Navigation – Plan du site
Dossier

Intégrer l’émotion à l’analyse sociologique de l’action

Letting Emotion into the Sociological Analysis of Action
Jean-Hugues Déchaux

Résumés

Cet article vise à introduire l’émotion dans le périmètre des faits sociaux dont traite la sociologie, non pour ajouter une classe supplémentaire de phénomènes à ceux déjà étudiés mais dans l’objectif d’articuler analyse de l’action et analyse de l’émotion. Il s’agit de montrer que l’émotion est un paramètre précieux, sinon décisif, de l’explication sociologique. Pour ce faire, l’analyse des émotions est conduite du point de vue d’une « sociologie cognitive de l’action » qui cherche à expliquer le déroulement et les effets de l’action sociale en étant attentif au travail cognitif des acteurs. L’enjeu est d’explorer certains aspects des interactions entre émotions et cognitions afin de comprendre comment l’acteur en vient à agir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rappelons que Weber définit l’action sociale comme étant toute action « qui, d’après son sens visé, (...)
  • 2 On ne prétend pas proposer une approche exhaustive de la question mais plutôt contribuer à réhabili (...)

1L’émotion est à l’évidence une dimension fondamentale de l’expérience humaine. Le thème de la vie affective dans ses diverses déclinaisons est omniprésent dans la littérature romanesque, le théâtre, la philosophie. La création artistique, qu’elle soit musicale, picturale, sculpturale, etc., explore aussi les émotions humaines dans leur variété. Du côté des sciences humaines, la psychologie et la psychanalyse en étudient les modalités et expressions, et, dans une moindre mesure, l’histoire et l’ethnologie s’y intéressent aussi. Par comparaison, la sociologie semble se détourner de la question et ce depuis ses origines. En cherchant à rompre avec cette attitude, cet article est avant tout une invitation à introduire l’émotion dans le périmètre des faits sociaux dont traite la discipline, non pas dans une visée encyclopédique visant à ajouter une classe de phénomènes supplémentaire à ceux qui sont déjà étudiés mais dans l’objectif d’articuler analyse de l’action et analyse de l’émotion. Plutôt que de proposer une nouvelle sociologie spécialisée, labellisée « sociologie des émotions » comme il existe une sociologie du travail, de la famille ou de l’éducation, il s’agit de montrer que l’émotion est un paramètre précieux, sinon décisif, de l’explication sociologique. Pour ce faire, on abordera la question des émotions en se plaçant du point de vue d’une « sociologie cognitive de l’action » si l’on entend par là une sociologie qui cherche à expliquer le déroulement et les effets de l’action sociale, au sens wébérien du terme1, en étant attentif au travail cognitif des acteurs. La thèse défendue est qu’il y a nécessité pour la théorie sociologique de l’action à se défaire d’une posture intellectualiste impuissante à saisir une dimension importante de notre rapport au monde. L’enjeu est donc d’explorer certains aspects2 des interactions entre émotions et cognitions afin de comprendre comment l’acteur en vient à agir.

  • 3 On se place du point de vue de l’analyse sociologique de l’action sans perdre de vue que la vie aff (...)

2La démonstration procède en trois étapes. La première montre que la sociologie, à quelques rares exceptions près, est encombrée, voire embarrassée, par la présence des émotions et que le choix axiomatique généralement effectué consistant à ne pas s’y intéresser a un coût. Rappelant que l’émotion est une donnée élémentaire de la vie collective, on souligne dans un deuxième temps combien elle se situe au cœur des interactions sociales et des processus normatifs. Enfin, tout en s’inscrivant dans la perspective d’une sociologie de l’action, la troisième étape défend une approche « externaliste » des émotions en expliquant que, pour le sociologue3, ces dernières sont avant tout une caractéristique d’un système d’action plutôt qu’une propriété de la psyché individuelle.

La sociologie encombrée par la question des émotions

3La présence des émotions, des sentiments, des affects – considérons provisoirement ces termes comme synonymes – pose de redoutables problèmes à la théorie sociologique de l’action. La solution majoritairement adoptée par les théoriciens consiste alors à laisser de côté cette composante de l’action humaine de manière à privilégier celles qui se prêtent le mieux à une reconstruction rationnelle des raisons d’agir.

Le prix de la parcimonie

  • 4 Ibid.
  • 5 Rappelons qu’une action « significativement orientée » suppose selon Weber un sens visé : on agit e (...)
  • 6 Kalberg Stephen, « La sociologie des émotions de Max Weber », Revue du MAUSS, n° 40, 2012, p. 289 [ (...)

4Déjà Max Weber estimait que l’action « affectuelle » était à l’extrême limite du champ de l’action sociale auquel doit s’intéresser le sociologue4. Ce type d’action déterminé par les affects et les sentiments de l’acteur diffère radicalement de l’action rationnelle en finalité ou même de l’action rationnelle en valeur, cette dernière étant orientée de manière « conséquente et délibérée » par des valeurs. Comme l’action traditionnelle, l’action affectuelle ne comporte pas d’aspect vraiment conscient et se situe à la limite du comportement purement réactif, donc dépourvue d’orientation significative5. Certes Weber traite aussi des émotions à travers les notions de « communauté émotionnelle » et de « pouvoir charismatique ». Mais il est certainement exagéré de soutenir comme Stephen Kalberg que « Weber place, de façon systématique, les émotions au cœur de sa sociologie6 ». D’autant qu’il ne cesse de montrer à travers ses écrits la marginalisation des émotions dans les sociétés urbaines et industrielles (à l’exception de la famille et des liens amicaux) et l’impératif de domestication des désirs auquel incline le puritanisme protestant. Il demeure avant tout un théoricien de la rationalité et des processus de rationalisation à l’œuvre dans l’histoire des sociétés occidentales et, à ce titre, ne fait pas de l’émotion une notion centrale de sa sociologie même s’il n’en néglige pas certaines de ses manifestations dans la vie religieuse et politique. Cette position théorique traduit un certain embarras et une propension à considérer que l’émotion est forcément du côté de l’irrationalité et de l’obscurité.

  • 7 Citons la théorie du choix rationnel (par exemple James Coleman), la sociologie analytique (par exe (...)

5Cette attitude embarrassée se retrouve en sociologie de l’action dans ses diverses déclinaisons7. En général, la sociologie de l’action fait volontairement l’économie de l’affect dans le modèle d’acteur qu’elle construit. Non pas qu’il s’agisse de nier l’existence des émotions, position naturellement intenable, mais on juge préférable de faire le choix axiomatique de les écarter. Il n’est pas toujours aisé d’en comprendre les raisons qui restent souvent à l’état d’implicite. La mise à l’écart répond en fait à une exigence épistémologique de parcimonie. À tort ou à raison, les théories sociologiques de l’action considèrent qu’avec l’introduction des émotions l’axiomatique perdrait en cohérence et en simplicité ; de sorte que l’analyste ne pourrait en déduire ni théorème ni hypothèse de travail clairs. La non prise en compte des émotions est le prix à payer de la parcimonie que suppose la construction du modèle. On assume alors la différence entre méthodologie et ontologie en soulignant la dimension modélisatrice et nécessairement simplificatrice de l’axiomatique. C’est par exemple ce que fait la théorie du choix rationnel : toute considération affective est absente ou posée comme exogène au modèle (i.e. les désirs à l’origine des préférences des acteurs sont hors champ et supposés donnés ou triviaux). Seule compte dans la restitution des raisons d’agir l’évaluation des conséquences attendues de l’action, évaluation qui fait l’objet du calcul rationnel. Les motifs sont donnés, ils n’entrent pas dans le champ de l’explication.

  • 8 Leroy Marie-Laure, « Jeremy Bentham ou la sympathie pour le plus grand nombre », Revue du MAUSS, n° (...)

6Cela n’a pas toujours été l’option du raisonnement utilitariste. Ainsi Adam Smith ou Jeremy Bentham reconnaissent-ils l’importance de cette « affection sociale » qu’est la sympathie qui conduit l’individu à s’intéresser à la « fortune » des autres, à prendre plaisir à leur bonheur et à ressentir de la douleur à leur malheur. Bentham s’efforce par exemple de mesurer les parts de l’égoïsme, de la sympathie et de l’antipathie8. Il conclut à la primauté de l’égoïsme, principe d’action dont l’influence est plus constante, plus uniforme, plus durable, alors que la sympathie est fréquente mais moins constante et l’antipathie plus rare. Il s’intéresse aux effets de réverbération et de contagion des « dispositions sympathiques », effets qui ne sont pas toujours positifs lorsque l’objet de la sympathie est trop limité et entre en concurrence avec la promotion du bien public. Surtout il considère que l’éthique et la loi doivent favoriser l’élargissement du champ d’action de la sympathie afin qu’elle devienne une « bienveillance élargie ». La promotion du « plus grand bonheur du plus grand nombre » suppose à ses yeux l’association du raisonnement utilitariste conséquentialiste (soucieux des résultats et non des motifs d’action) et du principe de sympathie, c’est-à-dire du calcul rationnel d’un côté et de la sensibilité de l’autre. À ses yeux, la bienveillance est une sorte d’investissement qui contient une promesse de coopération : être bienveillant à l’égard des autres procure un « stock de sympathie et de bonne réputation » qui est une espèce de fonds dans lequel l’individu peut puiser pour réaliser ses objectifs propres. Si Bentham reconnaît donc la sympathie sous la forme de la bienveillance élargie c’est dans le cadre d’un raisonnement qui reste utilitariste et fait de cette dernière l’équivalent d’un investissement coopératif. Sa position est celle d’un utilitarisme élargi : l’émotion est un paramètre du raisonnement conséquentialiste prêté aux acteurs. Réductrices, car rabattant la sympathie et la bienveillance du seul côté de l’égoïsme et du souci de soi, ces analyses n’en sont pas moins précieuses pour la sociologie de l’action qui s’intéresse à la coordination sociale et aux affects qui, entre autres éléments, la rendent possible.

7On relève toutefois en sociologie contemporaine deux approches qui, considérant que le prix de la parcimonie est excessif, proposent d’intégrer l’émotion au schéma explicatif. Elles abordent l’affect comme un symptôme pour l’une et comme une illusion pour l’autre.

L’affect comme symptôme

  • 9 Crozier Michel, Friedberg Erhard, L’acteur et le système (1977), Paris, Seuil, « Points », 1981.
  • 10 Crozier et Friedberg préfèrent utiliser le terme flou de « sentiment », qu’ils ne définissent d’ail (...)

8Dans L’acteur et le système, Michel Crozier et Erhard Friedberg exposent les principes de l’analyse stratégique9. Ils estiment que le sociologue des organisations – mais cela ne vaut pas simplement pour l’action organisée – doit commencer par recueillir les « sentiments10 » des individus, leur « vécu » relationnel. L’étape suivante consiste à identifier, à partir de ce matériau et de la prise en compte des incertitudes, des contraintes, des ressources de pouvoir et des enjeux, les stratégies des acteurs.

  • 11 Ibid., p. 410 (souligné par nous).

« Il s’agit d’utiliser les données descriptives sur les opinions, les perceptions, les sentiments et les attitudes des acteurs pour reconstruire la structure de pouvoir ainsi que la nature et les règles des jeux qui régulent l’interaction des acteurs et conditionnent leurs conduites. (…) L’ensemble des perceptions, sentiments et attitudes des acteurs (…) ne manquent jamais d’indiquer, au moins indirectement et implicitement, la composante de pouvoir dont ils disposent dans leurs relations avec les autres et les chances de gains et de pertes qu’ils y voient11. »

9La même idée qui fait de l’affect un signe de la relation de pouvoir figure dans un article que Crozier consacre à « Sentiments, organisations et systèmes » :

  • 12 Notons que cette formulation (« les sentiments des acteurs ne manquent pas d’exprimer… ») est repri (...)
  • 13 Crozier Michel, « Sentiments, organisations et systèmes », Revue française de sociologie, vol. 12, (...)

« Les sentiments des acteurs ne manquent pas d’exprimer, indirectement au moins12, leur situation respective de ce point de vue [i.e. du point de vue du pouvoir]. On peut donc les utiliser pour découvrir ces situations. Les explications et rationalisations qu’ils donnent sont autant de signes qui attirent l’attention sur les problèmes autour desquels ces relations se sont cristallisées. Mais l’analyse des sentiments des divers acteurs ne permet pas seulement de découvrir leur situation réelle et les problèmes qu’elle soulève ; elle nous donne la possibilité de définir leur stratégie en tant que partenaires du grand jeu que constitue l’organisation et du sous-jeu que constitue l’élément pertinent d’organisation dont ils font partie13. »

  • 14 Crozier Michel, Le Phénomène bureaucratique, Paris, Seuil, « Points », 1963.

10Reprenons brièvement l’exemple de l’atelier du Monopole industriel, tiré d’une célèbre monographie de Crozier14. Les ouvriers d’entretien sont agressifs à l’égard des ouvriers de production et surtout des chefs d’atelier. Cette mauvaise humeur est vue par le sociologue comme une stratégie pour les tenir à distance et les maintenir dans un état d’infériorité. Les ouvriers d’entretien cherchent en effet à protéger leur expertise (réparer les machines) qui les rend indispensables en cas d’imprévu dans l’atelier. De leur côté, les ouvriers de production sont sous la dépendance des ouvriers d’entretien ; ils sont dominés, même syndicalement (les ouvriers d’entretien sont les leaders syndicaux). Leurs relations avec ces derniers sont très ambivalentes : ils doivent s’entendre avec eux, mais ils font aussi sentir leur hostilité. Cette ambivalence est analysée par Crozier comme une stratégie : garder de bonnes relations avec les ouvriers d’entretien tout en pesant sur eux pour les empêcher d’abuser de leur position dominante.

  • 15 La position de Crozier et Friedberg n’est pas si éloignée que celle de Bentham puisqu’elle annexe l (...)

11On voit à travers cette illustration que si l’analyse stratégique accorde une place importante à l’affect, elle ne l’aborde pas comme une composante autonome de l’action. L’affect renvoie à autre chose, en l’occurrence aux stratégies de pouvoir, et c’est à ce niveau seul que le sociologue peut décrypter le sens des relations affectives. L’affect n’est que l’expression peu rationalisée, le symptôme, d’une réalité jugée plus significative : celle des jeux de pouvoir qui ne s’exprime qu’indirectement. Si les relations de pouvoir sont jugées plus significatives c’est parce qu’elles s’analysent en terme de gains et de pertes dans un lexique quasi utilitariste15. Au contraire de son acception commune, l’affect ne siège pas dans les profondeurs obscures de la psyché. Il réside à la surface, il est l’écume des relations de pouvoir.

L’affect comme illusion

  • 16 Bourdieu Pierre, Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980.
  • 17 Bourdieu Pierre, La Domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

12Pierre Bourdieu, qui incarne cette deuxième approche, ne néglige pas non plus l’affect dans ses descriptions empiriques. Mais il n’y voit qu’une illusion, une ruse de la domination, qui entretient une méconnaissance des vrais ressorts de la domination. Ainsi dans ses travaux d’ethnologie kabyle, le sociologue français souligne le dévouement et l’indéfectible attachement des cadets au lignage16. Il montre aussi combien les cadets sont sacrifiés au profit des aînés sur les plans de l’héritage, de la succession, du mariage. Les sentiments altruistes des cadets fonctionnent comme dénégation des rapports de pouvoir au sein du lignage. L’affect est illusion, idéologie au service du dominant. Bourdieu reprend ce type d’analyse pour les rapports de genre dans la famille ou dans la société en général17. L’altruisme familial, défini comme ensemble de sentiments partagés entre parents, est selon lui un procédé de refoulement social de l’intérêt et de la domination. Quant aux sentiments amoureux, ils ne sont que l’érotisation de la domination masculine.

  • 18 Bourdieu Pierre, « À propos de la famille comme catégorie réalisée », Actes de la recherche en scie (...)

13La fonction idéologique de l’affect est bien mise en évidence pour tout ce qui relève de la bienveillance familiale. Bourdieu explique que pour fonctionner comme un corps la famille doit réaliser un « travail de fusion » qui contrecarre la tendance contraire à la fission et aux conflits18. Cela exige entre parents un « travail constant d’entretien des sentiments » qui a pour but d’entretenir l’illusion que la famille n’est pas un « champ ». Sinon les sentiments négatifs de mépris, de jalousie, etc., nés des oppositions et des conflits, l’emporteraient. Dans la famille, l’affect est comme un reflet inversé ou enchanté de la réalité sociale des rapports de domination.

  • 19 Voir notamment Bourdieu Pierre, La Misère du monde, Paris, Seuil, 1993 et Bourdieu Pierre, Méditati (...)

14Dans d’autres écrits19, le sociologue français s’intéresse aux sentiments négatifs des dominés (honte, humiliation, souffrance morale, etc.) en vue de montrer qu’ils sont à la fois le produit d’une structure de domination et un facteur qui contribue à la reproduire :

  • 20 Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 203, souligné par l’auteur.

« La reconnaissance pratique par laquelle les dominés contribuent, souvent à leur insu, parfois contre leur gré, à leur propre domination en acceptant tacitement, par anticipation, les limites imposées prend souvent la forme de l’émotion corporelle (honte, timidité, anxiété, culpabilité), souvent associée à l’impression d’une régression vers des relations archaïques, celles de l’enfance et de l’univers familial. Elle se trahit dans les manifestations visibles, comme le rougissement, l’embarras verbal, la maladresse, le tremblement, autant de manières de se soumettre, fût-ce malgré soi et à corps défendant, au jugement dominant […]20. »

15Ce passage reprend l’idée que l’affect est illusion, qu’il entretient un rapport de méconnaissance à sa propre position dans la structure des rapports sociaux.

16Pas plus qu’avec l’analyse stratégique, l’affect n’est considéré comme une composante autonome de l’action. Il est toujours rapporté à autre chose que lui-même, à une réalité latente, plus profonde, jugée plus essentielle sur le plan sociologique : celles des rapports de domination. L’affect, comme plus globalement l’ensemble des structures mentales, est supposé en être le produit, créant un effet d’« illusion doxique » qui conduit les agents à « naturaliser » leurs dispositions, c’est-à-dire à ne pas voir ce qu’elles doivent à leur position dans le « champ », dans la structure sociale.

Une vision binaire

17En dépit des différences théoriques affichées, analyse stratégique et sociologie bourdieusienne entretiennent une certaine proximité sur un point capital. On peut parler à leur sujet d’une réduction utilitariste de l’affect. Dans les deux cas, l’affect renvoie in fine à l’intérêt et aux rapports de pouvoir : soit de façon simple, par transcription des relations de pouvoir en termes affectifs (Crozier et Friedberg) ; soit de façon plus complexe, sous la forme d’une illusion ou dénégation rendant les dominés complices de leur domination, parce que l’analyse pose la domination comme réalité première (Bourdieu).

18Au total, en comparant ces deux approches à celle qui, de manière générale, inspire de nombreuses théories sociologiques de l’action (en particulier la théorie du choix rationnel), on voit que deux stratégies d’analyse se présentent s’agissant de l’émotion. La première l’évacue au profit de la seule rationalité. C’est la solution du monisme. La seconde y voit le produit d’une réalité latente sur laquelle doit porter l’analyse. C’est la solution de la réduction (utilitariste en l’occurrence).

  • 21 Pareto Vilfredo, Traité de sociologie générale, Lausanne et Paris, Payot, 1916.

19Il existe cependant une autre manière d’aborder l’affect dans son rapport à l’action et à la rationalité qui diffère aussi bien des analyses précédentes que de l’utilitarisme élargi de Bentham lequel n’est jamais qu’une variante de la réduction utilitariste. Elle consiste à voir la rationalité comme un simple « vernis logique ». Ce fut l’option de Vilfredo Pareto21. Selon le sociologue italien, ce sont les émotions, les pulsions qui comptent dans l’orientation des « actions non logiques » (i.e. celles auxquelles la sociologie s’intéresse selon lui). La rationalité n’est qu’une « dérivation », un vernis qui vient rationaliser après coup ce qui a été fait. La position parétienne renverse l’ordre des déterminations par rapport à la stratégie de la réduction utilitariste : c’est l’affect qui cause cette fois l’action, les raisons d’agir n’étant que l’écume de déterminations profondes échappant à la rationalité. Sans doute parce qu’elle fut suspectée de dérive irrationaliste, qu’elle exhibe des forces obscures (les pulsions) dont le statut est surtout spéculatif, cette position est restée sans postérité. Mais la position de Pareto est, comme les autres, prisonnière d’une vision binaire où affect et raison demeurent étanches l’un à l’autre. Le sociologue italien se contente d’inverser le schéma d’analyse en reconduisant l’opposition dichotomique entre émotion et rationalité. C’est contre cette dichotomie qu’il faut avancer en imaginant qu’affect et rationalité puissent entrer en synergie et s’influencer mutuellement.

Une donnée élémentaire de la vie collective

  • 22 Deonna Julien, Teroni Fabrice, Qu’est-ce qu’une émotion ?, Paris, Vrin, 2008.
  • 23 Voir Hirschman Albert, Les passions et les intérêts (1977), Paris, PUF, 1980. Il montre comment, à (...)
  • 24 Fiske Susan T., Taylor Shelley E., Cognition sociale. Des neurones à la culture, Wavre (Belgique), (...)

20Jusqu’à présent j’ai abordé l’affect ou l’émotion comme un ensemble homogène. En réalité, cet ensemble est très vaste et recouvre une grande variété d’expressions affectives. Julien Deonna et Fabrice Teroni22 distinguent par exemple : les passions (qui se caractérisent par leur intensité), les sentiments (qui peuvent être rapprochés des croyances : « j’ai le sentiment que… »), les émotions « occurentielles » par opposition aux dispositions affectives (qui ne se rapportent pas, au contraire des premières, à un épisode précis et ne sont pas toujours dirigées vers des objets particuliers), les humeurs (elles ont lieu, comme les émotions occurentielles, mais sur une durée plus longue et ne portent pas non plus sur des objets précis), les sensations (qui ne sont pas toujours affectives au sens strict), les désirs (qui sont orientés vers le futur et supposent pour leur réalisation une action sur le monde), etc. L’ensemble n’est pas autre chose qu’une nébuleuse aux contours flous. Selon les auteurs, l’accent sera mis sur telle ou telle composante. La philosophie classique parlait des passions23, la psychologie privilégie plutôt les émotions occurentielles et les humeurs, les cognitivistes se réfèrent davantage aux sentiments et sensations. La décomposition des émotions a donné lieu à d’innombrables typologies, en particulier chez les psychologues. Très peu s’accordent sur le nombre et le répertoire des émotions primaires24. Deux variables semblent toutefois essentielles : le temps qui permet de distinguer les états affectifs durables de ceux que ne sont que passagers et relatifs à un événement particulier ; la dimension cognitive qui est toujours présente (les émotions sont des manières de juger, d’évaluer et fournissent ainsi des indicateurs de base de l’action) mais de manière plus ou moins affirmée. Dans ce texte, on emploiera le terme affect ou celui d’émotion au sens le plus générique. Pour désigner une expression affective plus spécifique, un autre terme sera utilisé ou adjoint à celui d’émotion.

Comment se coordonner ?

  • 25 Ogien Albert, Les règles de la pratique sociologique, Paris, PUF, 2007.
  • 26 Cette hypothèse élémentaire a été explorée par d’innombrables auteurs : citons tout le courant de l (...)
  • 27 Livet Pierre, « Le paradigme de l’incomplétude », in Ramognino Nicole et Vergès Pierre (dir.), Soci (...)
  • 28 Lawler Edward J., Thye Shane R., Yoon Jeongkoo, Social Commitments in a Depersonalized World, New Y (...)

21Agir avec ou en présence des autres nécessite une activité de coordination rendue d’autant plus nécessaire qu’autrui n’est pas transparent. Toute interaction est caractérisée par son « incomplétude25 » ou son opacité du fait que les intentions d’autrui ne sont jamais sûres et doivent être anticipées ou décryptées à partir d’indices parfois ténus26. Dans cette activité de coordination, qui est à la base de toute vie sociale et qui suppose que l’acteur ait recours à des « simulations27 » pour imaginer ce que pense autrui, ce qu’il a l’intention de faire, etc., l’affect joue un rôle important, celui d’un signal (ou d’un indicateur de base) pour soi et/ou pour les autres28. Il est un élément essentiel de la « théorie de l’esprit » qui permet à l’individu en situation d’interaction de décrypter les intentions d’autrui à partir de la compréhension de ses émotions, plus exactement de ses dispositions affectives. Illustrons ce phénomène par deux exemples.

  • 29 Pour une présentation du dilemme du prisonnier et des études qui lui sont consacrées, voir Eber Nic (...)
  • 30 Axelrod Robert, Comment réussir dans un monde d’égoïste. Théorie du comportement coopératif (1984), (...)

22La littérature s’intéressant à la coordination de l’action a fait du « dilemme du prisonnier » (DP) une figure typique, modélisée par la théorie de jeux, des difficultés à se coordonner29. On sait qu’une des issues permettant d’échapper au DP (i.e. à la tentation du free rider) résulte précisément de la teneur affective de la relation entre les joueurs – ici les deux gangsters soupçonnés par le juge d’avoir fait un cambriolage et enfermés dans deux cellules distinctes, sans communication possible entre eux. Si les deux gangsters ont fait les quatre cents coups ensemble et forment un gang bien rodé, le choix de la coopération est sans grand risque car chacun des deux est assuré de la coopération de l’autre. En raison de la familiarité et de la confiance entre eux, chacun dispose d’informations utiles sur la stratégie de l’autre sans même devoir communiquer30. À partir de ce savoir concernant les dispositions affectives de l’autre, il peut procéder à des inférences ou des simulations au sujet de sa conduite. Remarquons que le raisonnement qui explique le rôle de l’affect dans l’activité de coordination est proche dans son inspiration de celui de Bentham : les deux gangsters sont bienveillants l’un à l’égard de l’autre, ce qui facilite leur coopération. Mais il n’est pas nécessaire comme le suggère le raisonnement benthamien que les deux gangsters soient bienveillants à cette fin. Ils peuvent l’être devenus au fil du temps sous l’effet de l’expérience et de la confiance qui s’est établie entre eux. La bienveillance est moins un investissement coopératif que l’effet d’une expérience partagée.

  • 31 Lawler Edward J., Thye Shane R., Yoon Jeongkoo, op. cit.

23Cet exemple montre que l’affect possède un contenu informatif et évaluatif. Il produit des règles d’action en rendant possible des inférences, des simulations, dans l’activité de coordination. Ce phénomène résulte dans le cas cité de l’histoire de la relation. Il peut aussi découler de l’étiquette sociale de l’acteur, de son statut, de son pouvoir ou de son appartenance à tel ou tel groupe31, autant d’informations primaires à partir desquelles inférer des informations secondaires qui permettront de réduire l’opacité de l’interaction.

  • 32 Coleman James, Foundations of Social Theory, Cambridge (MA), Belknap Press of Harvard University Pr (...)
  • 33 L’inverse est vrai aussi : l’endogamie est rendue possible par la confiance mutuelle entre diamanta (...)
  • 34 Au sens de Coleman, c’est-à-dire désignant les propriétés « structurales » d’un réseau favorisant p (...)

24Le deuxième exemple, emprunté à James Coleman32, attire l’attention sur une autre origine possible de la teneur affective des liens qui ne découle plus de l’histoire de la relation mais des structures relationnelles plus larges dans lesquelles s’insère cette dernière. Sur le marché des diamantaires de New York, le fort degré de confiance existant entre les marchands leur permet de s’échanger pour expertise des diamants de très grande valeur sans formalités juridiques particulières. Leur sont ainsi épargnés des frais importants d’assurance, la rédaction de reçus ou l’établissement de contrats. Cette confiance favorisant la coopération résulte33 de l’existence de liens de parenté entre diamantaires, plus spécialement de liens d’alliance à cause du caractère endogame des mariages. Elle est le produit d’un « capital social34 », d’une configuration particulière de la structure sociale (marquée ici par la fermeture et la densité relationnelles du réseau).

Se coordonner « par corps »

  • 35 Berthoz Alain, « La conscience du corps », in Berthoz Alain et Andrieu Bernard (dir.), Le Corps en (...)
  • 36 James William, La Théorie de l’émotion (1884), Paris, Alcan, 1902.
  • 37 Deonna Julien, Teroni Fabrice, Qu’est-ce qu’une émotion ?, op. cit., p. 58.
  • 38 Du nom de Conrad Lange qui a élaboré à peu près au même moment une thèse similaire à celle de Willi (...)
  • 39 Damasio Antonio, L’Erreur de Descartes. La raison des émotions, Paris, Odile Jacob, 1995.

25Un autre aspect de l’affect dans l’analyse de la manière dont se coordonnent les acteurs consiste, en réintroduisant une forme de « conscience du corps35 », à sortir d’une conception strictement mentaliste de l’action. L’émotion peut être abordée d’un point de vue phénoménologique en se demandant « qu’est-ce qui se passe quand je ressens ». L’affect apparaît alors comme une expérience qualitative qui met en avant sa dimension corporelle ou somatique : le cœur palpite, la respiration s’accélère, les jambes fléchissent, etc. William James36 a théorisé cela en définissant l’émotion comme la « conscience par le sujet de modifications corporelles que l’appréhension de certains objets ou faits déclenche37 ». Au centre de cette thèse dite « James-Lange38 » réside l’argument bien connu de la soustraction : imaginez une émotion et faites l’expérience de pensée consistant à en soustraire tous les ressentis corporels ; il ne reste rien d’autre qu’un état intellectuel froid et neutre. Par exemple, lorsque l’enfant redoute de révéler à ses parents le vol de la game boy de son meilleur ami, il sent son cœur palpiter et sa gorge se nouer. Ce « marquage somatique39 » est une forme d’anticipation qui permet au corps de se préparer à l’action. Le soustraire transforme le contenu même de l’activité de coordination.

  • 40 Selon James-Lange, on a peur parce qu’on tremble et qu’on s’enfuit, et non l’inverse.
  • 41 Fiske Susan T., Taylor Shelley E., Cognition sociale, op. cit., p. 413.

26Cela signifie que la coordination n’est pas qu’une coordination des esprits, des volontés, des anticipations rationnelles. L’interaction avec les autres est aussi une interaction corporelle. Dans la thèse « James-Lange », comme d’ailleurs chez Darwin, ce sont les réponses physiques, les patterns physiologiques qui sont la cause de l’émotion40. L’activité mentale est clairement reléguée au second plan. Cependant, réévaluer le rôle du corps dans l’expérience émotionnelle n’oblige nullement à adopter cette vision naturaliste qui, depuis ses débuts, échoue à expliquer la grande variété des émotions et reste prisonnière du schéma binaire traditionnel affect/raison, corps/esprit. On peut au contraire considérer que le corps n’est pas dissociable de la pensée et que les activations physiologiques fonctionnement comme des signaux d’alarme pour l’activité cognitive de l’individu. Au minimum les émotions paraissent relever de l’activité mentale, d’une sorte d’évaluation cognitive « intuitive », préconsciente et involontaire, à condition de ne pas définir la cognition de manière trop restrictive comme étant l’acquisition intellectuelle de la connaissance41.

  • 42 Merleau-Ponty Maurice, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945, cité par Pecqueux A (...)
  • 43 Le Breton David, « Sociologie des émotions : critique de la raison darwinienne », Recherches sociol (...)
  • 44 Le Breton David, « Les émotions dans la vie quotidienne : approche critique de Klaus Scherer », Inf (...)

27Il existerait ainsi une sorte de conscience, ou plutôt de « méta-conscience », du corps. Nous pensons autant avec notre esprit qu’avec notre corps : notre esprit « raisonne » et notre corps « résonne ». Maurice Merleau-Ponty écrit à ce sujet : « Mon corps n’est pas seulement un objet parmi tous les autres objets, un complexe de qualités sensibles parmi d’autres, il est un objet sensible à tous les autres, qui résonne pour tous les sons, vibre pour toutes les couleurs42 ». L’émotion n’est pas enfermée dans la psyché, pas plus qu’elle n’est enfermée dans le corps. Elle n’est pas figée, immuable, un état psychophysiologique donné, indifférent à celui qui ressent et aux relations dans lesquelles il est engagé. Comme l’observe David Le Breton : « Il n’y a pas un homme qui “exprime” la joie, mais un homme joyeux […] Non pas un homme qui “exprime” sa détresse mais un homme en souffrance43 ». L’émotion est fondamentalement un rapport : elle concerne notre rapport corporel autant qu’intellectuel à autrui et au monde, c’est-à-dire à un environnement sensible, social et culturel. Rapport à autrui et au monde, l’émotion est aussi une forme de connaissance. Elle suppose une part active de l’individu, une implication particulière. Ressentir c’est être en relation, être affecté par quelqu’un ou quelque chose. L’émotion est indissociable d’une activité de sens, d’une évaluation cognitive au sens large donné plus haut, qui sollicite l’esprit comme le corps. À travers l’émotion, pensée et corps se rejoignent : « Un homme qui pense est un homme affecté44 ».

  • 45 Berthoz Alain et Andrieu Bernard (dir.), Le Corps en acte, op. cit.
  • 46 Damasio Antonio, L’Erreur de Descartes. La raison des émotions, Paris, Odile Jacob, 1995, p. 284.
  • 47 Les jeux de balle (lancers et réceptions) ou encore l’activité du dribbler au football illustrent c (...)

28Certaines découvertes récentes des neurosciences confirment ce point45. Le modèle d’un esprit rationnel dominant par la volonté l’action corporelle est nuancé, sinon réfuté, par la recherche sur le cerveau qui montre au contraire combien la volonté ou la détermination est « dans le corps ». « Les phénomènes mentaux émanent de la totalité de l’organisme », explique le neuroscientifique Antonio Damasio46. Le corps fournit au cerveau bien plus que ses moyens d’exister. Il fournit un contenu, même si l’individu n’est pas en mesure de distinguer clairement entre ce qui se passe dans son cerveau et ce qui se passe dans son corps. En somme, l’intériorité ne précède pas le corps suggèrent les neurosciences. Existerait ainsi une forme de « cogito corporel » ou d’intention corporelle ou « motrice », située en dessous du seuil de conscience (évalué à 450 millisecondes après le stimulus sensoriel), qui active les réseaux neuronaux de l’action et de simulation mentale du mouvement47. Quelque chose de l’activité cognitive nécessaire à la coordination existe donc dans le corps sans faire l’objet d’une délibération consciente.

  • 48 « Presque toujours » parce qu’il existe aussi des dispositions affectives ou des humeurs qui ne son (...)

29Intégrer l’émotion à l’analyse sociologique de l’action, c’est reconnaître que nous sommes plus complexes que notre conscience. Le savoir dont on dispose pour agir est plus vaste que la connaissance épistémique que produit l’esprit, la volonté. Il est en partie le résultat d’expériences émotionnelles sans que l’individu sache très bien quelles en sont la fiabilité et l’origine. La dimension corporelle de l’émotion pose que l’affect est un phénomène intentionnel, c’est-à-dire qu’il porte sur un objet. La question « à propos de quoi ressent-on une émotion » fait presque toujours sens48. On peut en conséquence penser qu’il existe un lien avec le jugement axiologique qui exprime lui aussi cette dimension d’intentionnalité.

Penser le rapport affect/norme

30Normes et émotions entretiennent des rapports variés et complexes qui doivent être étudiés dans trois directions : comment les émotions contribuent au jugement axiologique, comment elles se situent au cœur du contrôle normatif et enfin comment elles peuvent être le produit de normes.

  • 49 Deonna Julien, Teroni Fabrice, qu’est-ce qu’une émotion?, op. cit.
  • 50 Ebbersmeyer Sabrina, « Conduire ou séduire la raison ? Réflexions sur l’ambivalence des émotions à (...)
  • 51 Commentant Aristote, Ebbersmeyer écrit : « Une émotion est plus complexe qu’une sensation de plaisi (...)

31En raison de leur contenu évaluatif, les émotions sont assimilables à des croyances axiologiques ou au minimum à des « perceptions de valeurs49 ». Par exemple, si j’ai peur de la vipère c’est que je crois que la vipère constitue un danger. Si je suis triste à propos de la mort de ma mère c’est que je crois qu’elle constitue une grande perte. À chaque émotion correspond une valeur particulière, une manière d’évaluer un objet, de porter une appréciation symbolisée ici par le syntagme « je crois que ». Ce point souligne la dimension intentionnelle et cognitive de l’affect. Il s’agit moins, à travers la réaction affective, d’un jugement à part entière que d’une anticipation, une sorte de pré-jugement qui peut être ou non rationnellement justifié dans un second temps par un jugement explicite. En somme, les émotions joueraient un rôle épistémique : nous dévoiler un monde de valeurs. À travers les émotions, l’environnement est donné en termes de valeurs, sous la forme d’une information sensorielle, sans qu’on y prête toujours attention. Déjà Aristote avait relevé ce point50 : pour lui, les émotions participent à une grande partie de nos jugements et activités. En reliant la dimension cognitive et évaluative de l’émotion à sa dimension sociale51, il anticipe aussi sur un autre élément abordé plus bas.

  • 52 Je dois cette remarque à Maks Banens que je remercie.
  • 53 Il va sans dire que cette détermination sensible n’est pas le seul facteur des croisades morales co (...)
  • 54 Cette analyse trouve un écho wébérien. Elle suggère en effet qu’il peut exister une porosité entre (...)

32Mais l’émotion ne joue pas uniquement un rôle épistémique de pré-jugement dans la manière dont elle contribue au jugement axiologique. Elle peut, dès lors qu’elle s’oppose à la norme sociale du moment et que cette résistance est plus forte que la puissance d’imposition de cette dernière, motiver l’acteur à changer la règle52. Elle intervient alors comme une force de motivation à s’engager dans un travail cognitif d’élaboration d’une norme. Elle n’en reste pas moins une perception de valeur. Imaginons un individu qui se découvre homosexuel dans un environnement social valorisant l’hétérosexualité. Les affects associés à cette expérience peuvent conduire l’acteur à le convaincre de la valeur positive, possiblement légitime, de son orientation sexuelle et le motiveront à expliciter cette légitimité sous la forme d’une valeur revendiquée. Le travail cognitif d’élaboration de la norme ne serait pas engagé sans la détermination initiale que fournit l’émotion53, détermination qui est aussi la conviction sensible, le pré-jugement, que l’orientation sexuelle est acceptable. On doit donc faire l’hypothèse que l’émotion n’est pas simplement le signal sensible de la présence d’une norme existante, mais aussi qu’elle peut être à l’origine d’un mouvement qui conduit à transformer la norme54.

  • 55 Elster Jon, Le désintéressement. Traité critique de l’homme économique, Paris, Seuil, 2008.

33Les émotions se situent aussi, et c’est le deuxième niveau d’analyse, au cœur du pouvoir d’imposition de la norme. En effet, les normes sociales ne doivent pas simplement leur pouvoir d’imposition aux sanctions et à la crainte qu’elles suscitent. Comme l’explique Jon Elster55, l’autorité de la norme ne réside pas tant à l’extérieur, chez ceux qui sanctionnent, qu’à l’intérieur, dans les sentiments qu’éprouve celui qui ne respecte pas la norme. Plus exactement, extériorité et intériorité se complètent : les sentiments éprouvés sont d’autant plus intenses que la présence des normes dans l’environnement social est patente. Mais c’est surtout l’écho intérieur de la norme qui va s’avérer décisif dans l’orientation de l’action. L’efficacité de la norme tient aux sentiments négatifs que son infraction suscite chez celui qui l’enfreint. Selon l’intensité de la présence d’autrui, il peut s’agir de la honte quand on se sait observé par autrui ou de la culpabilité lorsque le regard de l’autre n’est pas aussi présent. Ainsi, le sentiment de honte insoutenable qui saisit le père ayant giflé son fils est plus efficace pour l’empêcher de recommencer que la menace de sanctions externes. Normes et affect sont étroitement articulés : ils constituent les deux volets complémentaires d’un même phénomène, cette articulation étant fonction des relations dans lesquelles les acteurs sont engagés.

  • 56 Le qualificatif « négatif » (ou son inverse, « positif ») ne doit pas être entendu dans un sens nor (...)

34Toutefois l’émotion ne joue pas systématiquement un rôle « négatif56 » ou répressif invitant à respecter la norme. Car, dans l’exemple du père qui gifle son enfant, il y a aussi l’émotion « positive » de la poussée de violence (la personne est excédée) qui conduit au geste de gifler. En d’autres termes, l’émotion dans son rapport aux normes n’est pas toujours du côté de la rétention, de la retenue, de la censure. L’hypothèse la plus plausible est qu’il puisse exister des conflits entre plusieurs émotions, les unes « négatives » invitant à respecter les normes, les autres « positives » poussant au contraire à les enfreindre.

  • 57 Nous revenons sur ces notions plus bas.
  • 58 Durkheim Émile, Les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), Paris, PUF, « Quadrige », 1990 (...)
  • 59 Ibid., p. 572.
  • 60 Déchaux Jean-Hugues, « Neutraliser l’effroi. Vers un nouveau régime de deuil », in Lenoir Frédéric (...)

35Enfin, dernier point, les émotions sont souvent le résultat de prescriptions sociales. Il peut s’agir de moments particuliers, comme les rites, mais aussi de relations plus continues qui font l’objet d’une réglementation morale spécifique, fondée sur des attentes de rôles auxquelles il est difficile de se soustraire. Cette analyse, assez classique en sociologie, va de Émile Durkheim à Arlie R. Hochschild qui parle de « règles » et de « travail émotionnels57 », en passant par Marcel Mauss avec « l’expression obligatoire des sentiments ». Ainsi, dans Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Durkheim soutient-il que « le deuil n’est pas l’expression spontanée d’émotions individuelles », mais plutôt un « devoir imposé par le groupe58 ». Cela n’implique pas que le chagrin ne soit pas réellement ressenti. Étant tenu de se lamenter, l’endeuillé ressent de la peine, a fortiori si tous autour de lui font de même. Il se produit comme une « panique de tristesse59 » qui affecte la sensibilité et le corps de chacun. On peut cependant discuter l’idée que l’émotion soit intégralement imposée par la norme. Dans le cas du deuil, le rite impose une forme d’expression à la détresse mais il n’est pas certain qu’il la suscite. Il existe une dimension proprement psychologique ou psychosociologique qui résulte d’une part, d’un donné anthropologique de base (l’effroi devant la mort) et, d’autre part, de l’élaboration de liens sentimentaux avec la personne décédée. Dans cette perspective, plus simmelienne que durkheimienne, la norme est une mise en forme de l’affect non sa cause directe60.

  • 61 Comprendre « mise en forme » et non détermination.
  • 62 Goody Jack, La Famille en Europe, Paris, Seuil, 2001.

36Dans le cadre familial, considéré comme le sanctuaire de l’intimité, les affects sont en partie façonnés61 par les normes sociales. La norme actuelle est celle du mariage d’amour, une union qui n’est légitime que dans la mesure où les conjoints se vouent un amour réciproque. Dans les sociétés paysannes, cet aspect de la relation conjugale sans être tout à fait absent était largement contrebalancé par la nécessité d’arrangements patrimoniaux et fonciers62. Le mariage arrangé n’avait rien de choquant alors qu’aujourd’hui il apparaît comme la négation même du mariage d’amour et peut faire l’objet d’annulation s’il y a absence de consentement. Les émotions ont ainsi une dimension sociale parce qu’elles font l’objet de règles, d’apprentissages et de sanctions (négatives et positives) qui sont propres à une « culture affective ». Étant (relativement) partagées par les membres d’un même groupe, elles facilitent la vie en commun. Elles dotent les acteurs de standards, de repères normatifs, sans lesquelles la coordination et l’activité d’inférence et de simulation qu’elle exige seraient très ardues.

  • 63 Déchaux Jean-Hugues, « Rousseau et la médiation symbolique entre les hommes. Contribution à un indi (...)

37Au total, il est périlleux, compte tenu des rapports entre affects et normes, d’aborder l’étude de la vie sociale sans s’intéresser aux émotions. Dans la perspective de la sociologie cognitive de l’action, l’étroite articulation entre affects et normes invite à considérer l’émotion comme une expérience de la valeur, une expérience qui n’est pas strictement intellectuelle ou mentale mais ressentie, prise en charge par le corps. On voit aussi combien l’émotion est une pratique sociale. C’est vrai dans ce qui la façonne et dans ce qu’elle produit. Elle est ancrée dans une situation et contribue à orienter l’action avec les autres. Elle est bien une donnée élémentaire de la vie collective, comme l’avait souligné cet ancêtre des sciences sociales que fut Jean-Jacques Rousseau63.

La sociologie de l’action et l’approche externaliste des émotions

  • 64 Searle John, La Construction de la réalité sociale (1995), Paris, Gallimard, 1998.
  • 65 Selon Searle (ibid.), les « règles constitutives » ne se contentent pas de réguler des actions qui (...)

38Les divers courants de l’interactionnisme n’ont pas manqué de relever combien la vie sociale est une vie dans les règles, quelle que soit la nature, régulative ou constitutive64, de ces dernières65. Ce n’est qu’en intégrant l’émotion à l’analyse qu’on peut comprendre ce que signifie sociologiquement et cognitivement suivre une règle dans la vie sociale, lorsqu’il importe d’agir avec les autres.

Réduire la complexité du monde social

  • 66 On peut ranger la confiance dans la catégorie des « sentiments » ; voir supra.
  • 67 Luhmann Niklas, La Confiance. Un mécanisme de réduction de la complexité sociale (1968), Paris, Eco (...)
  • 68 Ibid., p. 105.

39L’affect produit de la confiance66 (ou de la méfiance pour les affects négatifs). On peut considérer à la suite de Niklas Luhmann67 que la confiance est un « mécanisme de réduction de la complexité sociale » et, à ce titre, un élément de base de la vie en société. Elle accroît la capacité humaine à réduire la complexité et joue ainsi un rôle cognitif essentiel. Lorsqu’ils sont (relativement) sûrs des réactions des autres, les acteurs anticipent mieux les effets de leurs actions : ils peuvent gagner du temps, rester indifférents à de très nombreuses éventualités jugées négligeables. Bref, « la confiance élargit l’horizon temporel d’un système [d’action]68 ».

  • 69 Eber Nicolas, Le Dilemme du prisonnier, op. cit..
  • 70 Dans un DP à plusieurs manches, la stratégie donnant-donnant consiste à coopérer au premier coup, p (...)

40Une illustration de l’importance de la confiance est à nouveau donnée par la théorie des jeux. Les observations expérimentales du DP contredisent les prédictions théoriques formelles69. Tous les joueurs d’un DP à une seule partie ne font pas cavalier seul alors que cette attitude est a priori la plus rationnelle faute d’assurance concernant les intentions de l’autre ; en gros, 60 % jouent la coopération. Dans un DP répété, la stratégie donnant-donnant70, supposée être dans ce cas la plus rationnelle, n’est choisie que par un joueur sur deux ; beaucoup coopèrent de manière systématique en dépit des risques encourus. Ce constat est largement confirmé dans la vie ordinaire : il arrive souvent que nous coopérions avec des inconnus que nous ne reverrons jamais (sans, par conséquent, aucune perspective de gain à long terme). La coopération est donc plus fréquente que ce qu’imagine la prédiction théorique. Dans le raisonnement que tient l’acteur interviennent des éléments sociaux sous la forme de cadrages divers créant de la confiance, de la loyauté, de la familiarité, de l’altruisme, etc., et facilitant l’établissement de la coopération. Ces cadrages sont des éléments de la structure sociale qui, une fois intégrés au système de raisons des acteurs, produisent des effets en rendant possible l’action coopérative. Ils signalent l’importance de divers paramètres sociologiques caractérisant la situation : la socialisation, l’esprit de groupe, l’histoire de la relation entre acteurs, la réputation, etc., autant d’éléments qui permettent de simuler l’attitude attendue d’autrui et de tirer des inférences pratiques.

  • 71 Luhmann Niklas, La Confiance, op. cit.
  • 72 La distinction empruntée à Luhmann est de degré : dans les faits, la confiance accordée personnelle (...)

41Au sujet de la confiance, Luhmann introduit une distinction intéressante71. La « confiance personnelle » est celle qu’un individu accorde à d’autres personnes. Est digne de confiance celui qui est fidèle à ce qu’il a communiqué (sciemment ou non) sur lui-même. Il y a « confiance systémique » lorsque l’individu accorde sa confiance non à une personne en particulier mais à un système et à son fonctionnement. À la base de celle-ci, existe une « communauté de confiance », c’est-à-dire le fait que l’autre fait également confiance72. Par exemple : la confiance en la valeur de l’argent, en la vérité du diagnostic médical ou en l’expertise technique du réparateur automobile relèvent du second type. Ce qui est vrai de la confiance l’est plus généralement des affects. Les émotions peuvent être le résultat d’une histoire relationnelle, comme lorsque la confiance est accordée personnellement à quelqu’un sur la base des expériences passées avec lui. Ici, l’affect est le produit d’une expérience partagée que chaque protagoniste éprouve intérieurement. Mais les émotions sont aussi souvent de nature systémique. Elles tiennent à l’existence d’un système social. Deux éventualités sont alors envisageables. L’une met l’accent sur la morphologie sociale, plus exactement sur les structures relationnelles ; l’autre sur les corpus de savoirs disponibles et légitimes.

Structures relationnelles et grammaires affectives

  • 73 Elias Norbert, Qu’est-ce que la sociologie ? (1981), Paris, « Pocket », 1993.
  • 74 Voir supra.

42La première éventualité est que les émotions peuvent être le produit de la structure relationnelle d’un réseau. Norbert Elias avait parfaitement entrevu ce point73. Plus les chaînes d’interdépendance sont longues, plus les acteurs ont tendance à ne pas s’abandonner à leurs désirs et pulsions pour privilégier au contraire le calcul, l’anticipation des effets. La retenue est en partie un produit de la configuration des relations. L’analyse de réseaux renforce cette perspective. La confiance est un effet de réseau, car elle dépend de différentes propriétés structurales du réseau : sa densité relationnelle (l’existence en son sein de « cliques »), sa centralisation, le degré de réciprocité des relations, le degré de fermeture du réseau, etc. Comme précisé plus haut, les émotions sont au cœur du contrôle normatif. Un réseau dense et clos aura plus de chance de générer de la confiance entre acteurs et de contrôler les manquements à cette confiance (sanction des attitudes non loyales, tricheries, free riders, etc.). Le réseau composé des diamantaires newyorkais74 est l’exemple type d’une communauté de confiance fondée sur la fermeture et la densité relationnelles. Le seul fait de faire partie de la communauté, qu’il y ait ou non relation personnelle, suffit à présumer la confiance. Inversement, avoir recours à une expertise en dehors de ce cercle ou faire un mariage exogame risque de détruire la présomption de confiance.

  • 75 Lawler Edward J., Thye Shane R., Yoon Jeongkoo, Social Commitments in a Depersonalized World, op. c (...)
  • 76 On rejoint ici l’insistance de Crozier et Friedberg sur le caractère concret du système d’action à (...)
  • 77 Coleman James, Foundations of Social Theory, op. cit.
  • 78 Ponthieux Sophie, Le Capital social, Paris, La Découverte, « Repères », 2006.
  • 79 Voir supra, paragraphe 1, point 2.

43Cela montre que l’affect n’est pas simplement à aborder comme un élément façonné par le contexte social et historique ou un signal dans le cours même de l’interaction, mais aussi un produit des interactions concrètes, d’une structure relationnelle donnée75. Il est une composante d’un système d’action76 qui a sa propre structure et qui, à ce titre, influence les actions qui voient le jour en son sein. On peut faire un rapprochement avec les analyses de Coleman au sujet du « capital social77 ». Le réseau est moins un capital qu’une externalité78. D’une part, il est non intentionnel, car créé (ou détruit) à l’occasion d’actions sociales qui, quel que soit le but visé, ont pour effet de produire de la sociabilité. D’autre part, il est collectif : n’appartenant à personne, il n’est ni divisible ni cessible. C’est donc plutôt une externalité positive : une donnée extérieure qui n’est pas produite par l’acteur mais dont il tire bénéfice dans son action. La proximité avec le raisonnement benthamien au sujet de la bienveillance élargie79 n’est qu’apparente dans la mesure où la confiance, plutôt qu’un investissement coopératif de l’acteur, est un effet émergent (i.e. non intentionnel et collectif) à l’échelle du réseau de la configuration des relations en son sein.

  • 80 Déchaux Jean-Hugues, « Agir en situation : effets de disposition et effets de cadrage », Revue fran (...)

44La seconde éventualité, qui ne concerne plus la morphologie sociale mais la connaissance ordinaire, est que les émotions peuvent être le produit d’« effets de cadrage80 », c’est-à-dire résulter de la présence dans l’environnement social de scripts ou de grammaires affectives, disponibles et légitimes. Les affects sont alors, non pas l’expression de tendances issues des profondeurs de la psyché, mais le produit de règles, de standards pour agir qui sont à la disposition des acteurs et ont reçu la sanction positive d’une légitimité collective. Par exemple, si X confie son jeune enfant le soir à sa mère pour pouvoir sortir avec des amis (plutôt que de s’adresser à un voisin, à une baby-sitter ou renoncer à sa sortie), ce n’est pas nécessairement parce que l’histoire de la relation a produit entre eux une forme d’assurance affective. C’est aussi parce que la relation de parenté entre la mère et son fils est pensée par les acteurs dans les termes d’une grammaire affective, disponible et légitime : en faisant le choix de s’adresser à sa mère, X se situe dans le cadre de l’éthique de bienveillance censée organiser dans son milieu social les relations entre proches parents. La confiance est présumée par la grammaire affective qui sert ici d’implicite cognitif.

45L’emploi de la notion de grammaire appelle quelques commentaires. Elle exprime l’idée que l’acteur n’est pas déterminé dans le moindre de ses actes et pensées par les règles et standards qui la constituent. À partir d’une grammaire, on peut construire une grande variété de phrases. Parler de grammaire c’est donc se détacher d’une vision déterministe ou culturaliste qui, comme chez Durkheim à propos des rites de mort, réduit l’émotion au produit d’une contrainte externe. L’existence de grammaires affectives dans l’environnement social conduit à une observation importante. Si agir suppose la mobilisation de ressources cognitives, le monde social garde son opacité et personne ne peut prétendre tout connaître. L’acteur est ainsi dans l’obligation de se fier à d’autres que lui. Il n’y a pas d’action sans information extrapolée, sans présomption ou simulation plus ou moins éclairée, des conduites d’autrui. De sorte que le sociologue de l’action est invité à rompre avec une vision trop subjectiviste et mentaliste de l’acteur et de la connaissance ordinaire. L’activité cognitive de l’acteur naît de sa rencontre avec un environnement social qui est aussi un environnement épistémique. La vie cognitive est sociale en ce qu’elle s’alimente à des sources exogènes. Ce qui est vrai de toute forme de connaissance l’est aussi des affects qui sont, comme précisé plus haut, une manière de porter une appréciation sur tel ou tel objet : généralement on ressent quelque chose à propos de quelque chose ou quelqu’un.

  • 81 Deonna Julien, Teroni Fabrice, Qu’est-ce qu’une émotion?, op. cit.
  • 82 Hochschild Arlie R., « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, (...)
  • 83 Comme le précise Hoschchild dans l’article précité, ce travail peut réussir comme échouer. Le fait (...)

46Parler de grammaire affective, c’est enfin souligner que l’expression des émotions est un langage et, de ce fait, soumise à des « contraintes de correction81 » de la même manière que le langage verbal doit satisfaire des contraintes d’ordre sémantique. Ces règles de correction spécifient les conditions qui doivent être remplies pour que l’émotion exprimée corresponde à son objet. Par exemple, si je ris à table d’un invité, mon attitude est inappropriée dès lors que les autres convives trouvent que mon rire est cruel. On retrouve ici ce qu’Arlie R. Hochschild analyse sous l’angle du « travail émotionnel » des acteurs : « L’individu compare et mesure l’expérience à une attente souvent idéalisée82. » Ses tentatives pour réduire la « dissonance émotive » entre « devoir » et « vouloir » ressentir ou entre « vouloir » et « essayer de » ressentir sont l’indice du travail que suppose le respect de règles émotionnelles83. Se référer à une grammaire suppose d’en connaître les règles, faute de quoi les erreurs de cadrage produiront l’inverse de ce qui est attendu : du malaise, du trouble, c’est-à-dire des émotions négatives, et finalement une difficulté à se coordonner. La grammaire affective doit être un standard partagé pour fonctionner comme assurance affective et faciliter la coordination. Les erreurs de cadrage naissent du fait que ce qui est disponible et légitime pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre et lui est attribué à tort. Ainsi les parcours de mobilité sociale au sein d’une même parentèle peuvent créer ce type de décalage : l’éthique de bienveillance liée à une conception très statutaire des places dans la parenté fait autorité dans les familles populaires, mais n’a pas la même légitimité sociale dans les milieux à fort capital culturel qui valorisent une sociabilité élective plutôt que statutaire. Le décalage entre ce qui est attendu et ce qui arrive est une discontinuité cognitive vécue sur le mode affectif : l’assurance affective se transforme en incompréhension.

47Nous avons donc vu que les émotions sont, du point de vue de l’analyse sociologique de l’action, avant tout des caractéristiques morphologiques ou cognitives du système d’action plutôt que des propriétés de la psyché individuelle. Leur prise en compte renseigne sur la manière dont les raisons d’agir des acteurs sont informées, instruites, paramétrées par l’environnement social. C’est à une approche « externaliste » des émotions que le sociologue est invité à procéder.

48La thèse défendue dans cet article est double. D’une part, il est nécessaire d’intégrer l’émotion à l’analyse sociologique de l’action de manière à comprendre les ressorts pratiques de la coordination sociale et réintroduire à cette fin le rôle du corps. Cela suppose de rompre avec le prisme intellectualiste qui se représente l’acteur social comme un esprit sans corps. D’autre part, ce qui intéresse le sociologue cherchant à décrypter les raisons d’agir c’est en quoi les émotions résident dans l’environnement comme un élément du système d’action.

  • 84 Origgi Gloria, Qu’est-ce que la confiance ?, Paris, Vrin, 2008.

49Dans leur rapport à l’action, les affects se prêtent donc à une analyse externaliste pour laquelle la sociologie cognitive de l’action est tout spécialement outillée puisqu’elle s’efforce de montrer que la rationalité de l’acteur n’est pas qu’affaire strictement individuelle. Les raisons d’agir dans leur dimension pratique – c’est-à-dire l’exercice concret et situé de la rationalité – dépendent des structures sociales qui participent au processus de production et de diffusion de l’information dont l’acteur a besoin pour agir. La sociologie cognitive de l’action et des émotions, tout comme « l’épistémologie sociale84 » mais de manière plus empirique, ambitionne d’étudier cette dépendance épistémique des acteurs vis-à-vis des structures sociales dans ses diverses formes.

Haut de page

Bibliographie

Axelrod Robert, Comment réussir dans un monde d’égoïste. Théorie du comportement coopératif (1984), Paris, Odile Jacob, «  Poches », 2006.

Berthoz Alain, « La conscience du corps », in Berthoz Alain et Andrieu Bernard (dir.), Le Corps en acte. Centenaire Maurice Merleau Ponty, Presses universitaires de Nancy, 2010, p. 9-22.

Berthoz Alain et Andrieu Bernard (dir.), Le Corps en acte. Centenaire Maurice Merleau Ponty, Presses universitaires de Nancy, 2010.

Bourdieu Pierre, Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980.

Bourdieu Pierre, « À propos de la famille comme catégorie réalisée », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 100, décembre, 1993, p. 32-36.

Bourdieu Pierre (dir.), La Misère du monde, Paris, Seuil, 1993.

Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997.

Bourdieu Pierre, La Domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

Coleman James, Foundations of Social Theory, Cambridge (MA), Belknap Press of Harvard University Press, 1990.

Crozier Michel, Le Phénomène bureaucratique, Paris, Seuil, « Points », 1963.

Crozier Michel, « Sentiments, organisations et systèmes », Revue française de sociologie, vol. 12, numéro spécial, 1971, p. 141-154.

Crozier Michel, et Friedberg Ehrard, L’Acteur et le système (1977), Paris, Seuil, « Points », 1981.

Damasio Antonio, L’Erreur de Descartes. La raison des émotions, Paris, Odile Jacob, 1995.

Déchaux Jean-Hugues, « Neutraliser l’effroi. Vers un nouveau régime de deuil », in Lenoir Frédéric et de Tonnac Jean-Philippe, La Mort et l’immortalité. Encyclopédie des savoirs et des croyances, Paris, Bayard, 2004, p. 1154-1171.

Déchaux Jean-Hugues, « Rousseau et la médiation symbolique entre les hommes. Contribution à un individualisme structurel », Sociologie, vol. 1, n° 2, 2010-a, p. 273-286.

Déchaux Jean-Hugues, « Agir en situation : effets de disposition et effets de cadrage », Revue française de sociologie, vol. 51, n° 4, 2010-b, p. 721-747.

Deonna Julien et Teroni Fabrice, Qu’est-ce qu’une émotion ?, Paris, Vrin, 2008.

Durkheim Émile, Les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), Paris, PUF, « Quadrige », 1990.

Eber Nicolas, Le Dilemme du prisonnier, Paris, La Découverte, «  Repères », 2006.

Ebbersmeyer Sabrina, « Conduire ou séduire la raison ? Réflexions sur l’ambivalence des émotions à partir de la Rhétorique d’Aristote », Revue de métaphysique et de morale, n° 66, 2010, p. 233-248.

Elias Norbert, Qu’est-ce que la sociologie ? (1981), Paris, « Pocket », 1993.

Elster Jon, Le Désintéressement. Traité critique de l’homme économique, Paris, Seuil, 2008.

Fiske Susan T., Taylor Shelley E., Cognition sociale. Des neurones à la culture, Wavre (Belgique), Mardaga, 2011.

Goody Jack, La Famille en Europe, Paris, Seuil, 2001.

Hirschman Albert, Les Passions et les intérêts (1977), Paris, PUF, 1980.

Hochschild Arlie Russell, « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, n° 9, p. 19-49, 2003.

James William, La Théorie de l’émotion (1884 et 1894), Paris, Alcan, 1902.

Kalberg Stephen, « La sociologie des émotions de Max Weber », Revue du MAUSS, n° 40, p. 285-299, 2012.

Lawler Edward J., Thye Shane R., Yoon Jeongkoo, Social Commitments in a Depersonalized World, New York, Russell Sage Foundation, 2009.

Le Breton David, « Sociologie des émotions : critique de la raison darwinienne », Recherches sociologiques, vol. 29, n° 1, 1998, p. 37-54.

Le Breton David, « Les émotions dans la vie quotidienne : approche critique des Klaus Scherer », Informations sur les sciences sociales, vol. 43, n° 4, 2004, p. 621-631.

Leroy Marie-Laure, « Jeremy Bentham ou la sympathie pour le plus grand nombre », Revue du MAUSS, n° 31, 2008, p. 122-136.

Livet Pierre, « Le paradigme de l’incomplétude », in Ramognino Nicole et Vergès Pierre (dir.), Sociologie et cognition sociale, Marseille, Publications de l’Université de Provence, 2005, p. 179-194.

Luhmann Niklas, La Confiance. Un mécanisme de réduction de la complexité sociale (1968), Paris, Economica, 2006.

Merleau-Ponty Maurice, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945.

Ogien Albert, Les Règles de la pratique sociologique, Paris, PUF, 2007.

Origgi Gloria, Qu’est-ce que la confiance ?, Paris, Vrin, 2008.

Pacherie Elisabeth, « La dynamique des intentions », Dialogue, vol. 42, n° 3, 2003, p. 447-480.

Pareto Vilfredo, Traité de sociologie générale, Lausanne/Paris, Payot, 1916.

Pecqueux Anthony, « Les affordances des événements : des sons aux événements urbains », Communications, n° 90, 2012, p. 215-227.

Ponthieux Sophie, Le Capital social, Paris, La Découverte, « Repères », 2006.

Searle John, La Construction de la réalité sociale (1995), Paris, Gallimard, 1998.

Weber Max, Économie et société I. Les catégories de la sociologie (1921), Paris, « Pocket », 1995.

Haut de page

Notes

1 Rappelons que Weber définit l’action sociale comme étant toute action « qui, d’après son sens visé, […] se rapporte au comportement d’autrui, par rapport auquel s’oriente son déroulement ». Voir Weber Max, Économie et société : I. Les catégories de la sociologie (1921), Paris, « Pocket », 1995, p. 28.

2 On ne prétend pas proposer une approche exhaustive de la question mais plutôt contribuer à réhabiliter sociologiquement l’émotion.

3 On se place du point de vue de l’analyse sociologique de l’action sans perdre de vue que la vie affective peut être abordée par d’autres disciplines des sciences humaines et sociales selon différentes perspectives épistémologiques.

4 Ibid.

5 Rappelons qu’une action « significativement orientée » suppose selon Weber un sens visé : on agit en vue de.

6 Kalberg Stephen, « La sociologie des émotions de Max Weber », Revue du MAUSS, n° 40, 2012, p. 289 [souligné par nous].

7 Citons la théorie du choix rationnel (par exemple James Coleman), la sociologie analytique (par exemple en France Pierre Demeulenaere), la théorie de la rationalité ordinaire (Raymond Boudon), l’interactionnisme symbolique, l’ethnométhodologie.

8 Leroy Marie-Laure, « Jeremy Bentham ou la sympathie pour le plus grand nombre », Revue du MAUSS, n° 31, 2008, p. 122-136.

9 Crozier Michel, Friedberg Erhard, L’acteur et le système (1977), Paris, Seuil, « Points », 1981.

10 Crozier et Friedberg préfèrent utiliser le terme flou de « sentiment », qu’ils ne définissent d’ailleurs pas (le terme est absent de l’index des notions dans L’acteur et le système), plutôt que celui d’émotion ou d’affect pour désigner la composante affective, c’est-à-dire énoncée par les acteurs en termes affectifs, des relations de travail.

11 Ibid., p. 410 (souligné par nous).

12 Notons que cette formulation (« les sentiments des acteurs ne manquent pas d’exprimer… ») est reprise presque à l’identique dans la citation (voir supra) tirée de L’acteur et le système.

13 Crozier Michel, « Sentiments, organisations et systèmes », Revue française de sociologie, vol. 12, numéro spécial, 1971, p. 144 (souligné par nous).

14 Crozier Michel, Le Phénomène bureaucratique, Paris, Seuil, « Points », 1963.

15 La position de Crozier et Friedberg n’est pas si éloignée que celle de Bentham puisqu’elle annexe l’émotion au raisonnement conséquentialiste des acteurs, plus précisément à leur stratégie.

16 Bourdieu Pierre, Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980.

17 Bourdieu Pierre, La Domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

18 Bourdieu Pierre, « À propos de la famille comme catégorie réalisée », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 100, décembre 1993, p. 32-36.

19 Voir notamment Bourdieu Pierre, La Misère du monde, Paris, Seuil, 1993 et Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997.

20 Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 203, souligné par l’auteur.

21 Pareto Vilfredo, Traité de sociologie générale, Lausanne et Paris, Payot, 1916.

22 Deonna Julien, Teroni Fabrice, Qu’est-ce qu’une émotion ?, Paris, Vrin, 2008.

23 Voir Hirschman Albert, Les passions et les intérêts (1977), Paris, PUF, 1980. Il montre comment, à partir de Montesquieu, la notion d’intérêt va servir à « moraliser » le jeu irrationnel et dangereux des passions. L’intérêt devient la passion compensatrice par excellence capable, parce qu’elle est prévisible, canalisable, calculable, de remédier aux ravages de l’honneur.

24 Fiske Susan T., Taylor Shelley E., Cognition sociale. Des neurones à la culture, Wavre (Belgique), Mardaga, 2011.

25 Ogien Albert, Les règles de la pratique sociologique, Paris, PUF, 2007.

26 Cette hypothèse élémentaire a été explorée par d’innombrables auteurs : citons tout le courant de l’interactionnisme symbolique, Alfred Schütz, Erving Goffman, Pierre Livet, etc.

27 Livet Pierre, « Le paradigme de l’incomplétude », in Ramognino Nicole et Vergès Pierre (dir.), Sociologie et cognition sociale, Marseille, Publications de l’Université de Provence, 2005, p. 179-194.

28 Lawler Edward J., Thye Shane R., Yoon Jeongkoo, Social Commitments in a Depersonalized World, New York, Russell Sage Foundation, 2009.

29 Pour une présentation du dilemme du prisonnier et des études qui lui sont consacrées, voir Eber Nicolas, Le Dilemme du prisonnier, Paris, La Découverte, « Repères », 2006.

30 Axelrod Robert, Comment réussir dans un monde d’égoïste. Théorie du comportement coopératif (1984), Paris, Odile Jacob, «  Poches », 2006.

31 Lawler Edward J., Thye Shane R., Yoon Jeongkoo, op. cit.

32 Coleman James, Foundations of Social Theory, Cambridge (MA), Belknap Press of Harvard University Press, 1990.

33 L’inverse est vrai aussi : l’endogamie est rendue possible par la confiance mutuelle entre diamantaires. Il s’agit d’un processus circulaire dans lequel confiance et parenté s’alimentent mutuellement.

34 Au sens de Coleman, c’est-à-dire désignant les propriétés « structurales » d’un réseau favorisant pour les acteurs l’établissement des liens. Le capital social est une donnée extérieure, collective. On reviendra plus bas sur ce point qui montre bien l’origine externaliste des émotions.

35 Berthoz Alain, « La conscience du corps », in Berthoz Alain et Andrieu Bernard (dir.), Le Corps en acte. Centenaire Maurice Merleau Ponty, Presses universitaires de Nancy, 2010, p. 9-22.

36 James William, La Théorie de l’émotion (1884), Paris, Alcan, 1902.

37 Deonna Julien, Teroni Fabrice, Qu’est-ce qu’une émotion ?, op. cit., p. 58.

38 Du nom de Conrad Lange qui a élaboré à peu près au même moment une thèse similaire à celle de William James. Voir Fiske Susan T., Taylor Shelley E., op. cit., p. 366.

39 Damasio Antonio, L’Erreur de Descartes. La raison des émotions, Paris, Odile Jacob, 1995.

40 Selon James-Lange, on a peur parce qu’on tremble et qu’on s’enfuit, et non l’inverse.

41 Fiske Susan T., Taylor Shelley E., Cognition sociale, op. cit., p. 413.

42 Merleau-Ponty Maurice, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945, cité par Pecqueux Antoine, « Les affordances des événements : des sons aux événements urbains », Communications, n° 90, 2012, p. 217.

43 Le Breton David, « Sociologie des émotions : critique de la raison darwinienne », Recherches sociologiques, vol. 29, n° 1, 1998, p. 51.

44 Le Breton David, « Les émotions dans la vie quotidienne : approche critique de Klaus Scherer », Informations sur les sciences sociales, vol. 43, n° 4, 2004, p. 626.

45 Berthoz Alain et Andrieu Bernard (dir.), Le Corps en acte, op. cit.

46 Damasio Antonio, L’Erreur de Descartes. La raison des émotions, Paris, Odile Jacob, 1995, p. 284.

47 Les jeux de balle (lancers et réceptions) ou encore l’activité du dribbler au football illustrent cette coordination par corps qui semble quasi-instantanée. Voir Pacherie Elisabeth, « La dynamique des intentions », Dialogue, vol. 42, n° 3, 2003, p. 447-480.

48 « Presque toujours » parce qu’il existe aussi des dispositions affectives ou des humeurs qui ne sont pas dirigées vers des objets particuliers.

49 Deonna Julien, Teroni Fabrice, qu’est-ce qu’une émotion?, op. cit.

50 Ebbersmeyer Sabrina, « Conduire ou séduire la raison ? Réflexions sur l’ambivalence des émotions à partir de la Rhétorique d’Aristote », Revue de métaphysique et de morale, n° 66, 2010, p. 233-248.

51 Commentant Aristote, Ebbersmeyer écrit : « Une émotion est plus complexe qu’une sensation de plaisir ou de peine, puisqu’à l’émotion sont liées certaines conditions cognitives et sociales. Pour qu’une certaine émotion soit déclenchée, il est nécessaire de se trouver devant une certaine situation spécifique qui est évaluée d’une certaine manière et dans laquelle la relation aux autres est centrale. C’est-à-dire que les émotions présupposent aussi bien des évaluations cognitives et des convictions que des relations sociales à d’autres hommes » (Ibid., p.  240).

52 Je dois cette remarque à Maks Banens que je remercie.

53 Il va sans dire que cette détermination sensible n’est pas le seul facteur des croisades morales consistant à retourner le stigmate dont la pratique déviante fait l’objet. Il faut aussi des alliances et des appuis sociaux pour mettre sur pied une mobilisation collective.

54 Cette analyse trouve un écho wébérien. Elle suggère en effet qu’il peut exister une porosité entre « action affectuelle » et « action rationnelle en valeur ». Les entrepreneurs de morale sont des « experts » de la conversion des émotions en normes.

55 Elster Jon, Le désintéressement. Traité critique de l’homme économique, Paris, Seuil, 2008.

56 Le qualificatif « négatif » (ou son inverse, « positif ») ne doit pas être entendu dans un sens normatif mais relatif à la valence de l’émotion et à ses effets sur l’action. Est négative une émotion pénible ou douloureuse qui a pour effet d’empêcher d’agir. Est positive l’émotion plaisante ou agréable qui invite à agir pour la satisfaire. La première est rétention, la seconde est relâchement.

57 Nous revenons sur ces notions plus bas.

58 Durkheim Émile, Les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), Paris, PUF, « Quadrige », 1990, p. 567.

59 Ibid., p. 572.

60 Déchaux Jean-Hugues, « Neutraliser l’effroi. Vers un nouveau régime de deuil », in Lenoir Frédéric et de Tonnac Jean-Philippe (dir.), La Mort et l’immortalité. Encyclopédie des savoirs et des croyances, Paris, Bayard, 2004, p. 1154-1171. On se détache ici, en s’inspirant de la distinction entre « forme » et « contenu » empruntée à Georg Simmel, d’une vision « sociologiste » qui réduit intégralement l’être humain à une construction sociale et historique.

61 Comprendre « mise en forme » et non détermination.

62 Goody Jack, La Famille en Europe, Paris, Seuil, 2001.

63 Déchaux Jean-Hugues, « Rousseau et la médiation symbolique entre les hommes. Contribution à un individualisme structurel », Sociologie, vol. 1, n° 2, 2010, p. 273-286.

64 Searle John, La Construction de la réalité sociale (1995), Paris, Gallimard, 1998.

65 Selon Searle (ibid.), les « règles constitutives » ne se contentent pas de réguler des actions qui leur préexistent (ce que font les « règles régulatives »), elles en créent la possibilité, elles les définissent.

66 On peut ranger la confiance dans la catégorie des « sentiments » ; voir supra.

67 Luhmann Niklas, La Confiance. Un mécanisme de réduction de la complexité sociale (1968), Paris, Economica, 2006.

68 Ibid., p. 105.

69 Eber Nicolas, Le Dilemme du prisonnier, op. cit..

70 Dans un DP à plusieurs manches, la stratégie donnant-donnant consiste à coopérer au premier coup, puis à répéter le coup précédent de l’autre joueur : si mon partenaire a coopéré au coup précédent, je coopère ; s’il a fait défection, je fais aussi défection. Axelrod a démontré que c’était la stratégie la plus rationnelle. Voir Axelrod Robert, Comment réussir dans un monde d’égoïste, op. cit.

71 Luhmann Niklas, La Confiance, op. cit.

72 La distinction empruntée à Luhmann est de degré : dans les faits, la confiance accordée personnellement est souvent rendue possible par une configuration plus large qui postule l’existence d’une communauté de confiance. Par exemple, la confiance entre parents est une sorte de moyen terme entre les deux types.

73 Elias Norbert, Qu’est-ce que la sociologie ? (1981), Paris, « Pocket », 1993.

74 Voir supra.

75 Lawler Edward J., Thye Shane R., Yoon Jeongkoo, Social Commitments in a Depersonalized World, op. cit.

76 On rejoint ici l’insistance de Crozier et Friedberg sur le caractère concret du système d’action à la fois cause et conséquence des stratégies des acteurs.

77 Coleman James, Foundations of Social Theory, op. cit.

78 Ponthieux Sophie, Le Capital social, Paris, La Découverte, « Repères », 2006.

79 Voir supra, paragraphe 1, point 2.

80 Déchaux Jean-Hugues, « Agir en situation : effets de disposition et effets de cadrage », Revue française de sociologie, vol. 51, n° 4, 2010, p. 721-747.

81 Deonna Julien, Teroni Fabrice, Qu’est-ce qu’une émotion?, op. cit.

82 Hochschild Arlie R., « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, n° 9, 2003, p. 38. La version originale date de 1979 : « Emotion Work, Feeling Rules, and Social Structure », American Journal of Sociology, vol. 85, n° 3, 1979, p. 551-575.

83 Comme le précise Hoschchild dans l’article précité, ce travail peut réussir comme échouer. Le fait qu’il y a travail des acteurs montre que l’influence exercée par la grammaire affective n’est pas de type matériel mais idéel ou épistémique.

84 Origgi Gloria, Qu’est-ce que la confiance ?, Paris, Vrin, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Hugues Déchaux, « Intégrer l’émotion à l’analyse sociologique de l’action », Terrains/Théories [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 23 octobre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://teth.revues.org/208 ; DOI : 10.4000/teth.208

Haut de page

Auteur

Jean-Hugues Déchaux

Centre Max Weber, UMR5283, Université Lyon 2, F-69363, Lyon cedex 07.
Professeur de sociologie à l’université Lumière Lyon 2, directeur du Centre Max Weber (UMR 5283, Lyon). Sociologue de la famille, il s’intéresse aussi aux nouveaux modes de procréation et à l’étude des processus cognitifs. Il est l’auteur de nombreux articles, français et internationaux, et de trois livres : Le Souvenir des morts, essai sur le lien de filiation (PUF, 1997) ; Les Familles face à la mort (en collaboration) (L’Esprit du temps, 1998) ; Sociologie de la famille (La Découverte, 2009, 1ère éd. 2007).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org