blanc », in Gotovotch José et Morelli Anne (dir.), Militantisme et militants, EVO, 2000, p. 194-215.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Pour une analyse détaillée des usages et des limites méthodologiques des entretiens menés auprès de militants d’associations de victimes : Latté Stéphane , « La “force de l’événement” est-elle un artefact ? Les mobilisations de “victimes’’ au prisme des théories événementielles de l’action collective », Revue française de sciences politique, vol. 62, n° 3, 2012, p. 409-432.

9 Jasper James, The Art of Moral Protest, op. cit. et Jasper James et Poulsen Jane, « Recruiting Strangers and Friends. Moral Shocks and Social Networks in Animal Rights and Anti-Nuclear Protests », Social problems, vol. 42, n° 4, 1995, p. 493-512.

10 Walgrave et Verhulst émettent toutefois des doutes quant au caractère généralisable de cette propriété qui, empiriquement validée dans le cas des Marches blanches belges, ne résiste que difficilement à l’analyse comparative.

11 Enseignant à la retraite, militant associatif, septembre 2005.

12 Weed Frank, « The Victim-Activist Role in the Anti-Drunk Driving Movement », The Sociological Quarterly, vol. 31, n° 3, 1990, p. 469.

13 Goodwin Jeff et Jasper James, « Emotions and Social Movements », in Stets Jan et Turner Jonathan (dir.), Handbook of the Sociology of Emotions, Springer, 2006, p. 611-635 ; Aminzade Ron et Mc Adam Doug, « Emotions and Contentious Politics », art. cit., p. 20-21.

14 Calhoun Craig, « Putting Emotions in their Place », in Goodwin Jeff, Jasper James et Poletta Francesca (dir.), Passionate Politics. Emotions and Social Movements, op. cit., p. 51-52.

15 Sur l’inclination sociale et sociologique à imputer de la colère au peuple plutôt qu’aux élites et à en faire le ressort de l’activité protestataire plutôt que celui de la politique conventionnelle, voir Ost David, « Politics as the Mobilization of Anger. Emotions in Movements and in Power », European Journal of Social Theory, vol. 7, n° 2, 2004, p. 229-244.

16 Groves Julian, « Animal Rights and the Politics of Emotion : Folk Constructions of Emotion in the Animal Rights Movement », in Goodwin Jeff, Jasper James et Poletta Francesca (dir.), Passionate politics, op. cit., p. 213-229 et Groves Julian, « Learned Emotions », in Groves Julian, Hearts and Minds. The Controversy over Laboratory Animals, op. cit., p. 127-154.

17 Broqua Christophe et Fillieule Olivier, « La fabrique des émotions. Exploration des “actions publiques” d’Act Up », colloque « Les mobilisations collectives et les dispositifs de sensibilisation », IEP d’Aix en Provence, 20-21 octobre 2006.

18 « Projet pour une réforme pénale », Justice, n° 91, 1982. Des typifications émotionnelles similaires sont également repérées dans les politiques d’aide aux victimes nord-américaines. Voir Stanbridge Karen, Kenney Scott, « Emotions and the Campaign for Victims’ Rights in Canada », Canadian Journal of Criminology and Criminal Justice, 51, n° 4, 2009, p. 473-509.

19 Rock Paul, After Homicide : Practical and Political Responses to Bereavement, Clarendon Press, Oxford, 1998. Comme en France, ce soupçon n’est pas étranger à l’histoire de la première association se revendiquant de la parole des « victimes ». En 1976, Victims of violence, une association principalement tournée vers les personnes âgées victimes d’agressions, avait notamment été enrôlée par un groupe de parlementaires conservateurs dans une tentative d’importation de la campagne « law-and-order » américaine.

20 Éditorial publié à l’occasion des 10 ans de l’association (Bulletin de l’APEV, n° 9, juin 2002).

21 Parmi les critiques les plus véhéments de la « victimisation » figurent aussi bien les dirigeants du Syndicat de la magistrature qui, ces dernières années, multiplient les tribunes et les colloques sur le sujet que Michèle-Laure Rassat, une pénaliste comptant parmi les porte-parole du courant néo-classique et répressif : « Une sacralisation des victimes qui embarrasse les juges », Libération, 29 novembre 2004 ; Syndicat de la magistrature, « La victime, sujet de droit ou objet politique ? », in Le sexe et ses juges, éditions Syllepse, 2006 ; Syndicat de la magistrature, « Les victimes… et après ? », colloque organisé au Tribunal de grande instance de Paris, 23 novembre 2007 ; Rassat Michèle-Laure, Propositions de réforme du Code de procédure pénale, rapport au Garde des Sceaux, Ministère de la Justice, 1997.

22 Ibid., p. 94-97.

23 Cité dans Salas Denis, « Le souci des victimes et la recomposition de la justice », communication aux sessions de formation continue de l’École nationale de la magistrature, 6 et 7 mars 2003.

24 Levi Thierry, « Sacrées victimes », in Éloge de la barbarie judiciaire, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 177.

25 Garapon Antoine, Gardien des promesses. Justice et démocratie, Paris, Odile Jacob, 1996, p. 97.

26 Latté Stéphane, « La “force de l’événement” est-elle un artefact ? Les mobilisations de “victimes” au prisme des théories événementielles de l’action collective », Revue française de sciences politique, vol. 62, n° 3, 2012, p. 409-432.

27 Polletta Franscesca et Amenta Edwin, « Second That Emotion ? Lessons from Once-Novel Concepts in Social Movements », in Goodwin Jeff, Jasper James et Poletta Francesca (dir.), Passionate Politics. Emotions and Social Movements, op. cit., p. 303-316.

28 Mariot Nicolas, « Les formes élémentaires de l’effervescence collective, ou l’état d’esprit prêté aux foules », Revue française de science politique, vol. 51, n° 5, 2001, p. 707-738.

29 Whittier Nancy, « Emotional Strategies. The Collective Reconstruction and Display of Oppositional Emotions in the Movement against Child Sexual Abuse », in Goodwin Jeff, Jasper James et Poletta Francesca (dir.), Passionate Politics. Emotions and Social Movements, op. cit., p. 233-250.

30 Nick Crossley montre ainsi que chaque « culture protestataire » ­qu’elle soit écologiste, féministe ou ouvrière ˗ se définit par une « tonalité émotionnelle » particulière qui s’articule aux identités revendiquées par les militants, aux types de cadrages promus, aux contraintes de rôle assignées et aux modes d’action sollicités. Crossley Nick, « Changement culturel et mobilisation des patients », art. cit., 2006.

31 Pour une analyse des usages politiques de la commémoration par les mouvements : Latté Stéphane « Le choix des larmes. La commémoration comme mode d’action », Politix, à paraître, 2015.

32 Latté Stéphane, « “Vous ne respectez pas les morts d’AZF’’. Ordonner les émotions en situation commémorative », in Lefranc Sandrine, Mathieu Lilian (dir.), Mobilisations de victimes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

33 À l’instar, par exemple, d’autres événements rituels comme les visites présidentielles qu’étudie Nicolas Mariot. Voir Mariot Nicolas, « “Nos fleurs et nos cœurs’’. La visite présidentielle en province comme événement institué », Terrain, n° 38, 2002.

34 AFP, 21 septembre 2002.

35 Enseignant, dirigeant d’un collectif de sinistrés, septembre 2002.

36 Entretien avec un travailleur social, porte-parole d’une association de sinistrés, avril 2002.

37 Pour une illustration des concurrences entre le témoin affecté et les courtiers traditionnels d’intérêts, voir Darras Éric, « Télévision et démocratisation. La télévision forum en France et aux États-Unis », in François Bastien et Neveu Erik (dir.), Espaces publics mosaïques, Presses Universitaires de Rennes, 1999.

38 Sur les classements genrés dont font l’objet les récits de soi, voir Poliak Claude, « Manières profanes de “parler de soi” », Genèses, n° 47, 2002, p. 4-20.

39 Entretien avec un délégué syndical à AZF, avril 2003.

40 Entretien avec un journaliste dans la presse quotidienne régionale, septembre 2002.

41 Traïni Christophe et Simeant Johanna, « Dispositifs de sensibilisation et dispositions militantes », in Émotions, mobilisation !, op. cit., p. 11-34.

42 Sur le détail des controverses locales auxquelles donnent lieu les infractions aux formes conventionnelles du recueillement, voir Latté Stéphane, « “‘Vous ne respectez pas les morts d’AZF’’ », art. cit.

43 Sommier Isabelle, Le renouveau des mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, Flammarion, 2003, p.133.

44 Broqua Christophe, « Activisme, deuil et politique de la mémoire », in Broqua Christophe, Agir pour ne pas mourir. Act Up, les homosexuels et le sida, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2005.

45 Whittier Nancy, The Politics of Child Sexual Abuse : Emotion, Social Movement and the State, Oxford University Press, 2009.

46 Dans son histoire des mouvements de patients psychiatriques en Grande-Bretagne, Nick Crossley identifie ainsi les différents emprunts qui, à chaque cycle de mobilisation, remodèlent la « tonalité émotionnelle » de ces mouvements. Voir Crossley Nick, « Changement culturel et mobilisation des patients », art. cit., 2006.

47 Sur le concours des « entrepreneurs de diagnostic » à la construction des causes politiques, voir Latté Stéphane et Rechtman Richard, « Enquête sur les usages sociaux du traumatisme », Politix, vol. 19, n° 73, 2006, p. 159-184 ; et Taylor Verta, Rock-a-by Baby. Feminism, Self-Help and Postpartum Depression, Routledge, 1996.

48 On constate notamment la forte concentration du recours aux marches silencieuses dans les quartiers populaires, pour des victimes d’origine étrangère ou autour de drames controversés (bavures policières, décès de hooligans, morts survenues à l’occasion de rixes ou d’actes de délinquance, etc.). voir Latté Stéphane, art. cit., 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Latté, « Des « mouvements émotionnels » à la mobilisation des émotions », Terrains/Théories [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 23 octobre 2014, consulté le 22 mars 2017. URL : http://teth.revues.org/244 ; DOI : 10.4000/teth.244

Haut de page

Auteur

Stéphane Latté

Maître de conférences à l’université de Haute-Alsace et membre du laboratoire SAGE (UMR7363).
Ses recherches portent sur l’histoire des associations de victimes, la sociologie des émotions protestataires et les recours militants à la psychologie. Parallèlement, il a également mené des enquêtes sur le recrutement politique local sur la parité et la sexualité en politique. Il a récemment publié « La “force de l’événement” est-elle un artefact ? Les mobilisations de victimes au prisme des théories événementielles de l’action collective », RFSP, vol. 62 (3), 2012 ; avec Lucie Bargel et Éric Fassin, « Illegitimate Affairs. The Sex of Politics and the Politics of Sex in French Contemporary Politics », Current Sociology, vol. 61 (5-6), 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org