Navigation – Plan du site
Dossier

Capturer une émotion qui ne s’énonce pas

Trois interprétations de la honte
Capturing an Unspeakable Emotion. Three Interpretations of Shame
Cécile Vermot

Résumés

Cet article interroge le sentiment de honte éprouvé par les Argentins ayant migré à Miami et à Barcelone entre 1999 et 2003 suite à la crise économique qu'a connu leur pays. La honte est une émotion qui se définit, entre autre, par sa faible visibilité, ceux qui l’éprouvent ayant tendance à la dissimuler. Néanmoins, les entretiens, l’observation participante, la prise en compte du contexte de départ et d’arrivée et la connaissance théorique du fonctionnement social de la honte permettent de comprendre pourquoi et comment cette émotion pouvait être éprouvée par les enquêtés. L'enquête dégage ainsi trois formes de honte liées à des identifications fondatrices : la honte politique et nationale, la honte du statut de migrant et la honte des hommes de ne pas avoir pu remplir ce qu’ils considèrent être leur rôle de genre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vermot Cécile, La Migration et les émotions. Les sentiments d’appartenance du genre et à la nation (...)
  • 2 Katz Jack, How Emotions Work, Chicago, University of Chicago Press, 2001.

1La sociologie des émotions est un domaine de recherche qui est en pleine expansion et où la dimension épistémologique est une question centrale. Cet article a pour ambition de questionner l’interprétation des émotions suite aux recueillements et à l’analyse des données. Pour ce faire, je vais montrer comment durant ma recherche de doctorat1, j’ai interprété, a posteriori, la honte chez les Argentins ayant migré à Miami et à Barcelone entre 1999 et 2003. Nous verrons, à travers cet exercice de réflexivité, que l’articulation entre l’analyse des données, la connaissance du contexte de migration des Argentins et la connaissance théorique de la honte m’a permis de mettre en avant cette émotion indicible2, qui se trouvait de manière implicite dans mes résultats.

2La honte peut se caractériser, en effet, selon Jack Katz, par une inhabilité des individus à y répondre via un geste socialement expressif ou encore via son énonciation. Elle peut ainsi être considérée comme une forme de sanction, liée à la « découverte » ou au dévoilement d’une identité « fondatrice » perçue ou pensée comme honteuse socialement, permettant un contrôle social. De fait, dire sa honte peut conduire à la renforcer, et cette absence, ou quasi absence, d’expression en fait une émotion qui pose peut-être plus que d’autre la question de la mise en place d’un dispositif méthodologique pour la capturer.

3Dans cet article, nous verrons que l’analyse du discours des migrants peut permettre de comprendre l’interconnexion entre les émotions, les actions, les représentations et le genre durant le processus migratoire. Par-là, je poserai l’existence de trois différentes formes de honte qu’ont pu éprouver les migrants à divers moments de leur migration, conçue comme une expérience particulièrement émotionnelle. Pour comprendre ces formes de honte, une présentation du contexte d’émigration, dans une première partie, et un retour sur les questions théoriques et méthodologiques concernant l’appréhension de la honte, dans une deuxième partie, s’avèrent indispensables. Dans un troisième temps, je présenterai ces trois formes de honte que sont la honte vis-à-vis de l’hétéro-identification en tant que migrant, la honte « nationale et politique », et la honte de certains hommes de ne pas avoir pu remplir ce qu’ils considèrent être leur rôle, avant la migration.

De la « chute vertigineuse » de l’Argentine à l’émigration de la classe moyenne

  • 3 Adamosky Ezequiel, Historia de la clase media argentina. Apogeo y decadencia de una ilusión 1919-20 (...)
  • 4 Minujin Alberto, Cuesta Abajo. Los nuevos pobres: efectos de la crisis en la sociedad Argentina, Bu (...)
  • 5 Je m’appuie, pour cette définition, sur les travaux de trois chercheurs argentins, Ezéquiel Adamosk (...)
  • 6 La traduction faite en français du concept de Benedict Anderson est « communauté imaginaire ». À ce (...)
  • 7 De Vacas gordas (des grosses vaches) et du granero del mundo (grenier du monde).

4La classe moyenne argentine peut être définie comme « une métaphore, une image mentale3 », une identité subjective et symbolique4 qui s’inscrit dans la conscience collective par auto et hétéro définition5. Cette construction symbolique s’est construite en interrelation avec le récit de la « communauté imaginée6 » argentine. En effet, l’Argentine en tant que nation moderne s’est construite lors de l’arrivée massive des migrants européens à la fin du xixe siècle qui venaient principalement de la classe moyenne dans leur pays d’origine. Ils furent les personnages principaux de la narrative nationale en formant progressivement, de manière subjective et objective, la classe moyenne argentine. Ainsi, l’Argentine en tant que communauté imaginée est décrite comme une nation composée d'Européens blancs (la classe moyenne et l’élite qui se distinguent de la classe populaire qui est dans l’imaginaire collectif composée de noirs pauvres), mais aussi un pays éduqué, avancé, riche et autosuffisant7. Tout au long de l’histoire de l’Argentine, la classe moyenne sera auréolée d’une image tantôt positive tantôt négative. Ces fluctuations seront à chaque fois accompagnées de sentiments spécifiques : de fierté d’appartenir à la classe moyenne ou de honte de tendre vers la classe populaire.

  • 8 Au cours de ses mandats, l’Argentine devint une place privilégiée pour les narcotrafiquants. Carlos (...)

5Durant les années 90, une partie de la classe moyenne fût fortement touchée par les politiques mises en place par le gouvernement de Carlos Menem qui présida l’Argentine durant deux mandats (1989-1999). Durant ses deux présidences, il appliqua une gestion autocratique qui transforma le pays au niveau social, économique et politique. La corruption du gouvernement lui permit de passer des lois en toute impunité et rendit de plus en plus caduque l’idée que l’Argentine était un état de droit8 alors que les lois mises en place et les décisions prises au niveau économique furent catastrophiques pour une grande partie de la société argentine.

  • 9 Minujin Alberto, Cuesta Abajo. Los nuevos pobres : efectos de la crisis en la sociedad Argentina, U (...)
  • 10 Notamment par Fernando de la Rua, un de ses opposants, qui, lors d’un de ses discours de campagne e (...)
  • 11 Minujin Alberto, Cuesta Abajo. Los nuevos pobres: efectos de la crisis en la sociedad Argentina, Un (...)

6Toutes les personnes faisant partie de la classe moyenne n'ont pas été touchées de la même manière par les politiques néolibérales. Ainsi, durant les années 1990, elle fut divisée entre les « gagnants » et les « perdants9 ». Les premiers pouvaient encore avoir le style de vie qui leur permettait de s'identifier en tant qu’individu appartenant à cette classe sociale. Ils participaient à ce qui fut appelé plus tard, la « fête ménémiste10 ». Ils vivaient dans un pays de progrès, riche et qui faisait partie des grandes puissances économiques internationales. Le symbole de cette puissance était matérialisé par une équivalence du peso avec le dollar américain. Cette parité avec la première puissance mondiale de l’époque représentait une fierté nationale : le gouvernement avait réussi à atteindre l’idée produite au sein de l’imaginaire historique ; l’Argentine était un pays comparable aux États-Unis d’Amérique et par extension à l’Europe11.

  • 12 Alberto Minujin fut le premier sociologue à utiliser ce concept pour définir les personnes de la cl (...)

7Les seconds sentaient progressivement leur niveau de vie baisser et formèrent une nouvelle catégorie, celle des « nouveaux pauvres12 ». La diminution drastique de leur pouvoir d’achat et l’augmentation du chômage entraînèrent la destruction progressive des piliers sur lesquelles se basait la construction de leur subjectivité. A partir de ce moment, s’opéra une disjonction entre la réalité objective qu’ils vivaient et la construction de leur identité subjective en tant qu’individu faisant partie de la classe moyenne. C’est tout le fondement de ce que signifiait faire partie de la classe moyenne qui se trouva mis en doute mais également ce qui symbolisait l’Argentine en tant que nation de progrès. En se sentant tomber dans la catégorie des « nouveaux pauvres », ils ont eu l’impression de perdre leur intégrité face à un traitement jugé dégradant, voire inhumain. Dans sa « chute vertigineuse », la classe moyenne sentait son pays s’éloigner de plus en plus de ses origines européennes pour se latino-américaniser. Pour eux, les dix ans du gouvernement de Carlos Menem marquèrent la fin d’un rêve, celui d’un pays, l’Argentine et celui de sa colonne vertébrale, la classe moyenne.

  • 13 Pour ces données : Iriart Celia et Waitzkin Howard, « Argentina : no lesson learned », Internationa (...)
  • 14 Merklen Denis, « Un pobre es un pobre. La sociabilidad en el barrio, entre las “condiciones” y las (...)

8Le président qui succéda à Carlos Menem en 1999, Fernando de la Rua, prit les commandes d’un pays en proie au chômage et à la pauvreté grandissante. En 2001, le taux d'inflation grimpa de 10 à 67 %, le produit intérieur brut diminua de 15 % et la dette extérieure (publique et privée) atteignit 147,881 milliards de dollars. Le taux de chômage était de plus de 25 %, et 57,5 % de la population tomba en dessous du seuil de pauvreté13. Les problèmes économiques, et l'incapacité du gouvernement à y répondre, ont nourri le malaise social qui s’exprima au cours de nombreuses mobilisations populaires lors du corralito qui fût voté au début de décembre 2001. Ce qui fût nommé le corralito, empêchait les Argentins de retirer plus de 250 dollars par semaine de leur compte bancaire. Ce point culminant de la crise, a compliqué la vie quotidienne des Argentins tout en violant leurs droits individuels et patrimoniaux14.

  • 15 Siège du pouvoir exécutif argentin qui est situé au centre de Buenos Aires.
  • 16 Les coupables n’ont toujours pas été retrouvés. Entre le 19 et le 20 décembre, décédèrent 39 person (...)
  • 17 Jusqu’à aujourd’hui, ils n’ont pu demander des réparations contre la disparition des liquidités qui (...)

9Les deux dernières semaines de décembre 2001, marquèrent une rupture définitive. La mise en place du corralito entraîna la panique des Argentins, surtout de la classe moyenne, qui tentèrent de récupérer leurs économies. Face à l’augmentation des violences et à la paralysie du pays, le 19 décembre au soir, à 21 h, l’état d’urgence fut décrété. Celui-ci rappela à la population la période terrible de la dictature et, au lieu de créer une accalmie, il intensifia les mouvements sociaux et se solda par la démission du président Fernando de la Rua qui quitta la Casa Rosada15, alors entourée de manifestants, par hélicoptère. Les révoltes populaires, qui causèrent la mort de 7 manifestants16, et la chute du gouvernement, ouvrirent une période de confusion. Différents présidents intérimaires se succédèrent à la tête de l’État argentin sans vraiment pouvoir sortir l’Argentine de la crise. Le 7 janvier 2002, le corralito fut abrogé. Les Argentins purent de nouveau avoir accès à leurs économies, qui, entre temps, avaient été dévaluées de 75 %17. La situation se stabilisa finalement suite à l’élection de Nestor Kirchner le 25 mai 2003.

  • 18 Site internet de l’institut national des statistiques argentin : http://www.indec.gov.ar/
  • 19 L’Espagne a accueilli de nombreux exilés politiques durant la dictature. L’immigration argentine en (...)
  • 20 Site internet de l’institut national des statistiques espagnol (INE) : http://www.ine.es/

10Face à la situation catastrophique que connaissait leur pays, de nombreux Argentins choisirent d’émigrer. Les deux pays qui semblent avoir accueilli le plus grand nombre d’Argentins dans les années 2000 sont les États-Unis et l’Espagne. En l’an 2000, le nombre de personnes nées en Argentine recensées sur le territoire américain était de 100 864, et, en 2005, de 185 61818. En Espagne, l’immigration argentine fût jusque la crise de 2001, une immigration modérée19 mais elle augmenta considérablement durant la période du corralito. Ainsi en 1999, 60 020 personnes nées en Argentine étaient recensées sur le territoire espagnol, dont 40 767 avaient la nationalité espagnole. En 2001, ils étaient 84 872 dont 47 247 avec la nationalité espagnole et en 2005, ils étaient 260 887 dont 75 010 avec la nationalité espagnole20.

11Le nombre d’Argentins augmenta de manière beaucoup plus rapide en Espagne qu’aux États-Unis au moment de la crise économique, politique et sociale que connut l’Argentine en 2001. Cela est en partie dû à l’histoire migratoire qui lie l’Argentine et l’Espagne. En effet, beaucoup d’Argentins ont des ancêtres espagnols et ont pu réintégrer la nationalité espagnole. La migration légale des Argentins en Espagne fut ainsi facilitée par la législation.

  • 21 Actis Walter et ESTEBAN Fernando, « Argentinos hacia España (“sudacas” en tierras “gallegas”) : el (...)
  • 22 L’autre ville qui a attiré un nombre important d’Argentins est Madrid.
  • 23 Ibid.
  • 24 Site internet de l’institut national des statistiques argentin : http://www.indec.gov.ar/
  • 25 D’un point de vue législatif les langues coexistent de manière différente à Miami et à Barcelone. E (...)

12Certaines similitudes existent néanmoins entre ces deux groupes de migrants. Il y a un nombre presque égal d'hommes et de femmes. Il y a aussi une similitude notable quant à l’âge des migrants. La moyenne d'âge pour les deux pays est la même : 33,5 ans21. Des similitudes existent également en ce qui concerne la répartition des Argentins sur le territoire américain et sur le territoire espagnol. Aux États-Unis, 60 % des Argentins légaux se regroupaient dans seulement trois États : 52 682 pour la Floride, 33 529 pour la Californie et 22 869 à New York. Le choix de la Floride et en particulier de la ville de Miami peut s’expliquer par le fait que le vol le moins cher de l’Argentine pour aller au États-Unis est pour Miami mais aussi que la ville de Miami est formée par une communauté « latino » importante. Miami est donc une ville ou la pratique de l’anglais n’est pas nécessaire dans la vie quotidienne. En Espagne, les Argentins forment aujourd'hui le troisième plus grand groupe national en Espagne et ils se concentrent en particulier à Barcelone22. Aux États-Unis et en Espagne, les Argentins sont ainsi concentrés dans les villes côtières. En 2007, il y avait 20 000 Argentins à Barcelone23 et 25 659 à Miami24. Barcelone et Miami sont deux villes où l'économie touristique est importante et où deux langues coexistent, l’espagnol et le catalan pour Barcelone et l’espagnol et l’anglais pour Miami25.

Honte et sentiments d’appartenance : perspectives théoriques et méthodologiques

  • 26 Turner Jonathan et Stets Jan, The Sociology of Emotions, Cambridge University Press, 2005, p.  2.

13Les lignes directrices, les théories et les définitions des émotions en sociologie, voire des écoles, sont désormais formées, sans qu’il existe nécessairement un consensus autour de la notion d’émotion26. Mon objectif ici n’est pas de donner une définition fermée des émotions mais de me positionner face aux différents débats afin d’expliciter ce que j’entends par émotion dans ce travail.

  • 27 Hochschild Arlie, « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, n° (...)

14Au cours de ma recherche de doctorat, je n’ai pas fait de distinction entre les émotions et les sentiments, ni entre les émotions dites primaires (ou de bases) et les émotions secondaires (dites aussi mixtes). La sémantique et la symbolique qui accompagne ces différences ne sont pas universelles, or l’un des principaux objectifs de la sociologie des émotions est de s’intéresser aux définitions vernaculaires des émotions. Mon intérêt n’était donc pas d’en comprendre les mécanismes biologiques mais de comprendre les émotions comme des « constructions sociales », en considérant qu’elles découlent d’un processus cognitif, impliquant la mobilisation d’informations et de croyances préformées par l’inscription de l’individu dans une histoire, une culture, une société. En ce sens, les émotions comme « résultats d’une coopération entre le corps, une pensée, une image, un souvenir27 » peuvent être considérées comme le produit d’une configuration sociale et culturelle, ayant des incidences sur le fonctionnement social et culturel.

  • 28 Le choix de l’analyse de l’un ou de l’autre implique un biais puisque certaines émotions sont plus (...)
  • 29 Sabini John et Silver Maury, Moralities of Everyday Life, Oxford University Press, 1982, p. 190.
  • 30 En effet, les émotions, changent avec le temps pour l’individu et dans le temps culturellement. Les (...)

15Dès lors et dans ce cadre, il peut s’agir de comprendre les interconnexions entre les émotions, les actions, les représentations, le genre, et leurs influences au sein du processus migratoire. Pour accéder à ces interconnexions, j’ai pris en compte les émotions exprimées à travers le discours et les actions, lesquelles peuvent être des actions « réflexes » mais aussi des actions pensées et réfléchies. Ces actions où entrent en jeu le corps et le processus cognitif sont parfois accompagnées par le discours28, ce qui permet au sociologue de comprendre la construction du monde émotionnel des enquêtés car elles permettent un échange d’informations qui est compréhensible par tous dans une culture donnée, un groupe ou un sous-groupe. La nature des réactions et l’émotion qu’un individu expérimente sont en effet relatives à la construction de son monde29 à un moment donné30.

  • 31 Au cours de ce travail, je définis ces « images, pensées et souvenirs » comme des représentations s (...)
  • 32 Bourdieu Pierre, Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980.
  • 33 Guilbert Lucille, « L’expérience migratoire et le sentiment d’appartenance », Ethnologies, n° 27/1, (...)

16Prendre en compte les émotions exprimées à travers le discours des enquêtés et les pratiques qui leurs sont liées peut permettre, entre autres, d’analyser les sentiments d’appartenance des individus. En effet, les appartenances, c’est-à-dire les identifications à des représentations31 et à des images mentales32, se construisent et se maintiennent grâce au « sentiment de se considérer comme faisant partie d’une famille, d’un groupe ou du réseau33 ». Les « liens affectifs » d'une personne avec « quelque chose » ou « quelqu'un » permettent ainsi aux individus de se sentir appartenir à un même groupe, de créer du « nous » auquel s’oppose inévitablement un « eux ».

  • 34 Hochschild Arlie, « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », art. cit., p.  (...)
  • 35 Butler Judith, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 1990.
  • 36 Elster Jon, Las uvas amargas. Sobre la subversión de la racionalidad, Barcelona, Edicions 62, 1989. (...)

17Les sentiments d’appartenance peuvent être analysés en prenant en compte l’expérience et l’expression différenciées des émotions et des actions qu’elles entrainent selon les identifications des individus. Par exemple, les rôles du genre sont construits à travers des échanges économico-affectifs qui simultanément les définissent. Selon leur genre, les individus devront exprimer (à travers le corps et le discours) des émotions spécifiques, c’est-à-dire qu’ils devront suivre les « règles de sentiments » appropriées34 pour être considérés comme conformes à leur « genre ». De plus, les genres sont construits et réitérés à travers des actes que Judith Butler35 nomment performatives (c’est-à-dire, l’itération, la répétition constante de l’action) dans lesquelles peuvent intervenir les émotions conçues comme une énergie qui entraîne une tendance, une prédisposition, une aspiration à l’action36 mais aussi comme des schèmes de comportement genrés fortement intériorisés.

18Par ailleurs, afin de comprendre comment les sentiments créent de l’appartenance entre plusieurs individus, il faut aussi prendre en considération l’objet ou les objets (réels ou pas) auxquelles les émotions (qui possèdent une dimension d’intentionnalité) sont liées. C’est par exemple le cas de la colère. La colère est en général générée lorsqu’une personne se sent offensée ou injuriée. Cette émotion est fortement connectée à la violation d’un code moral et à un sentiment d’injustice et donc à des représentations spécifiques. Nous ne pouvons donc pas dire qu’une personne est simplement en colère. Une personne est toujours en colère contre quelqu’un ou quelque chose. À l’objet visé de l’émotion et à son étiquetage par soi ou par autrui, nous devons, pour comprendre le sens d’une manifestation émotionnelle, avoir accès aux représentations sociales ­ « l’image, la pensée, le souvenir » ­ qui leur sont constitutives en les faisant entrer dans un univers de normes et de valeurs.

  • 37 Il y a une différence entre la fierté et l’orgueil, le second étant, contrairement à la première, « (...)
  • 38 Simmel Georg, « Fashion », International Quarterly, n° 10, 1904, p. 130-155.

19En permettant de créer de l’appartenance, les émotions peuvent à la fois tisser un lien entre les individus ­ c’est particulièrement le cas de la fierté collective37 et les séparer d’avec d’autres. Mais si la fierté entraîne un rapprochement entre les individus, le sentiment de honte, lui, aura plutôt tendance à isoler un groupe vis-à-vis d’un autre ou à isoler un individu du groupe. Cette exclusion du groupe via la honte, se fait toujours par le biais d’un jugement social construit de manière dichotomique et verticale entre l’amoral/le moral et l’inférieur/le supérieur. La honte est ainsi un puissant levier de contrôle social. En cherchant à ne pas ressentir ce sentiment et ne pas se sentir exclus, les individus peuvent tendre à se conformer aux groupes auxquels ils souhaitent appartenir. Georg Simmel dans son livre Philosophy of Fashion38 montre par exemple comment, en se conformant à un style vestimentaire spécifique, les individus cherchent à éviter ce sentiment de honte. Mais lorsqu’elle intervient, c’est souvent que les individus ne se sentent pas en conformité avec les rôles qui leur sont socialement attribués. Par exemple, selon les cultures, les hommes peuvent avoir honte de ne pas remplir leur rôle de genre, le cure, mais pas de ne pas pratiquer le care, c’est-à-dire les pratiques de soin qui sont en général des pratiques attribuées aux personnes de sexe féminin. Remplir son rôle social passe par les pratiques mais aussi par l’expression de la bonne émotion. Ainsi, selon la construction de la subjectivité du genre, un homme pourrait par exemple avoir honte d’exprimer de la tristesse ou de la peur alors que l’expression de ces émotions socialement acceptées pour les femmes ne serait pas jugées comme honteuse.

20Comme je l’ai souligné en introduction, la honte, une fois qu’elle survient, est une émotion qui entraîne une certaine passivité des individus. Néanmoins, plus que l’expression même de la honte, c’est autant l’objet de la honte que les individus cherchent à cacher. L’objet qui entraîne un sentiment de honte sera en effet perçu comme amoral, c’est pour cela qu’il est inavouable aux regards des autres. La honte a ainsi ici un double sens : elle désigne autant le sentiment que l’objet qui a causé le sentiment (« c’est une honte ! »).

  • 39 Trente entretiens ont été effectués à Miami, avec dix-huit femmes et douze hommes et vingt entretie (...)
  • 40 Le choix du terme pays est volontaire. Ils pouvaient ainsi me parler des États-Unis, de l’Espagne o (...)
  • 41 Rosaldo Renato, « Where the objectivity lies : The rhetoric of anthropology », in Nelson John S., M (...)

21Il reste que les émotions semblent fortement liées aux contextes (normatifs) qui les voient naître. Ainsi, dans notre cas, le lieu de migration s’avère une variable importante ; c’est pourquoi j’ai utilisé la méthode comparative, ou, plus précisément, une comparaison selon le sexe des enquêtés et le lieu de migration (Miami et Barcelone39). J’ai également privilégié le recueil des données par le biais d’entretiens et de l’observation participante, considérant que ces techniques permettaient à la fois d’être au plus près des « états cognitifs » des participants et d’éventuellement interroger des hiatus entre discours et pratiques. Concernant les entretiens, il est important de noter qu’aucune question ne portait sur les émotions sauf une, implicitement, celle où je demandais aux enquêtés quels étaient les sentiments qu’ils ressentaient pour leur pays40. Au départ de l’enquête, je n’ai donc pas cherché à trouver telle ou telle émotion selon les thèmes que je voulais aborder avec mes enquêtés. Je n’avais pas d’idée sur les émotions qui allaient être exprimées par les enquêtés. Je ne savais pas où elles allaient se « loger », lesquelles allaient ressortir et à propos de quel sujet. C’est seulement lors de l’analyse des données que j’ai pu reconstruire la structure émotionnelle propre aux individus. La méthode inductive qui a été ici privilégiée m’a donc permis de ne pas biaiser mon terrain. De plus, je n’ai dit à aucun de mes enquêtés que je travaillais sur les émotions afin de saisir leur discours émotionnel et non pas leur discours sur les émotions. Cette perspective m’a ainsi permis de minimiser la «rhétorique de contrôle41», qui aurait pu conduire à ce que les enquêtés me disent avoir ressentis des émotions dont j’aurais pu parler alors que ce n’était pas le cas.

22En ce qui concerne plus spécifiquement l’émotion qui nous intéresse ici, la honte, celle-ci ne fut pas exprimée de manière récurrente par les enquêtés comme ce fut par exemple le cas de l’espoir ou de la colère. Si l’utilisation du mot « vergüenza » m’a permis de la détecter facilement dans deux extraits d’entretien, son interprétation n’a parfois été possible qu’à travers l’analyse d’autre émotions ou d’autres expressions paralinguistiques. En effet, celles-ci fournissent des indices de l’état affectif des interviewés. Si la honte s’exprime rarement explicitement, elle peut se manifester physiologiquement (voix qui tremble, changement de la couleur de la peau, etc.), via l’hexis corporelle, comme le fait de baisser les yeux, ou encore se métamorphoser en d’autres émotions, comme la colère. Au cours des entretiens, j’ai entendu les fluctuations de la voix des enquêtés, le son des rires, j’ai vu leur visage se crisper, j’ai vu leurs larmes couler, j’ai vu leurs gestes brusques ou calmes. Ainsi, comme le note Nira Pancer, concernant la honte :

  • 42 Pancer Nira, « Les hontes mérovingiennes : essai de méthodologie et cas de figure », Rives nord-méd (...)

« En dehors d’un terme précis la désignant, c’est toute une série d’indices comportementaux et de situations signalant qu’un sujet est dans une position de rejet, d’isolement, d’ostracisme, de confusion, de dépendance, d’inefficacité, d’inadéquation, de vulnérabilité, d’impuissance, d’offense, d’humiliation, de torture, de défaite ou de dérision, qui peuvent nous mettre sur la voie42. »

  • 43 Les entretiens étant réalisés en espagnol, j’ai également été confrontée aux problèmes de la traduc (...)

23Cependant, j’ai tenté de limiter ce biais interprétatif par l’analyse des entretiens avec le logiciel informatique Excel qui m’a permis de faire des comparaisons automatisées, par thématique ou par recherche de mot-émotion spécifique43. C’est finalement un va et vient entre la définition théorique de la honte et les résultats obtenus (entretiens et notes d’observation participante) qui m’a permis d’interpréter la honte.

Trois formes de honte

24Je vais maintenant présenter les trois formes de honte qu’ont exprimé mes enquêtés. Ma première interprétation concerne la honte qu’ils ressentent face à leur histoire nationale et à la situation qu’ils ont vécue en tant qu’individu appartenant à la classe moyenne. Ma deuxième interprétation de la honte est la seule où le mot honte « vergüenza » fut prononcé par les enquêtés. Elle concerne la honte qu’ils peuvent éprouver lorsque leur identité de migrant est révélée socialement. Ma troisième et dernière interprétation de la honte découle quant à elle de la prise en compte de la différence des discours chez les couples quant aux raisons de leur migration.

L’infériorité morale de l’Argentine : d’une honte politique et nationale à la honte d’être Argentin

25L’interprétation de la honte politique des Argentins est liée spécifiquement à leur choix électoral. Celle-ci concerne l’identité politique de certains enquêtés et plus spécifiquement la honte d’avoir voté pour Carlos Menem. Au début de ma recherche, je n’avais pas conscience de l’importance de la figure de Carlos Menem dans l’histoire de l’Argentine et de ce qu’il représentait pour les immigrants argentins à Miami et à Barcelone. Je n’ai donc pas introduit dans mon questionnaire de question portant directement sur lui. Néanmoins, en abordant le thème de la crise, j’ai avec certains enquêtés parlé de politique et des élections argentines. Ceci m’a permis de leur demander pour qui ils avaient voté. Durant les entretiens, j’ai été surprise puisqu’en général, ils ne souhaitaient pas répondre à cette question. Les enquêtés ont justifié leur absence de réponse en invoquant l’oubli ou en utilisant des euphémismes pour faire référence à Carlos Menem : tel que « celui-là », « celui qui porte malheur », etc. Je pouvais donc parfois comprendre de qui il parlait lorsqu’il ne voulait pas prononcer le nom de Carlos Menem. D’autres me disaient que de prononcer son nom, c’était invoquer le mauvais sort. Seule une enquêtée m’a dit pour qui elle avait voté et la manière dont s’est déroulé notre échange m’a permis de conclure que certains enquêtés avaient honte (ou de l’embarras) d’avoir voté pour une personne qui les entraîna dans leur chute :

Enquêtrice : Et en Argentine, tu as voté ?
Adriana : Oui oui, j’ai voté. Je ne me souviens plus. (Silence.) Tu connais un peu les présidents ou pas ?
Enquêtrice : Un peu (Silence.)
Adriana : J’ai voté pour Menem, pour lui. Celui-là. Oh oui, j’ai voté pour Menem en pensant que c’était bien et je me suis trompée. Oui, je me suis trompée. Et je crois que je n’ai jamais plus voté une seule fois de plus. Je ne me souviens plus parce qu’après je suis venue ici [à Miami], et ici je n’ai pas voté. Je n’ai pas voté. » (Reg. 63. Femme, Miami.)

  • 44 Derrière l’image négative de Carlos Menem se cache également le souhait de certains enquêtés de ne (...)

26Elle s’est trompée et admet son erreur mais met en avant l’oubli, comme beaucoup des enquêtés. Néanmoins, Adriana finit par m’avouer qu’elle a voté pour Carlos Menem mais pour certains enquêtés, ne pas prononcer son nom montre la volonté de le rendre inexistant dans la vie et l’histoire de l’Argentine44.

27Carlos Menem est pour une grande partie de l’opinion publique argentine le symbole de la déchéance du pays. Avoir voté pour lui, c’est avoir été à un moment avec lui. Les enquêtés furent très peu à m’avouer pour qui ils avaient voté. J’ai d’abord interprété leur volonté de ne pas me dire pour qui ils avaient voté comme de la culpabilité. En effet, dire pour qui ils avaient voté pourrait être interprété comme une manière de faire leur mea culpa. Pourtant, ils n’expriment pas de culpabilité face à la crise qu’a vécue leur pays. Pour certains enquêtés, ce sont « les Argentins », en tant que peuple, qui sont jugés responsables. De plus, la culpabilité entraine en général des actes de réparation, ce qui n’était pas le cas des enquêtés qui cherchaient plutôt (pour certains d’entre eux) à « cacher » leur identité argentine.

28La honte politique ne se situe pas seulement au niveau individuel comme une honte pour une aspiration politique passée. Elle s’étend à une honte vis-à-vis de la nation argentine. Pour certains enquêtés, l’explication de la crise et de la permanence du système politique corrompu est une explication culturelle : c’est ainsi puisque c’est l’Argentine et que les politiciens sont des Argentins. Par exemple, Martin accuse le gouvernement argentin de la chute du pays en expliquant que de toute façon cela est dû au fait qu’ils sont argentins :

Martin : Malheureusement, la classe politique se détériore. Ce n’est pas qu’il y en a une qui soit pire que l’autre, c'est que, c’est à chaque fois pire. Peu importe quelle classe politique, ils sont tous pareils. Mais, il y avait quelqu'un qui m’a dit une fois, et c'est vrai, que les politiciens sont Argentins. Ils sont nés en Argentine et sont éduqués en Argentine comme nous tous. Il y a aussi le fait que la mentalité ne change pas. Tout le monde met son petit grain de sable pour que les choses ne fonctionnent pas.

29Une partie des Argentins a eu le sentiment de découvrir une Argentine qui a créé des politiciens incompétents de manière systémique ; politiciens qui ne seraient que le reflet d’eux-mêmes, de la culture dans laquelle ils ont grandi. La honte de l’Argentine est celle de son système politique corrompu et amoral mais aussi de l’incapacité des Argentins à changer ce système. Le sentiment d’amoralité et d’infériorité de certains Argentins a pu être nourri par la fierté qu’ils avaient affichée les années précédentes. Comme ces deux émotions s’opposent, le sentiment de honte a ainsi peut-être pu être renforcé par la fierté qu’ils avaient exprimée auparavant.

30Durant le corralito et l’année qui suivit, tous les mécanismes qui permettent à la honte de se mettre en place étaient présents. Alors que l’Argentine avait été montrée en exemple par les institutions internationales, elle fut brusquement regardée avec effroi lors de sa chute. En un laps de temps très court, elle devint le pays du contre-exemple. À ce moment précis, tous les regards furent tournés vers elle, tandis que chacun tentait d’expliquer l’inexplicable. Tous les pays devaient être attentifs pour ne pas sombrer comme elle. Sa chute politique et économique fût marquée par l’infériorité morale de sa classe politique et des citoyens argentins qui avaient voté pour eux. La honte liée à la situation de l’Argentine durant ces années est ainsi liée autant à l’incapacité de l’Argentine et des Argentins d’accéder au statut de pays du « premier monde » qu’à la corruption du gouvernement argentin qui, en même temps, s’abattait sur toute la nation.

  • 45 Livet Pierre, Émotions et rationalité morale, Paris, PUF, « Sociologies », 2002.

31La crise économique, politique et sociale de 2001 fût la révélation brutale de la situation catastrophique de l’Argentine. Ce changement rapide entraina pour les Argentins la nécessité d’un travail de révision45 de leur regard envers l’Argentine. Dans cette perspective, la honte peut être interprétée comme la manifestation de ce travail de révision.

32À la fin de la période du gouvernement de Carlos Menem, le délitement de la narration de la « communauté imaginée » argentine et la chute économique et symbolique du pays ont entraîné une volonté de rupture d’une partie des Argentins avec l’Argentine. Alors que l’aspiration à cette proximité nationale est construite à travers des images et des représentations avec lesquelles les individus souhaitent s’identifier, la honte de l’Argentine, par une partie des Argentins, a pu se mettre en place car l’identité révélée impliquait une infériorité économique, symbolique et aussi morale. Cette chute symbolique fut humiliante pour certains d’entre eux. Néanmoins, selon le contexte de migration (Miami ou Barcelone), la volonté de ne plus être identifié en tant qu’Argentin ne fut pas vécu de la même manière car la honte d’être Argentin a pu s’amoindrir ou au contraire se renforcer après la migration et leur acceptation ou leur rejet de l’hétéro-identification comme migrant.

Les Argentins à Barcelone : la honte du statut de migrant

  • 46 Cela leur permet également de se justifier devant l’enquêtrice, moi-même, vis-à-vis du bien-fondé d (...)

33L’image du migrant est une image importante au sein de la « communauté imaginée » argentine. Avoir des origines d’ailleurs, mais surtout de l’Italie et de l’Espagne, c’est être un « Argentin typique ». Ainsi, lorsque j’ai demandé aux enquêtés d’où venaient leurs parents et leurs grands-parents, tous ont fait référence à leurs origines étrangères. Ils sont Argentins mais leur nom de famille parle de leur histoire : « C’est pour cela que j’ai un nom de famille français » ; « Mon nom de famille, c’est Pelligrini, plus italien que ça, il n’y a pas », « Je suis moitié italien et moitié espagnol, un Argentin typique ». En se définissant de la sorte, ils présentent la migration comme quelque chose de normal puisqu’ils font ce qu’ont fait les membres de leur famille46.

34Si certains enquêtés peuvent se définir comme descendants d’immigrants, ils font néanmoins une distinction avec l’image du migrant actuel en Argentine, mais aussi des migrants en général. Que ce soit à Miami ou à Barcelone, ils se définissent comme des migrants pas comme les « autres ». Premièrement, ils se distinguent de l’image du migrant qui part à l’autre bout du monde pour ne jamais revenir et aussi des migrants sans papiers en règle. Deuxièmement, ils se distinguent de l’image du migrant telle qu’elle est en Argentine et telle qu’elle est véhiculée mondialement dans les médias. Ils ne se perçoivent pas comme tel parce qu’ils sont « éduqués » et d’origine européenne, image qui, dans l’imaginaire collectif, revient à avoir la peau « blanche ». En Argentine, la perception de la couleur de la peau permet parfois de déterminer la classe sociale des individus. Par exemple, le terme de negro (noir) peut être utilisé pour décrire les personnes faisant partie de la classe populaire et les migrants venant des autres pays d’Amérique latine. Que ce soit en Espagne ou aux États-Unis, la perception de la couleur de « peau noire » semble être dévalorisée, alors que la couleur de « peau blanche » et l’apparence phénotypique semblable à un(e) occidental(e) sont valorisées afin d’affirmer une distinction d’avec les « autres » migrants. Les migrants argentins, en étant identifiés aux migrants venant d’autres régions du monde, peuvent ainsi avoir le sentiment d’être « rabaissés » au sein de la hiérarchie sociale, d’où leur énonciation de cette distinction d’avec les « autres » migrants et d’où leur tendance à vouloir se fondre dans les populations autochtones, c'est-à-dire les Américains « blancs » à Miami et les Catalans à Barcelone.

  • 47 La honte vis-à-vis du nouveau statut ou des différences qu’il implique a été exprimée à Miami et à (...)

35Si certains Argentins se sentent ainsi différents des « autres » migrants, à Miami comme à Barcelone, ils sont pourtant « hétéro-définis » comme tel. La réalité miamienne et barcelonaise entre ainsi en contradiction avec leur auto-identification. Dans cette perspective, certains Argentins peuvent exprimer de la honte. Celle-ci fût exprimée47 à Barcelone en raison de la visibilité de différences mettant à jour leur statut de migrant au cours d’interaction sociale. Par exemple, à Barcelone, Jimena exprima de la honte face au dévoilement brutal et en public de son statut de migrant :

Jimena : Ils m’ont volé l’autre jour. Il y en a une qui est entrée et qui a commencé à voler, et quand je suis sortie en courant derrière elle, une d’entre elles a commencé à crier : « Eh toi, retourne dans ton pays ! » Moi, je suis restée comme ça [Jimena est debout les bras ballants.] Elles me volent et en plus, elles m’accusent d’être immigrante donc, elles sont en train de me voler et elles... je suis en train de travailler et…. À ce moment, tu ne peux ressentir que de la honte. Tu comprends ? Parce que tout le monde me regardait. Je me rappelle, c’était un samedi, la rue était pleine de gens et elles me crient « immigrée ». Et bien sûr, la situation fut un petit peu anormale. Tout le monde aurait dû penser que c’était elle qui avait fait quelque chose de mal. Mais non, ils doivent penser que c’est la migrante. »

36Lors de cette interaction, la personne qui a volé Jimena dans son magasin l’interpelle directement en tant que migrante. Jimena a honte de cette appellation car la rue était « pleine de gens » et qu’elle perçoit cette appellation comme une accusation. Elle s’imagine que les personnes dans la rue ont pensé que c’était elle qui avait fait quelque chose de mal. Le discours de Jimena est ici un exemple de sentiment de honte ressentie face au dévoilement public de son identité de migrante. À travers cet extrait, Jimena décrit également les représentations qu’elle pense que les « gens » ont des migrants.

  • 48 Cela ne les empêche néanmoins pas de mettre en avant leur origine européenne afin de se distinguer (...)

37À Miami, cette honte du statut de migrant ne fût pas évoquée. L’hétéro-identification en tant que migrant est plus acceptée qu’à Barcelone. Celle-ci leur permet de faire partie du « rêve américain48 » alors qu’à Barcelone, en étant associés aux autres migrants venus d’Amérique latine, les migrants argentins se voient dénier leur origine européenne et leurs aspirations de vivre à Barcelone comme descendants européens (ils ont réintégré la nationalité de leurs ancêtres). Face à cette désignation, ils expriment de la colère. Cette colère vient de l’opposition entre leurs attentes et la réalité qu’ils vivent. Elle découle ainsi de la contradiction entre leur auto-identification argentino-européenne « blanche » et l’hétéro-identification comme migrant et elle est l’expression de leur rejet de cette identification péjorative. S’ils pensaient retourner à leurs origines européennes, dans la réalité, c’est leur identité d’individu venant d’Amérique latine qu’on leur oppose. Ainsi, on pourrait penser que cette colère a pu se transmuer en honte parce qu’elle n’a pas trouvé d’« objet » sur laquelle s’exprimer de manière légitime.

38Dans le deuxième exemple que je vais présenter maintenant, la « découverte » de l’identité des individus, le statut de migrant, d’étranger, est également un facteur de honte. Cette honte découle d’une différenciation des Argentins d’avec les autochtones via la pratique de la langue catalane ou de l’accent argentin que peuvent avoir les enquêtés lorsqu’ils parlent. En effet, pour certains enquêtés, à Barcelone, parler la langue autochtone provoque de la honte. Cette honte vient du fait qu’en parlant mal ou avec un accent, ils dévoilent ce qu’ils pensent être une infériorité, c’est-à-dire leur statut d’étranger. L’accent est le marqueur, un signe socialement différenciateur. C’est ce qu’exprime ici Alejandro :

Alejandro : Moi, je le comprends parfaitement (le catalan), à 80 %. J’ai pris des cours à la Generalitat jusqu’au troisième niveau. Je le parle réellement, mais en vérité, j’ai un peu honte de le parler. Je ne sais pas pourquoi. Ma langue maternelle, c’est le castillan, l’espagnol. Mais si je dois vraiment le parler, si je le dois vraiment… C’est quand même étrange, parce qu’ici, il y a beaucoup de personnes qui ont un double langage. Par exemple, ils rentrent dans la boutique et parlent en catalan ; moi, je tente de leur répondre en catalan et quand ils s’en vont, ils me répondent en espagnol. Y a quelque chose que je ne comprends pas. » (Reg. 2717. Homme. Barcelone).

39La honte d’Alejandro est liée à un trait qui la distingue des nationaux ou d’autres migrants qui seraient bilingues. Le fait de ne pas pouvoir parler correctement le catalan est pour lui le marqueur de son infériorité. La langue parlée et l’accent sont des signes de différenciation d’avec les autochtones qui, dès lors, permettra aux Espagnols de les catégoriser en tant que migrant mais aussi, peut-être, de leur attribuer une identité ethno-raciale lors d’une interaction sociale. Le sentiment de honte qu’exprimait Jimena après s’être faite insulter se rapproche du sentiment d’humiliation.

40Pour ne pas être identifié comme « les autres migrants », pour s’en différencier, les Argentins à Barcelone tendent à accentuer leur accent argentin. Affirmer leur identité en tant qu’Argentin leur permet dans une certaine mesure de mettre en avant leur origine européenne et de se différencier des autres migrants venus d’Amérique Latine. Cette affirmation pourrait être interprétée comme une recherche d’autonomie par rapport à l’hétéro-définition des Argentins à Barcelone, c’est-à-dire comme un acte conscient, une prise de pouvoir afin de s’auto-définir, un retournement du stigmate.

41Contrairement aux Argentins de Barcelone, les Argentins à Miami tentent de cacher leur identité argentine en polissant leur accent pour qu’il paraisse « moins argentin ». Le polissement de l’accent à Miami leur permet de se fondre avec les autres migrants latino-américains, d’appartenir à Miami dont la majorité de la population est migrante. Cela leur permet de plus d’être en accord avec leur aspiration à la migration qui était de vivre le « rêve américain ». Ce mouvement entre l’adhésion à cette identification et le rejet de leur pays d’origine est également favorisé par les réalités contextuelles de cette ville. En effet, via la migration cubaine, majoritaire dans la ville, Miami a construit son identité sur un profond rejet du système politique et économique des pays d’Amérique latine.

La honte d’un enquêté vis-à-vis d’une sociologue française

42Durant les entretiens, certains hommes en couple ont présenté la migration comme une de leur initiative. En émigrant, à Miami comme à Barcelone, ils avaient l’espoir d’acquérir, ou de retrouver, un bien-être familial et d’atteindre une stabilité économique et professionnelle. Ces espoirs migratoires reflètent la construction de leur subjectivité masculine. Il semble que la migration leur permit de performer leur rôle de genre. La migration est décrite par certains hommes comme une conquête, une possibilité d’exprimer leur potentiel et d’accéder à leurs aspirations personnelles. Elle est alors présentée comme un « défi », une possibilité « d’aller de l’avant », qui leur permet de progresser, comme l’explique ici Juliano :

Juliano : Pour toi, c’est peut-être différent, mais moi, ce qui me rend heureux c’est de voyager. J’aime connaître d’autres endroits, avoir la possibilité de progresser. Je suis toujours en train de chercher de nouvelles opportunités pour aller de l’avant.

43Dans cette perspective, la migration est ainsi pour certains hommes un acte courageux et ce sont eux, qu’ils soient partis avant leur épouse ou pas, qui ont, en quelque sorte, bravé leur peur de l’inconnu.

44Cette conception de la migration est également le fait de certaines femmes. En effet, l’acte migratoire est souvent présenté par certaines femmes comme un acte masculin courageux, qu’elles soient parties en couple ou seule comme l’exprime ici Marcela :

Marcela : Si j’avais été un homme, avec mon caractère, je pense que je n’aurais pas pris la décision de déménager. [...] Je n’aurais pas décidé de migrer seule. Je n’en aurais pas eu le courage.

  • 49 Le concept des « nouveaux pauvres » est utilisé par certains universitaires argentins mais pas dans (...)

45La performation d’une partie de leur masculinité à travers l’émigration va néanmoins au-delà de la représentation de celle-ci comme un « défi » ou un acte de courage. À la fin des années 1990, la « chute vertigineuse » de l’Argentine s’était accélérée. Un nombre important d’Argentins faisant partie de la classe moyenne était tombé dans la catégorie des « nouveaux pauvres49 ». Cette situation eut des répercussions dans la division des rôles sexués. La libéralisation des marchés avait en effet entraîné à la fois une division de la classe moyenne et un réajustement du travail selon le sexe des individus. Au cours des années 1990, en Argentine, le nombre de femmes suivant des études supérieures et de femmes travaillant a augmenté. Dans le même temps, ces années furent significatives d’une précarisation du marché du travail qui toucha particulièrement les hommes.

  • 50 Une comparaison entre les femmes et les hommes permet de souligner le fait que ce sont en majorité (...)

46Dans le meilleur des cas, certains hommes ont dû affronter des nouveaux contrats de travail partiel et une diminution de leurs revenus. Au pire de la crise, beaucoup se sont retrouvés au chômage. Dans les deux cas, ils ne pouvaient plus remplir leur rôle, socialement construit comme masculin, de pourvoyeur économique de leur famille. Certains d’entre eux se sont ainsi retrouvés dans une position dichotomique entre la construction de leur subjectivité masculine et la réalité de la crise qui ne leur permettait plus de faire ce qui était socialement attendu d’eux. Ils vécurent alors une perte de ce qui définit une partie de leur masculinité. Cette chute économique, et aussi symbolique, entraîna de la colère et de la honte vis-à-vis de l’Argentine. En émigrant, certains hommes partis en couple souhaitaient pouvoir de nouveau subvenir aux besoins de leur famille et la protéger de l’insécurité financière et physique50. La colère est ainsi l’expression de la disjonction entre les attentes sociales et les pratiques des individus fortement liée à la frustration et à un sentiment d’impuissance face à leur chute sociale.

  • 51 Cette présentation de la migration par les femmes est elle aussi une présentation du genre de la pa (...)

47Seule la pratique des entretiens croisés avec les épouses de certains des enquêtés m’a permis d’interpréter la honte que pouvaient éprouver certains enquêtés hommes vis-à-vis de la situation qu’ils avaient vécue en Argentine. En effet, durant les entretiens, certaines épouses51 me parlèrent de la dépression de leur conjoint ou compagnon, suite à des périodes de chômage ou à leur diminution de salaire, alors que leurs époux me parlaient de « défi » et d’un acte qui leur permettrait « d’aller de l’avant ».

  • 52 Quartier de Miami Dade County.
  • 53 Cette méthode pour prendre contact avec les enquêtés a été pratiquée à Miami mais pas à Barcelone. (...)
  • 54 Lorsque je venais pour faire les entretiens avec les femmes, les époux m’attendaient souvent avec e (...)

48Ce fut, par exemple, le cas d’Alicia. Alicia et sa famille vivent à Hialeah52. Elle avait répondu à une annonce que j’avais mise dans le journal argentin de Miami53. Lorsque je suis arrivée chez eux, elle m’attendait avec son époux54. La prise de contact fût assez facile. Après mon arrivée, nous nous installâmes autour de la table ronde du salon. Alicia se leva plusieurs fois pour aller chercher à boire, prendre des gâteaux, etc., puis s’éclipsa le temps que je fasse l’entretien avec son époux. Durant l’entretien, Adrian m’expliqua qu’ils avaient émigré afin de « voir du pays » parce qu’ils « aimaient » voyager, mais aucunement à cause d’une nécessité économique comme l’explique ici Adrian : « C’était pour sortir de l’Argentine et voir un autre pays, rien de plus. Jamais nous n’avons eu besoin de migrer pour des raisons économiques ».

  • 55 Au cours de son étude sur la pauvreté au Mexique, l’anthropologue américain, Oscar Lewis, regroupa (...)

49Je me suis, par la suite, entretenue avec la femme d’Adrian. Alicia m’expliqua qu’ils avaient tout perdu en Argentine55 et qu’ils étaient partis pour des raisons économiques car son époux n’avait plus de travail. En n’exprimant pas son incapacité à remplir son rôle de genre en Argentine, Adrian dévoile, en quelque sorte, la disjonction qu’il a vécue entre son idéal masculin et la perte de la croyance en son accessibilité dans la réalité.

  • 56 Simmel Georg, « Fashion », art. cit., p. 7.
  • 57 Goffman Erving, Les Rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit, 1974, p. 12.
  • 58 Il ne m’est pas possible ici de déterminer si un statut prévaut sur l’autre quant à cette gestion d (...)

50La honte est toujours liée au fait de se voir de manière négative et au dévoilement brutal d’un marqueur identitaire. Comme le souligne Simmel, la honte est une « réflexion mécanique de nous-mêmes56 », c’est-à-dire que l’individu ressentira de la honte en s’imaginant ce que les autres pensent de lui. Au cours des rites d’interaction, les individus tendent à confirmer l’image de « soi » et peuvent ressentir un certain « malaise », si celle-ci n’est pas confirmée socialement, car les individus sont sentimentalement attachés à cette image, à leur « face57 ». Ainsi, durant les entretiens, certains hommes ont peut-être voulu me présenter l’image d’une masculinité spécifique. Certains hommes, en présentant l’émigration comme un défi, ont pu vouloir éviter une situation embarrassante pour eux en ne dévoilant pas « l’objet » entraînant chez eux ce sentiment. Exprimer ce qu’ils pensent être une défaillance de leur masculinité aurait pu leur faire éprouver de l’embarras vis-à-vis de moi, une enquêtrice, « blanche », européenne, en thèse58. Ils ont ainsi performer leur rôle de genre en ne parlant pas de leur dépression, de la perte de leur emploi, de leur difficulté économique avant leur émigration.

  • 59 Katz Jack, How Emotions Work, op. cit., p. 1.
  • 60 De nombreux enquêtés m’ont, par exemple, mentionné le fait que leurs pères refusaient qu’ils envoie (...)
  • 61 Bourdieu Pierre, Le Sens pratique, op. cit., p. 6.

51Dans les moments de honte qui se déroulent en public, les individus ont le souhait de disparaître, le désir de « s’en aller en courant », de devenir invisible59. C’est ce que firent certains hommes au sens figuré. La honte est un sentiment qui est fortement lié au sens de l’honneur, à la fierté et au respect et durant la crise argentine se sont les hommes qui se sont sentis atteints dans leur masculinité face à leur impossibilité de subvenir financièrement aux besoins de leur famille. En effet, leur impossibilité de remplir leur rôle de genre leur fit perdre leur honneur « d’homme »60. Comme le soulignait Bourdieu, dans certaines sociétés méditerranéennes, le sens de l’honneur s’inscrit dans les règles d’un jeu de riposte et de défi vis-à-vis d’une autre personne perçue comme son égal en honneur. L’homme d’honneur est également « défini essentiellement par la fidélité à soi, par le souci d’être digne d’une certaine image idéale de soi61 ». L’acte migratoire pourrait ainsi être un « défi d’honneur » qui serait un premier pas afin de reconquérir leur propre dignité d’homme. Dans cette perspective, la migration, en tant que riposte, fut un moyen de trouver une issue honorable, respectueuse, vis-à-vis de la situation qu’ils vivaient en Argentine.

52La prise en compte de ces différentes interprétations de la honte au cours du processus migratoire permet de conclure que cette émotion a entrainé une volonté de distanciation d’avec l’Argentine. En ce qui concerne les possibilités d’interprétation de la honte, comme je l’ai montré, seuls certains enquêtés à Barcelone ont utilisé le mot “vergüenza” pour exprimer la honte qu’ils ont pu éprouver lors d’interactions sociales. En utilisant le mot “vergüenza”, ils expriment la honte de la visibilité sociale de leur statut de migrant. Le fait qu’ils puissent avoir honte d’être migrant permet également d’entrevoir les représentations qu’ils ont de ce statut et la volonté qu’ils ont de s’en distinguer. La prise en compte du contexte propre à Miami et à Barcelone et leurs concordances ou disjonctions avec les aspirations à l’émigration permet de comprendre pourquoi les Argentins à Miami n’expriment pas ce sentiment vis-à-vis du statut de migrant et aussi pourquoi ces deux groupes ont des pratiques différentes. En prenant en compte le fonctionnement social de la honte, l’on pourrait conclure que ce sentiment est présent à Miami mais pas à Barcelone. En effet, si les Argentins tentent de dissimuler leur identité à Miami, ils tendent à l’affirmer à Barcelone. Si les Argentins à Barcelone ne tentent pas de se dissimuler face aux autochtones, comme le font les Argentins de Miami, c’est qu’en affirmant leur identité argentine, ils affirment leur origine européenne.

53Le fait que la honte ne s’exprime pas verbalement ne se trouve pas être un obstacle insurmontable à son analyse. En effet, l’interprétation de la honte nationale et politique et de la honte de certains hommes de ne pas pouvoir remplir ce qu’ils pensent être leur rôle du genre avant la migration a été possible grâce à la prise en compte du contexte historique et social de l’émigration des Argentins et du fonctionnement social de la honte. Comme le montrent ces deux exemples, lorsque l’on souhaite analyser la honte il faut rester attentif à certaines pratiques ou comportements que peuvent avoir les individus afin de dissimuler une identité fondatrice qui peut, dans un contexte spécifique, être pensée ou perçue comme honteuse. Enfin, la pratique des entretiens croisés a permis quant à elle de montrer spécifiquement comment la présence du chercheur peut entraîner des émotions chez les enquêtés et que ces émotions produites lors de la situation d’entretien sont à prendre en compte comme résultats.

Haut de page

Bibliographie

Actis Walter et Esteban Fernando, « Argentinos hacia España (“sudacas” en tierras “gallegas”) : el estado de la cuestión », in Sur/Norte. Estudios sobre la emigración reciente de argentinos, Buenos Aires, Editorial Catálogos, 2008, p. 205-258.

Adamosky Ezequiel, Historia de la clase media argentina. Apogeo y decadencia de una ilusión 1919-2003, Buenos Aires, Planeta, 2009.

Anderson Benedict, L’Imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, La Découverte, 1983.

Bocquet Damien, « Introduction. La vergogne historique : éthique d’une émotion sociale », Rives nord-méditerranéennes, n° 31, 2008, p. 7-16.

Bourdieu Pierre, Le Sens pratique, Paris, Les Éditions de Minuit, 1980.

Butler Judith, Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 1990.

Cibeira Fernando, « La alianza presento su programa y embistió contra el gobierno “Los corruptos a la cárcel” », Pagina12, 26 mai 1999.

Corbin Alain, « Histoire et anthropologie sensorielle », Anthropologie et Sociétés, n° 14/2, 1990, p. 13.

Darwin Charles, The Expression of the Emotions in Man and Animal (1872), Londres, Penguin Books, 2009.

De Sardan Jean-Pierre Olivier, La Rigueur du qualitatif : Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Louvain-la-neuve, Academia, 2008.

Durkheim Émile, Les Règles de la méthode sociologique (1894), Paris, Presses universitaires de France, 1999.

Elias Norbert, La Civilisation des mœurs, Paris, Pocket, 1969.

Elster Jon, Las uvas amargas. Sobre la subversión de la racionalidad, Barcelona, Edicions 62, 1989.

Goffman Erving, Les Rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit, 1974.

Guilbert Lucille, « L’expérience migratoire et le sentiment d’appartenance », Ethnologies, n° 27/1, 2005, p. 5-32.

Hochschild Arlie, « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, n° 9/19, 2003.

Iriart Celia et Waitzkin Howard, « Argentina : no lesson learned », International Journal of Health Services, vol. 36/1, 2006, p. 177-196.

Katz Jack, How Emotions Work, Chicago, University of Chicago Press, 2001.

Lewis Oscar, Les Enfants de Sánchez. Autobiographie d’une famille mexicaine, Paris, Gallimard, 1978.

Livet Pierre, Émotions et rationalité morale, Paris, PUF, « Sociologies », 2002.

Lutz Catherine A., Unnatural Emotions : Everyday Sentiments on a Micronesian Atoll and Their Challenge to Western Theory, Chicago, University of Chicago Press, 1988.

Merklen Denis, « Un pobre es un pobre. La sociabilidad en el barrio, entre las ‘condiciones’ y las “prácticas” », Sociedad, n° 11/64, 1997, p. 21-64.

Minujin Alberto, Cuesta Abajo. Los nuevos pobres : efectos de la crisis en la sociedad Argentina, unicef/Losada, Buenos Aires, 1992.

Mira Delli-Zotti Guillermo et Osvaldo Esteban Fernando, « El flujo que no cesa : aproximación a las razones, cronología y perfil de los argentinos radicados en España (1975-2001) », Historia Actual Online, vol. 0/2, décembre 2008, p. 33-44.

Nussbaum Martha C, Upheavals of Thought : The Intelligence of Emotions, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

Pancer Nira, « Les hontes mérovingiennes : essai de méthodologie et cas de figure », Rives nord- méditerranéennes, n° 31, 2008, p. 41-56.

Rosaldo Renato, « Where the objectivity lies : The rhetoric of anthropology », in Nelson John S., Meegill Allan, Mac Closkey Donald (dir.), The Rhetoric of the Human Sciences. Language and Argument in Scholarship and Public Affairs, Madison, The University of Wisconsin Press, 1987, p. 87-111.

Sabini John et Silver Maury, Moralities of Everyday Life, Oxford, Oxford University Press, 1982.

Simmel Georg, « Fashion », International Quarterly, n° 10, 1904, p. 130-155.

Turner Jonathan et Stets Jan E., The Sociology of Emotions, Cambridge University Press, 2005.

Vermot Cécile, La Migration et les émotions. Les sentiments d’appartenance du genre et à la nation des migrants argentins à Miami et à Barcelone, thèse de sociologie, Université Paris Descartes et Universitat Autonoma de Barcelona, 2013.

Institut national des statistiques espagnol (INE) : http://www.ine.es/

Institut national des statistiques argentin : http://www.indec.gov.ar/

Haut de page

Notes

1 Vermot Cécile, La Migration et les émotions. Les sentiments d’appartenance du genre et à la nation des migrants argentins à Miami et à Barcelone, thèse de sociologie, Université Paris Descartes et Universitat Autonoma de Barcelona, 2013.

2 Katz Jack, How Emotions Work, Chicago, University of Chicago Press, 2001.

3 Adamosky Ezequiel, Historia de la clase media argentina. Apogeo y decadencia de una ilusión 1919-2003, Buenos Aires, Planeta, 2009, p. 12.

4 Minujin Alberto, Cuesta Abajo. Los nuevos pobres: efectos de la crisis en la sociedad Argentina, Buenos Aires, Unicef/Losada, 1992, p. 21.

5 Je m’appuie, pour cette définition, sur les travaux de trois chercheurs argentins, Ezéquiel Adamosky, Alberto Minujin et Eduardo Anguita, fins connaisseurs de la situation de leur pays.

6 La traduction faite en français du concept de Benedict Anderson est « communauté imaginaire ». À celle-ci je préfère celle de « communauté imaginée » qui est moins polysémique et plus fidèle au texte d’Anderson. Benedict Anderson définit la nation comme une communauté « imaginée », d’abord par une évidence empirique ­ « les membres de la plus petite des nations ne connaîtront jamais la plupart de leurs concitoyens » ­ mais aussi parce que « la nation est toujours conçue comme une amitié profonde et horizontale », comme une construction intellectuelle qui lisse les inégalités existant entre les classes sociales, les groupes ethniques ou encore les genres. Voir Anderson Benedict, L’Imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, La Découverte, 1983, p. 19-21.

7 De Vacas gordas (des grosses vaches) et du granero del mundo (grenier du monde).

8 Au cours de ses mandats, l’Argentine devint une place privilégiée pour les narcotrafiquants. Carlos Menem lui-même fut impliqué dans des histoires de contrebande d’armes.

9 Minujin Alberto, Cuesta Abajo. Los nuevos pobres : efectos de la crisis en la sociedad Argentina, Unicef/Losada, op. cit., p. 2.

10 Notamment par Fernando de la Rua, un de ses opposants, qui, lors d’un de ses discours de campagne en 1999, dit : « Maintenant personne ne veut participer à la fête ménémiste, personne ne veut se mettre une cruche sur la tête, personne ne veut danser à l’anniversaire du président à Anillaco, personne ne veut avoir la responsabilité de tout ça. » Voir Cibeira Fernando, « La alianza presento su programa y embistió contra el gobierno “Los corruptos a la cárcel” », Pagina12, 26 mai 1999.

11 Minujin Alberto, Cuesta Abajo. Los nuevos pobres: efectos de la crisis en la sociedad Argentina, Unicef/Losada , op. cit., p. 2.

12 Alberto Minujin fut le premier sociologue à utiliser ce concept pour définir les personnes de la classe moyenne qui tombaient progressivement dans la pauvreté (1992).

13 Pour ces données : Iriart Celia et Waitzkin Howard, « Argentina : no lesson learned », International Journal of Health Services : Planning, Administration, Evaluation, vol. 36/1, 2006, p. 177-196.

14 Merklen Denis, « Un pobre es un pobre. La sociabilidad en el barrio, entre las “condiciones” y las “prácticas” », Sociedad, n° 11/64, 1997, p. 21-64.

15 Siège du pouvoir exécutif argentin qui est situé au centre de Buenos Aires.

16 Les coupables n’ont toujours pas été retrouvés. Entre le 19 et le 20 décembre, décédèrent 39 personnes dans tout le pays dont 9 personnes mineures.

17 Jusqu’à aujourd’hui, ils n’ont pu demander des réparations contre la disparition des liquidités qui s’est produite durant cette période.

18 Site internet de l’institut national des statistiques argentin : http://www.indec.gov.ar/

19 L’Espagne a accueilli de nombreux exilés politiques durant la dictature. L’immigration argentine en Espagne connu une forte augmentation : entre 1985 et 1989, il y eu une augmentation de 50 % des Argentins en Espagne. Voir Mira Delli-Zotti Guillermo et Osvaldo Esteban Fernando, « El flujo que no cesa : aproximación a las razones, cronología y perfil de los argentinos radicados en España (1975-2001) », Historia Actual Online, vol. 0/2, décembre 2008, p. 33-44.

20 Site internet de l’institut national des statistiques espagnol (INE) : http://www.ine.es/

21 Actis Walter et ESTEBAN Fernando, « Argentinos hacia España (“sudacas” en tierras “gallegas”) : el estado de la cuestión », in Sur/Norte. Estudios sobre la emigración reciente de argentinos, Buenos Aires, Editorial Catálogos, 2008, p. 205-258.

22 L’autre ville qui a attiré un nombre important d’Argentins est Madrid.

23 Ibid.

24 Site internet de l’institut national des statistiques argentin : http://www.indec.gov.ar/

25 D’un point de vue législatif les langues coexistent de manière différente à Miami et à Barcelone. En effet, la Catalogne est reconnue comme une région bilingue où l’usage du catalan est appuyé par des politiques volontaristes alors qu’en Floride, comme dans le reste des États-Unis, il n’y a pas de langue légale.

26 Turner Jonathan et Stets Jan, The Sociology of Emotions, Cambridge University Press, 2005, p.  2.

27 Hochschild Arlie, « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, n° 9/19, 2003.

28 Le choix de l’analyse de l’un ou de l’autre implique un biais puisque certaines émotions sont plus facilement exprimables par le corps que par le discours et vice-versa. Par exemple, si certaines émotions, telle que le dégoût sont facilement exprimables par le biais du corps, d’autre comme la jalousie ou l’envie sont difficilement exprimables sans une mise en mot. Voir Darwin Charles, The Expression of the Emotions in Man and Animal (1872), Londres, Penguin Books, 2009, p. 80.

29 Sabini John et Silver Maury, Moralities of Everyday Life, Oxford University Press, 1982, p. 190.

30 En effet, les émotions, changent avec le temps pour l’individu et dans le temps culturellement. Les études historiennes sur la peur montrent par exemple que ce sentiment change au cours du temps (voir par exemple Alain Corbin). La description du « sentiment de gêne » dans la description des mœurs de table de Norbert Elias (1991), permet également de mettre en exergue les changements temporels vis-à-vis des émotions. Voir Corbin Alain, « Histoire et anthropologie sensorielle », Anthropologie et Sociétés, n° 14/2, 1990, p. 13, et Elias Norbert, La Civilisation des mœurs, Paris, « Pocket », 1969.

31 Au cours de ce travail, je définis ces « images, pensées et souvenirs » comme des représentations sociales. Ce concept est utilisé par les psychologues et les psychosociologues mais il appartient également à la sociologie. Par exemple, Émile Durkheim reconnaît que la conscience collective des communautés traditionnelles était la force des régulations sociales qui se manifestaient à travers les représentations collectives. « Les représentations, les émotions, les tendances collectives n'ont pas pour causes génératrices certains états de la conscience des particuliers, mais les conditions où se trouve le corps social dans son ensemble. » Les représentations sociales sont l’objet de la sociologie alors que les représentations individuelles, celui de la psychologie. Voir Durkheim Émile, Les Règles de la méthode sociologique (1894), Paris, Presses Universitaires de France, 1999, p. 149.

32 Bourdieu Pierre, Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980.

33 Guilbert Lucille, « L’expérience migratoire et le sentiment d’appartenance », Ethnologies, n° 27/1, 2005, p. 5-32.

34 Hochschild Arlie, « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », art. cit., p. 5.

35 Butler Judith, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 1990.

36 Elster Jon, Las uvas amargas. Sobre la subversión de la racionalidad, Barcelona, Edicions 62, 1989. Nussbaum Martha C, Upheavals of Thought : The Intelligence of Emotions, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

37 Il y a une différence entre la fierté et l’orgueil, le second étant, contrairement à la première, « injustifié » parce que non forcément lié à un objet particulier. Il ne faut également pas confondre la fierté avec l’honneur car avoir de l’honneur n’implique pas nécessairement de fierté.

38 Simmel Georg, « Fashion », International Quarterly, n° 10, 1904, p. 130-155.

39 Trente entretiens ont été effectués à Miami, avec dix-huit femmes et douze hommes et vingt entretiens à Barcelone avec dix femmes et dix hommes. Tous les enquêtés avaient quitté leur pays entre 1999 et 2003. Tous les participants faisaient partie de la classe moyenne en Argentine.

40 Le choix du terme pays est volontaire. Ils pouvaient ainsi me parler des États-Unis, de l’Espagne ou de l’Argentine. Ils ont tous répondu en parlant de l’Argentine.

41 Rosaldo Renato, « Where the objectivity lies : The rhetoric of anthropology », in Nelson John S., Meegill Allan, Mac Closkey Donald, The Rhetoric of the Human Sciences. Language and Argument in Scholarship and Public Affairs, University of Winsconsin Press, 1987, p. 87-111.

42 Pancer Nira, « Les hontes mérovingiennes : essai de méthodologie et cas de figure », Rives nord-méditerranéennes, n° 31, 2008, p. 41-56.

43 Les entretiens étant réalisés en espagnol, j’ai également été confrontée aux problèmes de la traduction des entretiens. La traduction se base sur un « pacte sémantique » car les mots ou expressions qui sont traduit ne se recouvrent jamais exactement. Elle peut en effet entrainer le même « biais interprétatif » que la description au moment de l’interprétation de ces mots-émotions et de ces expressions. Voir De Sardan Jean-Pierre Olivier, La Rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Éditions Academia, 2008, p. 31. Comme le note Catherine Lutz, il ne suffit en effet pas de comprendre la langue pour comprendre les sentiments dans une autre culture. Lutz Catherine A., Unnatural Emotions : Everyday Sentiments on a Micronesian Atoll and Their Challenge to Western Theory, University of Chicago Press, 1988. Le travail de traduction implique un premier travail de réflexivité sociologique. Celui-ci peut, entre autres, prendre la forme d’une analyse historique des mots désignant des états intérieurs. Ainsi, sur la traduction et le mot clé « vergüenza », on peut noter que le terme « vergogne » a quasiment disparu du français contemporain, excepté dans l’expression « sans vergogne ». Or, le terme de « vergogne » au Moyen-âge ne signifiait pas exactement « honte », mais, selon l’historien Damien Bocquet, quelque chose de plus positif, plus proche de la pudeur, de l’honorabilité, et de la honte d’avoir honte. Voir Bocquet Damien, « Introduction. La vergogne historique : éthique d’une émotion sociale », Rives nord-méditerranéennes, n° 31, 2008, p 7-16.

44 Derrière l’image négative de Carlos Menem se cache également le souhait de certains enquêtés de ne pas me parler de leurs choix électoraux. Le fait qu’Adriana me demande si je connaissais un peu les présidents argentins montre sa volonté de connaître l’état de ma connaissance de l’histoire de la politique argentine. Le fait que je ne sois pas Argentine aurait pu entraîner les enquêtés à ne pas avoir honte de leur vote ou de leur choix électoraux mais mon regard fût perçu comme aussi préjudiciable, voire peut-être plus que si j’avais été Argentine.

45 Livet Pierre, Émotions et rationalité morale, Paris, PUF, « Sociologies », 2002.

46 Cela leur permet également de se justifier devant l’enquêtrice, moi-même, vis-à-vis du bien-fondé de leur participation à cette enquête. Je leur ai en effet présenté ma recherche comme une recherche sur les émigrants argentins qui sont partis durant la période économique.

47 La honte vis-à-vis du nouveau statut ou des différences qu’il implique a été exprimée à Miami et à Barcelone par l’utilisation du mot honte (verguenza).

48 Cela ne les empêche néanmoins pas de mettre en avant leur origine européenne afin de se distinguer des autres migrants comme le font les Argentins à Barcelone.

49 Le concept des « nouveaux pauvres » est utilisé par certains universitaires argentins mais pas dans le langage courant.

50 Une comparaison entre les femmes et les hommes permet de souligner le fait que ce sont en majorité les hommes qui parlent de l’insécurité. De plus, les femmes qui expriment de la culpabilité vis-à-vis de la migration ont tendance à ne pas voir de problème quant à l’insécurité en Argentine qui, pour elles, n’est pas une préoccupation majeure.

51 Cette présentation de la migration par les femmes est elle aussi une présentation du genre de la part de certaines femmes.

52 Quartier de Miami Dade County.

53 Cette méthode pour prendre contact avec les enquêtés a été pratiquée à Miami mais pas à Barcelone. À Miami, seules des femmes ont répondu à cette annonce.

54 Lorsque je venais pour faire les entretiens avec les femmes, les époux m’attendaient souvent avec elles, et ce même s’ils ne souhaitaient pas faire d’entretien.

55 Au cours de son étude sur la pauvreté au Mexique, l’anthropologue américain, Oscar Lewis, regroupa ses données avec des enquêtes faites séparément avec les membres d’une même famille. Voir Lewis Oscar, Les Enfants de Sanchez. Autobiographie d’une famille mexicaine, Paris, Gallimard, 1978. C’est le croisement des données qui lui permit véritablement de construire son interprétation de la pauvreté comme une culture intergénérationnelle. Si je n’ai pas systématisé cette méthode au cours des entretiens avec les couples, les résultats obtenus, en ce qui concerne la honte, montre que celle-ci aurait besoin d’être généralisée.

56 Simmel Georg, « Fashion », art. cit., p. 7.

57 Goffman Erving, Les Rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit, 1974, p. 12.

58 Il ne m’est pas possible ici de déterminer si un statut prévaut sur l’autre quant à cette gestion des émotions. Une autre recherche faite avec plus d’une enquêtrice permettrait de le savoir.

59 Katz Jack, How Emotions Work, op. cit., p. 1.

60 De nombreux enquêtés m’ont, par exemple, mentionné le fait que leurs pères refusaient qu’ils envoient de l’argent. Ce refus, qui est contourné par l’envoi de cadeaux, d’achat de médicaments, etc., est une marque d’honneur social des pères qui, par ce moyen, montrent qu’ils ne faillissent pas à leur rôle.

61 Bourdieu Pierre, Le Sens pratique, op. cit., p. 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Vermot, « Capturer une émotion qui ne s’énonce pas », Terrains/Théories [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 23 octobre 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://teth.revues.org/224 ; DOI : 10.4000/teth.224

Haut de page

Auteur

Cécile Vermot

Docteure en sociologie de l’université Paris Descartes et de l’Université Autonome de Barcelone, docteure associée au Centre Population & Développement UMR 196 (Paris Descartes Ined IRD) et représentante internationale du réseau Sociologie des Émotions de l'Association européenne de sociologie (ESA - RN11). Les travaux de Cécile Vermot s'inscrivent principalement dans le champ de la sociologie des émotions, du genre et de la migration.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org