Navigation – Plan du site
Dossier

Les voies d’approche des émotions

Enjeu de définition et catégorisations
Approaching Emotions
Issues at Stake in Defining and Categorizing Them
Julien Bernard

Résumés

Cet article interroge l’hétérogénéité des façons de définir et d’appréhender l’objet « émotion » dans le champ des sciences humaines et sociales. L’exploration de ces différentes voies d’approche montre l’existence de deux tensions structurantes, entre approches naturalistes et constructivistes d’une part, et entre approches déterministes, recherchant à expliquer socialement les émotions, et actionnistes, plus centrées sur le rôle des émotions dans le changement social d’autre part. Dans ce contexte, l’article soutient qu’une approche plus relationnelle, focalisant sur les enjeux et les formes de catégorisation des émotions, peut permettre de contourner l’opposition théorique, tout en offrant une meilleure prise méthodologique des émotions.

Haut de page

Texte intégral

1La définition des émotions pose différents problèmes épistémologiques pour les sciences sociales. Au carrefour de différents niveaux d’analyse – le biologique, le psychologique, le socioculturel –, les émotions comme objet d’étude peuvent être diversement circonscrites, ouvrant alors à différents programmes de recherche. Si les sciences sociales veulent contribuer à expliquer des émotions, ou à prendre en compte des émotions pour expliquer des actions sociales, il est sans doute nécessaire qu’elles spécifient leur place dans la division scientifique du travail sur le sujet et que soient clarifiés ses présupposés.

2L’objet de cet article est de contribuer à cette clarification en situant d’abord l’objet-émotion dans le débat classique nature/culture, puis en proposant un examen de la définition des émotions dans le champ des sciences sociales. Entre les tenants d’un déterminisme sociologique (soutenant la thèse d’une production sociale des émotions) et ceux s’interrogeant sur la force de changement social que constitue l’émotion, nous mettrons en exergue des voies d’approche ne partageant pas toujours les mêmes vues. Cependant, l’absence de consensus dans la définition du phénomène et dans la manière de l’appréhender ne doit pas conduire à renoncer purement et simplement à analyser les émotions. Au-delà d’une possible synthèse théorique et méthodologique, comprendre la manière dont les émotions sont définies dans leurs usages savants comme profanes peut constituer l’un des enjeux principaux d’un programme de recherche de sciences sociales sur les émotions ; les émotions seront alors principalement considérées comme objets de catégorisations.

Au-delà du débat naturalisme/constructivisme

3Analyser les émotions selon une visée sociologique ou anthropologique ne va pas de soi. Éprouvées corporellement, produits d’une perception ou d’une appréciation subjective d’un objet ou d’une situation, limitées dans le temps, changeantes, les émotions, en tout cas telles que nous les concevons ordinairement, dans leur résonance physique et mentale ou dans leurs expressions plus ou moins réactives, relèveraient plutôt d’un « être-au-monde » qui serait strictement individuel, et, dès lors, plutôt justiciable d’une analyse psychologique. Indissociablement mentales et corporelles, mais aussi fortement liées au contexte social dans lesquels elles naissent, les émotions ont souvent été pensées dans le cadre du débat entre nature et culture et ses séries d’oppositions associées (passion/raison, animalité/humanité, inné/acquis).

  • 1 Ce type d’expérience a fait l’objet de critiques portant notamment sur l’éventail restreint du choi (...)
  • 2 Au nombre de six, selon Ekman : contentement, tristesse, colère, peur, dégoût, surprise. Les typolo (...)

4L’orientation naturaliste de l’explication des émotions avance que des « programmes émotionnels » seraient innés et universels. Charles Darwin, se basant sur l’expérience de la reconnaissance des émotions associées à l’observation d’expressions faciales et posturales présentées par des missionnaires à des « indigènes » non-occidentaux dans un questionnaire comportant des images1, peut être situé à l’origine de cette thèse. Des émotions « de base » ou « primaires2 » existeraient dans toutes les sociétés. L’universalité et l’innéité des émotions s’expliqueraient par la fonction d’adaptation physiologique à l’environnement qu’elles rempliraient en communiquant à l’organisme des commandes d’actions. Les émotions seraient ainsi des fruits de l’hérédité et de l’évolution de l’espèce.

  • 3 En déclenchant des réponses rapides (fuir, crier, ouvrir les yeux…) les émotions assureraient l’ada (...)
  • 4 Le périphérisme renvoie à l’idée selon laquelle les émotions viennent d’abord du corps, avant d’aff (...)
  • 5 Damasio Antonio, L’Erreur de Descartes. La raison des émotions, Paris, Odile Jacob, 1995.
  • 6 Pour une présentation plus détaillée de cette histoire de la psychologie, voir Rimé Bernard, Le Par (...)

5Dans la variante béhavioriste du naturalisme, les émotions seraient d’abord des réactions corporelles à des stimuli extérieurs bouleversant l’individu et mettant la raison hors-jeu3. Cependant, le vécu émotionnel est aussi souvent « conscient » et l’esprit est capable, sinon de réfréner l’émotion, au moins de les interpréter et, parfois, d’en limiter les effets. Pour rendre compte de cette intrication corps/esprit, le périphérisme4 de William James soutient que l’expérience émotionnelle consiste en sensations corporelles causées par nos mouvements et réactions physiologiques (respiration, battements du cœur…) comprises par le cerveau comme des émotions : cette conception renverse le sens commun pour lequel « je tremble parce que j’ai peur ». Pour James, au contraire, « j’ai peur parce que je tremble » : la perception de l’état du corps serait première, l’étiquetage mental n’intervenant qu’après. Plus récemment, la théorie des marqueurs somatiques d’Antonio Damasio5 s’inscrit dans une veine proche : la connaissance de nos émotions résulterait de l’association effectuée par le cerveau entre les réactions et états corporels et les objets qui les déclenchent. On le voit, d’une manière générale6, ces conceptions s’intéressent principalement à l’activation des émotions (l’arousal) dans leur dimension psycho-physiologique (poussée d’énergie, mobilisation de circuits nerveux, libération d’hormones, faisant varier l’organisme). Ce sont avant tout des théories de la sensation.

  • 7 Cité par Rimé Bernard, Ibid., p. 31.
  • 8 Livet Pierre, Émotions et rationalité morale, Paris, PUF, « Sociologies », 2002.

6Les théories de l’arousal ont été critiquées pour leur négligence de l’évaluation de la situation par l’individu (l’appraisal). C’est à partir des années 1960, celles du « tournant cognitif » en psychologie que se développent, en contrepoint du périphérisme, des théories « centralistes » insistant sur la perception et l’évaluation cognitive. Pour elles, le sujet est toujours dans une certaine disposition d’esprit et d’attentes particulières vis-à-vis du monde. Une activité corticale préexiste à la stimulation sensorielle. Dans la rencontre entre un phénomène et les dispositions du sujet, l’émotion mettrait en jeu une série de jugements spécifiques, prenant en compte, par exemple, selon Klaus Scherer, la nouveauté de la situation et sa cause, la tendance immédiate ressentie (attirance ou rejet), le rapport aux buts ou besoins du sujet à cet instant, le potentiel de maîtrise de la situation que le sujet s’attribue ou l’accord des réponses possibles vis-à-vis des normes de la situation7. Pour Pierre Livet, ces jugements pourraient encore porter sur la beauté ou la laideur, le bien et le mal, la vérité et l’erreur8. C’est grâce à cette dimension évaluative (qui peut-être plus ou moins rapide) que l’agent peut justifier ses réactions émotionnelles et que les observateurs extérieurs peuvent juger de l’acceptabilité, voire de la rationalité des émotions d’autrui.

7Les jugements des individus, en fonction de leurs croyances et de leurs désirs, occupent ici une position prépondérante dans l’émotion. Selon nous, le cognitivisme ouvre la voie à une approche plus sociologique si l’on soutient, dans un sillage durkheimien, que les catégories de l’entendement ont une origine sociale. Cependant, les psychologues (pour des raisons de division scientifique du travail ?) ne s’aventurent guère sur ce terrain et contribuent à l’analyse des émotions en s’intéressant prioritairement à l’expérience du sujet et à ses modes particuliers de compréhension du monde, non à l’origine sociale de ceux-ci.

8C’est ici qu’intervient la critique constructiviste ou culturaliste. Pour les tenants du constructivisme, les émotions sont certes vécues par les individus, mais elles sont plus généralement relatives aux sociétés, aux époques, aux groupes, d’abord parce que la société est l’espace naturel d’apparition et de déploiement des émotions, ensuite parce que le jugement des situations (et des émotions) serait préformé par des dispositions cognitives acquises dans un contexte socioculturel donné. Sensations corporelles et émotions ne sont pas identiques. Peut-on réellement distinguer les expériences physiologiques de la joie et de l’amour, de la colère et de l’envie, ou de la tristesse et de l’inquiétude, hors de l’identification (ou étiquetage) de l’affect réalisé par le sujet (avec toutes les influences sociales pouvant jouer sur cet étiquetage) ? Interpréter son ressenti corporel ne nécessite-t-il pas le filtre d’un entendement socialement modelé ?

  • 9 Cité par Russell James A., « Culture and the Categorization of Emotions », Psychological Bulletin, (...)

9Pour les constructivistes, le lien sensation-émotion serait une convention culturelle, qui se déclinerait potentiellement dans toute la variété des mots qu’une langue peut mobiliser pour désigner les états affectifs. Si l’étiquetage de l’émotion consiste bien en un découpage particulier du réel, ces conventions culturelles seraient fondamentalement liées aux capacités de nommer, et donc de concevoir les émotions. Les travaux de l’anthropologue Robert I. Levy9, par exemple, tendent à montrer que, selon les cultures, certaines émotions seraient hyperconceptualisées et d’autres sous-conceptualisées : ainsi les Tahitiens auraient-ils beaucoup plus de termes vernaculaires pour distinguer les états de colère que ceux de la tristesse.

  • 10 Selon Alexandre Surralès, les Indiens Candoshi situeraient le siège des sensations et de la connais (...)

10L’arbitraire de ces conventions se retrouve aussi, selon différents anthropologues, dans le fait que les émotions et la cognition sont toujours dans une interaction si étroite qu’il serait bien difficile de distinguer les processus mentaux relevant plutôt de l’un ou plutôt de l’autre. En outre, bien des cultures ne conceptualisent pas du tout de distinction émotion/cognition : certaines n’ont pas de terme vernaculaire pour « émotion », d’autres nomment le siège de l’émotion et de la connaissance par le même terme10

11Sur la base de ces arguments, l’objet de la socialisation des émotions serait l’apprentissage de ces conventions et des normes présidant à l’expression des émotions selon les contextes. Elles seraient, du côté des socialisés, acquises dans les interactions, par l’apprentissage progressif de la signification sociale des transformations physiologiques observées chez autrui et en soi. Elles seraient, du côté des socialisateurs, l’enjeu de l’association entre des faits ou situations sociales et des sensibilités correspondantes légitimes. À l’encontre de la recherche de modèles explicatifs à tendance universalisants, le constructivisme invite à considérer les contextes socioculturels ou sociohistoriques comme facteur englobant jouant sur les possibilités d’expression des émotions, voire d’expérience de ces émotions. Les émotions seraient ainsi des produits du social, car relatives à des symboliques hors du champ de la psychophysiologie.

  • 11 Faucher Luc, « Émotions fortes et constructionnisme faible », Philosophiques, n° 26/1, 1999.
  • 12 Je dois cette remarque à Arnaud Halloy, que je remercie.

12De plus en plus d’auteurs reconnaissent qu’il y a du bien-fondé dans plusieurs des approches ici présentées et développent des formes mixtes entre naturalisme et constructivisme. La thèse aujourd’hui dominante serait de reconnaître à la fois l’existence de programmes affectifs de base dans la nature humaine et celle d’une socialisation culturelle opérant un raffinement, une architecture spécifique de cet espace affectif de base (en limitant l’expression de certaines, en en valorisant d’autres, en fonction des circonstances ou objets). Les émotions seraient ainsi socialement construites sur des bases naturelles et le constructivisme serait « modéré » ou « faible11 ». Par ailleurs, les psychologues défendent de plus en plus souvent la thèse de l’existence de deux circuits spécifiques, un circuit « court » (très rapide, en dessous du seuil de conscience, périphérique avant d’être central) et un circuit « long » (où l’appraisal précède l’arousal, et donc plus ouvert aux influences des normes et valeurs personnelles et sociales). Cette hypothèse de la « double circuiterie12 » inviterait alors à une division scientifique du travail selon que les émotions se présentent plutôt comme une réaction ou plutôt comme un pré-jugement.

L’émotion à expliquer : l’émotion comme produit du social

13Considérer les émotions comme des produits du social constitue assurément un renversement de perspective par rapport aux théories psychologiques et au sens commun. L’origine de l’émotion ne se trouverait plus ni dans une réaction du corps, ni (forcément) dans une perception cognitive, mais dans le social et la pression qu’il exerce sur les individus. On en trouve la trace dans différents courants de la sociologie et de l’anthropologie, notamment dans le holisme durkheimien, le culturalisme ou le structuralisme.

L’influence des groupes sociaux et des représentations collectives

  • 13 Durkheim Émile, Le Suicide. Étude de sociologie (1895), Paris, PUF, 2007, p. 362.

14Si Durkheim a largement insisté sur l’irréductibilité de la vie sociale aux sentiments ou aux faits de conscience individuels (dans le but de faire du social un domaine de réalité en soi), il ne s’est pas interdit de chercher à expliquer les sentiments et faits de conscience comme des conséquences de configurations et de processus sociaux. Selon lui, l’état de conscience individuel dériverait de et reflèterait l’état moral des groupes sociaux. « Les états collectifs existent dans le groupe de la nature duquel ils dérivent, avant d’affecter l’individu en tant que tel et de s’organiser en lui, sous une forme nouvelle, une existence purement intérieure13. »

  • 14 Ibid., p. 336.

15Le suicide, par exemple, est constitué des « courants d’égoïsme, d’altruisme ou d’anomie qui travaillent la société considérée », qui provoquent des « états d’âme » particuliers : « les tendances à la mélancolie langoureuse [pour le suicide égoïste] ou au renoncement actif [pour le suicide altruiste] ou à la lassitude exaspérée [pour le suicide anomique] qui en sont les conséquences14. » Cette conception fait des sentiments et des émotions les produits individualisés de types sociaux généraux dérivant de la nature des groupes sociaux.

  • 15 Duvignaud Jean, Introduction à la sociologie, Paris, Gallimard, « Idées », 1966, p. 89.
  • 16 Durkheim Émile, Les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), Paris, PUF, 1968, p. 378.
  • 17 Voir par exemple Paperman Patricia, « L’absence d’émotion comme offense », in Paperman Patricia et (...)

16Pour expliquer cette homologie, Durkheim a recours à un argument très mécaniste : la pression morale et le contrôle exercé par la collectivité. Nous serions tenus de mettre nos sentiments en harmonie avec ceux de notre groupe, en particulier dans les situations collectives les plus ritualisées ou cérémonielles, où, comme le suggère Jean Duvignaud, « l’expérience collective se réalise en se représentant15 ». Le deuil, par exemple, « n’est pas un mouvement naturel de la sensibilité privée, froissée par une perte cruelle ; c’est un devoir imposé par le groupe. On se lamente […] parce qu’on est tenu de se lamenter. C’est une attitude rituelle qu’on est obligé d'adopter par respect pour l’usage16 ». Cette obligation se constate aux sanctions qui l’accompagnent si l’absence d’émotion ou une émotion décalée est perçue par le groupe comme une offense17.

  • 18 Mauss Marcel, « Rapports réels et pratiques de la psychologie et de la sociologie », Journal de psy (...)

17Pour Marcel Mauss, les émotions sont les expressions d’un corps socialement façonné, le sujet socialisé étant totalement (corps et esprit) affectivement et socialement influencé. Ici, entre le corps et le social, « la couche de la conscience individuelle » est réduite à la part congrue : « rires, larmes, lamentations funéraires […] sont autant des réactions physiologiques que des gestes et des signes obligatoires, des sentiments obligatoires ou nécessaires, ou suggestionnés ou employés par les collectivités18. »

  • 19 Ibid. p. 14.

18L’argument de la pression du groupe et du contrôle social est cependant insuffisant. Comment expliquer que des émotions « obligatoires » soient exprimées spontanément ? Un second mode d’explication, complémentaire, passe par la notion d’« activité symbolique de l’esprit » et par l’élaboration de représentations collectives. Pour Mauss et Durkheim, les représentations collectives sont le produit de la production de symboles (« signes communs, permanents, extérieurs aux états mentaux individuels ») qui sont « ensuite pris pour des réalités », ce qui explique « pourquoi ils s’imposent19 ».

  • 20 Pour Bronislaw Malinowski, par exemple, les « idées, sentiments, mobiles » que doivent analyser les (...)
  • 21 Mauss Marcel, « L’expression obligatoire des sentiments », Journal de psychologie, 18, 1921, p. 432

19Ces représentations englobent les formes de jugement, d’appréciations, affectivement marquées qu’un groupe se fait d’un fait social, d’une situation ou de comportements (car leur expression et leur communication s’appuient sur ces symboles). L’association entre ces représentations collectives et les émotions qu’elles légitiment ou encouragent pourrait expliquer la formation de schèmes affectifs typiques20, potentiellement représentatifs d’une culture affective. Par ailleurs, la formation de ces représentations sur les émotions passe par une communication des émotions. Les émotions ont une dimension quasi langagière, en particulier dans les situations d’émotions collectives mais pas seulement : « toutes ces expressions […] à force obligatoire des sentiments de l’individu et du groupe, ce sont plus que de simples manifestations, ce sont des signes, des expressions comprises, bref, un langage21. »

  • 22 Duvignaud Jean, Introduction à la sociologie, op. cit., 1966, p. 82.

20Les émotions ont une symbolique parce qu’elles font partie d’une culture. Les sentiments peuvent aussi se définir, selon Duvignaud, comme « des conduites, schématisées par une tradition et un langage, que nous avons fini par identifier avec notre vie “intérieure”, sans voir qu’il s’agit de symboles partiels et momentanés qui désignent […] la participation et la communication22 ».

  • 23 Héritier Françoise, « Une anthropologie symbolique du corps », Journal des africanistes, n° 73/2, 2 (...)
  • 24 Cela leur conférerait une valeur de preuve (qui se traduit, en anglais, par Evidence) non seulement (...)

21Avec ces deux modes d’explication, on voit que l’école française de sociologie oscille entre le coercitif groupal et le niveau interactionnel, faisant des émotions des schèmes de comportement sociaux ou des habitudes cognitives fortement intériorisés. On retrouve cette ligne d’analyse dans un cadre structuraliste faisant du corps, selon Françoise Héritier23, « le point d’ancrage de la pensée et de l’ordre social ». Si l’agencement du social est le résultat d’un travail de représentation de la réalité interprétée de façon structurale, c’est-à-dire selon des polarités classantes, formant des « cadres invariants » de questionnement et d’interprétation transposables à diverses situations par association, les émotions seraient d’abord observées et mises en mémoire en association avec ce qui les ont provoquées, et formeraient ensuite des cadres de comportement, des patterns, structurants parce que s’imposant avec la force de l’évidence24. L’observation émotionnelle du monde sensible produirait des cadres de compréhension producteurs et reproducteurs de normes émotionnelles.

  • 25 Héritier Françoise, Ibid. p. 10. On pourrait ainsi considérer avec Jean-Marie Brohm que « l’express (...)

« Chaque réponse particulière apportée à la question impliquée dans le cadre invariant, induit des attitudes, des comportements, des institutions, mais elle induit aussi des affects, […] c’est-à-dire qu'elles sont productrices d'émotions et de sentiments, eux-mêmes doublés de la conscience de leur existence et de leur traduction en comportements et en mots. [Il existerait donc] un double mouvement réflexif : celui qui, partant de l’observation du corps sensible et du monde, aboutit à la mise en place de structures sociales et de structures de la pensée, via les cadres invariants ; celui qui, partant de ces structures, aboutit au surgissement d’émotions et de sentiments qui viennent renforcer les structures mises en place25 ».

L’émotion liée au « sens de sa place »

  • 26 De façon plus complexe que ce que nous allons présenter, l’approche des émotions par Bourdieu est i (...)
  • 27 Ibid., p. 28.

22La sociologie de Pierre Bourdieu prolonge cette orientation déterministe26. Une des tâches du sociologue, selon Bourdieu, est en effet d’analyser les « variations des dispositions cognitives à l’égard du monde selon les conditions sociales et les situations historiques27 », ceci afin de renouer avec l’analyse durkheimienne de la genèse sociale des formes de pensée, mais en focalisant sur les différences de conditions sociales, prépondérantes selon lui. Or, dans la formation de ces « dispositions cognitives », les émotions jouent un rôle clé parce qu’elles sont les opérateurs principaux des processus d’auto-classement : l’opposition dominant/dominé serait une des principales formes de jugement des interactions et des situations sociales, parce qu’elle influerait directement sur le « sens de sa place », qui s’éprouve dans l’émotion. L’émotion apparait non seulement comme un produit du social mais comme un mécanisme de reproduction des inégalités.

  • 28 Ibid., p. 220.
  • 29 Goffman Erving, Les rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit, 1974, p. 26.

23« La connaissance pratique que procure ce sens de la position prend la forme de l’émotion (malaise de celui qui se sent déplacé, ou aisance associé au sentiment d’être à sa place)28 », écrit Bourdieu en évoquant explicitement le travail d’Erving Goffman pour qui le travail de figuration, de maîtrise des impressions données et donc de maîtrise des émotions, dépend étroitement de la position sociale du fait que « le plus élevé est assez peu dépendant de la bonne opinion des autres [alors que] ceux qui se trouvent en son pouvoir se sentent généralement très concernés par ce qu’il pense d’eux ou voit que l’on pense d’eux29 ».

  • 30 Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 200.

24Ce mécanisme de reproduction des schèmes émotionnels serait consécutif d’une socialisation « hautement chargée d’affectivité. L’enfant incorpore du social sous forme d’affects, mais socialement colorés, qualifiés30 ». L’émotion se présente ici comme une faille, une ouverture par laquelle s’incorporent les structures sociales. Cette faille est celle du décalage entre les dispositions affectives (corrélées à la position sociale) et la situation (son appréciation « objective » couplée à l’appréciation subjective de la place qu’on y occupe).

  • 31 Ibid., p. 73.

25Dans ce paradigme de la domination, les émotions produites deviendraient « structurales » : « La déception, souvent observée, que les plus démunis éprouvent devant les tribunaux [par exemple] n’est que la limite de la frustration structurale à laquelle ils sont condamnés [devant la bureaucratie]31 ». En somme, lorsque les dispositions et les « espérances » ne coïncident pas ou plus avec les « chances » de réussite (liées à la position), apparaît la souffrance et la frustration vues ici par Bourdieu comme des facteurs d’inhibition de l’action. Pire, les émotions étant interprétées comme l’extériorisation de dispositions conçues comme naturelles et représentatives du sujet, elles renforcent leur propre essentialisation. In fine, se dessine l’idée d’habitus affectifs, les émotions étant, comme les goûts, déterminés par la position, l’itinéraire social et, surtout, la récurrence de l’expérience de situations typiques entraînant des émotions tout aussi typiques parce que ces situations sont liées à des conditions économiques et sociales d’existence.

L’émotion dans la dynamique sociale

26Il ressort des théories de la production sociale des émotions l’impression d’un déterminisme statique. Si une bonne part du « travail » de la société (ou de la culture) sur les émotions consistent à les régler, à définir leurs conditions d’acceptabilité (les « règles de sentiments » ou feeling rules) et leurs formes appropriées selon les circonstances (les « règles d’expression » ou display rules), ou encore à hiérarchiser les motifs d’émotion légitime, force est de constater que ce travail ne peut être totalement efficace. Les émotions débordent souvent leur cadre coutumier ou légitime d’expression. Elles peuvent alors être force de réflexivité ou de changement.

Le constat de « régimes émotionnels » et de changements dans les formes de sensibilité

  • 32 Reddy William, The Navigation of Feeling. A Framework for the History of Emotions, Cambridge, Cambr (...)
  • 33 Courtine Jean-Jacques et Haroche Claudine, Histoire du visage. Exprimer et taire ses émotions (xvie(...)

27Les émotions, en tant que formes culturelles, sont soumises à l’historicité. Selon l’historien William R. Reddy32, « les sociétés fabriquent et recherchent des styles émotionnels plus ou moins cohérents qui produisent les possibilités et les limites de l’expression », ce qu’il appelle des « régimes émotionnels ». Ceux-ci sont liés au « gouvernement » des émotions, aux formes fluctuantes de la définition de ce qui doit rester un « épisode privé » et ce qui peut acquérir une dimension publique, autrement dit au réglage des conditions de possibilité d’expression d’émotions. « Exprimer ou taire ses émotions33 » fait en effet l’objet d’injonctions et de représentations.

  • 34 Reddy William, The Navigation of Feeling, op. cit., 2001.
  • 35 Wouters Cas, « Comment les processus de civilisation se sont-ils prolongés ? De la “seconde” nature (...)
  • 36 L’extimité consiste à communiquer à autrui certaines réflexions ou sentiments personnels afin de tr (...)
  • 37 Castel Robert et HarocheClaudine, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Paris, Hac (...)
  • 38 Illouz Eva, Les Sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006.
  • 39 Wouters Cas, « Comment les processus de civilisation se sont-ils prolongés ? », art. cit., 2010.
  • 40 Reddy William, The Navigation of Feeling, op. cit., 2001.

28Une histoire des sensibilités serait donc possible et une partie de celle-ci s’est organisée autour d’une réflexion sur la distinction privé/public et l’histoire du rapport de soi à soi. Selon les époques, l’expression des émotions serait perçue comme l’expression d’une vérité naturelle de l’homme, alors qu’à d’autres elle représenterait un risque34. Notre époque, par exemple, se caractériserait plutôt par une forte propension à pouvoir exprimer ses émotions, par une « informalisation35 » des mœurs, comme en témoigneraient « l’extimité36 » déployée par la télé-réalité, les autobiographies, les talk-shows, etc. L’injonction à dévoiler ses sentiments serait liée à la possibilité et à la manière de se penser comme sujet37. Le développement de la psychologie serait déterminant pour comprendre le « souci de soi » contemporain et les injonctions à la connaissance et à la communication de ses émotions38. Cette période contemporaine succéderait à une période de fort contrôle des émotions (1850-1950)39, elle-même successive à une période sentimentaliste (le xviiie siècle)40.

Dynamique du décalage entre valeurs et réalité et performativité de l’émotion

29Différents mécanismes peuvent expliquer ces changements de régimes émotionnels.

30Un premier consiste à faire de l’émotion une force autonome, qui comporte en elle-même une tendance à l’action. On est alors dans le paradigme de « l’émotion qui explique » qui correspond à une conception proche du sens commun, de l’étymologie (ex-movere désignant « mouvement vers l’extérieur »), de ce que nous nous représentons par introspection (l’émotion qui nous touche, nous fait quelque chose, nous « bouge »). Les tendances à l’action des émotions en font des facteurs potentiellement explicatifs de la dynamique sociale, en les réinsérant dans des cours d’action ou de communication. Cependant, considérer ainsi que nous fuyons (ou restons paralysé) parce que nous avons peur, pleurons parce que nous sommes tristes, sourions parce que nous sommes joyeux, etc., peut constituer un problème épistémologique pour les sciences sociales si l’on ne prend pas garde aux pièges de l’explication naturalisante par le tempérament de la personne ou par la biologie, laquelle court-circuite l’évaluation de la situation faite par le sujet en fonction de ses normes et de ses valeurs.

  • 41 Livet Pierre, Émotions et rationalité morale, op. cit., 2002, p. 16.
  • 42 Le travail de révision peut lui-même être un facteur d’émotion, puisqu’il implique la conscience du (...)
  • 43 Ibid., p. 125.

31Un deuxième mode explicatif dérive du décalage entre des valeurs ou des objectifs et la réalité telle qu’elle est perçue. Contrairement à Bourdieu qui voyait le décalage disposition/position comme un facteur d’inhibition (pour les classes dominées dans les situations de domination), Pierre Livet41 conçoit ce même décalage comme un opérateur de mise en mouvement. Selon lui, l’émotion résulte d’un décalage entre, d’un côté, les informations que nous donnent le monde (et la manière dont on les entend), et, de l’autre, nos attentes (désirs, préférences, en fonction d’intérêts ou de valeurs). Le différentiel émotionnel provoque un nécessaire travail de révision, qui est porteur de dynamique sociale. Il s’agit de mettre sa perception du monde en accord avec ce que nous dit le monde « objectivement ». Lorsque la nouvelle information du monde est une « bonne surprise », la révision est facile et réalisée avec plaisir. Lorsqu’il s’agit de perceptions plus négatives en revanche, le travail de révision nécessite d’aller contre des préférences profondément ancrées, dont certaines sont étayées sur des valeurs importantes pour le sujet42. « Le différentiel entre des valeurs et la réalité43 » est facteur de dynamique sociale. Les individus peuvent résister à ces révisions, ou vouloir que d’autres engagent une révision. Les situations d’émotions collectives apparaissent comme une mise en scène de ces décalages : le théâtre d’une résistance aux révisions (rituels, rassemblements communautaires) ou au contraire d’une mise en jeu de révisions (mouvements sociaux).

32Ces dynamiques engendrées par les décalages entre valeurs et réalité perçue semblent indiquer que les émotions peuvent être une voie d’accès aux systèmes de valeurs des groupes tout en prenant en compte l’action (résistance au changement ou volonté de changement). Cette considération peut trouver écho dans l’explication du changement historique, autour, par exemple, des théories de la frustration relative ou de l’économie morale.

  • 44 Reddy William, The Navigation of Feeling, op. cit., 2001.

33Enfin, un troisième mode explicatif, complémentaire, s’appuie sur l’idée que l’émotion est une action sur le monde qui provoque des réactions au niveau situationnel (et plus largement). Les émotions exprimées échoient en effet dans le domaine social et obligent à des justifications, des adaptations, etc. Exprimées, les émotions en acquièrent une dimension publique et « performative ». Pour Reddy44, les émotions sont des signes (ce qu’il appelle des emotives) : elles décrivent l’espace affectif dans lequel nous « naviguons », et, en le nommant ou en le communiquant, nous contribuons à changer cet espace affectif, et, potentiellement, à changer le monde autour de soi. En exprimant une émotion a priori interdite, le sujet peut se heurter à un mur d’hostilité ou d’indifférence mais il peut aussi découvrir des espaces sociaux plus réceptifs à celle-ci. La présentation d’une émotion peut ainsi favoriser sa représentation, le discours sur celle-ci et la probabilité d’augmentation de son occurrence. À un niveau plus macrosociologique, c’est alors la mise en concurrence des régimes ou styles émotionnels qui produit du changement social.

Objectiver les catégorisations

34Face à l’hétérogénéité des définitions du phénomène émotionnel chez les psychologues, et face aux diverses conceptions théoriques des sociologues, oscillant entre une approche explicative des émotions (comme produits de logiques sociales) et une approche tentant d’insérer les émotions (vues comme forces autonomes) dans l’explication de l’action et du changement social, la mise en place de dispositifs méthodologiques d’objectivation des émotions est rendue plus ardue. La tentation est grande, dès lors, de contourner ces difficultés et de retourner le problème de définition de l’objet en prenant précisément pour objet les manières dont les individus décrivent les états du corps ou les situations qu’ils considèrent comme émotionnels. Est alors émotion ce qui est labellisé comme tel.

35Cette position comporte, selon nous, deux avantages principaux. D’abord, elle permet de ne pas postuler a priori de ce qui est une émotion pour les populations étudiées et de respecter les manières dont les individus interprètent le monde social. Ensuite, elle permet d’analyser les divergences d’interprétation des situations et des réactions affectives ; la désignation d’une attitude comme émotionnelle, ou la qualification précise de ces émotions, peuvent en effet se comprendre comme révélateurs de rapports de lutte ou de pouvoir dans des configurations spécifiques. Cependant, partir des catégorisations des acteurs ne condamne pas l’analyse au relativisme. Il est possible d’objectiver les catégorisations émotionnelles faites par les acteurs et de les intégrer dans des théories de moyenne portée.

  • 45 Pour un plus long développement de ces niveaux d’objectivation en première, deuxième et troisième p (...)

36Par exemple, afin de minimiser les risques de projections incontrôlées sur les états affectifs d’autrui, le chercheur peut d’abord prendre garde à ses propres émotions par rapport au terrain et essayer de les typifier (analyse en « première personne45 »). Il est banal de dire qu’il peut s’agir de perturbations mais leur occultation pure et simple n’est pas forcément preuve de plus d’objectivité.

  • 46 Druhle Marcel, « Émotion et société, un enjeu sociologique », Face-à-face, n° 9, « Émotions, corps (...)
  • 47 Le Breton David, Les Passions ordinaires. Anthropologie des émotions, Paris, Armand Colin, 1998 ; P (...)

37Lorsqu’il s’intéresse aux émotions d’autrui (analyse en « deuxième personne »), le chercheur peut s’intéresser à l’organisation du discours « émotionnel » ou « sur les émotions », que ce discours concerne la désignation des émotions ressenties ou le mode d’évaluation du trouble par rapport à une morale ou à autrui46. Pour ce qui concerne l’observation de la mise en forme corporelle de l’émotion, c’est toute une anthropologie de la gestualité et de la symbolique du corps qui peut être mobilisée47.

  • 48 Paperman Patricia et Ogien Ruwen, « Introduction », in Paperman Patricia et Ogien Ruwen (dir.), La (...)

38Un autre niveau d’analyse peut se situer dans la manière dont les individus étiquettent les émotions d’autrui. Le chercheur est alors extérieur et observe comment des postures affectives font l’objet de descriptions, de négociations, d’attributions, contribuant à construire le « cadre » de la situation et, partant, d’une certaine réalité sociale. Ces identifications d’émotions, dans une analyse « en troisième personne », reviennent à situer l’émotion dans la situation (et non dans les personnes). Son analyse nécessiterait de comprendre « les circonstances, les procédures de l’identification, les éléments significatifs de la scène d’action ou d’interaction en cours, ensemble dont l’agencement permet de “fixer” l’émotion sur l’une des parties de la scène (moment, personne, événement cristallisant l’émotion)48 ».

  • 49 Lutz Catherine, « The Domain of Emotion Words on Ifaluk », American Ethnologist, vol. 9, n° 1, p. 1 (...)
  • 50 Abu-Lughod Lila et Lutz Catherine, « Emotion, Discourse and the Politics of Everyday Life », in Abu (...)

39Cette attention aux étiquetages passe notamment par l’étude du vocabulaire censé décrire les états affectifs relativement à certains « jeux de langage ». Ce fut la stratégie déployée par Catherine Lutz pour analyser l’organisation de l’espace affectif des Ifaluk de Nouvelle-Guinée en lien avec la position sociale d’ego et les valences positives ou négatives de leurs ressentis. Elle dégage ainsi différents groupes d’émotions relatifs à la compréhension indigène des situations et des jeux de pouvoir ou de manipulation des/par les émotions que les Ifaluk manifestent49. De la sorte, le discours autour des émotions ne se comprend pas seulement en référence à un système linguistique, mais comme une pratique sociale ou une modalité d’action spécifique qui participe d’un système de sens et de valeur, relatifs à des enjeux sociaux, de pouvoir notamment, dans le jeu des interactions sociales50.

  • 51 Cette hypothèse de travail nécessite de plus amples développements, qui dépasseraient le cadre de c (...)

40À travers ces différents niveaux d’objectivation possible, il peut s’agir de mener à une connaissance (sociologique) de la connaissance (pratique et ordinaire) des émotions51. C’est bien ce que nous nous représentons (dans une société donnée, à une époque donnée) comme « émotion », sans qu’il n’y ait d’ailleurs forcément consensus sur la définition du terme, et même si, a fortiori, les acteurs se disputent, sur la catégorisation d’un acte comme « émotionnel », qu’il peut s’agir de prendre pour objet.

41De cette exploration des différentes approches des émotions se dégagent diverses formes de définition des « émotions ».

42Elles peuvent être envisagées comme 1) des phénomènes psycho-physiologiques (avec des approches insistant tantôt plutôt sur la sensation corporelle, tantôt plutôt sur la perception et l’évaluation de la situation) ; 2) des produits du social (c’est-à-dire, dans un cadre durkheimien et structuraliste, à la fois des effets de la pression et du contrôle social et les schèmes de comportement socialisés, incorporés, naturalisés, et finalement considérés comme allant de soi – ce qui leur donnerait leur spontanéité –, qui se formeraient suite à l’observation et à la catégorisation des émotions de soi et d’autrui dans les circonstances récurrentes de la vie sociale dans lesquelles évoluent le sujet) ; 3) des produits du décalage entre les dispositions activables du sujet et sa position dans la situation (pouvant conduire soit à une inhibition de l’action soit à une mise en mouvement dans ou contre un travail de révision de ses dispositions) ; 4) des signes performateurs (indiquant dans quel espace affectif navigue le sujet tout en contribuant à le modifier de par sa communication) ; 5) des objets de catégorisations profanes et savants, enjeux de définition du réel, du légitime et donc éventuellement de pouvoir.

43Sans qu’il faille chercher à tout prix à intégrer ces différentes sensibilités, l’analyse des émotions en sciences sociales rend probablement nécessaire l’objectivation des procédures d’objectivation ou de classement dont elles font l’objet par les chercheurs comme par les personnes étudiées, qu’il s’agisse in fine de focaliser sur leur production, leur reproduction ou leur incidence sur la dynamique sociale (via notamment la mise en concurrence de leur légitimité). Si, dans le travail scientifique comme dans la vie sociale, les émotions font l’objet de catégorisations, c’est que celles-ci leur donnent une intelligibilité par delà la grande hétérogénéité des qualias. Ainsi le chercheur peut-il être amené à opérer un certain lissage par delà les humeurs ou les tempéraments individuels par trop labiles afin de constituer des types idéels (orientés vers les catégories de personnes, les types de circonstance, les objets d’émotions, etc.) tout en prenant garde de le faire d’abord à partir des catégories de pensée des acteurs comme l’invite la critique ethnologique des définitions des émotions à tendance universalisante produites par la psycho-physiologie. Ce travail suppose, selon nous, un enchâssement de niveaux d’objectivation, une méthode objectivant les émotions en première personne (celles du chercheur), deuxième (celles des enquêtés) et troisième personne (lorsque les enquêtés s’attribuent des émotions dans une situation particulière et en fonction de celle-ci), mais aussi éventuellement les marqueurs émotionnels (mots, attitudes) entrant dans des jeux de langage spécifiques. Le but serait alors de caractériser les régimes ou styles émotionnels propres à des groupes et/ou des époques et envisager la dynamique sociale dans laquelle ils sont parties prenantes. Finalement, les émotions apparaissent bien comme « socialement construites » dans la mesure où elles mettent en jeu un rapport au monde et un rapport aux autres. Si elles ne peuvent être totalement déterminées, elles semblent bien au moins « façonnées » par l’inscription des individus dans une histoire, une culture, une société, avec ses normes et ses valeurs. Dire ceci n’empêche pas de penser qu’elles participent du changement social, celui-ci étant pour partie entraîné par l’énergie émotionnelle qui se dégage de la rencontre entre les dispositions affectives des individus et des groupes, dans une réalité sociale toujours en cours de définition et se constituant notamment dans et par les confrontations des sensibilités.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Abu-Lughod Lila et Lutz Catherine, « Emotion, Discourse and the Politics of Everyday Life », in Abu-Lughod Lila et Lutz Catherine, Language and the Politics of Emotion¸ Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

Bernard Julien, « Objectiver les émotions dans l’enquête de terrain. Réflexions à partir d’une étude dans les pompes funèbres », in Leservoisier Olivier et Vidal Laurent (dir.), L’Anthropologie face à ses objets, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2007, p. 109-122.

Bernard Julien, « Funerary Emotions : Categorizing Data from a Fieldwork Diary », in Flam Helena et Kleres Jochen (dir.), Researching emotions, Routledge, à paraître.

Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, « Liber », 1997.

Brohm Jean-Marie, « Langage du corps et compétence corporelle », Actions et recherches sociales¸ 1983/1, p. 25-49.

Castel Robert et Haroche Claudine, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Paris, Hachette, 2001.

Courtine Jean-Jacques et Haroche Claudine, Histoire du visage. Exprimer et taire ses émotions du xvie siècle au début du xixe siècle, Paris, Payot, 1988.

Damasio Antonio, L’Erreur de Descartes. La raison des émotions, Paris, Odile Jacob, 1995.

Durkheim Émile, Le Suicide. Étude de sociologie (1895), Paris, PUF, 2007.

Durkheim Émile, Les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), Paris, PUF, 1968.

Duvignaud Jean, Introduction à la sociologie, Paris, Gallimard, « Idées », 1966.

Druhle Marcel, « Émotion et société, un enjeu sociologique », Face-à-face, n° 9, « Émotions, corps et santé », 2006.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Faucher Luc, « Émotions fortes et constructionnisme faible », Philosophiques, 26/1, 1999.
DOI : 10.7202/004921ar

Goffman Erving, Les Rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit, 1974.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Héritier Françoise, « Une anthropologie symbolique du corps », Journal des africanistes, n°73/2, 2003, p. 9-24.
DOI : 10.3406/jafr.2003.1339

Illouz Eva, Les Sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Jeudy-Ballini Monique, « L’altérité de l’altérité ou la question des sentiments en anthropologie », Le journal de la société des océanistes, n° 130-131, 2010.
DOI : 10.4000/jso.6035

Kemper Theodore (dir.), Research Agendas in the Sociology of Emotions, New York, State University Press, New York, 1990.

Livet Pierre, Émotions et rationalité morale, Paris, PUF, « Sociologies », 2002.

Le Breton David, Les Passions ordinaires. Anthropologie des émotions, Paris, Armand Colin, 1998.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Lutz Catherine, « The Domain of Emotion Words on Ifaluk », American Ethnologist, vol. 9, n° 1, 1982, p. 113-128.
DOI : 10.1525/ae.1982.9.1.02a00070

Malinowski Bronislaw, Les Argonautes du Pacifique occidental (1922), Paris, Gallimard, « Tel », 1963.

Mauss Marcel, « L’expression obligatoire des sentiments », Journal de psychologie, n° 18, 1921, p 425-434.

Mauss Marcel, « Rapports réels et pratiques de la psychologie et de la sociologie », Journal de psychologie normale et pathologique, 1924.

Paperman Patricia, « L’absence d’émotion comme offense », in Paperman Patricia et Ogien Ruwen (dir.), La Couleur des pensées. Sentiments, émotions, intentions, Paris, EHESS, « Raisons pratiques », 1995, p.175-196.

Paperman Patricia et Ogien Ruwen, « Introduction », in Paperman Patricia et Ogien Ruwen (dir.), La couleur des pensées. Sentiments, émotions, intentions, Paris, EHESS, « Raisons pratiques », 1995.

Piette Albert, Ethnographie de l’action. L’observation des détails, Paris, Métailié, 1996.

Reddy William, The Navigation of Feeling. A Framework for the History of Emotions, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

Reddy William, « Émotions et histoire contemporaine. Esquisse d’une chronologie », Colloque « L’émotion. De l’espace privé à l’espace public : xixe-xxe siècles », Paris, 12 avril 2012.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Russell James A., « Culture and the Categorization of Emotions », Psychological Bulletin, vol. 110, n° 3, 1991, p. 426-450.
DOI : 10.1037/0033-2909.110.3.426

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Rimé Bernard, Le Partage social des émotions, Paris, PUF, « Psychologie sociale », 2005.
DOI : 10.3917/puf.mosco.2009.01

Thoits Peggy, « Emotional deviance : Research Agendas », in Kemper Theodore (dir.), Research Agendas in the Sociology of Emotions, New York, State University Press, New York, 1990, p. 180-206.

Winkin Yves, La Nouvelle communication, Paris, Seuil, 1981.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Winkin Yves, « Croyance populaire et discours savant : langage du corps et communication non verbale », Actes de la recherche en sciences sociales, 60/1, 1985.
DOI : 10.3406/arss.1985.2291

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Wouters Cas, « Comment les processus de civilisation se sont-ils prolongés ? De la “seconde” nature à la “troisième” nature », Vingtième siècle revue d’histoire, n° 106, 2010, p. 161-175.
DOI : 10.3917/vin.106.0161

Haut de page

Notes

1 Ce type d’expérience a fait l’objet de critiques portant notamment sur l’éventail restreint du choix des réponses, le caractère non spontané des expressions, l’absence de contexte, le rôle des traducteurs ou informateurs, l’ignorance des catégories mentales indigènes, etc. La même critique a été adressée aux travaux de Paul Ekman par Yves Winkin pour qui un « naturalisme essentialiste » se dégage de l’établissement d’un rapport « nécessaire, direct, unique et définitif entre tel ensemble de traits du visage et telle émotion », le visage se lisant « comme un dictionnaire de traduction : de terme à terme ». Voir Winkin Yves, « Croyance populaire et discours savant : langage du corps et communication non verbale », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 60/1, 1985.

2 Au nombre de six, selon Ekman : contentement, tristesse, colère, peur, dégoût, surprise. Les typologies sont variables selon les psychologues.

3 En déclenchant des réponses rapides (fuir, crier, ouvrir les yeux…) les émotions assureraient l’adaptation, mais elles peuvent aussi nous tromper. Selon la thèse de la « modularité des émotions », ce que nous savons ou pensons (du caractère inoffensif d’une araignée si l’on est arachnophobe, par exemple) n’a pas d’impact sur ce que le module perceptuel conclut ; les émotions sont alors irrationnelles.

4 Le périphérisme renvoie à l’idée selon laquelle les émotions viennent d’abord du corps, avant d’affecter le « centre », l’esprit.

5 Damasio Antonio, L’Erreur de Descartes. La raison des émotions, Paris, Odile Jacob, 1995.

6 Pour une présentation plus détaillée de cette histoire de la psychologie, voir Rimé Bernard, Le Partage social des émotions, Paris, PUF, « Psychologie sociale », p. 15-84.

7 Cité par Rimé Bernard, Ibid., p. 31.

8 Livet Pierre, Émotions et rationalité morale, Paris, PUF, « Sociologies », 2002.

9 Cité par Russell James A., « Culture and the Categorization of Emotions », Psychological Bulletin, 1991, vol. 110, n° 3, p. 429.

10 Selon Alexandre Surralès, les Indiens Candoshi situeraient le siège des sensations et de la connaissance au même endroit, dans le cœur. Cité par Jeudy-Ballini Monique, « L’altérité de l’altérité ou la question des sentiments en anthropologie », Le journal de la société des océanistes, n° 130-131, 2010, p. 136.

11 Faucher Luc, « Émotions fortes et constructionnisme faible », Philosophiques, n° 26/1, 1999.

12 Je dois cette remarque à Arnaud Halloy, que je remercie.

13 Durkheim Émile, Le Suicide. Étude de sociologie (1895), Paris, PUF, 2007, p. 362.

14 Ibid., p. 336.

15 Duvignaud Jean, Introduction à la sociologie, Paris, Gallimard, « Idées », 1966, p. 89.

16 Durkheim Émile, Les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), Paris, PUF, 1968, p. 378.

17 Voir par exemple Paperman Patricia, « L’absence d’émotion comme offense », in Paperman Patricia et Ogien Ruwen (dir.), La couleur des pensées. Sentiments, émotions, intentions, Paris, EHESS, « Raisons pratiques », 1995, p. 175-196, et plus généralement les recherches sur la déviance émotionnelle illustrées par Thoits Peggy, « Emotional Deviance : Research Agendas », in Kemper Theodore (dir.), Research Agendas in the Sociology of Emotions, New York, State University Press, New York, 1990, p. 180-206.

18 Mauss Marcel, « Rapports réels et pratiques de la psychologie et de la sociologie », Journal de psychologie normale et pathologique, 1924, p. 10. Ces émotions auraient, selon Mauss, « un but précis […] une sorte de décharge physique et morale de ses attentes, physiques et morales elles aussi ».

19 Ibid. p. 14.

20 Pour Bronislaw Malinowski, par exemple, les « idées, sentiments, mobiles » que doivent analyser les ethnologues doivent être compris comme des « façons stéréotypées de penser et de sentir ». Malinowski Bronislaw, Les Argonautes du Pacifique occidental (1922), Paris, Gallimard, « Tel », 1963, p. 82.

21 Mauss Marcel, « L’expression obligatoire des sentiments », Journal de psychologie, 18, 1921, p. 432.

22 Duvignaud Jean, Introduction à la sociologie, op. cit., 1966, p. 82.

23 Héritier Françoise, « Une anthropologie symbolique du corps », Journal des africanistes, n° 73/2, 2003, p. 9.

24 Cela leur conférerait une valeur de preuve (qui se traduit, en anglais, par Evidence) non seulement d’un état psychologique mais aussi d’une réalité sociale éprouvée physiquement.

25 Héritier Françoise, Ibid. p. 10. On pourrait ainsi considérer avec Jean-Marie Brohm que « l’expression symbolique est déterminée par le système social de la mémoire thésaurisée des gestes. Chaque ordre social impose une gamme de postures, de mouvements et d’attitudes qui fonctionne un peu comme vocabulaire ou dictionnaire de gestes et de manières corporelles ». Brohm Jean-Marie, « Langage du corps et compétence corporelle », Actions et recherches sociales¸ n° 1983/1, p. 37.

26 De façon plus complexe que ce que nous allons présenter, l’approche des émotions par Bourdieu est indissociable d’une réflexion sur le temps. Bourdieu travaillait entre 1954 et 1957 à une thèse de philosophie sous la direction de Georges Canguilhem sur les « structures temporelles de la vie affective ». On en trouve probablement des traces, 40 ans plus tard, dans le chap. 6 de Méditations pascaliennes (« L’être social, le temps et le sens de l’existence ») : « Le temps n’est réellement éprouvé que lorsque se rompt la coïncidence quasi-automatique entre les espérances et les chances, l’illusio et les lusiones, les attentes et le monde qui vient les remplir : on éprouve alors directement la rupture », écrit-il. Voir Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, « Liber », 1997, p. 249. J’évoque dans ce qui suit cette question de la (non-)coïncidence entre les dispositions affectives et l’appréciation de la réalité.

27 Ibid., p. 28.

28 Ibid., p. 220.

29 Goffman Erving, Les rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit, 1974, p. 26.

30 Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 200.

31 Ibid., p. 73.

32 Reddy William, The Navigation of Feeling. A Framework for the History of Emotions, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, et « Émotions et histoire contemporaine. Esquisse d’une chronologie », colloque « L’émotion. De l’espace privé à l’espace public : xix-xxe siècles », Paris, 12 avril 2012.

33 Courtine Jean-Jacques et Haroche Claudine, Histoire du visage. Exprimer et taire ses émotions (xvie – début xixsiècle), Paris, Payot, 1988.

34 Reddy William, The Navigation of Feeling, op. cit., 2001.

35 Wouters Cas, « Comment les processus de civilisation se sont-ils prolongés ? De la “seconde” nature à la “troisième” nature », Vingtième siècle revue d’histoire, n° 106, 2010, p. 161-175.

36 L’extimité consiste à communiquer à autrui certaines réflexions ou sentiments personnels afin de trouver approbation ou afin de redéfinir sa position en fonction des échanges effectués. Elle doit être distinguée de l’exhibitionnisme qui ne s’inscrit pas dans une forme de communication ou d’échanges.

37 Castel Robert et HarocheClaudine, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Paris, Hachette, 2001.

38 Illouz Eva, Les Sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006.

39 Wouters Cas, « Comment les processus de civilisation se sont-ils prolongés ? », art. cit., 2010.

40 Reddy William, The Navigation of Feeling, op. cit., 2001.

41 Livet Pierre, Émotions et rationalité morale, op. cit., 2002, p. 16.

42 Le travail de révision peut lui-même être un facteur d’émotion, puisqu’il implique la conscience du différentiel et qu’il peut ne pas aller dans le sens de nos préférences.

43 Ibid., p. 125.

44 Reddy William, The Navigation of Feeling, op. cit., 2001.

45 Pour un plus long développement de ces niveaux d’objectivation en première, deuxième et troisième personne, je me permets de renvoyer le lecteur à Bernard Julien, « Objectiver les émotions dans l’enquête de terrain. Réflexions à partir d’une étude dans les pompes funèbres », in Leservoisier Olivier et Vidal Laurent (dir.), L’anthropologie face à ses objets, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2007, p. 109-122. L’objectivation des procédures de classement des émotions intégrant ces trois niveaux peut se faire, par exemple, à travers l’analyse de contenu de son propre journal de terrain. Voir Bernard Julien, « Funerary Emotions : Categorizing Data from a Fieldwork Diary », in Flam Helena et Kleres Jochen (dir.), Researching emotions, Routledge, à paraître.

46 Druhle Marcel, « Émotion et société, un enjeu sociologique », Face-à-face, n° 9, « Émotions, corps et santé », 2006.

47 Le Breton David, Les Passions ordinaires. Anthropologie des émotions, Paris, Armand Colin, 1998 ; Piette Albert, Ethnographie de l’action. L’observation des détails, Paris, Métailié, 1996 ; Winkin Yves, La nouvelle communication, Paris, Seuil, 1981.

48 Paperman Patricia et Ogien Ruwen, « Introduction », in Paperman Patricia et Ogien Ruwen (dir.), La couleur des pensées. Sentiments, émotions, intentions, Paris, EHESS, « Raisons pratiques », 1995, p. 13.

49 Lutz Catherine, « The Domain of Emotion Words on Ifaluk », American Ethnologist, vol. 9, n° 1, p. 113-128, 1982.

50 Abu-Lughod Lila et Lutz Catherine, « Emotion, Discourse and the Politics of Everyday Life », in Abu-Lughod Lila et Lutz Catherine, Language and the Politics of Emotion¸ Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

51 Cette hypothèse de travail nécessite de plus amples développements, qui dépasseraient le cadre de cet article, lequel se proposait d’abord d’effectuer une forme de synthèse des conceptualisations savantes des émotions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Bernard, « Les voies d’approche des émotions », Terrains/Théories [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 17 octobre 2014, consulté le 28 juillet 2016. URL : http://teth.revues.org/196 ; DOI : 10.4000/teth.196

Haut de page

Auteur

Julien Bernard

Maître de conférences en sociologie à l’université Paris Ouest Nanterre la Défense. Il a consacré sa thèse de doctorat aux émotions et rituels dans le travail des pompes funèbres. Ses travaux s’inscrivent principalement dans les domaines de la sociologie des émotions, de la mort, du corps et de la santé.
Sophiapol EA3932, Université Paris Ouest Nanterre la Défense, F-92000 Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Paris Ouest
  • Logo Université Paris Ouest
  • Revues.org