Navigation – Plan du site
Dossier

Sentiments, affects et émotions dans l’engagement à haut risque

Feelings, Affects and Emotions in High-Risk Activism
Isabelle Sommier

Résumés

Cet article se propose d’articuler les états affectifs, du niveau macrosociologique où interviennent plutôt les passions au niveau microsociologique des affects, en portant une attention particulière aux groupes primaires comme lieu privilégié d’observation en ce qu’ils médiatisent l’individu et la société (d’où leur rôle dans les émotions et sentiments). Il le fait à partir de deux terrains différents d’engagement à haut risque : les militants d’extrême gauche italiens dont l’engagement en 1968 se radicalise pour certains jusqu’au passage à la lutte armée (à partir d’une trentaine d’entretiens) ; les officiers communistes partis, à la demande du PCF, comme « sous-marins » dans les guerres coloniales d’Indochine et d’Algérie (à partir de récits autobiographiques, de trois entretiens de type récit de vie et d’une biographie de l’un d’entre eux). Dans une perspective interactionniste, on adopte une perspective de carrière inscrivant l’engagement dans la durée afin de lier histoire individuelle, groupes sociaux, structures sociales et contexte.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Goodwin Jeff, Jasper James et Polletta Francesca, « The Return of the Repressed: the Fall and Rise (...)
  • 2 Je n’induis pas, par cette expression, que les états affectifs orientant la participation échappent (...)

1Par delà l’opprobre portée jusqu’à une période très récente à toute étude des émotions, celles-ci n’ont cessé de tarauder la science politique à couvert ou sous le vernis d’autres appellations (en particulier au travers des idéologies, des mythes, rituels et fêtes politiques), et le plus souvent à ses marges. De cette variété d’angles s’impose selon nous une obligation urgente à préciser l’objet même d’investigation, qui n’est pas propre du reste à cette discipline, même si celle-ci, au carrefour de plusieurs sciences humaines et sociales, en rend l’urgence peut-être plus visible. Car finalement l’objet diffère considérablement selon les points de vue et sensibilités disciplinaires des chercheurs sur le politique. Le préciser n’est pas que rhétorique, encore que l’absence d’un langage commun induise malentendus et confusion d’autant plus que le « retour du refoulé1 » sur le sujet vient des États-Unis ; or le terme emotions en anglais est très polysémique puisqu’il qualifie aussi bien les émotions au sens strict que les sentiments (feelings) voire les humeurs (moods). Des implications empiriques essentielles découlent de cet objectif car on ne peut pas saisir avec les mêmes outils les passions politiques (par l’étude des textes et dans le meilleur des cas leur mise en perspective historique avec le glissement de la « philosophie » à « l’histoire des idées »), les personnalités (par les échelles d’attitudes) ou encore les ressorts non conscients2 à la participation politique quelle qu’elle soit (par l’observation participante, les récits de vie ou la méthode biographique).

  • 3 Jasper James et Poulsen Jane, « Recruiting Strangers and Friends: Moral Shocks and Social Networks (...)
  • 4 Traïni Christophe (dir.), Émottions… Mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.
  • 5 Hochschild Arlie Russell, « Emotion Work, Feeling Rules, and Social Structure », American Journal o (...)

2L’urgence d’une clarification conceptuelle nécessaire à l’affirmation de méthodes proprement sociologiques adéquates à la saisie des différents états affectifs est peut-être plus pressante encore en sociologie des mouvements sociaux. Ce domaine, pourtant aux prises évidentes avec les bruits et les fureurs de l’histoire, et donc avec les affects de leurs acteurs, ne s’est attelé que récemment à la question, sous l’impulsion majeure de chercheurs étatsuniens et principalement sur le volet de la décision de s’engager, renvoyant à proprement parler aux émotions stricto sensu, avec la notion de « choc moral » producteur d’indignation3 ou celle de « dispositifs de sensibilisation4 ». Mais de toute évidence, tout un chacun n’est pas également sensible à ces stimuli poussant à l’action ; en d’autres termes, si l’intérêt heuristique de ces concepts est évident, ils ne répondent pas seuls à la question de savoir en quoi ou sous quelles conditions ils sont efficaces ou pas. Sans doute une des conditions de leur efficacité renvoient-elles à l’écho qu’ils reçoivent, ou pas, à un moment particulier de la trajectoire d’un individu. Pour agir, ils doivent rencontrer des dispositions (dessinées par la socialisation primaire et nourries lors de la socialisation secondaire par les pairs amis – camarades) qui ensuite, par le façonnage organisationnel du groupe militant, vont se sédimenter en affectivité productrice de règles de sentiments5 qui lui sont propres, de sorte à entretenir sa loyauté et à l’adapter à son style.

  • 6 Ces deux terrains sont plus longuement analysés dans Sommier Isabelle, La Violence politique et son (...)
  • 7 McAdam Doug, « Recruitment to High Risk Activism: the Case of Freedom Summer », American Journal of (...)

3Nous nous proposons d’éprouver cette articulation entre les divers états affectifs à partir de deux terrains différents mais ayant en commun, outre la perspective interactionniste, d’interroger les logiques de radicalisation politique en démocratie : les militants d’extrême gauche italiens dont l’engagement en 1968 se radicalise pour certains jusqu’au passage à la lutte armée (à partir d’une trentaine d’entretiens) ; les officiers communistes partis, à la demande du PCF, comme « sous-marins » dans les guerres coloniales d’Indochine et d’Algérie (à partir de récits autobiographiques, de 3 entretiens de type récit de vie et d’une biographie de l’un d’entre eux, Jean6). Leur engagement correspond à ce que Doug McAdam qualifie d’engagement « à haut risque7 » : risques physiques (mort, emprisonnement), symboliques et moraux, dans la mesure où il suscitait l’opprobre et la condamnation de la majorité et qu’il était sans retour jusqu’à peser sur l’ensemble de leur vie ultérieure. Il est donc particulièrement propice à l’étude des dynamiques affectuelles du militantisme.

Affiner l’approche affectuelle pour dépathologiser l’engagement radical

L’émotion, un objet omniprésent mais fuyant de la science politique

  • 8 Akoun André et Ansart Pierre, Dictionnaire de sociologie, Paris, Le Seuil, 1999, p. 179-180.
  • 9 Rimé Bernard, Le Partage social des émotions, Paris, PUF, 2005.

4Le moins que l’on puisse dire est qu’en langue française, l’usage du terme « émotions » est assez relâché, quoique de façon moindre qu’en langue anglaise comme nous le rappelions précédemment, et renvoie à des phénomènes assez distincts. Au regard des travaux de psychologie et des neurosciences, son acception devrait être strictement réservée comme le dit Le Robert à une « réaction affective, en général intense, se manifestant par divers troubles, surtout d’ordre neuro-végétatifs » ou à une « excitation vive et limitée dans le temps, accompagnée de manifestations physiques et culturelles différenciées selon leur contexte social8 ». L’émotion exerce des effets corporels (battements de cœur, rougeur du visage, sueur, respiration accélérée…) et est suivie quelques temps après de deux phénomènes : la « rumination mentale » (revoir l’événement déclencheur, l’interpréter dans une double dimension cognitive et évaluative) puis le partage social (en parler à autrui9). De ce point de vue, loin d’être strictement physiologique (même si elle l’est aussi), l’émotion est fondamentalement sociale sous au moins deux aspects : d’une part, dans ses expressions et son acceptabilité sociale, différentes d’une culture à l’autre ; d’autre part, dans son ressort de réaction à autrui et d’adaptation du comportement à son égard. En effet, elle prépare et colore une action qui aura des conséquences sur les relations d’ego à autrui : la soumission, la fuite ou l’évitement pour répondre à la honte, la haine pour exprimer la colère, etc., suivant un équilibre différent selon les situations et les cultures entre l’expression des émotions et leur répression, les deux étant culturellement codées – à la différence des affects qui restent sur un strict registre individuel. Du fait de cette inscription culturelle et sociale, l’émotion a une dimension nécessairement normative puisqu’elle fait l’objet d’une évaluation quant à son caractère socialement et conjoncturellement adéquat. Elle constitue ainsi une forme, sinon même la forme de communication, de mise en relation avec autrui.

  • 10 Plutôt que d’affectivité, nous préférons pour notre part parler de dimension affectuelle, à la fois (...)

5Pour autant, son recours en sciences sociales s’est fait de façon braconnière, par le biais de notions connexes – comme nous allons le voir avec la typologie des quatre états affectifs ou « affectivité10 » établie par André Akoun et Pierre Ansart – mais entendues comme équivalentes, ce qui n’a fait qu’obscurcir et même dévaluer l’approche. Central dans l’appréhension du politique, il a historiquement emprunté les méandres d’une discipline par définition hybride :

    • 11 Akoun André et Ansart Pierre, Dictionnaire de sociologie, Paris, Le Seuil, 1999, p. 385.
    • 12 Vidal Claudine, Sociologie des passions, Paris, Karthala, 1991 ; Le Cour Grandmaison Olivier, Haine (...)

    L’approche la plus classique, celle de la philosophie et de l’histoire politique, s’attache clairement, par l’étude de l’idéologie et de la propagande, aux passions – « affectivité intense se manifestant par des comportements collectifs créateurs ou destructeurs, des mobilisations d’énergie, des attitudes peu accessibles au raisonnement11 » – qui, par leur intensité, orientent des comportements collectifs dans l’excès et le pathos le plus souvent. Elles sont désormais surtout déclinées en littérature ou en langage commun pour désigner une inclination vive envers un objet (le jardinage, le football, etc.). Les chercheurs qui se détachent du sens commun les abordent par le biais des passions politiques instituées ou conjoncturelles12 pour étudier le travail politique et la culture qui sont au cœur de leur fabrication.

    • 13 Braud Philippe, L’émotion en politique, Paris, Presses de Sciences Po, 1996 ; Collins Randall, Inte (...)
    • 14 Akoun André et Ansart Pierre, Dictionnaire de sociologie, Paris, Le Seuil, 1999, p. 476.

    La sociologie politique naissante, elle, surtout aux sentiments, plus stables et au long cours, qui participent à la définition d’une situation ou/et à une relation sociale. Rites et cérémonies en sont la clé d’accès privilégié puis la politique symbolique13. « Réactions affectives de longue durée, positives ou négatives intervenant dans la socialisation, les motivations et la construction des actions collectives14 », les sentiments orientent le comportement d’ego envers autrui, ou envers un objet ou un phénomène empirique particulier.

    • 15 Traïni Christophe (dir.), Emotions… Mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 13.

    Bien plus récemment, des spécialistes des mouvements sociaux se saisissent de l’objet « émotions » pour analyser le travail politique de mobilisation envisagé sous l’angle des « entrepreneurs de cause » au travers des notions déjà évoquées de choc moral et de dispositif de sensibilisation. Le premier correspond à strictement parler à l’émotion puisqu’il provoque des réactions physiques (de dégoût, de peur, etc.) et amène le sujet à réfléchir aux conflits de valeurs qui le conduisent à s’engager. Le second correspond à « l’ensemble des supports matériels, des agencements d’objets, des mises en scène, que les militants déploient afin de susciter des réactions affectives qui prédisposent ceux qui les éprouvent à s’engager ou à soutenir la cause défendue15 ».

  • 16 Akoun André et Ansart Pierre, Dictionnaire de sociologie, Paris, Le Seuil, 1999, p. 12-13.
  • 17 Grawitz Madeleine, Lexique des sciences sociales, Paris, Dalloz, 1999, p. 7.
  • 18 Jasper James, « Emotions and Social Movements: Twenty Years of Theory and Research », Annual Review (...)
  • 19 Traïni Christophe, « Les émotions de la cause animale », Politix, n° 93, vol. 24, 2011, p. 93.

6On constate au travers de ce rapide historique un absent : le niveau le plus individuel, laissé aux psychologues sauf par la psychologie politique – assez marginale et dépréciée du moins en France par sa propension à faire une psychologie de l’acteur (surtout du « grand homme ») dans une optique souvent pathologisante. L’affect entendu comme la « dimension subjective des états psychiques élémentaires depuis l’extrême de la douleur jusqu’au plaisir intense16 » ne relèverait pas des sciences sociales comme le suggère Madeleine Grawitz qui, en rappelant le terme allemand Stimmung (humeur, état d’âme), considère que « la tonalité affective est intérieure (…) et se distingue du sentiment qui est inspiré par un objet extérieur17 ». Dernièrement pourtant, quelques sociologues s’y aventurent. D’abord aux États-Unis, et sans surprise au vue de la polysémie du mot emotion en anglais. Ainsi du premier promoteur de l’approche affectuelle en sociologie des mouvements sociaux, James Jasper18 qui, après plusieurs essais typologiques, distingue, à côté des bodily urges (de type la faim ou la souffrance), les émotions réflexes comme la peur, la surprise, le dégoût, la joie ; les affects de base (l’amour, la haine, la confiance, le respect) ; les émotions morales comme la honte, l’indignation ou la compassion ; les humeurs qui transcendent les contextes spécifiques et n’ont pas d’objet intentionnel, comme l’espoir, le cynisme ou la résignation (moods, si difficile à traduire en français qu’elles pourraient induire, à tort selon l’auteur, le « tempérament », proche à ce titre de l’acception des affects par Grawitz). Une « audace », compte tenu de l’étanchéité des domaines d’investigation du privé et du public, de l’individuel et du social, héritée de la naissance de la sociologie, que Christophe Traïni, le premier Français à organiser en 2006 un colloque de science politique sur la question, franchit dans ses travaux les plus récents. Dans un article de Politix paru en 2011, il enrichit son concept de dispositif de sensibilisation en le délestant de son côté instrumental et stratégique initial par la prise en considération de ses conditions d’efficacité au regard du tempérament du militant potentiel ordinaire, « c’est-à-dire un ensemble de sensibilités, ou si l’on préfère, de dispositions à privilégier certaines manières de réagir affectivement », tempérament trempé « aux expériences affectives répétitives et aux traumatismes d’exception19 ».

  • 20 Sommier Isabelle, « Les états affectifs ou la dimension affectuelle des mouvements sociaux », in Fi (...)

7Un double enjeu rassemble ces deux auteurs (sans qu’il n’y ait concertation, ce qui en marque l’intérêt général sur le sujet) : d’une part, la nécessaire articulation des différents états affectifs, après une phase typologique nécessaire et sans doute encore (et à jamais ?) inachevée. Comme le dit Jasper, le choc moral relève à la fois des émotions réflexes, du tempérament, des affects de base, mais il nécessite aussi un travail politique de construction d’une émotion morale favorisant l’action (transformer la honte en colère par exemple), tout comme l’efficacité des dispositifs de sensibilisation de Traïni dépend du tempérament et des sentiments. D’autre part, le réinvestissement du niveau microsociologique (sans pour autant céder à une psychologie de l’acteur) congruent avec l’évolution de la sous-discipline, marquée par la redécouverte de l’analyse de carrière et le renouveau des études sur la socialisation. Ces avancées peuvent conduire à une méthodologie « intégrée » pour déployer des protocoles empiriques adaptés aux différents états affectifs distinguables selon une triple dimension que nous avions cherchée à systématiser dans un tableau20 : d’échelle (individuelle ou collective, voir schéma 1) ; de durée (éphémère ou durable) ; d’intensité (faible ou forte).

  • 21 Ce schéma est… schématique. La croix figure le moment de l’engagement. Au-dessus de chacune des éch (...)

Schéma 1 : Les états affectifs de l’engagement à haut risque21

Schéma 1 : Les états affectifs de l’engagement à haut risque21

L’engagement à haut risque, un objet doublement affecté

  • 22 Becker Howard, Outsiders, Paris, Métailié, 1985, p. 198.

8L’engagement à haut risque, et plus encore l’engagement radical qui, à partir d’une posture de rupture vis-à-vis de la société d’appartenance, accepte au moins en théorie le recours à des formes non conventionnelles d’action politique éventuellement illégales voire violentes, constitue un cas pratique particulièrement saillant pour l’approche affectuelle en ce qu’il est doublement « affecté », de la part de la société dans son ensemble et de la part de l’individu qui l’embrasse. Aussi son étude est-elle malaisée car ainsi que le souligne Howard Becker, « la déviance entretient des rapports étroits avec les sentiments […] les personnages semblent donc être, davantage encore que dans d’autres processus sociaux, soit des héros, soit des scélérats22 ».

  • 23 Berger Peter et Luckman Thomas, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck (...)
  • 24 Chez la sociologue des émotions Arlie Russell Hochschild, cette notion désigne un ensemble de règle (...)

9Comportement déviant, cet engagement est particulièrement éprouvant pour le militant. Il entraîne en effet d’abord l’isolement social et la rupture plus ou moins forte avec les liens sociaux antérieurs, voire avec son identité au terme d’un processus d’alternation23 qui accentue la dépendance matérielle comme affective au groupe. Il nécessite ensuite un très fort contrôle émotionnel, collectivement par le respect de ses règles (notamment des règles de sentiment24 mais aussi celles, élémentaires, de sécurité) et le cas échéant, par l’exercice d’une violence froide ; individuellement par les tensions affectuelles en raison de l’hypervigilance requise et des conflits intérieurs qu’il génère. Elles ont été particulièrement fortes pour les officiers communistes qui, dans un contexte de guerre froide aiguë, ont endossé, à la demande du PCF, une identité doublement en porte-à-faux : au sein du parti, toujours marqué par l’antimilitarisme, en tant qu’officiers participant ou ayant participé à des guerres injustes et des sales guerres, du point de vue de leur groupe d’appartenance militant ; à l’armée en tant qu’officiers « républicains » manifestant leur hostilité aux guerres et toujours suspects, dans l’institution militaire, de participer à la « subversion » et au « noyautage » du corps expéditionnaire. Dans une telle situation, les individus doivent aménager des techniques de réduction de la dissonance cognitive qui sont aussi des techniques de préservation de soi par l’écriture, l’onirisme et surtout l’isolement vis-à-vis des « autres ».

  • 25 McAdam Doug, « Recruitment to high risk activism: the case of Freedom Summer », American Journal of (...)
  • 26 Sommier Isabelle, « La menace terroriste : entre logiques expertes et mobilisation des passions pol (...)

10Les tensions affectuelles ont un rapport étroit avec les risques encourus dans ce type d’engagement. McAdam a été le premier à distinguer fort opportunément entre l’activisme à faible ou haut coût mesuré en termes de temps, d’énergie et d’argent qu’il suppose, et à faible ou haut risque qui lui, renvoie aux dangers anticipés, de tout ordre (physique, social, légal, financier, etc.) dans la décision de l’engagement25. Mais il a oublié de relever que le risque assumé des grandeurs de l’engagement (être acteur de l’histoire et de son destin, bénéficier de l’aura d’avant-garde éclairant le peuple ou la communauté de croyants, endosser le rôle du juste et du vengeur) est en soi un bénéfice puisqu’il augure d’une vie meilleure, fournit une excitation émotionnelle et presse à agir. Pour les deux populations, le risque ultime était de perdre la vie ou de connaître la prison. Ainsi, au début des années 1980, l’Italie s’est retrouvée avec 4087 activistes de gauche appartenant à des « associations subversives » ou « bandes armées » condamnés pour des « faits liés à des tentatives de subversion de l’ordre constitutionnel », pour reprendre les termes utilisés par la Justice. Mais les risques n’étaient pas seulement physiques ; le premier était sans doute de se retrouver au ban de la société car ils savaient d’entrée de jeu que leur choix allait susciter l’opprobre et la condamnation morale de la majorité et être sans retour au sens où il pèserait sur leur vie entière. Car du point de vue de la société, particulièrement de nos sociétés démocratiques pacifiées caractérisées par la forclusion de la violence privée, domine la réprobation à l’égard de ce type d’engagement. Il déchaîne les passions (sur la double face à la Janus de la fascination – répulsion pour les figures de l’ombre, les « traitres », les « terroristes » ou les tueurs en série) et la stigmatisation sur le registre de « l’irrationnel » ou de la perversion mentale26. Ainsi, la grande majorité des études sur le terrorisme adopte une perspective psychologique voire psychiatrique et renvoie de la sorte l’image d’un militantisme anormal tout à fait spécifique et résolument rétif aux modes d’appréhension des autres formes d’engagement.

  • 27 Sommier Isabelle, « Emprise et empreinte(s) de la relation d’enquête », in Sommier Isabelle et Cret (...)

11D’où la nécessité de dépassionner l’objet en l’analysant comme un processus, et pas seulement (voire pas du tout…) comme le produit d’un choix stratégique, comme a pu le faire en réaction l’approche dominante de la sociologie des mouvements sociaux en en gommant ainsi les spécificités et les effets sur la poursuite de la carrière militante. Par sa comparaison entre des participants au Freedom Summer et des sympathisants qui finalement ne l’ont pas rejoint bien qu’en ayant fait la démarche, McAdam a tiré deux conclusions essentielles. D’une part, les logiques de l’engagement à haut risque ne sont pas de nature différente de celles de l’engagement stricto sensu mais seulement de degré ou d’intensité différente. Mais d’autre part, il exerce des effets plus marqués dans la trajectoire biographique ultérieure. Sur les terrains qui sont les miens, il n’y a malheureusement pas de données sociographiques équivalentes susceptibles de permettre le même type d’interrogations par une comparaison systématique entre les populations engagées et celles qui ne sont pas passées à l’acte. Le matériau repose ici exclusivement sur des entretiens approfondis de type récits de vie. L’analyse proprement affectuelle de l’engagement à haut risque peut être approchée par le caractère extensif, la durée et les implications de l’outil biographique déployé auprès des officiers communistes27. Les entretiens réalisés auprès des militants d’extrême gauche fournissent quant à eux des faisceaux d’indices convergents, notamment par le nombre et la récurrence de certains thèmes relatifs à la socialisation primaire « productrice » d’une disposition affective.

Saisir les états affectifs de l’engagement radical

12Sonder le « for intérieur » ne relève pas du métier de sociologue mais il ne constitue pas (ou ne devrait plus constituer) un interdit sous la double précaution d’une part, de dégager les conditions sociales de production des dispositions individuelles, d’autre part d’étudier leurs effets dans l’adoption d’une conduite sociale déterminée par un contexte socio-politique et culturel particulier, en l’occurrence, la réceptivité des acteurs à une offre militante singulière. S’attacher à un processus (ici de radicalisation) implique d’en suivre le déroulement dans les interactions entre groupes sociaux et de manier concomitamment deux échelles de temporalités : celle de l’événement, et celle du temps long à la fois de la culture politique et de l’habitus, et ce faisant, d’articuler les dimensions macro, méso et microsociologiques (voir schéma 2).

  • 28 Mobilisation et engagement ne sont évidemment pas synonymes ; nous les avons placés ainsi pour sign (...)

Schéma 2 : Une analyse processuelle de l’engagement28

Schéma 2 : Une analyse processuelle de l’engagement28

Contexte et expérience de radicalisation

  • 29 Dobry Michel, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Scienc (...)

13Dans l’un et l’autre cas analysés, l’engagement s’enracine dans un contexte particulier de radicalisation politique. Tous arrivent à l’âge adulte dans une période de crise politique29 majeure lourde d’incertitudes et donc de fluidité, mais aussi de conflictualité à caractère violent et de forte polarisation entre militants de bords opposés. Pour les futurs officiers communistes, la Résistance qui constitue l’expérience cardinale a nourri un espoir de changement radical. L’idée que « plus rien ne serait comme avant » est immédiatement remise en question avec la Libération qui voit naître un conflit politique opposant deux conceptions de la Résistance, de la « société nouvelle » et de « l’armée nouvelle » à construire. L’une des particularités des mouvements de contestation italiens de la fin des années 60, au regard de leurs homologues, tient à la conjonction entre la révolte étudiante commencée en 1967 et la révolte ouvrière à partir de « l’Automne chaud » de 1969, ainsi que la radicalité des luttes.

  • 30 Mauger Gérard, « Gauchisme, contre-culture et néolibéralisme », in Curapp, L’identité politique, Pa (...)
  • 31 McAdam Doug, « Recruitment to high risk activism: the case of Freedom Summer », American Journal of (...)

14Les individus étudiés éprouvent les conséquences de cette crise dans une période charnière de leur vie qui est celle en particulier des choix professionnels et de l’apprentissage de la participation politique. Le premier enjeu, l’insertion professionnelle, est mis en péril voire interrompu par la crise en raison le plus souvent du coup d’arrêt des études qu’elle force et/ou, pour les Résistants, des difficultés à reprendre le fil ordinaire de leur existence après plusieurs années passées au maquis (à 17 ans pour Jean) puis dans la campagne d’Allemagne et son occupation jusqu’en 1946. Comme il le dit, il ne savait rien faire d’autre que se battre et, au moins autant, il désirait prolonger la communauté de combat, « rester avec les copains ». Le second – la découverte de la citoyenneté – est également marqué dans les deux cas par une participation politique hétérodoxe de fait puisqu’elle se réalise sous le signe de l’acceptation de l’illégalité voire de la violence. « État provisoire d’apesanteur » (familiale et économique) et d’indétermination (professionnelle et matrimoniale), mais aussi « période de classements et d’incohérences statutaires30 », la jeunesse offre par ailleurs une « disponibilité biographique », en raison de « l’absence de contraintes personnelles qui pourraient accroître les coûts et les risques de la participation à un mouvement, comme un travail à plein temps, le fait d’être marié et les responsabilités familiales31 ». La rencontre brutale entre un moment historique de basculement de l’univers social et une trajectoire particulière fait se télescoper le temps court de l’événement catalyseur et le temps long des apprentissages qui ont sédimenté des dispositions et habitudes. Elle génère des sentiments suscités par des définitions morales de la situation, un terme maintes fois utilisé avec celui d’indignation par Lanfranco (militant d’un groupe extraparlementaire puis armé en 1974, 8 ans de prison) ou Patrizio (militant d’un groupe extraparlementaire puis armé, 6 ans de prison) dont le témoignage évoque le partage social des émotions souligné précédemment :

Patricio : « Les motivations ont certainement été non rationnelles. Pendant longtemps, c’était des motivations de rébellion émotive, très profonde, définitive, que je conserve encore. Mais elles n’étaient pas raisonnées. C’était beaucoup de frustrations (…) Un choix surtout moral et passionné, avec une indignation. Dans le choix initial a énormément influencé le fait que ça a été un événement collectif, qu’en quelques jours, quelques mois, j’ai trouvé une collectivité de mon âge, de ma génération, qui réagissait au même moment de la même manière. Et cela est arrivé tellement rapidement que je n’ai aucun souvenir du moment précis où je me suis rendu compte d’avoir fait un choix. »

  • 32 Melucci Alberto, L’invenzione del presente, Bologna, Il Mulino, 1982, p. 110.

15Le contexte va se tendre brutalement par un « choc moral » jusqu’à faire passer l’Autre d’adversaire à ennemi. Face aux demandes de changement exprimées par la jeunesse ouvrière et la jeunesse scolarisée, l’État italien déploie une stratégie de contre-mobilisation, à la fois par la répression et, de façon occulte, par l’utilisation de la violence néofasciste dans la mise en place d’une « stratégie de la tension » comme le remarque le sociologue Alberto Melucci32. Celle-ci débute par un événement public inattendu : l’explosion d’une bombe faisant 16 victimes dans un établissement bancaire milanais de la Piazza Fontana le 12 décembre 1969, qui inaugure une longue série de « massacres d’État » ainsi appelés pour marquer la complicité d’une partie de l’appareil d’État avec des attentats d’extrême droite qui, de cette date jusqu’à la bombe de la gare de Bologne en août 1980, feront 127 morts et 506 blessés. Pour les activistes d’extrême gauche interrogés, il constitue, selon leurs termes, le « traumatisme originel », « l’irréparable scission », « la fin de l’innocence » et, pour certains, précipite le passage de l’acceptation abstraite de la violence dans le processus révolutionnaire à sa pratique à des fins, d’abord, de « résistance ».

  • 33 Pollack Michaël, L’expérience concentrationnaire, Paris, Métailié, 1990.

16C’est, pour les futurs officiers communistes « sous-marins », plutôt une expérience individuelle (notamment de stigmatisation) dans le contexte de glaciation des relations sociales provoqué par l’arrivée de la guerre froide en 1947. L’anticommunisme virulent se traduit notamment sur le plan politico-administratif par le souci de s’attaquer à ce que bien des dirigeants percevaient comme un « cheval de Troie » dans les institutions, en particulier dans les forces armées où s’ouvre une chasse aux fonctionnaires « infiltrés ». Étant donné leur âge et leurs états de service dans la Résistance, les futurs officiers sont souvent amenés au même moment à apprendre leur métier dans les écoles militaires. L’image ou l’illusion qu’ils se sont forgés de l’armée dans les combats de la Libération en ressort définitivement écornée par la découverte de « l’autre armée », de l’armée professionnelle dont ils s’apprêtent à embrasser la carrière. En situation d’hostilité, rares sont ceux qui résistent à la pression de la conformité au groupe. Et ils ne le peuvent que par des gestes de rupture spectaculaires qui outrepassent souvent leurs objectifs initiaux. C’est dans ce contexte que mon « témoin privilégié33 » rejoint le PCF quelques mois après sa formation d’officier à Saint-Cyr-Coëtquidan en 1947. C’est là qu’il dit vivre son « baptême politique » et devenir un « militant par opposition ». Telle une assignation identitaire, il accepte ensuite d’endosser ce rôle de « double », voire de « traître » que ses pairs considèrent alors comme l’essence même des communistes, en s’engageant dans une guerre d’Indochine devenue pour l’armée, à partir de 1950, une « croisade anticommuniste ». Il le fait à la demande du PCF, qui joue évidemment sur la discipline de parti, mais aussi et surtout sur l’exagération et des turpitudes de l’autre (l’armée « fasciste », etc.) et de la participation des communistes à la guerre. Sans surprise, les plus disposés à partir sont les plus jeunes, ceux dont l’expérience fondatrice est la Résistance, tandis que les « anciens » de la guerre d’Espagne pour la plupart refusent, qui par lassitude des combats, qui par aspiration à fonder une vie de famille, qui sur des motivations formulées politiquement.

Dispositifs de sensibilisation et dispositions à être sensibilisé

  • 34 Traïni Christophe, « Des sentiments aux émotions (et vice-versa). Comment devient-on militant de la (...)
  • 35 Braud Philippe, L’émotion en politique, Paris, Presses de Sciences Po, 1996, p. 80.
  • 36 Sommier Isabelle, « La Résistance comme référence légitimatrice de la violence, le cas de l’extrême (...)

17Ainsi que le souligne Traïni, « lorsque l’on parle de choc moral, en effet, il convient de ne pas confondre, d’une part, une expérience effectivement vécue qu’un militant associe à son adhésion ultérieure à la cause, d’autre part, la mise en récit d’une expérience qui n’a pas obligatoirement besoin d’avoir été effectivement éprouvée à la première personne pour constituer un puissant dispositif de sensibilisation34 », mise en récit qui, elle, tient beaucoup au travail politique des organisations. Par le recours à des symboles de condensation35, celles-ci s’emploient à donner sens aux émotions ressenties, à les faire partager et à en prescrire au service d’une ligne d’action. Dans les cas qui nous intéressent, elles insufflent une croyance qui confine à la foi dans un changement radical impliquant une étroite imbrication entre les fins politiques et les moyens militaires, où par conséquent la violence joue un rôle moteur. La désobéissance est fondatrice avec la Résistance ; cette même Résistance historique est invoquée par les militants italiens pour légitimer leurs premières réflexions sur la nécessité de la violence et leur préparation pour y recourir. Car les organisations offrent également une inscription héroïque qui renforce l’idée d’avant-garde si valorisante dans le même background marxiste. Les premiers groupes armés italiens multiplient les signes de filiation pour se poser en héritiers des partisans dont ils s’inspirent dans le choix des noms, dont ils reprennent les chants, le mode d’organisation et d’action, les formes de revendication et l’adversaire originel : les « fascistes36 ». Les officiers communistes qui rejoindront les guerres coloniales ont comme figure de référence les soldats de l’An II et surtout les mutins de la Mer noire d’avril 1919 dont fit partie André Marty, personnage clef de l’opération de persuasion déployée par le PCF, puis en charge à partir de juin 1947 du dossier Indochine en liaison avec le « service des cadres ».

  • 37 Snow David, Rochford Jr Burke, Worden Steven, Benford Robert, « Frame alignment processes, micromob (...)
  • 38 D’où des affrontements entre les groupes, les attaques des sièges d’organisations, les actions exem (...)

18Ce choc moral est d’autant plus aigu qu’il suit sur une période très courte et très dense une expérience de polarisation intense entre les adversaires (en France, la « vieille » armée, celle de la capitulation voire de la collaboration aux yeux de la « nouvelle » armée, l’extrême droite versus l’extrême gauche en Italie). Certes, la question de l’antifascisme et de la résistance se retrouve également en France, comme en témoigne le célèbre débat dont se fait écho en 1972 la revue Les Temps modernes sur le thème : « Le gaullisme, et après ? État fort et fascisation ». Mais il ne fait pas de doutes que la spécificité de l’Italie tient dans la résonance plus grande de l’appel à la résistance. Le cadre interprétatif antifasciste y dispose des trois conditions nécessaires à son efficacité pour reprendre David Snow et ses co-auteurs37 : la « crédibilité empirique » (voulant que son diagnostic ait un fondement, soit plausible) et l’ « assise expérimentale » (les faits dénoncés doivent être vécus) se nourrissent des événements politiques de l’époque et de la virulence des groupes néofascistes38, tandis que sa « fidélité narrative » (c’est-à-dire son inscription dans l’ensemble des croyances, mythes et récits populaires antérieurs) repose sur l’expérience encore fraîche du fascisme et des polémiques autour de l’épuration incomplète accomplie aux lendemains de la guerre, en particulier au sein des forces de répression. Il y a donc au cours de ces années collision entre un mythe de référence et un événement politique qui donne corps à la réactivation pratique de la thématique antifasciste.

19Mais la disposition à être choqué puis à y réagir par l’engagement requiert des dispositions qui trouvent leurs racines dans la socialisation et les sociabilités de l’individu. De façon très significative, que cela soit vrai ou relève du roman familial, la plupart ont spontanément évoqué une figure paternelle ou grand-paternelle tutélaire et héroïque vis-à-vis de laquelle il leur fallait être à la hauteur, et dont ils se devaient de poursuivre le sacrifice. Ainsi, après le passage dans la clandestinité de son père officier d’active résistant, Jean est-il contraint à se cacher avant de rejoindre à son tour un maquis indiqué par celui-ci. « Red diaper », pour reprendre l’expression de Kenneth Keniston, bien des militants d’extrême gauche ont eux le sentiment de parachever un engagement familial inaccompli par leurs aînés. Par exemple ce témoignage de Pietro, militant d’un groupe extraparlementaire, de père résistant.

Pietro : « Pour ma génération, la Résistance est très importante, tant comme rupture que comme continuité. Continuité parce qu’il y avait une espèce d’émulation : nous avions des parents qui avaient “vécu la grande guerre”, qui avaient fait une “grande vie”, des gens qui avaient tiré, qui avaient eu des moments d’héroïsme. Rupture, parce que, somme toute, nous étions des fils […] La rupture était plutôt envers une génération qui, après l’héroïsme, s’était assise. Ensuite, la rhétorique de la Résistance en Italie était devenue une chose insupportable, tous buvaient ensemble : solidarité, nation, etc. »

  • 39 Novaro Claudio, « Reti di solidarietà e lotta armata », in Catanzaro Raimondo (dir.), Ideologie, mo (...)

20De nombreuses études ont montré que l’engagement – et éventuellement sa radicalisation – est rarement un acte isolé mais s’accomplit en couple et/ou par grappes affinitaires. Nos deux terrains ne dérogent pas à cette « règle » qui renvoie aussi (mais là est peut-être une de leurs spécificités) à la question des générations militantes. Dans le cas des officiers communistes comme dans celui des militants italiens en effet, l’engagement a souvent procédé d’un choix collectif et mobilisé des réseaux antérieurs de sociabilité. Il se niche dans le premier cas dans l’expérience commune et fondatrice des réseaux résistants, dans le second dans des liens d’amitié antérieurs comme l’a si bien montré Claudio Novaro à propos d’une vingtaine d’amis « passés » en groupe à l’organisation armée Prima Linea39. Autre point commun de la phase d’engagement avant radicalisation, leur spécialisation précoce dans des rôles guerriers qui favorise la formation de groupes de pairs soudés par un même ethos, une même communauté d’expériences de combat et une aura particulière. On sait par exemple que les services d’ordre de l’extrême gauche extra-parlementaire italienne ont été des pépinières des futurs groupes armés. Cela va sans dire pour les officiers communistes engagés dans les guerres coloniales, tous issus de la Résistance et de la campagne d’Allemagne.

La dynamique affectuelle de groupe, un facteur déterminant de radicalisation

  • 40 Goffman Erving, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Min (...)
  • 41 Devant taire leurs convictions dans l’armée, ils vont développer des attitudes de vigilance, mais a (...)

21Cet imaginaire guerrier s’auto-entretient et se renforce dans des groupes à dimensions toujours restreintes qui constituent à la fois une niche préservant l’individu des risques de dissonance cognitive et une communauté d’autant plus intense qu’elle est soudée par le risque et le secret. Les relations affectives nouant les militants sont renforcées par le processus d’alternation induit par le fait même de rejoindre un groupe clandestin, par son esprit de corps particulier et une coupure rigide entre l’in group et l’out group – il faudrait du reste creuser l’hypothèse d’un rapport entre clandestinité et ethos aristocratique susceptible d’éclairer l’économie affective du clandestin. C’est le cas des militants d’extrême gauche qui se radicalisent jusqu’à rejoindre un groupe armé, une société secrète proche de l’institution totale telle qu’elle a été définie par Erving Goffman40 par la vie recluse, la prise en charge par l’institution de l’ensemble des besoins de l’individu, la surveillance, la coupure entre les organisateurs de l’institution et les membres « ordinaires », les obstacles aux conversations. Cela l’est aussi mais différemment pour les officiers communistes « sous-marins », tiraillés entre trois groupes de pairs strictement étanches : la communauté militante, la communauté militaire (l’une et l’autre très proches elles aussi des institutions totales) et l’entité hybride constituée par l’agrégat des « officiers communistes41 ». Cette coupure, nourrie par l’idée d’avant-garde, trouve confirmation et se renforce au gré des expériences concrètes d’adversité (par stigmatisation ou répression) qui ont joué un rôle majeur dans la radicalisation des groupes italiens et que l’on retrouve dans ces paroles de Jean en faisant l’étalon le plus sûr de la justesse de son choix de participer à la guerre d’Indochine : « Les seuls qui finalement m’ont convaincu que notre séjour n’avait pas été totalement négatif, c’est l’appréciation des plus conservateurs et fascisants qui ont demandé notre isolement et notre exclusion de l’armée. »

22Cette dynamique affectuelle propre aux petits groupes en butte à l’adversité explique que la carrière déviante poursuive sa trajectoire de radicalisation, parfois hors effets de contexte, alors même que les espérances de rupture à l’origine de l’engagement ou le sentiment d’efficacité de son action se sont évanouies. Patrizio, militant d’un groupe armé, arrêté en 1979, dit ainsi « ne plus y croire » deux ans avant son arrestation en 1979 ; il parle entretemps d’un « progressif abandon du militantisme » non abouti dans la mesure où son désir de renouer avec une vie normale achoppe face aux conséquences « irréversibles » de ses choix antérieurs (« éloignement des gens, de la réalité », clandestinité toujours plus nécessaire). Il ne note pas cependant que son organisation connaît alors une crise interne et le pays une campagne d’opinion et de répression contre le terrorisme sans précédent. En période de croissance du cycle de protestation, le soutien social même très restreint aide l’activiste à résister au stress et éviter le burn out, tandis que la solidité du groupe permet d’ignorer la dissonance cognitive que révèle l’absence de relève sanctionnant l’échec de la propagande. Les certitudes s’ébranlent quand le contexte change avec le degré d’acceptabilité ou de rejet du « sacrifice militant » conduisant les « révolutionnaires » d’hier à être ostracisés et labellisés sous le terme, moins flatteur, de « terroristes » ou d’ « aventuriers ».

  • 42 Della Porta Donatella, Social Movements, Political Violence and the State, Cambridge University Pre (...)

23Les activistes italiens commencent en effet à endosser leur rôle – héroïque de leur point de vue (voir supra) – quand le contexte socio-politique est à l’apaisement avec l’essoufflement de la combativité ouvrière. La stratégie communiste dite du compromis historique et la perspective des élections de juin 1975 entraînent une recomposition de la gauche extra-parlementaire, certaines organisations choisissant de se rallier au PCI, d’autres s’engageant vers la voie de la lutte armée en « haussant le tir », d’autres se dissolvant, laissant derrière elles de nombreux militants qui rejoignent les groupes armés existants ou en créent de nouveaux. Sciemment par refus de la démobilisation ou involontairement. Leur passage ou non à ce qu’ils considéraient être l’apothéose de leur militantisme révolutionnaire, la lutte armée, est en effet pour beaucoup affaire d’effets de seuil mais aussi de hasard. Il obéit, dit Donatella della Porta42 dans une comparaison entre les cas italien et allemand, à des facilitating factors (des expériences antérieures de violence et une « dévotion aux amis ») et des precipating factors (solidarité avec un ami arrêté, réaction à la mort de militants, obligation d’entrer dans la clandestinité pour échapper aux poursuites, etc.) dans lesquels, on le voit, les relations affectives jouent un rôle essentiel. Cette dynamique se vérifie également pour les officiers communistes. Leur histoire aurait en effet pu s’arrêter à la guerre d’Indochine. Pourtant, elle reprend en Algérie. Alors pourquoi s’engager à nouveau dans une guerre injuste, après l’échec essuyé dans la « mission » indochinoise et dans un contexte politique général bien moins tendu ? Jean donne des raisons qu’il considère objectives : la participation du contingent qui ouvrirait de nouvelles possibilités d’action contre la guerre coloniale, la radicalisation d’une partie de l’armée qu’il lui faudrait contrer, son âge et sa trajectoire faisant qu’un retour à la vie civile lui semble difficile (il a toujours exclu a priori une carrière militaire ordinaire comme celle de son père).

24Les témoignages suggèrent plusieurs réponses. Comme le disait Gregory Bateson, plus un engagement a été coûteux en termes de sacrifices et d’investissements, plus l’individu est enclin à ignorer les informations qui le remettent en cause et donc à s’y enferrer. D’autant plus dans les petits groupes fermés marqués à la fois par une pauvreté cognitive et une suraffectivité : du fait de sa clandestinité, le militant ne dispose plus des différentes sphères de vie susceptibles d’entrer en concurrence ou en conflit avec son engagement, tandis que les très forts liens affectifs internes ne sont pas contrebalancés par des relations extérieures pouvant les contrarier ou simplement les ébranler. Enfin, passé un certain niveau d’implication, le retour en arrière apparaît si ce n’est impossible du moins extrêmement coûteux en raison de ses conséquences biographiques (de lourdes peines de prison pour les Italiens, un avenir professionnel bouché pour Jean jusqu’au milieu des années 1960). C’est donc largement sous le poids de contraintes affectuelles qu’on observe l’autonomisation individuelle d’une dynamique de radicalisation. Contraintes externes vis-à-vis de la société d’origine par sentiment (avéré ou pas) d’absence de réinsertion possible et de « décrochage » à l’égard de ses valeurs et de son économie affective générale. Contraintes affectives de loyauté vis-à-vis du ou des groupes de pairs. Autocontrainte par la poursuite d’un engagement qui est d’abord refus d’un processus de normalisation, la poursuite de l’action ayant valeur de témoignage de sa fidélité à l’idée mobilisatrice initiale.

  • 43 Assigner chaque état affectif à un niveau d’analyse est évidemment schématique mais cela permet de (...)
  • 44 Becker Howard, « Notes sur le concept d’engagement », Tracés, n° 11, 2006, p. 188. « Tout engagemen (...)

25À partir de l’engagement à haut risque supposé exercer un effet de loupe sur les dynamiques affectuelles à l’œuvre dans le militantisme, cet article se proposait de distinguer les états affectifs (en particulier sur la dimension d’échelle : individuelle, collective ou les deux) et, pour éviter tout psychologisme, de lier les niveaux macro (où interviennent plutôt les passions) et microsociologique (fondateur des affects) en portant une attention particulière aux groupes primaires comme lieu privilégié d’observation en ce qu’ils médiatisent l’individu et la société (d’où leur rôle dans les émotions et sentiments43). Une perspective de carrière inscrivant l’engagement dans la durée apparaît comme la plus à même de lier histoire individuelle, groupes sociaux, structures sociales et contexte (voir schéma 2). De la comparaison, sans doute osée, entre les officiers communistes impliqués dans les guerres coloniales et militants d’extrême gauche italiens, on peut tirer trois conclusions où interviennent différemment les états affectifs (voir schéma 1). D’abord l’intérêt de l’analyse processuelle pour désingulariser (et dépathologiser) l’engagement à haut risque qui, comme tout engagement, incube dans la rencontre d’un contexte passionnel et d’un habitus (disposition affective) travaillé par une organisation mobilisatrice d’émotions. Elle permet surtout de suivre les étapes de radicalisation qui en sont constitutives. Aussi peut-on constater qu’il n’y a pas une date ou un événement clef qui serait susceptible, en soi, de l’expliquer, mais bien plusieurs qui prennent sens les uns par rapport aux autres, un peu comme autant de sédiments qui façonnent la carrière par des effets de seuil mais aussi parfois de hasard et de choix individuels. Poussé par les événements, mais y répondant aussi à sa manière, l’acteur, par exemple Jean, a ainsi franchi plusieurs « rubicons » qui, si aucun n’était irréversible en soi, l’ont singularisé chaque fois davantage : celui de la légalité en devenant maquisard ; celui du rejet de la conformité au groupe d’appartenance (l’armée) ; celui de la clandestinité comme « sous-marin » communiste dans la Légion… L’engagement à haut risque peut ainsi se faire sans réelle prise de conscience comme le remarquait Patrizio (« Et cela est arrivé tellement rapidement que je n’ai aucun souvenir du moment précis où je me suis rendu compte d’avoir fait un choix. ») Il rappelle « l’engagement par défaut » dégagé par Becker44. Au fil du déroulement de la carrière déviante, on peut dire enfin que l’engagement à haut risque se distingue de l’engagement « ordinaire » sous le poids de deux mécanismes où jouent particulièrement les sentiments. D’une part, celui de la socialisation organisationnelle ou institutionnelle certainement bien supérieure dans ce type de groupe, a fortiori lorsqu’il est en butte avec l’adversité, qui conduit à une forte dépendance notamment affective (en fait, il faudrait dire sentimentale) de l’individu et à son attachement au rôle. Un rôle difficile à se défaire d’autre part en raison de la répression et de possibles latéraux réduits, ce qui introduit la question des effets du labelling et donc de la co-construction, par le groupe et la société, de la déviance.

Haut de page

Bibliographie

Akoun André et Ansart Pierre, Dictionnaire de sociologie, Paris, Le Seuil, 1999.

Becker Howard, Outsiders, Paris, Métailié, 1985.

Becker Howard, « Notes sur le concept d’engagement », Tracés, n° 11, 2006, p. 177-192.

Berger Peter et Luckman Thomas, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1992.

Braud Philippe, L’émotion en politique, Paris, Presses de Sciences Po, 1996.

Collins Randall, Interaction Ritual Chains, Princeton, Princeton University Press, 2004.

Della Porta Donatella, Social Movements, Political Violence and the State, Cambridge University Press, 1995.

Dobry Michel, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1986.

Goffman Erving, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit, 1968.

Goodwin Jeff, Jasper James et Polletta Francesca, « The Return of the Repressed: the Fall and Rise of Emotions in Social Movement Theory », in Mobilization, 5 (1), 2000, p. 65-84.

Grawitz Madeleine, Lexique des sciences sociales, Paris, Dalloz, 1999.

Hochschild Arlie Russell, « Emotion Work, Feeling Rules, and Social Structure », in American Journal of Sociology, n° 85, 1979, p. 551-575.

Keniston Kenneth, Young Radicals. Notes on Committed Youth, New York, Harcourt, Brace and World, 1968.

Jasper James, « Emotions and Social Movements: Twenty Years of Theory and Research », in Annual Review of Sociology, 37, 2011, p. 285-303.

Jasper James et Poulsen Jane, « Recruiting Strangers and Friends: Moral Shocks and Social Networks in Animal Rights and Anti-Nuclear Protests », in Social Problems, n° 42, 1995, p. 493-512.

Le Cour Grandmaison Olivier, Haine(s) : philosophie et politique, Paris, PUF, 2002.

McAdam Doug, « Recruitment to high risk activism: the case of Freedom Summer », American Journal of Sociology, 92, 1986, p. 64-90.

Mauger Gérard, « Gauchisme, contre-culture et néolibéralisme », in Curapp, L’identité politique, Paris, PUF, 1994, p. 206-226.

Melucci Alberto, L’invenzione del presente, Bologna, Il Mulino, 1982.

Novaro Claudio, « Reti di solidarietà e lotta armata », in Catanzaro Raimondo (dir.), Ideologie, movimenti, terrorismi, Bologna, Il Mulino, 1990.

Pollack Michaël, L’expérience concentrationnaire, Paris, Métailié, 1990.

Rimé Bernard, Le Partage social des émotions, Paris, PUF, 2005.

Snow David, Rochford Jr Burke, Worden Steven, Benford Robert, « Frame alignment processes, micromobilization and movement participation », in American Sociological Review, 51, 1986., p. 464-481.

Sommier Isabelle, « La Résistance comme référence légitimatrice de la violence, le cas de l’extrême gauche italienne », Politix, n° 17, premier trimestre, 1992, p. 86-103.

Sommier Isabelle, La violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998.

Sommier Isabelle et Brugié Jean, Officier et communiste dans les guerres coloniales, Paris, Flammarion, 2005.

Sommier Isabelle, « La menace terroriste : entre logiques expertes et mobilisation des passions politiques », in Dillens Anne-Marie (dir.), La peur. Emotion, passion, raison, Bruxelles, Facultés universitaires de Saint-Louis, 2006, p. 67-84.

Sommier Isabelle, « Les états affectifs ou la dimension affectuelle des mouvements sociaux », in Fillieule Olivier, Sommier Isabelle et Agrikoliansky Eric (dir.), Penser les mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2010, p. 185-202.

Sommier Isabelle, « Emprise et empreinte(s) de la relation d’enquête », in Sommier Isabelle et Crettiez Xavier, Les dimensions émotionnelles du politique. Chemins de traverses avec Philippe Braud, Rennes, PUR, 2012, p. 291-305.

Traïni Christophe (dir.), Emotions… Mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

Traïni Christophe « Des sentiments aux émotions (et vice-versa) Comment devient-on militant de la cause animale ? », Revue française de science politique, vol. 60, 2010, p. 335-358.

Traïni Christophe « Les émotions de la cause animale », Politix, n° 93, vol. 24, 2011, p. 69-92.

Vidal Claudine, Sociologie des passions,Paris, Karthala, 1991.

Weber Max, Economie et société, Paris, Seuil, t. 2, 1995.

Haut de page

Notes

1 Goodwin Jeff, Jasper James et Polletta Francesca, « The Return of the Repressed: the Fall and Rise of Emotions in Social Movement Theory », Mobilization, 5 (1), 2000, p. 65-84.

2 Je n’induis pas, par cette expression, que les états affectifs orientant la participation échappent tous à l’individu, mais une partie sans aucun doute tandis que d’autres peuvent faire l’objet de sa part de rationalisation ex post pouvant en brouiller la perception ou présenter des « émotions » socialement plus acceptables ou psychologiquement plus confortables ou moins coûteuses.

3 Jasper James et Poulsen Jane, « Recruiting Strangers and Friends: Moral Shocks and Social Networks in Animal Rights and Anti-Nuclear Protests », in Social Problems, n° 42, 1995, p. 493-512. 

4 Traïni Christophe (dir.), Émottions… Mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

5 Hochschild Arlie Russell, « Emotion Work, Feeling Rules, and Social Structure », American Journal of Sociology, n° 85, 1979, p. 551-575.

6 Ces deux terrains sont plus longuement analysés dans Sommier Isabelle, La Violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Presses Universitaires de Rennes, 1998 et Sommier Isabelle et Brugié Jean, Officier et communiste dans les guerres coloniales, Paris, Flammarion, 2005.

7 McAdam Doug, « Recruitment to High Risk Activism: the Case of Freedom Summer », American Journal of Sociology, 92, 1986, p. 64-90.

8 Akoun André et Ansart Pierre, Dictionnaire de sociologie, Paris, Le Seuil, 1999, p. 179-180.

9 Rimé Bernard, Le Partage social des émotions, Paris, PUF, 2005.

10 Plutôt que d’affectivité, nous préférons pour notre part parler de dimension affectuelle, à la fois pour prévenir une réception psychologique du terme et en vertu de l’efficacité évocatrice de ce mot-valise contractant affect et émotionnel, en écho également au registre affektuel de Max Weber même si nous n’adhérons en rien à l’opposition qu’il établit avec la rationalité. Voir Sommier Isabelle, « Les états affectifs ou la dimension affectuelle des mouvements sociaux », in Fillieule Olivier, Sommier Isabelle et Agrikoliansky Eric (dir.), Penser les mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2010, p. 198.

11 Akoun André et Ansart Pierre, Dictionnaire de sociologie, Paris, Le Seuil, 1999, p. 385.

12 Vidal Claudine, Sociologie des passions, Paris, Karthala, 1991 ; Le Cour Grandmaison Olivier, Haine(s) : philosophie et politique, Paris, PUF, 2002.

13 Braud Philippe, L’émotion en politique, Paris, Presses de Sciences Po, 1996 ; Collins Randall, Interaction Ritual Chains, Princeton, Princeton University Press, 2004.

14 Akoun André et Ansart Pierre, Dictionnaire de sociologie, Paris, Le Seuil, 1999, p. 476.

15 Traïni Christophe (dir.), Emotions… Mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 13.

16 Akoun André et Ansart Pierre, Dictionnaire de sociologie, Paris, Le Seuil, 1999, p. 12-13.

17 Grawitz Madeleine, Lexique des sciences sociales, Paris, Dalloz, 1999, p. 7.

18 Jasper James, « Emotions and Social Movements: Twenty Years of Theory and Research », Annual Review of Sociology, 37, 2011, p. 285-303.

19 Traïni Christophe, « Les émotions de la cause animale », Politix, n° 93, vol. 24, 2011, p. 93.

20 Sommier Isabelle, « Les états affectifs ou la dimension affectuelle des mouvements sociaux », in Fillieule Olivier, Sommier Isabelle et Agrikoliansky Eric (dir.), Penser les mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2010, p. 198.

21 Ce schéma est… schématique. La croix figure le moment de l’engagement. Au-dessus de chacune des échelles de temps sont inscrits les domaines classiques d’investigation (par exemple, pour les passions, l’étude des idéologies), en dessous quelques-uns des thèmes apparus de façon récurrente sur les deux terrains et illustratifs d’un état affectif (par exemple, toujours sur les passions, la notion d’avant-garde).

22 Becker Howard, Outsiders, Paris, Métailié, 1985, p. 198.

23 Berger Peter et Luckman Thomas, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1992.

24 Chez la sociologue des émotions Arlie Russell Hochschild, cette notion désigne un ensemble de règles partagées par le groupe, sous le double volet des droits et devoirs de sentiments attendus par les conventions sociales qui le régissent, renvoyant ainsi aux questions du contrôle social et des idéologies. Hochschild Arlie Russell, « Emotion Work, Feeling Rules, and Social Structure », American Journal of Sociology, n° 85, 1979, p. 566.

25 McAdam Doug, « Recruitment to high risk activism: the case of Freedom Summer », American Journal of Sociology, 92, 1986, p. 67.

26 Sommier Isabelle, « La menace terroriste : entre logiques expertes et mobilisation des passions politiques », in Dillens Anne-Marie (dir.), La peur. Emotion, passion, raison, Bruxelles, Facultés universitaires de Saint-Louis, 2006, p. 67-84.

27 Sommier Isabelle, « Emprise et empreinte(s) de la relation d’enquête », in Sommier Isabelle et Crettiez Xavier (dir.), Les dimensions émotionnelles du politique. Chemins de traverses avec Philippe Braud, Rennes, PUR, 2012, p. 291-305.

28 Mobilisation et engagement ne sont évidemment pas synonymes ; nous les avons placés ainsi pour signifier que la première a plutôt été envisagée dans une perspective macro et méso, le second dans une perspective microsociologique.

29 Dobry Michel, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1986.

30 Mauger Gérard, « Gauchisme, contre-culture et néolibéralisme », in Curapp, L’identité politique, Paris, PUF, 1994, p. 208.

31 McAdam Doug, « Recruitment to high risk activism: the case of Freedom Summer », American Journal of Sociology, 92, 1986, p. 70.

32 Melucci Alberto, L’invenzione del presente, Bologna, Il Mulino, 1982, p. 110.

33 Pollack Michaël, L’expérience concentrationnaire, Paris, Métailié, 1990.

34 Traïni Christophe, « Des sentiments aux émotions (et vice-versa). Comment devient-on militant de la cause animale ? », Revue française de science politique, vol. 60, 2010, p. 351.

35 Braud Philippe, L’émotion en politique, Paris, Presses de Sciences Po, 1996, p. 80.

36 Sommier Isabelle, « La Résistance comme référence légitimatrice de la violence, le cas de l’extrême gauche italienne », Politix, n° 17, premier trimestre, 1992, p. 86-103.

37 Snow David, Rochford Jr Burke, Worden Steven, Benford Robert, « Frame alignment processes, micromobilization and movement participation », in American Sociological Review, 51, 1986, p. 464-481.

38 D’où des affrontements entre les groupes, les attaques des sièges d’organisations, les actions exemplaires à des fins punitives ou « pédagogiques »… Entre 1969 et 1975, 83 % des faits dits de violence politique sont imputables aux groupes d’inspiration néofasciste, ainsi que 63 des 92 victimes de l’époque.

39 Novaro Claudio, « Reti di solidarietà e lotta armata », in Catanzaro Raimondo (dir.), Ideologie, movimenti, terrorismi, Bologna, Il Mulino, 1990.

40 Goffman Erving, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit, 1968, p. 41 et suiv.

41 Devant taire leurs convictions dans l’armée, ils vont développer des attitudes de vigilance, mais aussi des signes de reconnaissance mutuelle, qui prolongent des habitus forgés dans la Résistance. Cette disposition au secret et à l’entre-nous se vérifie également dans leur carrière militante. Leur militantisme y était non seulement clandestin aux yeux du plus grand nombre mais en outre suspect, selon eux, pour les rares initiés. Aussi ont-ils tenu à rester entre eux, en privilégiant des rapports de face-à-face et des structures ad hoc. Ils ont été, en quelque sorte, clandestins dans l’institution militaire comme dans leur parti.

42 Della Porta Donatella, Social Movements, Political Violence and the State, Cambridge University Press, 1995.

43 Assigner chaque état affectif à un niveau d’analyse est évidemment schématique mais cela permet de donner à voir.

44 Becker Howard, « Notes sur le concept d’engagement », Tracés, n° 11, 2006, p. 188. « Tout engagement réalisé sans que l’acteur en ait conscience – ce que l’on pourrait nommer “engagement par défaut” – survient au travers d’une séries d’actes dont aucun n’est capital, mais qui, pris tous ensemble, constituent pour l’acteur une série de paris subsidiaires d’une telle ampleur que ce dernier se trouve dans une situation où il ne veut pas les perdre. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1 : Les états affectifs de l’engagement à haut risque21
URL http://teth.revues.org/docannexe/image/236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Schéma 2 : Une analyse processuelle de l’engagement28
URL http://teth.revues.org/docannexe/image/236/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Sommier, « Sentiments, affects et émotions dans l’engagement à haut risque », Terrains/Théories [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 17 octobre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://teth.revues.org/236 ; DOI : 10.4000/teth.236

Haut de page

Auteur

Isabelle Sommier

Professeur de sociologie politique à l’université Paris 1, (CESSP-Sorbonne, équipe CRPS (UMR 8209), Université Paris 1, F75000 Paris). Ses principaux travaux ont été consacrés à la sociologie des mouvements sociaux et de la violence politique.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org